Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Sémantique

La traduction française de un-s devant substantif non métrologique dans Las últimas banderas d’A.M. de Lera

Etude des principales variations (ségrégation et quantification)

Francis Tollis

Résumé

El que enseña la traducción del español al francés sabe que, según los entornos cotextuales y contextuales, un-s da lugar a varias opciones. El texto de Las Últimas banderas de A. M. de Lera confirma concretamente que las soluciones más fáciles de prever son sin sorpresa (y por orden de frecuencia) quelques, des, plusieurs, certain-s, divers-s. Pero propone otras más, que se pueden agrupar bajo las distintas orientaciones siguientes 1) traducciones que conservan la segregación pero no el plural (4) ; 2) traducciones que no conservan la segregación pero sí el plural (2) ; 3) traducciones que proponen un sintagma no sustantivado (2) ; 4) otras posibilidades ; 5) abandono de un-. Más aún, a veces ocurre que un mismo sintagma reciba hasta cuatro tratamientos distintos. Limitándose al caso de los sustantivos sin relación con la metrología, el presente artículo se propone examinar dichas alternancias, comentarlas e interrogarse sobre el porqué de tal diversidad con sintagmas idénticos.

Texte intégral

  • 1 . Barcelone, Ed. Planeta («Autores españoles e hispanoamericanos»), 410 p. Sa première publication (...)
  • 2 . Voir ONE71.

1Tout enseignant d’espagnol sait d’expérience que, selon les environnements cotextuels et contextuels, un-s est susceptible d’être rendu différemment en français. Le phénomène sera illustré ici à partir du roman Las últimas banderas d’Ángel María de Lera1 et de sa traduction Les derniers étendards, due à Jean-Jacques Villard (Paris, Albin Michel, 1969, 363 p.), parce qu’il offre l’avantage d’avoir fait l’objet d’une saisie informatique et donné lieu à la réalisation d’un concordancier 2.

  • 3 . En effet, d’autres encore y apparaissent, que l’on peut regrouper sous les rubriques suivantes : (...)

2L’examen de ce texte confirme bien que les solutions les plus attendues, même si elles sont loin d’être les seules3, sont sans grande surprise quelques, des, plusieurs, certain-s, divers-s (par ordre de fréquence), mais aussi qu’à maintes reprises il en propose plusieurs pour un syntagme inchangé.

  • 4 . Le renvoi au texte original (en x.y) se fait par page et par ligne, le renvoi à la traduction (en (...)

3Espace oblige, ce sont exclusivement ces variations qui seront ici abordées. Sont-elles motivées, voire justifiées, ou plus aléatoires ? Sans prétendre répondre à la question, nous essaierons au moins, non sans quelque imprudence, d’analyser les raisons qui peuvent avoir engendré pareille diversité4. En 1995, nous n’avions parlé que de un-s devant des substantifs du type sémantico-référentiel pluralia tantum. Ils seront au contraire exclus ici, et, faute de place, seul sera traité le cas des substantifs non métrologiques (sans rapport avec la mesure).

L’alternance {quelques} ~ {de(s)} 

Dans la traduction de unas mujeres (2)

4Dans ses deux occurrences, ce syntagme se voit traduit soit par {quelques femmes}, soit par {des femmes}. D’emblée, la question se pose de savoir si, de ce changement d’interprétation ou d’expression, il est possible de trouver une raison dans l’environnement applicatif ou dans l’intention de l’auteur, éventuellement du traducteur.

5Voici les originaux :

[1]

Siguió otra pausa. Se oyó hablar a unas mujeres y también alguna voz de hombre. Desde donde estaban no podían vigilar la carretera (342.26)

{Il se tut. On entendit quelques femmes parler et aussi une voix d’homme. D’où ils étaient ils ne pouvaient pas surveiller la route (T303)}

[2]

— Pero, ¿ quién puede hacer daño a unas mujeres y a unos niños ?

Nadie, Rosina (362.21)

{— Mais qui peut faire du mal à des femmes et des enfants ? Personne, Rosina (T322)}

6Au départ, dans l’un comme dans l’autre, il est à peu près assuré qu’un-s est pratiquement requis d’office, pour un impératif strictement formel qui est -d’assurer au syntagme sa viabilité énoncive. En pareil cas – même si, de fait, cette priorité n’exclut pas forcément toute retombée expressive –, dans sa présence (voir Tollis, Du Un au multiple…, 401-407) il est extrêmement difficile de voir la trace signifiante de quelque intention sémantique particulière de l’auteur espagnol.

La traduction en {des}

7De ce point de vue, dans l’idiome d’arrivée, la deuxième des deux traductions en alternance, en garantissant, sans autre prétention, le même type de viabilité, fait telle quelle l’affaire, d’autant plus que, référentiellement, les exigences sont minces. En effet, [2] n’est là que pour rassurer une jeune fille qui est sur le point de fuir en voiture vers Alicante avec sa mère et ses frères, dans la crainte du pire : il se limite à désigner, collectivement, les deux sous-groupes de la population civile que les horreurs de la guerre épargnent d’ordinaire, du moins tant que les bonnes manières sont respectées.

8Là où l’espagnol maintient pourtant l’indépendance des deux syntagmes coordonnés, la traduction procède, remarquons-le, à une amorce d’amalgame. Dans l’original, conjuguée à l’impact sémantique de la ségrégation, la répétition de leur construction prépositionnelle (en a) vient en quelque sorte renforcer à la fois leur discrimination et leur autonomie de part et d’autre de la conjonction y. Au total, la phrase initiale place réellement au poste de complément (secondaire) deux entités additionnées, et non une seule bipartite.

9Dans cette même configuration – et sous réserve d’inventaire – il est probable que le français laisse une plus grande liberté de manœuvre. Par là, comme le suggèrent déjà sa conformation et son étymologie, des se révèle donc un instrument bien à part du un-s qu’il sert souvent à traduire. Certes, il a des exigences moindres, mais jamais il n’est en mesure d’exprimer comme lui une ségrégation accusée. Profitant au maximum de cet avantage, le traducteur a pour son propre compte préféré coordonner les deux syntagmes en les plaçant en bloc derrière la même préposition à, et mentionner ainsi les deux référents au sein d’un seul et même alvéole syntaxique. Mais cette économie tolérée n’a fait que renforcer la déségrégation à laquelle condamne, en pareil cas, l’absence d’un véritable homologue de un-s en français actuel.

La traduction en {quelques}

10Avec [1], outre qu’on passe d’un complément secondaire à un primaire, on se trouve dans un tout autre cas de figure. Référentiellement, on ne vise ici aucune classe ; on ne fait allusion qu’à des personnes non identifiées, et d’ailleurs probablement non identifiables – la distance s’y opposerait. Mujeres, en effet, ne prétend pas désigner des individus, mais seulement des êtres distingués par leur sexe, d’ordinaire assez aisément reconnaissable, justement, à partir de la voix. Le syntagme en cause est bien là pour introduire un référent nouveau venu, très important pour tout observateur aux aguets, mais il a donc une mission, une prétention plus typifiantes qu’individualisantes. Cet ensemble de circonstances se serait sans aucun doute satisfait sans distorsion ni déficit d’un des. On est donc amené à se demander pourquoi, ici, la traduction lui a préféré {quelques}. 

11La phrase concernée contient à nouveau deux syntagmes coordonnés, mais, cette fois, ils ne sont pas exactement symétriques, puisqu’ils présentent trois sortes de divergence. Premièrement, les référents qu’individuellement ils visent ne sont pas strictement jumelés, dans la mesure où leur introduction et leur saisie ne sont pas réellement parallèles : le second est présenté, en décalage, comme surajouté, après y también et non plus y tout court. Deuxièmement, ils ne portent pas le même nombre. Troisièmement, c’est un composé de un-, alguna, qui sert de déterminant à voz de hombre.

12Précisément, l’apparition de cette dernière forme à la place de la forme primitive una ne doit rien à des impératifs formels. Pour rendre convenablement compte de son apport, il faudrait déjà bien dominer la différence qu’il y a de l’une à l’autre. En disant que la plus simple opère une ségrégation pure, et que la moins simple opère une ségrégation étoffée, on n’a sans doute rien fait qu’expliciter la différence de leurs signifiants. C’est une question sur laquelle nous nous sommes déjà antérieurement penché, mais jusqu’ici nous n’avons parlé que de la prétendue « négativité » de la seconde et de l’éventuel « problematismo » qui lui est parfois attribué (Tollis, « Remarques… » et « À propos… »). Nous nous contenterons donc d’en dire ici ce que nous croyons qu’un hispanophone suffisamment distancié du langage parviendrait, intuitivement, à en dire : qu’avec un-, on ne manifeste guère qu’une visée, dégagée de son point de fuite ; et qu’avec algun-, en revanche, quelque chose de ce qui est visé prend déjà corps. C’est peut-être à cette impression – à confirmer – que l’on doit la conviction que tout item désigné par un syntagme en algun- acquiert un degré de prégnance (plutôt que de réalité) supérieur à celui qu’il a lorsqu’il est désigné par un syntagme en un-, de quelque détermination référentielle qu’il s’accompagne.

13Cela peut-il aider à comprendre pourquoi alguna voz a un meilleur rendement expressif que una voz ? La situation, ici, est abondamment explicitée par le cotexte : avant d’aller plus avant dans leur entreprise, les deux personnages, associés pour la circonstance, sont sur leurs gardes, attentifs (El guía […] escuchó y escudriñó ; 341), inquiets (a lo mejor traen aquí un retén de Regulares ; Pero la verdad es que no se sabe nada de cierto ; 342), extrêmement prudents, et comptent sur l’obscurité pour les protéger (se metieron en el espeso cañaveral; Ahora a esperar a que se haga un poco más de noche ; 341). En pareil cas et en plein conflit armé, on le conçoit, tout bruit, tout mouvement, tout indice d’une présence prend une importance cruciale.

  • 5 . Les commentaires sur lesquels s’achève le présent paragraphe 1.1.2 ont bénéficié d’une remarque d (...)

14Lorsque, dans la nuit, on doit s’en remettre à son oreille, il semble assez naturel que des voix féminines, même multiples, inquiètent moins qu’une voix virile. Certes, algun a ne suggère pas forcément que cette voix ait été unique5 : dans un contexte de peur et d’imprécision perceptuelle, il peut tout aussi bien indiquer que ladite voix paraissait comme distribuée, que ce soit temporellement (de temps en temps) ou spatialement (par-ci, par-là). Certes, par contraste avec les conversations féminines, cette discontinuité ne la faisait apparaître ni comme massive, ni comme collective, ce qui aurait été de plus mauvais augure encore. Il n’empêche, même dans cette émergence intermittente éventuelle, elle attestait la présence d’un ou de plusieurs possible(s) porteur(s) d’arme. En écho au non alignement syntaxique des deux syntagmes, cette hiérarchie entre les voix de femme et leur homologue masculine, ici vitale, a donc pu peser sur le choix des deux déterminants français, dans la mesure où la succession {quelques} - {une} était de nature à faire percevoir par le lecteur une certaine dimension de la situation dramatique.

15Cela dit, faire passer dans la traduction quelque chose de ce qui sépare unas mujeres de alguna voz de hombre – à la fois dans le monde de référence et dans la signifiance –, n’était envisageable que de deux façons : soit en changeant de déterminant d’un syntagme à l’autre, comme dans le texte original, soit en jouant autrement. Soulignant avant tout le contraste quantitatif, le traducteur a d’emblée choisi {quelques} pour le premier syntagme, là où il aurait tout aussi bien pu s’en tenir à {des}. Dans le droit fil de ce choix initial, changer de déterminant pour alguna voz de hombre l’a assez spontanément conduit vers {une}. Il faut dire que, s’il n’avait pas privilégié tout de suite le quantitatif et avait commencé par {des}, il lui aurait fallu songer à traduire alguna voz autrement : par exemple, comme s’il y avait eu une expression originale plus explicite du type « alguna que otra voz », qui aurait nettement mis l’accent sur son caractère distribué.

16Au total, même si, dans les circonstances du récit, l’irruption d’une quantification peut paraître acrobatique, sinon inadaptée, elle s’offrait au moins comme un moyen de corser le contraste entre une conversation de femmes et un être mâle dont on percevait la voix de manière discontinue.

Dans la traduction de unos chumbos (2)

17Ici encore, on a un couple d’exemples :

[3]

— Deja el niño en la cama y echa unos cuantos chumbos y pan en un talego, y prepara también un botijo con agua […] (329.9)

{— Mets le bébé dans le lit et prépare quelques figues et du pain dans un sac, et puis aussi un cruchon d’eau (T291)}

[4]

Lo que no podemos ofrecerle es nada aparente para cenar. Sólo unos chumbos y pan… (329.17)

{Ce qu’on peut vous offrir pour dîner est maigre, seulement du pain et des figues… (T292)}

18Dans les deux cas, le choix lexical du texte original amène une indéniable perspective sémantique de quantification : dans le premier, cuantos introduit l’égrènement individuel des fruits proposés, et par là suggère que leur ensemble n’est pas bien fourni ; dans le second, où il signale la maigreur de la pitance disponible, c’est sólo qui en est responsable. De l’un à l’autre, cependant, une différence se repère : d’un côté, cuantos concernant le nombre des figues, on a affaire à une quantification absolue ; de l’autre, sólo soulignant plutôt le déficit qualitatif du menu que la faible quantité de ce qu’il propose, la quantification devient, dirons-nous, relative. C’est peut-être ce qui a orienté la traduction successivement sur {quelques}, puis sur {des}.

19Mais elle a encore divergé en altérant l’ordre des éléments coordonnés. En effet, à unos chumbos y pan… de [4], elle a préféré {du pain et des figues}, alors que unos cuantos chumbos y pan de [3] est passé tel quel à {quelques figues et du pain}. Pourquoi ? Dans nos sociétés, à défaut de mieux le pain demeure encore à la fois l’aliment de base et le symbole de la survie. Cette double fonction sociétale et vitale a-t-elle pu inciter le traducteur à prendre tactiquement le contre-pied de l’original, en déplaçant sa mention en tête du syntagme coordonné ? On peut au moins se poser la question.

Dans la traduction de unas palabras (2)

20C’est à nouveau à un couple d’exemples que nous avons affaire :

[5]

Valdivia se acercó a él y le dijo unas palabras, señalando después a sus dos prisioneros (409.26)

{Valdivia s’approcha de lui et dit quelques mots en indiquant les prisonniers (T363)}

[6]

Y de nuevo le salieron a Federico unas palabras que él ignoraba : […] (385.29)

{De nouvelles phrases involontaires échappèrent à Federico […] (T342)}

21La confrontation se doit ici d’être globale. Car, d’un passage à l’autre, le traducteur ne s’est pas limité à changer le déterminant de palabras. En effet, de [5] il a escamoté le complément secondaire le : si c’est parce que ces propos ne sont pas explicités, encore moins détaillés, on pourrait opposer que le geste de montrer les prisonniers est bien ciblé et non en l’air. Quoi qu’il en soit, cela aboutit à une sorte de désincarnation, de décontextualisation des choses, alors même que le possessif et le numéral sus dos devant prisioneros, tous deux pareillement escamotés, tendaient bien à rendre la scène réellement habitée.

22Cela dit, de [5] à [6] le contexte change, la traduction de palabras aussi. Dans le premier, on reste dans le cadre d’un échange naturel, apparemment peu marqué par la peur, et Valdivia peut avoir la maîtrise de ses {mots}. Dans le second, au contraire, la parole échappe pratiquement au personnage comme s’il n’en avait pas le contrôle ; du reste, quelques lignes plus tôt, alors qu’on lui fait lever les mains en l’air, il s’est lui-même surpris à crier sans l’avoir réellement voulu (quedó sorprendido al oírse decir — « ¡ Arriba España ! » […]) ; et dans cette situation périlleuse, dans l’urgence, il enchaîne aussitôt sans conviction ni réflexion. En l’occurrence, en présence d’une réaction verbale plus globale qu’analytique, il pouvait difficilement s’agir de mots bien calibrés, et mieux valait en effet opter pour {phrases}.

23Au passage, on pourrait encore remarquer que rendre que él ignoraba par {involontaires} mise beaucoup sur l’intention, et peut-être pas assez sur l’inconscience.

L’alternance {quelques} ~ {des} ~ {plusieurs}

Dans la traduction de unos disparos (4) et de unos tiros (2)

La traduction des deux termes

24Une première remarque s’impose, qui concerne le terme choisi pour ces deux substantifs. {Coups de feu} apparaît pour les deux occurrences de tiros, une fois à la place de disparos, {coups de fusil} deux fois pour disparos, dont une, il est vrai, avec le développement du syntagme en disparos de fusil (194.28), {coups} tout court à la place du quatrième disparos.

25Dans sa deuxième acception et ses dérivés, Moliner définit pourtant tiro à partir de son concurrent : « Disparo de un arma. Particularmente de una arma de fuego. Sonido que produce el disparo de una arma de fuego. Chique del proyéctil. Huella o herida que produce ». Quant à disparar, sa première acception donne : « Lanzar un proyéctil con una arma », sans retenir ni privilégier son application aux armes à feu. Dans cette approche dictionnairique, on ne voit donc pas ce qui peut avoir amené le traducteur à changer {coup de feu} en {coup de fusil}.

26Le recours au texte permet-il de comprendre le phénomène ?

[7]

Se veía a la plaza salpicada por innumerables transeúntes que se agrupaban, se desparramaban […]. De pronto sonaron unos disparos y, casi simultáneamente unas ráfagas de ametralladoras, y en seguida se generalizó un tiroteo rabioso, un duelo entre las tropas que […] (155.28)

{La place était parsemée d’innombrables groupes de passants qui se joignaient puis se disloquaient […]. Des coups de feu claquèrent soudain et presque aussitôt quelques rafales de mitrailleuses ; cela se transforma en une fusillade rageuse, duel entre les troupes qui […] (T141)}

27Ici, avant de recevoir de nouvelles précisions perceptives, disparos semble bien servir de générique : si tel est le cas, {coups de feu} était donc bien adapté.

28On a précédemment dit que le traducteur a même une fois choisi {coups} tout seul :

[8]

Pero ya es tarde. Antes de que él pueda interponerse entre sus hombres y la víctima suenan unos disparos y […] (169.23)

{Trop tard ! Avant qu’il ait pu s’interposer entre ses soldats et leur victime, plusieurs coups ont claqué et […] (T152)}

29En revanche, dans

[9]

Siguió una pausa tensa durante la cual volvieron a oírse unos disparos poco nutridos en las cercanías (195.23)

{Il y eut un moment de silence intense, durant lequel on perçut de nouveau quelques coups de fusil isolés dans les environs (T175)},

c’est {coups de fusil} qui est préféré. Il est vrai que sa détermination par poco nutridos tendait à faire interpréter ces disparos comme émanant de fusils plutôt que d’armes plus puissantes.

30Quant aux deux occurrences de tiros, elles n’ont donné lieu à aucune alternance lexicale, mais cela ne peut s’expliquer par de simples descriptions lexicographiques, qui ne lui accordent ni plus ni moins de généralité ou de particularité qu’à disparos.

Le choix des déterminants

31Il oscille entre {quelques}, {des} et {plusieurs}, les premier et dernier faisant prévaloir la quantification.

32Du côté de tiros, tout d’abord, la deuxième option l’emporte dans

[10]

Otra vez nos quedamos callados porque sonaron en aquel momento unos tiros en la vaguada (180.3)

{On est encore resté un bout de temps sans rien dire, vu qu’à ce moment des coups de feu ont claqué dans le ravin (T161)}

33Il est vrai que, ici, l’essentiel était d’évoquer l’inquiétude provoquée par (porque) cette menaçante perception sonore. Mais {des} apparaît également autour de disparos dans [7].

34Précédemment commenté, ce dernier passage et sa traduction sont destinés à signaler l’insécurité d’une traversée en zone militaire urbaine, et donc avant tout à qualifier un état des lieux, sans souci de pondération aucune.

35La quantification est préférée, en revanche, dans les 4 + 2 autres occurrences : {quelques} s’est imposé pour

[11]

En el silencio expectante que se produjo entonces pudieron percibirse nítidamente unos disparos de fusil mezclados con pespunteos de ametralladora (194.28)

{Un silence. Tous tendirent l’oreille. Ils purent alors percevoir nettement quelques coups de fusil mêlés au tac-tac-tac des mitrailleuses (T174)}

36La qualité de la perception permet une netteté de la description qui fait écho à une analyse plutôt fine, portée à discriminer les différents bruits et leur part relative dans l’ensemble. Sans être forcément sa seule explication, c’est une circonstance qui pouvait bien favoriser l’option quantificatrice ; d’autant d’ailleurs que, cette fois, on n’a plus affaire au verbe de la manifestation sonore, sonar, qui à quatre reprises introduit tiros et disparos, mais au verbe de perception générique par excellence, percibirse, qui met davantage l’accent sur les armes et les soldats que sur les bruits produits, et stigmatise une ambiance subjectivement vécue plutôt qu’une réalité distante.

37Évidemment, d’autres altérations de la traduction s’expliquent sans doute par la volonté de surdramatiser la scène : le redécoupage syntaxique facteur de morcellement, avec les pauses prosodiques qu’il induit, est indéniablement créateur de suspense.

38En [9] et cette fois en présence de oírse, autre verbe de perception moins générique, on se trouvait sensiblement dans une situation comparable à la précédente. Néanmoins, le maintien du verbe sonar n’empêche pas le surgissement de {plusieurs}, comme on l’a vu dans [8]. Singulier d’apparence, ce choix n’est sans doute pas étranger au sentiment d’imparable que provoque, dans ce passage, l’exécution instantanée d’un ordre trop hâtivement donné.

Dans la traduction de unos camiones (4)

39Ce syntagme lui aussi connaît cette même triple variation, que l’on pourrait justifier sans trop de difficultés. {Des}, par exemple, correspond à une simple description :

[12] Pasaron unos camiones chirriando por la calle (279.28)
{Des camions passèrent en grinçant dans la rue (T249)}.

40Il en va tout autrement pour les deux autres solutions, qui se suivent : {quelques} découle sans doute d’un parti pris de pondération en rapport avec l’enjeu dans un contexte de combat ; {plusieurs} figure dans une reprise syntaxiquement averbale du même syntagme en {camions} :

[13] De pronto, unos camiones intentando desfilar, a toques de bocina y a los gritos de :
— ¡ Paso ! ¡ Paso !

Unos camiones descubiertos desde los que saludaban unos hombres portadores de picos
y palas (263.34)
{Soudain quelques camions tentent de passer à grand renfort d’avertisseurs et de cris ;
— Place ! Place !
Plusieurs camions découverts où saluaient des hommes armés de pelles et de pioches (T235)}

41Pourquoi ce choix, pourquoi ce refus d’aligner camiones sur hombres ? Difficile à dire, d’autant que, dans ces deux occurrences, on semble bien avoir affaire i) à des un-s à valeur introductive ou rhématique destinés à rendre compte d’un spectacle animé, et ii) à un même référent – le premier placé dans la perspective de sa seule action, le second dans celle de son contenu humain. Tout ce que l’on peut en augurer, c’est probablement qu’ils réalisent une sorte de crescendo entre les deux syntagmes qui se répètent. Mais pour quelles raisons et quels desseins ? Ce n’est pas aisé à saisir, pas plus que l’inversion des termes picos y palas en {pelles et pioches, malgré un nombre de syllabes des deux côtés identique.

42Avant de risquer quelques hypothèses, remarquons l’altération formelle imposée par la traduction à [13], qui, faisant passer de intentando desfilar à {tentent de passer}, a créé une structure verbale personnalisée dont est dépourvu l’original. En posant camiones comme sujet syntaxique, elle accorde sans doute au référent une autonomie spécifique – l’introduction d’une finalité, sinon d’une intentionnalité ne peut que la renforcer – qui tend à faire remonter l’individualité de chacun de ceux que unos, sans cela, saisit en un lot indivis et indistinct. À ce compte, il devient possible de combiner leur multiplicité vague à leur singularité qualitative, et {quelques} parvient alors à les assembler sans véritablement les compter, mais sans non plus les dissoudre dans leur ensemble. Ce changement, tout à fait discrétionnaire, n’est donc peut-être pas sans relation avec le choix du déterminant. Cela dit, il est oiseux de chercher à savoir laquelle des deux choses a entraîné l’autre, le mieux étant d’y voir deux des moyens instrumentaux que le traducteur a jugés plus ou moins spontanément les mieux à même d’exprimer optimalement ce qu’il a personnellement saisi du texte de départ.

43De toute façon, à leur tour, ni l’un ni l’autre ne saurait lui-même être complètement isolé de la locution adverbiale De pronto qui ouvre la phrase. Car selon ce dont on la fait suivre, celle-ci ou sa traduction française concourt à un effet sémantique global qui peut varier sensiblement. Dans l’original, la soudaineté n’est guère que celle de l’apparition des camions, que l’observateur ne voyait pas et qu’il a découverts {soudain} : subjectivement, elle concerne avant tout le spectateur ; objectivement, elle ne concerne guère le mouvement qui les anime. On voit mal d’ailleurs comment il pourrait en aller autrement dans un défilé largement entravé par une foule enthousiaste et motivée (intentando et le ¡ Paso ! répété qui suit, ne sont là que pour souligner cette difficulté).

44La traduction adoptée mentionne les camions à part de leur mouvement, mais ne les mentionne qu’en raison de ce mouvement. Ayant donc du mal à éviter -l’extension de la soudaineté à cette opération, elle ne gomme peut-être pas complètement le risque de contradiction entre la soudaineté et la probable lenteur du défilé.

45Pour en finir avec unos camiones, on a en outre une sorte de contre-exemple, qui fait apparaître {l-s } :

[14] Al día siguiente, nos echaron los tanques encima y nos achucharon tan fuerte que quedó copado más de medio batallón. Que nos hicieron prisioneros, vaya. Eso fue al caer la tarde. Después de desarmarnos nos mandaron formar para montar en unos camiones y llevarnos a retaguardia (182.15)

{Le lendemain, les chars nous sont tombés sur le râble et nous ont si bien aplatis que plus de la moitié du bataillon s’est fait paumer. Ils nous ont fait prisonniers. C’était au soir. Après nous avoir désarmés, ils nous ont dit de nous aligner pour monter dans les camions et être emmenés à l’arrière} (T163)}

46Ce refus clair et net de la ségrégation et son remplacement par une agrégation laissent perplexe. Pourquoi avoir ainsi ôté tout relief à ces véhicules militaires ? Pourquoi en avoir fait des items intégrés dans le paysage narratif ? C’est d’autant plus difficile à imaginer que cotexte comme contexte rendaient cette option plutôt imprévisible.

47En effet, cet énoncé fait partie du long monologue d’un combattant du camp républicain qui raconte deux choses : i) comment, à la suite de plusieurs défis verbaux lancés de part et d’autre de la ligne de front, ils ont fini par inviter au P.C. du bataillon, avec l’accord de la hiérarchie (le commandant du camp et le commissaire), trois des combattants d’en face (deux sous-lieutenants et un sergent) à venir se goinfrer d’une opulente paella, copieusement arrosée ; ii) comment malgré cela, dès le lendemain soir, ils ont fait l’objet d’une attaque aussi sévère qu’inattendue.

  • 6 . L’un des sous-lieutenants ennemis invités la veille lui donne sa chance en l’aidant à se sauver.

48Témoin privilégié de cet épisode contrasté, le conteur rescapé6 y voit un exemple même de « lo que son las cosas y los sinfustes que han ocurrido en nuestra guerra ». Dans ces conditions, il était bienvenu de sa part de régler ses choix verbaux en sorte de donner du relief à ce qui avait subjectivement le plus d’intérêt, et de ménager ainsi l’effet de surprise. On s’étonne donc du réajustement interprétatif de unos camiones en {les camions}. Certes, on pourrait toujours arguer que, ayant été envoyés précisément à cette fin, ces camions ne manquent pas de notoriété pour les organisateurs du transfert. Il n’empêche : pour les combattants qui y ont été embarqués, leur découverte, comme celle de ce transfert, réellement inquiétants, n’avaient rien de franchement banal.

La variation {quelques} ~ {des} ~ {plusieurs} ~ {un certain nombre} dans la traduction de unos hombres (6)

49De tous ceux qui ont été examinés ici, ce syntagme est celui qui présente la plus grande variation. On l’a déjà vu ci-dessus en [13] à propos de camiones, traduit pas {des} ; on le retrouve une autre fois dans

[15] Al fin sudorosa y desencajada, empezó a ceder. Unos hombres la alzaron en brazos, y entonces pudieron ver todos la gran mancha húmeda que había
dejado sobre el negro pavimento de la carretera (141.13)
[Elle finit par céder, en sueur, défigurée par la douleur. Des hommes la prirent dans leurs bras. On put voir alors la grande tache humide qu’elle avait laissée sur la chaussée noire (T129)}.

50Requis pour des raisons formelles, unos n’a que faire ici de quantification : en pareil cas, la solution française correspondante (mais non homologue) reste, toute ségrégation bue, {des}, qui rejoint donc à son tour celui qui a servi à traduire le unos hombres déjà mentionné de [13].

51Les autres rencontres, en revanche, ont globalement privilégié trois sortes de déterminants qui orientent nettement vers la quantification. Le cotexte et le contexte le justifient-ils ? {Quelques} n’est présent qu’une seule fois pour

[16] Nada más entrar allí, Federico se percató del ambiente confuso, contradictorio y temeroso que predominaba. […] Presionando en busca de la línea de menor
resistencia entre los que se agolpaban en el mostrador, pudo al fin asomarse a él. Al
otro lado de la barrera atendían al público unos hombres viejos y cansados que no
parecían tener el menor interés en su trabajo (69.31)
{À peine entré, Federico se rendit compte de l’atmosphère confuse, contradictoire et craintive qui régnait en ce lieu. […] Après avoir tâtonné pour trouver le point de moindre résistance parmi ceux qui se tassaient le long du comptoir, Federico put enfin y parvenir. De l’autre côté le service était assuré par quelques vieillards fatigués qui semblaient ne s’intéresser aucunement à leur travail […] (T65)}.

52La situation anarchique et chaotique comme le cotexte sont tout à fait de nature à faire imaginer que l’offre était très en dessous de la demande. Dans cette optique, il était assez bienvenu de réorienter unos hombres vers une interprétation qui vienne en souligner l’évidente insuffisance numérique.

53Dans deux cas, c’est cependant {plusieurs} qui apparaît, chaque fois lorsque la scène évoquée est empreinte d’une certaine gravité. Pour ce qui est de

[17] Tomás detuvo el coche de un brusco frenazo e, inmediatamente, surgieron de las sombras unos hombres armados que los enfocaron con sus linternas (269.14)

{Tomas arrêta la voiture d’un violent coup de frein. Aussitôt surgirent de l’ombre plusieurs hommes armés qui braquèrent leurs lampes sur eux (TT240)},

il est inutile de s’attarder : encore accru par l’effet des lampes aveuglantes, pareil surgissement nocturne a de quoi inquiéter. Encore ignorantes de la réalité, les personnes ainsi surprises pouvaient être spontanément portées à majorer la menace : dans cette perspective, {plusieurs} semblait mieux adapté que {des}, qui aurait trop escamoté leur inquiétude.

On ne saurait en dire exactement autant pour

[18] Eso mismo dice un gran cartel mural, donde se ven las figuras de unos hombres
cavando trincheras y levantando fortines (203.10)
{On lit la même chose sur un grand panneau où se voient plusieurs hommes creusant des tranchées et bâtissant des fortins (T181)}.

54Car le cotexte immédiatement antérieur et le contexte associé

([19] Vendedores de periódicos que gritan los títulos y las noticias. « ¡ En el frente del Tajo, nuestras gloriosas milicias infligen grandes pérdidas al enemigo ! » « ¡ Antifascistas, fortificad Madrid ! »

{Des marchands de journaux crient les titres et les nouvelles : « Sur le front du Tage, nos glorieuses milices ont infligé des pertes importantes à l’ennemi ! » « Antifascistes, fortifiez Madrid ! »}

montrent bien que cette presse engagée cherche ici à renforcer le moral des troupes. Devant ce souci de propagande, le traducteur pouvait bien être tenté par l’exaltation des symboles, et en venir à majorer l’évocation des ouvriers résistants représentés sur le grand panneau mural.

55Enfin, une seule fois, c’est {un certain nombre d’hommes} qui apparaît :

[20] De espaldas a la pared había unos cuantos hombres que sostenían en alto el brazo derecho (409.19)

{Dos au mur, un certain nombre d’hommes se tenaient le bras droit levé (T363)}

56Cela n’a rien pour surprendre, dans la mesure où, en nous faisant en quelque sorte entrer au cœur d’un groupe a priori massif, cuantos ici atteste à la fois un désir de quantifier et une incapacité à le faire avec quelque précision.

Conclusions

Rencontre énoncivo-énonciative et décision traduisante

57Ces quelques remarques incitent à croire que, en l’occurrence, les données morphosyntaxiques (formelles) dont le texte de départ accompagne un-s ne semblent pas réellement décisives en tant que telles. Qu’elles coïncident avec {quelques} ou {des} ou avec leur évitement, elles jouent essentiellement pour l’infléchissement qu’elles introduisent dans le contenu global de l’énoncé, et/ou par ce qu’elles révèlent du propos – conscient ou pas – du romancier.

58Si l’on admet que {quelques} est attaché à la quantification et {des} infiniment moins, leur alternance dépend largement de la prégnance du quantitatif dans le texte à traduire. En-deçà et au-delà, il arrive d’ailleurs que le premier ne le soit pas assez, et le second encore trop, ce qui entraîne alors leur remplacement.

59En extrapolant, si le traducteur se trouve quelque raison, généralement de nature sémantico-pragmatique, de ne pas s’en tenir expressément et exactement aux instruments linguistiques choisis par l’écrivain, il sait faire preuve de liberté, et en adopter pour son propre compte d’autres, proches ou plus éloignés. Certes, ce type d’initiative est largement minoritaire ; certes, chacune des solutions apparemment dérogatoires, n’est que l’une des possibles, et, pour un même cas, une autre serait parfois envisageable. Pour autant, elle est rarement immotivée.

De la constance à la circonstance

60Il y a donc lieu de repérer tout ce qui, de près ou de loin, peut favoriser ou contrarier la perspective quantitative : au premier chef, lorsqu’il s’en trouve, des indices cotextuels explicites ; à défaut, les autres apports énoncif et énonciatif implicites, qui, de leur côté, peuvent y concourir.

61Plus généralement, est également à prendre en compte tout élément thématique, référentiel, culturel, stratégique, argumentatif, narratologique, etc., susceptible de garantir une autonomie suffisante à chacun des items référentiels évoqués avec l’aide de un-s. En effet, comme le montre l’étude des effets discursifs diversifiés de ce dernier (voir Tollis, Du Un au multiple…), en associant la pluralisation à la ségrégation et en les contraignant à coopérer, ce déterminant fait fatalement prévaloir la discontinuité sur la massivité ; mais la multiplication des référents n’y gomme pas forcément leur particularisme. Si celui-ci résiste, il tendra à faire émerger la préférence quantifiante. S’il est carrément dominé, cette même préférence sera écartée et chacun des référents dissous, noyé dans l’amas de ses pareils.

62Les observations et les commentaires qui précèdent n’avaient d’autre objet que de montrer, au-delà des seuls ingrédients lexico-grammaticaux, la complexité et l’hétérogénéité des facteurs qui pèsent sur le choix du traducteur.

63ONE71 : réalisé et publié sur microfiches par David Mighetto et Per Rosengren, de l’université de Göteborg-Lund, en 1988, il contient le texte intégralement informatisé de onze romans espagnols parus entre 1951 et 1971, soit un million de mots graphiques.

Bibliographie

Tollis, Francis, 1995, « Algun- dans la perspective de un- : réflexions sur son “problematismo” », in Camprubi, Michel (éd.), Permanences et renouvellements en linguistique hispanique / Actes du VIe Colloque de linguistique hispanique (Toulouse, 18 et 19 mars 1994), Toulouse, C.R.I.C., Université de Toulouse-Le Mirail, p. 323-333.

— 1995, « Remarques sur les traductions françaises de uns devant les noms du type pluralia tantum dans Las Últimas banderas d’A. M. de Lera », Ibérica [Paris – Sorbonne], nouv. série, 55 (Le Linguiste et les traductions), p. 189-206.

— 1996, Du Un au multiple (du signifiant à son emploi) : le cas de un- adjoint en espagnol, Talence, Presses Universitaires de Bordeaux, v-x, I-XII-519 p.

— 1998, « À propos de la prétendue “négativité” de algún », in Delbecque, Nicole, De Paepe, Christian (éds), Estudios en honor del Profesor Josse de Kock, Leuven, Leuven University Press (« Symbolæ : Facultatis Litterarum Lovaniensis, Series A » 25), p. 519-528.

Notes

1 . Barcelone, Ed. Planeta («Autores españoles e hispanoamericanos»), 410 p. Sa première publication est de décembre 1987, mais l’édition concernée et manipulée ici est la dix-huitième, de juillet 1970. Ce livre, qui a obtenu le Prix Planeta 1967, porte sur la guerre civile espagnole, vue exclusivement du côté républicain.

2 . Voir ONE71.

3 . En effet, d’autres encore y apparaissent, que l’on peut regrouper sous les rubriques suivantes : traductions i) avec maintien de la ségrégation mais abandon du pluriel (4 options) ; ii) avec abandon de la ségrégation et maintien du pluriel (2) ; iii) avec désubstantivation du syntagme (2) ; iv) autres possibilités ; v) escamotage de un-

4 . Le renvoi au texte original (en x.y) se fait par page et par ligne, le renvoi à la traduction (en Tz), par page seulement.

5 . Les commentaires sur lesquels s’achève le présent paragraphe 1.1.2 ont bénéficié d’une remarque de J.  Gracia Barrón.

6 . L’un des sous-lieutenants ennemis invités la veille lui donne sa chance en l’aidant à se sauver.

Auteur

Francis Tollis est professeur émérite en sciences du langage à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il a publié ou dirigé divers ouvrages de linguistique hispanique, d’historiographie linguistique (sur Nebrija) et de linguistique générale, ainsi qu’une soixantaine d’articles dans ces mêmes champs de recherche.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540