Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Sémantique

Les deux réalisations phonétiques de ahí et leur rapport avec hay

Francisca Sol Puig

Résumé

El presente trabajo pretende aportar una reflexión, desde la perspectiva del significante, sobre los dos signos hay y ahí, parónimos y casi homónimos. No se diferencian sino por el elemento terminal semivocálico y palatal del primero, frente al elemento vocálico del segundo y por la pronunciación más enfática de la í debido a su carácter silábico y tónico. Ahí, sin embargo, por un efecto de sinéresis, se pronuncia a menudo ái. Ahí, por lo tanto, permite dos realizaciones fonéticas, ambas aceptadas por la Real Academia. Así pues, hay y la variante ai de ahí son verdaderos homónimos. Quizás esta similitud de significantes no resulte tan asombrosa si tenemos en cuenta la afinidad de sus significados.

Texte intégral

1Ce travail se présente comme une réflexion sur les deux réalisations phonétiques de ahí. Cet adverbe locatif, en effet, est prononcé soit avec un hiatus – ahí – soit avec une diphtongue – [ai̯]. S’agit-il réellement d’un seul signe, qui, sous certaines conditions, autoriserait deux prononciations différentes ? Ou plutôt de deux signes différents, et dans ce cas, comment s’inscrivent-ils dans le système de représentation de l’espace ? La réponse à ces questions implique une analyse de l’affinité qui existe entre la forme diphtonguée de l’adverbe – [ai]– et son paronyme hay, affinité qui se fonde sur le rapport à l’espace de ces deux signes.

  • 1 . R. Menéndez Pidal, p. 39 § 6.2

2¡Vete por ai! Estaba, está, anda o ha salido por ai ¡Ai está! ¡Ai va! sont quelques-uns des exemples d’emploi du morphème ai dans lequel celui-ci est défini, selon les rares grammairiens ou lexicographes qui abordent le sujet, comme une variante de ahí. Dans son Manual de gramática histórica española, en 1904, Ramón Menéndez Pidal rend brièvement compte de ce fait en ces termes : « Hoy la lengua culta permite la dislocación de acento en los adverbios aún, ahí, ahóra, por su carácter proclítico o enclítico « áun no es tiempo », « anda por ái », « áora llega. »1

3Dans sa Nueva gramática de la lengua española, La Real Academia Española, de son côté, considère en 2009 que :

  • 2 . RAE, p. 1316, § 17.8j.

En las construcciones que se acaban de mencionar es habitual que ahí se pronuncie como diptongo: /ái/. También se pronuncia de esta manera en otras construcciones en las que ahí es adverbio de lugar, pero aparece integrado en fórmulas lexicalizadas o semilexicalizadas.2

4Et elle distingue :

  • 3 .Ibid, § 17.8k.

Una variante de ahí en la que este adverbio está desemantizado y adquiere valor casi expletivo. En los textos que reflejan esta forma popular se usa a veces la grafía ai para hacer notar que se trata de elemento átono.3

5On remarque tout d’abord qu’en un peu plus d’un siècle, la prononciation de ahí avec une diphtongue [ai], est passé de ce qui était toléré (la lengua culta permite) à une pratique habituelle (es habitual que ahí se pronuncie como diptongo: [ái]), sans l’aval, toutefois, de la langue cultivée.

  • 4 .Gonzalo Correas, p. 340.

6Ceci dit, ce phénomène n’est pas nouveau puisque, déjà, Gonzalo Correas, dans El Arte grande de la lengua castellana (1625), observe que dans une partie du nord de l’Espagne on prononce [ai]: « Aí es de dos sílabas, aunque los Vascongados i Rrioxanos la hazen ditongo de una, i en libros antigos se alla i sola por ai. »4 Soit les Vascongados et les Rrioxanos de cette époque-là n’étaient pas, dans l’esprit de Menéndez Pidal, des représentants de la langue cultivée, soit Gonzalo Correas faisait plutôt référence au parler populaire de ces régions. Élucider ce point n’est pas le propos affiché ici, il s’agit simplement de souligner le constat ancien des deux façons différentes de prononcer ahí, cette prononciation diphtonguée ne fût-elle qu’un simple régionalisme.

  • 5 . Joan Corominas, José Antonio Pascual, s.v. ahí.
  • 6 . Francisca Sol Puig, Le morphème spatial « y » en espagnol ancien : approche sémantique.

7C’est en effet sous la forme ay que ce signe fait son apparition dans la littérature castillane. Selon le Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico de Joan Corominas la première documentation attestée de cet adverbe date du début du XIIIe siècle (Berceo, Vida de San Millán de la Cogolla, 57 et Santa Mª Egipciaca, également du début du XIIIe siècle)5. La première occurrence de la graphie ahí, dans le corpus qui a servi de base à la thèse de doctorat exploitée dans ces pages6, se présente dans le Libre d’Apolonio, également du XIIIe siècle, peut-être dans la seconde moitié du siècle.

Mas tanto fue. la duenya ſauia τ adonada
Que gano los dineros τ non fue violada.
Quantos ahi vinjeron τ aella entraron
Todos ſe conuertieron todos por tal paſaron
Nengun danyo nol fizieron. los Aueres lexaron
(Libre d’Apolonio, v. 418c-419c)

8Tout au long des deux siècles suivants on trouve les deux graphies ay et ahí, comme on peut le voir dans les deux exemples qui suivent, tirés de la Crónica del rey Alfonso décimo (XIVe siècle) :

É otrosí llegó ahí á Roa Nuño Ferrandez de Valdenebro con mandadería del Infante é de todos los ricos omes, (Crónica del rey Alfonso décimo, c. XXIII, p. 19)

É cuando el rey don Alfonso vió en la carta que dicie que era muerto el infante don Sancho, su fijo, tomó muy grand pesar ; é commo quier que lo non mostrase ante los que estaban ay, apartóse en una cámara solo, así que ome ninguno non osaba entrar á él, é comenzó á llorar por él muy fuertemente, (Crónica del rey Alfonso décimo, c. LXXVII, p. 65)

9Comment les locuteurs du Moyen-âge prononçaient-ils le mot : [ái̯] ou [a-í] ? la question mérite d’être posée.

10Il convient toutefois d’opérer une distinction entre langue écrite et langue parlée. En castillan moderne la première est de nature à faire apparaître de préférence la forme ahí, avec un hiatus. La forme diphtonguée, au contraire, trouve sa place, fondamentalement, dans l’oralité. Mais aucune des deux langues, en définitive, n’a l’apanage de l’une ou de l’autre forme.

  • 7 .M. Moliner, s.v. ahí.
  • 8 . Manuel Seco, Olimpia andrés, Gabino Ramos, s.v. ahí et s.v. ir.

11Cette liberté de prononciation, reconnue par Ramón Menéndez Pidal et la Real Academia Española, l’est aussi par une lexicographe telle que María Moliner : « Se pronuncia “ai” o “a-í”, según que el lenguaje sea rápido o esmerado »7. Il faut signaler, néanmoins, que dans la dernière édition de son dictionnaire, cette considération sur la prononciation a complètement disparu. Elle est également absente du Diccionario del español actual de Manuel Seco dans l’entrée ahí, alors qu’il la mentionne sous l’article ir à propos de l’expression exclamative ¡Ái va!8. En revanche, il faut signaler les quelques pages que Tomás Navarro Tomás, dans son Manual de pronunciación española, consacre à ce point :

  • 9 . T. Navarro Tomás, p. 161 et suiv.

Entre las palabras que con más libertad se mueven entre el hiato y la sinéresis figuran los adverbios ahora, ahí y aún. Cada una de estas palabras presenta por consiguiente, dos formas de pronunciación : a-ó-ra, áo-ra ; a-í, á-i ; a-ún, áun.9

  • 10 .RAE, op. cit., p. 1316.
  • 11 .M. Moliner, s.v. ahí.

12L’argument du niveau de langue, plus ou moins châtié, avancé par María Moliner comme condition d’apparition, est admis par Tomás Navarro Tomás et par Manuel Seco. Mais cet argument n’est pas le seul. En effet, d’autres facteurs d’ordre diastratique, diaphasique, diatopique ou encore syntaxique peuvent influencer le choix du locuteur. Il n’en faut pour preuve que les dictionnaires et les auteurs signalés ici qui considèrent que ai appartient plutôt à la langue populaire ou relâchée ou la Real Academia selon laquelle El uso expletivo o cuasi expletivo de ahí se documenta en muchos países americanos10 ou encore María Moliner lorsqu’elle affirme no se pronuncia « ai » si este adverbio va solo o inmediatamente detrás del verbo. « lo he dejado ahí » y no «lo he dejado ai »11.

13Tomás Navarro Tomás, pourtant, réfute ces arguments et nuance le caractère déterminant de ces facteurs. Ainsi, dit-il :

  • 12 .T. Navarro Tomás, p. 161.

La lengua literaria no rechaza la pronunciación de dichas formas con sinéresis, siempre que las circunstancias lo consientan. No se trata de un fenómeno que sólo se produzca excepcionalmente como la contracción de país, laúd, etc., o que deba ser siempre considerado como vulgar. Tanto en el teatro como en la cátedra y en la conversación de las personas más cultas se oye decir, por ejemplo, con sinéresis, ahora viene- aò-ra-bjé-n, ahí está-ái-es-tá, con la misma naturalidad y frecuencia que aun es pronto-áu-nés-prónto, aun no sale-áun-nó-sá-l.12

14S’il semble vrai, comme le signale María Moliner, que no se pronuncia « ai » si este adverbio va solo, en revanche la seconde partie de son affirmation,  o inmediatamente detrás del verbo, paraît beaucoup plus discutable. Tout en admettant qu’en position préalable aux mots auxquels il est associé, le morphème qui prédomine est la forme diphtonguée et qu’à l’inverse, en position postérieure, c’est ahí qui prévaut (p. 162), Tomás Navarro souligne qu’en fonction du rythme de l’intonation, plus ou moins rapide et de l’intensité, plus ou moins emphatique, le locuteur contrevient à cette tendance générale.

15Pour résumer, ahí fait l’objet de deux prononciations différentes et le choix de l’une ou de l’autre n’est pas expliqué de façon satisfaisante, avec ceci de particulier que lorsque l’adverbe est seul, jusqu’à présent, c’est toujours la forme avec hiatus qui apparaît.

16Autrement dit, le signe ahí présente une instabilité accentuelle qui rappelle étrangement celle dont le morphème spatial y – noyau de son étymon – a été affecté tout au long de son existence. Coïncidence pour le moins curieuse.

17En effet, atone, y est soumis à des règles de positionnement dans la phrase. Tonique, il est indépendant. Dire s’il était tonique ou atone n’est pas facile. Devant la difficulté de la tâche et les nombreux cas de violation de ce qui pourrait ressembler à des règles, les linguistes qui ont étudié cette question se limitent à remarquer le comportement irrégulier de y.

18En ce qui concerne ahí et la variante phonétique [ái̯], l’instabilité accentuelle reflète l’opposition prosodique entre hiatus et diphtongue. En tant qu’adverbe de lieu, élément ternaire du système des déictiques locatifs composé également de aquí et allí, ahí tend à se présenter comme un bisyllabe tonique mais, comme on l’a constaté, il apparaît maintes fois, par effet de synérèse, comme un monosyllabe.

19Or, aquí, ahí, allí, d’un côté et y, de l’autre, ont constitué deux systèmes, le premier déictique, le second, phorique, au moyen desquels le locuteur espagnol du Moyen Âge pouvait se représenter l’espace.

  • 13 . À paraître.

20Il faut rappeler, à cet égard (F. Sol, « Remarques au sujet du pronom-adverbe y de l’espagnol ancien »13, et « Le morphème spatial “y” en espagnol ancien : approche sémantique ») que ces deux systèmes déictique et phorique s’opposent parce que le premier traduit une représentation de l’espace qui comporte deux notions – l’espace est divisible et il l’est par rapport au locuteur – alors que y traduit une représentation de l’espace indivis et partant sans référence égocentrique. C’est également le point de vue de Gabrielle Le Tallec dans « Y a-t-il du nouveau ? » (p. 125-145).

  • 14 . Dans ses Remarques sur le système des mots démonstratifs en français et en espagnol, M.  Molho ex (...)

21Il faut rappeler également que le système des adverbes de lieu, tel que Maurice Molho le conçoit en 199214, divise l’espace en deux zones : la zone du MOI et celle du non-MOI, signifiées respectivement par aquí / acá et ahí. Puis, à l’intérieur de la zone du non-MOI, signifiée par ahí, une nouvelle opération divise cet espace en deux « zones », l’une reste l’espace particularisé mais non marqué, représenté par ahí, l’autre porte la marque -λ- qui la détermine et l’oppose à aquí.

MOI

NON-MOI

AQUÍ,

ACÁ

AHÍ

AHÍ

ALLÍ,

ALLÁ

  • 15 . M. Molho, La deixis española: Lectura del significante, p. 206.

22Le morphème -i, l’élément localisateur, indissociable du y disparu au XVe siècle, qui était anaphorique, « denota una posición cualquiera absolutamente indeterminada »15. Aquí est donc l’espace soumis à l’action du préfixe aqu- qui le détermine et le circonscrit dans l’une des trois zones discernables dans l’espace par le locuteur. En conséquence, le préfixe aqu- est l’opérateur de spatialisation qui donne à son sens complet. Les autres préfixes opèrent de façon identique.

23Pour résumer ce qui précède :

  • Le signifié du pronom adverbe médiéval y est l’espace indivis.

  • Son dérivé, ahí, est une forme non marquée et particularisée, associée à un espace indéterminé opposable, d’une part, à aquí – forme porteuse de la marque aqu- [ak], qui en fait la représentation d’un espace déterminé, celui du locuteur (le MOI) – et d’autre part à allí, forme porteuse de la marque -l- qui en fait la représentation de l’espace déterminé de la personne trois, soit du non-MOI.

24Examinons maintenant chacun des exemples cités dans les premières lignes de ce travail, sous l’angle des deux solutions expressives, la diphtongue ái et le hiatus ahí, soit : ¡Vete por ái! / ¡Vete por ahí!

25L’énoncé avec la forme diphtonguée ái pourrait être proféré, par exemple, par quelqu’un qui, pour une raison particulière – fâcherie, boutade, moquerie, etc – souhaite que son interlocuteur s’en aille ‘quelque part’, n’importe où, essentiel-lement hors de sa vue.

26En revanche, l’exclamation avec la forme non diphtonguée pourrait être prononcée par un locuteur qui indique un chemin à son interlocuteur, l’accompagnant, probablement, d’une déixis gestuelle.

27Les deux interprétations du deuxième exemple (Estaba, está, anda o ha salido por ái / Estaba, está, anda o ha salido por ahí) ne diffèrent guère. Si les syntagmes por ai et por ahí sont associés à un verbe dynamique les effets de sens, dans les deux cas, sont équivalents à ceux de l’exemple précédent. Cependant, si ces mêmes syntagmes sont associés à des verbes statiques, l’effet de sens, dans le premier cas, est de l’ordre de l’indéfinition tandis que, dans le second cas, l’espace suggéré est limité, circonscrit.

28Il faut remarquer par ailleurs que dans les deux exemples en question, ái et ahí sont associés à la préposition por qui suggère une idée de mouvement ou de passage. Il -s’ensuit que por ái et por ahí sucitent, le premier, la représentation d’un espace dépourvu de limites, le second, celle d’un espace à l’intérieur duquel (l’intériorité présuppose des limites) le sujet de estaba, está, anda ou ha salido occupe une place quelconque conférée par la préposition por ; d’où l’effet de mouvement qui s’en dégage.

29Dans le couple ¡Ái está! / Ahí está, le premier énoncé pourrait être glosé au moyen de « voilà la question », « c’est là tout le problème ». Ái dans ce cas, décrit un espace abstrait, notionnel et qui résume, en la concentrant, la pensée de l’interlocuteur. Dans le second énoncé, on comprend que l’objet ou la personne recherché(e) a été trouvé dans l’espace désigné par ahí. On comprend, sans difficulté, que ahí, dans ce contexte, représente un espace physiquement identifiable et que l’énoncé sera probablement accompagné d’un index pointé en direction d’un lieu.

30Enfin, dans le cas du couple ¡Ái va! / Ahí va, la première locution exclamative est relativement courante dans un contexte de surprise devant un phénomène grandiose ou devant une petite contrariété. Elle pourrait être glosée au moyen de « oh là là » ou « zut ». Exemple ¡Ái va! ¡qué fuerte! La seconde, en revanche, désigne l’espace où se trouve le sujet de va. Exemple : ahí va la dirección que me pediste (tiré d’un courrier électronique).

  • 16 . J.-L- Bénézech, « Ahí dans “por ahí” », p. 111.

31L’analyse de ces exemples – ils pourraient être beaucoup plus nombreux – suffit à attirer l’attention. On constate, en effet, que ahí réfère toujours à un espace plus ou moins identifiable, doté d’un certain degré de précision. Ái, en revanche, réfère toujours à un espace indiscernable. C’est ce à quoi référe Jean-Louis Bénézech en parlant de « localisation définie » à propos de la construction por ahí et de « localisation indéfinie »16 à propos de porái.

32Les deux formes ái et ahí réfèrent à l’espace, certes, mais de façon différente. Ahí, comme on vient de le voir, représente un espace particularisé mais non marqué. Soit, un cas restreint de l’espace général signifié par y. Particularisé parce qu’opposable aux autres déictiques locatifs du système et non marqué car cette forme ne comporte pas d’indication de position par rapport au locuteur. Il s’agit donc d’un supplément d’information par rapport au signifiant initial [i]. La forme diphtonguée [ái̯], de son côté – c’est l’idée défendue dans ces pages – représente un espace non particularisé parce que non opposable à autre chose. De ce fait, est-elle seulement déictique ?

33S’agit-il réellement d’une variante de ahí ? N’est-on pas plutôt en présence de deux signes distincts ? Si l’on admet le principe guillaumien de l’unicité du signe, la question est légitime.

34Du point de vue du signifiant, la forme ahí est constituée de deux voyelles : a la voyelle la plus ouverte et i, la voyelle palatale la plus fermée. C’est un bisyllabe, chacune des voyelles appartenant à une syllabe différente. Dépourvue du consonantisme k et λ des formes aquí et allí, le préfixe a-, (Molho 1992 : 207) « se limita a marcar una posición, para obtener la representación de un punto indeterminado del espacio por negativación del operador de determinación », autrement dit par neutralisation de l’élément localisateur . Ainsi, puisque a- ne détermine pas et que indique n’importe quelle position, ahí représente l’espace général, n’importe quel lieu, à l’exclusion de aquí et allí, qui sont des « zones spatiales » marquées.

35Le signifiant de [ái̯], de son côté, se présente comme une forme diphtonguée, composée de deux voyelles : a la voyelle la plus ouverte suivie de i, la voyelle palatale la plus fermée. C’est une diphtongue, or une diphtongue est une unité fusionnelle de deux éléments vocaliques, alors qu’un hiatus est l’affirmation délibérée d’une distinction. Ainsi donc, l’espace représenté par le morphème ái constitue une unité, il n’est pas divisé. C’est pour cette raison qu’il ne peut pas s’opposer aux autres adverbes déictiques parce qu’il n’est ni divisé ni divisible. En fait, ái est le produit résultatif d’une double opération. La première, par laquelle l’espace est divisé en deux zones, l’espace du MOI, signifiée par aquí et l’espace du non-MOI, signifié par ahí. Puis, une seconde opération par laquelle l’élément localisateur perd sa fonction par le déplacement de l’accent et fusionne avec le préfixe a-, non marqué.

  • 17 . Elle est défendue également par Gabrielle Le Tallec dans « Y a-t-il du nouveau ? »

36La question qui se pose alors est de savoir en quoi ái diffère de l’ancien pronom y, dont le signifié – c’est l’hypothèse défendue ici 17– est l’espace indivis ?

37La réponse à cette question implique à nouveau une observation attentive des signes y, ahí et ái. Chacun d’eux véhicule une représentation différente de l’espace. C’est ce que disent exactement les signifiants : à l’espace général et indivis signifié par y correspond le signe le plus dépuré, constitué d’une seule voyelle, un seul phonème /i/, qui est une voyelle palatale fermée. À l’espace restreint, particularisé mais non marqué, obtenu par neutralisation de l’élément localisateur -í, correspond un signe – ahí – dont le signifiant est constitué de deux syllabes : à un surcroît d’information correspond un allongement du signifiant. Enfin, à l’espace non particularisé, et donc général, obtenu par recomposition de celui que véhicule ahí – l’espace non particularisé signifié par ái – correspond un signifiant recomposé des deux phonèmes /a/ et /i/ formant une unité insécable.

38Il reste à évoquer, c’était le point de départ de cette réflexion, la parenté qui s’observe entre ce dernier signe, ahí prononcé [ai], et la forme verbale hay. Ce sont, en effet, de véritables homonymes.

39Cette parenté de signifiants n’est peut-être pas aussi étonnante qu’il y paraît, si l’on veut bien considérer l’affinité qui existe entre leurs signifiés. Tous deux, en discours, mettent en relation un être avec un espace non particularisé et ont pour fonction, l’un, de déclarer l’existence d’un être dans l’espace, l’autre, de localiser un existant dans l’espace.

Bibliographie

Corpus

Libre d’Apolonio, édition de Manuel Alvar, 3 vols., Fundación Juan March, Editorial Castalia, 1976. Composé vers 1250.

Fernán Sánchez de Valladolid, Crónica de Alfonso Xº, in Cayetano Rosell, Crónicas de los Reyes de Castilla, Madrid, Atlas, 1953, p. 1-66. Composée vers 1340-1344.

Ouvrages et articles cités

Alarcos, Emilio (éd.), 1954, RFE Anejo LVI : Correas, Gonzalo, 1625, El Arte grande de la lengua castellana, Madrid, CSIC.

Bénézech, Jean-Louis, 1988, « Ahí danspor ahí” », in Annexes des Cahiers de linguistique médiévale, vol 7, Hommage à Bernard Pottier, Paris, Klincksieck, p. 99-114.

Corominas, Joan, Pascual, José Antonio, 1991 [1980], Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico, Madrid, Gredos.

Correas, Gonzalo, 1625, El Arte grande de la lengua castellana, 1954, RFE Anejo LVI, Madrid, CSIC.

Le Tallec, Gabrielle, 2010, Y a-t-il du nouveau ? in Luquet, Gilles (éd.), Morphologie et syntaxe de l’espagnol : méthodes d’approche, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 125-145.

Menéndez Pidal, Ramón, 1968 [1904], Manual de gramática histórica española, Madrid, Espasa-Calpe.

Molho, Maurice, 1969, Remarques sur le système des mots démonstratifs en espagnol et en français, in Linguistiques et langage, Bordeaux, Ducros, p. 102-137.

Molho, Maurice, 1992, La deixis española: Lectura del significante in Scripta Philologica in honorem Juan Manuel Lope Blanch, II, Universidad nacional autónoma de México, p. 203-217.

Moliner, María, 1983, Diccionario de uso del español, Madrid, Gredos.

Moliner, María, 1999, Diccionario de uso del español, Madrid, Gredos.

Navarro Tomás, Tomás, 1996, Manual de pronunciación española, Madrid, CSIC.

Real Academia Española, 2009, Nueva gramática de la lengua española, Madrid, Espasa Libros.

Sol Puig, Francisca, 2010, Le morphème spatial «y» en espagnol ancien : approche sémantique, Thèse pour le doctorat en Études Hispaniques et Latino-américaines, Paris, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3.

Sol Puig, Francisca, à paraître, Remarques au sujet du pronom-adverbe y de l’espagnol ancien.

Notes

1 . R. Menéndez Pidal, p. 39 § 6.2

2 . RAE, p. 1316, § 17.8j.

3 .Ibid, § 17.8k.

4 .Gonzalo Correas, p. 340.

5 . Joan Corominas, José Antonio Pascual, s.v. ahí.

6 . Francisca Sol Puig, Le morphème spatial « y » en espagnol ancien : approche sémantique.

7 .M. Moliner, s.v. ahí.

8 . Manuel Seco, Olimpia andrés, Gabino Ramos, s.v. ahí et s.v. ir.

9 . T. Navarro Tomás, p. 161 et suiv.

10 .RAE, op. cit., p. 1316.

11 .M. Moliner, s.v. ahí.

12 .T. Navarro Tomás, p. 161.

13 . À paraître.

14 . Dans ses Remarques sur le système des mots démonstratifs en français et en espagnol, M.  Molho expose en 1969 une théorie selon laquelle ahí occupe un seuil transitionnel entre la zone du moi représentée par aquí et la zone du non-moi représentée par allí. Ahí, par conséquent, appartient à l’un et l’autre plan (il est à la fois l’après de aquí et l’avant de allí). Cette théorie a été vivement critiquée. En 1992, dans La deixis española: Lectura del significante, M. Molho propose une nouvelle théorie selon laquelle l’espace est divisé en deux zones.

15 . M. Molho, La deixis española: Lectura del significante, p. 206.

16 . J.-L- Bénézech, « Ahí dans “por ahí” », p. 111.

17 . Elle est défendue également par Gabrielle Le Tallec dans « Y a-t-il du nouveau ? »

Auteur

Membre du GERLHIS (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, EA 170, fédération CLHESTHIA). Elle est chargée de cours à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 et professeur à l’Instituto Cervantes où elle enseigne la langue espagnole. Elle a soutenu une thèse de doctorat (2010) intitulée Le morphème spatial « y » en espagnol ancien : approche sémantique.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540