Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Dire l’événement

 | 
Sophie Moirand
, 
Sandrine Reboul-Touré
, 
Danielle Londei
, 
et al.

Les médias et la représentation de l’événement

Stratégies de représentation d’un « événement provoqué »

Le débat sur l’interdiction du voile intégral à la télévision

Elisa Ravazzolo

Résumé

L’auteure analyse les stratégies discursives, énonciatives et interactionnelles mobilisées dans la mise en scène médiatique du débat sur la loi interdisant le port du voile intégral. Cette étude se focalise sur la modalité de reconstruction de cet événement politique controversé dans un débat télévisé interactif permettant à des citoyens de participer à la discussion grâce à une webcam. La représentation du conflit de parole et l’activation de lignes argumentatives contradictoires permet à l’instance émettrice de mettre en scène un espace public idéologiquement fragmenté, censé contribuer à la délibération sociale.

Texte intégral

1La question de société liée au port du voile intégral dans l’espace public a conduit, en France, à la mise en place d’un cadre législatif susceptible de régler cette pratique controversée. Après des mois de débats houleux, le Parlement a fini par adopter une loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public (14 septembre 2010). Nous nous interrogeons ici sur le rôle du discours et de la mise en scène médiatique dans la représentation et l’interprétation de cet événement socio-politique.

1. Un débat politique interactif

2Notre étude se fonde sur l’analyse d’un débat politique télévisé diffusé par la chaîne parlementaire et dont le titre, Ça vous regarde (Çvg), révèle d’emblée l’importance accordée à l’interaction avec les citoyens. Ce programme se caractérise en effet par l’existence d’un format participatif complexe, avec d’une part les acteurs présents sur le plateau (l’animateur et les invités), d’autre part les téléspectateurs, dont certains, préalablement sélectionnés, interviennent en direct par webcam interposée. Le contrat de communication qui sous-tend ce genre d’émission semble être dominé par une visée informative et civique (Charaudeau 2005) : une volonté de représenter ce qui advient dans le monde politique et de participer à la construction de l’opinion publique.

3Dans le cas spécifique de la discussion sur la loi interdisant le port du voile intégral, l’instance émettrice réalise un acte de médiation entre l’événement politique (introduction du projet de loi et discours circulant autour de ce projet) et le sujet récepteur, acte qui se réalise concrètement à travers la mise en scène du conflit de parole, censé contribuer à la délibération sociale. L’événement est donc « provoqué » (Charaudeau 2005 : 121) et re-construit par le dispositif médiatique de manière à solliciter l’affrontement de points de vue différents concernant l’interprétation de l’événement. Or il est évident que cette confrontation n’apparaît pas de façon spontanée ; il s’agit d’une mise en scène organisée de telle sorte que ces conflits verbaux deviennent, eux-mêmes, un événement saillant.

4Cette contribution se propose d’explorer les stratégies discursives, énonciatives et interactionnelles à travers lesquelles se réalise la mise en scène de l’événement provoqué. Le corpus utilisé pour cette analyse se compose plus précisément de deux émissions du débat médiatique qui abordent le sujet à deux moments-clés de la discussion parlementaire : la présentation et la discussion sur le projet de loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public (Çvg1 du 5 mai 2010) et l’adoption du texte de loi à l’Assemblée nationale (Çvg2 du 13 juillet 2010).

2. Les voix en confrontation dans le débat

5Avant d’analyser les stratégies et ressources discursives mobilisées dans la représentation de l’événement, nous avons procédé à l’identification des positions argumentatives « mises en scène » par les participants au débat, en nous interrogeant en même temps sur leur représentativité par rapport aux thèmes circulant dans l’espace parlementaire.

6Les deux interactions envisagées pour cette étude sont organisées autour d’un conflit préexistant et se développent autour d’une question argumentative qu’on pourrait ainsi synthétiser : doit-on légiférer sur le port de la burqa ? Nous avons ainsi identifié les positions contradictoires en interaction, formalisables dans les rôles actanciels de « Proposant » et d’« Opposant » (Plantin 2005 : 63), responsables respectivement d’un discours de proposition et d’un contre-discours de réfutation. Ici, le Proposant est représenté par les tenants du projet de loi interdisant le port du voile intégral (P), alors que le rôle argumentatif d’Opposant (O) caractérise tous ceux qui s’opposent, d’une manière ou d’une autre à cette initiative législative. En réalité, nous avons identifié chez les Opposants deux positions argumentatives différentes : d’une part le rejet du texte de loi présenté (contestation de la formulation juridique), qui n’exclut pas cependant une intervention au niveau législatif (O1), d’autre part le rejet a priori de toute initiative législative (O2).

7Dans les deux émissions, le rôle de Proposant est incarné par les députés de l’UMP, Valérie Rosso-Debord (Çvg1) et Jean-Paul Garraud (Çvg2), alors que le rôle d’Opposant se répartit de la manière suivante : dans Çvg1, trois invités pour O1 ; dans Çvg2 un seul invité pour O1 et deux invités pour O2 :

Çvg1

P

O1

O2

V. Rosso-Debord (UMP)

J. Glavany (PS)

C. Fourest (journaliste)

D. Sopo (SOS Racisme)

Çvg2

J.-P. Garraud (UMP)

G. Pau-Langevin (PS)

M. Bechari (FNMF)

J. Baubérot (sociologue)

8Les arguments et les contre-arguments avancés par les participants lors du débat médiatique reproduisent clairement ceux qui circulent dans l’espace parlementaire et montrent une certaine évolution d’une émission à l’autre, en fonction des variations enregistrées en contexte politique. Si dans la première émission les arguments avancés pour soutenir le discours de Proposition se fondent principalement sur la protection de la femme, de sa dignité et de sa liberté, dans le débat du 13 juillet (après les discussions à l’Assemblée nationale) on assiste à une généralisation qui invoque des principes liés aux valeurs républicaines, à la défense de l’ordre public immatériel et sociétal et du vivre ensemble. Cette généralisation se réalise également au niveau de la dénomination officielle, car, dans le texte de loi et dans son intitulé, « voile intégral » est remplacé par l’expression « dissimulation du visage ». Cette « dénomination de droit » (Kleiber 2012 : 39) instituée par le législateur élargit le domaine d’application de l’interdiction à toute « tenue destinée à dissimuler son visage », donc à tout accessoire ou vêtement empêchant l’identification de la personne.

9Le respect des valeurs républicaines est également invoqué par les Opposants (« la démocratie se vit à visage découvert » est une formule qu’on retrouve chez les uns et les autres) qui l’utilisent non pas pour justifier cette loi, mais pour expliquer leur dénonciation de la tenue vestimentaire. Les contre-arguments avancés pour s’opposer au projet de loi varient légèrement d’une émission à l’autre (et selon les participants). Dans le débat du 5 mai, parmi les contre-arguments on trouve par exemple la mise en cause du principe d’urgence, le gouvernement est alors accusé de faire diversion par rapport aux vrais problèmes de la société française, mais cette motivation sera abandonnée dans le débat du 13 juillet. Le contre-argument le plus récurrent chez les Opposants, au-delà de leurs divergences concernant la solution à adopter, se fonde sur la mise en évidence de la fragilité juridique de la loi, confortée par des arguments d’autorité : on invoque Montesquieu pour dire qu’« il faut légiférer la main tremblante » ou plus concrètement le Conseil d’État qui, dans son avis du 30 mars, avait préconisé de circonscrire l’interdiction aux services publics et aux commerces pour ne pas exposer la loi à des risques juridiques. Dans l’extrait ci-dessous, par exemple, l’argument d’autorité invoqué par la députée socialiste (avis du Conseil d’État) s’accompagne d’une reformulation des propos du texte officiel de manière à produire un effet pathémique :

(1) Çvg2

GPL : (rires) non je pense qu’effectivement monsieur Garraud sait très bien que tant qu’il s’est agi d’affirmer des principes de rappeler le vivre ensemble de rappeler qu’effectivement la démocratie se vit à visage découvert/ nous étions d’accord mais nous avons ensuite estimé que pour avoir la position la plus solide possible il fallait se caler exactement sur l’avis du Conseil d’État et nous avons déploré que la majorité passe outre l’avis du Conseil d’État qu’elle avait elle-même demandé et qui disait effectivement qu’on pouvait/ procéder à une interdiction et lutter contre le voile intégral dans notre pays mais qu’il fallait éviter de s’en prendre à des femmes qui circulaient paisiblement dans la rue […]

10Les débatteurs semblent donc s’accorder au final pour reconnaître la nécessité de traiter la question du voile intégral mais leur désaccord se focalise au niveau des moyens à adopter : interdiction générale pour les Proposants, interdiction circonscrite pour les Opposants 1 et médiation, solution pédagogique comme alternative à une loi, pour les Opposants 2. En ce qui concerne les sentinelles citoyennes intervenant par webcam, nous avons pu observer qu’en général elles développent un discours d’opposition qui se nourrit souvent des arguments avancés par les représentants institutionnels (fragilité juridique, manque de pédagogie). Seules deux citoyennes, Jocelyne et Catherine, semblent plutôt incarner un rôle argumentatif de doute (Plantin 2005 : 57), propre aux locuteurs qui ne s’alignent ni sur une position ni sur l’autre, comme l’illustre l’extrait suivant :

(2) Çvg2

J : […] heureusement que j’étais pas une parlementaire aujourd’hui parce que je n’aurais pas su quoi faire voter pour cette loi pour moi c’était prendre un bulldozer pour appuyer sur une punaise c’était vraiment courir le risque de faire beaucoup de dégâts pour pas grand-chose[…]voter contre cette loi c’était envoyer un signe catastrophique non seulement par rapport aux femmes qui dans leur pays se battent pour ne pas porter ce voile qui quelquefois risquent leur vie pour ne pas porter ce voile et puis c’était dire que oui on tolérait ce voile donc on ne pouvait pas voter contre/ voter pour c’était rentrer dans le piège du gouvernement qui était de dire que le problème des femmes c’était le voile alors que c’est pas du tout ça/ le problème des femmes/ […]

11Au-delà des différents positionnements par rapport au texte de loi, la quasi-totalité des positions argumentatives relevées comportent, comme on peut le voir dans l’exemple ci-dessus, une dénonciation unanime du port du voile intégral qui se fonde sur le partage de présupposés socio-culturels liés aux notions de liberté, de dignité de la femme et de démocratie. La seule exception est représentée par l’intervention d’une internaute musulmane, Nassera, pour qui le port du voile intégral devrait être considéré comme une manifestation de la liberté d’expression :

(3) Çvg2

A :

[…] Nassera juste une réponse courte est-ce que vous êtes choquée quand vous voyez une femme en burqa tout simplement c’est à-dire intégralement couverte non mais je voudrais vous entendre sur ce point vu que vous êtes une femme dites-nous

N :

pourquoi devrait-on l’être/ choqués pourquoi c’est la question qu’on se pose chacun ce sont des libertés individuelles où tout un chacun a le droit on peut être choqué certains peuvent être choqués [par le port non&

A :

[mais est-ce que vous l’êtes/]

N :

&pas de la burqa] il faut préciser une chose il n’y a pas de burqa [en

A :

[voile intégral madame]

N :

France] laissez-moi terminer

A :

mais bien sûr attendez là vous êtes vous avez la parole pas trop longtemps mais terminez dites-nous

N :

je voudrais simplement dire que d’autres personnes sont également choquées par d’autres tenues est-ce que pour autant on a fait ce qu’on est en train de faire autour de ce voile […]

12L’internaute soulève, en outre, ici un problème lié à la manipulation des signes employés pour désigner la pratique vestimentaire controversée. Ainsi le mot burqa apparaît-il comme inapproprié à cause de sa valeur restrictive. L’hétéro-correction proposée par Nassera focalise donc l’attention sur l’adéquation des termes employés dans le débat, au cours duquel on a pu relever l’existence d’un paradigme désignationnel plutôt varié : burqa, niqab, voile intégral, à côté d’expressions plus génériques comme tenue ou tenue vestimentaire. Or ces mots semblent être employés à la fois pour nommer un référent spécifique, un objet de la réalité (le vêtement) mais aussi pour désigner l’ensemble des discours circulant à propos de cette pratique. Comme dans le cas du débat sur « le voile » de 2004, étudié par Calabrese (2007 : 135), on pourrait parler d’une instabilité désignative qui serait une « instabilité constitutive, propre à certaines familles d’événements ».

13Nous nous sommes interrogée par ailleurs sur les implications du choix lexical opéré par rapport à l’expression de l’opinion. Il semblerait que les représentants politiques, quelle que soit leur orientation, évitent d’employer le mot burqa, surtout après l’intervention de la citoyenne, et privilégient d’autres stratégies d’appellation, voire de minimisation, comme chez les Opposants, où le syntagme de base « ce voile » suffit à désigner le référent. Plus globalement, on assiste à l’emploi dominant de « voile intégral », unité lexicale pourtant affectée des traits sémiques [+ religion] et [+ femme]. Le législateur, de son côté, adopte une solution dénominative (« dissimulation du visage ») qui élimine les traits liés à la religion et à la femme et acquiert une portée plus générale. D’ailleurs ce n’est plus un objet particulier qui est visé (le voile) mais l’action de cacher son visage. La formulation générique fonctionnerait donc comme une sorte d’« hyperonyme discursif et juridique » (Petiot, Reboul-Touré 2006 : 58) qui déterminerait une nouvelle organisation lexico-sémantique. Dès lors, le voile intégral, le niqab et la burqa deviennent des co-hyponymes de cagoule, de masque, ou de tout autre vêtement ou accessoire destiné à dissimuler le visage.

3. La mise en scène de l’événement provoqué

14La représentation de l’événement envisagé a lieu à travers la mise en spectacle du conflit verbal censé reproduire les oppositions idéologiques régnant dans l’espace parlementaire. L’affrontement donné à voir par le dispositif médiatique se réalise essentiellement à deux niveaux : au niveau structurel et organisationnel, par rapport à la configuration du cadre participatif et du cadre topologique et, au niveau discursif, en relation avec l’activité langagière des participants.

3.1. La construction du conflit au niveau structurel

15Le débat politique interactif faisant l’objet de cette analyse se caractérise d’abord comme tout débat : le cadre participatif favorise l’émergence du conflit et de la contradiction. Ainsi les invités réunis autour d’un animateur sont-ils censés incarner des points de vue différents, voire opposés, à propos de la problématique traitée. Ils sont donc choisis en fonction de leur positionnement de sorte que ce positionnement soit antagoniste ou différent de celui des autres invités.

16Le plateau de Ça vous regarde accueille à chaque fois quatre invités qui se répartissent de la manière suivante : deux représentants du monde politique et deux experts conviés en fonction de leur compétence ou de leur rôle par rapport à la question abordée (journalistes, sociologues, représentants d’associations, etc.).

17Dans le cas étudié, le dispositif médiatique introduit un élément d’interactivité qui donne la parole à des citoyens ayant accès à la sphère publique par le biais d’une webcam. Cette parole minoritaire serait employée pour créer l’impression d’un espace démocratique dans un « genre qui exalte les valeurs de la démocratie directe » (Delporte 2001 : 90). Cependant ces sentinelles s’expriment de façon fragmentaire et ont un temps de parole très limité, juste de quoi justifier qu’ils ont eu droit à la parole. Comme le souligne Charaudeau, cette parole minoritaire « fait souvent office d’alibi » (2005 : 161-162) et finit par produire « un simulacre » (ibid. : 165) de contact et de démocratie.

18La disposition des participants sur le plateau contribue à construire une topologie favorisant le surgissement d’un type de parole polémique. Ainsi nos invités sont-ils assis aux deux côtés d’une table rectangulaire, les adversaires politiques disposés normalement en face à face et l’animateur occupant le haut bout de la table.

3.2. Le rôle de l’animateur dans la mise en scène de l’événement provoqué

19La mise en scène du conflit au sein des pratiques langagières se manifeste essentiellement à travers l’activité discursive de l’animateur qui sollicite par ses interventions l’affrontement d’un discours et d’un contre-discours. La construction de l’événement provoqué se fonde, de ce fait, sur la confrontation de points de vue divergents, orchestrée par l’instance médiatique et localement gérée par l’animateur, qui travaille à la représentation d’un espace public idéologiquement fragmenté. Parmi les fonctions généralement associées à ce rôle interactionnel, celle qui domine ici concerne donc la création d’un espace polémique. Cette fonction se réalise concrètement à travers des interventions qui sollicitent le conflit verbal et stimulent l’activité argumentative des débatteurs. Nous avons mis au jour plusieurs types d’énoncés contribuant à la construction de cette dimension conflictuelle.

Interventions d’introduction et présentation des invités

20Ces interventions se localisent principalement dans la séquence d’ouverture, après l’explicitation et la contextualisation de la question argumentative. C’est grâce à cette activité que l’animateur parvient à l’activation du cadre « débat », en construisant des débatteurs ratifiés. La convocation se réalise par l’emploi de la « forme nominale d’adresse » (Kerbrat-Orecchioni 2010) suivie de la mention du statut social pertinent pour la participation à l’activité en cours, cette formulation linguistique pouvant d’ailleurs s’accompagner d’un regard ou d’un geste de la main à l’adresse du débatteur sélectionné. L’invité peut être présenté comme le porte-parole d’une instance collective et son discours est alors supposé représentatif d’une tendance sociale :

(4) Çvg1

A : puis face à vous ce soir Jean Glavany bonsoir Député socialiste des Hautes-Pyrénées membre de la mission burqa

21L’identité sociale mobilisée pour chaque participant est donc un « construit par avance » (Charaudeau 2009 : 20), qui légitime la présence de l’invité sur le plateau d’émission et autorise son droit à la parole. La présentation des invités et des internautes est complétée par l’évocation de leur positionnement idéologique, de leur point de vue sur la question, ce qui constitue également un savoir préalable. L’explicitation du point de vue du débatteur lui confère un rôle communicatif précis que l’intervenant ne fait que confirmer au cours de l’interaction. Les modalités d’introduction de ces points de vue peuvent varier : d’une modalité explicite comme la citation de propos exprimés antérieurement (5) à une modalité implicite fondée sur l’attribution d’un faire comme conséquence d’une prise de position (6).

(5) Çvg1

A : […] et puis avec nous Dominique Sopo bonsoir Président de SOS Racisme euh critique et inquiet du climat malsain je reprends vos mots hein un mot une phrase que vous avez écrite dans votre euh communiqué il n’y a pas de féminisme là-dedans dites-vous mais une stigmatisation d’une catégorie de la population […]

(6) Çvg2

A : […] Jean-Paul Garraud bonsoir euh député UMP de Haute Garonne[…]vous avez remporté justement ce ce projet de loi qui a été voté par 335 voix […] George Pau-Langevin députée socialiste elle a quitté l’hémicycle

Interventions sollicitant le désaccord

22Il s’agit dans ce cas de convoquer un élément d’opposition par rapport au point de vue de l’interlocuteur, à travers des stratégies qui manifestent une prise de position énonciative plus ou moins forte de la part de l’animateur. Nous avons relevé plusieurs cas de figure.

• Convocation d’un contre-discours attribué à d’autres sources énonciatives

23Il s’agit ici d’une stratégie d’atténuation de la responsabilité énonciative qui permet à l’animateur de se faire l’avocat du diable sans adopter une posture trop engagée.

(7) Çvg2

A : George Pau-Langevin on on la burqa est un sujet marginal/ c’est ce que dit Tariq Ramadan

• Questions anti-orientées par rapport au point de vue supposé de l’interlocuteur dont le but serait de provoquer le désaccord

24C’est la stratégie la plus récurrente dans le débat analysé. La majorité de ces actes « questionnants » sont réalisés au moyen de questions totales marquées morphosyntaxiquement par la tournure « est-ce que » et présentant des « orientateurs » (adverbes, contenu de l’énoncé, etc.). L’animateur parvient donc à incarner des rôles actanciels différents, selon l’interlocuteur. Dans l’extrait ci-dessous par exemple, on assiste à l’accumulation d’interrogatives orientées qui finissent par inscrire la réponse de l’invité à travers la mise en scène de sa voix. L’emploi des adverbes « sereinement » et « effectivement » contribue à contraindre le cadre de réponse, puisqu’on associe à la réponse affirmative des implications liées à l’ethos. L’invité pour sa part, s’il n’accepte pas de se conformer aux attentes imposées par la question, accompagne l’enchaînement de nombreuses marques de modalisation (j’aurais tendance à vous dire, je suis pas sûr) qui atténuent son engagement énonciatif et semblent attribuer la responsabilité du désaccord à l’animateur (mise en cause de la formulation de la question).

(8) Çvg1

A :

[…] d’abord je me tourne vers Jean Glavany et vers votre collègue UMP est-ce que vous avez le sentiment que cette question de la burqa on en parle depuis un an il y a eu pas mal de polémiques et de débats est-ce que euh vos divergences est-ce que vous êtes en quelque sorte très réconciliés sur ce sujet est-ce que vous avez évolué est-ce qu’aujourd’hui vous dites très sereinement oui effectivement il est temps de légiférer sur le port de la burqa dans les espaces publics Jean Glavany (2s)

JG :

telle que vous posez la question j’aurais tendance à vous dire non je suis pas sûr que nos points de vue se soient rapprochés je ne sous-estime pas ce problème/ mais je veux dire à la fois que compte tenu de l’état de la société française telle qu’elle se trouve aujourd’hui telle que nous la vivons dans nos circonscriptions sur le terrain au jour le jour dans nos permanences avec cette espèce d’angoisse profonde économique et sociale ce chômage en hausse vertigineuse ce pouvoir d’achat qui stagne les inquiétudes sur les retraites sur le déficit public une insécurité qui va de mal en pis si j’ose dire/ euh bon la focalisation du débat sur ce problème aussi sérieux soit-il/ a quelque chose de extraordinaire au sens de pas ordinaire presque malsain je dirais

25Dans l’extrait suivant, en revanche, la question de l’animateur est orientée par la justification qui suit l’interrogative. Si l’invité choisit ici l’enchaînement « préféré », il ne manque toutefois pas de contredire en quelque sorte le présupposé concernant l’absence de consensus, opérant ainsi une inversion argumentative signalée par le connecteur mais :

(9) Çvg2

A :

[…] Jean-Paul Garraud est-ce que ce soir/ vous êtes déçu (.) parce que le rêve c’était d’avoir un consensus républicain autour du sujet et il n’a pas eu lieu

JPG :

oui il est fort dommage qu’on n’ait pas un fort consensus mais en réalité c’est un consensus qui qui ne le dit pas […]

26On peut observer en outre que, dans sa question, l’animateur emploie une expression verbale (vous êtes déçu) qui sollicite un état émotionnel chez l’interlocuteur. Nous avons pu remarquer une certaine fréquence de ces énoncés émotionnels, non seulement chez l’animateur, mais aussi chez les débatteurs : on a un petit peu peur, ce qui me fait peur, ce qui nous a choqués, ce qui me trouble, etc.. Ces marqueurs lexicaux de l’émotion affichée (ou attribuée) produisent un effet dramatisant et fonctionnent en même temps argumentativement, en ce qu’ils peuvent justifier une prise de position ou faire appel à l’empathie de l’interlocuteur ou du public (Doury 2000 : 268-272).

• Activité de réfutation

27Dans ce cas, l’animateur s’engage personnellement dans la discussion en formulant des objections ou en produisant des contre-arguments sous forme d’assertions.

28(10) Çvg1

DS :

[…]mais je veux dire je pense qu’il faut lancer des enquêtes sociales pour déterminer ceux qui poussent à faire en sorte que les femmes portent le niqab ou la burqa=

A :

=la plupart disent qu’elles sont libres excusez-moi mais [euh

DS :

[la plupart disent qu’elles sont libres ben/ évidemment elles sont vous allez dans la secte de Raël [où la femme vous dira qu’elle est libre] donc euh

VRD :

[exactement bien sûr]

Cf. :

[et on va pas interdire la secte de Raël pour autant]

DS :

voilà donc mais je pense que ça demande comment dire une autre méthode/[…]

29Dans l’extrait ci-dessus, l’objection de l’animateur, accompagnée d’un acte réparateur (l’excuse), est immédiatement repoussée par l’invité qui d’ailleurs reçoit le soutien et l’assistance argumentative de deux autres invités. L’intervention de l’animateur produit donc la formation d’une « coalition » en désaccord avec son propos, coalition réunissant d’ailleurs des acteurs qui ne partagent pas le même point de vue sur la question liée à la loi d’interdiction générale. Il semblerait que, dans de pareils cas, l’animateur n’insiste pas sur sa position et laisse tomber son objection sans entamer une négociation.

Interventions liées à la gestion des trous de parole

30L’animateur travaille constamment à la définition du cadre polémique dans lequel s’inscrit la situation de communication. L’allocation des tours de parole est donc soumise à la logique de conflictualité qui domine l’échange.

31La confrontation entre les interactants peut être sollicitée directement, comme dans l’extrait ci-dessous, où l’animateur thématise le désaccord exprimé au moyen d’indices non verbaux par l’un des invités et autorise en même temps ce dernier à prendre la parole :

(11) Çvg2

C :

[…] ma question elle est la suivante en 2040 tous les experts disent que que les musulmans seront plus importants que les Français de souche et que les Européens de souche en Europe/ on sera toutes obligées de porter la burqa/ [c’est ça/]

A :

[Mohammed Bechari n’est pas d’accord hein/]

MB :

ce sont les thèses du Front national ça ce sont les thèses du Front national ça

ou encore, en 12, lorsqu’il explicite la cible de la mise en contradiction que la députée de l’UMP avait attribuée à une instance plus générale (des gens qui disent) :

(12) Çvg1

32VRD : […] alors en face de nous en fait il y a une posture c’est-à-dire qu’il y a la posture des gens qui disent je voudrais bien mais je peux point euh je voudrais bien parce que je trouve que c’est important que c’est intéressant les femmes c’est important mais en même temps j’ai pas envie parce que finalement je veux pas faire plaisir à la droite donc ça c’est la posture/ la réalité

A :

hm vous parlez de Jean Glavany

VRD :

oui oui bien sûr

JG :

c’est une caricature mais pas posture ça c’est pas du tout ma position

VRD :

c’est une posture vous avez trop peur que Nicolas Sarkozy puisse vous [vous caler]

JG :

[non c’est pas du tout ma position]

33Au-delà des stratégies employées par l’animateur, la mise en spectacle du conflit verbal et le traitement du dissensus se réalisent également à travers les négociations qui surgissent de manière plus spontanée et imprévisible, au niveau local, entre les participants, et qui portent sur des aspects ponctuels de l’interaction : négociation des tours de parole, de signes ou de concepts.

34Les stratégies analysées contribuent à la mise en place d’un cadre de questionnement et de sollicitation de parole orienté vers la création d’une scène polémique qui devrait renvoyer l’image d’un espace discursif démocratique. En effet, par la confrontation d’opinions sur le mode rationnel de l’argumentation, le débat symbolise l’idée de démocratie et permet aux médias de jouer un rôle citoyen (Burger 2009). Cette logique d’une symbolique démocratique qui se réaliserait dans le dire social est assertée explicitement par la voix du PDG de la chaîne parlementaire, Gérard Leclerc, qui, dans une interview parue dans Le Figaro, attribue aux programmes de LCPAN une mission éthique : « Nous voulons être la chaîne de l’événement politique, de la politique dans son sens le plus noble ». Or, il reste bien évidemment à s’interroger sur l’efficacité de ce dispositif de médiation dans la construction d’un espace social pourvoyeur d’identités citoyennes et sur ses limites dans le cadre de la représentation des événements du monde réel.

Auteur

Università di Trento

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540