Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Sémantique

No obstante et sin embargo : instruments linguistiques de la transgression

María-Soledad Sicot-Domínguez

Résumé

Desde la perspectiva de la unicidad del signo lingüístico, que postula la existencia de un solo significado para cada significante, resulta difícil aceptar la supuesta equivalencia entre las unidades de lengua no obstante y sin embargo. Si bien estas locuciones (consideradas hoy como adverbiales) presentan numerosas similitudes en sus comportamientos sintácticos, en algunos análisis pragmáticos recientes se observan restricciones en el empleo de no obstante que no conciernen la secuencia sin embargo –fuera de las consabidas alusiones a la diferencia de « niveles de lengua » de la gramática tradicional. Tratamos de explicar aquí los empleos de estas secuencias, no por la pérdida de sentido consecutiva a un proceso de gramaticalización, como se suele hacer incluso en los estudios más recientes, sino precisamente por el contenido de representación inscrito en sus respectivos significantes. Un contenido que les permite marcar dos tipos de transgresión: la existencia de un obstáculo franqueado en el caso de no obstante y la ausencia de un impedimento en lo que atañe a sin embargo.

Texte intégral

Les hétérozygotes de la langue espagnole

1Les unités linguistiques no obstante et sin embargo apparaissent toujours associées dans la littérature grammaticale et linguistique, comme des frères jumeaux inséparables, ayant les mêmes compétences. Il nous est dit que no obstante est plus littéraire, moins usité que sin embargo, mais cette différence est vite oubliée car, en fin de compte, paraît-il, tous deux « disent la même chose ». Il est étonnant que l’on ne remarque pas, ou très rarement, que ce sont des jumeaux qui ne se ressemblent pas physiquement, des « faux jumeaux », des hétérozygotes qui, malgré leur diversité « génétique », assument des fonctions similaires. En effet, si l’on met l’un à la place de l’autre dans un énoncé, le sens global et la visée pragmatique du locuteur ne subissent aucune modification apparente. Et pourtant, comme chacun sait, dire autrement c’est forcément dire autre chose.

2L’analyse des signes devrait permettre de découvrir dans quelle mesure la diversité des signifiants révèle la diversité des signifiés qui conditionnent leurs exploitations discursives. Je commencerai par présenter la façon dont ils ont été abordés en synchronie – du point de vue sémantico-syntaxique et pragmatique – dans des études publiées dans la deuxième moitié du XXe siècle. Les exemples sont majoritairement empruntés au CREA, essentiellement mais non exclusivement dans l’ensemble « Libros / Novela ». Ils on été écrits par des auteurs de toutes les aires linguistiques de l’espagnol, entre 1994 et 2004. Comme on pouvait s’y attendre, dans le corpus sélectionné, la fréquence d’emploi de sin embargo (2 670 occurrences dans 94 documents) est presque dix fois supérieure à celle de no obstante (276 occurrences dans 42 documents).

Statut catégoriel

  • 1 . RAE, Esbozo de una nueva gramática de la lengua española, § 3.18.6.
  • 2 . Alarcos, Gramática de la lengua española, § 295.

3La catégorisation de no obstante et sin embargo se fait traditionnellement par rapport à leur fonction logico-syntaxique et prend en compte essentiellement le fonctionnement adversatif. L’Esbozo les définit comme des locutions conjonctives et leur attribue une fonction identique à celle des conjonctions mas, pero, empero, sino et aunque : celle de coordonner deux éléments dont elles sont « especialmente destinadas a señalar la contraposición, con variados matices »1. Cette catégorisation a été depuis remise en question, notamment par Emilio Alarcos Llorach, qui distingue les conjonctions proprement dites, pero, sino et mas des locutions empero, sin embargo, no obstante, con todo, etc., considérées comme adverbiales, « aunque introduzcan en el enunciado un sentido adversativo »2. Les arguments avancés pour exclure no obstante et sin embargo de la fonction conjonctive, confirmés par l’observation des énoncés, sont fondés sur des critères distributionnels et syntaxiques.

4On remarque d’abord que ces séquences, contrairement aux conjonctions, ne sont pas toujours matériellement situées entre deux segments discursifs, comme dans les exemples (1) et (2) ; elles peuvent aussi apparaître en position médiane, (3) et (4), ou bien en position de clôture du segment affecté, (5) et (6).

(1)

Tenía algo de dinero español guardado. Subió por él y decidió cambiar casi todo. Luego le dio por comprar. […] En realidad, esas compras eran una imprudencia porque Edmundo había reservado el dinero para afrontar posibles imprevistos. No obstante, se sintió bien haciéndolas. (Gopegui, p. 89)

(2)

Sebastiana Morales Pereira entró a trabajar como criada en casa de los señores de Villamarín un día de primavera de 1920. Durante la primera semana, lloró todas las noches, porque se sentía muy sola y estaba asustada, y porque sólo tenía doce años. Sin embargo, cuando su madre le anunció que le había encontrado una colocación en una casa buenísima, de una de las mejores clientas del taller, no tuvo motivos ni para reprochárselo ni para asombrarse de la noticia. (Grandes, p. 548)

(3)

Edmundo apretó entre sus dos manos la mano de su hermana. Empujó la puerta que estaba enfrente y su cuarto entero se le cayó encima. Se sentó no obstante en la única silla, los codos apoyados en la mesa de estudio, las manos en los oídos y en el pelo. (Gopegui, p. 183-184)

(4)

Borges escribió –o dijo– que la obra más importante de un hombre es la imagen que deja de sí mismo en la memoria de los otros. Al difunto, sin embargo, no le interesaba dejar una imagen. Quería imponerla, tatuarla. (Martínez, p. 171)

(5)

Con Augusto Veril Edmundo no llegó a hablar. Contarle su secreto era arriesgar demasiado, quedar en manos de un hombre casi desconocido. Intentó sondearle, no obstante. Le comentó un día que había leído El arte de la guerra, otro día quiso prestarle El topo de John Le Carré y otro aún, tomando café, sacó el tema de la clandestinidad. (Gopegui, p. 82)

(6)

Yo no soy un idiota, piensa, y sé que Gonzalo y Zoe se gustan. […] Ignacio piensa que su hermano no la mira con el respeto que merece por ser su cuñada: se permite mirarla con prescindencia de mí, como si yo no existiera. No le sorprende ese descaro, sin embargo. Está acostumbrado a él. (Bayly, p. 9)

5D’autre part, comme on peut le voir dans les énoncés (7) à (10), ces séquences sont compatibles dans un même segment discursif avec les conjonctions y, pero et mas.

(7)

Primitivo Jiménez y José Sánchez, jefes de núcleo de la Guardia Nacional, amnistiados, y no obstante fusilados en el cementerio de Villa Ocampo, Michoacán, el 19 de julio de este año. (Pombo, p. 283)

(8)

Se alzaba un sol candente, blanco, y sin embargo la calle estaba en penumbra, como si el sol la desdeñara. (Martínez, p. 194)

(9)

Llaman su número en español, y recoge su orden y paga y se sienta en la mesa sola, rodeada por parejas que hablan un español distinto al que siempre ha oído, pero español no obstante. (Santiago, p. 195)

(10)

El telegrama original decía: « Sé que debo dinero a sus mercedes y no he podido pagarles. Mas sin embargo, necesito diez cajas de jitomate. Les suplico las envíen. En cuanto las venda les pago todo.» (Esquivel, p. 97)

6Dans ce type d’énoncés, les unités adverbiales no obstante et sin embargo viennent expliciter sémantiquement ou bien renforcer un rapport de type adversatif entre les éléments coordonnés par les conjonctions proprement dites – syntaxiquement indispensables dans des énoncés comme (7) et (9). D’autre part, il est clair que les énoncés (9) et (10), sont parfaitement recevables en espagnol, malgré la coexistence de pero et mas avec no obstante ou sin embargo dans un même segment discursif, ce qui vient confirmer la différence fonctionnelle entre les instruments conjonctifs et adverbiaux. Ces instruments déclarent, certes, un même type de relation, mais ils différent dans leur façon de la déclarer ; on en retire l’impression que le locuteur dit « deux fois la même chose », mais le système de la langue espagnole accepte cette façon de faire car ce « quelque chose » est dit de deux manières différentes.

  • 3 . RAE, Nueva Gramática de la lengua española, § 30.12b (c’est moi qui souligne).
  • 4 . On y retrouve une certaine insistance sur cette catégorisation à propos de la séquence sin embarg (...)

7La nature adverbiale de ces locutions a été explicitement reconnue par les Académies de la langue espagnole en 2009. Dans les publications les plus récentes elles sont définies comme « conectores discursivos adverbiales », une dénomination fondée sur des critères plus pragmatiques que syntaxiques. Il nous est dit de ces unités : « Cuando se examinan con atención sus propiedades sintácticas, se comprueba […] que en realidad no corresponden a las conjunciones sino a la clase de los adverbios que se comportan como conectores discursivos3. » Parmi les dictionnaires usuels de la langue contemporaine, seul le DRAE – en cours d’actualisation – définit no obstante et sin embargo comme « locuciones conjuntivas ». Le DPD et le DDDLE les classent parmi les « locuciones adverbiales »4 et dans le DUE, no obstante ne fait l’objet d’aucune catégorisation, contrairement à sin embargo, dont il est dit qu’il s’agit d’une « expresión adverbial concesivo-adversativa ».

8Il convient de rappeler à ce propos que les études portant sur l’espagnol contemporain font peu de cas des emplois concessifs de ces séquences, incontestablement moins fréquents aujourd’hui que les adversatifs. Dans le corpus consulté, les énoncés concessifs avec no obstante sont relativement fréquents – exemples (11) à (15) –, alors que les phrases concessives avec sin embargo, (16) et (17), apparaissent surtout dans les textes journalistiques :

(11)

Y también recordó Indalecio Cuevas que, al ver a Isabel, en el salón de estar de su casa paterna, tan locuaz, tan desarreglada y tan agresiva, le entró frío, pensó que se estaba equivocando y que, no obstante la hidalguía de sus apellidos, Isabel de la Hoz no valía la pena. (Pombo, p. 44-45)

(12)

El romanticismo, que no casaba con casarse, tampoco casaba con los mediodías –decidió Isabel de la Hoz aún muy joven–. Y es que Santander, no obstante presentar en días lluviosos o ventosos un acusado aire marítimo y romántico, contenía más mediodías que romanticismo. « Mediodías » era un nombre colectivo que Isabel usaba metafóricamente para designar todo lo que en su vida era repetitivo y monótono: los puntuales almuerzos siempre a la una y media, anunciados por un gong, eran mediodías. (id. p. 15)

(13)

El dolor que le produjo la muerte de su madre le abrió un surco en el alma. Allí germinó la semilla de una nueva inquietud, la cual fue creciendo lentamente. El día del entierro, todos sus amigos le acompañaron, no obstante que él se había aislado desde hacía tiempo. (Martínez Salguero, p. 191)

(14)

Porfirio Salazar, enemigo declarado de la improvisación, prefiere cantarle al amor a través de la tradición clásica, cuya influencia considera benéfica. […] No obstante ello, la mayoría de sus poemas están escritos en verso libre, técnica muy en boga en los últimos años. (Maga. Revista Panameña de Cultura, s.p.)

(15)

Durante el primer día el campamento quedó arrasado e incomunicado, murió el teniente que mandaba la batería de la posición y casi todos los artilleros. […] Inutilizaron todos los cañones menos uno y la guarnición quedó reducida a la mitad. Ello no obstante, el jefe de la posición, el capitán José Gómez Saracíbar, del regimiento del Infante, siguió comunicando a sus jefes, a las horas establecidas, que tenían fe en el éxito. (Silva, p. 287)

(16)

Pudimos observar una muestra diversa en cuanto a las tendencias de diseño, en donde encontramos trabajos figurativos y abstractos, modernos y de tendencia retro, clásicos y otros vanguardistas en tanto que maximizan las posibilidades que les proveen las tecnologías actuales. Sin embargo de esto, la muestra en su conjunto es homogénea por la calidad del diseño. (Trama. Revista de Arquitectura y Diseño, s.p.)

(17)

El enciclopedista Rodrigo se afirma en sus votos « duros » de la Sierra y nadie lo mueve como « placé », usando el lenguaje de los hípicos. […] Sin embargo de que el PRE es considerado como uno de los partidos más fuertes del país, hasta ahora su candidato Jacobo no entra al grupo de los más opcionados. (Expreso de Guayaquil, s.p.)

  • 5 . Sicot-Domínguez, « Concession et adversation : aunque, pero », p. 153 et suiv.
  • 6 . Pavón Lucero, « Clases de partículas: preposición, conjunción y adverbio », p. 579 et 587.
  • 7 .RAE, Nueva gramática…, op. cit., § 29.2ñ.
  • 8 . Ibid.

9Les énoncés concessifs posent, tout comme les adversatifs, une mise en contraste entre deux segments. Mais, alors que dans les adversatifs le segment affecté par ces séquences présente un argument fort, qui fonctionne comme socle argumentatif pour la suite du discours, dans les concessifs, l’argument concédé se trouve minoré et, étant le plus faible, ne peut plus servir à appuyer une conclusion5. Du point de vue de la structure des phrases, on observe que dans les énoncés incluant la séquence sin embargo à valeur concessive le segment affecté apparaît obligatoirement postposé et introduit par la préposition de. La question qui se pose est la suivante : y a-t-il une locution sin embargo de différente de la locution sin embargo ? C’est la position implicitement adoptée par la plupart des dictionnaires : le DPD et le DDDLE attribuent deux valeurs à la locution no obstante : « adverbial » dans les emplois adversatifs et « prepositiva » dans les emplois concessifs, mais ils distinguent sin embargo, « locución adverbial de sentido adversativo », et sin embargo de « locución prepositiva », dans les usages concessifs. C’est également la position défendue dans la Gramática descriptiva de la lengua española, où ces « particules », lorsqu’elles introduisent un segment concessif, se trouvent décrites comme étant respectivement une « locución prepositiva » (sin embargo de) et une « preposición imperfecta » (no obstante)6. La Nueva Gramática considère toujours ces unités comme des locutions adverbiales, y compris dans les énoncés où la tournure no obstante peut être analysée comme une construction absolue7 – ce qui est le cas dans les exemples (11) à (15) – et précise que sin embargo, comme d’autres locutions adverbiales, admet, à l’occasion, un complément prépositionnel8de esto dans (16) et de que el PRE es considerado como uno de los partidos más fuertes del país dans (17).

Comportement discursif

  • 9 . Martín Zorraquino, « Los marcadores del discurso desde el punto de vista gramatical », p. 38.

10En ce qui concerne la catégorisation et le « comportement » de ces unités, les Académies rejoignent les études pragmatiques, qui s’intéressent à ces séquences en tant que « marqueurs discursifs ». Les marqueurs discursifs ne constituent pas, à proprement parler, une catégorie grammaticale ; il s’agit d’un ensemble ouvert de « particules » invariables, envisagées comme des éléments « marginaux » ou « périphériques », qui accomplissent des fonctions pragmatiques ou énonciatives, comme par exemple celle de refléter des commentaires, des positions énonciatives ou des « attitudes » de l’énonciateur9. Les unités adverbiales no obstante et sin embargo, appartiennent au sous-ensemble des « connecteurs », dont José Portolés propose la définition suivante :

  • 10 . Portolés, Marcadores del discurso, p. 139.

Son marcadores discursivos que vinculan semántica y pragmáticamente un miembro del discurso con otro miembro anterior, o con una suposición contextual fácilmente accesible. El significado del conector proporciona una serie de instrucciones argumentativas que guían las inferencias que se han de obtener del conjunto de los miembros relacionados10.

  • 11 . Portolés, « Diferencias gramaticales y pragmáticas entre los conectores discursivos pero, sin emb (...)
  • 12 . Id., p. 236-237.
  • 13 . « Advirtamos que, aunque no se trata de un uso imposible en el español actual, es extraño incluso (...)
  • 14 .Id., p. 238.

11Le même auteur, dans un article publié en 1995, inclut ces séquences dans le groupe des connecteurs contre-argumentatifs : « Gracias a ellos, se introduce el segundo miembro como supresor de alguna suposición que se podría originar del primero. »11 Il est évident que cette description concerne uniquement le comportement adversatif que ces locutions partagent avec la conjonction pero. Les emplois concessifs sont mentionnés cependant lorsqu’il s’agit de décrire certaines « peculiaridades » dans leur comportement grammatical, telles que la capacité de « l’adverbe » no obstante à former des propositions absolues, lorsqu’il est accompagné d’un élément nominal accomplissant la fonction de sujet – exemples (11) à (15). « En estos casos – écrit l’auteur –, no obstante, por conservar su carácter verbal, no se puede considerar un conector. »12 Pour ce qui est des constructions où sin embargo est complémenté au moyen de la préposition de, Portolés signale le caractère insolite de cet usage13 et propose l’explication suivante : « Se trató en su origen de un sintagma preposicional que tenía un nombre deverbal (v. gr., embargo) como término de la preposición sin. »14 Au-delà de la catégorisation des unités, l’article aborde une question qui semble ignorée par la grammaire traditionnelle : celle de l’équivalence supposée entre no obstante et sin embargo. Alors que pour les grammairiens, comme pour la majorité des usagers, il semble s’agir d’une question de registre de langue, pour les pragmaticiens (qui cherchent les instructions fournies par tel ou tel marqueur) il ne peut pas y avoir synonymie entre les connecteurs: bien qu’ils partagent une instruction contre-argumentative, chacun d’entre eux comporte un ensemble d’instructions qui le distingue de l’autre.

  • 15 .Id., p. 260-261.
  • 16 .Id., p. 260.
  • 17 .Id., p. 262.

12La différence signalée par Portolés dans leur comportement pragmatique concerne les emplois « dialogales » (où les segments discursifs mis en relation sont énoncés par deux intervenants différents), ainsi que les emplois « dialógicos » (dans lesquels un seul locuteur représente deux énonciateurs assumant deux points de vue différents)15. Dans ces deux cas, le deuxième énonciateur, réel ou supposé, assume la contre-argumentation par rapport au premier segment. Néanmoins, « el enunciado en que aparece sin embargo no sólo se puede oponer a alguna inferencia del primer miembro, sino incluso refutar el mismo enunciado »16, tandis que « con no obstante, el segundo enunciado no se comprende como refutando el punto de vista del primero »17. Ainsi, dans les exemples (18) et (19), la réplique marquée par sin embargo peut être interprétée sinon comme une réfutation du moins comme une mise en doute de la véracité du segment qui précède :

(18)

SANTIAGO - Hace diez días que no te veo.

ROSALUZ - Estuve enferma.

SANTIAGO - Sin embargo, estuviste en la pelea de gallos.

ROSALUZ - ¿Cómo lo sabes?

SANTIAGO - No olvides que soy pajarero. Tengo un jilguerillo que me cuenta todo (Ribeyro, s. p.)

(19)

EDUARDO - Nunca se librará del influjo de sus tíos. Sobre todo de Luisa, la hermana de su madre.

SUSANA - Demasiado tarde para cambiar la imagen que tienen de ti.

EDUARDO - Me importa un bledo.

SUSANA - Sin embargo, te quejas. (Gil Novales, s. p.)

  • 18 . Id., p. 261.
  • 19 . « [C]uanto mayor sea el compromiso del locutor con lo mantenido en el primer enunciado, más se fa (...)
  • 20 . Lavaud-Verrier, Marie-Pierre, « Era de noche, sin embargo llovía... ».

13On peut avoir, en effet, l’impression que Santiago doute de la sincérité de Rosaluz lorsqu’elle déclare avoir été malade, de même que Susana pourrait vouloir faire comprendre à Eduardo qu’elle n’est pas convaincue de son indifférence envers la situation dont il se plaint. D’autre part, on ne peut qu’être d’accord sur le fait que « la aparición de sin embargo no fuerza necesariamente la comprensión de su enunciado como una refutación del anterior ».18 Cela dit, l’hypothèse de cet auteur, selon laquelle l’énonciateur qui emploie no obstante vise à bloquer l’interprétation réfutative du deuxième énoncé19, donnerait à penser qu’il est libre de choisir l’un ou l’autre des connecteurs en fonction de sa visée discursive. Or, un article de Marie-Pierre Lavaud-Verrier, consacré précisément aux différences dans la « signification » de sin embargo et no obstante20, semble remettre en question cette liberté. À partir des exemples (non contextualisés) cités ci-dessous, cet auteur propose un essai de commutation entre les deux connecteurs :

(1a)

Anoche llovía, sin embargo salí.

(1b)

Anoche llovía, no obstante salí.

  • 21 .Id., p. 230.

14Ces énoncés neutralisent l’implication selon laquelle « à moins d’être un escargot, personne n’a envie de sortir lorsqu’il pleut »21, ce qui n’est pas le cas si l’on inverse l’ordre énonciatif, comme dans (1a’) et (1b’) :

(1a’)

Anoche salí, sin embargo llovía.

(1b’)

?? Anoche salí, no obstante llovía.

  • 22 .Id., p. 231.
  • 23 .Id., p. 234.

15Tandis que les phrases (1a) et (1b) obligent le destinataire à revenir sur une conclusion, no salí, qu’il aurait pu tirer de l’énonciation anoche llovía, dans (1a’) on neutralise la conclusion no llovía convoquée par l’énonciation salí. En revanche, l’exemple (1b’), donnerait à penser que la sortie du noctambule aurait dû empêcher la pluie de tomber, ce qui ne correspond pas au savoir communément partagé par les interlocuteurs, à moins de trouver un contexte dans lequel « le fait de sortir soit un obstacle pour la pluie »22. Considérant que la grammaticalisation de sin embargo est nettement plus avancée que celle de no obstante, « qui a gardé son lien avec son origine étymologique », Lavaud-Verrier arrive à la conclusion selon laquelle « l’une, au moins, des instructions pragmatiques délivrées par le connecteur, pour les structures que nous avons étudiées, est que l’obstacle doit être déclaré préalablement »23.

16Avant de revenir sur la notion de « grammaticalisation », il convient de comparer les deux descriptions proposées. Portolés considère l’emploi de no obstante comme un moyen dont se sert le locuteur pour interdire au destinataire l’interprétation réfutative du deuxième énoncé, alors que pour Lavaud-Verrier l’interdiction pèse sur le locuteur, qui doit limiter son emploi aux cas où le premier énoncé peut être envisagé comme un obstacle. On peut supposer que chacune de ces restrictions constitue une « instruction » supplémentaire fournie par la « signification » de no obstante qui ne figure pas dans celle de sin embargo. Reste à savoir, cependant, si les instructions données par un connecteur s’adressent au producteur du message ou bien à celui qui doit l’interpréter. La première hypothèse serait envisageable dans un contexte didactique : l’apprenant de la langue espagnole doit savoir qu’il lui est interdit d’employer no obstante dans une phrase comme (1b’), s’il veut éviter la mention « non-sens » sur sa copie. Il me semble en revanche que le locuteur hispanophone a toujours la possibilité de faire appel à no obstante s’il souhaite convaincre son interlocuteur (ou s’il est lui-même convaincu) de ses pouvoirs magiques.

  • 24 .Ibid.
  • 25 . Voir Sicot-Domínguez, « La mémoire du signe ».

17En tout état de cause et quelle que soit la perspective théorique choisie par les auteurs, ces deux études relèvent (enfin) des différences entre les comportements de ces séquences. Pour un linguiste du signifiant, ces différences sont perceptibles dans la texture même du signe linguistique et confirment l’existence d’un rapport étroit entre celui-ci et ses possibles actualisations en discours. Certes, les articles cités font allusion à ce rapport : en ce qui concerne no obstante, Lavaud-Verrier mentionne « quelques traces [des] qualités verbales originelles »24 présentes dans ce signe pour établir sa « signification » et Portolés signale son emploi dans des constructions absolues (voir supra). Il n’en reste pas moins que l’explication des comportements discursifs passe par la lecture du signifiant, car, si la « signification » de sin embargo et – dans une moindre mesure – celle de no obstante semblent s’être éloignées de la notion d’empêchement, il y a de grandes chances pour que cette notion soit inscrite dans leur signifié et conservée dans la mémoire du signe, même si, comme je l’ai dit dans d’autres occasions, elle semble avoir disparu de la mémoire des usagers25.

Grammaticalisation et désémantisation

  • 26 . Lecolle, « Changement dans le lexique – changements du lexique : Lexicalisation, figement, catach (...)

18D’un point de vue théorique, on s’accorde volontiers sur l’opposition établie par Meillet entre la lexicalisation « vue et théorisée comme un parcours qui va de la grammaire au lexique » et la grammaticalisation « [qui] va, en sens inverse, du lexique à la grammaire, du « moins grammatical » au « plus grammatical »26. On peut donc affirmer, sans prendre trop de risques, que le syntagme verbal no obstante, et le syntagme prépositionnel sin embargo des premiers textes castillans sont devenus, au terme d’un processus évolutif de grammaticalisation, des locutions adverbiales voire, dans un mouvement vers le « plus grammatical », des locutions conjonctives, comme le disait l’Académie espagnole il y a peu de temps. D’autre part, on peut supposer que la grammaticalisation, lorsqu’elle porte sur des unités syntagmatiques, requiert la lexicalisation de l’unité affectée, qui doit être employée par les usagers de façon récurrente avec un sens qui lui est propre. Or, il n’est pas certain que les locutions no obstante et sin embargo possèdent un « sens » différent de celui qu’on leur accorde en tant que syntagmes en construction libre. C’est la raison pour laquelle le terme de figement me semble le plus approprié pour décrire le processus qui précède – ou accompagne – leur grammaticalisation.

19Rappelons que le noyau du syntagme no obstante est l’ancien participe présent, ou « participio activo », du verbe obstar, une forme verbale tombée en désuétude. Certains dictionnaires la définissent comme un adjectif signifiant « que obsta » (DRAE) ou bien « aplicable a lo que obsta » (due). Aujourd’hui, l’ancien participe obstante – sûrement « applicable » en tant qu’adjectif mais jamais appliqué, au mieux de ma connaissance, à quoi que ce soit – n’admet plus la marque du pluriel. Le figement affecte donc le noyau du syntagme, devenu lexème invariable, mais aussi l’ensemble de la séquence, car le morphème de négation associé à ce noyau est toujours identique – on ne dira pas *nunca obstante, par exemple. Pour sin embargo, l’élément nominal du syntagme, figé à la forme non marquée et sans déterminant, s’associe nécessairement à la préposition sin. Par ailleurs, contrairement à obstante, embargo apparaît dans d’autres contextes en combinaison libre, avec détermination et/ou adjectivation. Le figement affecte les deux unités de façon similaire : blocage de l’élément lexical, récurrence de l’élément grammatical, et inséparabilité des composants. Aujourd’hui, chacun de ces syntagmes « figés », devenu signe à part entière, est intégré dans le système de la langue espagnole. On est en présence de signes qui, une fois actualisés dans le discours, peuvent accomplir des fonctions « grammaticales », tout en gardant le contenu de représentation qu’ils avaient en tant que syntagmes libres. Il reste à déterminer comment les modifications du signifiant ont affecté le signifié qui leur est rattaché.

  • 27 . Voir Luquet, « La grammaticalisation d’un signe implique-t-elle nécessairement sa désémanti-satio (...)
  • 28 . Lavaud-Verrier, op. cit., p. 234.

20Il peut être utile de rappeler que, lorsqu’il s’agit de grammaticalisation, il est communément admis que les unités linguistiques engagées dans le parcours du lexique vers la grammaire subissent des modifications inéluctables, toujours dans le sens d’un affaiblissement de leur contenu sémantique, pouvant aller jusqu’à la simple et totale « désémantisation »27. Or, si l’on réfléchit un tant soit peu au sens des mots, et si l’on s’en remet au signifiant, on se demande à quoi pourrait ressembler une unité linguistique « désémantisée ». Il est difficile de croire que l’évolution d’une langue puisse déboucher sur la création d’un signe dont le signifiant ne serait associé à aucun signifié ou que ce nouveau signifiant, si proche de l’ancien, pourrait être associé à un contenu de représentation qui aurait peu de chose (ou même rien) à voir avec celui des unités dont il est issu. Néanmoins, la majorité des études consacrées à no obstante et sin embargo, sont fondées sur l’implication (à moins qu’il ne s’agisse d’un topos) selon laquelle la grammaticalisation est indissociable de la désémantisation – ce dernier terme pouvant être remplacé par « blanchiment » ou « opacification ». Ainsi Lavaud-Verrier postule une opacification de sin embargo consécutive à son processus de grammaticalisation « avancé » – allant jusqu’à envisager la possibilité d’une perte totale du contenu sémantique du mot embargo au profit de la simple opposition – et considère, en revanche, que « la grammaticalisation de la locution [no obstante] n’est pas parfaitement aboutie »28.

21Indépendamment du fait que le lexical et le grammatical ne sont pas séparés par une frontière infranchissable, il est clair que la « perte » subie par ces unités – leur invariabilité – concerne leur signifiant et peut être décrite à travers l’analyse morphologique. Lorsqu’il s’agit, en revanche, de mesurer la distance entre leur sens actuel et leur sémantisme initial, ou de déterminer les relations plus ou moins étroites qu’elles entretiennent avec celui-ci, il faut absolument se débarrasser des idées reçues et cesser d’envisager la désémantisation comme un processus qui entraîne, accompagne, révèle ou justifie la grammaticalisation. D’autant plus que la notion même de « perte de sens » est à remettre en question, puisque les changements qui affectent le contenu de représentation d’un signe – l’évolution du signifié, allant de pair avec l’évolution du signifiant – ne peuvent pas être d’ordre quantitatif : un signe grammatical ne signifie pas « moins » ou « plus » qu’un signe lexical, il est simplement utilisé pour référer à autre chose.

Le signifiant a-t-il toujours raison ?

  • 29 . Corominas et Pascual, DCECH, s. v. estar.

22Rappellons que obstar est un verbe « terciopersonal », employé uniquement dans des phrases négatives, du latin ob-stāre « ponerse enfrente, cerrar el paso, oponerse »29. Le sujet de ce verbe renvoie donc forcément à ce qui constitue un obstacle, contrairement à son paronyme obstaculizar, qui peut référer à l’obstacle lui-même ou à celui qui le met en place. N’en déplaise aux dictionnaires, la forme obstante ne semble pas fonctionner comme « adjectif participial », comme le font d’autres participes présents tels que volante, amante ou pendiente. Elle constitue, dans une phrase négative, le noyau d’un syntagme au moyen duquel s’exprime la non-conformité entre le sujet et le prédicat, selon l’expression consacrée.

  • 30 . La fréquence avec laquelle le support de prédication de obstar réfère à un procès est vraisemblab (...)

23Dans les énoncés de sens concessif, le support de prédication est représenté par un substantif de langue ou de discours (sujet de obstar), postposé au verbe – la hidalguía de sus apellidos dans (11), presentar en días lluviosos… dans (12), ello dans (14) – ou bien antéposé à celui-ci – ello dans (15). Dans les phrases adversatives, la prédication porte sur un état ou un fait, mentionné dans le segment antérieur à celui affecté par no obstanteesas compras eran una imprudencia dans (1), su cuarto entero se le cayó encima dans (3) –, ce qui expliquerait la difficulté (ou la réticence) à assimiler le support au « sujet syntaxique » de la tradition grammaticale30. Il n’en reste pas moins que la force argumentative du signe no obstante est fondée sur un signifié qui pourrait être décrit comme la déclaration d’existence d’un obstacle qui n’accomplit pas sa fonction. En revanche, une fois déclarée l’existence de cet obstacle inopérant, c’est le destinataire qui se charge de l’identifier dans les réalisations discursives du signe.

  • 31 . Corominas et Pascual, op. cit., s. v. embargar et barra.
  • 32 . DRAE, s.v. embargo.
  • 33 . On retrouve cet effet de sens avec le verbe embargar dans des phrases telles que : Estaba embarga (...)

24Le substantif déverbal embargo, du verbe embargar, issu du latin vulgaire *IMBARRICāRE, dérivé du terme maritime *BARRA « el barrote que asegura la estiba »31, renvoie à une entrave ou plutôt, si l’on veut tenir compte du signifiant, à un « embarras ». Bien qu’aujourd’hui ce vocable ne s’emploie guère que pour désigner la « prohibición del comercio y transporte de armas u otros efectos útiles para la guerra, decretada por un gobierno », ou la « retención, traba o secuestro de bienes por mandamiento de juez o autoridad competente »32, il continue de référer, comme le lui permet son signifiant, à un empêchement : quelque chose qui retient, qui bloque ou qui paralyse33.

25Dans les énoncés concessifs, le substantif embargo, noyau du syntagme, se trouve déterminé par un autre syntagme introduit par de et dont le terme est un substantif de langue ou de discours, que el PRE es considerado… dans (16) et ello dans (17). Cette complémentation vient spécifier la nature d’une entrave dont la préposition sin marque l’absence, contribuant ainsi à la construction d’un signifié qui peut se décrire comme la déclaration d’absence d’une rétention. La contre-argumentation posée par sin embargo n’est pas fondée sur la neutralisation d’un obstacle déclaré, mais bel et bien sur l’absence d’une entrave possible, qui n’est pas spécifiée dans les énoncés adversatifs, ce qui incite le destinataire à l’identifier dans le premier segment, considérant que la mention d’un empêchement, même absent, présuppose son existence. Cependant, dans le cas où les deux arguments sont assumés par des énonciateurs différents, le deuxième énonciateur peut faire semblant d’ignorer ce présupposé. Dans ce sens, la réplique de Santiago dans (18) donne à entendre que, en ce qui le concerne, la maladie de Rosaluz ne l’a pas empêché de s’amuser pour la bonne raison qu’il ne croit pas à la réalité de cette maladie. On notera que l’emploi de no obstante dans les mêmes circonstances serait interprété comme un reproche fait à Rosaluz d’être allée s’amuser alors qu’elle était souffrante, parce que l’énonciateur qui choisit no obstante « crée » l’obstacle, ou plus précisément, confère au support de sa prédication le statut d’obstacle inopérant.

La transparence du signe

26Pour ce qui est de la transparence (souvent ignorée, si ce n’est pour la contester) des signes no obstante et sin embargo, j’espère avoir démontré que dans leur parcours du lexical vers le grammatical aucun d’entre eux n’a perdu quoi que ce soit du contenu de représentation de ses composants. Il semble même que leur figement en tant que formules « négatives » leur a permis d’acquérir de nouvelles capacités référentielles. Loin de s’appauvrir, leur contenu sémantique s’est amplifié, permettant d’aller du concret vers l’abstrait. Ces séquences ont en commun la possibilité d’être exploitées pour poser un rapport sémantique entre deux arguments anti-orientés dont la coexistence dans un même espace discursif implique une transgression, présentée de façon différente en fonction de l’instrument employé. Le signifiant de sin embargo déclare l’inexistence de ce qui aurait pu constituer un embarras, tandis que celui de no obstante déclare l’existence d’un obstacle inopérant. Cette différence pourrait expliquer le fait – communément observé et confirmé par les statistiques – que la forme la plus marquée de la contre-argumentation, celle qui donne explicitement au support de prédication le statut d’obstacle franchi, soit la moins fréquente dans les réalisations discursives. Reste encore à déterminer dans quelle mesure l’usager de la langue espagnole arrive à lire intuitivement les « informations » présentes dans un signe, si transparent soit-il, et si la liberté dont il dispose se trouve limitée par ses capacités à s’exprimer dans un registre plus ou moins soutenu. On essaiera de trouver la réponse à cette question à travers l’analyse d’énoncés considérés comme « déviants » « marginaux » ou « impropres », ayant été effectivement produits par des usagers en dehors de toute considération métalinguistique.

Bibliographie

Corpus

Bayly, Jaime, La mujer de mi hermano [2002, Perú, Novela].

Esquivel, Laura Tan veloz como el deseo [2001, México, Novela].

Gil Novales, Ramón, El doble otoño de mamá bis (casi Fedra) [1980, España, Teatro].

Gopegui, Belén, Lo real, [2001, España, Novela].

Grandes, Almudena, Los aires difíciles [2002, España, Novela].

Martínez, Tomás Eloy, El vuelo de la reina [2002, Argentina, Novela].

Martínez Salguero, Jaime, El combate místico [2002, Bolivia, Novela].

Pombo, Álvaro, Una ventana al norte [2004, España, Novela].

Real Academia Española: Banco de datos (CREA) [en línea]. Corpus de referencia del español actual. <http://www.rae.es> [17/5 – 2/6/2011]

Ribeyro, Julio Ramón, Santiago, el pajarero [1995, Perú, Teatro].

Santiago, Esmeralda, El sueño de América [1996, Puerto Rico, Novela].

Silva, Lorenzo, Del Rif al Yebala. Viaje al sueño y la pesadilla de Marruecos [2001, España, Aficiones].

Prensa

Expreso de Guayaquil, 16/09/2002 [Ecuador].

Maga. Revista Panameña de Cultura, nº 44-45, 01-04/2000 [Panamá].

Trama. Revista de Arquitectura y Diseño, nº 74, 03/05/2003 [Ecuador].

Ouvrages et articles cités

Alarcos Llorach, Emilio, 1994, Gramática de la lengua española, Madrid, Espasa Calpe.

Corominas, Joan et Pascual, José Antonio, 1981, Diccionario crítico etimológico castellano e hispánico (DCECH), Madrid, Gredos.

Lavaud-Verrier, Marie-Pierre, 2001, « Era de noche, sin embargo llovía... », in Macchi, Yves (éd.), Panorama de la linguistique hispanique. Actes du IXe Colloque de linguistique hispanique, Lille, Université Charles de Gaulle, p. 229-235.

Lecolle, Michelle, 2006, « Changement dans le lexique – changements du lexique : Lexicalisation, figement, catachrèse », in Cahiers de praxématique, 46, Changements linguistiques : figement, lexicalisation, grammaticalisation, Praxiling, Université Paul Valéry – Montpellier III, p. 23-42.

Luquet, Gilles, à paraître, « La grammaticalisation d’un signe implique-t-elle nécessairement sa désémantisation ? Remarques au sujet des descriptions du marqueur espagnol bueno et de son équivalent français (bon) ».

Martín Zorraquino, Mª Antonia, 1988, « Los marcadores del discurso desde el punto de vista gramatical », in Martín Zorraquino, Mª Antonia, Montolío Durán, Estrella (éds), Los marcadores del discurso. Teoría y análisis, Madrid, Arco/Libros, p. 19-53.

Moliner, María, 1964, Diccionario de uso del español (DUE), Madrid, Gredos.

Pavón Lucero, Mª Victoria, 1999, « Clases de partículas: preposición, conjunción y adverbio », in Bosque, Ignacio, Demonte, Violeta (éds), Gramática descriptiva de la lengua española, Madrid, Espasa-Calpe, vol. 1, p. 565-653.

Portolés, José, 1998, Marcadores del discurso, Barcelona, Ariel Practicum.

Portolés, José, « Diferencias gramaticales y pragmáticas entre los conectores discursivos pero, sin embargo y no obstante » in Boletín de la Real Academia Española, t. 75, p. 231-269.

Real Academia Española, 1973, Esbozo de una nueva gramática de la lengua española, Madrid, Espasa-Calpe.

Real Academia Española, 2001, Diccionario de la lengua española (DRAE), Madrid, Espasa-Calpe.

Real Academia Española y Asociación de Academias de la lengua española, 2005, Diccionario panhispánico de dudas (DPD), Madrid, Santillana.

Real Academia Española y Asociación de Academias de la lengua española, 2009, Nueva gramática de la lengua española, Madrid, Espasa.

Seco, Manuel, 1986, Diccionario de dudas y dificultades de la lengua española (DDDLE), Madrid, Espasa Calpe, novena edición.

Sicot-Domínguez, María-Soledad, 2006, « Concession et adversation : aunque, pero », in Luquet, Gilles (éd.), Le signifié de langue en espagnol, Méthodes d’approche, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 147-159.

Sicot-Domínguez, María-Soledad, 2008, « La mémoire du signe », Tigre 16, La Trace (4) Trace et linguistique, Ellug, Université Stendhal – Grenoble 3, p. 65-78.

Notes

1 . RAE, Esbozo de una nueva gramática de la lengua española, § 3.18.6.

2 . Alarcos, Gramática de la lengua española, § 295.

3 . RAE, Nueva Gramática de la lengua española, § 30.12b (c’est moi qui souligne).

4 . On y retrouve une certaine insistance sur cette catégorisation à propos de la séquence sin embargo : « Locución adverbial (no conjuntiva, como dicen casi todas las gramáticas) que expresa oposición parcial a lo enunciado anteriormente en el discurso. »

5 . Sicot-Domínguez, « Concession et adversation : aunque, pero », p. 153 et suiv.

6 . Pavón Lucero, « Clases de partículas: preposición, conjunción y adverbio », p. 579 et 587.

7 .RAE, Nueva gramática…, op. cit., § 29.2ñ.

8 . Ibid.

9 . Martín Zorraquino, « Los marcadores del discurso desde el punto de vista gramatical », p. 38.

10 . Portolés, Marcadores del discurso, p. 139.

11 . Portolés, « Diferencias gramaticales y pragmáticas entre los conectores discursivos pero, sin embargo y no obstante », p. 232.

12 . Id., p. 236-237.

13 . « Advirtamos que, aunque no se trata de un uso imposible en el español actual, es extraño incluso en lengua escrita » (ibid.).

14 .Id., p. 238.

15 .Id., p. 260-261.

16 .Id., p. 260.

17 .Id., p. 262.

18 . Id., p. 261.

19 . « [C]uanto mayor sea el compromiso del locutor con lo mantenido en el primer enunciado, más se favorecerá la aparición de no obstante en lugar de sin embargo. » (id., p. 263)

20 . Lavaud-Verrier, Marie-Pierre, « Era de noche, sin embargo llovía... ».

21 .Id., p. 230.

22 .Id., p. 231.

23 .Id., p. 234.

24 .Ibid.

25 . Voir Sicot-Domínguez, « La mémoire du signe ».

26 . Lecolle, « Changement dans le lexique – changements du lexique : Lexicalisation, figement, catachrèse », p. 27.

27 . Voir Luquet, « La grammaticalisation d’un signe implique-t-elle nécessairement sa désémanti-sation ? Remarques au sujet des descriptions du marqueur espagnol bueno et de son équivalent français (bon) ».

28 . Lavaud-Verrier, op. cit., p. 234.

29 . Corominas et Pascual, DCECH, s. v. estar.

30 . La fréquence avec laquelle le support de prédication de obstar réfère à un procès est vraisemblablement à mettre en rapport avec son figement à la 3e personne du singulier.

31 . Corominas et Pascual, op. cit., s. v. embargar et barra.

32 . DRAE, s.v. embargo.

33 . On retrouve cet effet de sens avec le verbe embargar dans des phrases telles que : Estaba embargado por la tristeza y no sabía qué hacer.

Auteur

María-Soledad Sicot-Domínguez est Maître de conférences honoraire à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, où elle a enseigné la linguistique hispanique et la langue espagnole. Sa recherche, menée dans une perspective sémasiologique, porte sur l’analyse des rapports entre le signifiant et le signifié appliquée aux parties du discours non prédicatives : pronoms personnels et relateurs du castillan. Auteur d’une thèse intitulée « Recherches sur le pronom se » et de plusieurs articles publiés en France et en Espagne, elle s’intéresse actuellement aux instruments linguistiques de l’adversation, du point de vue de la mémoire du signe inscrite dans le signifiant.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540