Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Langue commune : normes, usages et histoire

Pratiques et représentations langagières : des exemples de français en contact

Georges Daniel Véronique

Texte intégral

1Dans les années soixante-dix, le vœu de décrire, enfin, les particularités du français parlé et le désir de mettre en rapport des formes linguistiques, des situations de communication et des appartenances sociales ont conduit des sociolinguistes inspirés par les travaux de Labov, des descripteurs et grammairiens du français, voire des didacticiens du français langue étrangère, à -s’intéresser à l’étude du français parlé. Cet état de l’art est fort bien illustré par les esquisses grammaticales du français parlé d’Aurélien Sauvageot (Sauvageot, 1972, mais également 1957), l’un des concepteurs du Français fondamental, par la thèse de Denise François consacrée au français parlé d’Argenteuil (François, 1974), ou encore par l’ensemble des travaux impulsés par le Groupe Aixois de Recherche en Syntaxe (G.A.R.S.), animé par Claire Blanche-Benveniste à partir de 1975, groupe de recherche auquel Sonia Branca-Rosoff appartint.

2À cette période, où le devenir de la sociolinguistique n’est pas encore assuré (Boutet, 2010), cette apparente convergence conduit à des polémiques quant à la teneur « sociolinguistique » des travaux sur le français parlé. La consultation des Recherches sur le français parlé, revue du G.A.R.S., permet en effet de saisir la diversité des objets étudiés : des oraux aux écrits spontanés, des productions « ordinaires » aux discours sur la langue, des cacographies aux recueils de lettres. C’est dans ce contexte que la sociolinguistique d’expression française, diverse et hétérogène, tant sur le plan idéologique que théorique, s’intéresse d’abord à la notion de « pratique langagière », puis à celle de « représentation linguistique ».

3Ces notions ont joué et jouent un rôle important dans le développement de la sociolinguistique de langue française. Leur fonction est double : elles révèlent des zones de tension en sciences du langage et elles cristallisent des évolutions en sociolinguistique. En guise d’illustration, on notera que Socio-linguistique : les concepts de base de M.L. Moreau (Moreau (éd.), 1997) comporte une entrée à « imaginaire linguistique » (Houdebine, 1997) et une autre à « représentation linguistique » (Guenier, 1997) alors qu’il n’en compte aucune à « pratique langagière » ou « pratique discursive ». Je ne souhaite pas dresser ici la généalogie des notions de « pratique langagière » et de « représentation linguistique » – les contributions de J. Boutet et de P. Charaudeau dans le Dictionnaire d’Analyse du discours (2002), où je puiserai abondamment, éclairent l’origine de ces termes et leur signification dans différentes branches des sciences du langage. Je désire plutôt montrer le fonctionnement de ces notions dans le discours de la sociolinguistique, en les rattachant à la question de la production du sens social et linguistique. Les relations entre les pratiques langagières entendues comme des activités communicationnelles bâties dans l’interaction sociale et les constructions idéelles qui surgissent au fil de ces échanges langagiers sont objets de débats. Je me propose d’y réfléchir à partir d’une pratique scripturale en milieu créolophone plurilingue.

4Ce texte est rédigé en hommage aux apports de Sonia Branca-Rosoff à une sociolinguistique qui articule l’observation des régularités linguistiques au sein des pratiques sociales, l’étude des écrits non normés et de la variation linguistique, et l’analyse de l’imaginaire des langues. Il s’ouvre sur une discussion des notions de pratique langagière et de représentation linguistique. L’étude de l’affichage spontané dans un territoire créolophone plurilingue permet de ménager une transition entre ces réflexions et une interrogation sur l’appréhension du sens en sociolinguistique.

Étudier les pratiques langagières

5La notion de « pratique langagière » apparaît en sociolinguistique de langue française comme une alternative polémique à celle de « langue ». Le fait qu’elle soit au moins étymologiquement associée à praxis offre une caution théorique à ses promoteurs. J. Boutet (2002) associe cette notion à celle de formation langagière, dérivée des travaux du sociologue marxiste Poutlanzas. La notion de « pratique langagière » reçoit, certes, des lectures différentes mais l’on peut observer qu’elle est porteuse de la volonté de saisir dans une même démarche d’analyse, des régularités linguistiques et leur inscription dans le réel social. Son association à la notion d’« agir » la met en relation avec différentes lectures du pragmatisme, celle des « actes de langage » (speech acts) et celle de la pragmatique universelle de J. Habermas (1987). Vue sous cet angle, la notion de pratique langagière semble même offrir une alternative à celle d’acte de langage.

6Dans une autre perspective, la notion de pratique langagière se rapproche des analyses conversationnelles pratiquées par certains sociologues, et, à leur suite, par des linguistes qui s’intéressent à une forme particulière de l’analyse du discours, l’analyse des dialogues, trilogues etc., et par des sociolinguistes, qui interrogent les rapports de force symboliques qui se tissent par le biais de l’exercice langagier.

Pratiques sociales, pratiques langagières et pratiques discursives

7L’utilisation de la notion de pratique langagière croise dans les années où ce terme apparaît, celle de pratique discursive qu’utilisent divers penseurs et écoles dans le domaine de l’analyse de discours (Maingueneau, 1997). On rencontre la notion de « pratique discursive » chez Foucault comme chez Pêcheux. Le terme de discours, fortement inspiré par Benveniste (1972, 1974), offre une alternative à la dichotomie saussurienne « langue » - « parole ». Du coup, la notion de pratique discursive permet d’intégrer dans un même mouvement les modes sémiologique et sémantique de Benveniste.

8Dès lors que l’on aborde les activités sociales significatives en termes de pratiques, il semble aller de soi que les activités sociales qui impliquent une médiation linguistique soient désignées par le terme de « pratique langagière ». Il faut pourtant s’arrêter sur le terme « langage » qui renvoie à des significations différentes. Ce terme réfère selon Quéré (1999) à « la parole opérante », alors que pour d’autres usagers, il désigne plutôt les fonctions de représentation et de cognition des langues. Il est donc question des représentations que véhicule le langage d’une part, et de performativité langagière d’autre part. C’est dans cette perspective que Boutet et Gardin (2001) étudient « l’activité de langage » dans le contexte du travail.

9Vignaux (1988), qui inscrit ses réflexions dans un cadre culiolien, accorde davantage d’importance à la notion de langage dans ses relations avec la cognition et le discours qu’à la notion de langue. Chez Vignaux, comme chez d’autres disciples de Culioli, le discours renvoie à une localisation ou à une instanciation des activités de langage.

10Dans Construire le sens (1994), Boutet mobilise les notions de pratiques et de formation langagières pour étudier la construction sociale du sens. Selon cet auteur, « […] la notion de pratiques langagières renvoie au fait que toute activité de langage est en interaction permanente avec les situations sociales au sein desquelles elle est produite […] la notion de pratiques langagières implique que celles-ci sont à la fois déterminées par les situations sociales, et qu’elles y produisent des effets » (p. 61-62). Et elle ajoute, « […] les pratiques langagières ne sont pas seulement sous la dépendance de facteurs externes, elles sont un agent actif de l’élaboration des situations et elles y produisent des effets en retour » (p. 63). Dans ce même texte, Boutet définit la formation langagière comme « une organisation historique particulière de pratiques langagières liées entre elles par des rapports de domination » (p. 64).

11L’intérêt de la notion de « pratique langagière » est qu’elle associe les dimensions idéelles (les représentations et les rapports de force symboliques) et matérielles (les matérialités des interactions verbales) des paroles échangées en contexte social en faisant l’économie des notions de système, de langue, voire de « système de tours de parole ». L’une des questions que pose le propos de Boutet est de savoir si les interrelations entre les activités langagières et les activités sociales se limitent à des effets et à des déterminations. Ne faut-il pas envisager également une dimension de symbolisation (voir Molino 1989) ?

12Reste encore une autre interrogation : faut-il préférer le terme de « pratique langagière » à celui d’interaction verbale ? Le terme d’« interaction verbale » provient de contextes théoriques et descriptifs différents de ceux de « pratique langagière ». Les linguistes et les sociologues qui se préoccupent de l’analyse des interactions verbales poursuivent d’autres objectifs que l’étude des interrelations entre le social et le langagier ; les uns observent des régularités discursives et le jeu de la multimodalité sémiotique tandis que les autres s’intéressent à l’ordre du social, y compris quand ils scrutent des matérialités langagières. Cependant, dans un mouvement dialectique, les travaux sur les pratiques langagières pourraient fort bien subsumer les acquis des travaux interactionnistes, surtout quand ils s’inscrivent dans une perspective pragmalinguistique (Bange, 1993).

13Alors que chez certains chercheurs la construction du sens s’inscrit dans la relation et dans l’espace entre les activités langagières et les activités discursives, d’autres chercheurs ne s’en tiennent qu’à la dimension discursive. Dans un récent ouvrage, F. Leimdorfer (2010) associe fréquemment « pratiques sociales et langagières », qu’il dissocie de « pratiques discursives ». En effet, cette notion conduit inévitablement à « formation et genre discursifs », ce qui oriente l’analyse dans une direction partiellement différente de celle initiée par « pratique langagière ».

Décrire des pratiques langagières

14Hors de sa charge polémique, la notion de « pratique langagière » engage des études des genres discursifs et à aborder la production sociale du sens. Ce projet appelle sans doute à travailler sur des marques anaphoriques (Boutet, 1994), des unités fonctionnelles comme des transactions commerciales ou des thèmes (Dittmar, 1988, 2005).

Les représentations linguistiques

15L’un des points de la contestation du structuralisme en linguistique est la critique des notions de signe et de système linguistiques (pour une référence récente, voir Calvet, 2010). C’est dans ce contexte intellectuel qu’émerge un intérêt pour l’étude des représentations liées aux langues et à leurs pratiques, ce que l’on pourrait nommer l’imaginaire linguistique, qui réintègre le locuteur dans l’étude de la langue. Le terme de « représentation sociale » est repris de la psychosociologie et des travaux de Moscovici (1961/1976). Comme pour la notion de « pratique langagière », sont attestées tantôt « représentation sociale du langage » et tantôt « représentation linguistique ».

16La notion d’imaginaire linguistique telle que définie par A.-M. Houdebine (1997) est à situer du côté de la saisie des normes mises en œuvre dans l’activité langagière et d’un travail sur l’insécurité linguistique. Contrairement à la définition que donne S. Branca-Rosoff (1996 : 79) des notions de représentation et d’imaginaire langagiers comme « (…) l’ensemble des images que les locuteurs associent aux langues qu’ils pratiquent, qu’il s’agisse de valeur, d’esthétique, de sentiment normatif, ou plus largement métalinguistique », les propositions d’Houdebine s’inscrivent plus explicitement dans le jeu des normes qui contraignent différemment les locuteurs dans un groupe.

17Dans l’article qu’elle consacre aux « imaginaires linguistiques », Sonia Branca-Rosoff privilégie

[…] d’une part les opérations de catégorisation (des mots comme langue, patois ou la dénomination des parlers) d’autre part, les normes et les activités épilinguistiques. D’un point de vue microsociologique, on s’est surtout attaché aux rapports que chaque locuteur entretient avec les parlers dont il use ; en macro-sociologie, les travaux […] (portent) sur les représentations qui accompagnent l’institutionnalisation des langues (1996 : 92).

18On peut s’interroger sur le fait de savoir si l’on doit confondre conscience, imaginaire et représentation métalinguistique dans la notion de représentation linguistique. Il semble nécessaire de poser, à la suite des propositions de L. Mondada (2000), que les activités de catégorisation des inter-actants configurent les formes linguistiques et les pratiques langagières (Mondada, 2000 : 94), en s’appuyant, entre autres, sur tout ou partie de représentations métalinguistiques émergentes.

19Une bonne compréhension de la notion de représentation demande qu’elle soit articulée à celle d’action sociale significative. Les représentations ne sont pas motrices de l’action mais résultent de la réalité des interactions avec leur part d’indécidabilité. Les actions et les émotions collectives accompagnent les activités de catégorisation par lesquelles les interactants signalent des prises de position sur eux-mêmes et sur leurs pratiques (Mondada, 2000). Deux propositions de Mondada doivent être rappelées :

20les représentations ne sont pas « des motifs déterminant l’action » mais « des phénomènes socialement distribués et négociés » ;

21« L’approche des catégories énoncées par les acteurs de façon située et finalisée dans leurs interactions ne se confond pas avec une approche des attitudes et des représentations de la langue qui recueille les positions des locuteurs par des questionnaires et des interviews » (Mondada, 2000 : 95).

22Les catégorisations produites dans le cours des interactions et les représentations produites par la « saisie » des « mises en phase » des activités collectives ont partie liée et participent de la sémantique des activités sociales.

Deux affiches à Maurice

23Je souhaite montrer à propos de deux affiches manuscrites relevées dans le contexte plurilingue de Maurice, île créolophone où l’anglais et le français sont également en usage, montrer comment les notions de pratiques langagières et de représentations des langues peuvent être mobilisées.

24Ces textes relevés dans des épiceries mauriciennes remplissent des fonctions pragmatiques d’information et de mise en garde de la clientèle. Ils peuvent être analysés du point de vue de leur fonctionnement pragmatique dans la communication ordinaire et du point de vue des représentations et de l’imaginaire qu’ils manifestent.

25Dans un contexte social plurilingue de forte scolarisation et d’alphabétisation relative de la population en langues française et anglaise, le créole n’est pas ou peu écrit. Il est l’objet d’une communication écrite institutionnelle dans des situations d’urgence (cyclone, hygiène), sinon il peut être écrit par des locuteurs peu lettrés dans des circonstances informelles.

26À l’oral, en créole comme en français régional, les deux langues les plus fréquemment attestées, des « emprunts » à l’anglais, au français et au créole selon la langue dominante peuvent être observés ainsi que des alternances codiques.

27Les productions écrites qui sont analysées infra posent également la question du genre discursif « affiche » et des pratiques langagières associées à la gestion des transactions commerciales dans des épiceries de quartier à Maurice.

28Le premier texte analysé a été recueilli à Maurice par Didier de Robillard. Il s’agit d’une affiche manuscrite placée sur le congélateur d’une épicerie, qui fournit une liste de produits et leur prix. Je cite le texte dans la version qu’en fournit L.J. Calvet (2007 : 23).

Exemple 1.
« Items :
Boneless mouton
Flaps mouton
Gigot mouton (sans os)
Viande hachée mouton
Épaulette d’agneau
Portion mouton
Entré cotte d’agneau
Butter fish
Jurite
Sa chrétien
La perle ».

29Ce texte écrit, donc destiné à une certaine pérennité, a valeur informative et commerciale. La liste des items renseigne indéniablement le consommateur local qui pratique précisément ce lexique en français régional, lexique partiellement emprunté au français international « gigot, mouton », relevant pour partie du français local « épaulette, sa chrétien, jurite » et pour partie de l’anglais « butter fish, boneless, flaps ». Elle se fonde sur une connaissance des realia et leur désignation locale et sur les connaissances encyclopédiques des récepteurs qui peuvent identifier, sans difficulté, « La Perle », un navire mauricien de pêche en haute mer. Le poisson « La perle » est donc un poisson pêché et congelé en haute mer.

30La syntaxe de ces dénominations est partagée par le créole mauricien et le français régional ; elle est de la forme suivante : N déterminé + N déterminant (flaps mouton, portion mouton, gigot mouton). On relèvera également épaulette d’agneau et entré cotte d’agneau où le N déterminant agneau est précédé de de, conformément au français exogène.

31Cette affiche se caractérise également par quelques spécificités graphiques, sachant que l’affichage officiel en créole n’est guère attesté et qu’à cette date aucune graphie officielle n’est disponible. Il s’agit d’une écriture spontanée, d’une scripta qui puise dans le fonds orthographique français et anglais, plus ou moins partagé par tous. On relèvera qu’/ãtRekct/ du français mauricien est noté « entré cotte », donc /ãtRe kct/ dans une prononciation créole et avec une décomposition graphique en deux segments. Le terme créole mauricien /zuRit/, qui désigne le poulpe, appelé en français local « ourite » /uRit/, est écrit « Jurite ». Il s’agit d’une hypercorrection graphique et phonique. En effet, « Jurite », qui devrait se prononcer /zyRit/, est une forme non attestée à Maurice (ni en français local, ni en créole mauricien). Elle manifeste cependant des règles métaphoniques connues de tout locuteur mauricien, soit créole mauricien (désormais cr. mau.) /z/ correspond à fr /z/ et cr. mau. /u/ correspond à fr. /y/. Ces règles sont appliquées à cr. mau. /zuRit/ pour produire une unité non attestée « Jurite » /zyRit/, mais que tout locuteur peut considérer comme la réfraction en « français » de /zuRit/.

32Autre bizarrerie phonético-graphique : soit /Aakre∫j ˜e/ en français local, ou /sakresjê/ en créole, poisson prisé localement. La graphie retenue dans l’affiche a subi une normalisation graphique et grammaticale en français : d’où « sa chrétien » = « sa » /kRetj ˜e/, soit une réanalyse de la syllabe initiale en un déterminant possessif et le passage de /Aj/ à /tj/. Derrière ce dernier hypercorrectisme se trouve une règle métaphonique connue, cr. mau. /s/ est le correspondant de français /A/, règle comparable à cr. mau /z/ > fr. /z/.

Exemple 2.
« TOU SAC (GROS + PITI)
/tu sak/
(tous les sacs (gros + petits)
BIZIN MET LOR
/biz ˜e met loR/
(doivent être déposés)
CONTOIR
/kõtwaR/
(comptoir)
AVANT RENTRE MERCI
/avã RãtRe meRsi/
(avant d’entrer (dans les rayons) merci)
AMENE ZIS PORTE-FEILE
/amen zis poRtfej/
(n’emportez que (votre / le) portefeuille)
ARE OU
/aR u/
(avec vous)
ATTENTION CAMERA
EN ACTION ».

33Cette affiche met en garde contre le vol dans les rayons d’une petite épicerie de quartier à Rose-Hill (rue Prince de Galles) ; elle transcrit des énoncés en créole et en français régional. La scripta utilisée puise dans l’orthographe du français ; elle est en usage chez tous les scripteurs occasionnels du créole, non savants et non militants de la « cause créole ». On notera le e de amene et de are et la graphie de zis et de porte-feile. À la différence du scripteur de l’exemple 1, créole /z/ est rendu par la graphie z et créole /ej/ est transcrit par eile. On ne relève aucune incidence des règles métaphoniques cr. mau. /z/ > fr. /z/ ou cr. mau. /e/ > fr. /e/ ou /œ/. On notera, par contre, que la mise en garde finale est rédigée en français Attention caméra en action, ce qui en fait une injonction plus frappante.

34Ces deux exemples d’affichage illustrent les interrelations entre la mise en scène des langues en contact, et notamment de la représentation du rapport entre le créole mauricien et le français à partir d’une scripta à base française, et la nécessité pragmatique d’informer et d’avertir, finalités pratiques de ces textes manuscrits. La pratique de l’affichage, la définition d’un espace scriptural inédit entre le français et les autres langues en contact montrent comment des « matérialités discursives » informent et construisent un réseau de significations où la monstration des langues est autant porteur de sens que le contenu même des unités sémiotiques mobilisées.

Pratiques langagières, représentations, sémantique sociale et linguistique

35Les notions de pratique langagière et de représentation linguistique doivent être reliées au déchiffrement de la sémantique sociale et linguistique à l’œuvre dans tout échange social. Si l’on accepte le postulat que les interactions sociales dans un groupe humain déterminé constituent les lieux, les motifs et les moyens de la praxis sociale (elles permettent l’établissement de liens interindividuels, le partage et la négociation de valeurs et de représentations, la réalisation d’activités conjointes, dont des activités langagières, obéissant à des finalités variées), il convient d’analyser les significations, littérales et implicites, de ces échanges langagiers comme des instances de signification sociale.

36L’analyse des deux affiches mauriciennes montre la complexité de ces processus sociaux, rendus plus complexes par le recours au médium écrit. Deux espaces de significations s’entrecroisent, l’une associée aux moyens sémiotiques mobilisés, et l’autre au sens endogène de l’(inter)action humaine. Les pratiques langagières participent à la construction de la signification sociale à côté d’autres activités sociales de l’homme. Je suivrai Jean Molino (1989), pour ajouter que la clé qui permet de rendre compte de « l’individualité, (de) l’historicité, (de) la valeur et (de) l’intentionnalité » des activités humaines, dont les pratiques langagières, réside dans l’activité symbolique humaine. À la suite de cet auteur, je soutiendrai que l’appréhension des stratégies du faire – stratégies poïétiques –, du vivre – stratégies esthésiques – et leurs traces dans le domaine du lien social, comme dans celui du langage, constitue le mode d’accès, sans doute le plus fructueux, au sens de l’action sociale comme à celui des pratiques langagières, et à la part idéelle qu’elles font surgir.

Bibliographie

Bange P., 1993, Analyse conversationnelle et théorie de l’action, Paris, Hachette, Collection « LAL ».

Benveniste E., 1972, Problèmes de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Benveniste E., 1974, Problèmes de linguistique générale II, Paris, Gallimard.

Boutet J., 1994, Construire le sens, Berne, Peter Lang.

Boutet J., 2002a, « Formation langagière », in P. Charaudeau, D. Maingueneau (éds.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil, p. 272-274.

Boutet J., 2002b, « Pratique langagière », in P. Charaudeau, D. Maingueneau (éds.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil, p. 458-460.

Boutet J., 2010, « Histoire de la sociolinguistique en France : quelques jalons et filiations », in M. Gasquet-Cyrus, A. Giacomi, Y. Touchard, D. Véronique (éds), Pour la (socio)linguistique, Paris, L’Harmattan, p. 59-75.

Boutet J. & Gardin B., 2001, « Une linguistique du travail », in A. Borzeix, B. Fraenkel (coord.), Langage et Travail, Communication, cognition, action, Paris, Éd. du CNRS, p. 89-111.

Branca-Rosoff S., 1996, « Les imaginaires linguistiques », in H. Boyer (éd.), Sociolinguistique : Territoire et objets, Lausanne, Delachaux et Niestlé, p. 79-114.

Calvet L.-J., 2007, « Pour une linguistique du désordre et de la complexité », in P. Blanchet, L.-J. Calvet, D. de Robillard (éds.), Un siècle après le Cours de Saussurre : la Linguistique en question, Paris, L’Harmattan, p. 13-80.

Calvet L.-J., 2010, Le jeu du signe, Paris, Seuil, Coll. Fiction et Cie.

Charaudeau P., 2002, « Représentation sociale », in P. Charaudeau, D. Maingueneau (éds.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil, p. 502-505.

Dittmar N., 1988, « À propos de l’interaction entre la construction du thème et l’organisation de la conversation : l’exemple du discours thérapeutique », Langue Française, n° 78, p. 88-100.

Dittmar N., 2005, « Sociolinguistique et analyse du discours : quel type d’interface ? », Langage & Société, n° 114, p. 49-71.

François D., 1974, Français parlé. Analyse des unités phoniques et significatives d’un corpus recueilli dans la région parisienne, tomes I et II, Paris, S.E.L.A.F.

Guenier N., 1997, « Représentations linguistiques », in M.-L. Moreau (éd.), Sociolinguistique. Les concepts de base, Bruxelles, Mardaga, p. 246-252.

Habermas J., 1987, Logique des sciences sociales et autres essais, Paris, PUF.

Houdebine A.-M., 1997, « Théorie de l’Imaginaire linguistique », in M.-L. Moreau (éd.), Sociolinguistique. Les concepts de base, Bruxelles, Mardaga, p. 165-167.

Leimdorfer F., 2010, Les sociologues et le langage, Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme.

Maingueneau D., 2002, « Pratique discursive », in P. Charaudeau, D. Maingueneau (éds.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Éditions du Seuil, p. 457-458.

Molino J., 1989, « Interpréter », in C. Reichler (éd.), L’interprétation des textes, Paris, Éd. de Minuit, p. 9-52.

Mondada L., 2000, « La compétence de catégorisation : procédés situés de catégorisation des ressources linguistiques », in P. Martinez, S. Pekarek Doehler (éds.), La notion de contact de langues en didactique, Fontenay-St Cloud, ENS Éditions, p. 81-101.

Moreau M.-L. (éd.), 1997, Sociolinguistique. Les concepts de base, Bruxelles, Mardaga.

Moscovici S., 1961/1976, La psychanalyse, son image, son public, Paris, PUF.

Quéré L., 1999, La sociologie à l’épreuve de l’herméneutique, Paris, L’Harmattan.

Sauvageot A., 1957, Les procédés expressifs du français contemporain, Paris, Librairie C. Klincksieck.

Sauvageot A., 1972, Analyse du français parlé, Paris, Hachette.

Vignaux G., 1988, Le Discours acteur du monde. Énonciation, argumentation et cognition, Paris, Ophrys.

Auteur

Aix-Marseille Université

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540