Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Morphosyntaxe

La disparition des formes imos et ides

Mathilde Quitard

Résumé

Para muchos, el motivo de la desaparición de las formas imos e ides se origina en la “pobreza material de sus significantes”. Pero tal vez haya que buscar otra explicación para este cambio. En efecto, el cambio se hizo a favor de dos formas construidas sobre el radical v- (vamos, vades > vais), uniformizando el paradigma. La lengua española no utiliza por lo tanto las mismas estrategias que el francés para marcar su llamado verbo “de movimiento”. El objetivo de este estudio es tratar de entender por qué, mientras la lengua francesa escogió marcar la especificidad del verbo aller recurriendo a dos radicales dispares en el presente (el radical v- para las personas simples, el radical all-, utilizado también por el infinitivo, para las personas asociativas), la lengua española recurrió a las formas vamos y vades.

Texte intégral

  • 1  Le verbe espagnol répond en effet à une organisation modale et temporelle particulière, qui oblige (...)

1De toutes les variations ayant affecté le verbe ir, les plus évidentes sont celles qui se sont produites dans le paradigme de « présent de l’indicatif » – ou plutôt, de présent actualisant1 – : d’une part la personne de rang 1 se couvre d’une semi-voyelle (vovoy) ; de l’autre les personnes associatives (i. e. les personnes de rang 4 et 5), après avoir maintenu les formes imos et ides, finissent par se trouver exprimées sous la forme de vamos et vades (puis vais).

  • 2  Michel Foucault ne parle pas de « verbes de mouvement » lorsqu’il évoque le radical i mais de « ve (...)
  • 3« […] esp. med., port. med., gall. mod. imos, […] esp. med., port. mod., gall. mod. ides […] forma (...)

2Il sera question ici des personnes associatives. Des personnes diversement traitées par les langues romanes pour les verbes qui veulent dire ‘aller’ (pour reprendre la formulation de Michel Foucault2). Car comme le souligne Ralph Penny3, on trouve en espagnol médiéval, en portugais et en galicien les formes imos et ides, formes issues du verbe latin ire.

3Pour son verbe aller, la langue française a choisi de marquer les personnes associatives par rapport aux personnes simples de son paradigme de présent de l’indicatif. Or, comme le fait remarquer Marie-Ange Soulétis-Julia dans sa thèse sur le supplétisme en latin :

  • 4  Soulétis-Julia, Le supplétisme verbal en latin, p. 219.

En ancien-français, les formes supplétives sont allons, allez en synchronie ; va(s), vai(s), vont sont « normales ». C’est donc l’inverse du latin où les formes non supplétives sont īmus, ītis et les autres, uādo, uādis, uādit, uādunt, supplétives.4

4L’espagnol a donc suivi le latin pendant plusieurs siècles, alors que le français prenait un chemin diamétralement opposé.

5Pourquoi la langue espagnole a-t-elle, après avoir privilégié les formes imos et ides, choisi d’unifier son paradigme ? Le paradigme de ir était déjà très hétérogène et les formes imos et ides étaient dissyllabiques, ce qui leur permettait de servir la notion d’associativité. Alors pourquoi n’a-t-elle pas maintenu ces formes largement employées ? Pourquoi le changement s’est-il fait au profit de deux formes construites sur le radical v- vamos, vades (puis vais) ? Pourquoi n’a-t-elle pas différencié les personnes simples des personnes associatives à la manière d’aller ?

6Autant de questions que l’on peut se poser face à la substitution des formes issues de ire par celles issues de uadere.

  • 5  Le paradigme de présent du galicien est donc : vou, vas, vai, imos, ides, van.

7L’explication la plus fréquente, comme souvent dans le cas de ir, est celle de la pauvreté du signifiant. Or non seulement le galicien5 (vou, vas, vai, imos, ides, van) et le portugais (vou, vais, va, vamos/imos, ides/is, vao) contredisent cette hypothèse, mais comme le précise Emilio Martínez Amador :

  • 6Martínez Amador, Diccionario gramatical, s. v. ir, p. 774.

La primera persona se emplea aún hoy dialectal y popularmente: nos imos, forma que se usa también en América.6

8De plus, si l’on considère, d’une part, la langue comme un système de systèmes relativement motivé, de l’autre, le signifiant comme doté de signifiance et seul moyen offert au linguiste d’accéder au signifié, toute réorganisation des paradigmes à travers des variations affectant les signifiants verbaux doit être porteuse de sens.

9Attestées dès le XIIe siècle dans les premières narrations, les formes imos et ides n’apparaissent pas dans les documents notariaux du XIe siècle. Rien d’étonnant à cela puisque s’agissant de personnes associatives, elles apparaissent dans des énoncés de forme dialogale ou pseudo-dialogale.

  • 7  Il existe cependant deux cas dans lesquels on peut supposer une confusion entre les formes imos et (...)

10Les énoncés présentés ici sont issus du CORDE (Corpus Diacrónico del Español, disponible en ligne). Comme aucune confusion n’est possible de la part du copiste d’hier ou d’aujourd’hui (CORDE) entre les formes imos et vamos d’une part, et ides et vades de l’autre7, le CORDE permet d’établir une chronologie claire – les dates apparaissent en début d’énoncé – et permet également de constituer plusieurs tableaux et graphiques qui figurent en annexe. Seule variation possible : la graphie des formes issues de ire (à savoir la variation graphique entre i latin et y grec). Ces deux graphies sont d’ailleurs assez également utilisées.

11Un petit rappel historique s’impose. Dans les textes latins, les formes associatives sont toujours sous-représentées, et celles du verbe eo, is, ire dont les formes imos et ides sont directement issues ne font pas exception, la personne de rang 5 étant de toutes la moins représentée.

  • 8  Dans le corpus de sa thèse, Marie-Ange Soulétis-Julia dénombre 1046 uadit face à 382 it. L’emploi (...)

12Cependant, si les formes exploitées pour les personnes associatives se maintiennent, l’usage privilégie peu à peu les formes issues de uado, uadis, uadere pour les personnes simples du présent, à commencer par la personne de rang 3, suivie de la personne de rang 2, puis de rang 68  : uadit, uadis puis uadunt, s’imposent face à is, it et eunt. C’est tout d’abord la personne délocutée qui est affectée par le supplétisme, et de façon générale, les personnes simples précèdent les personnes multiples. Les personnes associatives ne sont affectées qu’en dernier lieu, et assez tardivement.

  • 9  Soulétis-Julia, Le supplétisme verbal en latin, p. 731.

13Au Ier siècle après J.-C., uado prend le pas sur eo qui, d’abord majoritaire, décline mais se maintient (630 face à 103 eo). Uadis n’est globalement pas plus utilisé que is (205 vs 227). Quant aux formes uadimus et uaditis, elles sont très peu attestées (on trouve 11 uadimus pour 181 imus, 4 uaditis pour 51 itis) et elles n’apparaissent que chez certains auteurs (chez Lucain au Ier siècle après J.-C., puis chez Apulée au IIe). On trouve la forme imus dès le Ier siècle avant J.-C., et ce jusqu’au IIe siècle, et quasiment aucun auteur ne délaisse cette forme9. Pour Marie-Ange Soulétis-Julia :

  • 10  Soulétis-Julia, Le supplétisme verbal en latin, p. 149.

Les deux formes uādimus et īmus n’ont ni le même emploi – la première apparaît dans un récit, la seconde dans un dialogue –, ni la même valeur – imus a une valeur illocutoire jussive et équivaut à eamus, un subjonctif d’ordre.10

14L’espagnol hérite donc d’une situation dans laquelle le supplétisme est en cours, mais non encore achevé. Le paradigme de présent offre un verbe suppléé vo, vas, va, imus, ides, van, qui a longtemps fonctionné en espagnol et qui aurait pu se maintenir. Il aurait alors continué de présenter des personnes associatives formées sur l’infinitif (ir), à l’instar du français et de ses formes allons, allez formées sur l’infinitif aller. La langue espagnole a donc commencé, comme le français, par réserver les formes monosyllabiques issues de uadere aux personnes simples. En espagnol ancien et en français, comme le dit Marie-Ange Soulétis-Julia : « le pluriel reste attaché à ire ». En d’autres termes, le « pluriel », ou plus précisément, les personnes associatives du présent, restent attachées à l’infinitif.

15Rafael Lapesa décrit le recours à uadere mais ne cherche pas à expliquer ce qui le motive :

En castellano antiguo existió también una conjugación bastante completa descendiente de ire. Las primeras formas de ire que se perdieron fueron las que no se relacionaban con la vocal de la mayoría de las formas de presente e imperfecto. Así se elimina eo por vado > *vao > *vau > vou > vo; eunt por vadent > van. El subjuntivo eam, -s, etc., se sustituyó igualmente por vadam > vaa > vaya (con -y- antihiática); en vadas > vaas > vas / vayas, hay que señalar el uso frecuente del vas subjuntivo en español medieval y clásico; vadat > va / vaya; vadamus > ¡vamos!; vadatis > vais (usado aún en el xvii) / vayáis; vadant > van / vayan. […]

  • 11Lapesa, Estudios de morfosintaxis histórica del español, p. 763.

De ire pervivieron : īs > is, pronto sustituida por vadis > vas (pero la tercera persona Īt > *i, no se encuentra en ningún sitio: fue pronto sustituida por vadit > *vat > va); Īmus > imos, Ītis > ides […] pero sucumbieron pronto ante vadĭmus > *vamus > vamos y vadĭtis > * vatis > vades > vais (estas formas de presente de indicativo originaron la pérdida de las homófonas del subjuntivo y la generalización de las que tenían -y- antihiática).11

16Si l’on revient à l’espagnol du XIIe siècle, deux textes font état des formes imos et ides : le Cid et l’Auto de los Reyes Magos :

(1)

1140 : Pues que a fazer lo avemos, ¿por qué lo imos tardando?

Anónimo, Poema de Mio Cid, Alberto Montaner, Crítica (Barcelona), 1993.

(2)

1180 : Nos imos otrosi, sil podremos falar.

Anónimo, Auto de los Reyes Magos, Ramón Menéndez Pidal, Espasa-Calpe (Madrid), 1976.

17La forme n’est à nouveau attestée qu’à la fin du XIIIe siècle :

(3)

1280 : […] quando a lidiar auemos con algun nuestro enemigo ymos en nuestra hueste diez uezes. cient mil.

Alfonso X, General Estoria. Cuarta parte, Pedro Sánchez-Prieto Borja, Universidad de Alcalá (Alcalá de Henares), 2002.

… et au début du XIVe :

(4)

1300-1305 : […] no quiero que aquellos que allí están sepan desto ninguna cosa, mas quiero que vayáis comigo como que imos hablando y llegaremos a la ribera de la mar […]

Anónimo, Libro del cavallero Cifar, cap. XVII, Juan Manuel Cacho Blecua, Universidad de Zaragoza (Zaragoza), 2003.

18On la retrouve au XVe siècle dans plusieurs documents :

(5)

1414 : […] preguntola a do yba y ella le dixo señor nos ymos a camalot por ver vn torneo que se auia de fazer […]

Anónimo, Traduccción de Lanzarote del Lago, Harvey Sharrer, Hispanic Seminary of Medieval Studies (Madison), 1999.

(6)

1430 : Non podemos encubrir los nuestros pecados, ca do quier que ymos va la nuestra conciencia.

Anónimo, Floresta de philósophos, R. Foulché-Delbosc, Revue Hispanique, 1904.

19Elle se maintient au XVIe siècle, alors même que la forme vamos commence à lui faire concurrence :

(7)

1520 : […] no cometerás mal contra mí mientra allá ymos y yo juraré assí mismo, y assí plázeme que vamos.

Anónimo, Vida de Ysopo, Diego Romero Lucas, Universidad de Valencia (Valencia), 2001.

(8)

1547 : […] fenescida vna auentura en que ymos, nuestro camino se enderece.

Fernández, Jerónimo, Belianís de Grecia, Lilia E. F. de Orduna, Reichenberger (Kassel), 1997

(9)

1575 : […] habiéndonos proveído todos imos ya con nuestras velas -tendidas […].

Escalante de Mendoza, Juan de, Itinerario de navegación de los mares y tierras occidentales, Museo Naval (Madrid), 1985.

(10)

1575-1580 : […] traen [madera de pino] a vender a la villa de Madrid, y alli lo imos a comprar, y de aquesta manera se provee el dicho pueblo de lo que ha menester para las dichas casas.

Anónimo, Relaciones topográficas de los pueblos de España, Madrid, Carmelo Viñas y Ramón Paz, CSIC (Madrid), 1949.

20La dernière attestation enregistrée par le CORDE date de 1625 :

(11)

1625 : Sepades que Dios queriendo nos imos ahora al reino de Granada e a las partes del Andalucia por algunas cosas cumplideras al servicio de nuestro Señor […]

Fernández de Córdoba, Francisco (Abad de Rute), Historia y descripción de la antigüedad y descendencia de la Casa de Córdoba, Boletín de la Real Academia de Córdoba (Córdoba), 1954-1972.

21Parallèlement, la forme ides apparaît dans les mêmes textes et à la même époque :

(12)

1140 : Álbar Fáñez al buen rey se espidió. - ¡Ya vos ides Minaya, id a la gracia del Criador!

Anónimo, Poema de Mio Cid, Alberto Montaner, Crítica (Barcelona), 1993.

(13)

1180 : [HERODES] Que decides, o ides? a quien ides buscar? de qual terra uenides, o queredes andar?

Anónimo, Auto de los Reyes Magos, Ramón Menéndez Pidal, Espasa-Calpe (Madrid), 1976.

… et réapparaît au même rythme que imos :

(14)

1276 : Sepades que don Estevan, obispo de Calahorra e de la Calçada, nos dixo que el e sos cabillos e so clerecia que an privilegios de sus franquezas e que les ides contra ellos.

Anónimo, Confirmación de privilegios [Documentos de Alfonso X, dirigidos a Castilla la Vieja], María Teresa Herrera; María Nieves Sánchez, Hispanic Seminary of Medieval Studies (Madison), 1999.

(15)

1325-1335 : […] dígovos que yo só ciego o vós desnuyo ydes.

Manuel, Juan, El Conde Lucanor, Guillermo Serés, Crítica (Barcelona), 1994.

(16)

1411-1412 : E otrosí vosotras, mis fijas, ¿por qué ydes a las adevinas quando vuestro marido non vos quiere bien?

San Vicente Ferrer, Sermones, Pedro M. Cátedra, Junta de Castilla y León (Salamanca), 1994.

22On trouve même les deux formes associées :

(17)

1400 : […] « pidovos de merçet que digades do ydes ». Ellos dixeron: - « Ymos a tal rreyno con estas mercadurias. »

Anónimo, Libro de los gatos, Bernard Darbord, Séminaire d’études médiévales hispaniques de l’Université de Paris-XIII (Paris), 1984.

23De très nombreuses occurrences correspondent au romance, « Caballero, si a Françia ides » très fréquemment évoqué :

(18)

1536-1585 : cavallero, si a Françia ydes por Gayferos preguntad.

Anónimo, Poemas [Cartapacio de Francisco Morán de la Estrella], Ralph A. Di Franco, José J. Labrador y C. Ángel Zorita, Patrimonio Nacional (Madrid), 1989.

  • 12In Poesía española. Ensayo de métodos y límites estilísticos. Garcilaso, Fray Luis de León, San Ju (...)

… ainsi qu’aux variantes romanceriles de Pedro de Padilla (« Sospiros, que al cielo ides, por Dios Hombre preguntad » ou de Lope de Vega (« Lágrimas que al cielo ides, por mi Esposo preguntad », toutes deux citées par Dámaso Alonso12).

24Ces formes issues de ire ne disparaissent que lentement et sont attestées pour la dernière fois au XVIIe, au moment même ou le -d- intervocalique disparaît totalement à la personne 5 :

(11)

1625 : Sepades que Dios queriendo nos imos ahora al reino de Granada e a las partes del Andalucia por algunas cosas cumplideras al servicio de nuestro Señor […]

Fernández de Córdoba, Francisco (Abad de Rute), Historia y descripción de la antigüedad y descendencia de la Casa de Córdoba, Boletín de la Real Academia de Córdoba (Córdoba), 1954 - 1972.

(19)

1642-1648 : […] un negro, que guardaba el caballo del rey, se llegó a él, y le dijo: “Señor, vos vais en camisa, desnudo ides”.

Gracián, Baltasar, Agudeza y arte de ingenio, Emilio Blanco, Turner (Madrid), 1993, p. 532.

25L’apparition de ces formes à une date aussi tardive correspond cependant à une volonté archaïsante de la part des auteurs.

26Là où de nombreuses formes verbales commencent à se stabiliser et évoluent vers les formes actuelles, les formes imos et ides résistent assez bien. Et coexistent avec les formes en v-, parfois même dans un même document ou dans un même paragraphe, comme dans l’énoncé suivant :

(20)

1501 : E cuando los tres cavalleros compañeros vieron a su compañero en tierra, ellos dixeron:

- Este cavallero es de grand fuerça, e si imos uno a uno a justar con él, él nos derribará a todos; mas vamos todos a ferir en él e metámoslo a muerte.

Anónimo, Tristán de Leonís, María Luzdivina Cuesta Torre, Centro de Estudios Cervantinos (Madrid), 1999, p. 161

27Car dès le XIIIe siècle, les formes imos et ides coexistent avec les formes vamos et vades, ce que ne manque pas de faire remarquer Rafael Cano :

  • 13Cano, Historia de la lengua española, p. 870.

En la primera y la segunda persona del plural de ir se emplea tanto vamos y vades (del verbo uadere) como imos e ides (de ire)13.

28Ces deux formes, construites à partir de uadere apparaissent au moment où le système verbal de la langue espagnole est loin d’être stabilisé :

só, vó, estó [aparecen] junto a soy, voy, estoy; imos, ides, [junto a] ‘vamos’, ‘vais’; fuemos, fuestes, […]
Rafael Lapesa Melgar, Historia de la lengua española, Escelicer (Madrid), 1942.

29Ainsi, vamos est attesté pour la première fois en 1251 dans Calila e Dimna (vamos apparaît à deux reprises, contre une seule pour imos) :

(21)

1251 : […] yo sé un lugar apartado et muy viçioso do ha peçes et agua, et ay un galápago mi amigo; si quisieres, vamos a él et beviremos con él salvos et seguros.

Anónimo, Calila e Dimna, Juan Manuel Cacho Blecua, María Jesús Lacarra, Castalia (Madrid), 1993, p. 203-4.

… puis vers 1300 dans le Libro del cavallero Cifar (qui compte une occurrence de vamos et deux de imos) :

(22)

1300-1305 : –Bien deves saber -dixo el cavallero Cifar- que el diablo no tiene poder sobre aquel que a Dios se encomienda y, por ende, nunca vosotros me veréis en vuestro poder.

– Mucho nos ha baldonado este cavallero –dixeron los otros–, vamos a él.

Anónimo, Libro del cavallero Cifar, Juan Manuel Cacho Blecua, Universidad de Zaragoza (Zaragoza), 2003, FOL. 28V

(23)

1300-1325 : – Amigos –dixo Esmere–, seméjame quel enperador Garssir va fuyendo, e cuydo que vos pesa por que vos assý escapó. Mas luego vos guisat commo vamos en pos él, ca bien sé que tales y ha devós que saben de mar, e es nos muy menester.

Anónimo, Cuento muy fermoso de Otas de Roma, Herbert L. Baird, Jr, Real Academia Española (Madrid), 1976, p. 62

30Il faut remarquer que la forme de personne 4 issue de uadere ne s’impose vraiment qu’au XVIe siècle et ne se substitue complètement à sa concurrente qu’au XVIIe.

31Quant à vades, il apparaît en 1266 dans un document qui atteste aussi la forme ides :

(24)

1266 : Sepades que el conçejo de Quintannaduennas me enbiaron dezir que Don Gomez de Monçon que fue a su logar e que les quito quinze moravedis del pecho de la martiniega e de la yantar çinco moravedis e que vos que les ides contra ello; et esto non tengo yo por bien. Onde vos mando que les non passedes contra aquello que don Gomez fizo nin les vades contra ello […]

Anónimo, Orden [Documentos de Alfonso X, dirigidos a Castilla la Vieja], María Teresa Herrera, María Nieves Sánchez, Hispanic Seminary of Medieval Studies (Madison), 1999.

32Tout comme vamos, elle reparaît au début du XIVe dans le Cuento muy fermoso de Otas de Roma :

(25)

1300-1325 : […] el enperador les dixo: - Yo vos lo diré. Asý es que Otas, el enperador de Roma, ha una fija, la mejor e más fermosa e la mejor enseñada e de mejor donayre que nunca ojos de omne vieron. Ruego vos que mela vades demandar, ca me es muy menester.

Anónimo, Cuento muy fermoso de Otas de Roma, Herbert L. Baird, Jr, Real Academia Española (Madrid), 1976, folio 49 vº.

33Si la dernière attestation de la forme vades date de 1646 :

(26)

1646 : No vades allà el buen Rey, buen Rey no vades allâ, porque Merida es muy fuerte bien se os defenderà.

López de Tortajada, Damián, Floresta de varios romances, Antonio Rodríguez Moñino, Castalia (Madrid), 1970.

… la forme intermédiaire vaes apparaît, elle, à deux reprises, dès le XVe :

(27)

1486-1499 : ¡O mi dulçe amor! ¿quál rrazón sufre que vaes vos a morir y quede yo byua?

Campo, Alonso del, Auto de la Pasión, Carmen Torroja Menéndez; María Rivas Palá, Real Academia Española (Madrid), 1977.

(28)

1940-1947 : « Que vaes e sigais aquella costa que descobristes […] »

Madariaga, Salvador de, Vida del muy magnífico señor don Cristóbal Colón, Espasa-Calpe (Madrid), 1992.

34Enfin, vais apparaît dès le XIVe siècle dans le Libro del cavallero Cifar – qui en compte cinq occurrences –, alors que commence l’évolution phonétique des personnes de rang 5 :

(29)

1300-1305 : […] no veis, señores, que el Emperador por cunplir la mala voluntad que contra vos tiene os embía a llamar y que vais con poca gente?

Anónimo, Libro del cavallero Cifar, Juan Manuel Cacho Blecua, Universidad de Zaragoza (Zaragoza), 2003.

35Les tableaux et les graphiques figurant en annexe rendent compte de l’appa-rition des formes vamos/vades, de la coexistence des deux paires de formes puis de la disparition des formes issues de ire.

36Comme en latin, les formes simples de présent issues de uadere sont les premières à s’imposer. L’espagnol suit donc le même cheminement que le latin (imus puis vadimus), et procède en privilégiant d’abord imos et ides, et plus tardivement vamos et vades. Il faut préciser que les formes se comportent comme des paires (puisque non seulement vamos et vades apparaissent à la même époque mais imos et ides disparaissent en même temps).

37Fait remarquable, ides se maintient alors même que la pression analogique de l’ensemble des formes de présent, qui évoluent phonétiquement, est forte (personnes de rang 5, formes de présent…). Ides n’en était pas moins un mauvais candidat à l’évolution : ides devait laisser le pas à une forme iis présentant non seulement une réelle difficulté articulatoire ou perceptive, mais qui eût été en outre une des rares formes de présent de rang 5 au sein du système verbal à ne pas présenter de diphtongaison.

38Qu’est-ce qui a permis un maintien aussi étendu dans le temps ? L’espagnol a longtemps hésité, car son paradigme était parfaitement cohérent et fonctionnel, imos et ides présentant un syllabisme augmenté signifiant, qui satisfaisait le marquage des personnes associatives. Mais la pression analogique, vers les formes en v- et vers des formes de rang 5 marquées par la diphtongaison a été plus forte et le paradigme a fini par se régulariser, rendant inutile un marquage supplémentaire (par une différence de radical et le rattachement à l’infinitif).

39Or si l’on peut accepter ou non l’idée d’un signifiant doté de signifiance, on peut difficilement rejeter la signifiance des formes instituées en paradigmes.

40Ce n’est qu’au moment de la refonte générale du système verbal que les personnes associatives du verbe ir sont prises dans une double dynamique : celle de l’unification du radical (extension à vamos et vades), et celle de l’évolution phonétique des personnes de rang 5.

41Ainsi, la langue espagnole ne fait pas appel pour le verbe ir aux mêmes -stratégies de marquage des personnes associatives que le français pour aller. Elle poursuit la tendance évolutive initiée par le latin, que le français prend à contre-pied avec aller. L’espagnol privilégie l’unité paradigmatique au dissyllabisme et au marquage supplémentaire.

  • 14  L’auteur a développé cette question dans Recherches sur la semi-auxiliarité en espagnol : le cas d (...)

42La langue espagnole a donc choisi de ne pas garder de formes isolées au sein d’un paradigme déjà très hétéroclite. Elle a choisi d’unifier son paradigme de présent, et d’affecter à chacun des temps un radical et un seul, privilégiant au présent la notion de passage, de franchissement, de seuil signifiée par le radical v- et non de parcours, de dynamisme reconduit signifiés par le support vocalique i14.

  • 15   Mathilde Quitard, Recherches sur la semi-auxiliarité en espagnol : le cas de ir.

43Car si plusieurs radicaux signifiants composent le verbe ir, il existe bien plusieurs signifiés associés à chacun des radicaux, tous regroupés sous le trait commun du dynamisme reconduit, d’une simple « tension vers ».15

Annexes

Nombre total d’occurrences :

Nombre total d’occurrences :

Occurrences par document :

/imos/

vamos

/ides/

vades

vais

Première attestation

1140

1251

1140

1266

1300

Total

204/133

4086/833

205/97

88/70

1516/480

➞ 1200

3/2

Ø

5/2

Ø

Ø

1200-1300

28/12

7/3

38/21

2/2

Ø

1300-1400

29/22

54/18

39/25

10/10

8/2

1400-1500

52/37

403/86

78/24

50/40

40/15

1500-1600

68/43

2042/413

28/15

27/21

850/244

1600 ➞

12/8

1781/380

14/10

8/6

664/246

Dernière attestation

1625

1642-8

1646

Ratios (O/D : occurrence/document):

/imos/

O/D

vamos

O/D

/ides/

O/D

vades

O/D

vais

O/D

Première attestation

1140

1251

1140

1266

1300

Total

204/133

1,53

4086/833

4,9

205/97

2,11

88/70

1,25

1516/480

3,16

➞ 1200

3/2

1,5

6/2

3

1200-1300

28/12

2,33

7/3

2,33

38/21

1,81

2/2

1

1300-1400

29/22

1,32

54/18

3

39/25

1,56

10/10

1

8/2

4

1400-1500

52/37

1,4

403/86

4,68

78/24

3,25

50/40

1,25

40/15

2,66

1500-1600

68/43

1,58

2042/413

4,94

28/15

1,86

27/21

1,28

850/244

3,48

1600 ➞

12/8

1,5

1781/380

4,68

14/10

1,4

8/6

1,33

664/246

2,7

Dernière attestation

1625

1642-8

1646

  • 16  Lorsque le ratio est de 100 %, il y a identité entre les formes issues de ire et de uadere, au-des (...)

Ratio entre les formes16 :

imos/vamos (absolu)

imos/vamos (pondéré)

ides/vades
(absolu)

ides/vades
(pondéré)

ides/vais
(absolu)

ides/vais
(pondéré)

vades/vais
(absolu)

vades/vais
(pondéré)

Total

4,9%

31,22%

233%

263%

13,5%

66,7%

5,8%

39,5%

1200-1300

400%

100%

1900%

181%

1300-1400

55,76%

44%

390%

156%

487%

39%

125%

25%

1400-1500

12,9%

29,9%

156%

260%

195%

122%

125%

46,9%

1500-1600

3,3%

31,98%

103%

145%

3,29%

53%

3,17%

36,8%

1600 →

0,67%

32,05%

77%

105%

2,11%

51,8%

1,2%

49,2%

Ratio entre les formes :

Ratio entre les formes :

Bibliographie

Banco de datos (CORDE) [en línea]. Page consultée le 30 mars 2011. Corpus diacrónico del español. <http://www.rae.es>

Cano Aguilar, Rafael, 2004, Historia de la lengua española, Barcelona, Ariel.

Darbord, Bernard, Pottier, Bernard, 1994, La langue espagnole, Paris, Nathan Université.

Guillaume, Gustave, 1941, « De la répartition des trois radicaux de aller », in Langage et science du langage, Paris, A.-G. Nizet.

Jiménez, Maria, Gracia Barrón, Justino, 2006, « IR et SER : étude séma-siologique », in Luquet, Gilles (éd.), Le signifié de langue en espagnol – Méthodes d’approche, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle.

Lapesa, Rafael, 2000, Estudios de morfosintaxis histórica del español, Madrid, Gredos.

Luquet, Gilles, 2011, « De la répartition des trois radicaux du verbe ir entre les formes de la conjugaison espagnole », in Desporte, Ariane, Fabre, Gilbert (éds), Aspects actuels de la linguistique ibéro-romane, Actes du XIe colloque de Linguistique Hispanique, p. 181-190.

Luquet, Gilles, 2010, « De l’iconicité des morphèmes grammaticaux en espagnol », in Le Tallec, Gabrielle (éd.), Vues et contrevues, Actes du XIIe colloque international de Linguistique ibéro-romane, Limoges, Lambert-Lucas, p. 73-84.

Luquet, Gilles, 2004, La teoría de los modos en la descripción del verbo español, Madrid, Arco Libros, colección Bibliotheca Philológica.

Martínez Amador, Emilio, 1954, Diccionario gramatical, Barcelona, Sopena.

Penny Ralph, 1991, Gramática histórica del español, Barcelona, Ariel.

Quitard, Mathilde, 2010, Recherches sur la semi-auxiliarité en espagnol : le cas de ir, Thèse pour le doctorat en linguistique hispanique, Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris 3 (dir. Gilles Luquet).

Soulétis-Julia, Marie-Ange, 2005, Le supplétisme verbal en latin, Thèse pour le doctorat d’études latines, Université Paris Sorbonne - Paris 4 (dir. Michèle Fruyt).

Notes

1  Le verbe espagnol répond en effet à une organisation modale et temporelle particulière, qui oblige à revoir les catégories traditionnelles que sont l’indicatif et le subjonctif. Car comme le dit Gilles Luquet « lorsque l’on se penche sur l’organisation sémiologique [de l’espagnol] – l’organi-sation de ses signifiants – on n’y trouve pas de morphologie proprement subjunctive », (« Peut-on satisfaire aux exigences du signifiant dans une systématique du subjonctif espagnol », in Regards sur le signifiant. Etudes de morphosyntaxe espagnole, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2000, p. 81). En effet, l’espagnol présente deux types de paradigmes : le premier, dans lequel la troisième personne du singulier diffère de la première correspond au mode actualisant (espace modal tripartite, prétérit, présent et futur de « l’indicatif ») ; le second, dans lequel il y a indiscrimination entre les personnes première et troisième au mode inactualisant, plus complexe (imparfait, conditionnel et quatre temps traditionnellement qualifiés de « subjonctifs »).

2  Michel Foucault ne parle pas de « verbes de mouvement » lorsqu’il évoque le radical i mais de « verbes qui veulent dire aller » (in Les mots et les choses, Paris, ‘Tel’ Gallimard [1966] 1990, chap. IV, p. 301).

3« […] esp. med., port. med., gall. mod. imos, […] esp. med., port. mod., gall. mod. ides […] formas que proceden del clásico īre […] » in Penny, Gramática histórica del español, p. 381.

4  Soulétis-Julia, Le supplétisme verbal en latin, p. 219.

5  Le paradigme de présent du galicien est donc : vou, vas, vai, imos, ides, van.

6Martínez Amador, Diccionario gramatical, s. v. ir, p. 774.

7  Il existe cependant deux cas dans lesquels on peut supposer une confusion entre les formes imos et irnos.

8  Dans le corpus de sa thèse, Marie-Ange Soulétis-Julia dénombre 1046 uadit face à 382 it. L’emploi des formes uadunt et eunt est en revanche équivalent (283 uadunt face à 279 eunt). In Le supplétisme verbal en latin, 728-731.

9  Soulétis-Julia, Le supplétisme verbal en latin, p. 731.

10  Soulétis-Julia, Le supplétisme verbal en latin, p. 149.

11Lapesa, Estudios de morfosintaxis histórica del español, p. 763.

12In Poesía española. Ensayo de métodos y límites estilísticos. Garcilaso, Fray Luis de León, San Juan de la Cruz.

13Cano, Historia de la lengua española, p. 870.

14  L’auteur a développé cette question dans Recherches sur la semi-auxiliarité en espagnol : le cas de ir. Voir également l’excellent article de María Jiménez et Justino Gracia Barrón, « IR et SER : étude sémasiologique », 61-76.

15   Mathilde Quitard, Recherches sur la semi-auxiliarité en espagnol : le cas de ir.

16  Lorsque le ratio est de 100 %, il y a identité entre les formes issues de ire et de uadere, au-dessus de 100%, les formes issues de ire sont prévalentes, en-dessous, les formes prévalentes sont celles issues de uadere. Ratio absolu : nombre total d’occurrences. Ratio pondéré : nombre total d’occurrences pondéré par le nombre de documents.

Table des illustrations

Titre Nombre total d’occurrences :
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3170/img-1.jpg
Fichier image/, 24k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3170/img-2.jpg
Fichier image/, 24k
Titre Ratio entre les formes :
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3170/img-3.jpg
Fichier image/, 21k

Auteur

Docteur en Linguistique Hispanique et membre du GERLHIS (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, EA 170, fédération CLESTHIA). Ses recherches portent sur l’auxiliarité et les verbes de mouvement en espagnol ainsi que dans diverses langues romanes, et en particulier sur les verbes espagnols ir, andar et venir. Parmi ses travaux les plus récents on trouve « Las formas de pre-sente e imperfecto de indicativo del verbo ir" présenté lors du Colloque du CILIR à l’Université Catholique de Louvain en février 2011, « Analogies intra- et interparadigmatiques en espagnol : que donne à voir le « d-«  de dar ?", présenté lors du séminaire Analogie de Philippe Monneret à l’Université de Bourgogne en 2010 et « < -nt- / -nd- > en espagnol (lexique et grammaire) », présenté en collaboration avec Didier Bottineau, Chrystelle Fortineau et Gabrielle Lloret-Letallec lors du Colloque du LiCoLaR tenu en 2010 à Aix-en-Provence.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540