Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Langue commune : normes, usages et histoire

Le sentiment du discours : en repartant de Condillac

Gilles Siouffi

Texte intégral

  • 1 Édition originale : Essai sur l’origine des connaissances humaines, 1746, Amsterdam, Pierre Mortier (...)
  • 2 Voir Œuvres philosophiques de Condillac, 1951, éd. Leroy, Corpus général des philosophes français, (...)

1Interroger aujourd’hui les textes de Condillac sur le langage, particulièrement, bien sûr, l’Essai sur l’origine des connaissances humaines (17461), mais aussi la Grammaire et le Traité de l’Art d’écrire qui font partie du Cours d’études pour l’instruction du prince de Parme (paru pour la première fois en 1775, mais rédigé vraisemblablement à partir des années 17602), c’est rencontrer une pensée qui nous amène à reconsidérer une forme de coupure que nous nous sommes habitués à pratiquer, par le biais de certains développements de la linguistique, entre langue et discours. Héritier d’une formation rationaliste à laquelle il a opposé une philosophie prenant en compte les avancées de Locke mais estimant les dépasser, Condillac part toujours du point de vue de l’esprit siège des idées, des sensations, des émotions, ce qui l’amène à considérer le langage comme une dimension nécessaire au fonctionnement de la pensée mais à laquelle on ne doit pas accorder d’autonomie, vis-à-vis de ce fonctionnement de la pensée. Pour Condillac, c’est la pensée discursive qui est une condition de la connaissance, et non le langage en général. De là son refus de formaliser – et on dirait même aujourd’hui, d’objectiver – des dimensions du langage saisies hors de l’acte initial du discours. Autant dire que Condillac n’aurait sans doute guère suivi les directions prises par la linguistique et la grammaire structurales… Sans les connaître, il leur opposait l’objection que l’énoncé déclaratif dépourvu de trace d’émotion ou d’action peut difficilement être considéré comme un patron du langage.

2La lecture de Condillac a donc aujourd’hui de passionnant qu’elle peut venir très légitimement faire écho à la réévaluation dont a fait l’objet le discours de la part de linguistes lassés de l’objectivation toujours plus grande – opératoire certes, mais aussi paralysante et réductrice – de la dimension de la langue, dans le sens toujours plus ou moins post-saussurien où on est amené à la comprendre. Ce qui intéressait foncièrement Condillac, c’était de comprendre comment la langue dans sa réalisation discursive participait de l’analyse des idées, de leur mode d’avènement aussi. Par là, ce qu’on lit dans sa Grammaire et dans son Art d’écrire, ce n’est donc pas une grammaire de la « langue » fondée sur une rationalisation préexistante, mais un essai d’introspection, avec certains outils de la grammaire, du mouvement même du discours dans ce qu’il articule de la langue.

  • 3 Rappelons bien sûr sa thèse d’état, soutenue à Paris 8 en 1987 sous la direction de Jean-Claude Che (...)

3Au moment de lui rendre hommage, on pourra évidemment relever qu’une partie significative du travail de Sonia Branca-Rosoff s’inscrit précisément dans la réévaluation de cet espace intermédiaire entre langue et discours qui est appréhendable essentiellement par la pratique – et par la réflexion sur la pratique – et que l’on trouve emblématisé chez Condillac, penseur dont il est très significatif qu’il ait été au centre de ses premiers travaux, et auquel elle a consacré de nombreuses études3. De Condillac, on peut tirer des réflexions grammaticales sur les unités du discours, notamment sur la « phrase », des réflexions didactiques sur la manière de présenter à un jeune élève la construction grammaticale du discours, et des réflexions philosophiques sur le langage, particulièrement sur son aspect de « langage d’action », problématique chez Condillac, sur le fonctionnement du signe, ou sur l’origine du langage. Les deux premières dimensions, au moins, ont été largement explorées dans les travaux de Sonia Branca-Rosoff, à une époque qui commençait toujours à les réarticuler. Si l’œuvre de Condillac a en effet subi une relative désaffection, dans les années 50-80, c’est sans doute qu’on avait tendance à y considérer l’énoncé comme une structure à une seule dimension, raison pour laquelle, selon Chomsky dans La linguistique cartésienne, d’autres théoriciens de l’époque classique ont été considérés comme proposant des solutions rudimentaires.

  • 4 S. Branca, 1980, p. 48.

4Or la particularité de Condillac est de ne jamais vouloir considérer la structure d’un énoncé donné en dehors du travail de l’esprit qui s’y opère. Ce fait, relevé par Sonia Branca à propos de son traitement des ellipses, que « Condillac fait confiance à la compétence discursive du sujet parlant », et donc, en l’occurrence, « à sa capacité d’établir des liens permettant de “remplir” les vides, chaque fois que les phrases ne correspondent pas aux schémas canoniques »4, a pour conséquence qu’on peut voir en lui un explorateur précoce de ce qu’on pourrait appeler « le sentiment du discours », dimension de l’activité langagière qu’on peut juger bien sûr éminemment subjective, mais qu’on peut également considérer comme intellectualisable, dans une compréhension différente de la grammaire, ou au moins conscientisable, dans le cadre d’une réflexion sur les pratiques. À ce titre, on peut discerner une cohérence profonde entre l’aventure intellectuelle qui fut celle de Condillac, et l’itinéraire de chercheuse de Sonia Branca, qui l’a engagée toujours plus loin dans l’exploration de cette mystérieuse dimension du « discours » interrogée dans le témoignage constant qu’en donnent les pratiques.

  • 5 Essai, 2002, p. 13.
  • 6 Ibid., p. 26.

5À la lecture de Condillac, on est frappé par le fait que, loin des « fantômes » auxquels il assimile les théories montées de toutes pièces par les métaphysiciens qui l’ont précédé, rien n’est avancé chez lui sans que ne soit exercée au préalable une introspection qui en revient sans cesse aux sources du ressenti. « Nous sentons notre pensée », déclare-t-il dès la première page de l’Essai5 ; pour lui, c’en est assez, et il n’est point besoin d’aller plus loin dans l’ordre des définitions. « Perception », « conscience », « attention », « réminiscence » : autant d’« opérations de l’âme » qui sont d’abord des expériences. Ainsi la célèbre « liaison des idées » est-elle d’entrée de jeu (dès les premiers chapitres) posée comme une expérience originelle, l’expérience, presque, qui rend possible toutes les autres (au premier rang desquelles l’imagination ou la mémoire). « Je regarde cette liaison comme une première expérience, qui doit suffire pour expliquer toutes les autres »6, écrit Condillac.

  • 7 « Le langage est l’exemple le plus sensible des liaisons que nous formons volontairement » (Ibid., (...)

6Or l’expérience du discours a ceci de particulier qu’elle nous présente des idées liées7. Il y a donc un lien manifeste, chez Condillac, entre la construction des connaissances et l’expérience du discours. Le discours présente à notre esprit le spectacle d’une réalisation achevée de quelques-unes des opérations par lesquelles il construit ses connaissances, par le biais d’une « conscientisation » et d’une réflexivité. C’est pourquoi on peut dire que la pensée de Condillac procède davantage d’un « sentiment du discours » que d’un « sentiment de la pensée » elle-même. Le « sentiment du discours » peut être considéré comme une sorte de sentiment « second » qui détache l’esprit du seul assujettissement aux -sensations. C’est peut-être en cela que Condillac estime dans l’Essai avoir répondu à une question qui demeurait pendante chez Locke.

  • 8 A. Bertrand (éd.), 2002, Voir Condillac et l’origine du langage, Paris, PUF.

7Si l’expérience du langage est pour lui si fondatrice, c’est qu’elle lui paraît représenter la preuve concrète que l’esprit procède par analyse, et avec méthode. C’est par ce sentiment d’une analyse réalisée, d’une méthode concrétisée, que Condillac accède à la grammaire, d’une part, et à la fiction des premiers langages, de l’autre8.

8L’ordre de présentation de la deuxième partie de l’Essai est en effet un ordre archéologique, qui présente l’histoire du langage à la manière d’un « progrès ». Comme chez Vico et Rousseau, l’expérience du discours produit une spéculation sur ce que le langage a pu être « sans discours ». Cette opposition se résorbe dans les chapitres centraux (V-VIII) qui ont trait à la poésie. C’est la poésie qui occupe chez Condillac la place charnière entre le langage « sans discours » qui était celui de l’humanité à ses débuts, langage des gestes, de danse, de cris, mais qui était aussi un « langage d’action », et la réflexion sur les « mots », par laquelle Condillac renoue le fil initié selon lui de manière insuffisante par Locke autour du rôle des mots dans la formation des idées complexes. Cette place de la poésie explique aussi pourquoi les caractères sensibles de la langue sont posés avant que soit abordée la question des « mots », donc toute possibilité d’articulation au sens.

9Dans l’archéologie qu’il propose du langage, Condillac juge en effet qu’il y a une grande rupture majeure : c’est celle qui permit au discours, dès lors qu’il fut construit, de dépasser dans son fonctionnement la simple fonction signifiante des mots mis bout à bout, et agrémentée éventuellement d’un autre langage, chant ou danse, par exemple.

  • 9 Essai, 2002, p. 146.

Les langues ne commencèrent proprement à avoir un style que quand elles eurent des noms de toutes les espèces, et qu’elles se furent fait des principes fixes pour la construction du discours. Auparavant, ce n’étoit qu’une certaine quantité de termes, qui n’exprimoient une suite de pensées qu’avec le secours du langage d’action9.

10Autrement dit, il y a une certaine « condition de la langue » qui ne s’atteint que lorsque est franchie l’étape de la complétude lexicale et signifiante ; étape concomitante au mouvement qui vit la poésie se priver des ressorts de la musique et du théâtre. Dès lors, tout le langage, poésie y compris, peut être vu comme entrant dans le discours.

  • 10 Ibid., p. 150.
  • 11 S. Branca, 1982, p. 289 et 296.
  • 12 Essai, 2002, p. 152.

11À partir du moment où on est dans le discours, les problématiques, d’une certaine manière, deviennent différentes. Le discours est une forme évoluée du langage, où le phénomène de la liaison des idées devient sensible. Pour autant, le discours doit conserver certains des traits constitutifs du langage. C’est pourquoi, sur la question des inversions, par exemple, Condillac adopte des positions différentes du credo rationaliste favorable à l’« ordre des mots » à la française. Partant du principe que « les idées se modifient dans le discours »10, Condillac considère que l’usage des inversions a un effet, non seulement sur le discours, auquel il donne parfois plus d’« harmonie », mais sur les idées. Il n’est pas dit, selon Condillac, que l’ordre rationnel soit celui qui donne le plus de force aux idées. Comme le note Sonia Branca (1982), Condillac a tiré parti du travail des traducteurs du latin, lesquels, depuis Perrot D’Ablancourt, ont appris à remplacer des subordonnées par des coordonnées plus simples ou des successions d’indépendantes, contribuant ainsi à faire émerger la notion moderne de « phrase ». Toutefois, ce travail de démontage effectué, il restait à accomplir l’inverse, à savoir à reconstruire une théorie de la liaison du discours. Et c’est ici, précisément, que Condillac innove, en contestant la vision rationaliste de l’ordre, et en imaginant, pour reprendre les formulations de Sonia Branca-Rosoff, des « rapports de subordination abstraits », et « portant sur des idées et non sur des catégories grammaticales »11. Commentant quelques phrases latines, il relève que, parfois, l’éloignement des termes qui vont ensemble y crée un effet de simultanéité qui stimule l’imagination. « Ces sortes d’inversions participent au caractère du langage d’action, écrit-il, dont un seul signe équivaloit souvent à une phrase entière »12. On y retrouve l’un des traits les plus archaïques du langage, qui subsiste dans certains états du langage articulé.

  • 13 Ibid.
  • 14 Ibid., p. 153.

12De fait, une bonne part des réflexions de Condillac sur le « sentiment du discours » a pour source une comparaison méthodique des moyens qu’ont le latin et le français de représenter cette « liaison des idées qui établit une syntaxe commune entre la pensée et le langage ». Par rapport au français, où la plus grande liaison des idées est privilégiée, la culture latine de la phrase permet « d’augmenter la force et la vivacité du style »13, et même de le rendre « plus précis »14. En faisant de semblables remarques, Condillac réinvente ce qu’on pourrait appeler un « sentiment de la langue » construit par combinaison de son expérience du discours et de ses spéculations sur le « langage d’action ». Cela se comprend bien si on analyse le plan de la section de la deuxième partie qui est consacrée au langage : Condillac part du langage, pour entrer ensuite dans le discours, et finit par la langue, au moyen d’un chapitre consacré à la notion bien connue de « génie des langues ».

  • 15 S. Branca, 1982, p. 294.
  • 16 Antoine Le Grand, 1665, « Discours sur la rhétorique françoise », préface à René Bary, La Rhétoriqu (...)

13Si, dans l’Essai sur l’origine des connaissances humaines, Condillac effectue cette extrapolation de la dimension du discours vers la dimension de la langue, dans l’Art d’écrire, la dimension dialectique entre l’extériorité qu’apporte le discours et le monde des idées se trouve davantage respectée. Comme l’écrit Sonia Branca, « le projet de l’Art d’écrire est d’élaborer une syntaxe des idées »15. Dans cet ouvrage qui est destiné autant à présenter une description objectivée de phénomènes que Condillac considère comme encore rarement étudiés, qu’à former un jeune élève à un « art », autrement dit à un moyen de progresser, la perspective est entièrement tournée vers l’expérience. C’est cela qui la rend si fascinante. On y voit à l’œuvre une synthèse complète des points de vue de certains remarqueurs comme Vaugelas et Bouhours et de rhétoriciens comme Bary (auquel il faudrait ajouter son très intéressant préfacier Legrand16), Le Gras, Rapin ou Lamy.

14Le livre premier est plus syntaxique et logicien, combinant les enseignements de Port-Royal avec les recommandations des remarqueurs. Le livre second est celui d’un rhétoricien, ajoutant à l’économie d’un discours « simple » l’étage des figures, envisagé de manière remarquablement pédagogique et sobre. Le troisième livre, le plus original sans doute, intitulé « Du tissu du discours » peut être considéré comme une sorte de « grammaire textuelle » avant la lettre, aboutissement de toutes les réflexions conduites par les rhétoriciens (notamment Le Gras) autour de la réfection du style périodique en un style fait de « phrases », qu’il s’agit dès lors de lier ensemble. Le quatrième livre est d’un « stylisticien » qui considère encore le style sur le modèle de la convenance au genre de discours, comme chez Lamy ; au passage, Condillac développe un « art poétique » qui fait la plus grande partie du livre. Enfin, la « dissertation sur l’harmonie du style », qui a été ajoutée par l’auteur à l’Art d’écrire, est une poétique de la langue, seulement ébauchée, qui peut être considérée comme adoptant un point de vue surplombant sur toutes les questions évoquées, tout en constituant un développement plus explicite de ce qui a été dit sur le « style », et particulièrement le « style poétique ».

  • 17 Dans un premier chapitre de son livre L’invention de la phrase au XVIII e siècle (1993, Louvain-Par (...)

15De tous les chapitres qui forment l’Art d’écrire, ceux que Condillac a réunis autour de la thématique du « tissu du discours » sont sans doute ceux qui -véhiculent les idées les plus personnelles de l’auteur. En effet, il y propose une expérimentation pratique autour de ce phénomène décrit abstraitement dans l’Essai sur l’origine des connaissances humaines qu’est la « liaison des idées ». C’est sur eux que les deux principaux commentateurs en France de l’Art d’écrire, Sonia Branca-Rosoff et Jean-Pierre Seguin17, se sont concentrés.

  • 18 B. Lamy, 1998, La Rhétorique ou l’Art de parler, Paris, Champion, p. 159.
  • 19 Ibid., p. 155.

16Chez Lamy, déjà, on trouvait d’intéressantes notations sur le phénomène de la liaison. Considérant, dans un significatif ajout de 1701, qu’une phrase commençant par « Il périt ce Germanicus si cher aux Romains » a « bien plus de grâce » que le tour régulier « Ce Germanicus si cher aux Romains périt », Lamy s’élevait contre les théories de Louis Le Laboureur, apôtre excessif de la théorie de l’ordre direct, et écrivait : « On le sait bien qu’un tour trop régulier rend le discours languissant »18. Il se montre donc favorable à certaines inversions. Par ailleurs, dans la même page, il a cette phrase étonnante : « Il ne faut pas s’imaginer que l’esprit forme ses pensées avec tant de lenteur, que les choses auxquelles il pense ne se présentent à lui que successivement. D’une seule vue il voit plusieurs choses ». Clairement, Lamy se montre intrigué par la « pensée de la simultanéité », comme seul Condillac après lui pourra l’identifier. « Un discours doit être lié, une particule retranchée fait que la liaison ne paraît plus, écrit-il. La délicatesse, et en même temps la force du style consistent dans l’union et dans la liaison des parties du discours »19.

  • 20 Ibid., p. 276.

17Si écrire est pour Lamy un « art », c’est qu’il n’est pas évident de ne pas, pour ainsi dire « laisser tomber » le sens (c’est notre mot). « Ceux qui parlent sans art, écrit-il, et qui n’ont qu’un faible génie, […], à peine peuvent-ils dire quatre mots qui soient liés : chaque sens finit aussitôt qu’il commence »20. Et de brocarder ces textes cousus de car et de enfin qui n’ont d’autre but que d’enchaîner maladroitement des phrases qui sont tombées les unes après les autres. L’art de la liaison est pour lui l’apprentissage d’une suspension du sens qui ne soit pas de nature elliptique ou ingénieuse, mais bel et bien sensible dans l’enchaînement, autrement dit de nature syntagmatique, discursive.

  • 21 S. Branca, 1982, p. 289.
  • 22 Condillac, 2002, L’Art d’écrire, Orléans, Éditions Le Pli, p. 196.

18Chez Condillac, l’expérience du « tissu du discours » a définitivement tourné le dos à la culture périodique. L’unité du discours, pour Condillac, comme le montre Sonia Branca, n’est clairement plus la période, mais une sorte d’« unité syntaxique large » à laquelle Condillac va tenter d’appliquer les mêmes outils qu’à la classique proposition, ce qui fait de lui, selon l’auteur, l’un des artisans essentiels du dispositif plus tard exploité par notre grammaire scolaire21. Condillac est très attentif, par exemple, à distinguer périodes et longues phrases22. Le principal souci qui doit être celui de l’écrivain au moment d’écrire, donc, devra être de respecter ce caractère fondamentalement discret de l’écriture, qui « coupe » le propos sans arrêt au moyen d’unités formelles définissables en tant que telles, et d’en faire le lieu d’une liaison des idées. Là se situe désormais le vrai enjeu de l’« art d’écrire » pour Condillac. Il s’agit d’affronter cette séparation culturelle de l’écrit d’avec la parole qui est le résultat de la perte d’influence du patron rhétorique. Dans son article fondateur, Sonia Branca-Rosoff entre d’ailleurs dans le détail des multiples préconisations que Condillac formule pour que soit respecté ce principe, comme cette contrainte de ne pas ajouter à droite du verbe plus de trois compléments, ou celle de construire entre termes classificateurs et termes particuliers des rapports d’explication. À vrai dire, l’ambition de Condillac dans ces pages est considérable, et, si elle installe clairement un idéal, elle se confrontera néanmoins, comme il était prévisible, à la force d’un usage qui est lui aussi, à sa manière, un « sentiment du discours ».

19À son époque, Condillac voyait en effet dans ce changement dans la structuration du discours et dans cette diminution de la pratique éloquente traditionnelle de vraies énigmes culturelles. Une bonne partie de l’Art d’écrire se pense comme une manière de réinventer une culture moderne de l’écrit fondée sur l’abandon des classiques principes d’imbrication, de répétition, de liaisons formelles... et privilégiant le sentiment d’une cohérence reliée de façon sensible à une pensée. Cet âge nouveau était envisagé avec l’enthousiasme et la confiance d’une philosophie ayant su se replonger dans le ressenti et l’expérience.

20Impossible alors de ne pas faire un parallèle entre ce moment de bascule et celui que nous vivons peut-être aujourd’hui, observateurs parfois déconcertés de mutations similaires dans le sentiment que les locuteurs peuvent avoir de certaines échelles du discours – propositions, phrases, paragraphes. Ce que Condillac eut le courage et l’incroyable force de penser en son temps – un changement profond dans le sentiment du discours – des chercheurs et chercheuses impliqués comme Sonia Branca-Rosoff nous apprennent à le regarder frontalement et sans préjugés dans le contemporain, ce qui est toujours le plus difficile.

Bibliographie

Sources premières :

Bary R., [1653] 1665, La Rhétorique françoise, Paris, Pierre le Petit.

Condillac E. B., 1746, Essai sur l’origine des connaissances humaines, Amsterdam, Pierre Mortier.

—, 1951, Œuvres philosophiques de Condillac, Paris, éd. Leroy, Corpus général des philosophes français, 3 vol.

—, 2002, Essai sur l’origine des connaissances humaines, Paris, Vrin.

—, 2002, L’Art d’écrire, Orléans, Éditions Le Pli.

Lamy B., 1998, La Rhétorique ou l’Art de parler, Paris, Champion.

Sources secondaires :

Bertrand A. (dir.), 2002, Condillac et l’origine du langage, Paris, PUF.

Branca S., 1980, « L’Art d’écrire de Condillac (1775) ; à propos de quelques règles prescriptives : traitement des ellipses et des anaphores », Langue française, n° 48, p. 44-56.

—, 1982 « Théorie de la liaison des idées en syntaxe : les origines de la notion d’unité syntaxique large dans L’Art d’écrire », in J. Sgard (éd.), Condillac et les problèmes du langage, Genève-Paris, Slatkine, p. 289-307.

—, 2005, « L’épistolaire dans Lart d’écrire de Condillac. De la lettre à la citation : paradigme de la communication et paradigme du texte », Semen, n° 20, p. 97-111.

Seguin J.-P., 1993, L’Invention de la phrase au XVIII e siècle, Louvain-Paris, Peeters, Bibliothèque de l’Information Grammaticale.

Notes

1 Édition originale : Essai sur l’origine des connaissances humaines, 1746, Amsterdam, Pierre Mortier. Édition moderne : Essai sur l’origine des connaissances humaines, 2002, Paris, Vrin. Cette édition, temporaire et en attente de l’édition critique de l’Essai par M. Pécharman et J.-C. Pariente à venir chez Vrin, reproduit le texte de la première édition. L’orthographe et la ponctuation d’origine sont respectées.

2 Voir Œuvres philosophiques de Condillac, 1951, éd. Leroy, Corpus général des philosophes français, 3 vol., Paris (les traités Grammaire et De l’art d’écrire se trouvent dans le tome 1). On se reportera également à une édition moderne : Traité de l’art d’écrire, 2002, Orléans, Éditions Le Pli (qui reproduit, en orthographe et en ponctuation originales, la version du tome X des Œuvres complètes de Condillac, revues et corrigées par l’auteur et imprimées sur ses manuscrits autographes parues à Paris chez Dufart, en l’an XI [1803], et qui sera l’édition citée ici), en attendant l’édition critique de Sonia Branca-Rosoff à paraître chez Vrin.

3 Rappelons bien sûr sa thèse d’état, soutenue à Paris 8 en 1987 sous la direction de Jean-Claude Chevalier, et intitulée Matériaux pour une histoire des conceptions normatives dans les représentations de la langue. XVIII e-XIX e siècle, ainsi que : « L’Art d’écrire de Condillac (1775) ; à propos de quelques règles prescriptives : traitement des ellipses et des anaphores », 1980, Langue française, n° 48, p. 44-56 ; « Théorie de la liaison des idées et syntaxe : les origines de la notion d’unité syntaxique large dans L’Art d’écrire », in J. Sgard (éd.), 1982, Condillac et les problèmes du langage, Genève-Paris, Slatkine, p. 289-307 ; « L’épistolaire dans L’art d’écrire de Condillac. De la lettre à la citation : paradigme de la communication et paradigme du texte », 2005, Semen, n° 20, p. 97-111 ; à quoi il convient d’ajouter, dans le cadre de l’École thématique organisée par l’UMR 5037, Institut d’Histoire de la pensée classique et de l’Humanisme des Lumières, à l’ENS Lettres et Sciences Humaines de Lyon les 13-16 juin 2007, l’animation avec Aliénor Bertrand d’une session intitulée « En lisant, en écrivant avec Condillac / art de penser et art d’écrire ».

4 S. Branca, 1980, p. 48.

5 Essai, 2002, p. 13.

6 Ibid., p. 26.

7 « Le langage est l’exemple le plus sensible des liaisons que nous formons volontairement » (Ibid., p. 49).

8 A. Bertrand (éd.), 2002, Voir Condillac et l’origine du langage, Paris, PUF.

9 Essai, 2002, p. 146.

10 Ibid., p. 150.

11 S. Branca, 1982, p. 289 et 296.

12 Essai, 2002, p. 152.

13 Ibid.

14 Ibid., p. 153.

15 S. Branca, 1982, p. 294.

16 Antoine Le Grand, 1665, « Discours sur la rhétorique françoise », préface à René Bary, La Rhétorique françoise [1653], Paris, Pierre le Petit.

17 Dans un premier chapitre de son livre L’invention de la phrase au XVIII e siècle (1993, Louvain-Paris, Bibliothèque de l’Information Grammaticale) consacré à la Grammaire (p. 297-314), Jean-Pierre Seguin avait montré que le trajet vers la notion de phrase qu’y effectuait Condillac partait, comme pour la plupart de ses contemporains, de la notion de proposition ; dans son chapitre sur l’Art d’écrire (p. 403-414), l’auteur considère que la théorie de la liaison des idées y rejoint véritablement l’identification d’une mesure propre à son incarnation dans le discours, la phrase.

18 B. Lamy, 1998, La Rhétorique ou l’Art de parler, Paris, Champion, p. 159.

19 Ibid., p. 155.

20 Ibid., p. 276.

21 S. Branca, 1982, p. 289.

22 Condillac, 2002, L’Art d’écrire, Orléans, Éditions Le Pli, p. 196.

Auteur

Université de Paris-Sorbonne, E.A. STIH

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540