Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dire l’événement

 | 
Sophie Moirand
, 
Sandrine Reboul-Touré
, 
Danielle Londei
, 
et al.

L’histoire : entre oubli et mémoire

Événement discursif, mémoire et interprétation : à propos du documentaire São Carlos/1968

Eni Puccinelli Orlandi

Résumé

L’auteure analyse le documentaire São Carlos/1968 de João Massarollo : une manifestation de rue réunissant des chômeurs en 1968 au Brésil. Elle considère ce documentaire comme un événement discursif, qui produit un geste interprétatif provoquant un autre effet de mémoire – cf. la théorie du discours de Pêcheux. En reconfigurant sémantiquement la mémoire des sujets, ce qui était passé sous silence avec l’évidement du politique sous la dictature est replacé dans l’Histoire.

Texte intégral

1Le politique, ou plutôt, comme le disait Pêcheux (1975), la confrontation du symbolique et du politique, n’est pas seulement présente dans le discours politique. Les relations de pouvoir sont symbolisées et le politique se trouve dans le fait que le sens est divisé, et que sa direction se spécifie dans l’histoire, par le mécanisme idéologique de sa production (Orlandi 1996 : 21). Dans cette perspective, le politique est présent dans tout discours. Il n’existe aucun sujet ou sens qui ne soit divisé, aucune manière d’être dans le discours qui ne constitue une position-sujet et, donc, ne s’inscrive dans une formation discursive ou une autre, formation qui, pour sa part, est la projection de l’idéologie dans le dire. C’est pourquoi, l’analyse du discours travaille, entre autres, sur les relations de pouvoir symbolisées dans une société divisée.

2Ce texte abordera le politique et la politique mais dans un discours qui n´est pas politique : celui du documentaire, donc d’un objet d’art qui, pour moi, est avant tout un objet mémorial : il met la mémoire en mouvement. Ce documentaire montre un événement qui devient politique, par-delà l’« intention » déclarée de ses participants : il s’agit d’une manifestation de chômeurs à la recherche de l’appui de la société pour résoudre leurs problèmes, dont, notamment, la faim, et il se trouve que cet « événement » arrive au moment où la dictature s’installe au Brésil. Cela n’est pas sans conséquence dans la manière dont les sujets qui y sont investis et les sens qu’ils produisent seront « interprétés » par la ville, la société et le pouvoir.

1. L’objet d’analyse et le discours

3L’objet de notre analyse est un documentaire, intitulé São Carlos/1968 et réalisé par un cinéaste, également professeur de communication et d’art : João Massarolo. Dans son exposé sur le processus de construction du documentaire, l’auteur nous dit qu’il existe un discours cristallisé sur cet événement, qui, pour ainsi dire, le dépolitise et qui, comme il fait partie de l’imaginaire de la ville, y circule déjà avec son propre « signifié ». La difficulté consiste alors à traverser la circularité de cet imaginaire, qui emprisonne le dire dans un même geste d´interprétation, pour trouver le réel de l’événement.

  • 1 Par analyse du discours, il faut entendre ici l’analyse du discours dite française (ADF), notamment (...)

4De son côté, l’analyse du discours n’a qu’un objet : le discours. Par ailleurs, l’analyse du discours (« sans adjectifs », à la différence de l’analyse critique du discours, l’analyse linguistique du discours, etc.1) a développé ses propres instruments théoriques et méthodologiques pour travailler avec ses objets d’analyse : des matériaux d’analyse, des corpora, des textes de différentes natures matérielles signifiantes (voir Orlandi 1998 sur le rapport entre le dispositif théorique et le dispositif analytique de l’interprétation). La nature du matériel signifiant est importante dans la manière dont nous construisons notre dispositif analytique, car elle en fait partie. Des matériels différents exigent des modes de construction du dispositif analytique différents, et c’est là l’une des tâches de l’analyste : trouver des procédures adéquates au traitement de la forme matérielle signifiante. Ainsi, le documentaire São Carlos/1968, de João Massarolo, que nous prenons ici comme objet d’analyse, est constitué de différentes matérialités signifiantes : des images, des couleurs, des dires, des sons, et même un jeu vidéo.

2. La mémoire et « l’événement discursif »

  • 2 On se contentera ici de reprendre l’une des définitions données de l’événement discursif par Guilha (...)

5Le documentaire est un « événement discursif » (au sens de Guilhaumou 2006)2. L’objectif de mon analyse – qui place la matérialité de la langue dans la discursivité de l’archive (Guilhaumou, Maldidier 1994b), celle-ci imposant sa propre loi à la description – est de montrer ce documentaire comme un événement discursif produit par différentes matérialités discursives. Lieu de rencontre d’une actualité et d’une mémoire (Pêcheux 1990), il intervient dans le réel du sens : c’est un geste d’interprétation (Orlandi 1996 : 18). Contrairement à une conception structurale de la discursivité (celle de Michel Foucault), nous dit Pêcheux (1990 : 56), si le discours n’est pas indépendant des réseaux de mémoire et des trajets sociaux dans lesquels il surgit, il marque, par sa seule existence, la possibilité d’une déstructuration-restructuration de ces réseaux et trajets. Il est un effet des filiations socio-historiques d’identification et, en même temps, un travail de déplacement dans son espace.

6Mais la mémoire discursive n’est pas représentable (Pêcheux 1975). Le documentaire, lorsqu’il « découpe » cette mémoire en un point quelconque, produisant un événement, ne « représente » pas : il produit un effet en insérant, par son geste, la mémoire dans une actualité. Cette actualité, ainsi produite et sujette à équivoque, comme dans tout événement, n’est rien d’autre qu’un effet. Du fait qu’il découpe un objet symbolique, le documentaire, en tant que discours, produit un événement « signifiant ». Il affecte le rapport à l’oubli. Il produit un effet de mémoire. L’événement qu’il constitue, son historicité, se retrouve dans la configuration que, par son découpage, il produit, comme une partie de la mémoire, comme « interdiscours ». Dans cette ambiguïté – événement qui parle d’événement – le titre (São Carlos/1968) tend, comme le dit Pêcheux (1990 : 20), à « préfigurer l’événement, à lui donner forme et figure, dans l’espoir de hâter sa venue… ou de l’empêcher […] Mais cette nouveauté ne retire pas l’opacité de l’événement, inscrite dans le jeu oblique de ses dénominations ». D’autant plus qu’en tant qu’événement qui signifie un événement, il renvoie au même « fait » mais ne construit par les mêmes significations. Un documentaire n’est pas une représentation. Par ailleurs, un événement ne cesse de produire du sens. Et, toujours selon Pêcheux (ibid. : 28), la question qui se pose est celle du statut des discursivités qui « travaillent » l’événement. Des propositions à l’apparence logique stable s’entrecroisent avec des formulations irrémédiablement équivoques : c’est le cas de São Carlos/1968.

7Quelle relation le documentaire établit-il avec l’événement, puisque nous savons que nous sommes face à des interprétations ? Nous ne cherchons nullement à nier la présence d’un réel, un réel propre aux disciplines de l’interprétation. Mais comment répondre à ce réel ? Par des versions ?

  • 3 Ici, nous pensons le rapport de la langue (qui peut présenter des failles) aux différentes matérial (...)

8Pour paraphraser Milner (cité dans Pêcheux, 1990), qui disait qu’aucune langue ne peut être pensée complètement si l’on n’y intègre pas la possibilité de sa poésie, je dirais que la langue ne peut être pensée sans la possibilité d’autres formes matérielles signifiantes. C’est, une fois de plus, reconnaître l’ouverture du symbolique3. Ici, nous sommes face à cette ouverture : face au travail de l’équivoque, face à l’incomplétude constitutive des sujets et des sens. Voilà pourquoi, dans le documentaire, les « choses-à-savoir » sont prises dans des réseaux de mémoire donnant lieu à des filiations identificatrices : comment l’auteur du documentaire face aux choses-à-savoir s’inscrit-il dans ces filiations, si ce n’est à travers l’image, les couleurs, les formes, les mouvements, les techniques ?

9Pour produire l’effet de ce quelque chose – dont il parle et qu’il montre – pour faire de ce quelque chose un événement, le documentaire rend présent, actualise et crée, en le reprenant, un passé. Pour ce faire, il joue sur le rapport entre la mémoire structurée par l’oubli, qui est « l’interdiscours », et celle que j’ai appelée « la mémoire institutionnelle », celle qui n’oublie pas (le discours documentaire, le fichier, selon Pêcheux 1994). Pour signifier l’événement, le documentaire, dans son processus discursif, met en contradiction ce qui s’oublie et ce qui n’est pas à oublier. C’est là que, dans son fonctionnement, São Carlos/1968 réalise une rupture du même en le montrant, ce qui nous conduit immédiatement à nous demander ce qui est passé sous silence.

  • 4 Bien que le mot « documenter » dérive de « document », le documentaire, selon la perspective de l’a (...)

10L’histoire, entre autres choses, cherche à documenter un événement : quand elle parle d’un fait, elle le place dans l’histoire. Le documentaire4 recherche la mémoire (des sujets) qu’il place dans l’histoire en montrant/disant/signifiant ; il fait « arriver » une version (travail de l’effet métaphorique, dérive). Ainsi, le documentaire est un « événement discursif » qui fait que quelque chose apparaît comme un événement : il construit l’événement qu’il montre, et ce qu’il montre, c’est un effet de « présentification » (actualisation ?) produit par la mise en contradiction de l’interdiscours (mémoire discursive) et de la mémoire institutionnelle (archive). Par ce geste, il produit un passé.

11Cependant le cas analysé présente deux « complicateurs » : d’abord la censure imposée par la dictature, pour ce qui est du fonctionnement de la mémoire, et ensuite le fait que nous parlons d’images et de mots, c’est-à-dire d’un processus discursif caractérisé par une matérialité complexe. C’est pourquoi le documentaire, dans sa version, déplace la filiation de mémoire vers un discours autre que le silence. Silence qui est déjà là, imposé par la dictature. Indéfiniment.

3. L’image et la mémoire

12Nous aurons recours ici au texte de Davallon « L’image, un art de mémoire ? » (Davallon 1999), avec lequel nous avons quelques points de convergences, mais surtout de nombreuses divergences.

  • 5 Je ne pourrai pas explorer plus longuement la notion de mémoire sociale. Mais, reliée à ce que Durk (...)

13Laissant ces dernières de côté, commençons par une lecture discursive, celle qu’il propose. Après avoir affirmé qu’entre le simple registre de la réalité et la mémoire sociale5, qu’entre la reproduction d’un événement et la fonction sociale d’institution/ré-institution du tissu social attribuée à la mémoire, il y a toute la distance qui sépare la « réalité » du « fait de signification », Davallon se demande si la mémoire, en tant que fait social, ne comporterait pas une dimension sémiotique et symbolique qui lui serait intrinsèque. C’est alors qu’il parle de l’image comme étant capable de maintenir la mémoire au-delà du groupe dans lequel elle est présente (1999 : 27/28). Pour nous, l’image n’est pas pensée comme opératrice de la mémoire, mais plutôt comme une partie du fonctionnement de « la mémoire discursive » dans le rapport à l’événement.

14L’image, nous dit-il, en même temps qu’elle représente la réalité, peut aussi conserver la force des rapports sociaux (elle fera alors impression sur le spectateur). L’auteur rapproche alors représenter et présenter pour en conclure que l’image peut intéresser par son efficacité symbolique. Il se rapproche alors de plus en plus de ce que dit Pêcheux (1975) de la mémoire comme interdiscours : dans l’image aussi, « quelque chose parle avant, ailleurs et indépendamment ».

15Selon Davallon encore (1999 : 29), celui qui observe une image développe une activité de production (une praxis) de signification, car l’image signale un certain lieu au spectateur. Pour nous, cela revient à dire que l’image est discours, qu’elle produit un effet, des gestes d´interprétation de la part du « lecteur ». Pour lui, en tant qu’opérateur de symbolisation, l’image semble se présenter comme seule origine de soi-même et de sa signification. Pour nous, ce qui fonctionne ici, c’est « l’idéologie », la dérive indéfinie qui caractérise toute interprétation de l’image (voir chez Pêcheux les points de dérive qui glissent d’un énoncé pour en constituer un autre) et qui a lieu selon le programme apporté par le dispositif lui-même, et selon le rapport de l’idéologie à l’inconscient :

Le caractère commun des structures-fonctionnements désignées respectivement comme idéologie et inconscient est de dissimuler leur propre existence à l’intérieur même de leur fonctionnement en produisant un tissu d’évidences subjectives, et il faut comprendre ce dernier adjectif non pas dans le sens de « qui affectent le sujet » mais dans celui de « où le sujet se constitue ». (Pêcheux 1990)

16En analyse du discours, nous savons que la mémoire discursive est l’extériorité constitutive (pour Davallon, la raison d’être de l’image semble être hors de l’espace de l’image). Ces fonctionnements permettent de penser le documentaire, l’image, à partir de la perspective de la mémoire discursive et de l’événement, faisant intervenir, pour ce faire, l’idéologie. Nous sortons alors de la perspective de Davallon pour entrer dans la théorie discursive.

4. Le documentaire et la mémoire

17L’exploration de quelques éléments relevant du traitement de la mémoire discursive permet de comprendre le mode de fonctionnement symbolique du documentaire.

18Face à l’image « pensée » par Davallon (l’image montrerait comment elle se lit), Pêcheux (1999 : 51) dénonce l’illusion de sa transparence : l’image est matérialité, elle a son mode de fonctionnement, elle s’interprète. Nous touchons là à l’un des points de rencontre avec la mémoire comme structuration de la matérialité discursive complexe (langue-image), comprise dans une dialectique de la répétition et de la régularisation. La mémoire discursive serait ce qui, face à un texte, surgit comme événement à lire, ce qui viendrait rétablir les implicites (les préconstruits, les discours transverses, les éléments cités et rapportés, etc.) dont la lecture a besoin. La question fondamentale, dans ce cas, est de savoir où se trouvent ces fameux implicites, « absents par leur présence » (Pêcheux 1999 : 52). Selon Pêcheux, c’est cet effet d’opacité (le moment où les implicites ne sont plus reconstructibles) qui entraîne l’analyste à s’éloigner des évidences des propositions pour interroger les effets matériels des montages sans chercher leur signification ou leurs conditions d’interprétation implicites. Or la question de l’interprétation est incontournable et reviendra toujours, car là se fait, selon moi, la liaison entre interprétation et idéologie (Orlandi : 1998).

19Pêcheux (1999 : 55) affirme encore que, face à l’interprétation, l’analyste de discours dirige son regard non pas vers les désignés mais vers les gestes de désignation, sur les procédures de montage plutôt que sur les significations. L’image retrouve ainsi le discours par un autre biais : non plus en tant qu’image lisible dans sa transparence, parce qu’un discours la traverse et la constitue, mais en tant qu’image opaque et muette, dont la mémoire « a perdu » le trajet de lecture (elle a ainsi perdu un trajet qu’elle n’a jamais possédé dans ses inscriptions). Pêcheux conclut en disant que la mémoire est un espace mobile de déplacements, de disjonctions, de divisions, de reprise, de conflits, de régularisation. Un espace de dédoublements, de répliques, de polémiques et de contre-discours : « Sous le “même” de la matérialité du mot s’ouvre donc le jeu de la métaphore, comme autre possibilité d’articulation discursive […] Une espèce de répétition verticale où la mémoire même se troue, se perfore avant de se dédoubler en paraphrase » (1999 : 53). Or paraphraser n’est pas reproduire, il s’agit d’une nouvelle reprise et non pas d’une répétition, et la nouveauté se trouve autre part, dans le retour de « l’archive » (Guilhaumou, Maldidier 1994b).

  • 6 Je me demande alors ce qui arrive aux sens constituant l’événement Mai 68.

20Dans un texte précédent dans lequel j’étudie les rapports entre l’histoire et la politique (Orlandi 1999 : 59), je montre à quel point il est impossible, pour moi, de ne pas concevoir la mémoire comme faite d’oublis, mais également de sens non dits, de sens à ne pas dire, de silences et de mises sous silence. Davantage encore, j’affirme que les sens se construisent avec des limites et qu’il y a également des limites construites avec des sens. Ainsi la dictature est « un événement » où les sens imposent des limites6.

21En conclusion, et à propos des liens entre événement et mémoire, je mentionnerai la réflexion de Pêcheux (1999 : 50) sur la fragilité du processus d’inscription de l’événement dans l’espace de la mémoire qui, selon lui, se fait deux façons :

  • ou l’événement échappe à l’inscription : il ne parvient pas à s’inscrire ;

  • ou l’événement est absorbé dans la mémoire comme s’il n’avait pas eu lieu.

22Dans mon analyse de la situation de la dictature et de la censure, j’ajouterai une troisième forme, sorte de nuance des deux premières (Orlandi 1999 : 60) : l’événement fait comme s’il n’avait pas eu lieu : il n’a pas été absorbé mais il échappe quand même à l’inscription dans la mémoire ; et nous allons expliquer pourquoi. C’est là qu’entre en jeu le rapport entre événement, mémoire et censure : les sens passés sous silence dans notre mémoire se trouvent hors de la mémoire, constituant une de ses marges qui nous emprisonne dans les limites de ces sens. Comme le réel historique fait pression, il fait que quelque chose fait irruption dans cette objectivité matérielle contradictoire (l’idéologie). Ainsi ce qui a été censuré ne disparaît pas complètement : il reste des vestiges de sens « in-signifiés », qui maintiennent avec la mémoire discursive une relation équivoque aux marges des sens. Version, dédoublement, réplique, polémique, contre-discours se présentent sous leur forme matérielle et, à mes yeux, travaillent l’événement, qui échappe alors à l’inscription, et ne parvient pas à s’inscrire dans la mémoire. Il s’agit de la mémoire au sens que lui donne l’analyse du discours (voir note 1), non pas la mémoire psychologique, mais celle qui relève des « sens entrecroisés de la mémoire mythique, de la mémoire sociale inscrite dans des pratiques, et de la mémoire construite de l’historien » (Pêcheux 1999 : 50).

  • 7 Littéralement, « acte institutionnel ». Il s’agissait en fait des décrets promulgués par les milita (...)

23Dans le cas de l’objet d’étude analysé ici, j’ajouterai enfin la mémoire de ce qui produit le documentaire et qui, ainsi, affecte ses marges. On peut inventorier quelques indices : les pleurs non contenus de celui qui, à l’époque, dirigeait le syndicat des métallurgistes et qui avait donné son appui aux manifestants ; l’expression équivoque « tranquillité terrible », prononcée par l’un des témoins, le sujet qui ne parle pas de l’événement à partir de lui-même, mais mentionne son père ; le témoignage d’une des manifestantes, qui a joué un rôle décisif (elle a tapé sur la tête du commissaire avec sa pancarte), et qui en parle presque amusée, car, selon ce qu’elle raconte, elle voulait seulement que les habitants de sa ville les aident. On peut relever d’autres traces mémorielles davantage significatives : les mots non politisés des ouvriers qui ne réalisent pas vraiment qu’une des premières manifestations ayant lieu sous la dictature des années 1964-1984 est un geste politique, que cette manifestation défiait les militaires, en les obligeant à sortir leurs armes, à envoyer leurs chars et à montrer ce qu’ils ne voulaient pas montrer (que la dictature était une dictature, que la liberté, qu’ils disaient protéger contre les communistes, n’existait plus, de même que la démocratie)… Tout ce qui finalement était le contraire de ce qu’ils affirmaient dans l’Ato Institucional no 5 7. Ainsi, une manifestation politique, dans une ville de province, avait pu être réduite au silence, passée sous silence…

  • 8 Département d’Ordre Politique et Social créé pour maintenir le contrôle des citoyens et surveiller (...)

24Dans la structure même du documentaire, l’auteur, Massarolo, fait ressurgir l’envers, s’oppose à la version qui est restée dans l’imaginaire de la ville, celle qui est racontée et répétée, sans éléments nouveaux ou dissonants, avec ses silences stabilisés. Pour rompre avec cette version, l’auteur du documentaire reprend ce discours qui se répète. Mais, en même temps, il défait son unité/uniformité, en le segmentant en différents morceaux (découpages) et en les plaçant dans la bouche des sujets qui apparaissent. Ainsi, le texte est un patchwork où chaque sujet est l’énonciateur d’une partie (morceau, découpage) d’un tout qui est le « même » discours : structurellement, un même texte dit par de nombreuses voix (monophonique). Ainsi, quand l’ensemble des témoins montre un texte fluide, il nous montre l’insistance de cette version, il désigne l’imaginaire qui l’immobilise. En même temps, dans un mouvement déstabilisateur et plein de glissements, il introduit d’autres matérialités signifiantes : musiques, marches militaires, images tumultes, tanks militaires et armes, le président du syndicat des métallurgistes pleurant, la porte (du DOPS8) qui se referme, des bruits nous rappelant la prison et la torture, le rappel d’une image de Maïakovski, et, finalement, un jeu vidéo montrant la femme qui résiste, sans le savoir, en sautant des obstacles et en tapant sur la tête d’un commissaire avec une pancarte.

25Ainsi, en même temps qu’il fait « revenir » l’événement, le documentaire São Carlos/1968 montre « l’évidement » du politique qui s’est produit – à la mode de la dictature et de la caractéristique idéologique de la ville où elle a eu lieu – et, ce faisant, son auteur trouve une manière non directement politique de montrer le politique, avec ses multiples effets, dans les marges qui travaillent la version (l’événement qui a lieu par l’événement discursif du documentaire) et quand il interprète ce que disent les sujets, et qu’il situe la mémoire dans l’histoire. Réplique ? Polémique ? Contre-discours ? C’est la version faite par João Massarolo, qui place dans l’histoire ce qui était passé sous silence : la politique, maintenant, à la place du politique, non pas comme un implicite quelconque, mais comme des sens qui ont été contenus et restreints et qui laissent des vestiges. Il s’agit là d’un geste d’interprétation : une question éthique et politique, une question de responsabilité, comme aurait dit Pêcheux (1990 : 57).

Notes

1 Par analyse du discours, il faut entendre ici l’analyse du discours dite française (ADF), notamment représentée par un de ses théoriciens, Pêcheux, courant qui reste très présent au Brésil et en Amérique latine [note des éditrices].

2 On se contentera ici de reprendre l’une des définitions données de l’événement discursif par Guilhaumou dans le Dictionnaire d’analyse du discours (Charaudeau, Maingueneau 2002 : 245) : « Au sein de l’analyse du discours du côté de l’histoire, l’événement discursif se définit par rapport à l’inscription de ce qui est dit à un moment donné dans des configurations d’énoncés », ce qui n’empêche nullement l’analyste de rechercher a contrario « ce qui n’est pas dit. » [note des éditrices].

3 Ici, nous pensons le rapport de la langue (qui peut présenter des failles) aux différentes matérialités signifiantes (qui peuvent également présenter des failles) : ces matérialités ne sont pas fermées sur elles-mêmes, isolées dans un système complètement séparé des autres ; elles sont en relation du fait même de l’ouverture du symbolique.

4 Bien que le mot « documenter » dérive de « document », le documentaire, selon la perspective de l’analyste de discours, n’est pas un document, mais un événement discursif, un travail de la mémoire, un ensemble d’interprétations.

5 Je ne pourrai pas explorer plus longuement la notion de mémoire sociale. Mais, reliée à ce que Durkheim dit de la représentation (collective), la question de la mémoire sociale, ou mémoire collective pour Halbwachs, soulève clairement la question du rapport entre le symbolique et l’idéologie, si nous la pensons en termes discursifs. Et si je fais référence à Durkheim, c’est parce que c’est lui qui nous permet de nous éloigner de la position kantienne et de passer de la conscience collective (morphologie sociale) aux représentations collectives (symbolisme collectif). Il devient alors possible de penser le dualisme de la nature humaine non plus dans la relation corps et âme mais par rapport à ses conditions sociales. Pour Durkheim, la vie collective est faite de représentations.

6 Je me demande alors ce qui arrive aux sens constituant l’événement Mai 68.

7 Littéralement, « acte institutionnel ». Il s’agissait en fait des décrets promulgués par les militaires. L’Acte institutionnel n° 5 du 13 décembre 1968, promulgué par le président Costa e Silva, dissout le Congrès, donne au président des pouvoirs dictatoriaux, suspend la Constitution, impose la censure et abroge la plupart des libertés individuelles.

8 Département d’Ordre Politique et Social créé pour maintenir le contrôle des citoyens et surveiller les manifestations politiques. De très nombreuses personnes ont été emprisonnées, torturées ou sont mortes dans les sous-sols de son siège (où se trouvaient les cellules) à São Paulo.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540