Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Morphosyntaxe

La dynamique et la transparence du signifiant dans l’architecture du système verbal espagnol actuel : quelques remarques

Stéphane Pagès

Résumé

À partir de la mera descripción del significante, se trata de destacar la lógica subyacente que estructura la arquitectura del sistema verbal actual y de aclarar las capacidades referenciales de algunos paradigmas verbales (en especial, los llamados presentes, el futuro del indicativo, el pretérito perfecto simple, el imperfecto del indicativo y del subjuntivo). La reflexión parece confirmar por una parte la pertinencia de una concepción deíctica del sistema verbal –con la oposición actual vs inactual– donde el locutor constituye el eje, y por otra parte el fundamento del valor inactualizador de la forma en -ra con respecto a la forma en -se.

Texte intégral

1Quand on observe les paradigmes verbaux de l’espagnol actuel, le jeu des désinences s’organise en un champ de relations apparemment si cohérentes et si structurées qu’elles suggèrent la possibilité d’en dégager le système – les philologues appelaient d’ailleurs tables d’analogie les modèles de conjugaison d’autrefois.

  • 1  Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indoeuropéennes, p. 463.

2Or, la notion de système, d’après l’approche structuraliste, implique que l’ensemble des formants peut être ramené à un nombre réduit de traits élémentaires, définis réciproquement par la place qu’ils occupent au sein de ce système où les valeurs de chacun dépendent de ses relations avec l’ensemble puisque, selon la doxa saussurienne, la langue est un système de signes où tout se tient1, ce qui signifie que les signes, n’existant que dans leur différence, délimitent mutuel-lement leurs signifiés potentiels.

3C’est à cette cohérence interne structurale que l’on s’est interessé ici, sous l’angle du signifiant, afin de voir l’éclairage que pouvait apporter une telle approche morpho-systémique sur le système verbal, et, notamment, sur les capacités référentielles de certaines flexions.

  • 2  Molho, « Del significante verbal en español », p. 391-411.

4Une telle démarche, qui a consisté à analyser un paradigme en s’appuyant sur le signifiant et en tenant compte des relations qu’il peut entretenir avec d’autres temps, s’inscrit dans le sillage de G. Guillaume pour le français, mais aussi de plusieurs linguistes hispanistes qui, à la suite de M. Molho2, ont dégagé la valeur modale que pouvait construire la morphologie différenciée ou indifférenciée des première et troisième personnes du singulier. S’il ne s’agit pas de proposer ici une nouvelle théorie des modes et des temps, il nous a semblé opportun de revenir sur certains points dans la mesure où à partir de données d’observations que nous offre le signifiant, paradoxalement, on ne voit pas toujours nécessairement les même choses et, de ce fait, on n’en propose pas toujours la même description ni la même analyse ; et enfin, il est toujours sain d’essayer de se défaire de certaines habitudes de lecture.

Les temps du présent

  • 3  -i dans le cas des verbes de la troisième conjugaison (2e et 3e pers. du pluriel) au présent de l’ (...)
  • 4  Trois verbes seulement se singularisent au sein de ce système d’alternance et semblent s’y soustra (...)

5Les paradigmes verbaux qui correspondent aux dénominations traditionnelles de présent de l’indicatif et présent du subjonctif sont bâtis sur le principe de l’opposition entre deux voyelles simples désinentielles puisque si un verbe possède un thème en -a à l’un des présents, un thème en -e (ou voyelle palatale)3 s’impose à l’autre présent et réciproquement4.

6Le principe organisateur de cette alternance binaire (-a/-e, -e/-a) doit néanmoins être nuancé car il ne s’applique pas exactement à l’ensemble des personnes du paradigme : la première personne du singulier du présent de l’indicatif résiste systématiquement à cette uniformité avec une autre voyelle désinentielle atone, en l’occurrence -o, qui s’impose comme le signifiant généralisé de la première personne du présent de l’indicatif – le locuteur –, qu’il s’agisse des désinences en -oy – avec coalescence du yod – ou bien en -go ou -po (en fait, le système a unifié la morphologie de la première personne du présent de l’indicatif autour des voyelles d’aperture moyenne, puisque, à côté du /o/, on peut relever un /e/ désinentiel pour seulement deux verbes auxiliaires ou semi-auxiliaires, haber/he et saber/).

  • 5  D’un point de vue morphologique, elle se démarque en effet du reste du paradigme du présent, y com (...)

7Que conclure de ces faits qui relèvent du signifiant, c’est-à-dire, du principe de voyelle alternante entre les deux présents modalement contraires, alternance au sein de laquelle la première personne du singulier du présent de l’indicatif résiste et se démarque5 ?

8Le principe de voyelle alternante, qui assure une véritable fonction distinctive, semble inciter tout d’abord à ratifier une conception binaire du système des modes, à l’image de cette réversibilité vocalique -a/-e, -e/-a qui marque un seuil théorique modal puisqu’une simple alternance suffit à assurer le basculement d’un verbe dans l’autre présent.

9Quant à la résistance et l’isolement morphologique de la première personne du singulier, on peut supposer que cette particularité est comme l’indice de son statut de repère axial dans la conceptualisation du temps, la référentialisation du temps étant tributaire de la situation d’énonciation et donc du présent de parole. Une description qui implique donc une conception déictique du système verbal et que semblent conforter d’autres éléments, relevant également de la surface du signifiant, qui signalent apparemment le statut de pierre angulaire de la première personne du présent de l’indicatif.

Ces éléments, quels sont-ils ?

  • 6  Ainsi, tenga est par exemple contenu dans toutes les formes personnelles du paradigme subjonctif a (...)

10Ainsi, tout d’abord, pour un grand nombre de verbes dits irréguliers – 11 sur 18 –, c’est la première personne du présent de l’indicatif qui transmet son physisme à l’ensemble du paradigme du présent du subjonctif (c’est le cas des verbes en -go, ou bien en -po avec le verbe caber et la forme quepo). Un modèle de formation qui consacre ipso facto la première personne comme référentiel structurant, à partir de la répétition du même signal, car pour ces verbes, le paradigme du présent du subjonctif possède une morphologie qui rappelle la première personne du présent de l’indicatif, laquelle se trouve donc comme inscrite implicitement dans chacune des personnes du présent du subjonctif6.

  • 7  C’est d’ailleurs l’hypothèse que formule également Y. Macchi : « On peut donc faire l’hypothèse qu (...)
  • 8  Ou palatal si l’on inclut le -i de la troisième conjugaison.

11Ensuite, une simple observation du signifiant permet d’arriver au constat qu’il n’y aurait pas à proprement parler de morphologie spécifique ni du présent de l’indicatif ni du présent du subjonctif7, la seule marque physique isolable de présent étant en réalité celle de la première personne du singulier du présent de l’indicatif avec un -o désinentiel atone – à distinguer du -ó tonique de la troisième personne du prétérit. En effet, d’un point de vue strictement morphologique, la suite des désinences en -a peut correspondre aussi bien à un présent de l’indicatif (cantas, canta, cantamos...), qu’à un présent du subjonctif (vivas, viva, vivamos...), de la même façon que le thème en -e8 peut également s’appliquer aussi bien à un présent de l’indicatif (comes, come, comemos...) qu’à un présent du subjonctif (cantes, cante, cantemos, etc.)

12Pour résumer, si l’on cherche à mettre en relation de tels faits – l’alternance vocalique à fonction distinctive modale et le caractère morphologique marginal de la première personne du singulier –, on peut défendre une structuration binaire déictique du système verbal au centre de laquelle se trouverait le locuteur en position de pivot central. Une conception qui incite à regarder comme pertinente l’opposition modale conçue à travers l’opposition actuel vs inactuel plutôt que l’opposition traditionnelle indicatif vs subjonctif ou encore l’opposition de deux plans psychiques, thétique vs non-thétique – empruntée à la phénoménologie. Et ce, pour la simple raison que l’essence et la problématique du langage ne sont pas le réel ni le fait de poser quelque chose comme accédant au réel ou pas mais bien la re-présentation par rapport à un sujet parlant qui n’existe que dans son présent vif de locution, soit, le présent de parole. Car si toute conscience est conscience de quelque chose (Husserl), cette chose ayant sa contrepartie ou pas dans le réel, toute conscience est avant tout conscience de soi. Et, corollaire, qu’un événement soit conçu directement ou indirectement par rapport au présent d’expérience – et donc qu’il soit actuel ou inactuel –, le lien avec le présent de parole reste un lien manifestement inaliénable. C’est-à-dire que l’avantage décisif de l’opposition modale actuel vs inactuel est d’introduire et de prendre en compte la notion de locuteur en tant qu’organisateur du langage, un paramètre capital qui semble s’imposer si l’on regarde du côté du signifiant et de l’architecture du système verbal au niveau des présents, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que la nature même d’un système linguistique peut, dans une large mesure, déterminer les contours de sa propre organisation.

Les temps du futur

13Concernant le futur dit de l’indicatif, à la lumière de l’histoire de la langue, on sait que cette forme dérive d’une périphrase latine et, concrètement, de l’infinitif et du présent de l’indicatif de habere et qu’elle constitue le seul temps composite – avec le conditionnel – de l’ensemble de la conjugaison espagnole. C’est en effet le seul paradigme qui se soit constitué en empruntant les morphèmes désinentiels d’autres temps qui ont fini par se fondre dans une morphologie unique, synthétique. C’est ainsi que l’on explique, avec raison, que le futur est un temps du présent.

14Seulement, une telle description a l’inconvénient de plaquer en synchronie une description diachronique, et par ailleurs, le signifiant du futur présente la parti-cularité remarquable de posséder des capacités référentielles apparemment hétérogènes puisque, dans les grammaires traditionnelles, on lui reconnaît des emplois à la fois thétiques (à travers le futur dit catégorique) mais aussi non-thétiques (avec le futur dit de conjecture ou hypothétique).

15Or, si l’on procède à une simple lecture du signifiant, on peut non pas contester la présence, incontestable, du présent de l’indicatif et de l’infinitif mais du moins en limiter et relativiser la portée et ce, pour mieux comprendre peut-être les exploitations discursives de ce temps.

16Ainsi, dire, comme on le fait souvent, que le futur se construit à partir du présent n’est pas, bien évidemment, inexact mais constitue quelque peu, à y regarder de plus près, un abus de langage. En réalité, le futur de l’indicatif se construit précisément, non pas à partir du présent mais d’un présent, en l’occurrence, des désinences de habere au présent, verbe subduit de surcroît ; une description qui réduit ainsi quelque peu la part du présent de l’indicatif dans la construction du futur, et qui vacille d’autant plus si l’on ajoute l’hypothèse tirée de l’observation des présents, hypothèse selon laquelle il n’y aurait pas, à vrai dire, de morphologie spécifique du présent de l’indicatif (excepté celle de la première personne du présent de l’indicatif, celle de la personne qui parle). Un tel constat déleste donc quelque peu cette forme de son ancrage dans le présent de l’indicatif – sans l’abolir toutefois – ce qui la rend ainsi capable d’exprimer un procès certes actuel – il s’agit bien d’une forme actualisante –, c’est-à-dire conçue directement par rapport au présent d’énonciation, mais dans une forme atténuée de présent. Une capacité référentielle qu’assume parfaitement le futur dit de conjecture (¡Cállate, estará durmiendo!), car, employer un futur de ce type, c’est conceptualiser un événement futur (le morphème d’infinitif est là pour le permettre) directement par rapport au présent d’expérience (sa morphologie le lui permet aussi) dans une forme de présent atténuée et donc à valeur hypothétique, si l’on adopte une optique et une terminologie traditionnelle. Et on voit ainsi que le caractère actuel de l’événement se situe au niveau du lien direct de conceptualisation par rapport au présent d’énonciation et non par rapport au fait que ledit événement est considéré comme accédant au réel ou pas. On peut certes considérer que le futur est naturellement porteur d’une valeur puissancielle ; notre propos consiste juste à souligner que cette aptitude référentielle de présent atténué et de futur dit hypothétique est tout simplement comme inscrite dans les éléments constitutifs de son signifiant, comme si le signifiant avait la capacité d’être transparent à la signification dont il est porteur.

  • 9  Cf l’article de Gilles Luquet, « De l’opposition régulier/irrégulier dans l’histoire des futurs es (...)

17Si l’on observe maintenant le formant infinitif qui rentre dans la morphologie du futur, on peut dégager que le schéma prototypique ne correspond pas au modèle < voyelle thématique de l’une des trois conjugaisons suivie du morphème [r] > soit les désinences pleines de l’infinitif -ar, -er, -ir. En fait, le seul morphème commun à tous les futurs est la liquide vibrante alvéolaire, soit le submorphème [r], un submorphème que l’on retrouve justement dans 12 des 21 formes tronquées dites irrégulières : haber/habré, saber/sabré, caber/cabré, poder/podré, querer/querré…9

  • 10  « Postulons [...] que l’infinitif français est exclusivement fait de virtualité et l’infinitif esp (...)
  • 11  Exemple cité par J.-C. Chevalier, ibid., p. 140.

18Ainsi, pour tous les verbes – réguliers, irréguliers –, ce qui ressort de la morphologie du futur, c’est la réduction extrême du formant infinitif. On opposera certainement qu’un morphème est par nature réduit au niveau de son physisme. Certes ; néanmoins, on peut aussi faire observer à cela que des formes non personnelles du verbe, l’infinitif est celle qui possède le morphème désinentiel le plus léger (comparé au gérondif, -ndo et au participe passé, -do), soit un morphème réduit au seul phonème /r/. Dans la construction du futur, l’infinitif se caractérise donc également par un signifiant réduit à l’extrême, une réduction remarquable du côté du signifiant qui ne peut que s’accompagner d’un allègement au niveau du signifié correspondant, c’est-à-dire de la matière et de l’information dont il est porteur : l’agentivité potentielle. Un constat qui semble compatible avec l’une des capacités référentielles du futur, en l’occurrence, le futur dit catégorique, forme actualisante, conceptualisée directement à partir du présent du locuteur et qui oblige à concevoir un événement futur, dans l’ultériorité du présent de parole. Une capacité que permet le signifiant réduit de l’agentivité potentielle et une aptitude discursive parfaitement en accord, du reste, avec l’une des particularités de l’infinitif espagnol, qui selon l’analyse de M. Molho, reprise par Jean-Claude Chevalier – et à la différence de l’infinitif français – serait exclusivement fait d’antivirtualité10; une antivirtualité qui se laisse décomposer et offre des points de repère, permettant ainsi de décrire un procès en cours à l’instar de l’exemple suivant : « – ¿Qué haces? – Lavarme, mujer. » (A. María de Lera)11, où l’infinitif a la capacité de déclarer un procès en effection.

19Ainsi, outre la présence, certes relative, du présent dans la morphologie du futur, celle de l’infinitif l’est tout autant, et c’est peut-être à la lumière de la réduction du morphème infinitif, associé à l’agentivité potentielle, que l’on peut ainsi expliquer la valeur actualisante de ce temps dans le cas du futur dit catégorique.

20La description de la morphologie du futur de l’indicatif fait donc apparaître trois choses : d’une part, un lien, somme toute, pour le moins lâche avec le présent ; par ailleurs, un morphème extrêmement réduit, associé à l’opérativité puissantielle, et enfin, une morphologie bâtie à partir d’une sorte d’alliance de morphèmes antithétiques dans la mesure où les deux formants constitutifs occupent des positions extrêmes sur l’axe chronogénétique : l’un, le submorphème [r], est associé à une opération représentée en puissance de réalisation tandis que le morphème subséquent correspond à la forme actualisante par excellence, le présent de l’indicatif. Au résultat, la forme composite qu’est le futur de l’indicatif se construit donc à partir d’instructions antagoniques qui peuvent ainsi expliquer certains de ses emplois modalement hétérogènes en discours, des réalisations discursives qui ne sont rien d’autre que ce que permet son signifiant et qui est inscrit dans les limites étroites de son signe.

21Enfin, ce que l’on retiendra également, c’est que de la même façon que le présent du subjonctif entretient un rapport avec le présent de l’indicatif, le futur de l’indicatif, du fait de son histoire et de sa formation est, génétiquement, dans un rapport de filiation par rapport au présent de l’indicatif (et à l’infinitif) tandis que le conditionnel est à son tour dans un rapport de filiation morphologique par rapport à l’imparfait mais aussi par rapport au futur de l’indicatif qui lui sert de modèle. Un constat qui consacre donc la notion de système à un autre niveau et, une fois encore, le présent de l’indicatif au sein de l’édifice du système verbal espagnol.

L’époque du passé et les temps de l’inactuel

  • 12  La teoría de los modos en la descripción del verbo español. Un nuevo planteamiento.

22Pour finir, on traitera conjointement des formes relatives au prétérit, à l’imparfait de l’indicatif, ainsi qu’à l’imparfait du subjonctif, et, particulièrement, de la forme dite en -ra. Un tel regroupement peut sembler contre-nature dans la mesure où il réunit des formes modalement dissemblables : une forme actualisante, le prétérit, et deux formes inactualisantes, l’imparfait de l’indicatif et la forme en -ra, qui est même considérée, selon la théorie de G. Luquet12, comme la forme la plus inactualisante de tout le système verbal espagnol, un paradigme qui divise les linguistes hispanistes depuis des décennies.

23On les traitera pourtant conjointement car si l’on se cantonne à la structure du signifiant – et ce, pour les trois types de conjugaison –, on peut dégager des affinités morphologiques au sein desquelles la forme dite en -se s’avère plutôt isolée (et donc ne semble pas fonder un véritable système).

24Pour justifier le rapprochement du prétérit des formes inactuelles et notamment de l’imparfait du subjonctif en -ra, on peut tout d’abord naturellement penser à la règle de formation des temps que les grammairiens formulent à l’adresse des apprenants pour mémoriser les paradigmes de conjugaison, procédé mnémotechnique bien connu qui consiste à dire qu’un imparfait du subjonctif dérive ou se construit à partir de la troisième personne du pluriel du prétérit, puisque le radical d’un imparfait du subjonctif en -ra rappelle en effet celui du passé : cantaron > cantara, cantaras... Un procédé qui ne vaut que pour la forme en -ra et non pour -se (cantase, cantases...).

25Un linguiste ne saurait toutefois se satisfaire d’une telle formulation sous peine d’avoir, pour partie, les signifiants de son côté mais non l’histoire de la langue, puisque l’imparfait du subjonctif en -ra dérive du plus-que-parfait latin de l’indicatif et s’explique au demeurant parfaitement par les lois de la phonétique évolutive.

  • 13  Une telle correspondance entre les deux temps est également observable sur le plan phonétique en f (...)

26Néanmoins, les faits sont têtus, surtout lorsqu’ils relèvent du signifiant et que l’on considère que des informations sur le signifié de langue sont inscrites dans la structure même du signifiant. C’est pourquoi, nous estimons qu’il n’est peut-être pas sans fondement de s’interroger au moins sur les affinités que peuvent présenter certaines formes, dès lors que le signifiant nous y invite, et qu’ainsi, si un signifiant comporte des traits physiques qui le rapprochent d’un autre signifiant, on peut émettre l’hypothèse qu’il peut s’en rapprocher sémantiquement ou du moins partager quelques traits avec le signe concerné. C’est pourquoi, on se propose donc d’explorer la ressemblance phonético-phonologique que l’on peut observer en synchronie entre l’imparfait du subjonctif en -ra et la troisième personne du pluriel du prétérit qui lui sert de matrice formelle13.

  • 14  § 307, p. 217.
  • 15  Ibid., § 265, p. 186.
  • 16  C’est l’explication que propose G. Luquet par rapport à ce genre d’emploi de la forme en -ra : « C (...)

27Ainsi, si l’on s’intéresse tout d’abord au critère temporel et d’époque, une forme au prétérit dit nécessairement un événement passé et accompli, alors que l’imparfait du subjonctif en -ra est une forme associée en langue à une représentation du temps indivise. En fait, le seul lien possible entre la forme en -ra et un prétérit, selon le critère temporel, est à chercher dans l’histoire de la langue puisque, on l’a vu, la forme en -ra est issue d’un plus-que-parfait de l’indicatif latin qui est l’expression même de l’accompli dans le passé. Dans sa Morphologie historique du latin14, A. Ernout décrit d’ailleurs le plus-que-parfait latin de l’indicatif comme une forme constituée du suffixe du parfait *-is, suivie de la désinence caractéristique du prétérit -āmamāveram, lēgeram – et il qualifie ce temps de « prétérit du parfait » qui « [...] situe dans le passé la représentation de l’action achevée »15. Or, à la lumière de l’histoire de la langue, on sait que, de par l’évolution de son mode d’emploi dans la structure phrastique, cette forme est allée au fil du temps (de l’espagnol médiéval vers l’espagnol moderne), vers une extinction progressive de l’idée d’accompli pour s’ouvrir sur l’irréel et s’appliquer à l’ensemble du temps et donc pour être, finalement, une forme indifférente à l’opposition temporelle révolu vs non-révolu. Toutefois, ce que cette forme a conservé de sa valeur originelle dans son lien avec l’horizon du passé, c’est sa valeur inactuelle. Une valeur inactualisante dès l’espagnol ancien jusqu’à aujourd’hui, si l’on postule, comme le fait G. Luquet dans sa dernière théorie des modes, l’invariance de son signifié au cours de l’histoire du verbe espagnol. C’est ainsi que dans des emplois contemporains réputés indicatifs ou étymologiques (p. ex. « El que fuera ministro...») – où la forme en -ra peut commuter avec un prétérit –, la forme en -ra possède bien une valeur inactuelle dans la mesure où lorsque le locuteur fait cette déclaration, il n’envisage pas tant le fait que cette personne ait été ministre mais qu’elle n’est plus ministre. Avec ces emplois dit étymologiques, il s’agit en quelque sorte d’employer la forme en -ra comme une sorte de passé, un emploi qui n’est qu’une possibilité expressive de sa valeur en langue16. Seulement, l’analogie entre les deux paradigmes s’arrête là car ces deux formes s’opposent selon le repérage de l’événement : l’un se caractérise par un repérage simple, direct, par rapport au présent d’expérience du locuteur – ce qui en fait une forme modalement actualisante, le prétérit –, tandis que l’autre, la forme en -ra, se caractérise par un repérage indirect de l’événement, ce qui en fait une forme inactualisante.

  • 17  Syntaxe de l’espagnol moderne, p. 411. Nous soulignons.

28Si l’on se place maintenant d’un point de vue aspectuel, un prétérit est une forme qui possède une particularité remarquable vis-à-vis de la situation énonciative. Un prétérit est une forme verbale nécessairement associée au passé, conceptualisée directement par rapport au présent d’énonciation (c’est un temps dit absolu et actualisant). Néanmoins, d’un point de vue aspectuel et déictique et, compte tenu du locuteur qui opère des choix de vision par rapport à son présent de parole, « Le passé défini indique qu’une action achevée s’est effectuée dans une période de temps [...] révolue, c’est-à-dire si l’on reprend la définition proposée par Coste et Redondo – considérée par celui qui parle comme n’ayant plus aucun lien avec sa propre actualité ; cette période révolue peut être, chronologiquement, très proche ou très lointaine du moment présent »17, à la différence du passé composé, accompli du présent, qui conserve un lien avec le présent du locuteur, comme l’atteste la marque formelle de l’auxiliaire (cf Mi padre murió vs Mi padre ha muerto). À ce propos, Yves Macchi exprime en des termes très clairs la caractéristique aspectuelle du parfait :

  • 18  « Chronomorphogénèse verbale : esquisse d’embryologie du verbe espagnol », p. 182-183. Nous soulig (...)

User de ce paradigme [...] c’est poser l’accès d’un événement au réel dans un passé où ne peut siéger l’instance locutrice. [...] c’est bloquer l’instance locutrice dans le présent vif, lui interdire d’être contemporaine de l’événement passé, la tenir à distance de l’événement passé [...], le parfait oblige par conséquent à une schizie temporelle du moi, le moi acteur siégeant à distance du moi locuteur prisonnier du présent vif de locution.18

29Or, si l’on prend en compte la valeur de la forme en -ra, qui construit l’image d’un procès à l’égard duquel le locuteur prend le maximum de distance – i.e. un événement détaché de tout lien avec son univers d’actualité et son présent d’expérience –, alors on peut estimer qu’il y a comme une convergence sur un point entre ces deux paradigmes au niveau de la coupure qui s’opère entre l’instance locutrice et la vision de l’événement : en effet, si le prétérit est un temps conceptualisé directement par rapport au présent de parole (et est en cela un temps qui a un lien avec le présent vif de locution), il partage avec la forme en -ra le fait que la vision de l’événement est dissociée du présent de parole.

  • 19  « L’argumentation dans la langue », p. 18.
  • 20  Nous renvoyons sur ce point à l’analyse proposée par M. Camprubi qui décrit cette troisième person (...)

30Reste maintenant à commenter le rang personnel qui correspond à une troisième personne du pluriel du prétérit. Avec G. Guillaume puis E. Benveniste, la première personne a été décrite comme celle qui assume une fonction locutrice (c’est la personne qui parle), tandis que la seconde est celle à qui l’on parle et assume donc également une fonction interlocutrice ; en revanche, la troisième personne est absente de l’acte communicationnel (c’est celle dont on parle) et est ainsi considérée comme la non-personne. C’est-à-dire que la troisième personne est celle qui est exclue de « [...] l’activité langagière exercée par celui qui parle au moment où il parle » – pour reprendre la définition que proposent Anscombre et Ducrot19 du mécanisme de l’énonciation. Un statut qui en fait de facto une personne étrangère à l’univers d’actualité du locuteur. Or, la personne qui semble instaurer une passerelle avec le paradigme de la forme en -ra est précisément une troisième personne du pluriel. C’est-à-dire une troisième personne du singulier élevée à la puissance pluriel ou plutôt, noyée dans la pluralité, soit une non-personne doublement déliée du moi, ou, si l’on préfère, doublement inactuelle. Une troisième personne du pluriel qui se trouve toujours associée au morphème verbal -n, un morphème -n qui signifie d’ailleurs un net désengagement du locuteur par rapport au procès dont il parle, comme on peut le vérifier, à travers une démarche contrastive, par la traduction, en français, du signe correspondant au pronom sujet indéfini, on – absent en espagnol – qui trouve précisément comme équivalent, parmi d’autres signifiants possibles (uno, se, nosotros...), la troisième personne du pluriel dès lors que le locuteur décide de s’exclure du procès dont il parle, un procès qu’il met donc à distance par une désinence de troisième personne du pluriel (comme dans « Llaman a la puerta »)20. En conséquence de quoi, force est de constater que le paradigme le plus inactualisant de tout le système verbal espagnol est proche d’une forme (une troisième personne du pluriel du prétérit) qui instaure un hiatus maximal entre le support de prédication (l’acteur de l’événement) et l’instance locutrice.

31On peut observer de plus que le paradigme de la forme en -ra (et non -se) et la troisième personne du pluriel du prétérit ont en commun le formant consonantique [r] –cantaron, comieron, vivieron, pudieron... – ; un formant exploité pour sa capacité à suggérer une opérativité potentielle et à maintenir un événement en puissance de réalisation, un formant, somme toute, en affinité, ou à tout le moins, compatible avec la notion d’inactualité. Il ne s’agit bien sûr pas de mettre sur le même plan une forme actualisante (le prétérit) et une forme inactualisante (la forme en -ra). Il s’agit seulement d’observer que la forme en -ra et la 3e personne du pluriel du prétérit possèdent le même formant en phase avec la représentation de l’inactuel, par rapport à la vision d’une opération dans le cas de la forme en -ra, par rapport à la représentation de l’acteur de l’événement dans le cas de la 3personne du pluriel du prétérit.

32Le bilan de ce dernier parcours fait donc apparaître que le procédé mnémotechnique des grammaires traditionnelles n’est peut-être pas qu’une simple fiction didactique et qu’il dit peut-être quelque chose de la forme en -ra puisqu’on a pu observer que le signifiant du prétérit (3e personne du pluriel) se déclare analogue, sur plusieurs points, à celui de la forme en -ra, une analogie qui manifeste l’une des particularités de leur contenu sémantique respectif.

33En effet, tous les éléments relevés, issus de la parenté morphologique avec la troisième personne du pluriel du prétérit, semblent aller dans le sens de la valeur inactuelle de la forme en -ra et corroborer ainsi la valeur marquée de cette forme inactualisante – en comparaison de la forme en -se qui s’avère morphologiquement plus isolée et sans la même résonance analogique. Une valeur de forme marquée pour -ra que semble conforter, pour terminer, une autre donnée relevant du signifiant.

34Ainsi, on ne peut manquer d’attirer l’attention sur la parenté morphologique entre le paradigme de la forme en -ra et seulement de -ra comparée à -se (quelle que soit la conjugaison, 1e, 2e et 3e) et celui de l’imparfait de l’indicatif, autre forme inactuelle s’il en est, étant donné qu’elle pose un présent inactuel. Ces deux paradigmes forment un système cohérent de désinences, morphologiquement analogues. Si l’on observe la première conjugaison, on retrouve deux voyelles centrales successives avec le même schéma accentuel (soit le modèle aba/ara = [a]_[a]), tandis que le schéma vocalique pour les deuxièmes et troisièmes conjugaisons (-er/-ir> ía/iera) reproduit une configuration vocalique identique, composée d’une voyelle antérieure palatale suivie de la voyelle centrale [a], soit í-a pour l’imparfait de l’indicatif et -iera à l’imparfait du subjonctif en -ra. Une parenté morphologique derrière laquelle peut se profiler une convergence au niveau de leur signifié et de leurs capacités référentielles, et qui mérite d’autant plus d’attention que pendant plus de deux siècles, l’imparfait de l’indicatif a connu – sauf à la première personne du singulier qui a toujours résisté – un morphème désinentiel en -íe/-ie, morphème qui n’a pas survécu et que la langue a justement remplacé par le thème en -ía. Une évolution, à ce titre, sans aucun doute remarquable.

35Enfin, on ne peut manquer non plus d’être interpellé par le caractère biphasé du paradigme de l’imparfait du subjonctif qui se compose en espagnol de deux formes (-ra et -se). Un paradigme à deux thèmes (-a/-e) où l’on retrouve l’alternance vocalique du présent, puisque tout verbe qui possède une forme en -ra possède également une autre forme en -se, très souvent (mais pas toujours) interchangeable. On n’est certes absolument plus dans le même cas de figure que l’alternance vocalique du présent dans la mesure où le changement désinentiel ne correspond pas ici à un seuil théorique modal : les deux formes sont inactualisantes. Cependant, on peut penser que cette alternance continue de posséder une fonction distinctive. Elle pourrait signifier non pas un seuil d’opposition modale mais un seuil dans le degré d’inactualité au sein du système verbal espagnol qui se serait ainsi doté de deux formes d’imparfait du subjonctif avec la distribution suivante : l’une s’imposant comme la forme marquée de l’inactuel (la forme en -ra), l’autre comme la forme non-marquée de l’inactuel (la forme en -se).

36Le constat semble donc clair : le signifiant de la forme en -ra jouit d’un remarquable réseau associatif, plus dense que celui de -se, qui s’avère, morphologiquement, plus isolée et ne pas rentrer dans un véritable système et jeu d’opposition ; or, outre sa valeur originelle de plus-que-parfait de l’indicatif, c’est peut-être la combinaison de ces traits, convoqués tacitement par association analogique, qui participerait de sa valeur de forme inactuelle de même que de ses propriétés expressives. Un apparentement qui peut peut-être résoudre certains problèmes, comme, par exemple, les emplois prétendument indicatifs ou étymologiques actuels de la forme en -ra ; auquel cas, première personne du singulier du présent et forme en -ra seraient l’alpha et l’oméga du système verbal espagnol sur l’échelle de l’opposition modale actuel vs inactuel.

Conclusion

  • 21  Langages, vol. 21, n° 82, 1986, p. 41-51, citation extraite de la p. 49.
  • 22  Ibid., p. 50.

37La description proposée, entièrement basée sur le parti pris d’un signifiant transparent et agglutinant (que l’on pense au schéma concernant le mot « enseignement » de Saussure dans son Cours), a pu présenter parfois « une allure provocatrice et scandaleuse », pour reprendre les mots de M. Molho par rapport aux axiomes de sa propre analyse, exposée dans Grammaire analogique, grammaire du signifiant21. Une telle description repose en fait sur une conception du langage qui, pris dans sa réalité signifiante, le voit fonctionner à partir d’un vaste réseau analogique de signifiants. Pour décrire cette vie du langage, M. Molho décrivait les formants constitutifs comme des « cellules signifiantes en travail dans l’organisation du tissu systématique constitué par l’indissociation du physisme et du mental ». Et il ajoutait : « De là vient que le système s’édifie à partir de reconstructions latentes inscrites dans les signifiants. »22 Or, c’est ce travail du signifiant (ou ce signifiant en travail) que l’on a tenté de mettre en évidence.

  • 23  Ainsi, on se souvient de l’hypothèse de M. Molho concernant le déclin du futur du subjonctif, hypo (...)

38Il serait assurément confortable de considérer que le signe fonctionne telle une sarbacane qui, d’un souffle, atteint sa cible. Seulement, le système a toujours du jeu et le signe, entité à deux faces, avant d’atteindre sa cible, entre, dès la langue, dans un formidable réseau de signifiés et de signifiants avec une interaction qui peut avoir une incidence sur ses exploitations discursives23 ; et de ce fait, il est peut-être possible que les sujets parlants intériorisent ce réseau de significations analogiques latentes, c’est-à-dire qu’ils perçoivent une certaine parenté entre différentes formes qu’ils associent mentalement, dès lors que le signifié le permet. Ainsi, si l’analogie n’est plus à démontrer, en revanche, les modalités et les manifestations de l’analogie restent à explorer et, en cela, l’approche cognématique, qui part du signifiant, pour aller plus avant dans le mode de fonctionnement et les implications du signe, ouvre assurément de nouvelles perspectives qu’il convient de ne pas négliger.

Bibliographie

Anscombre, Jean-Claude, Ducrot, Oswald, 1976, « L’argumentation dans la langue », Langages, 42, p. 5-27.

Camprubi, Michel, 2001, « Le sujet : le sujet indéfini ou les équivalents du morphème français On », in Etudes fonctionnelles de grammaire espagnole, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, p. 72-79.

Coste, Jean, Redondo, Augustin, 1965, Syntaxe de l’espagnol moderne, Paris, Sedes.

Chevalier, Jean-Claude, 1969, Remarques sur l’infinitif espagnol et l’infinitif français, in Bulletin Hispanique, tome 71, n°1-2, p. 140-173.

Chevalier, Jean-Claude, Blanche-Benveniste, Claire, Arrivé, Michel, Peytard, Jean, 2002, Grammaire du français contemporain, Paris, Larousse.

Ernout, Alfred, 2002, Morphologie historique du latin, Paris, Klincksieck.

Luquet, Gilles, 2000, « De l’opposition régulier/irrégulier dans l’histoire des futurs espagnols », Regards sur le signifiant, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, p. 61-71.

Luquet, Gilles, 2004, La teoría de los modos en la descripción del verbo español. Un nuevo planteamiento, Madrid, Arco / Libros.

Luquet, Gilles, 2008, « Modes et temps verbaux dans La Celestina », in Dumanoir, Virginie, Saez, Ricardo, Le Tallec, Gabrielle (éds), Lectures de La Célestine, Presses Universitaires de Rennes, p. 23-58.

Macchi, Yves, 2005, « Chronomorphogénèse verbale : esquisse d’embryologie du verbe espagnol », in Cahiers de linguistique analogique, (Un signifiant : un signifié. Débat), Dijon, Association Bourguignonne d’Etudes Linguistiques et Littéraires (ABELL), n° 2, p. 153-204.

Meillet, Antoine, 1908 [2e édition corrigée et augmentée], Introduction à l’étude comparative des langues indoeuropéennes, Paris, Hachette.

Molho, Maurice, 1983, « Del significante verbal en español » in Alarcos, Emilio et alii, Serta philologica : Fernando Lázaro Carreter : natalem diem sexagesimum celebranti dicata, vol. 1 (Estudios de lingüística y lengua literaria), p. 391-411.

Molho, Maurice, 1986, « Grammaire analogique, grammaire du signifiant », in Langages, vol. 21, n° 82, p. 41-51.

Notes

1  Meillet, Introduction à l’étude comparative des langues indoeuropéennes, p. 463.

2  Molho, « Del significante verbal en español », p. 391-411.

3  -i dans le cas des verbes de la troisième conjugaison (2e et 3e pers. du pluriel) au présent de l’indicatif.

4  Trois verbes seulement se singularisent au sein de ce système d’alternance et semblent s’y soustraire : ser, haber, ir. Seulement, comme on le verra plus avant, vues autrement, ces formes ne font pas exception au système du présent et ne sont donc pas proprement irrégulières.

5  D’un point de vue morphologique, elle se démarque en effet du reste du paradigme du présent, y compris pour des verbes comme haber (he) et saber (sé) qui échappent au modèle généralisé en -o de la première personne du singulier.

6  Ainsi, tenga est par exemple contenu dans toutes les formes personnelles du paradigme subjonctif avec la répétition de la même racine teng- qui rappelle justement le signifiant de la première personne du présent de l’indicatif tengo.

7  C’est d’ailleurs l’hypothèse que formule également Y. Macchi : « On peut donc faire l’hypothèse qu’il n’y aurait pas d’autre marque physique décelable du mode thétique dans la conjugaison du verbe espagnol qu’une sémiologie spécifique pour la première personne. » « Chronomorphogénèse verbale : esquisse d’embryologie du verbe espagnol », p. 165.

8  Ou palatal si l’on inclut le -i de la troisième conjugaison.

9  Cf l’article de Gilles Luquet, « De l’opposition régulier/irrégulier dans l’histoire des futurs espagnols » p. 61-71.

10  « Postulons [...] que l’infinitif français est exclusivement fait de virtualité et l’infinitif espagnol exclusivement d’antivirtualité. » Jean-Claude Chevalier, Remarques sur l’infinitif espagnol et l’infinitif français, p. 145.

11  Exemple cité par J.-C. Chevalier, ibid., p. 140.

12  La teoría de los modos en la descripción del verbo español. Un nuevo planteamiento.

13  Une telle correspondance entre les deux temps est également observable sur le plan phonétique en français puisqu’il suffit de rajouter un -s à la deuxième personne du singulier du passé simple pour obtenir le paradigme de l’imparfait du subjonctif (chantas/chantasses ; finis/finisses ; écrivis/écrivisses, connus/connusses, vins/vinsses...) ; de plus, en français, « La langue littéraire utilise [l’imparfait du subjonctif] à des fins stylistiques, notamment à la troisième personne du singulier ou du pluriel. » J.-C. Chevalier, C. Blanche-Benveniste, M. Arrivé, J. Peytard, Grammaire du français contemporain,§ 519, p. 361.

14  § 307, p. 217.

15  Ibid., § 265, p. 186.

16  C’est l’explication que propose G. Luquet par rapport à ce genre d’emploi de la forme en -ra : « Cette façon de se représenter le passé est celle qui, dans la langue moderne, conduit le plus souvent un auteur littéraire ou un journaliste à employer la forme en -ra comme un pseudo-passé [...]. », « Modes et temps verbaux dans La Celestina », p. 38, n. 30.

17  Syntaxe de l’espagnol moderne, p. 411. Nous soulignons.

18  « Chronomorphogénèse verbale : esquisse d’embryologie du verbe espagnol », p. 182-183. Nous soulignons.

19  « L’argumentation dans la langue », p. 18.

20  Nous renvoyons sur ce point à l’analyse proposée par M. Camprubi qui décrit cette troisième personne du plurielle à travers le modèle [voyelle + n]. Voir « Le sujet : le sujet indéfini ou les équivalents du morphème français On », p. 72-79.

21  Langages, vol. 21, n° 82, 1986, p. 41-51, citation extraite de la p. 49.

22  Ibid., p. 50.

23  Ainsi, on se souvient de l’hypothèse de M. Molho concernant le déclin du futur du subjonctif, hypothèse selon laquelle ce temps était porteur d’une contradiction interne au niveau de sa sémiologie, une contradiction portée par la morphologie d’un radical qui rappelle justement celui du passé alors même que cette forme était utilisée pour exprimer le futur.

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Provence, Aix-Marseille 1, où il enseigne la langue et la linguistique espagnoles. Ses travaux portent sur diverses questions de linguistique hispanique (forme en -ra, locution concessive y eso que, la notion de trace en linguistique, la valeur du suffixe -ón, la motivation du signe, etc.).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540