Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire

 | 
Yana Grinshpun
, 
Judith Nyée-Doggen

Préface

Yana Grinshpun e Judith Nyee-Doggen

Testo integrale

1Au moment où Sonia Branca-Rosoff prenait sa retraite, il nous a paru nécessaire de lui consacrer un ouvrage qui rende justice à ses riches apports aux divers domaines des sciences du langage qu’elle a abordés. C’est le moins que nous puissions faire pour celle qui a dirigé nos thèses et qui a été pour nous non seulement une interlocutrice intellectuelle privilégiée mais aussi une amie attentive.

2Rendre hommage à un chercheur, c’est prendre la mesure de son parcours. Certains chercheurs ont un parcours linéaire, ils s’inscrivent avec persévérance dans une entreprise intellectuelle à laquelle on les identifie. Ce n’est pas le cas de Sonia, qui n’a cessé de mêler plusieurs fils et a su tirer profit des croisements qu’elle opérait. Il suffit de consulter sa bibliographie que le lecteur trouvera à la fin de cet ouvrage pour s’en laisser impressionner.

3Spécialiste éminente en sociolinguistique, elle s’est également préoccupée d’histoire du français écrit et oral, en s’efforçant de montrer comment les discours sur la langue tenus par les divers acteurs sociaux au fil des siècles contribuent à l’institutionnalisation de la norme et ses rapports complexes avec les variations. Son ouvrage L’écriture des citoyens, une analyse linguistique de l’écriture des peu-lettrés pendant la Révolution Française (écrit en collaboration avec Nathalie Schneider) publié aux éditions Klincksieck en 1994 ainsi que sa thèse d’État sous la direction de Jean-Claude Chevalier, Matériaux pour une histoire des conceptions normatives dans les représentations de la langue. XVIIIe-XIXe siècle, soutenue en 1987 ont été pionniers dans le domaine de la sociolinguistique historique française et ont marqué toute une génération de chercheurs. Cette préoccupation de montrer la complexité des intrications sociales et linguistiques a pris une place de plus en plus centrale dans ses recherches de Sonia Branca-Rosoff.

4Élève de chercheurs aussi différents que William Labov et Jean Stéfanini, elle est souvent restée à l’écart des écoles bien établies, sans pour autant ignorer leurs problématiques. Pour féconder ses recherches, elle a toujours refusé de s’enfermer dans une conception étroite de la discipline, n’hésitant jamais à mobiliser l’Analyse du Discours, l’Histoire des Idées Linguistiques, la Syntaxe du Français oral, la Sociolinguistique, la Didactique du français, les Théories Littéraires…

5Il était donc tout naturel que des chercheurs de ces disciplines, dont les uns ont étroitement travaillé avec Sonia, d’autres ont été formés par elle ou à des titres divers ont été nourris de ses travaux, soient associés à ce volume auquel ils ont accepté de contribuer sans aucune hésitation.

6Regards croisés sur la langue française : usages, pratiques, histoire regroupe ainsi dix-sept contributions. Ce titre nous a semblé le mieux approprié pour suggérer au lecteur les thématiques abordées dans ce volume. Le livre se divise en trois parties qui correspondent aux grands domaines disciplinaires que la chercheuse a parcourus au fil de ses recherches. Cet impressionnant parcours est pour une grande partie reconstitué par Nicole Ramognino dans l’article d’ouverture.

7La première partie, intitulée Langue commune : normes, usages et histoire, réunit les contributions qui abordent une complexe et tumultueuse histoire de ce qu’on appelle « la langue commune ». Elles discutent des approches théoriques du changement des usages et proposent des études de cas en diachronie et en synchronie.

8Jacques Guilhaumou et Francine Mazière analysent le trajet de la « langue commune » à la « langue nationale » aux XVIe et XVIIe siècles. À travers l’exemple du projet linguistique entrepris par Richelieu dès 1635, les auteurs montrent que la construction de la langue française comme langue nationale est le résultat d’entreprises souvent volontaristes et au plus près du pouvoir politique durant les XVIe et XVIIe siècles fortement marqués par la culture humaniste et civiliste.

9L’intérêt pour le sentiment linguistique au XVIIIe siècle tel qu’il a été théorisé par Condillac, un auteur auquel Sonia a consacré une grande partie de sa recherche, est exploité dans l’article de Gilles Siouffi pour qui l’œuvre de Condillac, notamment son traité « De l’art d’écrire », est considérée comme une démarcation importante dans l’histoire du sentiment de la langue et de ce qu’on pourrait appeler le « sentiment du discours » en France.

10Le XVIIIe siècle étant une charnière dans l’histoire de la langue, quant à la manière de percevoir les rapports entre le système linguistique et les usages, a aussi beaucoup intéressé Françoise Berlan. Elle étudie les ouvrages des trois grammairiens les plus connus du siècle des Lumières – Girard, Beauzée et Roubaud – selon trois paramètres liés : l’auteur et la tradition, les langues et le temps, et les théories de la synonymie. Ainsi, à travers cette analyse, voit-on sur près d’un siècle bouger les lignes du rapport au temps dans l’approche des faits de langue.

11Les quatre articles suivants sont représentatifs de divers domaines qui intéressent la sociolinguistique tant synchronique que diachronique. Anthony Lodge, faisant écho aux travaux de Sonia Branca-Rosoff sur les « peu-lettrés », étudie les traits considérés comme non-standards dans les lettres de Mlle de la Tousche, ancienne demoiselle d’honneur de Marie de Guise, reine d’Écosse, à l’époque où la notion de norme ne faisait qu’émerger (1547). Par la suite, le conflit entre la norme et les variations devient constitutif à l’histoire de la langue française, comme le montre Chantal Wionet. Elle s’intéresse aux relations qu’entretiennent avec les représentations de la norme Koltès, Genet et Manchette, catalogués écrivains d’avant-garde.

12Les représentations linguistiques sont également au cœur de l’article de Daniel Véronique qui réfléchit sur la relation entre les pratiques langagières et les constructions idéelles qui surgissent au fil de ces échanges langagiers. Ces réflexions sont fondées sur l’analyse d’une pratique scripturale – l’affichage spontané plus précisément – en milieu créolophone plurilingue.

13Le dernier article de cette partie a été rédigé par trois chercheurs – Florence Lefeuvre, Serge Fleury et Matt Pires – qui présentent l’un des importants projets de recherche initié par Sonia Branca : le Corpus du Français Parlé Parisien (CFPP 2000). Les auteurs analysent d’un point de vue syntaxique, discursive, lexicométrique et sociolinguistique les usages de « quoi » dans la variation parisienne orale du français.

14La deuxième partie de l’ouvrage, Analyse du discours : entre concepts et représentations linguistiques, regroupe les articles qui relèvent de l’Analyse du Discours à la française, dont les concepts et les méthodes ont été amplement utilisés par la linguiste tout au long de sa carrière, même si elle ne s’est jamais explicitement réclamée de ce domaine. C’est d’ailleurs ce qu’explique clairement Josiane Boutet dans son article, lorsqu’elle insiste en particulier sur la signification et la pertinence du syntagme Analyse de discours sociolinguistique pour caractériser les travaux de Sonia, qui s’inscrivent dans un effort d’articulation entre la sociolinguistique et l’analyse du discours.

15Ce sont des concepts d’Analyse du Discours que travaillent les trois contributions suivantes. Dominique Maingueneau revient sur celui de scénographie, qu’il a introduit en 1993 et qui a montré sa fécondité dans de nombreux travaux. Partant du constat que cette notion a reçu des interprétations divergentes, il propose une distinction entre scénographie « endogène » et scénographie « exogène » qui permet de l’appliquer aux textes les plus divers.

16La contribution de Yana Grinshpun se propose d’élaborer le concept de « marionnette discursive » pour rendre raison de ces personnages caricaturaux construits dans l’interdiscours à partir de stéréotypes. L’étude puise ses exemples au XVIIe siècle (Mazarin) et dans le monde contemporain (Sarkozy et la Princesse de Clèves).

17De son côté, Sandrine Reboul-Touré s’intéresse à la construction des discours de médiation scientifique. À travers l’étude de nombreuses sources depuis le XVIIe siècle, elle met en perspective ces discours qui permettent à chacun de s’approprier une culture scientifique.

18À des titres divers, les trois articles précédents mettent l’accent sur le rôle essentiel que joue l’interdiscours. Jacqueline Authier-Revuz le traite sous l’angle du discours rapporté, domaine dont elle est l’une des meilleures spécialistes. Elle l’étudie à travers les modes de Représentation du « Discours Autre » (discours direct, discours indirect, discours indirect libre et modalisations), dans la variété de ses configurations formelles, syntaxiques et lexicales.

19La dernière partie de ce volume, L’enseignement du français : histoire et pratiques, aborde le domaine de la didactique, les quatre articles étant consacrés à la question de l’enseignement du français, principalement à l’école primaire. Les deux premiers s’inscrivent dans une perspective historique. Ainsi, Jean-Claude Chevalier, présente-t-il un aperçu de l’apprentissage du français et des langues de France depuis la Troisième République. Adoptant un style très personnel, il montre notamment l’influence des mouvements linguistiques sur les pratiques pédagogiques. Cette époque intéresse également Claudine Garcia-Debanc qui, en clin d’œil à ses travaux sur l’enseignement de l’écriture menés avec Sonia, étudie, pour sa part, l’évolution historique des normes et leur mode de gestion dans le domaine de l’enseignement de la production écrite à l’école primaire. Chaque période envisagée se caractérise par la nature des genres enseignés à l’école ainsi que par la nature et le statut des normes de référence pour l’apprentissage et l’évaluation des productions écrites.

20La problématique autour des normes de l’écrit, mais dans une perspective contemporaine, est aussi discutée par Elisabeth Bautier dans son article sur la littératie scolaire. Après l’analyse de différentes ressources mises à disposition des élèves pour construire une représentation et un usage de l’écrit scolaire (albums de jeunesse et manuels), elle fait l’hypothèse d’un « brouillage » entre la norme scolaire et la langue de communication ordinaire, source d’inégalités sociales.

21L’article de Corinne Gomila sur le discours métalinguistique de la classe de CP clôt la troisième partie. Elle analyse la circulation du métalangage dans une séquence de grammaire portant sur l’étude du genre et souligne notamment la perspective exclusivement référentielle dans les pratiques enseignantes, où la distinction du genre est synonyme de la distinction des sexes.

22À la lumière du riche parcours scientifique de Sonia Branca-Rosoff, cet ouvrage présente plusieurs champs disciplinaires, l’histoire de la langue, la sociolinguistique, l’analyse de discours et l’approche didactique, permettant des -éclairages féconds, et pourra intéresser, nous l’espérons, au-delà des spécialistes et des étudiants des champs disciplinaires concernés, tous ceux qui s’intéressent à la langue française, son histoire et son enseignement.

Autori

Université Sorbonne nouvelle, Paris 3, Clesthia (SYLED)

Université de Bourgogne, IUFM de Dijon, Grelisc

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540