Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Sémantique

Le verbe espagnol dar : approche sémantique

Fabiana Álvarez Ejzenberg

Résumé

El verbo dar presenta una gran variedad de matices expresivos, algunos en apariencia muy alejados de otros. Ciertos empleos revelarían, como lo propone la teoría de la gramaticalización, un verbo dar sin contenido nocional : tal sería el caso de expresiones como dar a entender  o  dar que hablar, así como también de la partícula conversacional dale. El presente análisis, que se inscribe en la perspectiva de la lingüística del significante, busca demostrar que dar, del mismo modo que cualquier otro signo lingüístico, posee un único significado que permite sus numerosos empleos en el discurso. Al igual que los verbos ser, estar, tener, haber e ir, dar es un verbo existencial. Este contenido nocional de existencia resulta inalterable en todas y cada una de sus ocurrencias discursivas.

Texte intégral

1Tout membre de la communauté linguistique argentine, et plus précisément du Río de la Plata, en a fait un jour l’expérience : les différences qui existent entre l’espagnol parlé en Argentine et celui que l’on parle dans la Péninsule sont un objet de curiosité. Parmi les occurrences langagières qui suscitent cette curiosité, le syntagme dale se détache des autres. Cette unité, formée du verbe dar à la forme impérative – deuxième personne du singulier – et du pronom atone datif le sous forme enclitique, peut se présenter dans une phrase verbale complexe, avec un COD ainsi que des compléments circonstanciels :

(1)

« Un paisaje sin hojas es una cosa muy triste y no le va a producir ningún placer », rearguyó el pintor. « Pues bien », contesta Napoleón, « píntelo como usted quiera ; Berthier, dale una escolta para que lo lleven a ese paisaje.  (José Lezama Lima, Paradiso, Cuba, 1996, CORDE)

2Dans certains cas, dale révèle une moindre flexibilité du point de vue syntaxique :

(2)

A : Te debe haber bajado la presión. Bueno, yo voy a estudiar un poco.

B : Charlame un poquito, Valentín, dale.

A : No, ésta es la hora de estudio. Y tengo que cumplir el plan de lectura, vos sabés. (Manuel Puig, El beso de la mujer araña, Argentina, 1976, CREA)

3Ce dernier emploi ne permet ni complémentation :

  • « Charlame un poquito, Valentin, *dale algo/esto/después »

ni négation :

  • « Charlame un poquito, Valentín, *no le des ».

4Cette apparente fixation syntaxique caractérise les unités appelées marqueurs discursifs. Dale serait, comme cela vient d’être montré, un marqueur qui accomplit différentes fonctions au niveau conversationnel. Il peut servir à exprimer les mêmes situations d’expérience dans différentes communautés panhispaniques. L’une de ces capacités référentielles serait la réprobation du locuteur face à l’opiniâtreté de quelqu’un :

(3)

DUQUE : Bueno, bueno, por lo visto a todos nos hace muy felices hablar de la felicidad pero hemos vuelto a desviarnos de la cuestión principal. ARGENSOLA :  Pero ¿es que hay cuestión más principal que la felicidad ?

DUQUE : ¡Y dale ! Digo que a este paso nuestro amigo no terminará nunca de contarnos los gozos y alborozos de Sinapia. (Fernando Savater, Vente a Sinapia. Una reflexión española sobre la utopía, 1983, España, CORDE)

(4)

– Pero, insistió Ortegal con la terquedad del que sufre, ¿y si lo abandonan a usted sin motivo?

-– Y dale, repuso Berón, si nunca hay motivos, hay acción y reacción, ¡eso es todo! (Federico Gamboa, Suprema Ley, México, 1986, CREA)

(5)

Entre Marcel y yo tratamos de convencerlo de que descansara un rato, pero no hacía más que hablar de no sé qué, campos con urnas que había encontrado, y dale con las urnas durante media hora. (Julio Cortázar, Reunión y otros relatos, Argentina, 1983, CORDE)

5Or parmi les situations auxquelles dale peut renvoyer, il en existe certainement une dans laquelle l’espagnol péninsulaire n’a pas recours à cet outil discursif. Tandis que le locuteur de l’espagnol du Río de la Plata pourrait faire appel à dale pour déclarer son consentement à l’égard des propos de son interlocuteur :

(6)

– Habría que llamar a la asistencia pública —dijo Gregorovius.

-– Bueno, dale. (Julio Cortázar, Rayuela, Argentina, 1963, CORDE)

  • 1 . Le Nuevo diccionario de americanismos, tomo II, p. 231, donne la définition suivante : «¡dale ! c (...)

6Le locuteur péninsulaire aurait recours à vale1 :

(7)

– El automóvil…– murmuré.

– Yo lo pondré a punto y le llenaré los depósitos. Cuando se despierte podrá reanudar la pesca, ¿vale así?

Vale, gracias. (Eduardo Mendoza, La verdad sobre el caso Savolta, España, 1975, CREA)

7Derrière ces différences expressives de marqueurs, affleure la question posée par des pragmaticiens à propos du contenu sémantique de ces outils discursifs. Quelques-uns parmi eux voient dans ces unités pragmatiques des signes plus ou moins vidés de leur contenu notionnel comme résultat d’un processus de grammaticalisation. Dale, en tant que tel, serait une unité signifiante complexe plus ou moins désémantisée. Mais un observateur de la langue dont le positionnement théorique est l’unicité du signe linguistique et la correspondance entre un signifiant et un signifié, toujours et partout, aurait du mal à voir un quelconque signe vidé de matière lexicale. En conséquence, le signifié des constituants du marqueur ne devraient pas différer de ce qu’il est ailleurs dans la langue. Mais que révèle l’élément verbal de cette unité ? Que dit l’opération inscrite dans le signifié de dar pour permettre non seulement les emplois de dale en tant que marqueur mais aussi tous les emplois de ce verbe si fréquemment utilisé dans le discours ? Les nombreux emplois accessibles au sujet parlant – en apparence très différents les uns des autres – posent à l’observateur de la langue, lorsqu’il postule l’unicité du signe, le problème de trouver ce qu’ils ont en commun, le fil conducteur qui émanerait de la face immatérielle du signe et qui, en discours, permettrait ses divers agencements syntaxiques et ses capacités référentielles.

  • 2 . M. Molho, « Essai sur la sémiologie des verbes d’existence en espagnol », p. 57-99.
  • 3 . R. Cazalbou, « Le verbe dar est-il un verbe d’existence ? », p. 181-197.
  • 4 . J. Schmidely, « La -Y de DOY, ESTOY, SOY, VOY », p. 611- 619.

8Une partie de cette recherche est fondée sur les études menées sur la sémantèse de dar par Maurice Molho2, Renaud Cazalbou3 et Jack Schmidely4.

9Une des premières voies d’analyse serait la syntaxe de dar. L’observation de ses agencements syntaxiques montre qu’il peut fonctionner en tant que verbe transitif et intransitif et qu’il accepte la construction pronominale ainsi que l’emploi impersonnel, comme le révèlent les exemplesqu’on propose.

10Son emploi transitif avec deux objets, COD et COI – le plus « orthonymique » en tant que véhicule de la notion qui semble être associée prioritairement à ce verbe par le locuteur hispanophone et par les lexicographes – fait de lui un verbe pouvant exprimer le « don » :

(8)

Cadalsito se encaró con el sujeto aquel de la casaca, y quitándose la gorra (pues él siempre cortés en viendo galones, no distinguía de jerarquías), le dio la carta, diciendo con timidez : « Aguardo contestación ». (Benito Pérez Galdós, Miau, España, 1888, CORDE)

11Cet emploi – que l’on peut gloser ainsi : « quelqu’un met quelqu’un d’autre en possession de quelque chose » – permet de dégager trois actants dans l’opération de dar : un point de départ (Cadalsito), un mobile qui se déplace (la carta) et le terme de l’opération (el sujeto aquel de la casaca). Le point de départ et le terme sont instanciés par des êtres animés, tandis que le mobile est exprimé par une entité inanimée concrète. Mais il existe d’autres instanciations possibles :

(9)

Vi el arco iris y me quedé asombrado, mudo de admiración y de fervor religioso… No sé por qué, aquel sublime espectáculo, para mi desconocido hasta hoy, me dio la idea más clara de la armonía del mundo… No sé por qué, al mirar la perfecta unión de sus colores, pensaba en ti… (Benito Pérez Galdós, Marianela, España, 1878, CORDE)

12Le point de départ (aquel sublime espectáculo), de même que l’objet du transfert (la idea más clara de la armonía del mundo) sont argumentés par des entités inanimées. D’autre part, un être humain peut matérialiser en discours le mobile à l’intérieur de l’opération :

(10)

En vez de insultarme, el Sr. José debiera sujetar a su niño Agustín, libertino y embaucador, que es quien ha trastornado el seso a mi hija. No, no se la daré en matrimonio, aunque bebe los vientos por ella […]. No, no la tendrá por esposa. (Benito Pérez Galdós, Zaragoza, España, 1874, CORDE)

13En somme, il semble qu’il n’y ait pas de contraintes sémantiques dans l’argumentation des différents actants impliqués dans l’opération du verbe. Quant aux catégories syntaxiques du COD, elles peuvent prendre la forme d’un nom, d’un pronom, ou d’un verbe de type quasi-nominal, l’infinitif, précédé de la préposition de :

(11)

Batallaba en su mente por convencerse de que había ido a socorrer a un enfermo, a consolar a un triste, a dar de comer a un hambriento. (Benito Pérez Galdós, Tormento, España, 1884, CORDE)

14Dans cet emploi causatif, le point de départ, moteur de l’opération, fournit à l’être qui argumente le terme de ladite opération le moyen de réaliser l’événement évoqué par l’infinitif. L’infinitif peut être précédé de la préposition a :

(12)

Referí los pedidos previos de textos primarios y mantuve la más estricta reserva en cuanto al molinete, de cuya desaparición, según él mismo me dio a entender, estaba perfectamente compenetrado. (Adolfo Bioy Casares, El lado de la sombra, in Corpus del español, Miles Davis)

15La conjonction que peut également introduire cette forme verbale de type quasi-nominal :

(13)

Le contaré a Ud. Ese hombre perverso se empeña en que le he de querer… ¡qué absurdo! Si mi corazón pertenece a otro… Además, yo me estimo mucho, y, como he nacido en la más arta sociedad, tengo una posición elevada, y no quiero dar que hablar con mi conducta… (Benito Pérez-Galdós, Rosalía, España, 1872, CORDE)

16Évidemment, dans la signification qu’apportent les séquences infinitives au sens phrastique résultatif, les prépositions a et de, qui les précédent, ainsi que la conjonction que, sont pour beaucoup : dar de comer ne dit pas la même chose que dar a comer, dar a pensar et dar que pensar non plus. Ce qu’on souligne, c’est que dar – à l’instar de n’importe quel signe – instaure toujours le même apport de signification partout où il est appelé à comparaître, chaque fois qu’on le sollicite pour mettre en place une combinatoire phrastique.

17Dans son emploi pronominal, c’est le même être qui occupe le point de départ et le terme du transfert :

(14)

[…] y se dio a la bebida y a la holganza, hasta que el pobre marido, cargado de pesadumbres y de miseria, se fue al otro mundo de la noche a la mañana […] (José María Pereda, Sotileza, España, 1888, CORDE)

18Le terme de l’opération peut ne pas être matérialisé dans le discours, mais rester sous-entendu :

(15)

Mar muerta tiene que ser

la que no da frutos buenos,

sirena de Normandía

flotando sobre el mar Muerto.

(Rafael Alberti, Marinero en tierra, España, 1925, CORDE)

19Dans la construction transitive de dar, il est également possible que le COD ne soit pas matérialisé mais reste implicite. Dans l’exemple suivant, il s’agit du mobile objet du transfert dont le référent n’est pas formulé explicitement :

(16)

D. Pablo empezó a gritar llamando al santo acá y al santo allá, y luego a todos nos daba con la punta del pie, diciendo: « Levantaos y salid a buscar algo para mi hija ». (Benito Pérez Galdós, Gerona, 1874, España, CORDE)

20Dans l’emploi de dar avec le substantif objet ganas, le sujet du verbe peut être explicitement mentionné :

(17)

Le parecían cortos esos años, ahora que los había dejado atrás. Y sin embargo, habían tenido el poder de envejecer tremendamente ciertas cosas: ciertos libros, sobre todo. Un encuentro con el Abate Raynal, en los entrepaños de la biblioteca, le dio ganas de reír. (Alejo Carpentier, El siglo de las luces, 1962, Cuba, CORDE)

  • 5 .Op. cit., p. 93-94.

21Mais il peut aussi rester dans l’implicite, comme dans la tournure impersonnelle « sous l’impulsion créatrice de la personne d’univers », pour reprendre la formulation de Maurice Molho5 :

(18)

Los perros son bien fieles, más que los parientes, no hay nada que hacer. La Malpapeada es chusca, una mezcla de toda clase de perros, pero tiene un alma blanca. No me acuerdo cuándo vino al colegio. Seguro no la trajo nadie, pasaba y le dio ganas de meterse a ver, y le gustó y se quedó. (Mario Vargas Llosa, La ciudad y los perros, 1962, Perú, CORDE) 

  • 6 . Renaud Cazalbou dit à propos de cette tournure : « Il ne s’agit pas tant de mettre l’accent sur l (...)

22Il est enfin possible que ganas, dans ce type d’expression, apparaisse comme le sujet syntaxique de dar6:

(19)

Tenía gusto dulzón y evanescente y le dio la sensación de que al bajar por la garganta los músculos de la cara y el cuello se endurecían. Después le dieron ganas de caminar, sintió calor y los brazos más firmes y descansados. (Rodolfo Enrique Fogwill, Cantos de marineros en la Pampa, Argentina, 1998, CREA)

23Voilà quelques capacités combinatoires de dar en tant que verbe transitif, verbe dont le signifié régit également son agencement intransitif, en l’occurrence son emploi absolu dans cette forme verbale nominalisée :

(20)

Recibí ayer una postal en que me cuenta sobre el invierno allá. « ¿Invierno? Te fuiste en julio y ahora estamos en agosto. Mentimos ambos como es costumbre en el dar y recibir con igualdad de gestos. Y no quise hacer eso ». (Ernesto Sábato, Sobre héroes y tumbas, in Corpus del español, Mark Davis)

24Mobile et terme, dans cet énoncé, restent indéfinis mais sous-entendus (donner quelque chose à quelqu’un).

25Parmi d’autres combinatoires intransitives, il en existe une dans laquelle les actants de l’opération de dar ne se repèrent pas aisément :

(21)

Pasito a pasito, para que no nos sintiera, fuimos a la habitación que da a la calle, y por la ventana les echamos trapos para que se vendaran […] (Benito Pérez Galdós, Zaragoza, 1874, España, CORDE)

26Des trois actants de l’opération, le discours actualise le point de départ (la habitación) et le terme (la calle), et laisse le mobile dans l’indéfinition.

27Les emplois pourraient être multipliés mais on se contentera ici de ces quelques exemples qui illustrent les combinatoires syntaxiques possibles du verbe et qui font ressortir un nombre plus ou moins représentatif de ses valeurs expressives. Les occurrences qu’on vient d’examiner peuvent être regroupées en cinq catégories expressives, taxonomie qui n’est pas exhaustive mais qui devrait contenir les caractéristiques communes à toutes les parutions de dar dans le discours :

  1. Verbe de « don » : emploi qu’on peut gloser « mettre un être en possession de quelque chose ». Il s’agirait des occurrences des exemples 1, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14 et 20.

  2. « Produire », « faire exister » : capacité expressive exprimée dans les exemples 15, 17, 18 et 19.

  3. « Frapper », « porter un coup contre quelqu’un ou quelque chose », idée exploitée dans l’exemple 16.

  4. « Mener vers », « donner sur », emploi de dar dans l’exemple 21.

  5. Dale, marqueur discursif employé dans 2, 3, 4, 5 et 6.

  • 7 . Op. cit., p. 93.

28En vertu du postulat de l’unicité du signe, ces emplois devraient représenter autant d’exploitations possibles de ce qu’est le signifié du verbe. Maurice Molho7 avait signalé à propos de sa sémantèse :

Quant à DAR […], de l’extrême complexité des significations qu’il apparaît impliquer, et dont l’une en vient à obscurcir toutes les autres, une représentation unitaire se laisse dégager, qui est celle d’une activité productrice dont l’être trouve en soi, dans sa propre puissance en export d’elle-même, la genèse, – le « don » n’étant qu’une manifestation, parmi beaucoup d’autres, de cette puissance exportée […].

29L’hypothèse avancée ici, pour compléter cette approche, consiste à définir cette sémantèse – le signifié – de la façon suivante : dar est un verbe dont le propre est de signifier l’accès à l’existence d’une entité B pour une entité C, sous l’impulsion d’une entité A :

A causateur de l’existence de B rapportée à C

30C’est cette opération en langue, l’accès à l’existence d’une entité B pour C sous l’action de A, qui permettrait en discours et en combinaison avec d’autres signes dans la construction phrastique, de faire référence à différentes expériences de réalité, telles que le don, l’application d’un coup, l’accès à un espace.

31La nature de l’entité qui accède à l’existence peut être concrète :

(8)

Cadalsito se encaró después con el sujeto aquel de la casaca, y […] le dio la carta […]

ou abstraite :

(9)

[…] No sé por qué, aquel sublime espectáculo […] me dio la idea más clara de la armonía del Mundo...

32Dar peut alors servir à exprimer un coup, phénomène d’ordre physique qui, issu d’une source qui le génère, affecte un récepteur, matérialisé ou non dans le discours :

(16)

D. Pablo empezó a gritar […] y luego a todos nos daba con la punta del pie […]

33Il peut signifier l’accès à l’existence d’un état mental :

(17)

Un encuentro con el Abate Raynal, en los entrepaños de la biblioteca, le dio ganas de reír.

34Ce dont le verbe dar pose l’existence peut, bien entendu, n’être rien d’autre que l’accès à un espace :

(21)

[…] fuimos a la habitación que da a la calle […

35Le procès déclaré par dar lui permet d’accomplir des fonctions pragmatiques : son signifiant reste inaltéré dans les différentes fonctions expressives du marqueur conversationnel dale. Dans

(2)

Charlame un poquito, Valentín, dale.

c’est le signifié de dar qui, en discours, permet au locuteur de demander à son interlocuteur la réalisation d’un acte et, enfin, de générer une opération quelconque, afin de la faire exister. Ce que le discours fait ressortir ainsi est la mise en relation du moteur de l’opération et de son terme, deux des composants inscrits dans la sémantèse du verbe.

  • 8 . R. Cazalbou, op. cit., p. 186.
  • 9 . Ibid., p. 188.
  • 10 . M. F. Delport, Deux verbes espagnols : Haber et Tener, p. 393-394.
  • 11 . Ibid., p. 149.
  • 12 . Ibid., p. 151.

36Voilà quelques emplois d’un verbe dont le signifié se manifeste toujours et invariablement à chaque fois que son signifiant apparaît dans le discours. Ce signifié contribue à la construction d’une image référentielle particulière dans chaque combinatoire phrastique avec les autres signes. Le discours peut mettre en relief la mise en rapport de deux ou trois des actants de l’opération déclarée par le verbe (ce qui, dans l’agencement discursif avec d’autres signes, permettra telle ou telle expression). Mais dar est un verbe qui, à l’instar de ser, estar, tener, haber et ir, dit l’existence. Comme l’indique Renaud Cazalbou dans son article sur le verbe dar, ser pourrait être considéré comme l’hyperonyme de la série, verbe « aperspectif, dénué de toute limitation sémantique »8, estar, de son côté, offrirait une image statique de l’existence : il isole, « en l’immobilisant, un fragment donné dans l’entier de l’être (fragment temporel ou notionnel, d’où la notion d’état) »9. Quant à haber et tener, comme l’a démontré M. F. Delport10, la différence dans la représentation de l’existence, bi-actancielle dans les deux cas, se fonde sur l’image sémio-temporelle de la sémantèse de chaque verbe. Pour haber, il s’agit d’une existence pensée de façon absolue, représentation thétique, contenue dans une unité sémio-temporelle et « hors de tout champ de variation possible »11. Pour tener, c’est une représentation statique de l’existence, posée sur deux instants dont le contenu est identique, donnant une image de permanence, « deux unités sémio-temporelles de même contenu »12.

  • 13 . Dans cette thèse, p. 254-255, M. Quitard décrit l’opération de ir comme le « passage pour l’être (...)

37L’image de ce qu’on peut considérer comme étant un autre tandem de verbes d’existence, ir et dar, serait du type dynamique, mono-actancielle pour ir, tri-actancielle pour dar. Ir est sémantiquement intransitif et soulignerait une « tension vers », comme le postule Mathilde Quitard13 dans la thèse qu’elle a consacrée à ce verbe. Quant à dar, la représentation dynamique inscrite dans son opération serait l’image de l’accès à l’existence d’une entité B pour une entité C, sous l’action d’une entité A.

38C’est cette représentation de son signifié que l’on retrouve chaque fois que son signifiant se déclare, sans exception.

Bibliographie

Corpus

Real Academia Española, Banco de datos (CORDE) [en línea]. Corpus diacrónico del español. <http://www.rae.es>

Real Academia Española, Banco de datos (CREA) [en línea]. Corpus de referencia del español actual. <http://www.rae.es>

Davies, Mark, Corpus del Español: 100 million words, 1200s-1900s. http://www.corpusdelespanol.org.

Ouvrages et articles cités

Cazalbou, Renaud, 2008, « Le verbe dar est-il un verbe d’existence ? », Chréode, Revue de linguistique hispanique et romane, Paris, Éditions Hispaniques.

Delport, Marie-France, 2004, Deux verbes espagnols : Haber et Tener. Étude lexico-syntaxique. Perspective historique et comparative, Paris, Éditions Hispaniques.

Haensch, Günther, Werner, Reinhold, 1993, Nuevo diccionario de americanismos. Tomo II, Nuevo diccionario de uruguayismos, Santa Fé de Bogotá, Instituto Caro y Cuervo.

Molho, Maurice, 1969, « Essai sur la sémiologie des verbes d’existence en espagnol », Linguistique et langage, Bordeaux, Ducros.

Quitard, Mathilde, 2010, Recherche sur la semi-auxiliarité en espagnol : le cas de ir, Thèse pour le doctorat en linguistique hispanique, Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3.

Schmidely, Jack, 1987, « La -Y de DOY, ESTOY, SOY, VOY », in Ariza, Manuel et alli (eds), Actas del I Congreso Internacional de Historia de la lengua española, Cáceres, Arco/Libros, p. 601-610.

Notes

1 . Le Nuevo diccionario de americanismos, tomo II, p. 231, donne la définition suivante : «¡dale ! coloq Se usa para responder afirmativamente a una proposición [E : ¡vale !; Arg : ¡meta !] ».

2 . M. Molho, « Essai sur la sémiologie des verbes d’existence en espagnol », p. 57-99.

3 . R. Cazalbou, « Le verbe dar est-il un verbe d’existence ? », p. 181-197.

4 . J. Schmidely, « La -Y de DOY, ESTOY, SOY, VOY », p. 611- 619.

5 .Op. cit., p. 93-94.

6 . Renaud Cazalbou dit à propos de cette tournure : « Il ne s’agit pas tant de mettre l’accent sur le ou la responsable de cette furieuse envie que de dire que cette dernière est là, présente, effective. […] il n’y aurait là que la déclaration de l’existence, pour un être donné, d’une telle envie ». (Op. cit., p. 182)

7 . Op. cit., p. 93.

8 . R. Cazalbou, op. cit., p. 186.

9 . Ibid., p. 188.

10 . M. F. Delport, Deux verbes espagnols : Haber et Tener, p. 393-394.

11 . Ibid., p. 149.

12 . Ibid., p. 151.

13 . Dans cette thèse, p. 254-255, M. Quitard décrit l’opération de ir comme le « passage pour l’être e d’un point a en Tn à un point b en Tn+1, tendant vers un point c en Tn+q sans altération du mobile au cours de l’opération ».

Auteur

Maître de langue et membre du GERLHIS (EA 170, fédération CLESTHIA) à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle prépare une thèse sur le signifié du verbe espagnol dar sous la direction du Professeur Gilles Luquet.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540