Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Morphosyntaxe et sémantique espagnoles

 | 
Gilles Luquet

Introduction

Gilles Luquet

Texte intégral

1Parmi les chercheurs en linguistique de l’hispanisme français, nombreux sont ceux dont les pratiques relèvent de ce qu’il est d’usage d’appeler aujourd’hui la linguistique du signifiant. Nombreux sont ceux qui, depuis une trentaine -d’années, sont parvenus à donner corps à une école de pensée reconnue comme telle et dont les travaux reposent sur trois principes essentiels : un signe est constitué de l’association d’un signifiant et d’un signifié, avec la particularité qu’un signifiant est associé à un signifié et un seul ; une langue ne se donne à voir qu’à travers ses signifiants, ce qui oblige à accorder à ces derniers une attention prioritaire dans toute description grammaticale et, plus encore, dans la théorisation qui sous-tend cette activité ; les langues, dans leur histoire, travaillent à limiter l’arbitraire des signes dont elles sont faites.

2Comment est-on passé, en quelques années d’une linguistique du signe à une linguistique du signifiant ? Dans quelles directions se développent aujourd’hui les recherches menées dans cette optique nouvelle ? Telles sont les questions -qu’illustrent les travaux présentés ici.

3La langue espagnole – dans une approche parfois comparative – y fait l’objet de descriptions qui en éclairent la morphologie, la syntaxe et la sémantique (lexicale et grammaticale) et qui concernent, pour l’essentiel, des structures ou des signes qui n’ont suscité jusqu’ici que peu d’intérêt ou qui, au contraire, ont fait l’objet de nombreuses polémiques.

4Le cadre dans lequel s’inscrivent ces travaux est posé dans les deux premières contributions de ce recueil. Gabrielle Le Tallec, en guise d’entrée en matière, retrace le cheminement théorique parcouru par les linguistes de l’hispanisme français, depuis les travaux précurseurs de ceux qui, dans les années 80, ont osé donner au signifiant le statut de « commandeur » – les membres du groupe Mo.La.Che. – jusqu’à ceux qui, venus d’horizons autres que celui de l’hispanisme, ont infléchi plus récemment la réflexion pour l’orienter résolument dans la direction qu’on la voit prendre aujourd’hui. Parmi ces derniers, une place particulière revient à Didier Bottineau et aux deux théories qui suscitent actuellement le plus d’intérêt en linguistique hispanique : celle des cognèmes et celle des actes corporimentaux. Selon la première, comme le fait ressortir Didier Bottineau lui-même dans sa propre contribution, les morphèmes grammaticaux d’une langue contiennent des éléments formateurs dotés d’une valeur abstraite et constante interprétable en termes d’instructions cognitives susceptibles de conduire à l’élaboration d’un signifié. Dans la submorphologie grammaticale espagnole, et plus particulièrement dans des formes verbales impersonnelles telles que l’infinitif, le gérondif et le participe passé, dans des quantificateurs tels que cuanto, tanto et todo ou des prépositions telles que a, en, de, desde, durante et hasta, il est permis de -reconnaître des éléments formateurs qui contribuent à formaliser l’aspect phénoménologique impliqué dans le processus mental d’élaboration des signifiés concernés (aspectualisation, quantification et organisation spatiale des relations notionnelles impliquées).

5La « transparence du signifiant » que font ressortir de telles analyses est celle que l’on retrouve ensuite dans des systèmes morphologiques et morphosyntaxiques tels que l’architecture du système verbal espagnol, les structures corrélatives du type más… más et más… menos, ainsi que la construction avec aun si. Stéphane Pagès, dans son approche du verbe espagnol, corrobore ainsi, par des observations qui, jusqu’ici, n’avaient retenu l’attention de personne, des faits de système mis en évidence par d’autres moyens – ou non encore expliqués – dans les travaux les plus récents consacrés à la question : le caractère fondamentalement binaire de l’opposition des modes, le caractère déictique du système – avec la place prépondérante qu’y occupe le locuteur –, la parenté sémiologique des « présents » que la tradition y reconnaît, la relation entre les capacités référentielles du futur et ses formants cognématiques et, enfin, la raison d’être de la parenté sémiologique qui existe entre troisième personne du pluriel du prétérit et imparfait du subjonctif en –ra. Il -s’intéresse notamment, à travers cette parenté, à un fait de système que la plupart des grammaires descriptives de la langue érigent en « règle de formation des temps » sans pour autant considérer ce que dit cette « règle » des formes qu’elle met en jeu, à commencer par le caractère marqué de la forme en -ra dans le mode auquel elle appartient. Chrystelle Fortineau, dans son étude des structures corrélatives más… más, más… menos, a más… más, cuanto más… (tanto) más, entre más… más, mientras más… más, etc., établit un lien entre le comportement sémantico-référentiel de ces structures et les cognèmes /M/, /S/, /N/, /A/ et /E/ qui entrent dans la composition de leurs signifiants. L’intérêt d’une telle approche est de faire ressortir que les instructions cognitives contenues dans ces éléments formateurs expliquent le jeu complexe des relations sémantico-référentielles propres à ces structures et que le rôle de ces instructions est exactement le même que celui qu’on leur reconnaît dans d’autres structures corrélatives de la langue : tal… cual, tal… como, tal que…, tanto… cuanto, tanto… como et tanto… que, pour ne parler que d’elles. La différence qu’il y a lieu d’établir entre les deux séries tient, d’une part, à l’importance de l’intonation et, d’autre part, à leur appartenance au domaine de la parataxe ou de l’hypotaxe. Carmen Ballestero, dans la contribution qui suit, aborde un point qui constitue toujours un objet de débat dans la description de la langue espagnole : le mécanisme de la concession. Comment faut-il décrire cette notion ? Comment s’exprime-t-elle dans les constructions en aun si ? Ces -questions, qui ont fait couler beaucoup d’encre, appellent des réponses simples, dont le propre est de se lire dans la structure des signifiants réunis dans la construction. Lorsqu’on accepte de prêter attention à cette structure, il devient évident que aun si, comme le fait ressortir Carmen Ballestero, ne peut pas être assimilé à un simple « équivalent » de aunque et il est facile de comprendre -l’incompatibilité qui existe entre ce mode d’expression de la concession et des formes verbales telles que le futur actualisant (le futur de -« l’indicatif » de la tradition grammaticale), le conditionnel et le futur du subjonctif.

6Sur un plan général, on pourrait certes faire valoir que grammairiens et théoriciens de la langue espagnole n’ont pas attendu qu’une école de pensée érige le signifiant linguistique en « commandeur » – selon l’expression du groupe Mo.La.Che. – pour accorder à ce dernier un rôle parfois déterminant dans l’organisation morphologique des langues. La fameuse « analogie » à laquelle recourent si souvent – et à juste titre – les grammaires historiques en est le meilleur exemple. Quoi de plus évident que d’invoquer le rôle que des signes majoritairement porteurs d’une marque donnée ont pu jouer sur d’autres, dépourvus de cette marque, dans la construction de tel ou tel système ? Quoi de plus évident que de constater qu’une langue choisit parfois, dans sa construction morphologique, d’uniformiser des paradigmes que l’histoire lui a livrés avec des « exceptions » ? C’est ce qu’illustre, parmi bien d’autres exemples, le paradigme de présent du verbe ir, avec des formes étymologiques de première et deuxième personnes du pluriel – imos et ides – que l’on voit disparaître dans le courant du Moyen Age, remplacées par les formes vamos et vades (vais). Ces dernières, comme le postulent tous les historiens de la langue, sont incontestablement analogiques de celles qui caractérisaient le reste du paradigme. Mais cette analogie n’explique pas tout, puisque le français, placé au Moyen Age dans une situation analogue à celle de l’espagnol, n’a jamais été tenté par l’uniformisation paradigmatique. Dans le présent de aller – équivalent de ir – il n’a jamais reconstruit les formes allons et allez sur le radical de vais, vas, va, vont. Il n’a jamais aligné les formes de première et deuxième personnes du pluriel sur le modèle majoritairement suivi dans le reste du paradigme. Pourquoi ? Parce que laisser jouer – on non – une analogie, c’est motiver des signes et parce qu’il n’existe pas une mais plusieurs façons de motiver les éléments constitutifs d’un seul et même paradigme, comme le fait ressortir Mathilde Quitard. Le rôle du linguiste – le rôle de l’historien de la langue en -l’occurrence – est de discerner ces cas de motivation, ce qui n’est possible que si l’on accepte – c’est l’un des postulats de la linguistique du signifiant – de n’associer à un signifiant qu’un seul et unique signifié. Le choix de vamos et vades (vais), à la place de imos et ides, revêt ainsi un tout autre aspect que celui d’un alignement de pure forme. Dans la structure d’un verbe dont la conjugaison, de nos jours encore, se distribue sur trois radicaux différents, le choix du radical v- pour le paradigme de présent est littéralement signifiant. Ce radical est associé à un certain signifié et le rôle du linguiste – comme s’efforce de le montrer Mathilde Quitard – est de faire ressortir l’affinité qui existe entre ce radical et ce que l’on appelle le présent dans l’architecture du verbe.

7Parler de signifiant, pour les chercheurs qui placent cette structure au premier plan de leurs préoccupations, c’est parler, ainsi qu’on vient de le voir, d’une entité indissociable d’un signifié, et d’un signifié unique. On ne s’étonnera donc pas de voir la place qu’occupent dans le présent recueil les contributions consacrées à des questions de sémantique espagnole. Le champ qui s’ouvre à l’application du principe de l’unicité du signe est en effet extrêmement vaste et il va, dans les pages présentées ici, de la mise en place d’une approche nouvelle du lexique (Michaël Grégoire) au rapport qui existe entre la forme verbale hay et l’une des deux réalisations phonétiques du démonstratif ahí (Francisca Sol Puig), en passant par la définition sémantico-grammaticale des verbes estar, seer, ser et yazer (Marie-France Delport), du verbe dar (Fabiana Ejzenberg), des locutions no obstante et sin embargo (María Soledad Sicot-Domínguez) et du pronom neutre ello (Justino Gracia Barrón).

8Michaël Grégoire propose ainsi une application de la théorie des cognèmes à la description du lexique espagnol, vu à travers les « saillances » qui informent un certain nombre de matrices ou racines consonantiques et par le biais de l’énantiosémie (propriété qu’ont certains signes d’avoir des capacités référentielles antonymiques). Marie-France Delport, pour sa part, procède à une utile mise au point de ce que doit – et ne doit pas – le verbe ser à l’ancien seer, ordinairement considéré par les historiens de la langue comme l’un de ses « étymons ». Cette mise au point s’inscrit dans l’histoire, plus générale, des moyens d’expression de l’existence « monoactancielle » (l’existence intransitive), originellement dévolue aux verbes ser, seer, estar et yazer et peu à peu réservée à deux de ces verbes (ser et estar), avec une répartition des rôles qui, dans l’expression de la voix et de l’aspect, n’a cessé de s’affiner au fil des siècles. Fabiana Alvarez Ejzenberg s’intéresse au verbe espagnol dar, et plus particulièrement à ceux de ses emplois dans lesquels la tradition grammaticale et linguistique voit l’effet d’une « grammaticalisation », décrite comme un processus historique qui aurait conduit à la « désémantisation » totale du signe, c’est-à-dire à la perte de son signifié originel (dans les expressions dar a entender, dar que hablar ou dale, par exemple). Partant du principe qu’un signifiant qui cesserait d’être associé à un signifié cesserait ipso facto d’être un signe et disparaîtrait de la langue, elle fait ressortir qu’il est tout à fait possible de rattacher chacun des emplois du verbe dar à un signifié unique, défini dans une relation particulière avec la notion d’existence. María-Soledad Sicot-Domínguez considère, de même, que ce n’est pas une « perte de sens » consécutive à un processus de « grammaticalisation », qui explique le fonctionnement des connecteurs discursifs no obstante et sin embargo. Equivalents, en effet, ces connecteurs ne le sont pas – contrairement à ce que l’on en dit dans bon nombre de grammaires descriptives – mais en quoi différent-ils ? C’est ce que mettent en lumière les restrictions d’emploi qui pèsent sur l’une des deux locutions en cause (no obstante) et les structures signifiantes auxquelles il faut rattacher le signifié de chacune d’elles. De même encore, pour Justino Gracia Barrón, le pronom ello – en perte de vitesse dans ses exploitations discursives et plus ou moins condamné à disparaître – est un signe dont l’emploi, réputé difficile, s’explique aisément si l’on veut bien le rattacher à un signifié dont la nature se lit à l’intérieur même de son signifiant : ello = el + lo. La description linguistique ne peut être menée à bien que si la théorisation qu’elle implique est corroborée par la seule chose que les langues donnent à voir d’elles-mêmes : leurs signifiants. Et lorsque l’évolution historique conduit au rapprochement de deux signes initialement distincts – un rapprochement tel que leurs signifiants n’en forment plus qu’un – cela peut vouloir dire – hypothèse à privilégier par le chercheur – que, par delà les différences liées à leurs origines et à leur fonctionnement, il y a bien plus qu’une simple affinité sémantique entre les termes concernés. C’est ce que fait ressortir Francisca Sol Puig dans l’analyse qu’elle propose de l’une des réalisations phonétiques de l’adverbe ahí. Si cette réalisation – en l’occurrence [ai̯] – est identique à celle du présent de l’impersonnel haber, conjugué à la troisième personne du singulier (hay), cela n’est nullement dû au hasard.

9Enfin lorsque la langue espagnole y fait l’objet d’une approche comparative, les travaux réunis dans le présent recueil accordent eux aussi une importance parti-culière au signifiant linguistique, mais dans une perspective quelque peu différente : celle qui s’offre au chercheur lorsqu’il replace dans un cadre typologique les changements observables dans la morphologie d’une langue (Wiaczeslaw Nowikow) ; celle qui s’offre lorsqu’on s’intéresse aux changements que les contacts entre langues rendent possibles dans le domaine syntaxique (Aura Lemus) ; celle qui s’offre lorsqu’on s’intéresse aux différentes façons de traduire une structure donnée (Francis Tollis).

10Pour Wiaczeslaw Nowikow, par exemple, il est difficile de ne pas voir dans l’évolution actuelle des pronoms de troisième personne – ceux qui sont associés aux fonctions d’objet direct et indirect et qui donnent lieu aux phénomènes du leísmo et du laísmo – un réajustement structural dans lequel les distinctions propres à la catégorie du genre tendent à l’emporter sur les distinctions casuelles héritées du latin. Ce réajustement a-t-il des chances de s’imposer un jour ? Jusqu’où les changements peuvent-ils aller ? Il est évidemment exclu d’apporter des réponses catégoriques à ces questions, mais il est permis de situer les changements observables dans le cadre typologique qui leur correspond et de comparer utilement ce dernier à celui qu’illustrent des langues telles que le français et le polonais. Pour Aura Lemus, qui s’intéresse à la variation prépositionnelle dans l’espagnol parlé au Etats-Unis (le spanglish), des structures syntaxiques du type enamorarse con, hablar en el teléfono ou olvidarse acerca de, par exemple – qui alternent dans la communauté hispano-américaine avec les structures canoniques enamorarse de, hablar por téléfono et acercarse a – peuvent inconstestablement être décrites comme des anglicismes et être considérées comme des imitations de to fall in love with someone, to talk on the phone et to forget about something/someone, mais cela ne veut aucunement dire qu’un mexicain émigré au Etats-Unis, par exemple, emploie indifféremment les deux variantes de ce type de structures. Cela ne veut aucunement dire que l’une n’est qu’une « variante libre » de l’autre. Si l’on adhère – comme Aura Lemus – au principe de l’unicité du signe (celui qui fait correspondre un seul signifié à un signifiant donné), il faut considérer au contraire que toute variation du signifiant s’accompagne d’une variation du signifié. Le point de vue adopté ici est tout simplement que « dire autrement, c’est dire autre chose », comme l’illustre également Francis

11Tollis, F.

UN-SUNOS UNASLas últimas banderasquelques, des, plusieurs, certain-s, divers-sreprésentationsignifiereprésentation

12Des lectures du signifiant, voilà en fait ce que rassemble le présent recueil.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540