Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Morphosyntaxe

La structure corrélative más… más… : du signifiant à la syntaxe

Chrystelle Fortineau-Brémond

Résumé

El presente trabajo se inscribe en el marco de un estudio más amplio de las estructuras correlativas del español, cuya primera etapa ha sido el análisis de las estructuras tal… cual / como / que… y tanto… cuanto / como / que…. El examen de la construcción paralela más / menos… más / menos… permite confirmar algunos resultados y completar o matizar otros. La primera parte está dedicada a la lectura del significante de las formas implicadas (más y menos), mediante la teoría de los cognemas; se analizan sucesivamente los formantes M, S, N y las tres vocales. La segunda parte muestra cómo el significado único de más permite que se instaure un juego complejo de relaciones sintácticas y semántico-referenciales, que constituyen el esquema correlativo. Sin embargo, más… más… se diferencia del modelo correlativo tal como se presenta en tal… cual… o tanto… cuanto… por la importancia de la entonación y, de manera menos anecdótica, por su adscripción a la parataxis (y no a la hipotaxis).

Texte intégral

1La corrélation est un mécanisme, tout à la fois syntaxique et sémantico-référentiel, peu voire pas étudié en espagnol. Si certaines structures corrélatives ont certes été bien analysées – quoique jamais en tant que manifestations d’un schème corrélatif d’une portée plus générale –, d’autres, en revanche, semblent n’avoir guère suscité d’intérêt. C’est le cas, en particulier, d’un certain type de phrases comparatives, construites autour des adverbes más et menos ou d’un comparatif synthétique (mayor, menor, mejor, peor) et qui se présentent sous la forme d’une configuration de base et de plusieurs variantes :

  • más… más…

(1)

Gaitana se levantó con uno de los señores, sintió los brazos que la apretaban pero no se opuso porque con los drinks la sensación le gustaba. Más tomaba gaseosa y más sentía el mareo, como si flotara, y de pronto, en una vuelta, vio a Claudia dándose un beso con el otro señor.

(CREA, Santiago Gamboa, Páginas de vuelta, 1998, Colombie)

  • a más… más…

(2)

También se pide rapidez. Para el bar o discoteca en cuestión, este es un punto fundamental. A más velocidad sirviendo, más dinero en la caja.

(CREA, El Mundo, 07/02/1996, Espagne)

  • contra más… más…

(3)

Todavía no conocen a González y, además, no saben que el cabreo de los españoles es inmenso y contra más sale González en televisión, mejor le va al mudito José María Aznar. No tiene talento, ni estatura, ni ideas, ni proyecto, ni programa, ni narices, pero Aznar va a ganar.

(CREA, El Mundo, 15/01/1995, Espagne)

  • cuanto más… (tanto) más…

(4)

En mi opinión, cuanto más progresamos en estos campos, tanto más nos ponemos en armonía con la naturaleza.

(CREA, Jorge Volpi, En busca de Klingsor, 1999, Mexique)

  • entre más… más…

(5)

El dinero crece solo y entre más dinero tienes menos trabajo necesitas para que se reproduzca.

(CREA, Héctor Aguilar Camín, El error de la luna, 1995, Mexique)

  • mientras más… más…

(6)

Para mantenerse en el poder, los gobiernos ilegítimos o con baja -legitimidad, se ven obligados a recurrir masivamente a la represión. El problema con ésta, sin embargo, es que mientras más se reprime, menos legitimidad se tiene.

(CREA, Proceso, 13/10/1996, Mexique)

2Ces structures ont été peu étudiées et l’essentiel des considérations qu’elles suscitent portent moins sur leur fonctionnement et leurs valeurs que sur les dimensions diastratiques, diaphasiques ou diatopiques de leurs usages.

3Malgré les divergences que l’on observe, aussi bien dans ces structures elles-mêmes que dans les commentaires auxquels elles donnent lieu, un schéma général, reposant sur trois critères, se dégage :

  • 1  Pour plus de détails, voir C. Fortineau-Brémond, La corrélation en espagnol contemporain.

41) Ces constructions répondent au schème corrélatif1, à savoir :

  • une organisation en diptyque, signalée par des marqueurs spécifiques, appartenant à des séries grammaticales finies et, le plus souvent, apparentées morphologiquement ;

  • une interdépendance syntaxique entre les segments introduits par ces marqueurs (elle se manifeste notamment par le fait que la suppression de l’un d’eux rend l’énoncé agrammatical ou infléchit profondément son interprétation) ;

  • une relation sémantique d’implication entre ces mêmes segments.

52) Elles présentent, en outre, la particularité d’être bâties sur la répétition d’un même terme, éventuellement accompagné d’un autre morphème, ce qui leur vaut parfois le nom de « structures parallèles ».

63) Enfin, les énoncés qu’elles servent à construire reçoivent toujours une interprétation en termes de comparaison.

7Si le parallélisme peut reposer sur la simple répétition d’un marqueur (más… más…), certaines de ces structures, plus complexes, incorporent un ou deux morphèmes supplémentaires (a más… más…, cuanto más… más… ou encore tanto más… cuanto más…). Ces dernières peuvent être considérées comme des variantes de la structure de base fondée sur la seule itération de más et qui, même si elle n’est pas historiquement première, est la plus élémentaire, syntaxiquement parlant.

  • 2  Pour une présentation détaillée de la cognématique et ses liens avec la linguistique du signifiant (...)

8Nous ne traiterons donc ici que de más… más…, pour tenter de montrer, d’une part, en quoi cette combinaison se rattache au schéma corrélatif, et, d’autre part, ce qui en fait la spécificité, dans la perspective, notamment, d’une étude ultérieure des variantes. Cela suppose que l’on s’intéresse en premier lieu aux signifiants mis en œuvre dans cette construction – signifiants dont l’analyse s’appuiera en grande partie sur la cognématique2 ou théorie des cognèmes –, avant de décrire la façon dont ces signifiants sont exploités dans cette structure corrélative particulière.

9Ce faisant, on sera amené à réfléchir aux questions de méthode que pose la cognématique, lorsque l’on cherche à l’appliquer à la morphologie de l’espagnol, mais aussi à s’interroger sur le bien-fondé d’approches trop exclusives, tant l’étude de la corrélation fait apparaître l’étroite imbrication de plusieurs champs, prosodique, morphosyntaxique et sémantico-référentiel.

Más et menos : réseaux de signification

10Les mots grammaticaux sont organisés en systèmes, portés par des réseaux de signifiants, construits selon le principe des oppositions binaires. Chaque signifiant est intégré à différents micro-systèmes, ce qui a une double conséquence : premièrement, du point de vue de l’architecture générale de la langue, la cohésion de l’ensemble est assurée par les entrecroisements, les recoupements, selon un schéma qui tient plus de l’entrelacement, de l’imbrication, que de la juxtaposition de systèmes autonomes et indépendants ; deuxièmement, du point de vue de la méthode cette fois, et si l’on accepte que l’on peut accéder, au moins partiellement, au signifié d’un mot à partir de la lecture de son signifiant, il est nécessaire de croiser et d’organiser les informations fournies par l’inscription de ce signifiant dans différents réseaux.

Cognèmes

11Parmi les outils utilisés ici pour procéder à la lecture du signifiant figurent en bonne place les cognèmes. Le point de départ de cette théorie est l’observation selon laquelle :

  • 3  D. Bottineau, « Les cognèmes de l’anglais et autres langues », p. 185.

Dans de très nombreuses langues naturelles, indo-européennes ou non, il apparaît que les grammèmes et, selon les cas, certains lexèmes, ne constituent pas des unités insécables mais des agglomérats de submorphèmes isolables qui, considérés individuel-lement, renvoient à des processus mentaux invariants, sortes de logiciels fondamentaux de la cognition que l’on a nommés cognèmes3.

12Un des principaux mérites de cette théorie, qui en fait la pertinence et en assure la solidité, est que la mise en relation d’un phonème et de son invariant est fortement encadrée et obéit à des conditions très strictes :

  • 4  D. Bottineau, « Du son au sens… », p. 48.

[...] le rapport d’un phonème à son invariant n’est pas nécessaire, il est indispensable que des conditions de fréquence et d’opposition contrastive en système et en contexte soient satisfaites pour que la connexion forme-sens s’actualise à ce niveau [...]4.

13Il ne suffit donc pas qu’un phonème soit présent dans un signifiant donné pour que l’on puisse légitimement y associer un invariant sémantique ; un phonème ne peut être interprété comme la manifestation d’un cognème que s’il s’inscrit dans un réseau de correspondances sémiques et morphémiques. Ainsi, bien que coco et como commencent par le même phonème, celui-ci ne recevra pas la même interprétation dans les deux cas. Dans coco, élément du lexique, l’investissement sémantique dont est potentiellement porteur le cognème K est rejeté, inhibé, et le phonème n’a donc ici aucune valeur particulière ; en revanche, dans como, la connexion entre phonème et invariant est pleinement valide, dans la mesure où como s’inscrit dans un système, celui formé par que, como, quien, cuyo, cuando, cual, cuanto, qui ont en commun d’instaurer une dépendance fonctionnelle. D. Bottineau a précisé dans quelles circonstances il est légitime de considérer que la relation phonème ~ invariant cognitif est activée :

  • 5  D. Bottineau, « Le problème de la négation… », p. 29.

On est fondé à considérer un phonème comme submorphème sémantiquement pertinent dans les conditions suivantes (non cumulatives) : 1) il se manifeste dans une alternance récurrente […]. 2) L’opérateur-mot dans lequel il se manifeste est lui-même globalement formé d’une agglutination de marqueurs extraits de telles alternances […]. 3) Le submorphème, combiné à une racine ou à d’autres submorphèmes dans une position constante comme l’initiale ou la finale, classe tous les opérateurs concernés dans une catégorie donnée [...]5

14Tous les signifiants d’une langue ne sont donc pas entièrement découpables en cognèmes ; ces restrictions interdisent, par ailleurs, toute assimilation de la cognématique au cratylisme ou au phonosymbolisme, le cognème n’étant pas iconi-quement déterminé par la forme sonore.

15Cependant, si la valeur du cognème n’est pas liée aux propriétés articulatoires ou acoustiques des phonèmes qui le réalisent, elle est, en partie, induite par l’expérience motrice et perceptuelle de l’articulation ; le profil du cognème tend à coïncider avec celui de l’articulation motrice et de ses effets perceptuels :

  • 6  D. Bottineau, « Iconicité…. », p. 222.

Les relations sémantiques abstraites à suggérer par la communication n’ont pu se construire que par l’imitation du seul support disponible, le son : les instructions neuro-motrices aux articulateurs ont été analysées, disjointes de leur cible initiale et réattribuées à la gestion de rapports sémantiques6.

M :

  • 7  « En latín se empleaba el sufijo *-mo para indicar el superlativo (absoluto o relativo); sufijo qu (...)
  • 8  À la différence, par exemple, de la quantification objective apportée par les numéraux cardinaux.
  • 9  D. Bottineau, « Le cognème <M>… », p. 111.

16Más et menos se laissent décomposer, au moins partiellement, en cognèmes. Ces deux adverbes présentent à l’initiale la consonne m-, que l’on retrouve, également en position initiale, dans d’autres termes, qui renvoient tous à l’idée de quantification – muy, mucho, menor, mayor –, mais aussi, comme l’ont noté M. Alvar et B. Pottier, à l’initiale du suffixe -mo, dans un certain nombre de signes à valeur superlative (sumo, extremo, supremo, ínfimo, máximo, óptimo, pésimo, próximo, último) ou encore dans le suffixe du superlatif absolu -ísimo7. Le point commun de ces différentes formes est qu’elles évoquent toutes une quantification subjective8; on est donc fondé à voir dans la consonne initiale la manifestation du cognème M, ici en position de majeure sémantique, qui « renvoie à une représentation de l’énonciateur vu en tant que moi percevant et (ré‑)agissant à une situation »9. Plus précisément encore,

  • 10  D. Bottineau, « La submorphologie… », p. 30.

Compte tenu de la diffusion de m dans le paradigme des formes nominales de première personne (me, mí, mi) dans le domaine roman, mais aussi dans le domaine verbal en première personne du pluriel (-mos), et au singulier dans d’autres langues ou antérieurement en diachronie (latin amabam), il est raisonnable de considérer ce formant comme la prise de position explicite et singulière du locuteur qui parle de lui-même ou manifeste sa présence ou son activité10.

17D’autre part, il faut noter que lorsqu’il est en position initiale, un cognème, quel qu’il soit,

  • 11  D. Bottineau, « Les cognèmes de l’anglais et autres langues », p. 195-196.

[...] annonce [...] la couleur sémique dominante de l’opérateur complet, sa tonalité cognitive majeure, alors qu’en position de suffixe [il n’en est] que la mineure. [...] le site frontal est celui du catégoriseur sémique, qu’il s’agisse de l’idéophone lexical ou du cognème grammatical11.

18Les représentations portées par más, menos, muy, mucho, mayor, menor et mejor relèvent donc du même processus de construction, que dénonce le m- initial.

S :

19Par ailleurs, más et menos présentent la même consonne finale, -s, que l’on retrouve également, dans la même position, dans d’autres adverbes transprédi-catifs, comme pues, después, jamás, mais aussi antes, lejos, entonces, mientras et quizás, où il est analogique.

20La fricative se caractérise à la fois par sa position terminale (coronale) et par le trait continu ; le cognème qui lui est associé inclut donc une visée perfective et une instruction de transition, de passage non interrompu. Le cognème S peut être défini comme un « marqueur d’opérativité transitionnelle ». 

21La plupart des adverbes transprédicatifs en -s ont en commun d’être des formes « relatives », i.e. d’impliquer dans leur signifié le renvoi à un réfé-rentiel préalablement conçu (seul jamás semble a priori ne pas être porteur de ce trait). Le cognème S est ici la marque de la nécessaire transition, de la nécessaire liaison, entre l’opération signifiée par l’adverbe et le repère préalable dont il inclut la représentation. Antes ou después, par exemple, ne peuvent se comprendre que par rapport à un repère temporel notionnellement antérieur ; mientras suppose la représentation d’un espace temporel, cette fois, à partir duquel il se construit. Quant à más et menos, ils disent une quantification non pas absolue (à la différence d’autres adverbes quantitatifs, comme muy, mucho, poco ou bastante), mais relative. Más est le signe d’une opération d’accumulation, qui suppose donc la conception d’une quantité initiale servant de repère, qui peut éventuellement, mais non nécessairement, être explicitée dans l’énoncé.

N :

22Más et menos partagent donc les mêmes cognèmes, en position initiale et en position finale, mais se distinguent par la présence du formant n, en position d’infixe dans menos.

  • 12  D. Bottineau, « La submorphologie… », p. 28.

En position initiale, N est de manière assez flagrante la signature régulière de la négation (no, nada, nadie, nunca, ninguno), ce qui en fait un candidat recevable comme élément formateur constitutif d’une opération d’invalidation de la catégorie portée par le reste du marqueur (assertion, objet, personne, temps, sélection) [...]. En position non initiale il semble bien que le même élément formateur soit représenté dans divers systèmes [...]12.

  • 13  R. Rivara note ainsi que « Tout élément graduable étant, de façon inhérente, orienté “vers le haut (...)

23On peut se demander, dans le cas qui nous occupe, sur quoi porte la négation. Nous faisons l’hypothèse que menos est un après notionnel de más13, et qu’il ne peut être pensé que par rapport à ce dernier. Nous postulons donc que le cognème N indique que menos doit être conçu comme la négation de l’opération signifiée par más, à savoir une opération d’accumulation, une addition, d’où, pour menos, le sens résultatif d’une soustraction, d’une diminution.

Voyelles

  • 14  Voir, par exemple, « Du son au sens… » et « The cognems of the Spanish Language… ».

24Reste le cas des voyelles – a dans más et e / o dans menos –, dont on peut se demander si elles correspondent ici à des cognèmes. La valeur du cognème A a été décrite de façon détaillée et à plusieurs reprises par D. Bottineau, en anglais mais aussi dans d’autres langues, dont l’espagnol14. Il a montré que dans de nombreuses paires de mots reposant sur l’alternance i ~ a (this ~ that, which ~ what ; aquí ~ acá, allí ~ allá), I signifie une opération de fusion, de rapprochement et A une opération de disjonction, d’éloignement. Mais il est difficile de repérer une opposition du même type pour la paire qui nous intéresse, dans la mesure où les deux termes ne reposent pas sur le même schéma : menos comporte une voyelle (et donc une syllabe) de plus que más.

  • 15  Voir, supra, le paragraphe « Cognèmes ».

25On peut néanmoins se demander si ces deux formes ne sont pas intégrées, séparément, à d’autres réseaux. Ce n’est manifestement pas le cas de menos ; plus généralement, aucune des conditions qui rendent légitime l’association d’un phonème à un cognème15 ne semble ici vérifiée : on n’observe pas d’alternance récurrente et aucun des phonèmes considérés n’apparaît dans une position constante (comme la position initiale ou finale) avec pour effet de classer le mot concerné dans une catégorie donnée. On peut donc raisonnablement poser qu’aucun invariant sémantique n’est attaché aux phonèmes /e/ et /o/ de menos.

  • 16  Sur cette question, voir M. Launay, « Remarques sur mientras… ».
  • 17  G. Moignet, Systématique de la langue française, p. 176.

26La conclusion est tout autre pour le -a- de más. En effet, ce -a- se retrouve dans d’autres adverbes transprédicatifs, tels que cerca, fuera, quizá, arriba, encima ou encore nunca, parfois en combinaison avec un -s final, auquel peut être associé – comme on l’a vu précédemment – le cognème S, « marqueur d’opérativité transitionnelle », comme dans jamás, mientras, detrás, apenas, ou quizás. Dans la mesure où ce -a (qui n’est pas toujours étymologique, comme le montre l’évolution de mientras16), classe tous les mots qu’il informe dans une même catégorie, il n’est pas impossible d’y voir une manifestation du cognème A, dont l’invariant sémantique – on l’a rappelé – est la distanciation, la disjonction. Les adverbes trans-prédicatifs, en effet, s’obtiennent par éloignement des parties du discours prédicatives. Ils sont le résultat d’une mise à distance des données de l’expérience, pour ne retenir que ce qu’il y a en elles de plus général, ce qui échappe à toute particularité. Ce sont « des notions qui transcendent celles dont les substantifs et les adjectifs sont porteurs, en ce sens qu’elles s’élèvent dans l’abstrait au-delà de ce que peut produire une élaboration mentale, si poussée qu’elle soit, des données de l’expérience »17.

Más… más… : comparaison, implication et juxtaposition

  • 18  M. Sicot-Domínguez, « Le signe /mas/ : du signifié au signifiant », p. 305.
  • 19Ibid., p. 305.

27Más est un opérateur marquant une accumulation, une addition, par rapport à un repère préalablement conçu. Dans deux articles qu’elle a consacrés à cette forme, M. Sicot-Domínguez a montré qu’il n’existe qu’un seul /mas/ en espagnol, conformément à ce que nous livre le signifiant, et dont le signifié est d’être « la marque d’un ajout »18. Évoquant les différents emplois auxquels se prête /mas/, elle relève qu’« il introduit, quel que soit le type de l’énoncé, l’élément qui, additionné au terme de base, donne un résultat orienté vers le haut d’une échelle quantitative »19.

  • 20  Les exemples 7 à 11 sont empruntés à M. Sicot-Domínguez, « Le signe /mas/ : entre la quantificatio (...)

28Ce signifié unique n’interdit pas à /mas/ d’endosser divers fonctionnements : additif (exemples 7 et 8), comparatif (exemple 9), pondératif ou intensif – qui n’est qu’un cas particulier de fonctionnement comparatif – (exemple 10) ou encore adversatif (exemple 11)20.

(7)

Y es así que hoy ni el mismo trabajador puede saber cuánto gana al año: la cifra depende de los bonus discrecionales que se extienden por doquier en las empresas, de tal manera que el sueldo ya es el sueldo más el premio posible, más la omisión del premio, más la bonificación que no es premio sino gracia pura, concesión del nuevo jefe, voluntad de la empresa de distinguir a algunos directivos en particular.

(CREA, B. Gopegui, Lo real, 2001, Espagne)

(8)

Y así, tras vestirse a toda prisa, torpe, unos tejanos, una camiseta y unos zapatos, bajó tambaleante la escalera, todavía mojado bajo la ropa, el pelo húmedo, una pequeña bolsa de viaje con las pocas cosas que había atinado a meter dentro, arrugadas y de cualquier manera: más camisetas, una chamarra de mezclilla, pantaletas, calcetines, su cartera con doscientos pesos y la documentación.

(CREA, A. Pérez Reverte, La reina del sur, 2002, Espagne)

(9)

[P]ara Júbilo tenía mucho más valor llevar una serenata a las tres de la mañana que comprar una pulsera de diamantes.

(CREA, L. Esquivel, Tan veloz como el deseo, 2001, Mexique)

(10)

La Esposa del Gobernador –vestida de castellana de la Alta Edad Media– y la Abuelita –vestida con traje de hoy día propio de su edad pero un poco pasado de moda–, conversan en una de esas aburridas tardes de domingo de todas las épocas. [...] Están sentadas en banquetas, sin hacer ostensible lo anacrónico de sus respectivos vestuarios.

Esposa: ¡Estoy más deprimida!

Abuelita: Vamos, tampoco hay que tomárselo así.

(CREA, A. Gómez Arco, Queridos míos, es preciso contaros ciertas cosas, 1994, Espagne)

(11)

Al principio los padres creyeron la teoría del psiquiatra, mas al pasar el primer semestre y no encontrar cambios positivos en su hija [...] decidieron buscar nuevos métodos.

(CREA, R. Quesada, Big banana, 2000, Honduras)

Más et la question du repère

  • 21  Sur cette question, voir, par exemple, S.  Whittaker, « À la recherche de l’étalon… ».

29Dans ses usages comparatifs, comme dans ses autres utilisations, más implique la mise en relation de l’élément qu’il introduit avec un étalon, un repère de nature variable21 et dont l’identification emprunte, elle aussi, des chemins variés. Ce repère (souvent nommé « le comparant ») apparaît parfois de façon explicite dans l’énoncé. Cette configuration est extrêmement fréquente :

(12)

A medida que transcurría la década de los cincuenta e iba desapareciendo la penuria de la inmediata postguerra, se notaba también un cambio en la mentalidad de los nuevos adolescentes, aquellos para quienes la mención a la guerra civil empezaba ya a ser una aburrida monserga. Y como consecuencia fueron otros también –o al menos pretendieron serlo– sus usos amorosos y su forma de plantarle cara a la vida. Lo cual no quiere decir, ni mucho menos, que las cuestiones de fondo cambien así por las buenas de una década a otra, ni que a las mujeres quince años más jóvenes que yo tenga por qué sonarles a chino nada de lo que aquí se cuente.

(CREA, Carmen Martín Gaite, Usos amorosos de la posguerra española, 1987, Espagne)

(13)

Le pregunto qué hora es y me contesta que es la misma hora de ayer a estas horas.

Ésa es la respuesta más sabia de todas las que he recibido.

(CREA, Javier Tomeo, La mirada de la muñeca hinchable, 2003, Espagne)

30Dans les exemples 12 et 13, le repère est fourni par ce que la grammaire traditionnelle appelle « le complément de comparaison », à savoir respectivement « que yo » et « de todas las que he recibido ».

31Mais l’expression du repère n’est qu’une possibilité parmi d’autres ; celui-ci peut également être récupéré contextuellement :

(14)

Observé que Clara ladeaba la cabeza al sonreír y que sus dedos jugueteaban con un anillo que parecía una guirnalda de zafiros.

– ¿Qué edad tienes? -preguntó.

- Casi once años –respondí–. ¿Y usted?

Clara rió ante mi insolente inocencia.

- Casi el doble, pero tampoco es como para que me trates de usted.

- Parece usted más joven –apunté–, intuyendo que aquello podía ser una buena salida a mi indiscreción.

(CREA, Carlos Ruiz Zafón, La sombra del viento, 2001, Espagne)

32Dans l’exemple 14, le repère est fourni par la situation : Clara semble plus jeune qu’elle ne l’est réellement, l’information sur son âge étant donnée dans la réplique précédente (« casi el doble ») ; si l’on devait l’expliciter, ce pourrait être sous la forme « Parece usted más joven de lo que es en realidad ».

33Parfois le repère (implicite) fait référence au texte même :

(15)

Entre las llamadas ciencias de las religiones, tanto la Antropología como la Historia de las Religiones nos han dado elementos muy valiosos que como veremos más adelante, han enriquecido enormemente el análisis y la discusión de nuestros resultados.

(CREA, Revista Digital Universitaria. El quehacer universitario en línea, v. 1, n. 1, 07/2000, Mexique)

  • 22  M. Sicot-Domínguez, « Le signe /mas/ : entre la quantification et l’adversation », p. 119.

34Enfin, comme l’a montré M. Sicot-Domínguez, les énoncés exclamatifs dans lesquels más semble prendre une valeur intensive ne sont qu’un cas particulier de fonctionnement comparatif, qui se caractérisent par le fait que le repère est nécessairement implicite ; dans l’exemple 10 (voir supra), soit le repère renvoie à tous les êtres de la même classe (más deprimida que nadie), soit il s’agit d’un « comparant prototypique codifié dans certaines locutions familières (más deprimida que la mar) »22.

35Si la forme más suppose donc nécessairement un repère par rapport auquel est pensée l’accumulation, celui-ci n’est pas nécessairement explicité dans l’énoncé, ni même dans le contexte.

Repère implicite et quelconque

36Ainsi, dans les phrases corrélatives en más… más…, ni le repère du premier segment ni celui du second ne sont explicités et ils ne sont ni récupérables contextuellement ni prototypiques.

(16)

Ellos se encuentran grabando este nuevo material que contendrá entre 15 y 16 temas nuevos, donde figuran títulos como « Wisky con llamas » y « Somos los de antes ». Además, un tema de Alan Wong relacionado con el dicho popular « Más me pegas, más te quiero...»

(CREA, La República, 07/03/2000, Pérou)

37Dans l’énoncé qui précède, aucun élément ne permet d’assigner un référent précis au repère impliqué par más ; ne reste donc que la représentation d’une accumulation par rapport à un repère quelconque.

  • 23  B. de Cornulier, « Plus on est chauve… ».

38La nature de ce repère est variable ; le « domaine de variation », pour reprendre les termes de B. de Cornulier23, peut être fourni par le temps (exemple 17) ou par la multiplicité des individus (exemple 18) :

  • 24  On aura noté que l’exemple retenu ici est construit non pas sur más… más mais sur A más… más ; cel (...)

(17)

Cada vez que el benedictino iniciaba sus rezos, los girondinos prorrumpían en cánticos y salmos a su dios carcelario.

Más oraba el monje, más berreaban los adoradores de Ibrascha en un coro que, a medianoche, ahogaba las plegarias del religioso con sus músicas.(CREA, José Manuel Fajardo, La epopeya de los locos, 1990, Espagne)

(18)

Las barbas son privativas de los jefes –reflexionó– porque corresponde que los jefes sean peludos; a más pelos más autoridad.

(CdE, David Viñas, Los hombres de a caballo, 1967, Argentine)24

39Mais, de quelque type que soit le repère d’une phrase corrélative en más… más…, on ne peut lui assigner de référent précis. Il ne s’agit pas là d’un manque, d’une lacune – il serait tout à fait déplacé, par exemple, d’analyser ce type d’énoncé comme le résultat d’une ellipse –, mais, bien au contraire, d’une condition indispensable au fonctionnement corrélatif.

40En effet, il suffit que l’on puisse identifier l’étalon pour que l’interprétation corrélative soit bloquée, comme dans l’exemple 19 :

(19)

Pocas ocasiones he tenido la sensación al cruzar un río y pisar la otra orilla, de estar en un paisaje y en un país distintos. Más duros, más hoscos, más tristes.

(CREA, Juan Antonio Vallejo-Nágera, Yo, el rey, 1985, Espagne)

41L’identification du repère est rendue possible par la présence, dans la phrase précédente, du syntagme « en un paisaje y en un país distintos », qui permet -d’opposer deux espaces mentaux (de nature spatiale), dont l’un servira à construire le comparant et l’autre le comparé, pour reprendre la terminologie traditionnelle.

42La seule présence de más en tête de deux fragments juxtaposés ne suffit donc pas à établir une corrélation ; comme le montre l’exemple 19, l’identification contextuelle du repère interdit le fonctionnement corrélatif.

  • 25  B. de Cornulier, op. cit., p. 152.

43La phrase corrélative suppose que la supériorité évoquée soit quelconque, ce que l’on pourrait gloser par « à toute supériorité de A correspond une supériorité de B ». À propos de la phrase « Plus Jules est chauve, plus il est intelligent », B. de Cornulier note ainsi que « [i]l est impossible [...] de répondre à la question “Plus chauve que quoi ?” parce qu’il n’existe pas ici de repère extérieur à la proposition Jules est chauve… : elle recouvre l’ensemble des degrés possibles de calvitie de Jules »25.

Implication

44La séquence más… más… ne contribue à l’édification d’une phrase corrélative que si l’identification du repère impliqué par más est impossible, c’est-à-dire si ce repère est conçu comme quelconque. Mais cette condition ne suffit pas ; il faut en outre – comme dans toutes les phrases corrélatives – qu’un rapport sémantique particulier lie les deux segments du diptyque.

45Ce rapport prend la forme d’une relation d’implication, au sens que le TLFi, par exemple, donne à ce terme : « Relation logique entre deux phénomènes telle que la vérité ou la réalité de l’un fait connaître avec certitude la vérité ou la réalité de l’autre ». 

46C’est ce que l’on observe dans l’exemple 18, déjà cité :

(18)

Las barbas son privativas de los jefes –reflexionó– porque corresponde que los jefes sean peludos; a más pelos más autoridad.

(CdE, David Viñas, Los hombres de a caballo, 1967, Argentine)

47Il s’établit entre les deux segments une correspondance orientée : le premier a pour corollaire le second.

48Cette relation d’implication peut aller jusqu’à une relation de conséquence, pleine et entière :

(20)

Y para completar, el consumo en nuestra sociedad desemboca, en última instancia, en la adquisición o la compra de la obra y, por lo tanto, opera la ley de la oferta y la demanda y de la ganancia. Más se conoce, más se valora; más se valora, mejor se distribuye; más se distribuye, más y mejor se consume y se vende...

(CREA, Eli Bartra, Frida Kahlo: Mujer, Ideología, Arte, 1987, Mexique)

49La réalisation de l’événement A (« más se conoce ») a pour effet d’entraîner la réalisation de l’événement B (« más se valora »), lequel, à son tour, produit l’événement C (« mejor se distribuye »), etc.

50S’il n’y a pas de relation d’implication, la séquence más… más… ne sera pas interprétée comme une structure corrélative, mais on y verra une simple addition de comparaisons, comme dans l’exemple 21 :

(21)

Queremos que los jóvenes sean los verdaderos protagonistas del cambio. Cuestiones fundamentales para nosotros como el empleo, el acceso a una vivienda, la formación, la participación ciudadana, las nuevas tecnologías, el ocio, el deporte, la cultura o la integración social ocupan un papel central en nuestro proyecto para la juventud. Queremos políticas de -bienestar también para los jóvenes. Más competencias, más presupuesto, pero también más ilusión y más protagonismo para la juventud.

(CREA, El Socialista, nº 651, 04/2003, Espagne)

51Par ailleurs, on notera que l’addition de comparaisons n’est soumise à aucune limite quant au nombre d’éléments additionnés (trois dans l’exemple 19, déjà cité, ou dans l’exemple 22 ci-dessous), alors que la corrélation repose sur un schéma nécessairement binaire.

(22)

Más información, mayor apertura, menos burocracia y eliminación de los obstáculos a la movilidad de licenciados entre los países de la Unión Europa fueron las peticiones básicas que formularon los 120 universitarios que se reunieron en Bruselas los días 7 y 8 de octubre, convocados por Edith Cresson, comisaria europea para la Investigación, la Educación y la Formación de la Juventud.

(CREA, El País, 14/10/1997, Espagne)

Parataxe

52L’existence d’une relation d’implication entre les deux segments du diptyque est donc une condition nécessaire pour que más… más… forme l’ossature d’une phrase corrélative ; cependant, cette relation n’est jamais explicitée. Ni sa nature, ni même son existence ne sont déclarées par un signifiant spécifique, ce qui situe indiscutablement ce type de construction dans le domaine de la parataxe. Par quels moyens le locuteur peut-il néanmoins en susciter la représentation dans l’esprit de l’allocutaire ? Plusieurs éléments combinés, de nature différente, y contribuent.

53Il faut, en effet, que soient réunies deux conditions :

  1. une configuration morphosyntaxique particulière, que l’on peut décliner de la façon suivante : juxtaposition de deux segments, introduits chacun par más, avec blocage de l’identification du repère ;

  2. le renvoi à une situation expérientielle telle qu’elle n’interdit pas une interprétation en termes d’implication.

54Du point de vue de l’allocutaire, la perception d’une relation d’implication ne naît pas seulement du référent expérientiel mais de l’interaction entre un certain type de situation et une configuration morphosyntaxique spécifique. La relation d’implication n’étant pas explicite, son « élucidation » est laissée au travail interprétatif de l’allocutaire, ce qui peut engendrer des énoncés ambigus :

(23)

Noviembre estaba entrando con frío y con sol abierto, sobre los pinos serenos del parque. Roberto recibió en las mejillas el viento brillante de esos días de sueño. Un escalofrío lo sacudió de la cabeza a los pies. En Santa Ana, era raro el día de calor. [...] Atravesó el parque saludando gente. « Buenos días, don Fulano ». « Buenos días don Zutano ». Gente ceremoniosa, la de tierra fría. Saludar al que uno se encontraba era obligatorio. Roberto pensó que tal vez era una costumbre que venía del tiempo de la Colonia, cuando el pueblo eran cuatro casas y los vecinos se conocían hasta los calzones. En San Andrés era peor. Más chiquito el pueblo, más reverenciosos los habitantes.

(CREA, La Hora, 28/02/1997, Guatemala)

55Dans cet exemple, la séquence « Más chiquito el pueblo, más reverenciosos los habitantes » se prête à deux interprétations différentes :

  1. Elle peut être considérée comme une continuation de la comparaison de la phrase précédente (« En San Andrés era peor ») et le repère, récupérable contextuellement, est le village de Santa Ana, mentionné quelques lignes auparavant ; il n’y a pas alors de corrélation.

    • 26  Même ambiguïté dans l’exemple suivant :

    Mais le fait qu’il ne soit pas impossible de déceler un lien de cause à effet entre les deux segments (la politesse des habitants serait liée à la taille du village) peut conduire à une lecture toute différente : « Más chiquito el pueblo, más reverenciosos los habitantes » peut aussi être vu comme une phrase corrélative, avec un repère quelconque, servant ici à l’expression d’une vérité générale, d’une maxime, en quelque sorte26.

56Il faut toutefois noter que ce type d’ambiguïté ne se produit qu’à l’écrit ; à l’oral, en effet, l’intonation oriente vers l’une ou l’autre des interprétations, sans possibilité de confusion. Dans le cas d’une phrase corrélative, l’intonation est légèrement ascendante en fin de premier segment, ce qui crée une attente, que vient combler le deuxième segment. Cela signifie que la relation d’implication, la corrélation, se manifeste également par un lien de nature supra-segmentale. Les mécanismes de construction et d’interprétation d’une représentation de type corrélatif intègrent donc, outre les aspects morphosyntaxiques et référentiels mentionnés plus haut, une dimension prosodique essentielle.

57Enfin, l’ordre des mots est également un élément fondamental, et cela à double titre. D’une part, il semble n’y avoir corrélation que lorsque más est en position initiale de chacun des fragments du diptyque. Cette question mériterait d’être approfondie ; il faudrait notamment se demander s’il s’agit d’une extraposition, signe que la portée de l’adverbe est différente de celle qu’on lui connaît lorsqu’il est au service d’une simple comparaison, i.e. si c’est la manifestation d’une contrainte syntaxique, ou s’il s’agit « simplement » d’une habitude discursive, d’un moyen de marquer la corrélation en privilégiant une organisation de l’énoncé qui met en avant le parallélisme des fragments. D’autre part, comme c’est toujours le cas avec les énoncés parataxiques, la succession des segments de la phrase et l’ordre d’apparition des événements auxquels ils renvoient sont iconiques : la chronosyntaxe reproduit la chronologie événementielle (à moins que ce ne soit l’inverse). Quoi qu’il en soit, la relation d’implication s’établit toujours du segment 1 vers le segment 2.

(1)

Gaitana se levantó con uno de los señores, sintió los brazos que la apre-taban pero no se opuso porque con los drinks la sensación le gustaba. Más tomaba gaseosa y más sentía el mareo, como si flotara, y de pronto, en una vuelta, vio a Claudia dándose un beso con el otro señor.

(CREA, Santiago Gamboa, Páginas de vuelta, 1998, Colombie)

58Dans cet exemple, il ne fait aucun doute que c’est l’ingestion de limonade qui déclenche la nausée. Mais, comme la situation s’y prête, on pourrait retourner cette implication ; il suffirait pour cela d’inverser l’ordre des segments :

(1a)

Más sentía el mareo y más tomaba gaseosa.

59Boire de la limonade apparaîtrait alors comme une réponse possible, quoiqu’improbable, à la nausée.

Conclusion

  • 27  Voir C. Fortineau-Brémond, op. cit.

60L’étude des structures corrélatives en t-…k-… (tal… cual… et tanto… cuanto…) a permis de mettre en évidence que le mécanisme corrélatif, dans ces structures, repose sur la convergence de deux types de relations, syntaxique et sémantico-référentielle27. L’examen de más… más… confirme ces conclusions, tout en rendant possible une vision plus juste et plus précise de la variabilité du mécanisme corrélatif. Par exemple, alors que les structures en t-…k-… sont à ranger sans ambiguïté dans le champ de l’hypotaxe, más… más… se situe résolument dans celui de la parataxe, ce qui a pour conséquence de rendre plus manifeste l’importance des facteurs prosodiques, mais implique également une plus grande participation de l’allocutaire, à la charge duquel sont laissés bon nombre de mécanismes interprétatifs.

61Cette étude préliminaire n’épuise pas toutes les questions qui se posent ; outre le problème de l’ordre des mots, il faudra également s’interroger sur la composition de chacun des segments : est-il possible que más… más… encadre deux syntagmes nominaux (ce que semble contredire, pour le moment, le corpus, qui ne comprend que des syntagmes verbaux) ? Par ailleurs, pourquoi certains temps verbaux sont-ils apparemment exclus (le corpus n’offre que des exemples de présent ou d’imparfait) ? Enfin, la spécificité de más… más… n’apparaîtra véritablement qu’à travers la confrontation avec ses variantes, en particulier cuanto más… más...

62À un autre niveau, le travail réalisé sur les structures corrélatives en t-…k-… a montré, d’un point de vue méthodologique, l’intérêt, mais aussi la difficulté, de la lecture du signifiant, au moyen notamment de la théorie des cognèmes. Cette étude préliminaire sur les structures parallèles de comparaison le confirme.  L’efficacité de la cognématique repose sans conteste sur son caractère limité : il est nécessaire que soient remplies certaines conditions pour qu’il y ait actualisation du lien entre phonème et invariant sémantique, c’est-à-dire pour qu’au phonème soit associé un cognème. Une des conséquences en est que tout signifiant – même grammatical – n’est pas nécessairement intégralement décomposable, comme le montre menos. Pour cette même raison, le recours à la théorie des cognèmes ne dispense pas d’une étude syntaxique, sémantico-référentielle, pragmatique ou encore intonative des phénomènes linguistiques que l’on cherche à cerner. La linguistique du signifiant ne repose pas sur l’exclusivité d’une voie d’approche mais sur la conviction que l’unicité et la motivation sont au cœur de la langue.

Bibliographie

crea : Real Academia Española, Corpus de referencia del español actual, [en ligne], <http://corpus.rae.es/creanet.html>

Alvar, Manuel, Pottier, Bernard, 1983, Morfología histórica del español, Madrid, Gredos.

Bottineau, Didier, 1999, « Du son au sens : l’invariant de i et a en anglais et autres langues », Conférence, CERTA (Centre d’études et de recherches en traductologie de l’Artois), Université d’Artois (Arras), 14 septembre 1999.
[en ligne], <http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00258889/fr/>

Bottineau, Didier, 2002, « Les cognèmes de l’anglais : principes théoriques », in Lowe, Ronald (dir.), Le système des parties du discours. Sémantique et syntaxe. (Actes du IXe colloque de l’Association internationale de psycho-mécanique du langage), Québec, Presses de l’Université Laval, p. 423-437.

Bottineau, Didier, 2003, « Les cognèmes de l’anglais et autres langues », in Ouattara, Aboubakar (éd.), Parcours énonciatifs et parcours interprétatifs. Théories et applications. (Actes du Colloque de Tromsø organisé par le Département de Français de l’Université, 26-28 octobre 2000), Paris / Gap, Ophrys, p. 185-201.

Bottineau, Didier, 2003, « Iconicité, théorie du signe et typologie des langues », Cahiers de linguistique analogique, n° 1, p. 209-228.

Bottineau, Didier, 2004, « Le problème de la négation et sa solution dans la langue anglaise : le cognème N », Travaux du CERIEC, 16 (La contradiction en anglais), p. 27-53.

Bottineau, Didier, 2005, « Le cognème <M>, marque linguistique de la présence de l’auteur dans les grammèmes anglais », in Banks, David (éd.), Les marqueurs linguistiques de la présence de l’auteur, Paris, L’Harmattan, p. 107-123.

Bottineau, Didier, 2007, « The Cognemes of the Spanish Language: towards a Cognitive Modelization of the Submorphemic Units in the Grammatical Words of the Spanish Language », The Public Journal of Semiotics, I(2), July 2007, p. 50-74. [accessible en ligne] : <http://www.semiotics.ca/issues/pjos-1-2.pdf>

Bottineau, Didier, 2010, « La submorphologie grammaticale en espagnol et la théorie des cognèmes », in Le Tallec-Lloret, Gabrielle (éd.), Vues et contrevues. (Actes du XIIe Colloque international de Linguistique ibéro-romane, Université de Haute-Bretagne – Rennes 2, 24-26 septembre 2008), Limoges, Lambert-Lucas, p. 19-40.

Cornulier, Benoît de, 1988, « Plus on est chauve, plus on est intelligent », in Blanche-Benveniste, Claire (éd.), Grammaire et histoire de la grammaire : hommage à la mémoire de Jean Stéfanini, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 145-156.

Fortineau-Brémond, Chrystelle, 2012, La corrélation en espagnol contem-porain : morphologie, syntaxe et sémantique, Presses universitaires de Rennes.

Launay, Michel, 1979, « Remarques sur mientras et les adverbes en -mientre », Ibérica, II, p. 103-113.

Moignet, Gérard, 1981, Systématique de la langue française, Ouvrage posthume publié par les soins de Jean Cervoni, Kerstin Schlyter et Annette Vassant, Paris, Klincksieck.

Real Academia Española y Asociación de Academias de la Lengua Española, 2005, Diccionario panhispánico de dudas, Madrid, Santillana.

Rivara, Renée, 1995, « Pourquoi il n’y a que deux relations de comparaison », Faits de langue, n° 5, (La comparaison), p. 19-39.

Sicot-Domínguez, Marisol, 2010, « Le signe /mas/ : entre la quantification et l’adversation », in Luquet, Gilles (éd.), Morphologie et syntaxe de l’espagnol. Méthodes d’approche, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 111-123.

Sicot-Domínguez, Marisol, 2010,  « Le signe /mas/ : du signifié au signifiant », in Le Tallec-Lloret, Gabrielle (éd.), Vues et contrevues. (Actes du XIIe Colloque international de Linguistique ibéro-romane, Université de Haute-Bretagne, Rennes 2, 24-26 septembre 2008), Limoges, Lambert-Lucas, p. 305-312.

Whittaker, Sunniva, 1995, « À la recherche de l’étalon : sur le comparatif tronqué », Faits de langue, n° 5, (La comparaison), Paris, PUF, p. 165-174.

Notes

1  Pour plus de détails, voir C. Fortineau-Brémond, La corrélation en espagnol contemporain.

2  Pour une présentation détaillée de la cognématique et ses liens avec la linguistique du signifiant, voir, dans le présent recueil, l’article de G. Le Tallec-Lloret.

3  D. Bottineau, « Les cognèmes de l’anglais et autres langues », p. 185.

4  D. Bottineau, « Du son au sens… », p. 48.

5  D. Bottineau, « Le problème de la négation… », p. 29.

6  D. Bottineau, « Iconicité…. », p. 222.

7  « En latín se empleaba el sufijo *-mo para indicar el superlativo (absoluto o relativo); sufijo que podía ir unido a otros (habitualmente -so-). », M. Alvar & B. Pottier, Morfología histórica del español, p. 83.

8  À la différence, par exemple, de la quantification objective apportée par les numéraux cardinaux.

9  D. Bottineau, « Le cognème <M>… », p. 111.

10  D. Bottineau, « La submorphologie… », p. 30.

11  D. Bottineau, « Les cognèmes de l’anglais et autres langues », p. 195-196.

12  D. Bottineau, « La submorphologie… », p. 28.

13  R. Rivara note ainsi que « Tout élément graduable étant, de façon inhérente, orienté “vers le haut” (vers un degré supérieur de la propriété concernée), il est associé à un inverseur du type de peu qui permet de construire un terme complexe d’orientation inverse » (R. Rivara, « Pourquoi il n’y a que deux relations de comparaison », p. 37-38). Il y aurait donc primauté de la représentation du « plus », le « moins » n’étant qu’un inverseur de cette conceptualisation première.

14  Voir, par exemple, « Du son au sens… » et « The cognems of the Spanish Language… ».

15  Voir, supra, le paragraphe « Cognèmes ».

16  Sur cette question, voir M. Launay, « Remarques sur mientras… ».

17  G. Moignet, Systématique de la langue française, p. 176.

18  M. Sicot-Domínguez, « Le signe /mas/ : du signifié au signifiant », p. 305.

19Ibid., p. 305.

20  Les exemples 7 à 11 sont empruntés à M. Sicot-Domínguez, « Le signe /mas/ : entre la quantification et l’adversation ».

21  Sur cette question, voir, par exemple, S.  Whittaker, « À la recherche de l’étalon… ».

22  M. Sicot-Domínguez, « Le signe /mas/ : entre la quantification et l’adversation », p. 119.

23  B. de Cornulier, « Plus on est chauve… ».

24  On aura noté que l’exemple retenu ici est construit non pas sur más… más mais sur A más… más ; cela tient au fait que notre corpus ne contient aucun exemple de phrase corrélative en más… más dans laquelle le domaine de variation ne soit pas temporel, sans doute parce que tous les énoncés recensés mettent en relation deux propositions, c’est-à-dire deux prédications repérées temporellement. Cette particularité sera à prendre en compte lors de l’étude des variantes de más… más... Cela ne change rien à la démonstration, qui ne porte ici que sur la question du repère, et non sur la nature du lien entre les deux segments.

25  B. de Cornulier, op. cit., p. 152.

26  Même ambiguïté dans l’exemple suivant :

(24)
« Más libros, más libres » es el lema con el que Barcelona festejará en 2005 el Año Internacional del Libro y la Lectura, con un programa de más de 500 actividades, entre ellas la primera versión del Encuentro Europeo de Novela Negra, en el que se rendirá homenaje a Manuel Vázquez Montalbán, según se anunció en la Feria Internacional del Libro (FIL) de Guadalajara.
(CREA, La Razón, 01/12/2004, Espagne)

27  Voir C. Fortineau-Brémond, op. cit.

Auteur

Professeur de linguistique hispanique à l’Université Rennes 2. Ses recherches en morphosyntaxe et sémantique concernent l’espagnol ancien et moderne et s’inscrivent dans le cadre théorique de la « linguistique du signifiant ». Ses travaux les plus récents portent sur la corrélation et plus particulièrement les structures en t-…k-….

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540