Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dire l’événement

 | 
Sophie Moirand
, 
Sandrine Reboul-Touré
, 
Danielle Londei
, 
et al.

La langue et l’événement

« Fait » ou « événement » : quelles différences linguistiques ?

Michel Charolles et Béatrice Lamiroy

Résumé

Le texte montre dans une première partie que fait et événement sont deux noms proches, mais qu’ils se différencient par un certain nombre de traits sémantiques et syntaxiques, le N fait ayant donné naissance à diverses locutions, au contraire du N événement. La seconde partie retrace les étapes par lesquelles en fait a pu devenir un marqueur de discours. La contribution étaye l’idée que ce sont les différences sémantiques et syntaxiques qui expliquent que seul le N fait se soit grammaticalisé.

Texte intégral

  • 1 Sur les noms généraux d’espace, cf. Huyghe 2009.

1Pour parler du temps et de l’espace, le français offre, ainsi que d’autres langues, un certain nombre de noms généraux comme époque, période… lieu, endroit, place…1. Pour parler de ce qui a lieu, a eu lieu ou aura lieu, le français dispose d’autres termes, parmi lesquels on trouve les noms fait et événement. Tout porte à considérer que les locuteurs qui utilisent ces noms n’ont pas une idée précise des différences qu’il peut y avoir entre ces noms et entre les notions qu’ils peuvent exprimer. Les médias qui rapportent ce qui se passe dans le monde en usent probablement de la même façon, sauf que, comme le montrent bien certains articles de ce volume, ils participent pour une part essentielle à faire des événements des événements exceptionnels.

  • 2 Sur le processus de grammaticalisation qui mène des expressions lexicales aux marqueurs de discours (...)

2Dans la suite de cet article, nous n’allons pas chercher à expliciter la différence qu’il peut y avoir entre les événements et les faits au niveau proprement notionnel. Notre objectif est plus modeste. Nous allons partir des noms événement et fait et insister sur leurs différences lexicales, plus particulièrement sur l’une d’elles, qui n’a, à notre connaissance, pas été relevée et qui, comme nous voudrions le montrer, en dit long sur le fossé qu’il peut y avoir entre ces deux expressions : à l’encontre du nom événement, le nom fait s’est grammaticalisé et a adopté une fonction en tant que marqueur de discours2 dans les expressions en fait, au fait et de fait.

3Le nom fait, au contraire du nom événement, entre en effet dans la composition d’un grand nombre de locutions qui peuvent être :

  • adverbiales : tout à fait (ex. tout à fait charmant) possible en réponse à une question (A : Tu as vu que le chat est revenu ? – B : Tout à fait !)

  • prépositionnelles : en fait (de N), du fait de N, de (ce) fait, au fait (de)

  • conjonctives : du fait que P

    • 3 Cf. Lenepveu 2009.

    un nom phrastique : le fait est que P3

  • 4 Cf. Prévost 2011.

4En fait et de fait, qui sont d’un emploi très courant dans des séquences du type 1 et 2, fonctionnent comme des marqueurs de discours (Schiffrin 1987) indiquant des relations entre les énoncés (ou ensembles d’énoncés) successifs et marquant l’engagement du locuteur sur la vérité de ce qu’il dit. Au fait signale, quant à lui, un changement de topique de discours (3), mais l’expression n’apparaît qu’à l’oral4 :

(1)

En apparence il est décontracté, en fait, il a le trac.

(2)

Il avait dit qu’il viendrait et de fait il est venu.

(3)

Au fait, est ce que tu as vu Paul dernièrement ?

5Le N événement n’a en revanche donné lieu à aucune formation comparable. Le Trésor de la langue française (TLF) relève simplement la locution adverbiale archaïque à tout événement (encore usuelle au Québec) dans le sens de à tout hasard, quoiqu’il arrive, et synonyme de à toute(s) éventualité(s) exemplifié sous 4 :

(4)

Pour Caïus il ne voulut point s’armer, et ne prit qu’un petit poignard qui à tout événement lui assurât sa liberté (Michelet, Histoire romaine, t. 2, 1831, p. 143).

  • 5 Blumenthal note que l’expression n’apparaît qu’au xixe siècle.

6D’un point de vue diachronique, le N fait, qui remonte à factum (participe passé neutre substantivé de facere ‘faire’), est attesté depuis 1160 (TLF), soit bien avant le N événement qui date de 1461 (TLF) et qui est dérivé de evenire (‘avoir une issue, un résultat’ – cf. avènement). Mais on ne dispose pas d’étude sur l’évolution et en particulier sur la grammaticalisation des locutions formées à partir du N fait, sauf Lagae (2007) qui porte sur 60 attestations de en fait de en moyen français (1340-1499). Si plusieurs études (Danjou-Flaux 1980 ; Rossari 1992 ; Roulet 1994 ; Iordanskaja, Mel’cuk 1995 ; Blumenthal 1996 ; Lewis 2005) analysent en fait en français contemporain, les auteurs ne se situent pas dans le cadre de la grammaticalisation5. La question se pose donc de savoir pourquoi seul le N fait s’est grammaticalisé et a développé des emplois comme marqueur de discours alors que le N événement n’a pas connu une évolution comparable.

7C’est à l’examen de cette question que nous allons nous attacher dans la suite de cette étude. Plus précisément, comme il semble difficile de supposer que cette différence serait due :

  • à une différence diachronique : le N événement est plus tardif que le N fait, mais le N réalité n’est attesté par le Trésor de la langue française dans le sens de « caractère de ce qui est réel » que depuis 1460 et cela ne l’a pas empêché de donner en réalité, attesté depuis 1762,

  • à une différence de longueur du mot : le N événement quadrisyllabique est plus long que le N fait, mais le N conséquence a donné en conséquence, par conséquent, sans compter que les adversatifs de l’ancien français (neporquant, neporuec, neporquant, nequedent) sont aussi plurisyllabiques,

8nous sommes partis de l’hypothèse qu’il devait y avoir une différence essentielle entre les N événement et fait permettant d’expliquer pourquoi seul le N fait a pu entrer dans la formation de locutions prépositionnelles qui sont devenues des marqueurs de discours.

9Dans un premier temps, nous allons nous attacher à dégager les propriétés sémantiques et syntaxiques des N événement et fait susceptibles d’expliquer cette différence d’évolution et nous examinerons ensuite quelques hypothèses plus précises sur la grammaticalisation de en fait.

1. Propriétés des N événement et fait

10Nous examinerons successivement dans ce qui suit les propriétés sémantiques, syntaxiques et discursives des deux noms événement vs fait.

1.1. Propriétés sémantiques

11Beaucoup de travaux en philosophie du langage et en sémantique s’attachent à distinguer les concepts d’événement, d’action, de situation et de fait, et les N correspondant à ces concepts (voir entre autres Vendler 1966 ; Asher 1993 et 1997 ; van de Velde 2006 ; Asnès, Kupferman 2008, avec, à l’appui, des tests linguistiques… et des discussions).

12Sans entrer dans le détail de ces discussions, il est possible de faire ressortir un certain nombre de points communs entre les N événement et fait, à savoir :

  • qu’ils dénotent un « procès »,

  • qu’ils forment des SN référentiels (Det + N) : l’événement/cet événement, le/ce fait a eu lieu en 2011,

  • que ces SN réfèrent à des entités comptables qui peuvent être des « événements » physiques (bombardements, assassinats…) ou mentaux (croyances, espoirs…) dans la terminologie de Davidson (1980).

13Mais un grand nombre de différences sémantiques apparaissent très vite. Parmi ces différences, on peut noter que le N événement prend facilement un sens qualitatif (valeur axiologique). Ainsi, le TLF précise à l’entrée événement qu’il s’agit d’un ‘fait qui attire l’attention par son caractère exceptionnel’. Aucune mention comparable n’apparaît à l’entrée du N fait. Fait est un terme neutre de ce point de vue. Il se contente d’enregistrer ce qui s’est passé dans la réalité, et il passe aussi bien dans 5 que dans 6, à la différence du N événement qui peut difficilement être employé (sauf contexte particulier) pour renvoyer à un fait ordinaire :

(5)

Paul a reçu le Prix Nobel. Ce fait / Cet événement…

(6)

Paul est enrhumé. Ce fait / ? Cet événement…

14L’absence du trait [+ qualité] qui caractérise le N fait explique également les différences d’acceptabilité que l’on observe dans les phrases de 7 à 10 :

(7)

C’est tout un événement / *C’est tout un fait.

(8)

Quel événement ! / *Quel fait !

(9)

C’est un non-événement / *C’est un non-fait.

(10)

C’est un vrai événement / *C’est un vrai fait.

15On notera, pour le dernier exemple, qu’on dit au contraire un fait vrai, pour indiquer qu’il ‘est réellement arrivé’ (cf. infra en 2.2). Dans le même ordre d’idées, il est intéressant de relever qu’une recherche sur Google (5/03/2011) de séquences du type événement(s) / fait(s) qui a/(ont) ensanglanté fournit infiniment plus d’emplois attestés avec événement qu’avec fait :

(11a)

Les événements qui ont ensanglanté…

6850 attestations sur Google, le 5/03/2011

(11b)

Les faits qui ont ensanglanté…

2 attestations sur Google, le 5/03/2011.

16Que l’adjectif et le nom événementiel dérivé de événement signifient ‘festif’ alors que fait donne factuel montre aussi que le N fait dénote un événement en le présentant simplement comme vrai, implique :

  • que cet événement est achevé (fait < factum = participe passé marquant l’accompli) ;

  • qu’il est par conséquent ancré dans des circonstances spatio-temporelles : « il présuppose l’avoir eu lieu d’un événement » (van de Velde 2006 : 66).

17Ainsi van de Velde (2006 : 45) note que lorsqu’on dit que « p est un fait », on n’attribue pas une propriété au référent de p, on le range dans une classe, celle des faits où il est enregistré comme un fait parmi d’autres faits. Il découle de là, poursuit-elle, que le N fait est un classifieur. Un événement p qui est présenté comme un fait s’oppose en effet potentiellement aux événements p’, p’’, etc. qui ne seraient pas validés comme des faits. En revanche, le N événement reste attaché aux propriétés contingentes du référent de p, c’est pourquoi on peut dire que tels événements ont ensanglanté, endeuillé, déchiré, etc. tel ou tel lieu.

1.2. Propriétés syntaxiques

  • 6 Nom opérateur chez Gross 1975.

18Le N fait est prédicatif6. On peut dire sans problème le fait que p alors que la même construction est impossible avec le N événement :

(12a)

Le fait que Paul soit/est venu à l’anniversaire de Marie lui a fait plaisir.

(12b)

* L’événement que Paul soit/est venu à l’anniversaire de Marie lui a fait plaisir.

  • 7 Contrairement à nous, van de Velde (2006 : 42-47) considère que le nom fait n’est pas un N prédicat (...)

19Cette différence syntaxique peut être rattachée aux différences sémantiques qui précèdent7. Une même situation comme ‘Paul est venu à l’anniversaire de Marie’ peut être envisagée comme un événement ou comme un fait. Mais le mode de conceptualisation n’est pas identique. La venue de Paul à l’anniversaire de Marie, conçue comme un événement, reste attachée aux circonstances spatio-temporelles dans lesquelles elle a eu lieu et au contexte singulier dans lequel elle a pris place. Concevoir la venue de Paul à l’anniversaire de Marie comme un fait oblige à se détacher de ces caractéristiques particulières, pour ne voir dans l’événement que le fait qu’il a eu lieu, qu’il est vrai, parce que cela seul importe dans la situation de communication et pour la suite du discours. Partant de là, on comprend bien comment il est possible de prédiquer d’une situation qu’elle est un fait (dans le monde actuel), ou une nécessité, une possibilité, une éventualité (dans un monde possible), ou encore une crainte, un regret, etc. Tous ces N donnent des SN définis en le/la N que, contrairement au N événement.

20Le N fait entre par ailleurs dans la composition du syntagme prépositionnel (figé) en fait de x où le N événement serait totalement impossible (*en événement de x). En fait de x se prête, comme le montre Lagae (2007), à trois grands types d’emploi selon qu’il commute avec (i) en ce qui concerne / en matière de, avec (ii) comme / en tant que ou avec (iii) au lieu de / en guise de. Dans les emplois contemporains du dernier type (qui sont diachroniquement les plus tardifs) illustrés par Lagae à l’aide notamment de 13, on voit bien aussi comment le SP indique une contradiction entre deux déclarations avérées, et non deux événements :

(13)

Les conditions du divorce, notamment sur le plan financier, seront annoncées sous peu, a prévenu Ekho Moskvy. Mais en fait de confirmation, Ioukos n’a pas tardé à démentir l’information.

21Le premier fait (nominalisé) est réévalué à la lumière du second, la locution prépositionnelle prédique que le second fait tient lieu et vient prendre la place du premier, pour signaler que, finalement, c’est cela qui compte, et non pas la déclaration initiale.

1.3. Différences dans les emplois anaphoriques

22Les N fait et événement précédés d’un démonstratif se prêtent très couramment à des emplois anaphoriques comme dans 14 où ce fait et cet événement conviennent aussi bien et commutent avec le pronom démonstratif cela :

(14)

Brutus poignarda César. Ce fait / cet événement / cela a changé le monde.

23Dans 15, les énoncés contrefactuels peuvent également être repris à l’aide de ce fait / cet événement /cela mais à la condition que l’on reste dans l’univers contrefactuel, comme on le voit bien dans 16 où cet événement est impossible :

(15)

Si un voyageur avait tiré la sonnette d’alarme, ce fait / cet événement / cela aurait été / * a été enregistré / par la boîte noire.

24Ce fait est en revanche possible dans 16 parce qu’il valide la relation entre des faits contrefactuels :

(16)

Si le père de Sophie avait été moins détestable, Paul l’aurait épousée. Ce fait / *cet événement prouve qu’il ne l’aimait guère.

25Quoique les deux faits invoqués ne soient pas vrais, la relation [si p, alors q] est vraie, et cela suffit à rendre la reprise avec ce fait légitime. En revanche, cet événement est impossible parce qu’il renvoie à deux événements avec, comme on l’a relevé précédemment, leurs singularités, et non à leur relation. Il suffit, là encore, de présenter ces événements comme des faits, c’est-à-dire, pour le coup, non pas comme des événements accomplis et avérés, mais simplement comme admis, pour que la relation entre leur vérité (supposée) puisse constituer un fait pour la pensée, fait dont on peut tirer légitimement des inférences pour la suite.

26Entre les faits et les événements, il n’y a donc pas une différence de nature, mais une différence de conceptualisation : les faits sont des événements avérés, ou non, mais pris en charge. Ils réfèrent à des entités plus abstraites que les événements. Comme le note Lewis (1968, cité par van de Velde 2006, p. 86) :

A fact is an actual state of affairs. But ‘fact’ is a crypto-relative term, like ‘landscape’. A landscape is a terrain, but a terrain as seeable by an eye. And a fact is a state of affairs, but a state of affairs as knowable by a mind and stateable by a statement.

27De même, Asher (1997 : 156) explique que les faits ne sont pas conçus comme ayant des « pré et post états » ni comme changeant « le monde dans une quelconque de ses dimensions ». Quand un événement est conceptualisé comme un fait, il est validé comme vrai, il est enregistré comme tel, indépendamment de ses caractéristiques contingentes, pour la suite du discours, non (c’est nous qui rajoutons) pour leur valeur événementielle, qui relève de la narration. « Les faits, insiste Asher (1997 : 153), sont atemporels ou éternels, les événements et les états sont transitoires ». De la même façon, Asnès et Kupferman (2008 : 8) relèvent qu’« on évalue les faits comme n’entrant pas dans un système à coordonnées espace et temps ».

28Des observations qui précèdent il ressort que le N fait

  • est prédicatif (le fait que P) ;

  • a un sens modal épistémique : le locuteur s’engage sur la vérité de la situation dénotée par l’énoncé dans lequel figure le N fait.

29Cela implique que le locuteur ne s’engage par sur la vérité d’autres situations accessibles dans le contexte (p validé par le locuteur s’oppose à p’, p’’ etc. non validés comme des faits). Ce sont ces propriétés à la fois syntaxiques et sémantiques qui différencient le N fait du N événement qui l’ont prédisposé à entrer dans la composition d’une série de syntagmes prépositionnels qui se sont grammaticalisés pour devenir des marqueurs de discours. C’est ce que nous allons développer dans la partie suivante en nous limitant à en fait.

2. Grammaticalisation de en fait

30Après avoir rappelé ce qu’on entend par grammaticalisation, nous présenterons une analyse de en fait.

2.1. Qu’est-ce que la grammaticalisation ?

31Rappelons que la notion de grammaticalisation a été définie de plusieurs façons (pour un aperçu détaillé, voir Lamiroy 2003). Alors que chez Meillet (1912), qui forgea le terme, elle concerne un mot « jadis autonome » qui perd progressivement son sens référentiel pour adopter une fonction grammaticale (ex. lat. N casa › fr. préposition chez), depuis les travaux de Traugott (1995), le terme de grammaticalisation est souvent utilisé au sens de pragmaticalisation (cf. Marchello-Nizia 2009) : certains mots en effet perdent progressivement leur sens référentiel pour remplir des fonctions discursives. Ainsi, dans l’exemple donné par Traugott (1995), le N anglais while signifiant au départ ‘moment’ a donné la conjonction, temporelle et ensuite concessive, while, p. ex. She is reading the paper while he is doing the dishes (elle lit le journal pendant que / tandis qu’il fait la vaisselle).

  • 8 Les pendants italien infatti (Brutti 1999) et espagnol de hecho (Fanego 2010) se sont également pra (...)

32La notion d’(inter)subjectification proposée alors par Traugott (1999) renvoie au fait que le sujet parlant manifeste, par le choix de certains mots ou de certaines structures, sa présence dans le discours, contribuant ainsi à articuler les rapports entre les énoncés et/ou entre les participants à l’énonciation. De la même façon que les mots, en se grammaticalisant, suivent un itinéraire (en anglais path ; cf. Fanego 2010), qui va du mot plein au marqueur de discours, les connecteurs peuvent subir une pragmaticalisation de plus en plus poussée, allant du stade propositionnel (illustré par les conjonctions temporelles par exemple) au stade expressif, et en passant par ce que Traugott (1999 ; Traugott, Dasher 2002) a appelé le stade textuel, représenté en particulier par les conjonctions qui établissent un lien « conceptuel » entre énoncés (de type causal, concessif, consécutif, etc.). Une fois le stade expressif atteint, le connecteur peut évoluer du stade subjectif au stade intersubjectif, où le mot ne sert plus qu’à marquer le contact avec l’interlocuteur. Nous verrons ci-dessous que en fait, comme le pendant anglais in fact (Schwenter, Traugott 1995 ; Traugott 1999), a effectivement parcouru tous les stades, jusqu’au dernier8.

2.2. Analyse de en fait

33On peut représenter le processus de grammaticalisation de en fait en quatre étapes successives.

Stade 0

34Le stade initial est celui qui est représenté par le N lexical plein, comme dans 17 ci-dessous : si le sens de « acte, action » illustré en 17a et 17b est désormais désuet en emploi libre, le sens de « ce qui a eu lieu, ce qui est arrivé » (17c) est resté vivant :

(17a)

Il a été pris sur le fait

(17b)

L’éclat de mes hauts faits fut mon seul partisan. (Corneille, Le Cid, cité dans Le Grand Robert)

(17c)

Pour le prouver, nous nous bornerons à constater ici et à indiquer brièvement un fait réel et incontestable. (V. Hugo, Les Misérables, ibid.)

35On peut noter que factum avait déjà ce dernier sens en latin, comme le montre l’exemple suivant de Pétrone (cité par Fanego 2010) :

(18)

Omnes naves naufragarunt, factum, non fabula.

Tous les navires ont fait naufrage : c’est un fait, et pas une fable.

36Comme il arrive souvent, le processus de grammaticalisation du N fait se caractérise par ce que Hopper (1993) a appelé le phénomène de persistance, à savoir qu’un mot peut garder, à côté de son sens nouveau, le sens qu’il avait à l’origine, par exemple aller s’est grammaticalisé en auxiliaire du futur, mais a maintenu son

37sens premier en tant que verbe de mouvement. Nous verrons ci-dessous que le syntagme prépositionnel que fait forme avec en s’est grammaticalisé en tant que marqueur de discours, ce qui n’a pas empêché le substantif fait de subsister.

Stade 1

38Un mot ne se grammaticalise jamais seul, il se grammaticalise dans une certaine construction. Au stade 1, le mot fait, précédé de la préposition en, a une fonction adverbiale intraprédicative, comme dans l’exemple ci-dessous :

(19)

Ce n’est pas ce qui se passe en fait qui détermine ce qui devrait se passer en droit. C’est ainsi que force ne fait pas droit? (Rousseau, Du contrat social, livre 1, chap. III « Du droit du plus fort »)

39Le passage par le stade adverbial intraprédicatif semble être une étape préalable indispensable dans le processus qui mène au marqueur de discours qui, lui, est nécessairement extraprédicatif : on observe un cheminement semblable dans le cas d’autres compléments adverbiaux qui se sont pragmaticalisés en tant que connecteurs, tels que autrement, cependant et simplement, seulement (cf. respectivement Charolles, Lamiroy 2007 ; Marchello-Nizia 2007 ; Lamiroy, Charolles 2005).

Stade 2

40Le stade 2 est celui où le syntagme prépositionnel change de statut syntaxique, adoptant la fonction d’adverbe de phrase extraprédicatif. Il se trouve souvent en position initiale (mais pas nécessairement) et a une fonction clairement textuelle. En fait, à ce stade-ci, est un marqueur de discours et il a un sens adversatif (contrary expectation chez Schwenter, Traugott 1995). L’énoncé contenant en fait doit être interprété comme niant une affirmation faite dans un énoncé précédent (20a), ou inférable du contexte (20b : x était son oncle) :

(20a)

J’avais pensé que nous allions le faire ensemble, mais en fait j’étais tout seul.

(20b)

Son oncle était en fait son père.

Stade 3

41Un degré plus avancé de pragmaticalisation est celui où le marqueur de discours adopte une fonction expressive : en fait n’a plus de sens adversatif, il « élabore » (Traugott 1999) ou précise ce qui précède. C’est le cas par exemple dans :

(21a)

Je suis resté à la maison. À écouter la radio, en fait. (Iordanskaja, Mel’cuk 1995)

(21b)

Il est aisé, en fait il est riche. (Iordanskaja, Mel’cuk 1995)

42À l’opposé des exemples 20a et b, en fait ne peut pas ici être renforcé par mais, ce qui montre que la locution n’a pas (plus) de sens adversatif.

Stade 4

43Le dernier stade est celui où en fait a une fonction purement intersubjective, le marqueur de discours fonctionnant alors comme baliseur (« hedge » chez Traugott, Dasher 2002), le locuteur signalant simplement qu’il prend la parole. Ainsi, dans l’exemple suivant, un titre d’article de presse (La dernière heure, 21/03/2011), en fait apparaît sans contexte préalable, marquant le début d’une citation d’un joueur de foot :

(22)

Tom De Sutter : « En fait, je suis gaucher »

44Blumenthal (2005) remarque à juste titre que cet emploi de en fait est devenu en français moderne un véritable « tic » de langage. Dans l’extrait suivant, ironique, tiré de la toile, on ne trouve pas moins de quinze occurrences de en fait en six phrases. L’auteur conseille de remplacer en fait par STOP comme dans les anciens télégrammes, ce qui montre bien que le rôle fondamental de en fait est alors de « baliser » le message en le tronçonnant en énoncés :

(23)

En fait, cette expression hautement contagieuse, très collante et très présente est en fait surtout utilisée pour réaliser une démonstration ou exposer une idée, en fait. En fait, servant tour à tour pour l’introduction d’un raisonnement, autant que pour une conclusion, en fait. « En fait » sert en fait surtout à marquer une idée, en fait. « En fait », marque aussi une transition, en fait. En fait, c’est comme pour un télégramme, en fait. En fait, remplacez « STOP » par « en fait », en fait. (http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/En_fait)

45Au terme de cette partie il ressort que le N fait est entré, contrairement au N événement, dans la composition de plusieurs locutions dont le sens et la fonction ont évolué. Ces évolutions ont été rendues possibles parce que le N fait satisfaisait certaines conditions syntaxiques et sémantiques nécessaires pour se grammaticaliser en marqueur de discours. Du point de vue syntaxique, c’est le fait que le N fait ait pu entrer dans un syntagme prépositionnel introduit par en qui lui a permis de se grammaticaliser en tant que connecteur. Pour ce qui est du sens, comme cela avait été très justement observé par Traugott (1995), lorsqu’un élément se grammaticalise, son « nouveau » sens n’est souvent que le résultat d’une conventionnalisation de ce qui au départ était une inférence. Pour reprendre l’exemple de while donné au début, la simultanéité exprimée par la conjonction temporelle sous-entend une concessive : il est en effet naturel d’opposer x à y, quand x et y sont concomitants (pourvu qu’ils correspondent évidemment à des entités comparables – celle des activités domestiques dans l’exemple de while plus haut). Dans le cas de en fait, il semblerait que ce soit le sens de ‘ce qui est arrivé’ qui est à la base d’une inférence de nature épistémique : « ce qui est arrivé est vrai ». C’est cette inférence-là qui se conventionnalise au stade 2, celui où en fait est très proche d’un autre marqueur de discours, en réalité (cf. Charolles, Pietrandrea, 2012). Les stades 3 et 4 correspondent à des degrés plus poussés de pragmaticalisation où la fonction du marqueur de discours n’est plus d’ordre textuel, mais devient purement expressive et intersubjective.

46Événement et fait sont, comme on l’a indiqué plus haut, des noms généraux : ils peuvent servir à désigner toutes sortes de situations, ce qui veut dire qu’ils ont un sens déjà abstrait. Mais, comme on l’a relevé dans la première partie, ils ne sont pas interchangeables dans tous les contextes, et ils n’ont pas connu, comme le montre la deuxième partie, le même destin linguistique. Événement n’a pas eu de descendance, alors que fait, en se composant avec des prépositions, a donné naissance, après lexicalisation, à toute une série de locutions, dont certaines, comme nous l’avons montré pour en fait, sont passées par tous les stades prévus par la théorie de la grammaticalisation.

47Pour expliquer ces différences, nous avons fait valoir que les N événement et fait, quoique tous deux abstraits, ne l’étaient pas exactement de la même manière ni au même degré. Le N événement permet de faire allusion à tout ce qui a lieu, a eu lieu ou pourrait avoir eu lieu, mais il est fondamentalement référentiel. Il permet d’appréhender les situations comme des sortes d’entités singulières qui se différencient des autres. Ce faisant, il maintient ce qui les différencie : leurs coordonnées spatiales et temporelles, leurs traits plus qualitatifs, et tout ce qui peut les rendre singulières, voir exceptionnelles. Le N fait a un sens plus abstrait, il retient uniquement d’une situation qu’elle est avérée, ce qui entraîne bien souvent, dans la réalité des usages linguistiques, qu’il impose de la considérer comme telle. Fait réfère mais, en même temps, il catégorise la situation à laquelle il fait allusion, il la range parmi les faits qui, contrairement aux événements, sont tous vrais ou présentés comme tels, sans distinction.

48Ces différences ne sont pas faciles à gloser, ni a fortiori à modéliser, mais ce ne sont pas de simples nuances sémantiques. Dire que ce qui se passe ou s’est passé est un événement est une chose, dire que c’est un fait en est une autre. Le choix que fait un locuteur de l’un ou l’autre de ces N n’est pas neutre. Enchaîner sur cet événement ou ce fait après avoir indiqué que telle ou telle chose s’est passée ne revient pas au même. Il serait très intéressant d’avoir des données de corpus sur ce point. Il serait également intéressant de savoir si les faits sont aussi constructibles comme faits que les événements. Probablement que oui, mais pas dans les mêmes contextes ni avec les mêmes moyens. Pour imposer l’idée que tel événement est un événement (sous-entendu exceptionnel), le meilleur moyen semble être de le raconter et de le re-raconter en insistant sur toutes les conséquences qui en découlent ou peuvent en découler. Pour imposer l’idée que c’est un fait, il faut l’étayer, apporter des preuves qu’il a bien eu lieu, ce qui, globalement, ne profile pas le même genre de discours.

Notes

1 Sur les noms généraux d’espace, cf. Huyghe 2009.

2 Sur le processus de grammaticalisation qui mène des expressions lexicales aux marqueurs de discours, voir Charolles, Lamiroy 2007.

3 Cf. Lenepveu 2009.

4 Cf. Prévost 2011.

5 Blumenthal note que l’expression n’apparaît qu’au xixe siècle.

6 Nom opérateur chez Gross 1975.

7 Contrairement à nous, van de Velde (2006 : 42-47) considère que le nom fait n’est pas un N prédicatif et donc pas un N abstrait. Pour elle, les seuls N prédicatifs sont des N comme la possibilité/la probabilité que/de qui sont dérivés d’adjectifs modaux du type il est possible/probable que P. Le N fait en revanche n’est pas dérivé d’un adjectif : on n’a pas Il est factuel que P comme Il est possible que P. Pour van de Velde, fait est un N purement dénominatif : il identifie un fait particulier (tel fait), il applique à un état de choses un prédicat de dénomination.

8 Les pendants italien infatti (Brutti 1999) et espagnol de hecho (Fanego 2010) se sont également pragmaticalisés, mais sans pour autant atteindre le stade final de l’intersubjectivité.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540