Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Langue commune : normes, usages et histoire

Programmer « la langue nationale »

De la « communication politique » à « la langue commune » (XVIe-XVIIe siècles)

Jacques Guilhaumou et Francine Mazière

Texte intégral

1Les modalités historiques du discours, présentement le discours politique, qui permettent l’effectuation du langage sont partie intégrante de l’histoire de la langue française. S’il est déjà possible de situer la convocation du réel de la langue politique dans l’univers des commentateurs médiévaux d’Aristote aux XIVe et XVe siècles, qui écrivent d’abord en latin, puis en français, il importe de situer l’historicité de la construction linguistique dans le cadre d’entreprises, souvent volontaristes et au plus près du pouvoir politique durant des XVIe et XVIIe siècles fortement marqués par la culture civiliste. Faire fructifier des héritages, y compris linguistiques, marche alors de pair avec la création de nouvelles institutions discursives propices à l’avènement d’une langue française, langue nationale. Nulle surprise donc si l’invention de la langue commune à la fin du XVIIe siècle programme à sa manière la formation, pendant la Révolution française, de «  la langue nationale  ».

L’institution linguistique de la politique en héritage

L’héritage de l’expérience des langues  : l’émergence d’une conscience linguistique du fait politique

2Olivier Bertrand (2005a, 2005b) a bien montré qu’au-delà de la création d’un nouveau lexique politique au Moyen Âge, on peut aussi parler de l’émergence d’une conscience linguistique du fait politique, même en situation de diglossie latin-français. Si le latin demeure encore la langue de la République des Lettres en milieu humaniste, l’Europe des nations favorise une définition politique de la langue. L’affirmation politique du français, soulignée par des trames légendaires, à l’exemple de la Franciade de Ronsard en 1572, permet la formulation de concepts inédits en français qui favorise l’émergence d’une conscience politique. Plus précisément, la langue politique trouve son historicité propre dans la confrontation permanente entre un pôle augustinien qui rappelle sans cesse l’essence chrétienne de certains termes entachés d’usurpation d’une part, un pôle aristotélicien qui puise dans une tradition philosophique plus expressive d’autre part.

3Le pouvoir royal y trouve d’autant plus son compte qu’il revendique le pouvoir de légiférer sur la langue, ainsi que le montre d’abord l’ordonnance de Villers-Cotterêts en août 1539. Il s’agit en fait d’entériner les choix des élites locales en faveur de l’affermissement de l’appareil d’État, avec l’accroissement des agents royaux. L’État d’offices multiplie les initiatives de ces élites nobiliaires en faveur du français, sans pour autant exclure les dialectes locaux. L’idéal d’un système normatif de langue unique, et basé sur une norme du bon usage, demeure une vision abstraite et tardive d’esprits lettrés. Dans le cadre du mécénat actif des Princes, bien des poètes sont attachés à des cours francophones, à l’exemple de la plus prestigieuse, la cour de Bourgogne. L’éloge et la réflexion politique deviennent ainsi centrales. Au risque que la sociabilité amicale nous renvoie au lieu de l’inadéquation entre l’apparaître et la réalité par la multiplication des risques de corruption.

4La tromperie des signes – on dira plus tard «  l’abus des mots  » – arrive au terme de la transformation possible de l’amitié en flatterie, atteinte frontale au lien social. La persistance de la double tradition religieuse et philosophique évoquée ci-dessus au regard du phénomène émergent de la langue politique se confronte alors aux inflexions du mot «  politique  », dans les événements violents qui jalonnent le début des temps modernes, de la Réforme à la Fronde en passant par les guerres de religion. La dégradation du politique sous la domination du «  public  » par le «  parti des Politiques  », véritable «  désastre performatif  » dans certaines conjonctures, s’impose un temps, mais sans vraiment entamer l’existence de la langue française comme corps autonome.

  • 1 M.-L. Demonet, 2005, « Quelques avatars du mot “politique” (XIVe-XVIIe siècles) », Langage & Sociét (...)

5Le début des Temps modernes est propice, au regard de la complexité des circonstances, à l’appréhension pragmatique de l’homo politicus. La langue politique se décline alors en autant d’usages du mot politique, et de leur fixation dans les dictionnaires1. Certes un balancement persiste tout au long de la période entre «  le  » ou «  la  » politique au sens abstrait, neutre au titre du «  savoir politique  », et l’art politique dans la confrontation à la conduite pratique dans la Cité. Cependant, de «  la science politique  » à «  la grande science d’un politique  », les usages du politique glissent vers l’idée du compromis, voire de la compromission.

6Situons présentement l’épisode décisif de l’émergence de la désignation de «  Politiques  », au cours des troubles religieux du XVIe siècle, pour désigner les ennemis des Ligueurs. Le Parti des «  politiques  », dit «  tiers-parti  » ou parti de «  mitoyens  », est qualifié ainsi par les Ligueurs d’abord dans un emploi quasi-injurieux, mais qui tend à devenir neutre, ce qui signe l’acte de naissance des vocables désignant les partis. Le «  nom du public  », expression originaire de -l’appartenance des sujets et du prince à un même corpus politicum, devient-il au tournant des XVIe et XVIIe siècles un nom spécieux, trompeur, illusoire  ? (H. Merlin-Kajman, 2004). Certes il continue à désigner «  la chose publique  », donc donne son caractère à la langue politique. Mais il n’échappe plus au soupçon de son instrumentalisation par l’ambition personnelle, de sa confiscation au profit d’une énergie oratoire détournée. De ce «  désastre performatif  » naît un soupçon persistant sur un langage qui ne nomme plus la chose, mais introduit à l’illusion.

L’héritage humaniste  : la langue française au service du public

7Faut-il considérer alors qu’une telle dépréciation du public au XVIe siècle met la langue politique sous dépendance au sein de la monarchie absolutiste française tout au long du XVIIe siècle  ?

8D’après Hélène Merlin-Kajman (2003), il n’en est rien, bien au contraire. Si l’on suit son approche systémique, on peut considérer, de façon très générale, que l’apparition du nom de «  langue française  » relève de la promotion de «  la langue vulgaire  » du peuple, c’est-à-dire des trois ordres de la société, mais selon des modalités essentiellement politiques. Cela tient au fait que «  le nom de public  », au même titre que le politique face à la politique, peut prendre consistance positive avec la promotion de la familiarité, style de vivre-ensemble caractéristique alors de l’amitié, au titre de l’urbanité propice à l’émergence de la «  science de la conversation  » comme vertu sociale.

9Plus précisément, quel est le poids de la tradition humaniste dans une telle promotion de la langue française comme langue commune  ?

  • 2 I. Luciani, 2001, “Composer en vers français...”. Pratiques culturelles et société dans la première (...)

10Historienne des pratiques culturelles, et d’abord des situations de communication dont la poésie en langue française est le vecteur, en particulier dans le sud de la France, Isabelle Luciani (2001) circonscrit un mode «  linguistique  » particulier d’affirmation individuelle de l’identité et de ses valeurs, c’est-à-dire un espace commun où le langage donne son unité au corps politique2.

11De fait, l’héritage humaniste occupe chez ces poètes une place centrale, alors qu’ils sont issus de milieux divers, des espaces mondains, femmes incluses, aux milieux populaires. Dans ce milieu de poètes en attente de construction identitaire et de recomposition sociale, l’art de la parole, c’est-à-dire l’éloquence, unifie un discours commun au sein d’une communauté de vivre-ensemble. En son sein, la poésie introduit plus particulièrement un acte de langage pleinement réflexif, en portant la conscience du groupe au sein même de l’histoire nationale.

12L’assimilation de la pratique poétique a présentement une fonction politique autonome par sa visée propre, le bien public. En introduisant une pratique fortement socialisée, la poésie investit les bourgeoisies municipales d’une fonction politique représentative dans leur ville, et ceci grâce à la médiation d’un langage communicationnel qui permet à une société de prendre conscience d’elle-même. À ce titre, elle est une institution discursive à part entière  : elle transmet un langage et une relation réflexive au monde social, ce qui confère à l’usage de la langue française un fort potentiel créateur au niveau des liens sociaux. Une nouvelle manière de transmettre des savoirs et des mots introduit ainsi une nouvelle forme de patrimoine, la poésie de langue française, à l’exemple du cas toulousain de l’Académie des Jeux Floraux. Ainsi, le poète parle la langue française avec une conscience linguistique de plus en plus marquée. La maîtrise du langage rend ici compte d’un acte de création démiurgique dont la formule des Plaintes funèbres de Hierosme de Bénévent (1608), «  Est homme vrayment et de nom et d’effect  » marque bien l’effectivité.

13Une telle activité métalinguistique renforce d’autant l’identité du groupe face au pouvoir royal. On y retrouve la représentation aristotélicienne d’une activité cognitive commune avec la tripartition de l’auteur, du souffle divin, et du lecteur. À ce titre, un tel tiers commun instaure un dialogue vivant qui tend à construire, à sa façon, une langue commune. Ici une communauté humaniste se saisit d’elle-même dans un métalangage qui lui permet de prendre pleinement conscience de soi  : le français devient bien le dépositaire du bien commun.

14D’un acte commémoratif à l’autre, la poésie reproduit, dans l’espace de la langue, l’identité politique d’une communauté parlant français, la langue française prenant ici le relais de la noble langue qu’est le latin. Le poète en vient ainsi faire l’apologie du langage comme constitutif du lien social au sein d’un monde civique au service du public.

15Nous pouvons alors considérer que la volonté royale de faire coïncider langue française et nation va de pair avec la volonté des élites locales de constituer un nouvel espace public comme «  corps de langage  », y compris dans un processus de féminisation de la société mondaine.

16Ainsi, associant, côté ville, une «  science civile  » basée sur les vertus sociales de la Cité, et, côté cours, une «  science de la conversation  » procédant à la fois d’une norme volontariste et d’une réalité virtuelle, la langue française conserve son autonomie identitaire, en dépit de la puissance montante du pouvoir absolutiste. C’est en grande partie les lettrés qui ont à charge de constituer concrètement un public de langue française, en favorisant sa production comme corps autonome, d’autant plus qu’ils règlent leur usage des mots dans le lien établi avec «  la langue vulgaire  ».

17Revient-il pour autant à ces lettrés de normer la langue française, et non au roi  ? Nul n’ignore le poids de l’Académie royale, mais il convient de s’interroger sur son degré d’autonomie lorsqu’elle délibère sur le contenu lexical de son Dictionnaire.

18Ainsi, le nom de public prend sens dans le Royaume de France, et plus particulièrement au sein de la République des lettres et des arts. Il s’agit d’abord de la constitution d’une entité transcendante par rapport aux individus, donc de la mise en position ontologique d’une personne morale qui permet à chacun de faire l’apprentissage de l’usage public de la justification. Mais, héritier de l’humanisme civique, le public tient aussi sa légitimité de la sociabilité humaine, c’est-à-dire du principe naturel de l’homme sociable. «  L’homme est né pour la société  » précisent les premiers dictionnaires monolingues. La société relève, pour sa part, d’un simple contrat entre individus dans le but de mettre quelque chose en commun. Elle est avant tout la société civile, indistincte dans la perspective lockienne de la société politique, d’autant plus que le corps souverain du roi, en tant que corps politique «  absolu  », occupe le champ politique. Par ailleurs, la qualification du français comme langue dominante par sa simplicité et sa clarté se fait par un simulacre de combat contre des langues déjà formées, sur une valeur de contre-modèle et permet, par l’éveil d’une conscience linguistique, l’institution d’un corps homogène de la langue.

  • 3 A. Collinot, & F. Mazière, 1994, « Une autre lecture du Dictionnaire de l’Académie (1694) : valeur (...)

19Nulle surprise donc si (presque) tout et tous parlent de la langue au XVIIe siècle. Cependant, dans et sans doute par les grands mouvements de la société, des actes bien circonscrits banalisent, transforment conversations et controverses en objets pérennes. En rupture avec une pensée encore dominante, nous proposons ici l’interprétation d’un événement advenu assez tôt dans le siècle et qui va conditionner conversations, ouvrages et changement de statut de «  la langue française  »3.

Un projet linguistique pour «  notre langue  »

20Pour donner un sens émancipatoire à ce que sera l’invention de la «  langue commune  » par le Dictionnaire de l’Académie, en 1694, on revient ici sur les trois articles les plus souvent cités des statuts de l’Académie Française voulue par Richelieu en 1635. À savoir  :

Art. 24  : Donner des règles certaines à notre langue et la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences.
Art. 25  : Observer tant les dictions que les phrases qui peuvent servir de règle générale.
Art. 26  : Composer un dictionnaire, une grammaire, une rhétorique et une poétique à partir de ces observations.

21Il s’agit d’un projet linguistique complet, avec ses trois volets  : objectifs, méthode, valorisation, pour le dire en termes d’aujourd’hui.

  • 4 Selon la dénomination des auteurs écrivant en français par Claude Irson dans sa Méthode de 1662.
  • 5 Dante, qui a si bien défendu la langue vulgaire florentine, la défend en latin. Et c’est en 1637 qu (...)
  • 6 F. Mazière, à paraître, « Les Académies de Richelieu », Actes du colloques Ichols XII, Saint-Péters (...)

22Richelieu, ayant terminé la reprise par les armes des places fortes protestantes, peut solliciter quelques réformés intéressés par la langue, des conversants qui se réunissent en toute estime et amitié et en parlent sans autre objectif qu’en discuter. D’abord réticent devant la proposition du ministre, le groupe de Conrart devient consentant. Le ministre les organise en corps pour une tâche qui peut paraître ridicule  : alors que le XVIe siècle a livré une fort bonne littérature en langue française, et d’habiles réflexions sur sa richesse, faut-il une Académie dédiée à son seul service  ? On la parle cette langue, on l’écrit. Quelques grammaires en donnent des règles et des vocabulaires plurilingues la listent. Mais Richelieu la veut «  capable de traiter les arts et les sciences  ». Et là, le retard est certain. Le colinguisme latin/français si bien analysé, de façon dynamique, par Renée Balibar (1985), partage les écrits entre genre sérieux, philo-sophique, c’est-à-dire scientifique, qui se font en latin, et, en français, «  orateurs écrivant tant en vers qu’en prose  »4. En 1635, aucune œuvre philosophique n’a été écrite en français5. Par politique, mais aussi sans doute en praticien, par sa connaissance intime et diversifiée des relations entre pensée et idiotismes d’une langue, Richelieu programme une conquête de la pensée des sciences en français. C’est plus que les besoins administratifs. Le français sera donc une langue stabilisée de gouvernance territoriale à l’intérieur (rôle des intendants, puis des nobles pauvres que devaient former ses Académies de Paris et Richelieu) et dans les pays annexés, de la Navarre au Roussillon et à la Lorraine, et une langue de la pensée. La visée de Richelieu est aussi une visée intellectuelle, comme en témoignent ces statuts, et comme le démontreront les statuts projetés des académies pour nobles6.

  • 7  . « Il n’y a qu’à euiter le barbarisme & le solecisme pour escrire purement. Le barbarisme est au (...)
  • 8 On ne rencontre pourtant pas encore ici ce que Richelieu, tout naturellement, va promouvoir trois a (...)

23On a beaucoup parlé de la «  clarté  » française. L’objectif de Richelieu est plus pratique  : il faut la rendre (la langue) «  pure  » et «  éloquente  ». Ces qualités ne disent l’esthétique qu’en apparence, dans notre vision rétrospective. Ne considérons que la «  pureté  » qui se déclinera bientôt en «  purisme  », honni par notre siècle dit progressiste. Or, la «  pureté  », c’est l’absence de barbarisme7. C’est ce que Pellisson (1653) appellera ces petits «  remores  » qui retardent l’écriture et sont «  indifférents  » au style, doutes dont il faut donc se débarrasser pour conquérir la liberté de dire et d’écrire tout art et toute science8. Richelieu, en élargissant le domaine du français, tout en l’imposant politiquement sur le territoire, offre la langue vulgaire au public élargi du royaume, et déséquilibre le colinguisme.

  • 9 Ce n’est pas ici le lieu de parler de l’équivoque, au cœur des questions de la variation au XVIIe s (...)

24Deux mots encore méritent commentaire  : «  donner  » et «  la rendre  ». L’entreprise est volontariste, certes, mais surtout elle révèle une idée de la langue comme objet modelable, à construire. C’est dire combien est historique le sentiment linguistique. Il convient ici de s’approprier l’objet langue, en vue de le plier à la «  perfection  » utile. Cette perfection que pourra proclamer la Préface du Dictionnaire de l’Académie après quelques décennies de travail, celle qui assurera la «  clarté  » comme conséquence de l’entreprise9.

  • 10 Meigret. « Au lecteur », début : « Combien que d’une pauvre considération la plus grande partie de (...)

25À peine surprenant est alors l’article méthodologique, le numéro 25 des statuts. La rédaction reprend textuellement les termes qui étaient ceux de Meigret, dans la première grammaire de français en français, en 155010  : «  observer  » pour trouver «  les règles  ». Une interdiscursivité massive est à l’œuvre. Au siècle précédent, et, plus proche, depuis Malherbe, les «  observations  » sur les écrits se donnent pour objectifs de généraliser et de dessiner les règles du bien parler et bien écrire. Et quand les observateurs sont plus engagés dans la confection d’outils comme les grammairiens, ils tentent de distinguer la rationalité d’une langue, don de Dieu, et l’usage, legs du temps. C’est ainsi que la règle ne semble pas devoir être posée avec des exceptions, mais dégagée de tout un corpus d’usages assez brouillons, qui seront généralisés et «  serviront  » à régler.

  • 11 O. Leclercq, 2006, « Le traitement du sens par les épithètes et les synonymes au XVIe siècle : appr (...)

26Les «  dictions  » et «  phrases  », ce sont ces «  manières de dire  » que les «  marguerites du bien dire  », les traités partiels sur les «  proverbes  », sur les «  épithètes  » dédiées à certains noms, répertorient et analysent depuis un siècle11. Le corpus est large, les analyses nombreuses, les écrits d’écrivains ne sont pas privilégiés mais plutôt l’art de parler ordinaire, qui est la base des observations. Il faudra toute l’admiration des XVIIIe et XIXe siècles pour des écrits postérieurs, ceux de la seconde moitié du siècle, pour transformer l’affaire en un dictat de la langue lettrée.

27Puis vient la commande, article 26. Article plus étonnant. «  Composer un dictionnaire, une grammaire, une rhétorique et une poétique à partir de ces observations  ». Certes, l’Accademia della Cruzca s’était donné la fabrique d’un dictionnaire pour arrêter la langue de Florence, et l’Espagne, la grande ennemie politique, avait depuis 1611 son Tesoro de la lengua castellana o española par Sebastián de Covarrubias Orozco, tandis que la France n’avait que des dictionnaires bilingues (latin/français) ou plurilingues. Mais il existait déjà trois -grammaires respectées, d’Estienne, Maupas et Oudin. Or, l’énumération part du dictionnaire, comme si là était le premier outil maximalement en charge du dégagement du latin ou de l’apprentissage du français.

  • 12 S. Auroux, 1994, La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga, p. 115.
  • 13 F. Mazière, 2009, « Les langues et le français dans la Méthode de Jean Macé (1651) » in T. Arnaviel (...)
  • 14 W. Ayres-Bennett, M. Seijido, 2011, Remarques et observations sur la langue française : Histoire et (...)

28Reprenons la définition que donne Sylvain Auroux de l’outil linguistique  : «  […] de même qu’un marteau prolonge le geste de la main de l’homme et le transforme, une grammaire prolonge la parole naturelle, et donne accès à un corps de règles et de formes qui ne figurent souvent pas ensemble dans la compétence d’un même locuteur  »12. Une grammaire ou un dictionnaire précise Auroux. Mais l’ajout de compétence n’est sans doute pas le même. Dans un pays éclaté en provinces, on peut concevoir que le vocabulaire «  de base  » soit unificateur. Dans un pays co-lingue, on peut concevoir qu’il faille faire face à un déficit de lexique pour dire la science. Il y a là une option pratique que les «  plumes  » de Richelieu, comme La Mothe, Le Vayer ou Macé savent relayer13. On ne s’étonnera pas que les Remarques de Vaugelas, le premier en charge du dictionnaire, concernent plus le vocabulaire que la syntaxe, même si cette dernière est traitée14. On s’étonnera en revanche d’une telle intuition de l’efficace propre à cet outil linguistique.

29C’est ainsi qu’on peut parler d’une «  valorisation  » inscrite dans le projet de Richelieu. Aujourd’hui, une production est le coda annoncé de tout projet. Sans connaître la fin de l’aventure, Richelieu a légué à «  la ville  » du XVIIe siècle, à ceux qui «  publient  » ce qu’il faut penser dans les salons et la cour, un outil linguistique d’une redoutable efficacité. La «  langue commune  » semble avoir été programmée pour permettre «  la langue nationale  ». Avec un détour non négligeable vers la «  langue internationale  » puisque c’est son statut dès la signature du traité d’Utrecht, qui met fin en 1713 à la guerre de succession d’Espagne.

Conclusion

  • 15 A. Collinot & F. Mazière, 1997, Un prêt à parler : le dictionnaire, Paris, PUF.

30Nous avons compris que le préalable à l’avènement de la langue française comme langue nationale, consacrée par la Révolution française, remonte jusqu’à l’entreprise étatique, couronnée de succès, qui donne «  la définition de tous les mots communs de la langue dont les idées sont simples  », comme il est précisé dans la préface du Dictionnaire de l’Académie15. Une entreprise étatique qui hérite à sa façon d’une culture humaniste et civiliste où la promotion de la langue française est déjà au centre de nouvelles institutions discursives où le nom de langue française est devenu indissociable de l’effet de la langue en usage, à l’exemple du savoir de l’homme saisi dans toute sa plénitude.

31Au départ l’identification de la langue française à une «  langue commune  » procède bien de la formation du Dictionnaire monolingue avec la première édition du Dictionnaire de l’Académie (1694). Ce Dictionnaire suscite la construction d’«  un état de la langue française  ». L’événement linguistique n’est ici autre que la nomination, avec majuscules, de «  La Langue Française  » comme référent incontournable d’un corps de savoirs et de prescriptions sur la langue jugée adéquate à l’expression discursive du corps du roi. Ainsi la parole royale, mise en scène dans la présentation du Dictionnaire au roi («  Vous la parlez et elle parle de Vous  »), devient un lieu d’adéquation de la langue française à la langue commune, hors de toute idée de dictature linguistique. En effet, le principe d’une langue pour un royaume s’impose par un transfert de la maîtrise de la langue au «  bon usage  », même si le roi demeure garant symbolique de la langue du Royaume.

32Alors se concrétise la narration d’un mouvement fictif vers une «  langue étendue  », la langue de la sphère bourgeoise répandue peu à peu dans le public. L’usage, «  tyran des langues  », l’emporte définitivement en autorité sur les souverains en tant que constituant de la «  langue commune  », qui se concrétise désormais dans une série d’événements discursifs normés par une «  langue de la raison  » adéquate à l’enrichissement des savoirs et des pratiques. Ainsi les critères de la raison et du jugement, basés sur l’idée que le raisonnement public se fait de lui-même, s’imposent avant même que la grande entreprise de -l’Encyclopédie se mette en place.

Bibliographie

Ayres-Bennett W., Seijido M., 2011, Remarques et observations sur la langue française. Histoire et évolution d’un genre, Classiques Garnier.

Balibar R., 1985, L’institution du français. Essai sur le colinguisme des Carolingiens à la République, Paris, PUF.

Bertrand O., 2005a, «  Le vocabulaire politique aux XIV e et XV e siècles  : constitution d’un lexique ou émergence d’une science  ?  », Langage & Société, n° 113 (XIV-XIXe siècles), p. 11-32.

Bertrand O., 2005b, Du vocabulaire religieux à la théorie politique en France au XIV e siècle. Les néologismes chez les traducteurs de Charles V (1364-1380), Paris, Connaissances et Savoirs.

Collinot A. & Mazière F., 1997, Un prêt à parler  : le dictionnaire, Paris, PUF.

Collinot A., & Mazière F., 1994, «  Une autre lecture du Dictionnaire de l’Académie (1694)  : valeur instrumentale du préconstruit en analyse de discours  », Actes du colloque CEDISCOR Parcours linguistiques de discours spécialisés tenu à l’université Paris 3 en 1992, Peter Lang, p. 327-336.

Leclercq O., 2006, «  Le traitement du sens par les épithètes et les synonymes au XVIe siècle  : approche de la définition lexicale  », Histoire Épistémologie Langage, n° 28/II, p. 27-35.

Luciani I., 2001, “Composer en vers français...”. Pratiques culturelles et société dans la première moitié du XVII e siècle, Thèse de doctorat en Histoire, Université de Provence.

Mazière F., à paraître, «  Les Académies de Richelieu  », Actes du colloque Ichols XII, Saint-Pétersbourg, 2011.

Mazière F., 2009, «  Les langues et le français dans la Méthode de Jean Macé (1651)  » in T. Arnavielle & C. Camps (dir.), Actes du colloque Discours et savoirs sur les langues dans l’aire méditerranéenne tenu à Béziers, 19-21 octobre 2006, Paris, L’Harmattan, p. 41-42.

Merlin-Kajman H., 2004, «  Le moi dans l’espace social. Métamorphoses du XVIIe siècle  », in L. Kaufmann & J. Guilhaumou (dir.), L’invention de la société. Nominalisme politique et science sociale au XVIII e siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 23-44.

Merlin-Kajman H., 2003, La langue est-elle fasciste  ? Langue, pouvoir, enseignement, Paris, Seuil.

Pellisson P., 1653, Histoire de l’Académie française depuis son établissement jusqu’en 1652, Réédition  : Slatkine Reprints, 1989, Paris.

Notes

1 M.-L. Demonet, 2005, « Quelques avatars du mot “politique” (XIVe-XVIIe siècles) », Langage & Société, n° 113.

2 I. Luciani, 2001, “Composer en vers français...”. Pratiques culturelles et société dans la première moitié du XVII e siècle, Thèse de doctorat en Histoire, Université de Provence. Voir également ses publications sur : « La poésie française comme pratique sociale (XVIe-début XVIIe siècle », in L. Kaufmann & J. Guilhaumou (dir.), 2003, L’invention de la société, Nominatisme politique et science sociale au XVIII e siècle, p. 45-76 ; « Jeux floraux et humanisme civique au XVIe siècle ; entre enjeux de pouvoir et expérience du politique », in N. Dauvois (dir.), 2006, L’Humanisme à Toulouse (1480-1596), Paris, Honoré Champion, p. 301-335.

3 A. Collinot, & F. Mazière, 1994, « Une autre lecture du Dictionnaire de l’Académie (1694) : valeur instrumentale du préconstruit en analyse de discours », Actes du colloque CEDISCOR Parcours linguistiques de discours spécialisés tenu à l’université Paris 3 en 1992, Peter Lang, p. 327-336.

4 Selon la dénomination des auteurs écrivant en français par Claude Irson dans sa Méthode de 1662.

5 Dante, qui a si bien défendu la langue vulgaire florentine, la défend en latin. Et c’est en 1637 que paraît « Le discours de la Méthode » de Descartes.

6 F. Mazière, à paraître, « Les Académies de Richelieu », Actes du colloques Ichols XII, Saint-Pétersbourg, 2011.

7  . « Il n’y a qu’à euiter le barbarisme & le solecisme pour escrire purement. Le barbarisme est aux mots, aux phrases, & aux particules ; & le solecisme est aux declinaisons, aux coniugaisons, & en la construction. » Remarques sur la langue française, 1647, p. 567-8. Voici quelques exemples donnés par Vaugelas : sortir pour partir, dessus la table, les pères et mères, i’alla, pour i’allay, il allit, pour il alla, i’ay d’argent, au lieu de dire i’ay de l’argent…

8 On ne rencontre pourtant pas encore ici ce que Richelieu, tout naturellement, va promouvoir trois ans plus tard, l’enseignement des sciences en français.

9 Ce n’est pas ici le lieu de parler de l’équivoque, au cœur des questions de la variation au XVIIe siècle.

10 Meigret. « Au lecteur », début : « Combien que d’une pauvre considération la plus grande partie de nos Français soit en fantaisie que la poursuite d’une grammaire soit trop difficile et presque impossible en notre langue : je n’en ai pas pourtant si désespéré que je n’aie fait quelque diligence d’en chercher quelques moyens et règles. »

11 O. Leclercq, 2006, « Le traitement du sens par les épithètes et les synonymes au XVIe siècle : approche de la définition lexicale », Histoire Épistémologie Langage, n° 28/II, p. 27-35.

12 S. Auroux, 1994, La révolution technologique de la grammatisation, Liège, Mardaga, p. 115.

13 F. Mazière, 2009, « Les langues et le français dans la Méthode de Jean Macé (1651) » in T. Arnavielle & C. Camps (dir.), Actes du colloque Discours et savoirs sur les langues dans l’aire méditerranéenne tenu à Béziers, 19-21 octobre 2006, Paris, L’Harmattan, p. 41-52.

14 W. Ayres-Bennett, M. Seijido, 2011, Remarques et observations sur la langue française : Histoire et évolution d’un genre, Classiques Garnier.

15 A. Collinot & F. Mazière, 1997, Un prêt à parler : le dictionnaire, Paris, PUF.

Auteurs

Université de Lyon, CNRS/UMR triangle

Université Paris 13, professeur émérite

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540