Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Langue commune : normes, usages et histoire

Étude syntaxique, discursive, lexicométrique et sociolinguistique du mot quoi dans le Corpus du français parlé parisien des années 2000

Serge Fleury, Florence Lefeuvre et Mat Pires

Texte intégral

1L’objet de cet article d’hommage à Sonia Branca est de proposer une étude syntaxique, discursive, lexicométrique et sociolinguistique du mot quoi dans le Corpus du français parlé parisien des années 2000 (CFPP2000). Ce corpus a été initié par Sonia Branca, et a bénéficié d’une Bourse de recherche de la Ville de Paris en 2006. Actuellement, il est soutenu par la DGLFLF. Un premier projet de recherche collectif « ANR » a été monté en janvier 2010, porté par Sonia Branca-Rosoff, et un deuxième projet ANR, porté par Florence Lefeuvre, a été soumis en octobre 2011. Nous présenterons, dans la première partie de cette étude, les outils disponibles sur le site du Corpus du français parlé parisien. Cela nous permettra de proposer, dans une deuxième partie, un cadre syntaxique d’étude du mot quoi, et dans une troisième partie, un regard sociolinguistique sur l’utilisation du mot quoi.

Données générales du Corpus du Français Parlé Parisien
des années 2000

Le corpus CFPP2000

2Le Corpus du Français Parlé Parisien des années 2000 (désormais noté CFPP2000) est une base de données sur le français parlé par des adultes de la région Île-de-France (cf. la carte ci-dessous). Le corpus, en cours de construction, et qui devrait atteindre un million de mots environ (une soixantaine d’heures), a été constitué à partir d’entretiens sur la relation des habitants à leur quartier. Il comprend actuellement environ 500 000 mots transcrits orthographiquement et alignés au tour de parole.

3Les données du corpus CFPP2000 sont présentes en ligne sous différentes facettes. Les fichiers de transcription et les fichiers audio associés sont directement disponibles au téléchargement : les fichiers audio sont disponibles aux formats wav1 et mp3, les fichiers de transcription sont au format Transcriber2 ; on peut ainsi réutiliser conjointement ces données dans le logiciel Transcriber pour rétablir l’alignement entre le fichier de transcription et le fichier audio. Les fichiers de transcription et les fichiers audio alignés sont aussi directement accessibles en ligne de manière synchrone : la lecture de chaque alignement se faisant directement en ligne dans le navigateur de l’utilisateur, on utilise pour cela des ressources mises en œuvre par le Centre de ressources pour la description de l’oral3. Les données de transcription ont aussi été reformatées pour être disponibles en ligne dans un concordancier : les requêtes peuvent être faites sur les données brutes (le texte des transcriptions) ou sur une version étiquetée (via Cordial) des transcriptions. L’ensemble des fichiers de transcription est aussi disponible au téléchargement dans un format compatible avec les logiciels Lexico34 et Le Trameur5 : on peut ainsi réaliser des opérations textométriques sur ces données.

4Les données du corpus sont aussi associées à des métadonnées. Celles-ci permettent de définir un ensemble de descripteurs et les valeurs utilisées pour décrire et catégoriser le contenu et les objets des données visées. En règle générale, elles sont utilisées pour des opérations de recherche dans les données (sujet, auteur, date, mots clé etc.), pour diffuser les données et pour les archiver. On peut aussi concevoir des opérations complexes permettant de croiser des requêtes et d’interroger simultanément les métadonnées et les contenus : dans notre cas, on pourrait par exemple envisager de récupérer les données du corpus correspondant à une interrogation du type : « Quelles sont les fréquences d’utilisation du mot quoi interrogatif et de la périphrase en qu'est-ce que chez les personnes interrogées de moins de 30 ans ? ». Concrètement, les métadonnées permettent d’identifier les entretiens concernés par le critère d’âge, les identifiants des données résultantes devant permettre de calculer les fréquences visées.

Aspects quantitatifs CFPP2000

5Le tableau ci-dessous présente l’ensemble des entretiens de CFPP2000 (durée de l’entretien, nombre d’occurrences de forme pour chaque entretien) :

Figure 1. CFPP2000, index des entretiens

Figure 1. CFPP2000, index des entretiens

Quoi : exploration lexicométrique dans CFPP2000

6Nous proposons ici une étude plus précise concernant quoi, forme qui sera décrite plus loin d’un point de vue sémantique, syntaxique et discursif. CFPP2000 contient 1 086 occurrences de la forme graphique quoi. Le graphique suivant précise sa ventilation dans le corpus vu par le prisme des quartiers concernés :

Figure 2. Quoi, ventilation par quartier

Figure 2. Quoi, ventilation par quartier

Quoi en contexte

7La forme est utilisée de manière importante par quelques individus :

Figure 3. Quoi, ventilation par individu

Figure 3. Quoi, ventilation par individu

8Les individus qui l’utilisent plus de 10 fois dans l’ensemble de leurs tours de parole sont regroupés dans le tableau suivant :

Figure 4. Répartition de quoi par individu

Figure 4. Répartition de quoi par individu

Au-delà de quoi

Réseau de cooccurrents

9La méthode des cooccurrences (Martinez, 2003) permet de mettre au jour le vocabulaire spécifique autour de la forme pivot sélectionnée. Le réseau résultant de cooccurrents peut être interprété au regard des paramètres utilisés pour le calcul (Lafon, 1980 ; Martinez, 2003) :

  • fréquence : fréquence de la forme dans le corpus ;

  • co-fréquence : fréquence d’apparition conjointe dans un contexte donné du pivot et de son cooccurrent ;

  • indice de spécificité : indice indiquant la sur-représentation (ou la sous-représentation) d’une forme dans un contexte donné ;

  • nombre des contextes : nombre de contextes dans lesquels apparaissent conjointement la forme pivot et son cooccurrent.

10Dans les graphiques qui suivent, les arcs du réseau de cooccurrence portent une valeur regroupant ces 3 derniers paramètres : (co-fréquence) (indice de spécificité) (nombre de contextes). Les deux figures qui suivent correspondent aux 2 réseaux de cooccurrents de la forme quoi associés aux paramètres de calcul indiqués :

Figure 5. Cooccurrents de quoi (paramètres de calcul du réseau : co-freq = 10, specif = 10, contexte = tour de parole)

Figure 5. Cooccurrents de quoi (paramètres de calcul du réseau : co-freq = 10, specif = 10, contexte = tour de parole)

Figure 6. Cooccurrents de quoi (paramètres de calcul du réseau : co-freq = 6, specif = 8, contexte = tour de parole)

Figure 6. Cooccurrents de quoi (paramètres de calcul du réseau : co-freq = 6, specif = 8, contexte = tour de parole)

Poly-occurrence

11Le terme poly-cooccurrence désigne les attractions lexicales au-delà de la cooccurrence binaire. Le calcul de cette attraction reprend l’algorithme décrit dans Martinez 2006. Sur la forme quoi, ce calcul conduit au graphe suivant :

Figure 7. Polycooccurrents de quoi (paramètres de calcul du réseau : co-freq = 10, specif = 10, contexte = tour de parole)

Figure 7. Polycooccurrents de quoi (paramètres de calcul du réseau : co-freq = 10, specif = 10, contexte = tour de parole)

12La grille de lecture de ce graphe est similaire à la précédente pour l’interprétation des valeurs numériques associées aux arcs ; le chemin d’attraction lexicale correspond au parcours du graphe dans le sens des arcs (quoi → mm →enfin →vraiment… ; quoi → mm →peu…).

13Voyons à présent plus précisément l’étude du mot quoi dans CFPP2000 et en quoi ces calculs lexicométriques peuvent enrichir cet examen.

Étude sémantique, syntaxique et discursive du mot quoi

Pour opérer l’analyse du mot quoi dans CFPP2000, nous prendrons pour cadre l’étude qui lui a été consacrée dans Quoi de neuf sur quoi ? Étude morphosyntaxique du mot quoi (Lefeuvre, 2006) ainsi que les travaux qui ont amené à cette étude, principalement ceux de Le Goffic 2006. Quoi se caractérise par trois attributs.

i) C’est une variable en qu- refusant l’assertion :
*Il regarde quoi.
ce qui le différencie d’un pronom tel que quelque chose :
Il regarde quelque chose.

La proforme quoi renvoie à des occurrences désignées par l’acte de prédication mais ne peut pas se fixer sur l’une d’entre elles ni sur plusieurs d’entre elles, même quelconques, comme si elle balayait tous les éléments d’une classe sans jamais se stabiliser sur un élément précis.

ii) Quoi renvoie à du non catégorisé
De même que les démonstratifs ce, ça, cela, ceci (cf. Kleiber 1994), quoi signifie le non catégorisé. Deux raisons à cela : il peut renvoyer à des humains :

Il donna un coup de pied au broc qui chancela, il fit claquer sa porte. « Elle m’a pris pour quoi ? Pour une midinette ? Je m’en fiche de sa dédicace… » (Sabatier, Les Fillettes chantantes, exemple tiré de Lefeuvre 2006)

et à des structures prédicatives :

[…] les enfants entendirent la messe et déjeunèrent jusqu’à neuf heures ; après quoi, elles firent deux heures de lecture (Chandernagor, L’Allée du Roi, exemple tiré de Lefeuvre 2006)

14C’est ce qui peut expliquer la combinaison aisée du pronom quoi avec ces démonstratifs :

mais c’était pas c’est ça à quoi j’pensais j’pensais aux oiseaux :::

CFPP2000 [11-02] Mathilde_Lelong_F_85_Marie_Louise_Orsin_F_64_11e

iii) Pour renvoyer à quelque chose qui n’est pas encore catégorisé ni classifié, le français a la particularité de recourir à deux pronoms interrogatifs, que et quoi. De nombreux linguistes ont montré que que et quoi adoptent un comportement syntaxique fort différent par rapport au verbe tensé. Que doit s’appuyer sur le verbe en restant joint à lui alors que quoi est plus autonome par rapport au verbe.

15Ces trois paramètres – variable refusant l’emploi en assertion, sémantisme du non catégorisé, dualité que et quoi – permettent de comprendre les emplois syntaxiques de quoi. Quoi peut être interrogatif :

ah y avait très peu d’passages de voitures on jouait à on jouait à quoi on jouait à des jeux où on s’cachait derrière les voitures

CFPP2000 [03-01] Ozgur_Kilic_Halii_3e

indéfini :

euh c’est c’est vrai qu’ ça démystifie l’truc clairement + + quand tu t’rends compte que de toutes façons quoi qu’tu fasses pour eux ils reviennent

CFPP2000 [11-03] Blanche_Duchemin_F_25_Reine_Ceret_F_60_11e

euh quand j’étais gamin y avait pas vraiment d’vie d’quartier c’est-à-dire que j’descendais d’chez moi je vois y avait une boulangerie XXX euh euh qui euh voilà j’y j’y allais euh elle me connaissait y avait des gros chiens enfin bon c’était + c’était une vie d’quartier quoi

CFPP2000 [03-01] Ozgur_Kilic_Halii_3e

percontatif (interrogatif indirect) :

quand vous m’avez parlé d’ l’interview sur le septième j’me demandais + de quoi est-ce qu’on allait pouvoir parler pendant +

CFPP2000 [07-04] Raphael_Lariviere_H_23_7e

intégratif (relatif sans antécédent) :

c’est à quoi je pense euh mes jeunes collègues n’ont pas de quoi se payer ces appartements

CFPP2000 [05-01] Christophe_Andre_H_62_Marie_Anne_Andre_F_63_5e

et relatif :

mais c’était pas c’est ça à quoi j’pensais j’pensais aux oiseaux :::

CFPP2000 [11-02] Mathilde_Lelong_F_85_Marie_Louise_Orsin_F_64_11e

16Dans CFPP2000, les 1 086 occurrences de « quoi » se répartissent en deux emplois principaux, les emplois interrogatifs et l’emploi indéfini comme marqueur discursif. Le moteur de recherche permet de visualiser ces occurrences dans un contexte plus ou moins long.

17En ce qui concerne les emplois interrogatifs, nous avons trouvé quoi dans des configurations qui tiennent compte des paramètres caractéristiques de quoi. La première comprend quoi in situ :

ça fait quoi ?

CFPP2000 [03-01] Ozgur_Kilic_Halii_3e

18Dans la deuxième configuration, quoi constitue le prédicat de l’énoncé qui correspond alors à une phrase averbale. Dans CFPP2000, on trouve 4 emplois avec quoi d’autre :

moui l’entretien d’ la maison oui les courses peu j’dirai + + et quoi d’autre ? non boh ++ oui entretien d’ la maison oui + + oui mettre la table

CFPP2000 [11-01] Anita_MUSSO_F_46_11e

19Pour ce qui est des emplois de quoi indéfini, il s’agit de quoi comme marqueur discursif (cf. Moignet 1981 et Lefeuvre 2006) où quoi se trouve en marge des énoncés assertifs, dans des emplois tels que :

euh quand j’étais gamin y avait pas vraiment d’vie d’quartier c’est-à-dire que j’descendais d’chez moi je vois y avait une boulangerie XXX euh euh qui euh voilà j’y j’y allais euh elle me connaissait y avait des gros chiens enfin bon c’était + c’était une vie d’quartier quoi

CFPP2000 [03-01] Ozgur_Kilic_Halii_3e

20Selon nous (cf. Lefeuvre 2006 et Lefeuvre et al. 2011), quoi apparaît après un mot dont la formulation est problématique, ce qui peut expliquer la présence de ce quoi dans des contextes où l’hésitation est de mise, comme le montre par exemple la présence de marqueurs d’hésitation tels que euh ainsi que des lexèmes renvoyant explicitement au dire (disons ci-dessous) :

non bah euh ouais non musicien c’est sûr c’est pas + c’est pas un travail [rire] non j’rigole c’est une blague c’est une boutade euh non non mais disons qu’c’est pas euh c’est pas un poste quoi

CFPP2000 [03-01] Ozgur_Kilic_Halii_3e

21La recherche de la bonne expression peut se traduire par la présence d’un paradigme qui comporte plusieurs segments comme autant de formulations possibles :

spk3 : et puis après bah non euh : c’était toute la période : c’est surtout Brigitte Bardot qui m’a frappée à c’t’époque là et puis euh : Françoise Arnoux euh Charles Boyer des gens comme
spk3 spk2 : ça quoi mmh mmh
spk3 spk1 : c’étaient mmh mmh
spk3 : les :: les x de

CFPP2000 [11-03] Blanche_Duchemin_F_25_Reine_Ceret_F_60_11e

22Quoi se trouve régulièrement en fin d’unités rhématiques (cf. Morel et Danon-Boileau 1998 et Lefeuvre et al. 2011) qui correspondent généralement à des unités syntaxiques organisées autour d’un prédicat :

puis donc y avait un cour et c’est vrai qu’des fois l’week-end y avait euh quinze enfants avec des tracteurs à + à pédales des kartings enfin bon c’était euh c’était un un centre aéré quoi ++ mais non personne XXX

CFPP2000 [03-01] Ozgur_Kilic_Halii_3e

et qui peuvent clôturer un tour de parole :

ils ont six ans et trois ans (mm) + et euh moi ça ça moi ça m’plaît beaucoup ça + d- d’avoir c’que j’ai c’qu’on a eu nous quand on était euh moi y avait qu’une majorité d’bobos euh mais euh de fils de de bobos mais euh beaucoup moins euh enfin y avait quand même + un mélange dans dans notre école quoi

CFPP2000 [03-01] Ozgur_Kilic_Halii_3e

23Il peut se combiner avec des marqueurs indiquant au contraire le début d’une unité syntaxique. C’est ce qu’indiquent les schémas de cooccurrence (cf. réseau de cooccurrents et polycooccurrence de la première partie) qui signalent l’affinité de quoi avec enfin ou bon :

et ça moi je trouve ça très intéressant cette ambiance un peu internationale + des personnes des touristes qui vous demandent leur chemin à tous les coins de rue enfin ça fait vacances en même temps quoi je trouve ça vraiment sympa et euh ++ ben sinon c’est vrai qu’on a un cadre de vie vraiment enfin formidable on a + je sais pas

CFPP2000 [07-01] Laurence_Leblond_F_43_Stephanie_Zanotti_F_49_7e

ah non j’ pense que papa et maman comme moi bon eux ils mangent du houmous quoi tu vois

CFPP2000 [11-03] Blanche_Duchemin_F_25_Reine_Ceret_F_60_11e

24Enfin marque un aboutissement de la réflexion en proposant une reformulation synthétique de ce qui précède ; quoi signale une recherche de formulation la plus proche possible du référent à exprimer :

enfin je sais plus trop euh on avait pas la télé on avait pas enfin bon + c’était une vie ouvrière vraiment ouvrière ouvrière quoi

CFPP2000 [Mo-01] Andre_Morange_H_58_Mo

25Bon quant à lui valide partiellement ce qui précède, ce qui incite le locuteur à ajouter une expression plus adéquate (cf. Lefeuvre 2011).

26Les schèmes de cooccurence signalent également l’affinité de quoi avec vraiment :

j’ai vraiment un super souvenir de ce : de c’ quartier à cette époque quoi + plus la mixité euh + j’me rappelle alors là c’est beaucoup plus tard mais quand j’avais dix-huit ans à peu près + +

CFPP2000 [11-01] Anita_MUSSO_F_46_11e

27Vraiment est un modalisateur (cf. Kerbrat-Orecchioni 1980) qui permet au locuteur de présenter son dire comme adéquat au contenu de l’énoncé, d’où la recherche de la formulation qui corresponde le mieux à la réalité, recherche induite par le mot quoi et marquée ici par l’arrêt d’une première structure syntaxique au profit d’une deuxième structure :

mais c’est oui mais j’suis d’accord c’est une question sociale le + les classes sociales qui vivent au Kremlin-Bicêtre sont pas vraiment celles sont pas du tout celles avec lesquelles j’ai envie de de de m’épanouir plus tard quoi

(CFPP2000 [KB-01] Killian_Belamy_H_22_Lucas_Hermano_H_21_KB)

28Le locuteur qui emploie le plus quoi (cf. première partie) utilise un patron syntaxique régulier en c’est + vraiment + attribut + quoi :

oui partout mais c’est pas Montreuil spécialement j’pense que là c’est vraiment euh un phénomène plutôt général quoi

CFPP2000 [Mo-01] Andre_Morange_H_58_Mo

29Quoi signale la recherche d’une expression et le fait que le segment proposé est le plus conforme à traduire la réalité, mais sans le valider. Vraiment valide le segment introduit. Nous avons donc plusieurs marqueurs qui signalent un lien avec la (re)formulation, que ce soit vraiment qui valide une formulation, bon qui valide partiellement ce qui précède, enfin qui synthétise ce qui précède et quoi qui marque la recherche de formulation.

Explorations sociolinguistiques avec le corpus CFPP2000

30Le corpus CFPP2000 a été initialement conçu comme un outil permettant d’explorer le paysage linguistique de Paris, et notamment d’étayer des études variationnistes portant sur les parlers de la capitale française. Nous avons ainsi sélectionné des quartiers susceptibles de faire ressortir des différences entre le français standard actuel – généralement présenté comme une forme de français parisien « éduqué » (Fouché 1969, p. iii, Valdman 1982, p. 218) – et le français parisien « populaire », le « titi parisien », représenté dans un certain cinéma des années trente (Abecassis 2005). C’est ainsi que nous avons opposé les « beaux quartiers » du centre de Paris comme le 7e arrondissement à des communes relativement modestes de la petite ceinture comme Saint-Ouen ou Montreuil. Notre hypothèse de départ était toutefois celle d’un affaiblissement de ce parler régional au profit du standard, au niveau tant phonétique que lexico-grammatical, et nous avons effectivement constaté (sans pour l’instant avoir mené d’étude approfondie et statistique) une standardisation extrêmement dominante à toutes les tranches d’âge, avec tout au plus des survivances régionales chez certains locuteurs âgés, par exemple la réalisation du phonème [a] chez cette locutrice de 67 ans, habitant depuis son enfance à Montreuil :

des gâteaux des bons gâteaux du bon pain

CFPP2000 [Mo-02] Marie_Helene_Matera_F_67_Mo

31Si la variable âge du locuteur nous permet de situer ce type de spécificité parisienne dans un cadre diachronique passé, d’autres exemples de variation non-standard peuvent relever d’innovations plus récentes et ainsi permettre de constater un changement en cours. C’est ce type de variation que nous allons explorer pour la forme quoi. Notre intérêt portera spécifiquement sur la dyade c’est quoi / qu’est-ce que c’est, lieu de variation reconnue même des locuteurs ordinaires. Ces deux formes se distinguent à plusieurs niveaux.

32D’abord au niveau syntaxique il y a opposition entre une forme à inversion et une forme à ordre assertif. De manière générale, le français tend depuis longtemps vers l’interrogation sous l’ordre assertif (Frei 1929/2003, p. 349), la valeur interrogative étant portée par la seule prosodie. Cette tendance devrait en toute logique défavoriser la forme qu’est-ce que c’est, d’autant plus qu’il comporte deux « inversions » de type interrogatif : [qu’][est-][ce] : ordre interrogatif complément-verbe-sujet ; et [qu’est-ce]-que-[c’][est], le premier syntagme constituant un antécédent antéposé au sujet-verbe par le biais du relateur que. Mais cette complexité formelle est compensée par un figement syntagmatique prononcé (cf. *qu’était-ce que). C’est ainsi que cette forme a pu se prémunir du destin de l’inversion interrogative.

La variation syntaxique en interrogation s’étend à trois formes, car aux ordres assertif et interrogatif s’ajoute une forme préfixale avec syntagme est-ce que. Ainsi, notre étude devrait porter sur trois variantes : qu’est-ce / c’est quoi / qu’est-ce que c’est. Mais le premier – l’ordre interrogatif simple *qu’est-ce – n’est pas employé.

33La forme à ordre assertif c’est quoi représente une flexibilité syntaxique accrue, l’élément visé par l’interrogative pouvant se placer avant ou après elle.

la finalité c’est c’est quoi

CFPP2000 [12-01] Pierre_Beysson_H_59_Marie_Beysson_F_X_12e

c’est une marque c’est quoi le maroual ?

CFPP2000_SO-01_Louise_Liotard_F_85_et_Jeanne_Mallet_F_75_SO

34Elle se prête ainsi parfaitement à la syntaxe cumulative du français parlé, la dislocation pouvant s’effectuer à droite ou à gauche. En revanche, la forme qu’est-ce que c’est accepte difficilement, dans une interrogation allocutive, une antéposition du syntagme visé. La postposition, elle, peut se faire « nue » ou à l’aide du relateur que :

qu’est-ce que c’est que cet appareil ? ++

CFPP2000_SO-01_Louise_Liotard_F_85_et_Jeanne_Mallet_F_75_SO

35Enfin, au niveau prosodique, l’accent tonique tombe sur le quoi de c’est quoi ; qu’est-ce que c’est renvoie celui-ci sur l’objet à définir. Cette saillance du quoi, anaphore d’un objet à définir, et donc symbole de l’information absente et devant être fournie par l’interlocuteur, peut conduire l’interlocuteur à ressentir la question comme une menace de face. La forme qu’est-ce que c’est (que) est plus longue (3 ou 4 syllabes au lieu de 2), sa distribution prosodique est moins polarisée, et elle accentue l’objet à définir, objet déjà présent dans le discours de l’autre.

36La forme de l’interrogatif en quoi est souvent présentée comme étant une forme orale (« surtout fréquent[e] dans la langue parlée », Grevisse, 1993, § 702). De la part des prescriptivistes elle n’est pas tant critiquée qu’ignorée. On trouve sur internet des reflets de cette surnorme, mais il faut sans doute se garder d’en exagérer la portée.6

  • 7 Sont exclues les occurrences comportant un est auxiliaire. Exemple : et alors euh l’autre chose c’e (...)

37Le corpus CFPP2000 recèle 80 occurrences de la variantes ce + être + quoi, pour 24 de qu’est-ce que ce + être7. Ces chiffres montrent donc une nette ascendance (76,9 %) de la forme à ordre assertif. Le résultat peut surprendre dans la situation de parole relativement formalisée de l’entretien (présence de l’enquêteur, personne inconnue ou distante).

38Nous allons maintenant tenter de cerner le profil des utilisateurs de la forme minoritaire qu’est-ce que ce + être. Les 24 occurrences que contient le corpus sont le fait de 8 locuteurs seulement. Une locutrice – Sonia Branca-Rosoff – est à l’origine de 15 de ces occurrences (62,5 % du total).

39Cette dominance peut d’abord s’expliquer par la situation de parole. Un enquêteur est tout naturellement amené à poser des questions, on peut donc s’attendre à une fréquence inhabituelle de ces formes. Une autre enquêtrice, Florence Lefeuvre, est à l’origine de deux des énoncés. En comparant les chiffres d’emploi de la forme ce + être + quoi nous constatons que 51 des 80 occurrences sont également dues à l’enquêteur, une proportion similaire (voir tableau). Par ailleurs, si l’on accepte l’analyse d’une interrogative davantage « orale », voire critiquée, on peut trouver normal qu’il figure dans le discours d’une personne invitée à effectuer un enregistrement, le plus souvent au domicile familial.

Total

Enquêteur

Non-enquêteur

ce + être + quoi

80

51 (63,8 %)

29 (36,2 %)

qu’est-ce que ce + être

24

17 (70,8 %)

 7 (29,2 %)

40Les enquêteurs réalisent ainsi autour des deux-tiers des formes, la disparité étant plus marquée pour la forme en qu’est-ce que. Les enquêtés produisent en tout 36 occurrences des deux types, avec le type en quoi sélectionné dans 80,6 % des cas. Il faut noter que dans la plupart des entretiens du corpus CFPP2000, un seul enquêteur était en face d’au moins deux interlocuteurs. Cette co-présence d’enquêtés a été adoptée afin de minimiser l’artificialité de la situation d’entretien et la distance entre les locuteurs ; le fait peut avoir favorisé la forme moins soutenue c’est quoi. Par ailleurs, parmi les 7 énoncés « non-enquêteur » de qu’est-ce que ce + être 3 relèvent d’un discours direct cité, donc distancié de la situation de parole, « irréels » en quelque sorte. Ainsi la forme autocitationnelle suivante :

au marché j’ai dit « qu’est-ce que c’est que ça » !

CFPP2000 [Mo-02] Marie_Helene_Matera_F_67_Mo

fait appel à l’imaginaire linguistique de la locutrice (les deux formes comparables qu’elle emploie lors de l’entretien sont de type quoi). Il en va de même pour le monologal :

j’me dis « qu’est-ce que c’est cette chose ? »

CFPP2000 [SU-01] Dominique_Valin_F_37_SU

ou le discours commun (pronom on) :

au début quand même l’APEIS était + plus ou moins reconnue parce qu’on disait « mais qu’est-ce que c’est que ceux-là euh »

CFPP2000 [IV-01] Jacqueline_Pelletier_F_65_Ivry

41Il ne reste ainsi en tout que 3 occurrences non-citationnelles de qu’est-ce que ce + être interrogatif dans le corpus, et 2 d’entre elles sont en séquence, la deuxième fortement conditionnée par la réalisation de la première. La moyenne d’âge des 8 locuteurs employant la forme qu’est-ce que ce + être est de 56 ans.

  • 8 Type qu’est-ce que : Sonia Branca-Rosoff 15, non-enquêteurs 7 ; total qu’est-ce que + c’est quoi : (...)

42Pour la variation qu’est-ce que c’est vs c’est quoi, les 500 000 mots du corpus CFPP2000 confirment ainsi clairement la présence dominante de la forme c’est quoi dans le discours oral, fait posé chez Grevisse et ailleurs, mais cela permet également d’identifier un contexte pragmatico-discursif – l’autocitation – favorisant l’une des formes, et de constater une surreprésentation de ces formes chez l’enquêteur. Ce dernier résultat porte sur le discours des concepteurs de corpus eux-mêmes. Chez Sonia les interrogations en qu’est-ce que représentent une proportion significativement plus élevée du total des deux types (28,8 %), que chez les non-enquêteurs (19,4 %).8 Il est difficile de distinguer avec certitude l’influence de la position d’enquêtrice et celle de l’idiolecte, mais ce résultat « personnalisé » rappelle une étude menée par Sonia elle-même sur la variation entre par contre et en revanche, objet de mises en garde prescriptives ; à l’issue de ce travail qui prenait appui sur le corpus CFPP2000 il est apparu que seules deux personnes utilisaient l’expression en revanche, une éditrice, Yvette Audin, et Sonia elle-même (Branca-Rosoff et al., 2009, p. 37-8).

Conclusion

43Dans cette contribution nous avons tenté de montrer, à travers l’exemple du mot quoi, les exploitations disponibles et les résultats à attendre d’un grand corpus d’oral français outillé, le CFPP2000. Ce corpus, interrogeable librement sur internet, permet de disposer aisément de données pour l’exploration et la description du français oral. L’infrastructure proposée permet d’interroger des variables descriptives – âge, sexe, capital scolaire, etc. – à travers des métadonnées normalisées (Dublin Core, OLAC). La recherche d’occurrences par concordancier permet ensuite d’étayer une analyse lexico-grammaticale et discursive de mots ou de chaînes de mots spécifiques. Le croisement de ces deux sources d’information permet enfin de faire émerger des modélisations linguistiques, sous forme graphique ou statistique.

Bibliographie

Abecassis, Michaël (2005), The representation of Parisian speech in the cinema of the 1930s. Berne : Peter Lang.

Chanet Catherine (2001), « 1 700 occurrences de la particule quoi en français contemporain : approche de la « distribution » et des fonctions en discours », Marges linguistiques, n° 2, p. 56-80.

Delaveau Annie (2001), Syntaxe, La phrase et la subordination, Paris, Colin.

Fleury, S. (2007), Le Métier Textométrique : Le Trameur, Manuel d’utilisation. Université Sorbonne nouvelle Paris 3 (SYLED) http://tal.univ-paris3.fr/trameur/

Fouché, Pierre (1969), Traité de prononciation française. Paris : Klincksieck.

Frei, Henri (1929/2003), La grammaire des fautes. Rennes : Ennoïa.

Grevisse (1993), Le bon usage (12e éd.). Louvain : Duculot.

Haspelmath Martin (1997), Indefinite pronouns, Oxford, Oxford University Press.

Kerbrat-Orecchioni Catherine (1980), L’énonciation, de la subjectivité dans le langage, Paris : Armand Colin.

Kleiber Georges (1994), Anaphores et pronoms, Louvain-la-Neuve, Duculot.

Lafon, P. (1980), Sur la variabilité de la fréquence des formes dans un corpus, Mots, 1 (octobre) : 127-165.

Le Goffic P. 1993, Grammaire de la phrase, Paris, Hachette.

Le Goffic Pierre (éd.) (2002), Interrogation, indéfinition, subordination, Verbum, n° XXIV, 4.

Le Goffic Pierre (éd.) (2006), Les mots en Qu- du français, Lexique n° 18.

Lebart, L. and Salem, A. (1994), Statistique textuelle. Paris, Dunod, versions auteur disponibles en ligne : à l’ENST http://ses.telecom-paristech.fr/lebart/ST.html et à Paris 3 http://www.cavi.univ-paris3.fr/lexicometrica/livre/st94/st94-tdm.html

Lefeuvre F. (2011), « Bon dans le discours oral : une unité averbale autonome ? », in : Lefeuvre et Behr (eds), Les énoncés averbaux autonomes entre grammaire et discours (Paris, Ophrys) : 165-185.

Lefeuvre F. (2006), Quoi de neuf sur quoi ? Étude morphosyntaxique du mot quoi, Rennes : Presses universitaires de Rennes.

Lefeuvre F., Morel M.-A., Teston-Bonnard (2011), « Valeurs prototypiques de quoi à travers ses usages en français oral », Neuphilologische Mitteilungen (Bulletin de la Société Néophilologique, Helsinki) : 37-59.

Martinez W. (2003), Contribution à une méthodologie de l’analyse des cooccurrences lexicales multiples dans les corpus textuels, Thèse pour le doctorat en Sciences du Langage, Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

Martinez W., Leblanc J.-M. (2006), « L’analyse contrastive des réseaux de cooccurrence. Le “monde” dans les discours des présidents de la Ve République ». Actes des 8es Journées d’Analyse Statistique des Données Textuelles, Univ. de Franche-Comté, Besançon, avril.

Moignet Gérard (1981), Systématique de la Langue française, Paris, Klincksieck.

Morel Mary-Annick et Danon-Boileau Laurent (1998), Grammaire de l’intonation, Paris, Ophrys.

Valdman, A. (1982), « Français standard et français populaire : sociolectes ou fictions ? » The French Review 56 (2) : 218-27.

Vincent Diane (1993), Les ponctuants de la langue et autres mots du discours, Québec, Nuit Blanche

Notes

1 Le corpus est donc exploitable pour des spécialistes de phonétique et de prosodie.

2 http://trans.sourceforge.net/en/presentation.php

3 http://crdo.risc.cnrs.fr/exist/crdo/

4 http://www.tal.univ-paris3.fr//lexico/

5 http://www.tal.univ-paris3.fr/trameur/

6 Voir par exemple la discussion du forum Français notre belle langue <http://www.achyra.org/francais/viewtopic.php?p=60657> (consulté le 25 janvier 2012).

7 Sont exclues les occurrences comportant un est auxiliaire. Exemple : et alors euh l’autre chose c’est vous avez dit qu’votre père était artisan qu’est-ce que c’est devenu euh (Mo-01).

8 Type qu’est-ce que : Sonia Branca-Rosoff 15, non-enquêteurs 7 ; total qu’est-ce que + c’est quoi : SBR 52, non-enquêteurs 36.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 1. CFPP2000, index des entretiens
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3308/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 2. Quoi, ventilation par quartier
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3308/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 3. Quoi, ventilation par individu
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3308/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4. Répartition de quoi par individu
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3308/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 5. Cooccurrents de quoi (paramètres de calcul du réseau : co-freq = 10, specif = 10, contexte = tour de parole)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3308/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 6. Cooccurrents de quoi (paramètres de calcul du réseau : co-freq = 6, specif = 8, contexte = tour de parole)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3308/img-7.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 7. Polycooccurrents de quoi (paramètres de calcul du réseau : co-freq = 10, specif = 10, contexte = tour de parole)
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3308/img-8.png
Fichier image/png, 28k

Auteurs

Université Sorbonne nouvelle, Paris 3, SYLED (Clesthia)

Université Sorbonne nouvelle, Paris 3, SYLED (Clesthia)

Université de Franche-Comté, LLC-ELLIADD EA4661

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540