Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Sémantique

Estar, seer, ser et yazer, batailles médiévales et conquêtes modernes

L’existence monoactancielle en quête d’une sémiologie

Marie-France Delport

Résumé

Para la expresión de la existencia monoactancial o semánticamente intransitiva, dos verbos colaboran hoy en día y se reparten los diversos casos sintácticos y referenciales. Una mitad de esos casos, más o menos, requiere el uso de ser, la otra, el de estar. A lo cual conviene añadir que estar no para de invadir el terreno de ser. La historia, en los orígenes del idioma, implicaba cuatro verbos. El descendiente de ESSE, en la época medieval, podía asumir la casi totalidad de los usos, con la excepción notable del papel de auxiliar en toda combinación con el gerundio; para dicha combinación, había que acudir a los herederos de SEDĒRE, STĀRE o IACĒRE (para una representación estática de la existencia). Tras haber explicado la desaparición de seer y la relegación de yacer, que dejaron sitio a estar, se estudiará aquí el recorrido de ser, y, por lo que atañe a estar, la transformación en obligación de lo que primero fue una alternancia posible y el resultado de una intención expresiva, tanto en el uso con atributo (en el llamado papel de cópula) o en la declaración de una localización, como cuando los dos verbos contribuyen a la expresión de la voz (por no hablar más que de los tres papeles principales que se les reconoce y que no se pueden estudiar separadamente).

Texte intégral

Souvent à coup sûr les grammairiens ont déliré, mais jamais d’une manière aussi remarquable que lorsqu’ils nous transmettent leurs délires sur les verbes passifs.

  • 1 . De ce même ouvrage, publié en latin par Sánchez de las Brozas, El Brocense, en 1587, la traductio (...)

Sanctius, Minerve. Traduction et édition de Geneviève Clerico, Presses Universitaires de Lille, 1982, p. 2271.

  • 2 . Le mot est de Rafael Lapesa, et appliqué à ser et estar, dans « Morfosintaxis histórica del verbo (...)
  • 3 . Voir Marie-France Delport, Deux verbes espagnols : Haber et Tener. Etude lexico-syntaxique. Persp (...)

1Qu’on ne se méprenne pas : la réunion des quatre verbes estar, seer, ser et yazer dans l’étude qui suit n’est pas appelée par la simple proximité de leurs capacités référentielles. C’est parce que l’histoire a rapproché, jusqu’à les confondre parfois, leurs signifiants et enchevêtré leur syntaxe, parce que ces verbes ont partie liée dans le système linguistique du castillan médiéval et que les deux vainqueurs de la contienda2 continuent de se disputer le vaste terrain alloué à ce qui a été appelé l’existence monoactancielle dans plusieurs de nos travaux précédents3, c’est pour toutes ces raisons qu’il nous paraît légitime de les étudier conjointement dans le cadre d’une linguistique du signifiant, c’est-à-dire avant tout selon une approche où il est postulé que, quelle que soit la situation d’expérience pour l’expression de laquelle on le convoque, quelle que soit la construction discursive dans laquelle il prend place, le signifiant apporte toujours, immuable, constant, le même contenu représentatif, le même signifié. Toute analyse, en conséquence, si on la produit pour rendre compte de l’un des emplois, doit s’avérer compatible avec tous les autres emplois du même signifiant, attestés à la même date. Ils sont solidaires et elle doit pouvoir rendre compte de tous.

2Déjà unis par un trait commun, celui d’être dotés tous trois de parfaits forts, les verbes latins SEDĒRE, STARE et IACĒRE par lesquels s’évoquaient les trois postures humaines, « être assis », « être debout » et « être couché » (exemples 1, 3 et 5) avaient par métaphore étendu leurs emplois et pouvaient servir à déclarer la position d’objets divers (exemples 2, 4 et 6) :

(1)

Scaevola tribuno in rostris sedente. (Cicéron, Brutus, 161, apud Gaffiot, s.v. SEDEO)

(2)

sedens humero toga (Quintilien, 11, 3, 161, Ibid.)

(3)

Stant, non sedent (Plaute, Captivi, 1, Id, s.v. STO.)

(4)

Ut, praeter spem, stare muros viderunt (Tite Live, Ab urbe condita libri, 38, 5, 4, Ibid.)

(5)

Aecidae telo jacet Hector (Virgile, Enéide, I, 99, Id, s.v. JACEO)

(6)

In vertice montis planities jacet (Virgile, Enéide, 11, 567, Ibid.)

3Si l’italien conserve à sedere son sémantisme originel et un paradigme complet, le français n’hérite que d’un verbe défectif, seoir, (sied, seyait, siéra, siérait, seyant ou séant [bien~ / mal~], sis) et recourt à un composé asseoir pour assumer pleinement le rôle de SEDĒRE. Les héritiers italiens de IACĒRE et de STARE, giacere et stare, conservent un paradigme complet. Tandis qu’une forte défectivité caractérise le fr. gésir, le juridique ester et son composé rester offrent une conjugaison complète ; mais en outre STARE fournit une partie de son paradigme à être, en lieu et place de formes du ESSE latin. De ce même verbe, devenu ESSERE par réfection analogique, comme VOLERE a remplacé VELLE et POTERE POSSE, proviennent le paradigme de l’it. essere et partie de celui du fr. être.

4Le bricolage qui réorganise les paradigmes espagnols fait usage des mêmes procédés mais les ingrédients varient. Estar et yacer dérivent sans vicissitudes particulières de STARE et de IACĒRE. Tout se joue entre SEDĒRE et ESSERE ; puis entre leurs descendants. Selon des modalités différentes et qu’il est essentiel de ne pas confondre. Dans le passage du latin à l’espagnol, quelques formes de SEDĒRE ont supplanté les formes correspondantes de ESSERE : SEDEAM se substitue à SIM pour fournir un subjonctif sea, plus proche du subjonctif régulier des verbes en -er par exemple. Est-ce à dire que leurs descendants ont un paradigme partiellement commun ? Ou même, comme certaines études l’affirment, en viennent à fusionner ? Comme toujours lorsque des mécanismes analogiques interviennent – et c’est eux, en effet, qui sont à l’œuvre ici – les signifiés sont partie prenante au même titre que les signifiants. C’est vers eux qu’il faut maintenant se tourner. Non sans avoir apporté une ultime précision sur les signifiants de l’infinitif.

  • 4 . Rafael Lapesa, op. cit., comme la plupart des linguistes, fait bon marché du principe saussurien (...)
  • 5 . L’index lemmatisé des Milagros de Berceo publié dans les Annexes des Cahiers de Linguistique hisp (...)

5On sait que le [d] latin en position intervocalique se fricatise et s’amuït. Tout comme CREDĔRE évolue en creer et VIDĒRE en veer, SEDĒRE se transforme en seer. La même lénition affectant souvent le [g], de LEGĔRE naît leer. La suite vocalique [eε] tantôt fusionne tantôt se maintient. Dans les textes médiévaux coexistent creer et crer, leer et ler, veer et ver. Et donc seer et ser. Cette dernière forme peut également provenir de l’infinitif « régularisé » ESSERE. Il est donc exact d’affirmer que ser a une double origine. Mais l’assertion ne vaut que si l’on considère exclusivement la forme qui, avec le gérondif et le participe, constitue le mode a-déictique, le mode quasi-nominal dans la terminologie guillaumienne. Or, l’usage dans les langues romanes est de désigner l’entier du verbe par la forme de son infinitif. L’occasion était toute trouvée de transformer une observation avérée – la confusion des formes d’infinitif – en une généralisation abusive – la fusion des deux verbes. On ne s’en est pas privé ! Certes, on relevait bien des emplois réservés au descendant de ESSE, certains où convenait mieux celui de SEDĒRE, d’autres où il était le seul possible. Mais à aucun moment on ne postulait que, signifié et signifiant étant indissociables, ou bien on devait toujours et partout avoir un seul verbe ou, toujours et partout, en avoir deux, si bien que l’erreur s’est installée, a empêché les meilleurs de comprendre4 et conduit les moins attentifs à des présentations brouillonnes, fautives et donc sans valeur aucune5. Le doute n’est guère permis : face au paradigme complet de ser – où s’agencent des éléments hétéroclites, dont certains, on l’a dit, pris à SEDĒRE – seer, lui, ne se conjugue plus que partiel-lement. Ayant cédé une partie de son paradigme à ser, il est désormais défectif. À l’imparfait de ser, era, s’oppose sans confusion possible le sedia/sedie ou le seya/seye de seer. La distinction est aussi nette aux formes venues du perfectum. Tandis que ser, privé comme déjà son ancêtre latin de forme de perfectum, se démet alors au profit des descendant de FUISSE (voir infra)fui ; fuera ; fuere ; fuese – seer conserve des formes fortes mais troque celles que l’évolution phonétique lui donnait (*side…) pour un paradigme construit par analogie sur aver : sove ; soviera ; soviere ; soviese. Dans le même temps, estar double les formes issues phonétiquement de STETI (estide…) d’un paradigme analogique semblablement fait sur le modèle de aver (estove…). De telles réfections analogiques montrent à l’évidence que ces deux verbes, aux possibilités syntaxiques communes, étaient perçus comme voisins sémantiquement au point que leurs signifiants en venaient à quasiment se confondre.

6Lorsque les sujets parlants produisent ou entérinent une analogie, ils accroissent la ressemblance de signifiants dont les signifiés leur paraissent apparentés, liés par quelque propriété commune, au moment de l’histoire où se produit le changement analogique. Plus tard les sujets parlants pourront s’attacher à une tout autre propriété et, par une autre transformation analogique, mettre un frein à la fusion vers laquelle les acheminait le premier rapport aperçu. On peut imaginer qu’il en est allé ainsi dans le cas qui nous occupe. La place manque pour suivre pas à pas, au long des textes, la réorganisation de ce sous-système.

7La généralisation, déjà observée en latin, se développe dans le castillan du XIIIe siècle, les trois verbes sont convoqués pour la déclaration de l’existence d’objets qui ne peuvent en propre se tenir debout, assis ou couchés. Mais le choix de l’un ou l’autre des verbes s’opère néanmoins en fonction de cette image spécifique inscrite dans le signifié de chacun, selon la métaphore la plus adéquate. Ainsi le verbe seer permet-il la localisation, la situation dans l’espace, d’un monarque, d’un magistrat, d’un conseiller, bref de qui est appelé à « siéger », tandis que l’armée en ordre de bataille, elle, sera vue estar en quelque lieu qu’elle occupe, qu’elle tienne. Mais, les exemples vont le montrer, d’autres facteurs interviennent.

8Pour estar :

(7)

Yo cerca ti estando

tú non ayas pavor.

(Gonzalo de Berceo, Milagros de Nuestra Señora, ed. Brian Dutton, Londres,

Támesis Books, 1971, 126 a)

(8)

Quantos cerca estavan

por muerto lo tovieron. (Id. 148 b)

(9)

Levólo la justicia

pora la crucejada

do estava la forca

por concejo alzada. (Id. 147)

La verticalité de la forca n’est pas ici sans pertinence.

9Pour seer :

(10)

Víno.l en corazón

do se sedié un día

al apóstol d’Espanna

de ir en romería (Id. 184 a, b)

(11)

Padre – dixo el ninno –

nos vos negaré nada,

ca con los christianiellos

sovi grand madurgada;

con ellos odí missa

ricamientre cantada, (Id. 360 a, b, c)

  • 6 . Dans cet exemple et dans plusieurs autres, Brian Dutton retient le verbe seer ; il suit en cela t (...)

10L’enfant juif a assisté à la messe ; la position assise peut avoir suggéré le choix de sovi6.

(12)

fueron en fiera cuita

en qual nunqa sovieron; (Id. 194 c, d)

  • 7 . Ce dynamisme le rendra adéquat pour fournir en espagnol un prétérit au verbe qui assure la déclar (...)
  • 8 . Il semblerait qu’une lexigénèse thétique versée dans une morphogénèse de prétérit puisse, avec un (...)

11Ce dernier exemple mérite qu’on lui consacre un instant. Y figurent successivement le prétérit de ser puis celui de seer. Certains seront tentés d’y voir la preuve d’une équivalence, voire de la fusion des deux verbes. Au vrai, un troisième larron entre en scène, auquel il a déjà été fait allusion. Le verbe ESSE -n’offrait en latin que des formes d’infectum ; pour le perfectum, un autre verbe était sollicité, un verbe FUISSE, qui semble avoir porté un sémantisme dynamique, l’image d’un devenir et non plus d’un être7. On rejoint là des observations faites à propos de aver8. Il convient enfin d’observer ce qui est ici évoqué. Dans la vie des compagnons de Guiraldo un événement trace une limite, ce qui permet une comparaison entre l’intensité de leur malheur avant et après cette limite. L’effet inchoatif s’avère bien venu en aval de cette limite ; en amont, et puisque s’ouvre une deuxième plage de temps, celle qui se clôt, et durant laquelle le malheur n’a jamais atteint son paroxysme, amène assez naturellement une image statique, saisie dans une durée explicite. Une variation du verbe pour des raisons esthétiques ne s’exclut évidemment pas ; en tout état de cause, l’effet produit sera celui qu’on vient d’évoquer.

12On réserve yazer pour le dormeur, le mort, le prisonnier qui gît en quelque cul de basse fosse, l’armée qui bivouaque, ou qui a été défaite… ou bien encore une ville qui s’étend à l’horizon ou le texte qui se déploie sur la page. Les Milagros offrent ainsi pour yazer et pour la construction syntaxique qu’on rangera sous l’étiquette « localisation » des exemples comme ceux-ci :

(13)

Yaziendo a la sombra

perdí todos cuidados (Id. 7 a)

(14)

Mientre yazié en vanno

el cuerpo en el río… (Id. 85 a)

(15)

Quand’a essir ovieron

fizo una nemiga

en logar de vigilia

yogo con su amiga. (Id. 185 a, b)

(16)

En Toledo la buena,

essa villa real

que yaze sobre Tajo,

essa agua cabdal… (Id. 48 a, b)

(17)

Sin los otros servicios,

muchos e muy granados,

dos yazen en escripto,

éstos son más notados (Id. 51 a, b)

13Yazer semble donc continuer de dire une position allongée, à quelque objet qu’on l’applique.

14Pour estar et seer, une fois atteint le degré de généralisation que certains des emplois examinés supposent (ex. 10 et 12), les deux verbes n’en demeurent pas moins disponibles pour les cas où le sujet parlant voudra prendre en compte l’image originelle en question. Ce passage célèbre des Partidas l’illustre bien :

(18)

[…] debe el rey seer muy apuesto, tambien en su andar como en estar en pie, et otrosi en leyendo et en cabalgando, et otro tal quando comiere o bebiere, et otrosi en su yacer, et aun quando dixiese alguna razon. Ca el andar non conviene que lo faga mucho apriesa nin muy de vagar ; otrosi estar mucho en pie non debe, sinon fuese en la eglesia… (Las siete partidas del rey don Alfonso el Sabio, cotejadas con varios códices antiguos por la Real Academia de la Historia, Tomo II, Partida segunda, 1807, p. 27)

15On le comparera à l’exemple suivant :

(19)

El sancto arzobispo,

un leal coronado,

por entrar a la Missa

estava aguisado,

en su preciosa cátedra

se sedié asentado,

adusso la Gloriosa

un present muy honrrado.

Berceo, op. cit, 58 a, b, c)

  • 9 . Dans cet exemple, il n’est sans doute pas anodin que l’interrogation formulée avec ser -explicite (...)

16La cooccurrence de sedié et de asentado donne à penser que sedié ne suffit plus à évoquer la position assise. Si le contexte fait naître l’image de cette position, seer sera le plus souvent convoqué, mais sa survenance n’est plus suffisante pour imposer cette image. Seer et estar ont atteint un degré de généralité et d’abstraction sans doute à peu près identique et peuvent sembler interchangeables, comme le fait voir l’exemple 19 9 :

(20)

Estonz dixo Ubert :

« Prior, ¡fe qe devedes!

de vos como estades,

vos me lo regunzedes,

qe sepa el cabildo

de vos como seedes,

en qual estado sodes

o qual lo atendedes.» (Id. 294)

17Ce qui sépare ser de seer et estar est précisément la non-considération de la notion d’état. La défectivité de seer et la confusion de son infinitif avec celui de ser vont très vite le disqualifier et permettre à estar de porter à lui seul la représentation statique, face à l’image thétique véhiculée par ser.

18Désormais, pour la localisation, deux solutions sont proposées par l’espagnol médiéval. L’une déclare cette localisation dans l’instant, sans accorder le moindre regard à l’instant antérieur non plus qu’à l’instant ultérieur. La nature de l’élément localisé s’avère indifférente : élément mobile / élément fixe, repère mobile / repère fixe. Ser est l’outil de cette déclaration qu’on a dite thétique. L’autre inscrit l’opération de localisation dans une circonstance, la fait voir comme une continuité ou une rupture par rapport aux instants précédents ou aux instants ultérieurs. Un état, une situation sont présentés comme se maintenant d’instant en instant ou ne se maintenant pas.

19Peu à peu et selon un parcours dont il reste à établir plus précisément les étapes – ce sera l’objet d’un prochain travail –, cette localisation va être pensée plus souvent et plus impérieusement comme liée aux circonstances, fugace ou durable ; et les sujets parlants, perdant la possibilité de choisir, vont se voir contraints de dire cette fugacité ou cette pérennité. Sans doute – mais il reste au moins à le vérifier – la fixité du repéré ou celle du repère ont-elles été des facteurs déterminants pour imposer l’usage de estar. L’ultime étape ne laisse plus à ser que la localisation d’un événement, c’est-à-dire de quelque chose qui se construit d’instant en instant.

20Estar employé seul permet de déclarer la présence. Ser, quant à lui, employé seul, déclare l’existence. Qui dit « présence » dit « existence », mais circonscrite à des conditions particulières de lieu, de temps, etc. L’existence dite par ser est pensée hors circonstances. C’est encore ce que va dire ser dans les exemples où il va poser une identité entre son « support » et une qualification déclarée par un substantif (Pedro es médico ; Pedro es un médico de mucha fama ; Pedro es el médico más famoso de la provincia). On est là devant le deuxième type d’emploi, celui où l’on dit que le verbe fait office de « copule » ; celui où, au vrai, il sert à poser une image de l’être-support de la prédication, image où ledit être est doté d’une propriété déclarée, soit par un substantif, soit, le plus souvent, par un adjectif. On a là l’emploi où le terrain autorisé à ser est demeuré le plus étendu, même si estar, on le constate chaque jour, empiète sur ce terrain. Là encore une étude diachronique minutieuse devrait bientôt le montrer. Pour l’heure on remarquera seulement que, à quelques exceptions près, le médiéval ser semble avoir pu se combiner avec tous les adjectifs, i. e. poser l’existence de quelque propriété que ce soit. En attendant d’en apporter la démonstration, on s’arrêtera juste sur quelques exemples :

(21)

El prado qe vos digo

avié otra bondat:

por calor nin por frío

non perdié su beltat,

siempre estava verde

en su entegredat,

non perdié la verdura

por nulla tempestat. (Id. 11)

21Pour penser comme « toujours verte » la couleur de la prairie, il faut poser d’abord cette couleur comme non inhérente à l’objet, comme susceptible de varier et, dans un deuxième temps, nier cette variation par le terme siempre. Estava paraît trouver là sa justification. Cependant, quelques strophes plus loin, Berceo écrit :

(22)

Esti prado fue siempre

verde en onestat,

ca nunca ovo mácula

la su virginidat, (Id. 20 a, b)

22La présence de siempre n’est donc pas déterminante. On observera que le prado d’herbe fraîche de la str. 11 est devenu à la str. 20 la prairie symbolique par laquelle s’évoque la Vierge. On a quitté le domaine où l’herbe peut changer au gré des saisons pour une herbe éternellement verte. Et le siempre n’est plus à prendre comme la négation d’une variation possible : il entre dans la définition même de l’éternité.

(23)

ate Dios perdonado,

fecha grand caridad,

conviene que seas

firme en tu bondad. (Id. 859 c, d)

(24)

Yo mesquino hediondo

qe fiedo más que can,

can qe yace podrido,

non él qe come pan,

non me querrá oír

esto sélo de plan,

ca sovi contra ella

torpe e muy villán. (Id. 807 [762])

(25)

Metióli so los piedes

do estava colgado

Las sus manos preciosas,

tóvolo alleviado;

Non se sintió de cosa

ninguna embargado,

No sovo plus vicioso

nunqua nin más pagado. (Id. 150)

23L’aspect prospectif de l’exemple 22 n’impose pas, loin de là, l’image de quelque limite temporelle que ce soit, ce que permet le verbe ser. Dans l’exemple 23, où sovi cède la place à fui dans les autres manuscrits, au contraire, le caractère caduc de la vilenie de Théophile peut faire comprendre le recours à seer. La même explication peut valoir pour la str. 150, puisque le ladrón est repenti.

24Un cas particulier d’emploi adjectival est celui où intervient ce que l’on a appelé ailleurs un adjectif participial. Qui dit adjectif participial dit propriété résultant d’un procès ou d’un événement, c’est-à-dire état dans lequel l’événement laisse l’être occupant le poste de site qu’il a affecté. Là encore le Moyen Âge laisse à ser tout le champ de cette construction. Deux cas, à l’époque, peuvent être envisagés.

25Le premier concerne les adjectifs participiaux dérivés de verbes intransitifs. S’ils offrent l’image d’événements perfectifs, le locuteur médiéval pouvait choisir de déclarer par aver + participe le caractère révolu de l’événement (an entrado, v. 2247 du Poema de Mio Cid), ou bien par ser + adjectif participial ce qui en résultait pour l’être jouant le rôle de site (son entrados, v. 1792 du même ouvrage). Jamais dans cette construction il n’a été fait appel à un autre verbe que ser. À cela deux raisons au moins : 1) Ser partage avec aver le caractère thétique ; 2) lorsque, à la fin du Moyen Âge, les sujets parlants perdent ce choix et ne peuvent plus dire que l’événement révolu, ser n’a pas encore, dans ses autres emplois, perdu le droit de figurer. On remarquera que l’italien moderne, qui laisse à ses locuteurs le choix en question (avere vissuto / essere vissuto, -a, -i, -e) et qui a conservé à essere le droit de figurer dans toutes les autres constructions, à l’exception de la périphrase gérondive, n’a jamais introduit stare en lieu et place de essere dans la construction qui nous occupe.

26Le second correspond à ce que la tradition nomme l’expression du passif. L’adjectif participial est alors issu d’un verbe transitif et dit l’état dans lequel, à chaque instant de l’événement, se retrouve l’être qui tient le rôle de site, et qu’on a pris pour support de la prédication. Là à nouveau l’espagnol médiéval permettait que ser figure quelles que soient les caractéristiques de l’événement en question. N’était pris en considération que l’état du site à chaque instant de l’événement.

(26)

Aguijó mio Çid,

a la puerta se llegaua,

Saco el pie del estribera,

una ferídal daua;

Non se abre la puerta,

ca bien era çerrada.

(Poema de Mio Cid, ed. Pidal, vol. III [O.C., V], 4ª ed. Madrid,

Espasa-Calpe, 1969, vv. 37-39)

(27)

Cerca una marisma,

Tumba era clamada,

Faziése una isla

cavo la orellada; (Berceo, op. cit., 433 a,b)

27Des cas se rencontrent cependant, en nombre non négligeable, où il était fait appel à yazer, seer ou estar. Comme on le voit dans les exemples qui suivent, la particularité de l’événement et son caractère nécessairement non fugace expliquent la survenance de yazer. Pour seer et estar, puis pour estar seul, un examen approfondi des contextes montre que la durée de l’état dans lequel se retrouve l’être-site est pertinente : en [29] cette durée est explicitement déclarée ; en [27] les conditions évoquées imposent des limites à cette durée.

(28)

Levantóse el cuerpo

que yazié trastornado (Id. 210 a)

28Il est explicitement dit que la situation trastornada est arrivée à son terme puisque le personnage est ressuscité.

(29)

Metióli so los piedes

do estava colgado

las sus manos preciosas,

tóvolo alleviado :

non se sintió de cosa

ninguna embargado,

non sovo plus vicioso

nunqua nin más pagado. (Id. 150)

29Le caractère statique choisi dans le premier vers se retrouve dans le second : tóvolo alleviado.

(30)

Ressuscitó el monge,

el que era transido,

pero por un grand día

sovo fuert estordido. (Id. 178 a, b)

30Por un grand día précise la durée de l’état estordido, ce qui justifie le recours à sovo (sans l’imposer aucunement).

31Dans la langue médiévale, on faisait appel à la tournure articulée sur ser dans des énoncés où l’espagnol moderne la convoquerait encore, mais à ser également dans des cas où l’énoncé moderne requerrait estar.

32L’espagnol moderne continue de faire appel exclusivement à ser avec certains verbes (amar, odiar, conocer, etc.). Avec d’autres verbes (imperfectifs), le sujet parlant a le choix entre ser et estar, selon qu’il donne la priorité à l’événement et n’efface pas le rôle du « gène », même quand il ne le déclare pas explicitement (ex. 30 : le caractère humain du gène doit être pertinent pour ser), ou qu’il privilégie le résultat qui affecte le « site » :

(31)

Sólo hechos meramente naturales, en que intervienen personajes secundarios, son representados por hombres. (J. Valera, Juanita la larga, Aguilar, 1967, p. 283.)

(32)

El monte está representado en medio de la plaza por un tablado cubierto de verdura. (Ibid., p. 284.)

33Il reste un troisième type de verbes (perfectifs), ceux où les deux représentations que l’on vient de dire n’ont pas même date dans le monde de l’expérience : le résultat perdure une fois l’événement éteint. En ce cas, et en ce cas seulement, l’espagnol moderne fait obligation au sujet parlant de recourir à estar pour dire le résultat et réserve ser à la déclaration de l’événement :

(33)

A las cinco y media de la mañana era detenido en su domicilio de Mártires Concepcionistas, 11, Juan García Carrés. (J. Oneto, La noche de Tejero, Planeta, Cambio 16, 3a ed., 1981, p. 210.)

(34)

Aviraneta, después de comer, se paseó con un coronel llamado Rosales y un canónigo grueso que estaba detenido como liberal : el canónigo Molinedo. (P. Baroja, Aviraneta, Espasa-Calpe, Austral, 4a ed., 1964, p. 90.)

34Le sujet parlant, néanmoins, ne perd pas toute liberté : si rien ne vient y faire obstacle, il a toute licence d’opter pour l’une ou l’autre des deux visées. L’exemple qui suit le montre en toute lumière :

(35)

Mi tía Cesárea de Goñi todavía podía haberle recordado mejor [a Aviraneta], porque tenía unos treinta años menos que el conspirador, pero, sin duda, no le interesaba mucho, y no se ocupó gran cosa de él ; únicamente recordaba que en sus charlas decía que había sido varias veces condenado a muerte, que tenía dos perros, llamados Píramo y Tisbe, y que su mujer, Josefina, era un poco coquetona, le gustaba adornarse, emperejilarse y llevaba anillos sobre los guantes. (P. Baroja, Aviraneta, Prólogo, Espasa Calpe, col. Austral, 4a ed, 1964, p. 9.)

(36)

Aviraneta era de Irún, primo de mi madre. […] Él solía contar que había estado varias veces condenado a muerte… (Ibid., Apéndice, « Carta de Da Cesárea de Goñi », p. 241.)

35Le premier de ces deux derniers exemples apparaît au début du prologue où Pío Baroja expose les raisons qui lui ont fait choisir d’évoquer la vie d’un personnage historique ami de sa famille. Il rapporte ce que de ce personnage disait sa tante. À la fin du roman sont proposés en appendice divers documents, dont la lettre que sa tante lui a adressée. Il n’est pas sans intérêt de constater que la transmission la plus directe des paroles d’Aviraneta – celles que propose la lettre donnée en document – fait dire à Aviraneta « que había estado varias veces condenado a muerte ». Des deux façons de rapporter cette multiplicité de condamnations, la plus orthonymique serait sans doute celle qui privilégierait l’instant de la condamnation, or précisément le document privilégie la multiplicité des situations qui résultent de ces multiples condamnations. Il faut sans doute avoir connu les deux expériences pour donner plus d’importance à la situation de celui qui, chaque matin, s’éveille en pensant que ce jour est le dernier, qu’à celle où le prisonnier écoute l’énoncé de la sentence. C’est du moins ce que semble prouver la différence entre les deux versions.

36Un dernier emploi installe le verbe d’existence dans un rôle d’auxiliaire. Il est partie prenante d’une périphrase avec gérondif. Depuis les temps les plus anciens de l’espagnol, de nos quatre verbes seuls yazer, seer et estar sont susceptibles de tenir ce rôle :

(37)

Trobáronli la lengua

tan fresca e tan sana

qual parece de dentro

la fermosa mazana ;

no la tenié más fresca

a la meredïana

quando sedié fablando

en media la quintana. (Berceo, op. cit. 113)

(38)

De los sos ojos tan fuertemientre llorando

Tornava la cabeça i estávalos catando; (Poema de Mio Cid, op. cit., vv. 1-2)

(39)

Rachel e Vidas seyense consejando (Id., v. 122)

37Plus rares sont les exemples avec yazer : à yazié durmiendo on semble préférer yazié dormido, sans doute à cause de l’inactivité impliquée par yazer. On notera que l’italien, dans la même construction, fait exclusivement appel à stare ou à un verbe du type « dynamique », andare, venire. L’espagnol moderne, lui aussi, requiert pour le gérondif un auxiliaire « statique » (estar) ou « dynamique » (ir, venir, andar, seguir, llevar). La composition du gérondif, dont l’endochronie offre un espace occupé par un « observateur », un espace en amont fait d’un événement révolu et un espace en aval fait d’un événement non encore advenu, cette composition exige sans doute que le verbe qui en installe l’existence en un point de -l’exochronie offre lui-même la représentation de deux instants. Il serait trop long de démontrer ici que les raisons qui limitent à la localisation d’un événement l’emploi de ser, dans le premier type d’emploi ici examiné, et celles qui lui interdisent d’auxilier un gérondif sont les mêmes.

38Il reste à suivre chacune des constructions à la trace, tout au long de la diachronie. Pour vérifier, affiner, renforcer les hypothèses émises. Les rectifier, peut-être. La cohérence des explications proposées pour l’ensemble de ces emplois nous semble cependant déjà indiquer que le chemin emprunté est le bon.

39Une fois de plus, l’histoire montre que les sujets parlants disposaient d’une liberté de choix dont, peu à peu, la portée s’est restreinte. Les pratiques orthonymiques font que les sujets parlants tirent de moins en moins profit de leur liberté. Les grammairiens prennent acte de cette restriction et la transforment en norme, puis en règle grammaticale contraignante. L’idée de choix offert par la langue est abandonnée mais on oublie de considérer que le choix est maintenant celui fait par la langue. Or le sujet parlant, quand il ne peut exercer librement un choix, ne perçoit plus ce que signifie la forme linguistique qu’il emploie. Le grammairien, en oubliant que la langue choisit telle forme, construction ou formulation, en vient souvent à les considérer comme non signifiantes. Dans l’usage immodéré du concept de grammaticalisation, plus d’un linguiste commet cette erreur et l’on voit prospérer l’idée qu’il y aurait des formes vides de sens, même en cas d’alternance possible. Ce sont là d’autres délires auxquels ne songeait pas Sanctius.

Bibliographie

Delport, Marie-France, 2000, « Voix et aspect. La contribution de ser et du “participe” en espagnol médiéval et moderne », Linguistique hispanique. Actes du VIIIe colloque de linguistique hispanique, Nantes, 5-7 mars 1998, Université de Nantes, p. 369-380.

Delport, Marie-France, 2004, Deux verbes espagnols : Haber et Tener. Etude lexico-syntaxique. Perspective historique et comparative. Paris, Editions Hispaniques.

Delport, Marie-France, 2004, « Sémiologie romane de la voix et de l’aspect », Regards sur la Syntaxe historique des langues romanes, journée d’études CONSCILA, Paris, 23 janvier 1998, Paris, Université de Paris III - Equipe d’Accueil 3418 « Langues romanes,  p. 17-44.

Lapesa, Rafael, 2000, Estudios de morfosintaxis histórica del español, t. I, Madrid, Gredos, Bibl. románica hispánica.

Pellen, René, 1997, Los milagros de Nuestra Señora. Etude linguistique et index lemmatisé, Annexes des Cahiers de Linguistique hispanique médiévale, vol. 9, t. II.

Notes

1 . De ce même ouvrage, publié en latin par Sánchez de las Brozas, El Brocense, en 1587, la traduction espagnole proposée chez Cátedra en 1976 par Fernando Riveras Cárdenas, n’est pas moins acerbe : « Con frecuencia los gramáticos dicen extravagancias, pero nunca tan extraordinariamente como al tratar los verbos pasivos. » (p. 241). Nous ne serions guère plus indulgente à l’égard de bien des travaux consacrés aux verbes romans qui sont convoqués pour l’expression du passif ; et notre sévérité ne concerne pas seulement l’étude de cet emploi mais vaut pour l’approche globale des verbes en question.

2 . Le mot est de Rafael Lapesa, et appliqué à ser et estar, dans « Morfosintaxis histórica del verbo español », in Estudios de morfosintaxis histórica del español, t. I, Madrid, Gredos, Bibl. románica hispánica, 2000, p. 787.

3 . Voir Marie-France Delport, Deux verbes espagnols : Haber et Tener. Etude lexico-syntaxique. Perspective historique et comparative. Paris, Editions Hispaniques, 2004, p. 185. Ainsi que « Voix et aspect. La contribution de ser et du ‘participe’ en espagnol médiéval et moderne », Linguistique hispanique. Actes du VIIIe colloque de linguistique hispanique, Nantes, 5-7 mars 1998, Université de Nantes, 2000, p. 369-380, et « Sémiologie romane de la voix et de l’aspect », Regards sur la Syntaxe historique des langues romanes, journée d’études CONSCILA, Paris, 23 janvier 1998, Paris, 2004, Université de Paris III - Equipe d’Accueil 3418 « Langues romanes,  p. 17-44.

4 . Rafael Lapesa, op. cit., comme la plupart des linguistes, fait bon marché du principe saussurien qui pose l’indissociabilité du signifiant et du signifié. Il suppose donc l’existence d’un verbe se(e)r dont le paradigme rassemble les formes appartenant en vérité au paradigme complet de ser et au paradigme défectif de seer. Il est amusant de constater qu’il est tout près de cette vérité lorsqu’il observe ainsi judicieusement que, dans les périphrases avec gérondif, alternent estar et, dit-il, « ser, siempre con formas derivadas de seer » (p. 791). On ne saurait mieux dire ! Comme on le verra plus loin, le gérondif se construisait avec l’un ou l’autre des trois verbes statiques, dérivés de SEDERE, STARE ou IACERE. Mais jamais avec le verbe thétique issu de ESSERE.

5 . L’index lemmatisé des Milagros de Berceo publié dans les Annexes des Cahiers de Linguistique hispanique médiévale, volume 9, t. II, p. 289 sqq., prétend sans doute offrir les garanties scientifiques du quantitatif. En l’absence d’une réflexion théorique préalable, le résultat est pitoyable : le prétendu verbe unique dont on recense les occurrences, celles de fui avec celles de sove, celles de era avec celles de sedia, etc. est un monstre qui n’a jamais existé. Les structures permises au verbe thétique sont de ce fait mêlées à celles qui requièrent l’un ou l’autre des trois verbes statiques et les comptes sont bons… à refaire !

6 . Dans cet exemple et dans plusieurs autres, Brian Dutton retient le verbe seer ; il suit en cela très exactement le manuscrit Ibarreta. Dans l’édition Cátedra, Michael Gerli abandonne ce manuscrit et remplace sovi par fui ; il s’en justifie ainsi : « En momentos apropiados, se han corregido con los manuscritos F y M las lecturas difíciles, estropeadas, o las que no tienen sentido » (Berceo, Milagros…, Madrid, Cátedra, 1987, p. 51). Les éditeurs de textes manquent souvent d’imagination.

7 . Ce dynamisme le rendra adéquat pour fournir en espagnol un prétérit au verbe qui assure la déclaration d’existence dynamique ir. On ne peut ici développer davantage cette question.

8 . Il semblerait qu’une lexigénèse thétique versée dans une morphogénèse de prétérit puisse, avec un contexte adéquat, produire un effet inchoatif, ce que ne permet pas une lexigénèse statique. Voir M.-F. Delport, Deux verbes espagnols…, op. cit., p. 420-428.

9 . Dans cet exemple, il n’est sans doute pas anodin que l’interrogation formulée avec ser -explicite le mot estado.

Auteur

Professeur de linguistique hispanique à l’université Paris-Sorbonne (Paris 4). Ses travaux, inspirés par les écrits de Gustave Guillaume, portent pour l’essentiel sur l’espagnol, souvent dans une perspective contrastive avec les autres langues romanes (italien et français principalement). Elle s’intéresse en particulier à l’histoire de l’espagnol et pratique une linguistique du signifiant. Ses principales publications sont consacrées au verbe, à l’auxiliarité, aux possessifs et déictiques. Comme Jean-Claude Chevalier, avec qui elle a co-signé de nombreux articles et L’horlogerie de saint Jérôme, une partie de ses publications concerne la traduction. Elle vient de fonder une revue de linguistique hispanique et romane, Chréode. Vers une linguistique du signifiant.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540