Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Morphosyntaxe

La variation prépositionnelle dans l’espagnol des Etats-Unis

Aura Lemus

Zusammenfassung

Desde hace varias décadas, escritores, sociólogos y lingüistas se interesan en un fenómeno comúnmente conocido como spanglish o español estadounidense, cuya amplia difusión oral y literaria, tanto en la comunidad hispano-estadounidense como fuera de ella, le ha valido numerosos debates en cuanto a su naturaleza. El presente trabajo tiene como objetivo acercarnos a una mejor comprensión de esta variedad del español a través del análisis de las variaciones sintácticas del español estadounidense; principalmente en lo que concierne a su sistema preposicional. Estas variaciones revelan la gran permeabilidad de la sintaxis española frente a la influencia del inglés.

Volltext

1Le thème de la langue des immigrés latino-américains aux États-Unis a été étudié dans de nombreux ouvrages dont la plupart se limitent à analyser -l’appauvrissement de l’espagnol pour de tels sujets parlants. Il s’agit de travaux qui analysent les écarts dans l’espagnol états-unien en tant que variété de l’espagnol standard. Une autre perspective existe cependant : celle de la naissance d’une nouvelle langue que certains appellent spanglish. Mais malgré l’enthousiasme dont ils font preuve, les auteurs qui ont osé affirmer que le spanglish existait bel et bien en tant que nouvelle langue n’ont pas réalisé une étude linguistique qui aurait permis d’accorder plus de crédibilité à leurs propos.

2Notre travail a pour but d’étudier les variations syntaxiques dans l’espagnol des États-Unis (le spanglish), étude à travers laquelle nous tenterons de formuler une définition de ce phénomène. Par ailleurs, nous adhérons au postulat posé, entre autres, par Jean-Claude Chevalier et Marie-France Delport, selon lequel à un signifiant correspond un signifié et un seul qui commande la syntaxe.

Le corpus

3Nous appuyons notre analyse sur un corpus essentiellement composé d’exemples trouvés sur Internet ainsi que de phrases recueillies dans des ouvrages écrits par des auteurs états-uniens d’origine latino-américaine. Il s’agit d’auteurs tels que Giannina Braschi, Sandra Cisneros et Ana-Lydia Vega dont l’écriture reflète, pour ainsi dire, une schizophrénie linguistique et identitaire. Or, un des grands problèmes de ce corpus est son caractère artificiel ; en ce qui concerne le spanglish ou espagnol des États-Unis il existe un décalage entre la langue parlée et la langue écrite. Il s’agit avant tout d’un système oral et cette oralité ne se trouve reflétée que de façon superficielle dans les ouvrages écrits. Internet, les forums et les réseaux sociaux nous en fournissent les meilleurs exemples car les utilisateurs, jeunes pour la plupart, écrivent spontanément comme ils ont l’habitude de parler.

4Ce corpus écrit nous a permis de constater d’importantes variations dans le domaine de la syntaxe par rapport à l’espagnol normatif. Ces changements témoignent clairement d’un système très perméable à l’influence de l’anglais.

Les variations syntaxiques

  • 1 .Zentella, Growing up bilingual, 1997, p. 122.

5Le procédé linguistique le plus utilisé par les locuteurs bilingues hispaniques états-uniens est le changement de code. Or, selon un stéréotype très répandu lorsque l’on pense au spanglish et au changement de code, on pense à un locuteur aglote, sans langue, incapable de parler espagnol sans avoir recours à l’anglais, ou de parler anglais sans avoir recours à l’espagnol. Mais contrairement à la croyance générale selon laquelle l’alternance de codes est le résultat d’une insuffisance linguistique du locuteur, celle-ci répond à des contraintes syntaxiques spécifiques. En effet, les locuteurs qui sautent d’une langue à une autre au sein de leur discours font preuve généralement d’une double connaissance des règles de grammaire et des segments syntaxiques où ils peuvent effectuer ces sauts. En effet, le changement de code fonctionne selon une contrainte de l’équivalence et les variations ont lieu dans les segments de la phrase où les règles grammaticales des deux langues juxtaposées sont respectées. Ainsi, les variations s’effectuent plus facilement au niveau des morphèmes libres ou des syntagmes entiers, mais rarement au niveau d’un morphème faisant partie d’un syntagme1.

(1)

Take your hands off my boy, or I’ll beat the crap out of you myself.-¡Estás loca!, I wasn’t going to…-You can’t address my wife like that, tarugo! -Who are YOU to call me an idiot? You’re the one who organized this picnic. -¡Ay caray! Don’t start, brother. Don’t even begin. Don’t YOU blame for your bright ideas.- You know I usually keep out of the affairs of my daughters-in-law, but are you aware Zoila is calling your child a liar? -Válgame Dios. It never fails- a hair in the soup! (Cisneros, Caramelo or puro cuento, 2003)

(2)

A ella sí que no le iban hacer swallow esa crap. (Vega, Pollito chicken, 1981)

  • 2 .Ibid, p. 119.

6Ainsi, en ce qui concerne les prépositions, on a des variations concernant tout le syntagme prépositionnel (exemple 3), mais elles affecteront rarement un seul élément du syntagme exemple 4)2:

(3)

I’m going with her a la esquina.

(4)

She was con Lopez’s mother.

7D’après ces postulats on pourrait déduire que les locuteurs manient deux grammaires différentes sans les mixer, or, d’autres procédés linguistiques, comme les transferts syntaxiques, pourraient en témoigner autrement. Les transferts sont des structures syntaxiques d’une langue L1 importée telle quelle en L2. L’exemple suivant est peut-être l’un des transferts les plus emblématiques de l’espagnol des États-Unis. Il calque la tournure anglophone to call back (rappeler quelqu’un) :

(5)

Sorry por no llamarte este fin de semana andaba x victoria cuando hable contigo y despues se me paso llamarte para atras acabe de llegar estoy matada te llamo mañana besis y dime como me quedo el profile [sic]

Source: http://comment.myspace.com , dernière consultation le 10/04/2010

8Bien que les calques donnent lieu à des structures phrastiques peu orthonymiques en espagnol, il ne s’agit pas de structures grammaticales et n’affectent pas l’intercompréhension, d’autant qu’il s’agit souvent d’innovations dans le domaine lexical. Ainsi le locuteur, malgré sa surprise, pourra comprendre sans problème ce type de tournures grâce au contexte. C’est peut-être d’ailleurs le caractère grammatical et intelligible de ces calques qui permet leur popularisation par un processus de contamination.

9Mais parlons maintenant des variations syntaxiques qui concernent le syntagme prépositionnel. Nous avons repéré dans notre corpus des tournures étonnantes en espagnol qui, en calquant la syntaxe anglaise, affectent parfois le régime prépositionnel des verbes.

  • 3 .Jiménez, « Por, algo será », p. 242.
  • 4 .Ibid.

10L’analyse des énoncés que nous présenterons nous permettra d’élucider la -variation de sens induite par la variation prépositionnelle. Nous ferons cette analyse d’après les schémas proposés par Maria Jiménez3. Ces schémas comportent deux postes, le premier, nommé « diastème » où se situent en langue les deux éléments à relier en discours. Le second poste nommé « chréode » est « le parcours que chaque préposition impose à la matière qu’elle relie, la forme de la relation qu’elle établit, ou bien encore la loi de composition »4. Dans le diastème les deux éléments à relier se trouvent entre deux barres obliques, dans la chréode l’élément postposé à la préposition, son terme, est noté entre crochets, quant à l’autre élément, celui dont la place syntaxique peut varier, il sera noté entre parenthèses.

11Dans ce travail nous nous intéresserons au parcours prépositionnel, à la chréode.

Enamorarse con

12Le verbe enamorarse qui normalement régit la préposition de, est également utilisé par les locuteurs spanglophones avec la préposition con. Cette construction nouvelle est un calque syntaxique de l’expression anglaise to fall in love with someone.

(6)

En mi trabajo conoci a un hombre muy bueno y que se enamoro conmigo desde la primera vez que me vio. [sic]

Source: www.foro.univision.com, dernière consultation le 23/10/2010

(7)

Edward aprendió de lo mejor de la red de comercialización y se enamoró con el mundo de las ventas.

Source : http://campeonesenaccion.com/​acerca-de/​, dernière consultation le 02/06/11

  • 5 . Jiménez, « D’une préposition à l’autre : a, de », p. 223; Remarques sur con.

13Cette alternance dans le régime prépositionnel s’accompagnerait d’une variation de sens que nous tenterons d’élucider à l’aide du schéma proposé par Maria Jiménez pour les prépositions de et con5. Prenons d’abord l’exemple (7) et analysons la même phrase mais en espagnol standard : « Edward se enamoró del mundo ».

  • 6 . «Por, algo será», 2003, p.223.

14Deux prédications sont à envisager : en P1, d’un support de prédication ê on dit une opération enamorarse. Au sein de cet apport une autre relation d’incidence, P2, est mise en place au moyen de la préposition de. Cette préposition, en langue, instaure une relation d’incidence entre un poste « désigné » et un poste « assigné ». La préposition de affecte à son terme syntaxique le poste d’assigné, ce dernier est en attente d’être versé sur un support6. Alors, sur une opération enamorarse désignée comme support d’information, on verse l’information apportée par le terme [el mundo].

  • 7 . Jiménez, «Remarques sur con».

15Analysons maintenant la phrase qui nous intéresse : « Edward se enamoró con el mundo ». La préposition con établit un lien entre deux éléments, un lien d’accompagnement. Il s’agit donc d’un binôme dont les deux composantes ne sont pourtant pas situées sur le même plan. Tandis qu’à l’élément syntaxiquement libre la préposition assigne un statut d’ « accompagné », au terme prépositionnel elle assigne un statut d’« accompagnant »7.

16Cet emploi induit une variation de sens, il implique une relation instaurée entre un être (él) et le terme de la préposition [el mundo], ils forment désormais un binôme. La référence est la même, on parle toujours du même sentiment d’enamoramiento mais ce qu’on en dit est différent.

17Toutefois, l’emploi d’une tournure n’implique pas le remplacement de la forme standard : enarmorarse con n’a pas remplacé enamorarse de, les deux coexistent dans le système des locuteurs, qui les emploient parfois dans le même texte, comme c’est le cas dans l’exemple (8), issu du même texte que l’exemple (7).

(8)

Llego el tiempo que me enamore de el, bailando con el, dandome -consejos, siendo bueno, y romantico me gano. [sic]

Source: www.foro.univision.com, dernière consultation le 23/10/2010

18Mais nous pourrions nous interroger ici sur le choix du locuteur qui se porte d’abord sur une tournure, puis sur l’autre. Avec la tournure impliquant la prépo-sition con, le locuteur y laisserait transparaître le lien crée entre lui et la personne dont il parle. Il raconte un enamoramiento à deux. Avec la préposition de, le sujet n’établit plus de lien entre les deux éléments, il est isolé en tant qu’entité indépendante. Le sujet parlant ne considère plus la relation d’accompagnement établie entre lui et la personne dont il parle, mais le contexte dans lequel l’enamoramiento a lieu.

Hablar en el teléfono

19Il s’agit ici d’un calque syntaxique de l’expression anglaise to talk on the phone.

(9)

Nuestra felicidad es indiscutible, hablamos en el telefono por horas, mi mama mi padre y yo, nos reimos recordamos y fue genial. [sic]

Source : http://lissarette.blogspot.com, dernière consultation le 25/10/2010

(10)

Cuando hablo en el teléfono y quiero decir, “you are breaking up”, com[o] la dirías?? No sé donde comenzarla.[sic]

Source: http://forum.wordreference.com, dernière consultation le 16/02/2011

20Hablar en el teléfono ou hablar por teléfono, la variation n’affectera pas outre mesure l’intercompréhension. Mais on ne dit pas la même chose, en tout cas, le téléphone est envisagé différemment. Analysons d’abord l’emploi normatif « hablamos por teléfono ».

  • 8 .« Por, algo será », 2003, p. 246.

21La mise en relation effectuée par cette préposition est, selon Maria Jiménez, réalisée en deux temps8. En T+n, on pose d’abord l’élément noté entre parenthèses, celui dont la position syntaxique peut varier, dans notre cas, l’opération hablamos. Toutefois, rétrospectivement il faut se placer en T et y inscrire le terme de la préposition entre crochets, formalisé sous l’espèce d’un champ de représentation. Il est nécessaire d’envisager le terme en T comme un pré-requis à la relation qui sera énoncée par con. En T+n, on pose à nouveau l’élément principal à l’intérieur du champ conceptuel en dehors duquel l’opération hablamos ne pourrait pas être conçue. Ce qu’on déclare en T+n est alors un événement dont les origines se situent en amont, en T. Le terme prépositionnel est donc conçu comme l’élément générateur, qui permet son existence et qui constitue le lieu d’existence mentale de l’autre élément de liaison.

  • 9 . Ibid, p. 243-244.

22Place maintenant à la tournure employée par les hispaniques états-uniens « hablamos en el teléfono ». La préposition en, tout comme la préposition por, donne à l’élément qui lui est postposé la forme d’un champ de conception mentale au sein duquel on doit concevoir l’élément principal de la relation. Ce dernier ne peut être conceptualisé qu’au sein de cet endotope mental9.

23Alors, tandis que la représentation de por implique un cheminement temporel, la préposition en ne fait que poser l’espace conceptuel au sein duquel prendra place le premier élément de l’opération. Avec hablar por teléfono l’opération est envisagée comme étant engendrée en amont par le teléfono qui permet la réali-sation de l’événement car elle est le siège de son existence.

24La différence entre ces deux représentations ne tient qu’à la présence ou à -l’absence du facteur temporel, ce qui d’ailleurs facilite dans certains cas leur permutation : Abrirse camino en la vida/por la vida. Cette progression temporelle dans la représentation de por engage un dynamisme dont la préposition en est dépourvue. Avec en, l’opération a lieu tout simplement à l’intérieur d’un champ de conceptualisation, le teléfono, ce qui engendre une représentation statique

25Mais gardons alors en tête cette représentation de por afin d’analyser la -variation qui suit.

Esperar por

26Esperar por alguien/algo est un calque syntaxique de l’anglais to wait for someone/something.

(11)

So cuando vienes ¡estamos esperando por ti!

Source: inconnue

(12)

¡Ya no hay que esperar por sus cheques de beneficios!

Source: www.ides.state.il.us, dernière consultation le 3/03/2011

  • 10 . La préposition a en espagnol contemporain: recherche d’un représenté possible, 1998, p. 151.

27Dans le premier cas, il s’agit d’une variation qui affecte une construction qui généralement requiert la préposition a. Cette construction est préconisée par les grammaires dans le cas d’un complément d’objet animé (Real Academia Española, 1986 : 372-373). Mais laissant de côté la règle grammaticale, on soulignera, d’après les conclusions de Maria Jiménez10, que a signale un terme, site ou bénéficiaire de l’opération, indépendant et autonome par rapport au gène. Ainsi la préposition a confère à l’être site une liberté qui lui permet de quitter son espace naturel pour devenir sujet de prédication.

28Prenons d’abord l’exemple (11) où la préposition introduit un complément d’objet direct de personne et ajoutons la préposition a : « Estamos esperándote a ti ». Le représenté de a serait le suivant :

29Cet énoncé se décompose en une prédication verbale P1 où le support est nosotros et l’apport « estamos esperándote a ti » et une prédication phrastique P2 déterminée par la préposition a où l’élément postposé à la préposition est support. C’est sur ti qu’il est prédiqué, alors qu’il était secondaire dans la première prédication. Il s’agit alors d’un site rehaussé par rapport à celui d’un énoncé dépourvu de la préposition a.

  • 11 . Ibid, p. 155.

30Or, l’être désigné par a pourra devenir sujet de prédication seulement s’il présente une certaine capacité d’affranchissement qui dépendra de la nature du verbe et de celle du complément. L’expression de cette émancipation se trouvera favorisée par le caractère animé du site11.

31Place maintenant à la tournure qui nous intéresse : « Estamos esperando por ti ». Nous rappellerons le schéma que Maria Jiménez avait proposé pour la préposition :

32Ce schéma nous présente en T+n un événement « estamos esperando » et en amont, en T, un élément qui non seulement autorise l’événement mais qui le justifie, car c’est le lieu d’existence mental, un champ de représentation en dehors duquel en T+n on ne pourra pas concevoir la espera.

33Tandis qu’avec la préposition a on considère le terme [ti] en tant que site rehaussé, en tant qu’entité indépendante et support de prédication, avec la préposition por on le considère en tant que mobile de l’opération.

  • 12 . Cuervo, Diccionario de construcción y régimen de la lengua castellana, CD-Rom, 2002.

34Par ailleurs, la tournure « esperar por alguien » n’est pas aussi innovatrice qu’on voudrait le croire et le Diccionario de construcción y régimen de la lengua castellana12 nous en propose un exemple (s.v. esperar) :

(13)

Porque no hay hombre tan rudo, que no sepa que los judíos esperan por su Mesías y creen que ha de ser un rey muy poderoso. Gran. Símb. 4. pról. (6.480)

  • 13 . Alacranes Musical, « Esperando por ti », Tu inspiración, 2008.

35En outre, une recherche nous a permis de découvrir plusieurs chansons avec cette tournure13, dont deux sont chantées par des groupes de musique tex-mex. Il s’agit d’un style musical très populaire à la frontière des États-Unis et du Mexique, qui emploie souvent des procédés linguistiques qui caractérisent l’espagnol des États-Unis. On peut donc supposer que cet emploi rare en espagnol a vu sa fréquence augmenter au contact de l’anglais dans l’espagnol des États-Unis.

36Mais nous ne nous sommes jusqu’à présent intéressés qu’aux calques affectant des prépositions, nous finirons cette étude par un calque qui concerne une locution prépositionnelle.

Olvidarse acerca de

37Le verbe olvidarse qui régit la préposition de est utilisé également par les -locuteurs spanglophones avec la locution prépositionnelle acerca de. Cet emploi est un calque syntaxique de l’expression anglaise to forget about something/someone. Nous le retrouvons dans plusieurs exemples :

(14)

Ya he probado en Friendster msg y MSN Messenger pero no respondió a mi msgs what es que supone que significa eso? que ya se olvidó acerca de mi? que no quiere continuar nuestra amistad nunca más? o que ya encontró a alguien más que pueda hacer que se olvide acerca de mi? [sic]

Source: http://www.experienceproject.com consulté le 01/12/2010

(15)

En el pánico temporario de su niño que escapa, usted se olvida acerca de la cena usted tiene la cocina en la estufa y se incendia.

Source: http://www.afreecountry.com consulté le 9/12/2010

38Mais voyons d’abord le schéma correspondant à l’emploi normatif « se olvidó de mí » :

39Nous avons dans cet énoncé deux prédications, une première prédication P1 qui établit une incidence entre le support, un être à la 3e personne du singulier et l’apport, une opération introduite par l’opération olvidar. La préposition de vient instaurer une deuxième prédication entre le terme prépositionnel [mí] et le support de cette relation d’incidence (P2) (se olvidó).

40Analysons maintenant « se olvidó acerca de mí ». L’analyse de ce que dit la locution prépositionnelle acerca de pose un problème d’approche ; s’agissant d’une locution composée de trois éléments a, de et l’adverbe cerca, faudrait-il les analyser séparément ou bien ensemble ? Compte-tenu du degré de grammaticalisation de acerca nous avons décidé de l’analyser ainsi : une première relation d’incidence P1 entre un être support à la 3e personne du singulier et l’apport « se olvidó acerca de mí ». Puis, au sein de cet apport la préposition de instaurerait une relation d’incidence P2 entre acerca, support, et une information apportée par le terme [].

41C’est donc sur acerca qu’il est prédiqué ; sur acerca que l’on vient verser une information introduite par le terme de l’opération.

42Dans une situation de contact linguistique, il convient de s’interroger sur les causes des variations que peut présenter l’une des langues. Est-ce vraiment la situation de contact avec l’anglais ou bien la situation de contact elle-même ? Dans une telle situation, les systèmes, le dominé plus que le dominant, ont tendance à se simplifier, à s’adapter et à converger afin d’amoindrir la charge cognitive qui résulte d’une situation de bilingualité. Le système seul pourrait donc être à l’origine de ces changements. Toutefois, compte-tenu de la nature de ces transferts syntaxiques et d’autres variations concernant le lexique, il est plus probable qu’il s’agisse d’une influence directe de l’anglais ou de la culture états-unienne sur la langue espagnole. S’agit-il donc d’une anglicisation de l’espagnol due au contact culturel ou au contact linguistique ? Le plus probable est en effet que la syntaxe anglaise ait influencé ces changements provoquant par là une variation dans le signifié des opérations dites par ces verbes. Si à un signifiant correspond un signifié et que celui-ci commande la syntaxe, on peut donc se demander si le signifié de ces verbes a changé, s’il s’est élargi afin de pouvoir concevoir des opérations conçues autrement.

43En ce qui concerne la définition du système, plusieurs raisons pourraient venir confirmer qu’il s’agit d’une variété de l’espagnol comme le serait l’espagnol uruguayen. D’une part, bien que ces variations puissent nous paraître étonnantes ou bizarres, elles sont un produit du système, car c’est en effet la structure même du système qui détermine l’introduction d’éléments étrangers à la langue. Le signifié de ces prépositions, très général et abstrait bien sûr, rend le système prépositionnel espagnol très perméable aux influences externes et sujet aux -variations, mais surtout permet leur emploi cohérent dans ces contextes.

44De plus, l’emploi de ces structures n’implique pas l’abandon de l’autre mais la coexistence des deux et même si nous pouvons envisager dans l’avenir l’imposition de la forme états-unienne par rapport à la forme standard par un processus de contamination, il s’agit ici d’une éventualité qui dépend de nombreux facteurs difficiles à prévoir. Il faut constater également que ces variations produisent des énoncés qui ne sont pas inintelligibles pour les locuteurs d’un système plus normatif. Ces variations seraient donc comparables à celles qui existent dans d’autres variétés de l’espagnol dans le monde.

45Toutefois, d’après nos constatations et celles d’autres chercheurs, certaines variations syntaxiques présentes dans l’espagnol des États-Unis, telles que l’usage généralisé des pronoms sujets explicites, la simplification du système verbal et l’usage des gérondifs en position nominale, font penser à un processus de déstructuration du système qui pourrait éventuellement mener à l’apparition d’un système indépendant de l’espagnol. Cependant, pour que cela se produise, il faudra -qu’interviennent non seulement des facteurs linguistiques internes et externes mais aussi des facteurs socioculturels et politiques.

Literaturverzeichnis

Braschi, Giannina, 1999, Yo-yo Boing!, Pittsburg, PA, Latin American Literary Review Press.

Cisneros, Sandra, 2003, Caramelo or puro cuento, New York, Vintage books.

Cuervo, Rufino José, 2002, Diccionario de construcción y régimen de la lengua castellana, Cortés Morató, Jordi (ed.), CD-Rom.

Jiménez, Maria,2008, « D’une préposition à l’autre : a, de », Chréode, p. 221-246.

—, 1998, La préposition « a » en espagnol contemporain: recherche d’un représenté possible. Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, Thèse à la carte.

—, 2003, « Por, algo será », in Lagarde, Christian, (éd.), La linguistique hispanique dans tous ses états, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, p. 241-253.

Remarques sur « con », inédit.

Real Academia Española, 1986, Esbozo de una nueva gramática de la lengua española, Madrid, Espasa Calpe.

Vega, Ana-Lydia, 1994, « Pollito Chicken », in Vega, Ana Lydia, Lugo Filippi, Carmen Vírgenes y mártires, Río Piedras, Antillana, p. 73-80.

Zentella, Ana Celia, 1997, Growing up bilingual, Malden, Massachusetts, Blackwell Publishers.

Anmerkungen

1 .Zentella, Growing up bilingual, 1997, p. 122.

2 .Ibid, p. 119.

3 .Jiménez, « Por, algo será », p. 242.

4 .Ibid.

5 . Jiménez, « D’une préposition à l’autre : a, de », p. 223; Remarques sur con.

6 . «Por, algo será», 2003, p.223.

7 . Jiménez, «Remarques sur con».

8 .« Por, algo será », 2003, p. 246.

9 . Ibid, p. 243-244.

10 . La préposition a en espagnol contemporain: recherche d’un représenté possible, 1998, p. 151.

11 . Ibid, p. 155.

12 . Cuervo, Diccionario de construcción y régimen de la lengua castellana, CD-Rom, 2002.

13 . Alacranes Musical, « Esperando por ti », Tu inspiración, 2008.

Vanessa Formell, « Esperando por ti », Yo soy Vanessa Formell, 2006.

Álvaro Torres, « He vivido esperando por ti », Solo para enamorados: 16 éxitos, 2000 .

Fabián Gallardo, « Esperando por ti », Revelando secretos, 1993.

Los fugitivos, « Esperando por ti», 1991-1992.

Autor

ATER à l’Université de Paris- Sorbonne, Paris 4. Ses travaux portent sur les variations linguistiques dans l’espagnol des États-Unis en tant que variété de contact.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540