Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Sonia Branca-Rosoff, une linguiste à la croisée des sciences sociales

Nicole Ramognino

Texte intégral

Disciplines et « régions de savoirs »

  • 1 B. Bernstein, 2007, Pédagogie, contrôle symbolique et identité. Théorie, recherche, critique, Québe (...)

1Les modes d’interdisciplinarité demeurent l’une des préoccupations de Sonia Branca-Rosoff. Selon Bernstein1, la production des savoirs sur l’humain et le social s’est constituée, à la fin du XIXe siècle, en « disciplines », et se transforme actuellement en « régions de savoirs », modes de connaissance multi-dimensionnels qui mettent en crise l’autonomie des disciplines, voire tendent à leur disparition. Bernstein lie ce changement aux relations étroites entre recherche et marchés économiques ou politiques. Contrairement aux objets définis spécifiquement par les « disciplines », les « objets » d’études actuels seraient sous l’emprise des marchés formatant questions ou énigmes. Le développement de la recherche dépend de financements, mais la réflexion vise ici les objets propres de la linguistique et des sciences sociales. La sociologie et la linguistique ont émergé comme disciplines par les coups de force de Durkheim ou de Saussure (c’est une présentation caricaturale), le premier instituant une « réalité » – les faits sociaux – irréductible aux individus, le second décrivant une réalité « immanente », la langue. Deux interprétations peuvent les qualifier. D’un côté, la division sociale opérée dans la production des savoirs est totalement « arbitraire » si l’on se réfère au terrain multidimensionnel, sinon « total ». D’un autre côté, cette division a permis un enrichissement de connaissances précises, rigoureuses, rendu possible grâce au découpage d’objets homogènes. L’objet spécifique du sociologue, l’objet spécifique du linguiste ne sont-ils qu’arbitraires et/ou répondent-ils à une nécessité logique ?

2Au vu des développements respectifs de ces deux disciplines, on peut opter pour une division arbitraire. La sociologie, depuis la fin du XIXe siècle, connaît des dichotomies autour desquelles se construisent des controverses, traces de l’absence d’un accord de la communauté sociologique sur le « fait social » et par conséquent sur sa nécessité logique. Microsociologie vs macrosociologie, individu vs société, expliquer vs comprendre, rapports de force vs rapports de sens, socialisation vs communication, etc. constituent autant d’oppositions non résolues et toujours « vives ». Le sociologue contemporain peut aussi revendiquer son appartenance à la socioanthropologie, à la sociohistoire ou encore à la sociologie de l’individu, comme si être sociologue et se donner un objet propre était devenu obsolète. Nous connaissions déjà des travaux en sociolinguistique avec Bernstein ou encore en psychosociologie mais ils étaient marginalisés. Ces néo-logismes et les déplacements opérés ont leur pendant en linguistique, où les chercheurs développent, à côté de la tradition linguistique et aussi contre elle, l’analyse de discours, la psycholinguistique, la sociolinguistique, les théories de l’énonciation, la pragmatique, la praxématique, etc. Ces mouvements montrent la constitution continue de « régions de savoir ». Les « objets » disciplinaires ont-ils une nécessité scientifique ou non ? Comment se constituent les « régions de savoir » ? Permettent-elles une révision de l’objet disciplinaire ? Réviser suppose-t-il une opération de « table rase » ou une intégration cumulative des savoirs, qui permette de maintenir une spécificité disciplinaire tout en tenant compte de la complexité du terrain ? Bref, quelle interdisciplinarité mettons-nous en œuvre ?

Fait de langue, linguistique et histoire

3La lecture de quelques textes de Sonia Branca-Rosoff nous autorise, à tort ou à raison, à défendre une thèse sur ses recherches : Sonia intègre dans sa démarche disciplinaire les savoirs des autres disciplines, notamment en histoire et en sociologie, tout en focalisant son attention sur la nature linguistique de son objet, redéfinie par un processus de révision constant et cumulatif. Elle est, à nos yeux, une « érudite » informée des productions des autres disciplines des sciences humaines et sociales qui nourrissent son propre questionnement -linguistique. Elle a ainsi balisé les domaines littéraire, psychologique, historique, sociologique, linguistique, etc. L’érudition ne l’isole pas dans une tour d’ivoire livresque : ses recherches relèvent d’une approche empirique, à partir de corpus linguistiques du passé (l’écriture des « peu-lettrés », l’émergence et les transformations du paradigme « social ») ou de corpus sur la parole contemporaine, attestée ou recueillie par entretien (les pratiques d’enseignement de la langue, les archives institutionnelles comme les comptes rendus des assistantes sociales, les médias, ou encore le parler ordinaire marseillais ou parisien sur la ville).

  • 2 S. Branca, 1982, « Changer la langue », HEL, n° IV.1, p. 59-66.

4La révision cumulative intègre les savoirs des autres sciences sociales, notamment quand elle observe les emplois et les usages de la langue. Lorsque Sonia présente les positions complexes et diversifiées du « groupe des Idéologues2 » quant à l’imposition d’une « langue nouvelle et meilleure », elle met en scène les tensions que pouvaient rencontrer ces penseurs tiraillés entre une position normative et leur confrontation aux régularités des usages : fallait-il défendre un « prescriptivisme conservateur » et chercher « à maintenir une langue parvenue à un certain point de perfection » ? Ou bien, adopter une « conception dirigiste, tournée vers le changement et l’amélioration du français » ? (p. 59) « Ces deux positions, toutes deux normatives, rencontrent le problème de l’usage, des relations complexes que la collectivité entretient avec le langage ». Sous-jacent à ce débat, la définition de ce qu’est une langue est questionnée : comment tenir dans une même définition les deux propriétés – l’autonomie normée d’une langue et ses emplois nécessairement diversifiés et changeants – tout en rejetant une vision naturaliste d’une « langue naturelle » objective qui admet comme déviation, mauvais usage ou déviance le moindre écart à la « norme » ? Sonia éclaire l’intelligibilité des débats et des différentes tentatives de « changer la langue » des grammairiens en montrant comment ils se sont heurtés à ce dilemme : une langue se transforme dans l’histoire, elle est réformable mais elle est aussi irréductible du fait du « poids institutionnel du langage ». Elle cite alors Destutt : « Pour changer totalement l’usage qui tient par tant de points à toutes les institutions sociales, il faudrait un consentement unanime qui ne peut même pas se supposer… » (p. 65).

5On retrouve ce dilemme, de manière inversée, dans les interrogations autour des « inventions » linguistiques des jeunes, collectées en un corpus concernant les médias modernes : des formes linguistiques nouvelles y sont observables mais résisteront-elles au temps ? La langue est ainsi tension entre une régularité institutionnelle qui donne lieu à des normes spécifiques et hétérogènes et des usages, plus ou moins innovateurs, qui la confirment dans ses normes affichées ou la transforment, temporairement ou continûment, en fonction de leur diffusion dans la langue commune. Deux contraintes contraires sont en action lorsque les locuteurs investissent une langue : la nécessité de communiquer et d’user de régularités linguistiques pour se faire comprendre et celle d’approcher au plus près de la singularité de ce qu’ils tentent d’exprimer, de connaître ou de communiquer.

  • 3 S. Branca-Rosoff & C. Wionet, 1998, « Introduction », Langage et société, n° 83/84, p.5.

6De ce point de vue, la collaboration avec l’histoire est centrale dans les recherches de l’auteur. La langue a une histoire. Ce fait est souligné lorsqu’elle défend, avec Chantal Wionet3, l’œuvre de Renée Balibar :

7une œuvre à bien des égards “en avance” parce qu’elle a posé très tôt, en particulier à la linguistique, des questions dérangeantes toujours actuelles : le rôle de l’histoire dans la constitution des objets-langues ; le problème du sens découlant du fait que la même forme langagière vue dans un contexte différent se lit différemment.

8À l’époque du « structuralisme triomphant », de « la clôture des systèmes linguistiques » et de la « synchronie », Renée Balibar défendait l’hypothèse d’une institution historique du français comme langue nationale créatrice d’un espace de communication démocratique. Ici la langue est « inséparable de l’espace politique et de l’action des individus » (p. 6).

  • 4 S. Branca-Rosoff, 1994, « Jacques Guilhaumou, Denise Maldidier, Régine Robin, Discours et archives. (...)
  • 5 Ce point ne peut pas s’autoriser des propos de Sonia Branca-Rosoff, mais de la lecture que j’ai pu (...)

9Mais reconnaître et surtout tenir compte du caractère historique de la langue, est-ce renoncer pour autant à l’objet langue dans un programme disciplinaire autonome ? La révision imposée par l’articulation entre linguistique et histoire ne consiste pas pour autant à reléguer au second plan l’analyse des formes linguistiques, réduites à n’être que des outils annexes, des moyens méthodologiques. Les recherches et les discussions de Sonia menées avec les historiens, spécialistes de l’analyse du discours, et parmi eux Jacques Guilhaumou, historien de l’événement discursif, montrent la nécessité, pour elle, de maintenir l’analyse des contraintes spécifiquement linguistiques, qui, si elles sont le produit de l’histoire, jouent néanmoins aussi comme contraintes-ressources pour les usagers de la langue. Plusieurs textes4 déclinent un parcours commun jusqu’au moment où l’historien institue une description pragmatique en « réalité », ou se focalise sur les seules « modalités ontologiquement subjectives de la construction du social au sein de l’esprit »5.

  • 6 D. Maldidier & R. Robin, 1976, « Du spectacle au meurtre de l’événement. Reportages, commentaires e (...)
  • 7 J. Guilhaumou, D. Maldidier & R. Robin, 1994, Discours et archive, Mardaga.

10Sonia avait noté auparavant, dans le commentaire de l’ouvrage de Guilhaumou, Maldidier et Robin (1994), que « si la méthode recoupe toujours la “linguistique” par le souci du détail, de l’examen minutieux, du relevé systématique, le niveau où s’exerce l’étude et parfois même la question de la possibilité de s’en tenir à une observation formelle changent d’un article à l’autre » (p. 225). Les articulations entre histoire et linguistique varient selon les articles, et la réflexion sur les modalités interdisciplinaires reste à faire. Pour nous en tenir à l’exemple des catégories descriptives du texte « Du spectacle au meurtre de l’événement » (1976)6, le commentaire de Sonia note que les formes rhétoriques comme le récit, la description ou l’argumentation, sont décrites non par l’observation des seules catégories de langue, mais par l’usage de critères fonctionnels renvoyant à la trame narrative. À l’inverse, le texte « Coordination et discours »7 se fonde sur l’apport méthodologique « fondamental » de la syntaxe : la description des slogans du type « pain et liberté » à l’époque de la Révolution française, « part des propriétés de langue d’une construction » :

cette mise en relation conjoint un syntagme concret, du pain, et des mots -politiques abstraits, la liberté, ce qui modifie profondément le sens de la vieille revendication populaire […] On obtient une redéfinition du politique : du pain, qui renvoyait traditionnellement au social, entre dans le politique, et inversement le champ du politique prend en compte le social (p. 226).

11Dans le premier article, le mode interdisciplinaire adopté conduit à une analyse de la manipulation des médias. Dans le second, l’objet politique est restitué dans sa nature actantielle qui est, de fait, discursive et linguistique.

  • 8 Pour les références exactes, voir note 4.

12Et c’est l’une des exigences de l’approche linguistique défendue par l’auteur que de partir « des formes linguistiques » pour rendre compte de phénomènes historiques. C’est très net dans l’article écrit par S. Branca-Rosoff, A. Collinot, J. Guilhaumou et F. Mazière, « Questions d’histoire et de sens » (1995)8. Pour l’historien « il est désormais admis que la démarche proprement linguistique ne peut valoir comme modèle explicatif de l’histoire du discours », et que « la seule prise en compte de la matérialité des énoncés risque de laisser en suspens le problème du rapport de l’histoire à la linguistique » (p. 55) : il « convient plutôt de singulariser des événements proprement historiques » pour construire ensuite des « trajets thématiques », reliant des « énoncés d’archives épars », qui seront mis « en intrigue ». L’historien pousse plus loin ce raisonnement en écartant de l’analyse du discours la possibilité d’un « objet-langue » qui aurait la particularité d’être immanent : « peut-elle [l’analyse du discours] décrire un objet linguistique autonome en dehors des préoccupations discursives et configurationnelles de l’historien et du sociologue ? (p. 54) ».

13Sonia, en réponse, démontre par l’exemple les capacités heuristiques d’une méthode qui a recours à l’observation des phénomènes linguistiques pour décrire le fonctionnement des institutions, et la nature langagière de l’activité administrative. Le déplacement opéré, de nature ontologique, est à la fois temporel et méthodologique : temporel puisque l’auteur s’intéresse aux formes institutionnelles actuelles de l’écriture (les rapports d’assistantes sociales). Ces formes linguistiques constituent un corpus susceptible de constituer « un observatoire des lieux d’élaboration de la langue normée contemporaine », dans l’hypothèse où

l’existence d’un énorme réseau de communication administratif (quelque chose d’externe à la langue) entraîne(rait) un développement de formes qui outillent la langue dans des fonctions qui n’appartiennent pas au français oral ordinaire. Sa description intéresse donc l’historien de la langue autant que l’historien des discours (Branca-Rosoff et alii, 1995 : 59).

14Le déplacement est méthodologique, puisqu’il s’agit de s’appuyer sur « des régularités repérables de façon immanente ». Le « principe d’immanence intervient à deux moments » d’abord « lors du choix et de la délimitation des corpus parce que les écritures institutionnelles sont des écritures produites dans des cadres historiquement situés qui leur donnent sens » (p. 58), ce qui revient à partir des « savoirs d’époque », des « conceptions locales » qu’ont les sujets de leurs activités. Il intervient également dans la focalisation de l’observation sur « les régularités immanentes du texte » (présence massive de locutions prépositives telles que compte tenu de, suite à et de nombreuses parenthèses venant encadrer un certain nombre d’appositions), qui peuvent être structurantes et donner lieu à des « automatismes de rédaction, facilitant pour le scripteur la modélisation du réel ».

  • 9 Expression que j’emprunte à l’anthropologue Jack Goody.

15Ces « normes » linguistiques, liées aux conditions de production administratives, se présentent, à nos yeux, plus comme des habiletés, des « outils de l’intellect »9, à la disposition des locuteurs, qui les emploient dans un discours d’une « variabilité fondamentale », exprimant des différences quant à la caractérisation de la singularité du « cas » ou de la « situation » présentés. Ainsi, les catégories lexicales « sont toujours re-spécifiées en discours et les représen-tations qui y sont attachées sont liées autant aux opérations qui les déplacent et les reformulent sans cesse qu’à des représentations préconstruites » (p. 59). Les assistantes sociales peuvent ainsi innover et proposer des points de vue différents du fait de la pluralité de leurs lexiques (langage administratif et énoncés -psychanalytiques) dont elles disposent de par « leurs appartenances à des espaces énonciatifs multiples ».

  • 10 Pour les références exactes, voir note 4.

16C’est aussi dans une volonté d’interdisciplinarité que Sonia coécrit avec Guilhaumou le texte intitulé « De “société” à “socialisme” : l’invention néologique et son contexte discursif » (1998)10. C’est l’occasion de développer une « certaine façon de faire de la sémantique » (p. 12), en révisant le « cognitivisme » statique et la philologie axée sur les filiations : focaliser l’observation sur les rapports polysémiques, dans ses différents contextes historiques, d’un procès complexe de sens. En linguiste, Sonia constitue un corpus à partir des dictionnaires des XVIIe et XVIIIe siècles : un ensemble discursif organisable de manière sérielle autour du terme « social ». Les dictionnaires sont des « outils contribuant à la stabilisation de la conscience linguistique des usagers d’une langue » (p. 17). L’approche, en effet, opte pour une description drastique des formes linguistiques, en minimisant le plus possible les hypothèses « externes » : la plus drastique de ces hypothèses est de partir des savoirs linguistiques implicites ou explicites des acteurs sociaux. Je ne reprendrai pas ici la description de la constitution historique du paradigme « social ». Cependant je ne peux pas ne pas souligner en quoi cette analyse, quand il s’agit des mots-notions comme social, sociabilité, société, société civile et société politique, est heuristique pour une compréhension de la naissance et du maintien de la sociologie. Ces « lieux de mémoire, aptes à conserver les pensées d’une société » (p. 33), et la reconnaissance de leur polysémie sont autant de résultats porteurs pour comprendre la genèse et les développements conflictuels de la discipline sociologique. L’analyse formelle contribue fortement à cet effet :

Le concept de “société (politique)” n’est pas indépendant de sa désignation par le mot société puisque les sens polysémiques sont profondément intriqués : la société politique n’est pas un groupement donné, au sens géographique (en tant qu’un peuple est attaché à un territoire) […] mais une communauté fondée sur des liens dynamiques. C’est bien la notion de lien traversant la polysémie de société, qui spécifie la forme de groupement caractéristique des sociétés politiques : à la solidarité innée qu’éprouve un homme pour un autre homme (la sociabilité qui s’exerce à l’intérieur du groupe étroit de la famille comme dans l’espace public) viennent s’ajouter des liens juridiques forts (par contrat) ou du moins des liens contrôlés par le droit (y compris pour le lien qui unit le supérieur aux inférieurs) que Sieyès situera dans le monde de la socialité » (p. 32).

17Notons simplement que la révision effectuée dans cette analyse formelle est soulignée par l’auteur ainsi :

Pourtant même si l’unité sémantique de social, sociable, société se caractérise par la notion de lien qui traverse l’histoire, les langues et les registres, il est tout aussi important d’appréhender ces mots comme des segments de discours qui s’interprètent dans des conditions socio-historiques particulières (p. 32).

  • 11 Pour les références précises, voir note 4.

18Sonia poursuit sa réflexion sur les relations à l’histoire dans « Socio-linguistique historique et analyse du discours du côté de l’histoire : un chantier commun ? » (2007)11. Elle y reconfirme sa position empirique : certes, si une linguistique de terrain (définie par une collecte des données dans des situations sociales réelles) apparaît comme impossible dans une approche de « sociolinguistique historique dont les sources sont écrites », la linguistique de corpus permet néanmoins d’analyser une « intrication entre changement linguistique et changement social » en ouvrant deux possibilités : « soit l’analyste travaille sur des contrastes – par exemple entre des groupes sociaux ou entre des genres – soit il essaie d’homogénéiser son corpus, le plus souvent en le renvoyant à des fonctionnements -génériques » (p. 166). Ces deux possibilités donnent lieu à des constructions d’objets sociaux différents. Dans le premier cas, une sociolinguistique variationniste peut servir d’indicateur du paradigme du classement et de la classification sociale. Dans le second cas, l’accent est mis sur l’emploi et l’apprentissage des « outils de l’intellect » qui génèrent de nouvelles formes de dire, de pensée et d’agir ouvrant la possibilité des rapports sociaux historiquement nouveaux.

  • 12 S. Branca-Rosoff & N. Schneider, 1994, L’écriture des citoyens. Une analyse linguistique des peu-le (...)

19S’inscrivant dans la seconde orientation, Sonia élabore la catégorie analytique des « peu-lettrés »12 pour définir un corpus permettant « de poser la question de la spécificité des mises en discours écrites pratiquées par des gens qui ne sont pas des familiers de l’écriture » (p. 166) lors de la Révolution française : « procès-verbaux des comités de surveillance » ; « requêtes rédigées par des artisans ou des ouvriers » ; « lettres adressées par des particuliers aux autorités municipales (plaintes, requêtes, dénonciations) ». Le choix d’un tel corpus a l’intérêt de pouvoir analyser « l’impact de l’événement révolutionnaire sur les textes recueillis : l’objet visé est alors la marque que le changement politique imprime sur les textes ». Et plus largement encore « on peut travailler sur ces documents pour envisager les étapes de l’instauration de la norme d’une langue lettrée ». Ce sont effectivement les marques formelles orthographiques, syntaxiques et dis-cursives qui sont observées sur ce corpus, montrant « l’histoire de l’appropriation des marques syntaxiques et rhétoriques de l’écrit », l’histoire de -l’appropriation de ce nouvel « outil de l’intellect », l’écrit, l’histoire de la « construction discursive de l’activité politique » des acteurs sociaux ordinaires, en même temps que la construction discursive d’un genre. Les « peu-lettrés » apprennent ainsi à s’approprier « des formulaires qui fixent rôles et relations » dans la nation. Le choix de ce corpus linguistique des « peu-lettrés » est particulièrement heureux puisque Sonia réintègre dans sa réflexion interdisciplinaire entre l’histoire et la linguistique, la sociologie. La notion de « genre » qui tente d’articuler contexte externe et face formelle ouvre par le biais de la notion d’institution, la question des rapports interdisciplinaires entre linguistique et sociologie.

Fait social, linguistique et sociologie

  • 13 S. Branca-Rosoff, 1999, « Types, modes et genres : entre langue et discours », Langage et Société, (...)

20Dans l’article « Types, modes et genres : entre langue et discours »13, sont visibles le souci de questionner le rapport interdisciplinaire entre sociologie et linguistique et la préoccupation de maintenir la nécessité d’une approche linguistique révisée. Sonia fait un inventaire remarquable des tentatives élaborées par les chercheurs pour mettre de l’ordre dans la diversité des textes en inventant des critères permettant de les définir et de les classer par une typologie de « genres ». Selon elle, deux approches peuvent émerger pour « sortir de l’empiricité » : choisir une voie normative, en élaborant un critère général le plus souvent externe aux formes linguistiques. L’objectif est de construire des typologies universalistes permettant de reconnaître des grands modes discursifs : des critères normatifs des genres à partir des institutions fondamentales d’une société, qui, dans les recherches contemporaines, ont porté sur « le discours politique » ou sur « langage et travail » ; des activités langagières, que sont les modes de schématisation du réel comme la description, la persuasion, la narration ; des modes énonciatifs comme le discours et le récit. L’autre voie, et, semble-t-il, c’est le choix de Sonia, consiste à partir de genres sociaux tels qu’ils sont définis empiriquement par les acteurs sociaux, et à les considérer comme des observatoires d’exploration des « outils linguistiques » ou, comme je préfère le dire, des « outils de l’intellect » qui sont utilisés comme ressources par les acteurs sociaux dans leurs pratiques sociales. C’est du moins ainsi que je comprends la conclusion de l’article :

Prendre en compte un répertoire historique de genres, ce n’est pas faire l’hypothèse de l’homogénéité de chaque genre, mais seulement de l’intérêt de son caractère d’observatoire. À partir de données configurées en genres, on peut observer l’émergence des outils linguistiques que construisent les locuteurs dans des pratiques sociales réelles et bien délimitées (p. 20).

  • 14 J. Molino et R. Lafhail-Molino, 2003, Homo fabulator, Théorie et analyse du récit, Actes Sud.

21Pour l’auteur, ce déplacement serait un « retour de la problématique des genres en histoire de la langue » puisque les « habitudes langagières peuvent se généraliser avant de se déstabiliser sous la pression d’autres activités sociales » (p. 20). Cette orientation me semble être proche de la posture de Jean Molino et Raphaël Lafhail-Molino14. Ces auteurs observent les « outils de l’intellect » tels qu’ils émergent, se stabilisent, se déstabilisent dans l’histoire du genre littéraire. Leur corpus se présente en effet comme un observatoire pour analyser et montrer les capacités heuristiques de ces dits outils linguistiques que les créateurs formalisent et font travailler de manière plus ou moins systématique dans leurs œuvres, et qui, invisibles ou inexistants jusque-là dans le langage ordinaire, prennent de la visibilité ou se diffusent après ledit travail « littéraire ».

  • 15 S. Branca-Rosoff & C. Marinelli, 1994, « Faire entendre sa voix. Le courrier des lecteurs dans les (...)
  • 16 J. Goody, 1979, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minu (...)

22Les choix actuels de Sonia en matière d’observatoire des transformations de la langue portent plutôt sur les discours ordinaires, discours qui s’énoncent dans des situations spécifiques, qui ne sont pas pour autant homogènes. Dans cette perspective, elle ne peut que rencontrer ou élaborer des corpus qui sont aussi ceux exploités par les sociologues : les comptes rendus des assistantes sociales, le courrier des lecteurs, les lettres de réclamation adressées au service de la redevance15. Au-delà de leur diversité empirique, ces corpus sont définis par des situations sociales mettant en scène des rapports sociaux asymétriques, reliés à des mondes sociaux que nous pouvons considérer comme lieux d’activités politiques au sens large, même si ces activités présentent des spécificités qui ne se recouvrent pas totalement. Ces choix ne sont pas liés à des contingences de recherche. Par exemple, le courrier des lecteurs met en évidence le fait que l’acte d’écrire sert à « passer du statut de récepteur anonyme à celui d’acteur qui demande à être écouté » et, plus encore, à « s’inscrire dans le débat public » (p. 25). Écrire en vue d’une publication c’est viser l’espace politique, c’est constituer l’objet de la lettre comme objet politique. La lettre est un acte politique. Les lettres de réclamation adressées au service de la redevance confrontent également ces rapports asymétriques entre une institution de service public, et des récepteurs qui se considèrent autant comme citoyens que comme clients. Ces corpus élargissent les réflexions qui ont été avancées dans l’analyse des écrits des « peu lettrés » de la période révolutionnaire. Si les auteurs contemporains sont plus lettrés, il n’en reste pas moins que leurs lettres adoptent souvent et confrontent ces « outils de l’intellect » que sont les formes linguistiques développées par les écritures administratives ou institutionnelles. Nous savons, depuis Goody16, comment l’écrit, cet outil de l’intellect, a permis l’essor et le développement du champ politique, nous avons appris aussi avec Balibar, comment la constitution du français comme langue nationale, langue de l’écrit, permettait l’ouverture d’un espace politique démocratique. « Prendre la plume » de la part de lecteurs ou de spectateurs de la télévision, comme le dit Sonia, « comme d’autres prennent des bastilles » est un acte politique : on peut alors non seulement observer les thèmes mais également les stratégies linguistiques qui sont mises en œuvre pour investir, transformer ou jouer avec un rapport social asymétrique.

  • 17 S. Branca-Rosoff & C. Gomila, 2004, « La dimension métalinguistique dans les activités scolaires d’ (...)

23Nous avons insisté sur l’écrit en tant qu’outil de l’intellect, parce que l’une des situations à laquelle Sonia a porté attention est celle de l’apprentissage de la langue (lecture et écriture) à l’école. Ici il ne s’agit pas de corpus écrits mais des corpus oraux dans cette situation d’apprentissage scolaire qui relève du passage de l’oral à l’écrit. Les observations effectuées par Sonia tant dans l’article qu’elle a rédigé avec Corinne Gomila17 que dans celui paru dans Le Français hier et aujourd’hui. Politiques de langue et apprentissages scolaires montrent que les programmes scolaires et leur application en classe ont connu et connaissent encore des difficultés dans la reconnaissance de la singularité de chacune de ces formes linguistiques écrites et orales, et exigent des efforts métalinguistiques nécessaires pour leur maîtrise.

  • 18 S. Branca-Rosoff, 2001, « La sémantique lexicale du mot “quartier” à l’épreuve du corpus Frantext ( (...)
  • 19 S. Branca-Rosoff, S. Fleury, F. Lefeuvre, M. Pires, 2009, Constitution et exploitation d’un corpus (...)

24C’est sans doute l’un des intérêts (la nécessité de produire des connaissances formelles et métalinguistiques à partir des corpus linguistiques) que nous portons aux deux recherches sur lesquelles nous conclurons notre propos. Il s’agit de l’article « La sémantique lexicale du mot ‘quartier’ à l’épreuve du corpus Frantext (XIIe-XXe siècles) »18 et du programme que Sonia a eu la ténacité de lancer, Constitution et exploitation d’un corpus de français parlé parisien19. Le premier corpus est historique constitué de romans, d’articles de presse ou de correspondances, le second est un corpus oral élaboré à partir d’interviews auprès de parisiens. Les deux ont pour thématique l’espace urbain. Les données du premier sont composées de « textes stabilisés » qui « dissimulent la mobilité des représentations qui circulent dans la parole ordinaire » et ne permettent pas « l’accès aux “représentations dominées” » (p. 47). Néanmoins, il s’agit d’une « source documentaire intéressante » sur le monde social dans la mesure où les personnages de la fiction « sont supposés mener une vie urbaine ». De plus, sur le plan formel, « les discours romanesques se situent à l’articulation de l’attendu, du normal et de l’exceptionnel : c’est la répétition qui garantit qu’on a affaire à la langue commune ou du moins à des énoncés en voie de figement » (p. 48). Le corpus Frantext autorise par conséquent une analyse sérielle et quantitative. Les données du second corpus relèvent du « genre dialogal et réflexif » qui permet de « longues prises de parole » propice au « développement d’une syntaxe complexe » et une « diversité d’activités linguistiques » (décrire, argumenter, raconter, s’exprimer de façon métalinguistique). La passation d’entretiens en dyade autorise également de « détendre l’atmosphère, de favoriser la discussion, de faciliter l’expression des désaccords ou l’élaboration d’une opinion commune ».

25La présentation de chacun de ces corpus est remarquable des positions de l’auteur quant à son approche. Prenons le premier article, dans lequel Sonia la resitue à la fois par rapport à la sémantique lexicale et par rapport à l’ethnométhodologie : d’une part, l’étude des lexèmes est « une étude des tensions solidaires entre système lexical, discours situés dans l’histoire et pratiques humaines non langagières » (S. Branca-Rosoff, 2001:50) affichant ainsi les révisions de l’objet des sciences du langage ; d’autre part, « les grands corpus » permettent de poser la question « de la constitution et de la stabilisation d’un sens commun présent dans la mémoire des sujets » (p. 47). Ainsi le « localisme » des situations de parole et des inter-actions est resitué dans une « diachronie large ». Ceci peut être d’autant plus affirmé que ces textes littéraires sont « largement diffusés par l’école, ce qui solidifie [la] vision de la ville dans l’imaginaire social » (p. 48). Ces articles montrent avec clarté comment la description des formes linguistiques autorise une connaissance tout à la fois linguistique et sociologique sur un « terrain » balisé cependant par l’analyse des formes linguistiques. L’analyse du corpus Frantext conclut sur la distinction entre « deux matrices de sens derrière les emplois urbains de quartier. Mon quartier – le quartier défini par les rapports de voisinage et par les commérages ou les ragots qui circulent et focalisent bonne et mauvaise réputation – n’a rien à voir avec le quartier, terme classificateur qui sert de support au découpage de la surface de la ville en deux parties opposées de façon axiologique » (p. 66-67). Si Sonia, ici, commente la description formelle de manière sociale, la focalisation sur les formes linguistiques lui permet de préciser que :

de ce point de vue, le langage sert à représenter et à communiquer l’expérience sociale des écrivains. Mais à leur tour, les expressions se fixent en routines de telle sorte que dire “mon quartier” évoque automatiquement les propriétés que nous avons mentionnées et qui peuvent en être absentes dans la réalité. Le vocable quartier, porteur de cette mémoire discursive, se substitue à l’expérience – ou plus exactement participe à l’expérience qu’elle organise, qu’elle met en forme (S. Branca-Rosoff, 2001:60).

26Retenons ici deux points. Le premier revient sur le fait que les outils de l’intellect, mis en œuvre dans les formes linguistiques des écrivains, permettent l’exploration d’un savoir d’ordre expérientiel : les précisions et les détails de l’analyse formelle repèrent autant de traces de cette expérience. Le deuxième point retient le fait que ces connaissances deviennent des ressources cognitives, figées en « routines » qui configurent à leur tour la connaissance liée à l’expérience. Ces routines peuvent jouer sociologiquement comme des moyens -économiques d’appréhension du monde social, mais elles peuvent aussi limiter drastiquement la confrontation cognitive du monde que l’expérience peut contenir, et fonctionner comme des allants de soi qui peuvent faire problème, tout au moins pour une analyse critique. D’où l’intérêt heuristique pour la sociologie de telles analyses sur les formes linguistiques.

27Un deuxième exemple peut être évoqué, l’usage du mot « village » par des locuteurs du 7e arrondissement de Paris pour parler de leur lieu d’habitation. Le travail formel permet de saisir comment la stabilisation sémantique des mots – qui relève de la mémoire discursive – est en tension solidaire avec leur mobilité. Ceci explique

« la possibilité d’employer village dans village global, à la façon de Mac Luhan par exemple. Il n’y a pas alors à invoquer une perte ou une érosion sémantique car ce sont les mêmes valeurs qui permettent au mot de s’appliquer à toutes sortes de domaines d’expérience et d’être mobilisé pour un village campagnard, un village urbain, voire mondial. Village exprime donc fondamentalement l’idée d’une petite communauté liée à l’habitat dont la stabilité et les dimensions – plus restreintes que celles des grandes métropoles – permettent à des relations de proximité, de convivialité et d’entraide de s’établir entre ses membres » (S. Branca-Rosoff et alii, 2009 : 50-51).

28La nature orale du matériau et sa nature réflexive rendent possible la connaissance propre à l’expérience sociale. Ainsi village, quoi, par contre sont des « opérateurs cognitifs » qui génèrent des formes de connaissances parti-culières, relevant de la dimension à la fois humaine, culturelle, historique et sociale des objets analysés. La situation d’entretien montre comment les formes linguistiques employées sont des « outils de l’intellect » puisque le locuteur qui les emploie tente de mettre en mot, d’élaborer une pensée qui exprime au mieux son expérience sociale, son rapport au monde et son rapport à l’interlocuteur. Mettre ainsi l’accent moins sur les représentations que sur l’acte de connaître est une autre manière de dire que l’historicité et la réflexivité génèrent les manières de penser et d’agir sociales. Les sociologues restent, pour la plupart, d’une grande naïveté quand ils opposent simplement le dire au faire, le réel à l’idéologique, ou l’imaginaire. Ils devraient rendre compte de la nature de leurs données d’analyse qui sont de fait découpées dans des sémantiques diverses (sens commun, administratif, etc.) qui font partie des « outils de l’intellect » mis en œuvre par les acteurs sociaux pour investir leur rapport au monde social et naturel, et réduire l’incertitude dans laquelle ils sont irrémédiablement projetés. En d’autres termes, cette perspective offre la compréhension que toute sociologie est une sociologie des connaissances, des réflexivités opérant dans les activités et dans les actions, tout aussi bien que dans les discours.

  • 20 Paul Veyne, 1976, L’inventaire des différences. Leçon inaugurale au Collège de France, Paris, Éditi (...)

29Les savoirs linguistiques produits par Sonia sont en même temps historiques et sociologiques. Paul Veyne (1976) proposait une « histoire conceptuelle », qu’il présentait comme une sociologie20. Un ouvrage d’histoire serait un ouvrage de sociologie alors même que le métier d’historien et celui de sociologue sont et doivent être différents. Nous nous autorisons de cette position pour affirmer que les analyses de Sonia sont aussi sociologiques, alors même que le métier de linguiste et celui du sociologue ne sont pas identiques. Sonia le dit aussi a) quand elle s’écarte de la sémantique lexicale : « Sans nous attarder sur les critiques internes adressées à cette démarche, notons que les objets qu’elle construit sont fort peu utilisables par les autres sciences humaines, essentiellement préoccupées par les emplois du langage », (2001:49) b) pour une approche révisée : « Ce que les énoncés disent du quartier recoupe largement ce que sociologues et historiens disent des pratiques qui constituent un quartier, dans le monde situé hors du langage » (2001:60). Nous plaidons ainsi pour un horizon inter-disciplinaire qui nourrit chacune de nos disciplines respectives.

Notes

1 B. Bernstein, 2007, Pédagogie, contrôle symbolique et identité. Théorie, recherche, critique, Québec, Presses de l’Université Laval.

2 S. Branca, 1982, « Changer la langue », HEL, n° IV.1, p. 59-66.

3 S. Branca-Rosoff & C. Wionet, 1998, « Introduction », Langage et société, n° 83/84, p.5.

4 S. Branca-Rosoff, 1994, « Jacques Guilhaumou, Denise Maldidier, Régine Robin, Discours et archives. Expérimentations en analyse du discours, Paris, Mardaga, 1994 », Mots, n° 41, p. 225-228 ; S. Branca-Rosoff, A. Collinot, J. Guilhaumou, F. Mazière, 1995, « Questions d’histoire et de sens », Langages, n° 117, p. 54-66 ;
S. Branca-Rosoff & J. Guilhaumou, 1998, « De “société” à “socialisme” : l’invention néo-logique et son contexte discursif. Essai de colinguisme appliqué » (repris dans Abralin Journal, Brésil, 2002, vol. 1, n° 2 (p. 11-p. 52) ; http://www.cavi.univ-paris3.fr/Ilpga/ed/dr/drsb/sb-pdf/societe-Branca-Guilhaumou.pdf) ; S. Branca-Rosoff, 2007, « Sociolinguistique historique et analyse du discours du côté de -l’histoire : un chantier commun ? », Langage et société, n° 121-122, p. 163-176.

5 Ce point ne peut pas s’autoriser des propos de Sonia Branca-Rosoff, mais de la lecture que j’ai pu réaliser en 2011 d’un manuscrit de Jacques Guilhaumou, Sièyes - Une ontologie sociale de l’esprit politique.

6 D. Maldidier & R. Robin, 1976, « Du spectacle au meurtre de l’événement. Reportages, commentaires et éditoriaux de presse à propos de Charléty (Mai 1968) », Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 31, n° 3, p. 552-588.

7 J. Guilhaumou, D. Maldidier & R. Robin, 1994, Discours et archive, Mardaga.

8 Pour les références exactes, voir note 4.

9 Expression que j’emprunte à l’anthropologue Jack Goody.

10 Pour les références exactes, voir note 4.

11 Pour les références précises, voir note 4.

12 S. Branca-Rosoff & N. Schneider, 1994, L’écriture des citoyens. Une analyse linguistique des peu-lettrés pendant la période révolutionnaire, Paris, Klincksieck.

13 S. Branca-Rosoff, 1999, « Types, modes et genres : entre langue et discours », Langage et Société, n° 87, p. 5-24.

14 J. Molino et R. Lafhail-Molino, 2003, Homo fabulator, Théorie et analyse du récit, Actes Sud.

15 S. Branca-Rosoff & C. Marinelli, 1994, « Faire entendre sa voix. Le courrier des lecteurs dans les trois quotidiens marseillais », Mots, n° 40, p. 25-39.
S. Branca-Rosoff, 1997, « Les lettres de réclamation adressées au service de la redevance. Les téléspectateurs et la représentation du service public de l’audiovisuel », Langage et Société, n° 81, p. 69-86.

16 J. Goody, 1979, La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage, Paris, Éditions de Minuit ; 1994, Entre l’oralité et l’écriture, Paris, PUF.

17 S. Branca-Rosoff & C. Gomila, 2004, « La dimension métalinguistique dans les activités scolaires d’apprentissage de la lecture », Langages, n° 154, p. 113-126.
S. Branca-Rosoff, 2005, « Enseigner la grammaire et le vocabulaire au fil du texte. Construction de la langue française et activités métalinguistiques à l’école », in N. Ramognino & P. Vergès, Le français hier et aujourd’hui. Politiques de la langue et apprentissages scolaires, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 69-88.

18 S. Branca-Rosoff, 2001, « La sémantique lexicale du mot “quartier” à l’épreuve du corpus Frantext (XIIe-XXe siècles) », Langage et société, n° 96, p. 45-70.

19 S. Branca-Rosoff, S. Fleury, F. Lefeuvre, M. Pires, 2009, Constitution et exploitation d’un corpus de français parlé parisien, Syled, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, corpus en ligne http://cfpp2000.univ-paris3.fr/CFPP2000-0506200g.pdf. Pour une présentation détaillée de ce projet, voir la contribution de F. Lefeuvre, S. Fleury et M. Pires dans cet ouvrage.

20 Paul Veyne, 1976, L’inventaire des différences. Leçon inaugurale au Collège de France, Paris, Éditions du Seuil. Notons immédiatement que Veyne ne renvoyait pas cette sociologie, qui relevait d’un idéal, à ce qui se publie comme sociologie.

Auteur

Université d’Aix-Marseille, LAMES-MMSH

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540