Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Langue commune : normes, usages et histoire

Le temps chez les synonymistes du XVIIIe siècle : Girard, Beauzée, Roubaud

Françoise Berlan

Texte intégral

  • 1 Voir F. Berlan, 1999, « Synonymistes et écrivains au XVIIIe siècle : de la clarté au lyrisme accumu (...)

1L’évolution de la synonymie distinctive au XVIIIe siècle reflète un mouvement d’ensemble vers une prise en compte du temps. Les trois auteurs majeurs  : Girard (1677-1748), Beauzée (1717-1789) et Roubaud (1730-1792) échelonnent leurs écrits de 1718, sous la Régence, jusqu’en 1796, date de l’édition posthume de l’ouvrage de Roubaud, en pleine période révolutionnaire, en passant par Beauzée en 1769, à l’issue de l’entreprise de l’Encyclopédie1. Leurs ouvrages seront examinés successivement selon trois paramètres liés  : l’auteur et la tradition, les langues et le temps, les théories de la synonymie.

Girard, auteur Régence

  • 2 Voir F. Berlan, 2011, « Clarté et distinction à la mode Régence : Marivaux et l’abbé Girard », in F (...)
  • 3 A.H. La Motte, 1716, « Discours sur le différent mérite des ouvrages d’esprit », in F. Gevrey, B. G (...)

2Le premier état de la réflexion de l’abbé Girard est La Justesse de la langue françoise. C’est le moment, sous la Régence, de la deuxième Querelle des Anciens et des Modernes, abondamment étudiée en histoire littéraire, mais peu sollicitée en matière de grammaire et d’approche du sens. Or, notre premier auteur paraît éminemment un Moderne2. Ne pas se percevoir dans une continuité culturelle, c’est opter pour la révocation des connaissances antérieures, non sans une influence cartésienne, sous l’égide de Fontenelle. Ainsi voit-on La Motte faire reposer la vie de l’esprit sur quatre activités de dignité croissante  : la mémoire, l’imagination, le jugement et la méthode3. La faculté de mémoire ainsi ravalée au dernier rang justifie le dédain pour la memoria, cette pièce maîtresse de la théorie de l’imitation chère à l’Antiquité et aux Anciens.

Le cogito du synonymiste.. Refus de la tradition, dédain pour la mémoire

  • 4 L’abbé G. Girard, 1718, La Justesse de la langue françoise, Paris, Laurent d’Houry, Discours prélim (...)
  • 5 G. Girard, 1736, Synonymes françois, édition consultée : Veuve d’Houry, 1740, Paris, Préface, p. XV (...)
  • 6 G. Girard, 1747, Les vrais principes de la langue française, édition consultée : Pierre Swiggers, 1 (...)
  • 7 G. Girard, La Justesse de la langue françoise, op. cit., p. XVI.
  • 8 Ibidem, p. XXIII.
  • 9 Ibidem, p. XXXVIII-XXXIX.

3Tout au long de son œuvre, Girard, éternel auteur Régence, prétend ne tirer ses réflexions que de son fonds propre et affirme, à propos de la Justesse  : «  Je n’ai copié personne [...]. Le sujet est tout neuf  ; & j’ai tâché de le traiter d’une manière nouvelle.  »4. Il réitère cette même ambitieuse affirmation dans ses Synonymes françois5 comme un an avant sa mort, dans Les vrais Principes de la Langue Françoise6. Sa démarche est fondée sur la seule coprésence d’une pensée et de son sujet d’étude. Ce refus de la tradition s’accompagne du rôle restreint accordé à la mémoire dans la démarche du synonymiste. Girard ne la mentionne, non sans dédain, qu’au seul moment de la collecte onomasiologique. Il s’enorgueillit d’un ouvrage «  qui est uniquement le fruit de la réflexion, & où la mémoire n’a d’autre part que d’avoir fourni le nombre des synonimes qu’il contient  »7. Il y a partout chez lui un imaginaire, négatif autour de la répétition, positif vers la nouveauté et la variété8. Ce goût est à la source de son intuition sur la raison d’être des pronoms9.

Girard et le temps dans les faits de langue

  • 10 G. Girard, Les vrais principes de la langue françoise, op. cit., p. 27-28.
  • 11 Ibidem, p. 30.

4On observe une même défiance pour l’incidence du temps dans les faits de langue eux-mêmes. C’est dans son ultime ouvrage, Les Vrais Principes, que Girard prend position contre certains acquis des historiens. Ce slavisant, informé sur les langues vivantes en Europe, manifeste alors moins une ignorance qu’un choix théorique en donnant la priorité aux dominantes systémiques. Le coup de force, cependant, c’est de nier l’histoire ou plutôt d’en forger une différente, soumise à ces données jugées décisives. Le français serait issu de la langue vernaculaire de la Gaule ou de celle des envahisseurs à la chute de l’Empire romain, l’une et l’autre compatibles avec son génie. Dans ce refus Moderne de la dette à l’Antiquité latine et à sa langue, apparaît surtout la relégation au rang d’accessoire de la causalité historique. Selon lui, «  [la syntaxe ou construction] [...] fait la différence la plus essencielle entre les Langues, & s’opose à l’opinion de ceux qui assurent que la Françoise l’Espagnole & l’Italienne sont filles de la Latine10  ». Ce déni permet à Girard de suggérer les premières formulations d’une nouvelle discipline, celle de la typologie des langues. Il distingue ainsi les langues analogues, transpositives et mixtes11.

La synonymie et le temps

  • 12 Le Père D. Bouhours, 1671, Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène, S. Mabre-Cramoisy, Deuxième entreti (...)
  • 13 Girard, La Justesse, op. cit., « Discours préliminaire », p. XXII-XXIV.
  • 14 Girard, Synonymes françois, op. cit., Préface, p. VII-VIII.

5Ce même dédain pour la diachronie s’observe dans l’étude des synonymes. La Justesse paraît la même année que la deuxième édition du Dictionnaire de l’Académie adoptant l’ordre alphabétique strict au détriment des familles de mots. Ce parti des rédacteurs est un arrêt sur la synchronie. De même, le synonymiste examine les différences entre unités coprésentes dans le champ de l’observation. Il y a chez Girard un goût de l’actuel, presque un snobisme du mot à la mode, déjà présent chez le Père Bouhours12, et qui fonde aussi les Remarques de Vaugelas. Par ce déni du passé, il définit son objet d’étude  : «  Quand je dis qu’il n’y a point de parfaits synonimes dans la Langue  ; j’entens la Langue dans sa pureté & dans son état présent. Je n’ai garde de nommer Langue un amas monstrueux de tous les mots, soit du bon soit du mauvais usage, soit anciens soit nouveaux  »13. Il s’agit de proposer un instantané de l’idiome. Pas de continuité à assurer ni de monument à édifier pour une survie. C’est clairement à ses contemporains qu’il s’adresse  : «  Quelle que soit néanmoins la destinée de notre langue dans les siècles postérieurs, la crainte de son altération ou de son anéantissement ne m’empêchera pas de donner au Public les observations que j’ai faites.  »14

Théorie et système en synonymie

  • 15 Ibidem, p. XI-XII.
  • 16 Girard, La Justesse, op. cit., p. XV-XVI.
  • 17 Ibidem, p. XXVII.

6À la différence des remarqueurs, à l’affût des faits de variation qui ne peuvent être traités qu’isolément, traces du caprice des langues, Girard prétend édifier un système. Selon le Dictionnaire de l’Académie à l’article correspondant, dans l’édition de 1740, les idées de relation (assemblage  ; liés ensemble), de causalité (principes et conséquences qu’on en tire) et de simplicité (tout un domaine édifié sur quelques principes) en constituent le caractère. Girard emploie le mot pour parler de sa théorie sémantique différentielle15. Elle impose une unité sous l’agrément de la variété et repose sur la saisie simultanée des termes confrontés16. Le contenu sémantique est réductible à des éléments dont l’agencement distingue l’identique du différent17. Un imaginaire de la divisibilité régit la représentation du sens.

  • 18 P. Carlet de Marivaux, 1755, « Le Miroir », in F. Deloffre, M. Gilot (éds.), 1988, Journaux et Œuvr (...)

7Ces conceptions de Girard rappellent Marivaux, un presque contemporain, qui décompose lui aussi en unités multiples, more geometrico, le domaine de l’esprit, saisi d’un seul coup d’œil dans un miroir allégorique faisant apparaître «  la subdivision de tous les degrés d’esprit et de sentiment, de vices et de vertus, de courage et de faiblesse, de malice et de bonté, de vanité et de simplicité que nous pouvons avoir  »18. Ce monde moral à facettes est celui des procédures définitionnelles de Girard. Par leur coprésence, dans un voisinage contrastif, les traits appariés se distinguent à la faveur de séquences jumelées qui jouent sur l’identité et la différence, comme dans ce bref échantillon  :

  • 19 Girard, Synonymes françois, op. cit., p. 310.

La sincérité empêche de parler autrement qu’on ne pense  : c’est une vertu. La franchise fait parler comme on pense  : c’est un effet du naturel. La naïveté fait dire librement ce qu’on pense  : cela vient quelquefois d’un défaut de réflexion [...].19

  • 20 Girard, La Justesse, op. cit., p. XXI.

8Le temps est gommé aussi dans la manière girardienne, bien classique, de livrer un texte comme à l’état naissant, sans le passé de la difficile formulation  : «  Les termes les plus heureux, qui paroîtront naître du sujet & se présenter naturellement ne sont pas quelquefois ceux qui m’ont le moins coûté, avoue-t-il.  »20

9L’absence de citations dans les articles gomme aussi toute épaisseur temporelle. Un seul énonciateur se fait entendre  : Girard lui-même. Il partage avec les Académiciens, qui ne citent pas, la conscience d’une exemplarité de son propre usage dans son actualité.

  • 21 Girard, Synonymes françois, op. cit., p. 314-315.

10Enfin, apparaît avec éclat la mise en retrait de ce que la tradition appelle depuis longtemps déjà le sens figuré. Pour Girard, l’étymologie et le sens propre du mot n’ont pas à être convoqués, car l’immédiateté de l’échange communicationnel ne s’encombre pas du parcours sémantique antérieur des mots confrontés. Tout au plus, çà et là, comme à l’article SURPRENDRE. TROMPER. LEURRER. DUPER 21, et non sans une légère manipulation, notre synonymiste consent-il à indiquer de manière cryptée que leurrer, c’est user d’apas que l’on fait briller...

Beauzée entre tradition érudite et fidélité à Girard

11Occupant la position médiane entre les trois synonymistes par sa génération, celle de l’Encyclopédie, Beauzée incarne aussi une position moyenne, peut-être transitionnelle, dans une prise en compte accrue du temps dans les faits de langue.

Le porte-parole d’une collectivité savante

  • 22 N. Beauzée, 1769, Synonymes françois [...], Nouvelle édition, Paris, Le Breton ; édition consultée  (...)
  • 23 Ibidem, p. 10.
  • 24 Ibidem, p. 10.
  • 25 Ibidem, p. 13.
  • 26 Ibidem, p. 13-14.
  • 27 Ibidem, p. 15-16.
  • 28 Ibidem, p. 15.

12En contraste avec le parti pris girardien de la nouveauté, Beauzée revient à une attitude érudite d’Ancien, citant la tradition de la synonymie depuis l’Antiquité. S’effaçant dans son statut auctorial, il se cantonne presque au rôle d’éditeur de Girard. La réflexion porte d’abord sur la langue latine, prestigieuse comme les grands auteurs qui la commentent, au premier rang desquels Cicéron22. Il mentionne Varron, Quintilien, Sénèque, la basse latinité, puis les spécialistes ultérieurs du latin23 et sa première approche du phénomène concerne une langue morte24. C’est dans la même perspective d’historien qu’il évoque une tradition comparable pour le français en citant des remarqueurs et des écrivains du siècle précédent, le Père Bouhours, Ménage, Andry de Boisregard, La Bruyère25. Loin d’être un commencement absolu, Girard est replacé au sein d’un courant de pensée, même si Beauzée, en admirateur sincère, souscrit aux affirmations de nouveauté de son prédécesseur, qui «  fut à lui-même son modèle  »26. Cette réticence à l’individualisme se traduit par une forme d’impersonnalité. Beauzée parle peu en son propre nom et préfère insister sur la collaboration des auteurs au fil du temps27. Il conjugue anticipation programmatique et souci du travail collectif en appelant de ses vœux une entreprise lexicographique prolongeant l’œuvre de Girard. Une répartition de la tâche s’effectuerait selon deux axes  : l’investigation synonymique et sa mise en forme d’une part, la collecte de citations d’autre part. Il introduit ainsi, par ce deuxième apport, les voix multiples des contributeurs et se différencie de la source énonciative unique de Girard28.

Les langues et le changement

  • 29 Ibidem, p. 12.

13La réintroduction du paramètre temporel dans la réflexion sur les langues est observable chez Beauzée, mais les avancées sont modestes. La question du changement prend la forme du lieu commun sur les difficultés d’approche des langues mortes que sont le grec et le latin, en des termes que n’aurait pas reniés Du Bellay dans La Deffence. Contrairement à Girard insoucieux du futur et tout occupé à saisir des instantanés de la langue qu’il partage avec ses lecteurs, Beauzée voit l’entreprise synonymique comme l’édification d’un monument aux classiques que seront devenus les grands auteurs de son temps, quand le français aura subi d’irréversibles altérations  : «  Ce seroit véritablement consacrer à -l’immortalité les noms & les ouvrages de nos Homère, de nos Sophocle, de nos Euripide, de nos Pindare, de nos Démosthène, de nos Thucidide, de nos Platon.  »29

  • 30 D. Diderot, J. Le Rond d’Alembert et al. (1751-1766), Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des Sci (...)
  • 31 Ibidem, p. 253.
  • 32 Ibidem, p. 255.

14En 1765, quatre ans avant l’édition des Synonymes françois, Beauzée est l’auteur de l’étonnant article LANGUE de l’Encyclopédie 30. Les distinctions typologiques de Girard reposaient sur des dominantes morphosyntaxiques. Son successeur va leur donner la caution de l’Histoire sainte dans une étrange perspective créationniste. De même que l’homme a été d’emblée créé comme être parlant et que les constructions d’un Rousseau, notamment, dans son Discours sur l’Origine de l’inégalité, sont rejetées par Beauzée déclarant  : «  Si les hommes commencent par exister sans parler, jamais ils ne parleront31  », de même la multiplication des langues est le fruit d’une intervention divine, lors de l’épisode de la tour de Babel. Et il ajoute qu’«  on doit la regarder comme subite et comme miraculeuse dans sa cause autant que dans son effet  »32.

  • 33 Ibidem, p. 258.
  • 34 Ibidem, p. 259.
  • 35 Ibidem, p. 263.

15Cet argument confessionnel étaye le classement des langues emprunté à Girard  : une langue analogue ne saurait en aucun cas être issue d’une langue transpositive, ni l’inverse. La langue primitive, celle d’Adam et Eve, était analogue, selon Beauzée, car ce terme signifie «  une marche en quelque sorte parallèle à celle de l’esprit  ».33 Cet agencement est donc le plus immédiat et le plus simple. Et c’est Babel qui a produit l’altérité du modèle transpositif. L’hébreu, la plus ancienne des langues, et le celte, «  proche de l’hébreu  », sont analogues, ce qui amène Beauzée à conclure que «  notre français n’est rien autre chose que le gaulois de nos vieux Druides, insensiblement déguisé par toutes les métamorphoses qu’amène nécessairement la succession des siècles  »34. En fin d’article, sous le titre «  Génération successive des langues  », il cite longuement Girard et les Vrais Principes. Il relègue comme lui les parentés lexicales au rang de faits extérieurs à la langue et simples reflets de données événementielles et référentielles, car «  l’analogie des mots ne peut pas être une preuve suffisante de la filiation des langues  »35.

  • 36 Ibidem, (1756), t. VI, article ÉTYMOLOGIE, p. 98-111.
  • 37 Ibidem, p. 99.

16Tel est le prix à payer par l’histoire de la langue au profit d’une certaine idée du système. Ce démon de la théorie peut s’exercer à plein chez cette génération de grammairiens philosophes avant la totale réhabilitation des recherches en étymologie et la naissance de la grammaire comparée. Or, neuf ans auparavant, en 1756, ordre alphabétique oblige, Turgot avait rédigé dans la même Encyclopédie son remarquable article ÉTYMOLOGIE36. On y voit une connaissance déjà sûre des faits et méthodes de cette discipline, dont les acquis, connus, ne sont pas totalement reconnus. Les incertitudes de ces recherches sont un lieu commun de l’époque, en partie justifié par l’ignorance des lois phonétiques. Turgot, cependant, déclare sans ambages  : «  Il n’est pas nécessaire d’être versé dans l’art étymologique pour savoir que le français et les langues modernes du midi de l’Europe se sont formées par la corruption du latin mêlé avec le langage des nations qui ont détruit l’Empire romain.  »37

17On observe chez lui une appréhension du changement et de la variation, que n’auraient pas reniée Meillet ou Darmsteter  :

  • 38 Ibidem, p. 98.

Les circonstances dont la répétition a déterminé dans l’esprit de chaque individu le sens d’un mot, ne sont jamais exactement les mêmes pour deux hommes  ; elles sont encore plus différentes pour deux générations. Ainsi à considérer une langue indépendamment de ses rapports avec les autres langues, elle a en elle-même un principe de variation. La prononciation s’altère en passant des pères aux enfans  ; les acceptions des termes se multiplient, se remplacent les unes les autres  ; de nouvelles idées viennent accroître les richesses de l’esprit humain38.

18Ainsi l’Encyclopédie joue-t-elle ce rôle de creuset, où se mêlent le passé et le futur des études de langue, non sans chevauchements chronologiques. Turgot rajeunit les perspectives des philologues et historiens du siècle passé tels Ménage ou Du Cange. Beauzée, après Girard, contredit les faits au nom de la primauté accordée à une typologie morphosyntaxique des langues, mais sa volonté de rationalisation prend pour caution l’histoire sainte  : le changement subit et miraculeux est seul acceptable pour justifier le surgissement, après Babel, des langues transpositives, tant est intemporelle la différence systémique ainsi privilégiée.

  • 39 Beauzée, 1769, Synonymes français, op. cit., article 587, p. 173.

19Ce retour à une certaine prise en compte de la temporalité apparaît aussi dans la manière dont Beauzée retrouve le paramètre du sens figuré dans la réflexion sur la synonymie. Alors que Girard faisait miroiter dans l’instant de la description la valeur différentielle des items confrontés, son successeur redonne aux mots un passé qui est le sens propre. C’est dans cette perspective qu’est repris l’article de Girard précédemment cité, après inclusion dans l’entrée nouvelle MOT TERME  : «  Si l’on veut parler de la signification objective dans le sens propre, LEURRER est un terme de fauconnerie  ; & dans le sens figuré, où nous l’employons au sens de TROMPER par de fausses apparences, c’est un terme métaphorique.  »39

Éloge de la théorie

  • 40 Ibidem, Préface, p. 13-14. C’est nous qui soulignons par les italiques.

20Mais comme pour son prédécesseur, l’obstacle majeur à la prise en compte du temps, pour Beauzée, c’est qu’il est à ses yeux le domaine de l’irrégularité et des facteurs extérieurs à la langue. C’est donc en accord avec son article de l’Encyclopédie, où la typologie prévaut sur la diachronie, qu’il loue le premier des synonymistes d’avoir en vue le système. Il reprend ainsi le terme de Girard et lui fait désigner l’objet à décrire, la langue elle-même. Son prédécesseur est à ses yeux le «  génie pénétrant et fin  » qui a su «  répandre dans le système entier de la langue une lumière dont quelques rayons n’avoient qu’à peine annoncé l’aurore  ».40

Roubaud. Le temps retrouvé  ?

21Les Nouveaux synonymes français de l’abbé Roubaud paraissent en 1785 et constituent une rupture concernant le rôle du temps dans les langues et dans les théories sur les langues, même s’ils s’édifient à la suite des travaux des synonymistes précédents. L’Encyclopédie était une croisée des chemins, symbolisée par la coexistence antagoniste des articles ÉTYMOLOGIE de Turgot et LANGUE de Beauzée. Quelques volumes plus tard, l’article SYNONYME du même Beauzée se réfère de plus au Président de Brosses, concernant la «  mécanique  » des langues et la proposition d’universaux expressifs de l’articulation des sons. Ce dernier était déjà cité par Turgot et Beauzée, dans les articles étudiés plus haut, à propos de l’origine du langage. Roubaud est bien placé pour faire son miel de tous ces apports. Physiocrate avant d’avoir été synonymiste, il faisait partie des économistes se réclamant de Turgot, et il partage avec lui un autre domaine, les connaissances en étymologie. Par Beauzée, en revanche, il hérite de la problématique différentielle de Girard en synchronie. Disciple de Court de Gébelin plus que du Président de Brosses, il partage avec l’un et l’autre la conviction d’une motivation expressive inscrite dans le langage. Précurseur de la grammaire comparée, il poursuit, à travers le passage du temps, la recherche d’une stabilité intemporelle des mots. Sous la durée se dessine un imaginaire de la permanence.

Une subjectivité inscrite dans la durée

  • 41 L’abbé P-J. Roubaud, 1785, Nouveaux synonymes françois, Paris, Moutard ; édition consultée : Paris, (...)
  • 42 Ibidem, p. XIV-XV.
  • 43 Ibidem, p. XIV.

22Cette durée est d’abord la trame narrative d’une vie consacrée à la recherche de la vérité. C’est du moins sous ce jour que Roubaud se présente à ses lecteurs avec une subjectivité affichée. Contrairement à Girard ou Beauzée qui présentent au public des difficultés résolues et un programme achevé, Roubaud opte pour le récit d’une aventure intellectuelle à la première personne. Elle commence par le rejet des automatismes de l’enfance concernant le sens des mots  : «  Que dirois-je de cette foule innombrable qui ne parle que par imitation, comme un enfant parle la langue de sa nourrice  ? De l’habitude à la science de la parole, vous avez une carrière épineuse et longue à parcourir.  »41 Si les savants sont nos guides contre l’habitude, ils sont eux-mêmes révoqués en doute, et parmi eux, le maître par excellence, l’abbé Girard  : «  À la vérité, il arrive souvent que les distinctions établies par ces grammairiens-philosophes [...], prennent un grand crédit sur nous [...]. Méfions-nous de cette facilité crédule de notre esprit.  »42 Adoptant l’épochè des sceptiques et l’arrêt sur une interrogation pressante, Roubaud suspend ses connaissances antérieures pour construire un nouveau chemin avec ses seules forces, plus proche en cela de Girard que de Beauzée  : «  Comment rassurer mon esprit inquiet qui cherche la science  ? Il faut donc que je juge moi-même les maîtres dont je prenais les leçons  ; il faut que je découvre par mes propres forces la vérité qu’ils me promettent sans m’en offrir aucun caractère.  »43

  • 44 Ibidem, p. XXXIX.
  • 45 Ibidem, p. XIX.

23Cette aventure intellectuelle s’édifie dans le temps comme une narration, fortement dramatisée. La métaphore de la route ou de la carrière image un parcours qui fait écho au sens étymologique du mot méthode, dont Roubaud fait grand usage44. Partageant avec Girard la même revendication d’individualisme, son successeur substitue à l’intuition la recherche de preuves et la voie discursive de la démonstration. À tous niveaux, le paramètre de la durée est sollicité, alors qu’il était absent chez Girard. Le rapport à la tradition est différent  : Girard se dit un commencement absolu, Roubaud conteste ses prédécesseurs, ce qui se traduira dans ses articles volontiers polémiques où se succèdent comme dans une controverse le texte du synonymiste incriminé et sa propre réponse. Cette distance critique s’accompagne de défiance à l’égard de l’opinion, même savante. S’il apparaît comme un esprit chagrin, Roubaud est aussi le témoin de l’indifférence de son temps aux recherches historiques en matière de langue, et singulièrement en étymologie. Ce grief durera tant que la discipline n’aura pas imposé son statut scientifique  : «  Les extravagantes imaginations de quelques étymologistes n’empêchent pas que l’étymologie ne soit un art, et qu’elle impose silence à la raillerie par des origines certaines et incontestables.  »45

  • 46 Ibidem, p. XI-XII.
  • 47 Ibidem, p. XXXI-XXXII.
  • 48 Ibidem, p. XXXII.

24La pente narrative s’accompagne chez Roubaud d’allusions autobiographiques. Son activité de synonymiste est replacée dans le combat d’une vie contre les malentendus, après ses activités d’économiste46. Il se met en scène enfin dans sa dernière occupation et justifie par son état de santé l’aspect non construit de son ouvrage47. Cette présence du moi était observable aussi dans les textes liminaires de Girard, mais à la figure de l’auteur adoptée par ce dernier, succède une allusion à la personne 48. On est désormais loin de l’idéal classique qui aurait renié cette complaisance indiscrète, en cette fin du XVIIIe siècle où le sujet et le sentiment ont su s’imposer.

  • 49 Ibidem, p. XIII.
  • 50 Ibidem, p. XXIII.
  • 51 Ibidem, p. XXIII.

25Si Roubaud est critique à l’égard de l’ouvrage de Girard, qu’il déclare cependant «  presque devenu classique49  », il témoigne d’un intérêt pour le détail des faits, qui le rapproche des remarqueurs, absents de sa Préface, mais fréquemment utilisés dans les articles. L’usage est pour lui le support d’un contact approfondi avec l’idiome, trace de la rémanence à travers le temps  : «  Je m’assure, autant que je le puis, [...] de sa perpétuité par l’accord soutenu de l’ancien langage avec le langage actuel. [...] Je cite nos anciens auteurs  : avec leur langage naïf, ils sont plus près de l’origine et du sens primitif des mots.  »50 L’usage, c’est aussi le recours aux citations, autorités que Roubaud reconnaît après Beauzée. Son goût pour le discursif et le subjectif s’y fait jour aussi, à travers l’exemplarité51.

Les langues entre changement et permanence

  • 52 Voir F. Berlan, 2007, « Peut-on concilier la notion de valeur et le recours à l’étymologie en synon (...)

26Pour tenter d’appréhender la prise en compte du temps des langues par Roubaud, il faut insister sur la différence radicale d’attitude qui le caractérise à l’égard des unités lexicales étudiées. En termes saussuriens, Girard comme Beauzée travaillent sur les signifiés, revêtus de signifiants étiquettes. Leur successeur explore des signes52, forme et sens, recueillant ainsi l’héritage -d’étymologistes comme Turgot. Ce dernier n’écrivait-il pas  :

  • 53 L’Encyclopédie, op. cit., vol. VI, article Étymologie de Turgot, p. 101.

Je ne sai si en matière de conjectures étymologiques, les analogies fondées sur la signification des mots sont préférables à celles qui ne sont tirées que du son même. Le son paroît appartenir directement à la substance même du mot  ; mais la vérité est que l’un sans l’autre n’est rien, et qu’ainsi l’un et l’autre rapport doivent être perpétuellement combinés dans nos recherches53.

27Sur ce point, Roubaud ne parle pas autrement  :

  • 54 Roubaud, op. cit., p. XIX.

Cet art a ses règles  ; et la première de ces règles est d’exiger un double rapport de son et de sens entre les mots de deux langues, pour assurer que la langue moderne les a reçus de l’ancienne, ou que les deux langues les ont également puisés dans la même source.54

  • 55 Roubaud, op. cit., p. XV.

28Son originalité et la difficulté théorique de sa démarche apparaissent dans l’application de ce principe à la synonymie différentielle. C’est postuler en effet que l’origine et le passé des mots sont en lien direct avec la synchronie retenue pour l’examen des items confrontés, contrairement à une opinion majoritaire encore aujourd’hui. Quoi qu’il en soit, cet appui sur l’origine des mots suppose pour notre synonymiste du XVIIIe siècle, le recours aux langues parentes  : «  J’ai donc cherché les différences des mots synonymes dans leur valeur matérielle ou dans leurs éléments constitutifs, par l’analyse, par l’étymologie, et par les rapports sensibles, tant de son que de sens, qu’ils ont avec des mots de différentes langues.  »55

  • 56 A. Court de Gébelin, 1776, Histoire naturelle de la parole ou Précis de l’Origine du Langage et de (...)
  • 57 Roubaud, op. cit., p. XVI.

29Mais la perspective de Roubaud n’est pas compréhensible si, en deçà de cette prise en compte des langues dans le temps, n’apparaissait au cœur du dispositif l’affirmation cratylique d’une expressivité «  naturelle  » et originaire des signes. Le XVIIIe siècle est fertile, comme on le sait, en hypothèses sur le langage des origines. À côté des théories totalisantes d’un Court de Gébelin56, des positions plus mesurées comme celles du Président de Brosses semblent acceptables à Turgot mais aussi à Beauzée. De Brosses admet une catégorie spécifique de mots comme les onomatopées, les mots de l’enfance ou issus des premiers apprentissages et les interjections qui supposeraient une expressivité quasi universelle de certaines articulations. Il y aurait ainsi des invariants intemporels dans le lien du son au sens. Roubaud reprend ces thèses en disciple radical de Court de Gébelin  : «  La consonne G, Gu, tirée du gosier, désignera naturellement, le gosier, la gorge, et les idées relatives à cet organe  ; la consonne B ou P, prononcée du bout des lèvres, la bouche, et par analogie la parole, etc. [...].  »57

  • 58 Ibidem, p. XVIII.
  • 59 Ibidem, p. XIX.
  • 60 Ibidem, p. XXI.

30Le temps est perçu par Roubaud comme l’élément perturbateur de cette iconicité naturelle. C’est donc un paramètre plutôt négatif, mais il engage à rechercher des régularités sous cette fluence, et c’est là qu’interviennent, avec la science étymologique de l’époque, les balbutiements de la grammaire comparée, avant la découverte de lois phonétiques  : «  Si j’interroge en vain la nature, écrit-il, j’ai recours au principe de la fraternité des langues  : il me conduit au même but.  »58 Le principe de filiation est clairement affirmé par l’expression de «  langue mère  », mais au-delà des langues romanes, bien associées par ce méridional et bon latiniste, le celte est érigé en «  source commune de toutes les langues  », conformément aux thèses de Court de Gébelin59. Beauzée aussi affirmait son ancienneté en l’associant à l’hébreu, mais selon ses propres critères, typologiques et non lexicaux. De ce fait, les items acquièrent un statut identitaire intangible. Le temps n’a pas de prise sur eux et ils traversent les siècles en restant irréductibles à tout autre item sous les altérations de surface dans le jeu de la comparaison différentielle60.

  • 61 Ibidem, p. XXIV.

31Ce caractère intangible des unités lexicales vaut aussi pour les affixes. Roubaud est un des créateurs de la morphologie dérivationnelle. Le résultat de cette stabilité, c’est d’anticiper sur l’avenir de la langue. L’auteur des Nouveaux synonymes est le premier dans cette tradition à avoir une théorie du -néologisme. Les règles de formation déterminent la prédictibilité des items construits61.

  • 62 Ibidem, t. I, p. 153-155.

32Enfin, le recours à l’étymologie impose pleinement une diachronie du sens figuré, non sans ambiguïté, cependant, en l’absence de toute tentative de datation ou même de périodisation. C’est plutôt l’essence d’un sémantisme que Roubaud prétend révéler à travers la diversité apparente des acceptions, comme dans l’article Attraits, Appas, Charmes, parmi bien d’autres, rectifiant celui de Girard, sous la même entrée multiple62.

Méthode et théorie

  • 63 Ibidem, Préface, p. XXIII-XXIV. C’est nous qui soulignons par les italiques.

33Girard parlait de son système. Beauzée louait les vues de son prédécesseur sur «  le système entier de la langue  ». Roubaud est plus coutumier du terme de méthode. La théorie prend chez lui la forme temporelle de l’investigation comparative. Il en déplore parfois la longueur laborieuse, qui s’oppose aux instantanés intuitifs du premier synonymiste, mais il recherche, à travers ce parcours, les régularités qu’il appelle lui aussi le système 63.

  • 64 Ibidem, p. XXV.

34Reste la formulation au sein des articles. Alors que Girard, en bon classique, nous livrait un «  produit fini  », son successeur nous rend témoins de ses hésitations et repentirs, peu compatibles avec un programme lexicographique64. Cette prolixité inquiète jouera en sa défaveur dans la transmission de son héritage.

Conclusion  : regards croisés entre les siècles. Des parentés  ?

35Ainsi voit-on sur près d’un siècle bouger les lignes du rapport au temps dans l’approche des faits de langue. Car sous les brouillages, c’est bien la diachronie qui refait surface après une éclipse amorcée dans le dernier tiers du XVIIe siècle et que la Régence radicalise. Osera-t-on pour conclure, proposer des rapprochements avec les linguistes de la modernité et postuler un processus par modèles et contre-modèles  ?

  • 65 F. de Saussure, 1916, Cours de Linguistique générale, Paris, Payot, 1972.
  • 66 S. Auroux, 1984, « D’Alembert et les synonymistes », Dix-huitième siècle, n° 16, p. 93-108.
  • 67 Voir les pages consacrées à Girard par J.-C. Chevalier dans Histoire de la syntaxe – naissance de l (...)

36Associer Girard et Saussure65 n’est pas nouveau, comme en témoignent les travaux de Sylvain Auroux autour de la notion de valeur 66. Mais de plus, pour chacun d’eux, la théorie s’édifie par réaction contre les études historiques. Girard refuse le carcan de la grammaire latine et s’affranchit de la tradition érudite67. Saussure prend ses distances avec la grammaire comparée jugée sans capacité explicative pour les faits de structure. L’un et l’autre se placent en synchronie, lieu des liens relationnels. Pour eux, le signe étant arbitraire, les données sémantiques sont traitées séparément.

  • 68 Voir F. Berlan, 2009, « La pertinence du signifiant en synonymie distinctive. Roubaud et ses Nouvea (...)
  • 69 E. Benveniste, 1966, Problèmes de linguistique générale I, Paris, NRF Gallimard, chapitre IV, « Nat (...)
  • 70 Ibidem, chapitre XI, « Le système sublogique des prépositions en latin », p. 133.
  • 71 Ibidem, chapitre XXIV, « Problèmes sémantiques de la reconstruction », p. 295-296.

37Viennent en suivant Roubaud et Benveniste68, le premier en réaction contre Girard, le second contre Saussure. Roubaud rompt avec près d’un demi-siècle d’amnésie sur les réalités diachroniques, en les introduisant dans la problématique de la synonymie distinctive. Benveniste renouvelle la réflexion en grammaire comparée. L’un et l’autre se recentrent sur le signe et l’étymologie. Benveniste par la distinction du sémiotique et du sémantique, de la signification et de la désignation préserve la nature identitaire des items. Le signe est à ses yeux nécessaire, et non arbitraire 69, sans qu’il postule pour autant une iconicité. Il pratique lui aussi la synonymie différentielle en partant des étymons, comme Roubaud, pour cerner la spécificité sémantique de mots approchants. Il oppose ainsi prae et pro70, ou encore caput et testa71. Leur imaginaire du temps présente des parentés. Ils recherchent une permanence sous le passage des siècles ou des millénaires, un contenu immémorial.

  • 72 P. Guiraud, 1967, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse.
  • 73 F. Berlan, art. cité, p. 50-52.

38Roubaud et Pierre Guiraud72 ont en commun la levée du même tabou et la même constance devant les railleries. Ils acceptent d’affronter le discrédit suscité par leur proposition d’universaux onomatopéiques échappant au paramètre du temps73. Leur fascination pour certains agencements phoniques expressifs manifeste en tout cas cette volonté d’inclure la forme dans l’accès au sens.

  • 74 P.J. Roubaud, op. cit., t. I., Choquer, Heurter, p. 310-315 ; t. IV, Tic, Manie, p. 374-377.
  • 75 E. Benveniste, 1969, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Éditions de Minuit, 2 (...)

39Mais Roubaud d’une part, Benveniste et Guiraud d’autre part sont aussi des disciples de leurs prédécesseurs contestés. Roubaud emprunte de Girard la perspective différentielle jusque dans ses groupements onomatopéiques. Il établit ainsi avant Guiraud, ouvertement saussurien, des microsystèmes expressifs74. De même, c’est avec le modèle saussurien que Benveniste renouvelle la grammaire comparée75.

  • 76 Voir M. Glatigny, 1980, « Contribution à la préhistoire de l’analyse sémique : le Dictionnaire des (...)
  • 77 F. Guizot, 1809, Nouveau dictionnaire universel des synonymes de la langue française, édition consu (...)
  • 78 P.B. Lafaye, 1858, Dictionnaire des synonymes de la langue française, édition consultée : Paris, Ha (...)

40Quant à Beauzée, il incarne ce moment de tension à mi-parcours du siècle, dont il tire sa propre synthèse. Il laisse à Roubaud son rôle de précurseur ou de marginal, comme en témoignera la réception ambiguë que réserveront à ce dernier les synonymistes du XIXe siècle76, de Guizot77 à Lafaye78, séquence qui s’achève par une nouvelle rupture, celle, précisément, de la grammaire comparée.

Bibliographie

Berlan F., 2011, «  Clarté et distinction à la mode Régence  : Marivaux et l’abbé Girard  », in F. Mercier-Leca (éd.), L’esprit et les lettres, Mélanges offerts à P. A. Cahné, Paris, PUPS, p. 179-197.

Berlan F., 2009, «  La pertinence du signifiant en synonymie distinctive. Roubaud et ses Nouveaux synonymes françois (1785)  : un précurseur de Benveniste  ?  », Cahiers de l’association internationale des études françaises, n° 61, p. 31-53.

Berlan F., 2008, «  Les mots et le corps, le corps des mots  : Nouveaux synonymes françois de l’abbé Roubaud  », Cahiers de lexicologie, n° 92, p. 157-189.

Berlan F., 2007, «  Peut-on concilier la notion de valeur et le recours à l’étymologie en synonymie distinctive  ? L’apport de Roubaud  », Le français moderne, n° 1, p. 41-66.

Berlan F., 1999, «  Synonymistes et écrivains au XVIIIe siècle  : de la clarté oppositive au lyrisme accumulatif  », L’Information grammaticale, n° 82, p. 51-61.

Beauzée N., 1769, Synonymes françois [...], Nouvelle édition, Paris, Le Breton  ; édition consultée  : Vannes, Imprimerie des enfans Galles.

Girard G., 1718, La Justesse de la langue françoise, Paris, Laurent d’Houry.

Girard G., 1736, Synonymes françois, édition consultée  : Paris, Veuve d’Houry, 1740.

Girard G., 1747, Les vrais principes de la langue française, édition consultée  : Pierre Swiggers, 1982, Genève, Droz.

Roubaud P.-J., 1785, Nouveaux synonymes françois, Paris, Moutard  ; édition consultée  : Paris, Bossange, 1796 (éd. posthume).

Notes

1 Voir F. Berlan, 1999, « Synonymistes et écrivains au XVIIIe siècle : de la clarté au lyrisme accumulatif », L’Information grammaticale, n° 82, p. 51-61.

2 Voir F. Berlan, 2011, « Clarté et distinction à la mode Régence : Marivaux et l’abbé Girard », in F. Mercier-Leca (éd.), L’esprit et les lettres, Mélanges offerts à P.A. Cahné, Paris, PUPS, p. 179-197.

3 A.H. La Motte, 1716, « Discours sur le différent mérite des ouvrages d’esprit », in F. Gevrey, B. Guion (éds.), 2002, Houdar de La Motte. Textes critiques, Les raisons du sentiment, Paris, Champion, p. 434.

4 L’abbé G. Girard, 1718, La Justesse de la langue françoise, Paris, Laurent d’Houry, Discours préliminaire, p. XIX-XX.

5 G. Girard, 1736, Synonymes françois, édition consultée : Veuve d’Houry, 1740, Paris, Préface, p. XVIII.

6 G. Girard, 1747, Les vrais principes de la langue française, édition consultée : Pierre Swiggers, 1982, Genève, Droz, p. 2-3.

7 G. Girard, La Justesse de la langue françoise, op. cit., p. XVI.

8 Ibidem, p. XXIII.

9 Ibidem, p. XXXVIII-XXXIX.

10 G. Girard, Les vrais principes de la langue françoise, op. cit., p. 27-28.

11 Ibidem, p. 30.

12 Le Père D. Bouhours, 1671, Les Entretiens d’Ariste et d’Eugène, S. Mabre-Cramoisy, Deuxième entretien. « La langue françoise », Paris, p. 35-154.

13 Girard, La Justesse, op. cit., « Discours préliminaire », p. XXII-XXIV.

14 Girard, Synonymes françois, op. cit., Préface, p. VII-VIII.

15 Ibidem, p. XI-XII.

16 Girard, La Justesse, op. cit., p. XV-XVI.

17 Ibidem, p. XXVII.

18 P. Carlet de Marivaux, 1755, « Le Miroir », in F. Deloffre, M. Gilot (éds.), 1988, Journaux et Œuvres diverses, Paris, Classiques Garnier, p. 535.

19 Girard, Synonymes françois, op. cit., p. 310.

20 Girard, La Justesse, op. cit., p. XXI.

21 Girard, Synonymes françois, op. cit., p. 314-315.

22 N. Beauzée, 1769, Synonymes françois [...], Nouvelle édition, Paris, Le Breton ; édition consultée : Vannes, Imprimerie des enfans Galles, an X, p. 9.

23 Ibidem, p. 10.

24 Ibidem, p. 10.

25 Ibidem, p. 13.

26 Ibidem, p. 13-14.

27 Ibidem, p. 15-16.

28 Ibidem, p. 15.

29 Ibidem, p. 12.

30 D. Diderot, J. Le Rond d’Alembert et al. (1751-1766), Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des Sciences des Arts et des Métiers, Paris, Briasson, David, Le Breton, Durand, article LANGUE, (1765), t. IX, p. 249-266.

31 Ibidem, p. 253.

32 Ibidem, p. 255.

33 Ibidem, p. 258.

34 Ibidem, p. 259.

35 Ibidem, p. 263.

36 Ibidem, (1756), t. VI, article ÉTYMOLOGIE, p. 98-111.

37 Ibidem, p. 99.

38 Ibidem, p. 98.

39 Beauzée, 1769, Synonymes français, op. cit., article 587, p. 173.

40 Ibidem, Préface, p. 13-14. C’est nous qui soulignons par les italiques.

41 L’abbé P-J. Roubaud, 1785, Nouveaux synonymes françois, Paris, Moutard ; édition consultée : Paris, Bossange, 1796 (éd. posthume), Préface, p. XIII.

42 Ibidem, p. XIV-XV.

43 Ibidem, p. XIV.

44 Ibidem, p. XXXIX.

45 Ibidem, p. XIX.

46 Ibidem, p. XI-XII.

47 Ibidem, p. XXXI-XXXII.

48 Ibidem, p. XXXII.

49 Ibidem, p. XIII.

50 Ibidem, p. XXIII.

51 Ibidem, p. XXIII.

52 Voir F. Berlan, 2007, « Peut-on concilier la notion de valeur et le recours à l’étymologie en synonymie distinctive ? L’apport de Roubaud », Le français moderne, n° 1, La synonymie en questions : échanges entre les époques, p. 41-66. Et F. Berlan, 2008, « Les mots et le corps, le corps des mots : Nouveaux synonymes françois de l’abbé Roubaud », in F. Berlan, J. Pruvost (éds.), Cahiers de lexicologie, n° 92, Synonymie et lexicographie (XVI e-XX e siècles), p. 157-189.

53 L’Encyclopédie, op. cit., vol. VI, article Étymologie de Turgot, p. 101.

54 Roubaud, op. cit., p. XIX.

55 Roubaud, op. cit., p. XV.

56 A. Court de Gébelin, 1776, Histoire naturelle de la parole ou Précis de l’Origine du Langage et de la Grammaire universelle, Extrait du Monde primitif, à Paris, Boudet, Valleyre l’aîné, la veuve Duchesne, Saugrain.

57 Roubaud, op. cit., p. XVI.

58 Ibidem, p. XVIII.

59 Ibidem, p. XIX.

60 Ibidem, p. XXI.

61 Ibidem, p. XXIV.

62 Ibidem, t. I, p. 153-155.

63 Ibidem, Préface, p. XXIII-XXIV. C’est nous qui soulignons par les italiques.

64 Ibidem, p. XXV.

65 F. de Saussure, 1916, Cours de Linguistique générale, Paris, Payot, 1972.

66 S. Auroux, 1984, « D’Alembert et les synonymistes », Dix-huitième siècle, n° 16, p. 93-108.

67 Voir les pages consacrées à Girard par J.-C. Chevalier dans Histoire de la syntaxe – naissance de la notion de complément dans la grammaire française, réédition, H. Champion, 2006.

68 Voir F. Berlan, 2009, « La pertinence du signifiant en synonymie distinctive. Roubaud et ses Nouveaux synonymes françois (1785) : un précurseur de Benveniste ? », Cahiers de l’association internationale des études françaises, n° 61, p. 31-53.

69 E. Benveniste, 1966, Problèmes de linguistique générale I, Paris, NRF Gallimard, chapitre IV, « Nature du signe linguistique », p. 49-55.

70 Ibidem, chapitre XI, « Le système sublogique des prépositions en latin », p. 133.

71 Ibidem, chapitre XXIV, « Problèmes sémantiques de la reconstruction », p. 295-296.

72 P. Guiraud, 1967, Structures étymologiques du lexique français, Paris, Larousse.

73 F. Berlan, art. cité, p. 50-52.

74 P.J. Roubaud, op. cit., t. I., Choquer, Heurter, p. 310-315 ; t. IV, Tic, Manie, p. 374-377.

75 E. Benveniste, 1969, Le vocabulaire des institutions indo-européennes, Paris, Éditions de Minuit, 2 vol.

76 Voir M. Glatigny, 1980, « Contribution à la préhistoire de l’analyse sémique : le Dictionnaire des synonymes de Guizot (1809) », Bulletin du centre d’analyse du discours, n° 4, p. 181-235.

77 F. Guizot, 1809, Nouveau dictionnaire universel des synonymes de la langue française, édition consultée : Paris, Aimé Payen, 1822.

78 P.B. Lafaye, 1858, Dictionnaire des synonymes de la langue française, édition consultée : Paris, Hachette, 2e édition, 1861.

Auteur

Université Paris-Sorbonne, GEHLF

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540