Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et représentation de la détermination verbale

Aspect et détermination : un cas particulier

Jacqueline Guillemin-Flescher

Résumé

In the first instance, Jacqueline Guillemin-Flescher tries to assess the impact of determination on the aspectual system in French and in English, retaining the following parameters: qualitative identification for simple tenses and pre-established construction for complex tenses. She then concentrates on a specific case: the plus-que-parfait / pluperfect. The author tries to determine the conditions under which the plus-que-parfait and the pluperfect appear in French and in English and concludes that French highlights location to the strict origin, whilst English highlights the relation to a derived landmark.

Texte intégral

1. Aspect et détermination

1Je voudrais essayer de voir, dans un premier temps, quelle est l’incidence des opérations de détermination sur le fonctionnement du système aspectuel, et de caractériser ensuite, à partir d’un cas particulier, les variations qui apparaissent d’une langue à l’autre, plus spécifiquement entre l’anglais et le français.

2Je poserai tout d’abord que les formes verbales simples telles que le présent et le passé simple pour le français, le présent simple et le prétérit simple pour l’anglais donnent lieu, selon les conditions contextuelles, soit à l’identification qualitative soit à la construction d’existence d’un procès. Les formes aspectuelles, en revanche, c’est-à-dire l’imparfait de même que les formes auxiliées dans les deux langues, qualifient un procès dont l’existence est préconstruite. Il semble, en effet, difficile de représenter un procès relativement à un stade d’accomplissement sans avoir antérieurement construit son existence. Il ne s’agit plus alors d’une simple identification qualitative, mais d’une opération réflexive sur ce qui est déjà posé (Qlt1 / Qlt2). Je prends un exemple :

(1)

Ce mercredi 30 juin, en début d’après-midi, le restaurant de la gare de Lyon-Perrache n’abritait, à une exception près, que la cohorte habituelle de voyageurs [….] Quelques-uns, les plus jeunes, riaient trop fort. À d’autres tables, quelques-uns, les plus angoissés, parlaient trop bas. Le hall était strié de déplacements trop rapides… (La Vie du Rail, 15 sept 2004)

3Un statut théorique est ici assigné aux procès posés dans le contexte situationnel, que l’énonciateur qualifie par une série d’imparfaits.

4Selon les conditions contextuelles, les différences entre ces deux niveaux de représentation peuvent être neutralisées, tout au moins dans une certaine mesure. C’est le cas, par exemple, lorsque la valeur aoristique apparaît comme prépondérante avec une forme verbale auxiliée. Comparons les deux exemples suivants (que j’ai repris de mon article « De la qualité à la qualité » in La Notion, 1997) :

a) John sleeps upstairs and Mary sleeps downstairs.

et

b) John’s sleeping upstairs and Mary’s sleeping downstairs.

5En a) on a une simple identification qualitative des procès. En b) la valeur construite est plus complexe. Le repérage par rapport au contexte situationnel qu’impliquent les procès be sleeping est neutralisé par la mise en contraste des deux localisations : upstairs et downstairs. Grâce à cette antinomie la valeur de be + ing se rapproche dans cet exemple de celle de la forme simple en a). Une différence subsiste cependant : alors que (a) pourrait être énoncé en l’absence des deux sujets John et Mary, (b) ne le pourrait pas. La valeur associable de façon privilégiée à be + ing, à savoir, qualification d’une occurrence de procès déjà construite, n’est pas prépondérante, mais elle n’est pas pour autant éliminée.

6Prenons à présent un exemple en français : le passé composé. Cette forme verbale, comme on le sait, a été envisagée par Benveniste et d’autres linguistes à sa suite, comme un substitut du passé simple dans le discours. Il s’avère cependant que seule une des deux formes est compatible avec certaines configurations contextuelles. Pour ne prendre qu’un exemple, alors que :

a) Il a échoué à son examen parce qu’il n’a pas suffisamment travaillé.

ne pose aucun problème,

b) *Il échoua à son examen parce qu’il ne travailla pas suffisamment.

est a-grammatical. Au passé composé l’énonciateur qualifie rétrospectivement chacun des deux procès. Au passé simple il y a rupture avec le plan de l’énonciation. Les procès donnent lieu à une opération de quantification et ils s’inscrivent dans un repérage de type consécutif. D’où l’anomalie de l’énoncé (b) le second procès ne pouvant pas référer à la cause du premier.

7En ce qui concerne le passé composé, l’opération de qualification me semble valoir aussi bien pour la valeur aspectuelle que pour celle généralement caractérisée comme « temporelle » ou « aoriste du discours ».

8La différence entre les deux modes d’énonciation soulignés s’apparente à la distinction entre constat et commentaire. Il a été maintes fois fait allusion à -l’étymologie du mot aspect, à la notion de regard. Or on ne peut regarder ou observer que ce qui existe déjà.

2. Le plus-que-parfait / pluperfect

9Je voudrais maintenant centrer cette problématique sur un cas particulier : celui du plus-que-parfait et du pluperfect. Lorsque le plus-que-parfait et le pluperfect sont mentionnés dans les grammaires et dictionnaires, ils sont généralement envisagés l’un et l’autre à partir de « deux valeurs de base […] l’aspect d’accompli et l’antériorité par rapport à un repère passé explicite ou implicite » (M. Riegel et al. 1994, 1996). Cette caractérisation est proposée pour le plus-que-parfait, mais on retrouve les mêmes paramètres pour le pluperfect: « an action or event completed before a given or implicit past time » (Webster, 1983) ou encore « perfect with respect to a point of reference in past time » (Random House, 1967). Si ces configurations sont largement attestées dans l’activité langagière, et semblent même être majoritairement en jeu dans la langue orale, il est cependant difficile de parler de valeurs de base dans la mesure où elles ne permettent pas d’inclure tous les cas de figure relevés. Sans vouloir minimiser le nombre d’énoncés qui correspond à ce cas de figure, on ne peut néanmoins établir une valeur unitaire sans tenir compte des autres cas de figure.

2. 1. Plus-que-parfait / pluperfect + repère adverbial de type déictique

10On constate que nombre de plus-que-parfaits / pluperfects sont repérés directement par rapport à la situation d’énonciation. Cela vaut pour les deux langues, mais avec une différence néanmoins. Comme l’a largement souligné J.  Chuquet (1993), dans une narration fictive, c’est l’anglais qui a surtout recours à ce type de repérage. En français, le repérage se fait alors par rapport à un repère contextuel qui correspond au moment du récit.

(2)

He had felt himself most fortunate eighteen years ago, to have convinced an attractive younger woman to marry him. (M. H. Clark, Moonlight becomes You, p. 66 / 73)

Il s’était senti le plus heureux des hommes le jour où il avait su convaincre une femme aussi séduisante et jeune de l’épouser. (La Maison du clair de lune, p. 73)

(3)

Paul Tucker had been appointed Richmond’s chief of police several months ago, but we had encountered each other only briefly at a social function. (P. Cornwell, From Potter’s Field, p. 13)

Paul Tucker avait été nommé à la tête de la police de Richmond six mois plus tôt mais je ne l’avais que brièvement croisé qu’à une occasion, lors d’une réception (Une mort sans nom, p. 21)

11Alors qu’en anglais l’adverbe marquant la localisation temporelle est repéré par rapport au moment de l’énonciation : eighteen years ago / several months ago, en français la localisation est contextuelle : le jour où / six mois plus tôt. En revanche, lorsqu’on représente un événement dans la presse française, contrairement à la presse anglaise, les repérages se font essentiellement par rapport au présent de l’énonciation. On retrouve alors également en français des repères adverbiaux qui se situent par rapport au moment de l’énonciation :

(4)

Il y a deux ans, les Bleus s’étaient envolés pour la Corée avec une défaite contre la Belgique dans les valises (L’Équipe, 7 juin 2004)

(5)

Le 5 juin, la manifestation contre la réforme de l’assurance maladie, soutenue par tous les syndicats, sera une vraie épreuve du feu pour le gouvernement Raffarin III. Le premier ministre avait édicté un axiome de fermeté il y a un an, au moment de la réforme des retraites… et gagné ce rapport de forces. (L’Express, 31 mai 2004)

2. 2. Repérages : énonciateur origine / énonciateur dérivé

12Alors que l’agencement du pluperfect avec un adverbe ou une locution adverbiale de localisation temporelle, repérée par rapport au moment de l’énonciation, apparaît surtout en anglais dans une fiction narrative, en français ce schéma relève de la presse ou de textes apparentés. Comment expliquer cette différence ? Ce phénomène relève en fait d’une problématique plus globale : la nature des repérages dans les deux langues.

2. 2. 1. Enonciateur dérivé

13On constate tout d’abord que l’association du pluperfect à un repère adverbial énonciatif ne vaut en anglais que lorsque l’énonciation dépend d’une origine dérivée. Ce sera le cas notamment lorsque le mode d’énonciation dans une narration fictive est de type discours indirect libre. L’origine d’énonciation coïncide alors avec le sujet d’une relation prédicative dans le texte. C’est le cas des exemples (2) et (3).

14Si l’on peut considérer que les repérages de ce type dépendent d’une double énonciation – énonciateur origine et énonciateur dérivé (comme en témoigne, par exemple, le fait que les sujets pronominaux sont à la 3e personne) –, les repérages se font néanmoins de façon prépondérante, en français par rapport à l’énonciateur origine, alors qu’en anglais c’est l’énonciateur dérivé qui est, de façon privilégiée, à l’origine des calculs. La tendance à préciser, en anglais, l’origine du repérage dans le discours indirect libre, par des incises telles que he thought, he felt, he knew, he remembered, souligne le point de référence qui domine dans les calculs. Il faut en effet, en anglais, que l’origine soit identifiable pour le co-énonciateur, qu’il s’agisse d’un énonciateur spécifique comme dans une situation d’interlocution, ou d’un énonciateur non spécifique dans le cas d’une narration.

2.2.2. Indices des calculs

15Le calcul aspecto-temporel par rapport à l’origine dérivée dans ce mode d’énonciation peut se reconnaître à plusieurs critères :

16Premièrement, le critère déjà relevé : à savoir l’agencement du pluperfect avec des adverbes et locutions adverbiales déictiques, en particulier un quantifieur + ago (ex (2) et (3)) là où en français les locutions adverbiales sont de type contextuel.

17Deuxièmement, dans la représentation d’une suite d’événements : le maintien du pluperfect pour l’ensemble des procès. En effet, lorsqu’il s’agit d’un récit constatif, dès lors que l’antériorité par rapport à un repère contextuel passé est marquée par le pluperfect, la suite des événements est généralement représentée dans le temps du récit, c’est-à-dire le prétérit. La différence entre ces deux types de représentation apparait clairement dans les exemples (6) et (7) en anglais, mais non en français.

(6)

His father had taken him to London for his eighth birthday treat; they were to spend two whole days sightseeing […]

It was on the second day that they had visited Westminster Abbey and later taken a river steamer from Charing Cross pier to Greenwich and he had first seen Innocent House, … His father had explained that the name was derived from Innocent Walk… He had started to tell his son something of the house’s architectural history, but his voice had been overpowered by the tour-guide’s booming commentary… (P. D. James, Original Sin, p 41-42)

Son père l’avait emmené à Londres pour ses huit ans ; ils avaient passé deux jours à visiter la ville […]

C’est le deuxième jour qu’ils avaient visité l’Abbaye de Westminster et pris ensuite un bateau qui allait de Charing Cross à Greenwich, d’où il avait vu pour la première fois Innocent House… son père lui expliquait l’origine du nom, venu d’Innocent Walk… Il avait commencé à dire quelque chose du passé architectural de l’édifice à son fils mais sa voix avait été couverte par le commentaire tonitruant du guide… (Péché originel, p. 46-47)

(7)

Six semaines s’écoulèrent. Rodolphe ne revint pas. Un soir enfin, il parut. Il s’était dit, le lendemain des comices :

- N’y retournons pas de sitôt, ce serait une faute. Et, au bout de la semaine, il était parti pour la chasse.

Après la chasse, il avait songé qu’il était trop tard, puis il fit ce raisonnement… (G. Flaubert, Madame Bovary, p. 184)

- Six weeks went by, with no sign of Rodolphe. At last, one evening, he appeared.

Wouldn’t do to go back too soon,” he had said to himself the day after the Show, and at the end of the week he went off for some shooting. After that he wondered if he had left it too long. But then he reasoned like this… (Madame Bovary, p. 167)

18Les deux textes comportent un marqueur d’antériorité : His father had taken him to London for his eighth birthday et Il s’était dit, le lendemain des comices. Les conditions contextuelles dans les deux cas indiquent clairement qu’il s’agit d’un repérage rétrospectif, mais en anglais, en (6), le pluperfect est maintenu d’un bout à l’autre dans la représentation d’événements remémorés, en (7), une fois l’antériorité marquée, on revient au temps du récit, c’est-à-dire le prétérit. Le pluperfect implique en (6) le repérage par rapport à une origine dérivée qui coïncide sur le plan temporel avec le temps du récit.

19En français, le plus-que-parfait est utilisé dans les deux textes. Dans un texte au discours indirect libre, le récit d’événements, qui correspond à une suite de procès discrets, se fait de même qu’en anglais, au plus-que-parfait, mais dans un récit canonique, une fois l’antériorité marquée, le maintien du plus-que-parfait pour la suite des procès est tout à fait attesté.

20La différence de fonctionnement entre les deux langues, dans ce deuxième cas, peut s’expliquer par des contraintes liées aux opérations de détermination. En anglais, où la construction d’existence préalable à une qualification est une quasi-contrainte, le prétérit, conjointement avec les marqueurs adverbiaux de localisation ou de succession permet de répondre à ce critère. Or, la construction d’existence implique nettement un point de référence centré sur le co-énonciateur. Lorsque le point de référence dans la mise en place des déterminations est de façon prépondérante l’énonciateur, ce qui est le cas en français, l’existence peut être préconstruite et permet de ce fait de passer à la qualification des procès sans marquer explicitement l’opération préalable. Le fait que commencer un texte au plus-que-parfait ne pose pas de problème en français tend à confirmer cette analyse, cf.

(8)

Un seul ministre s’était déplacé pour soutenir M. Bernard Tapie pendant la récente campagne des élections régionales. (Le Monde, 4 avril 1992)

Only one minister took the trouble to go down to the Côte d’Azur to give Bernard Tapie a hand in the recent regional campaign. (The Guardian Weekly, 12 avril 1992)

21On remarquera une fois de plus qu’en anglais c’est le prétérit qui apparaît dans la traduction. La contrainte est d’autant plus forte qu’il s’agit du début du texte.

2. 2. 3. Prédication de propriété

22J’en viens au troisième critère qui différencie les deux langues. Il s’agit de la compatibilité d’une prédication de propriété avec le plus-que-parfait. Alors qu’en français, cette structure n’est attestable que sous des conditions contextuelles précises, en anglais, mis à part le repérage par rapport à une source énonciative dérivée, elle n’est sujette à aucune contrainte. Ce fait vaut également pour la représentation d’un état, qu’il soit ou non transitoire.

(9)

He had needed to get away from France and had come to London. His grandmother had been English. (P. D. James, Original Sin, p. 202)

Éprouvant le besoin de s’éloigner de France, il était venu à Londres. Sa grand-mère était anglaise. (Péché originel, p. 298)

(10)

Davinia Flory had no reservations about her birth date appearing in print. She had been seventy-eight, born in Oxford, the youngest of the nine children of a Professor of Greek […]

It was possible that the men who had killed her had no idea of her identity. (R. Rendell, Kissing the Gunner’s Daughter, p. 52)

… Davinia Flory n’éprouvait aucune réticence à voir publier sa date de naissance. Elle était née à Oxford, avait soixante-dix-huit ans, et était la plus jeune des neuf enfants d’un professeur de grec […] Peut-être ses meurtriers n’avaient-ils pas la moindre idée de son identité. (Le Goût du risque, p. 52-53)

23Ce type d’exemple n’apparaît que dans le discours indirect libre. Encore une fois, le pluperfect permet en anglais de différencier les niveaux de discours. En français, en revanche, le décalage temporel étant calculé par rapport à l’énonciateur origine, c’est l’imparfait qui s’impose. Contrairement au prétérit simple en anglais, l’imparfait implique nécessairement un lien avec l’origine de l’énonciation. Lorsqu’une prédication de propriété apparaît au plus-que-parfait, elle est alors soit suivie d’une locution adverbiale temporelle ou spatiale, soit inscrite dans des conditions contextuelles qui marquent clairement une rupture par rapport au moment où la propriété n’est plus validée. Dans la mesure où en anglais le -pluperfect s’impose, que la validation soit ou non délimitée, les contraintes du français ne s’appliquent pas.

2. 3. Repère passé et antériorité

24J’ai cité au début de cette analyse des définitions du plus-que-parfait / -pluperfect proposées par les grammaires et dictionnaires : c’est-à-dire, antériorité par rapport à un repère passé. À la lumière des exemples (4) et (5) où le plus-que-parfait est repéré directement par rapport à l’instance énonciative et de l’exemple (8) où il se situe dans la première phrase du texte, il semble difficile d’affirmer que l’existence d’un repère passé est une condition nécessaire au fonctionnement du plus-que-parfait. Mais un deuxième problème se pose : lorsqu’un repère passé est effectivement posé dans le texte, l’antériorité par rapport à ce repère est-elle contraignante ? Plusieurs exemples cités par J. Chuquet (1993) démontrent que ce n’est pas le cas. Les exemples suivants présentent également, dans les énoncés anglais, un schéma aspecto-temporel dans lequel le procès au prétérit est antérieur à celui exprimé par le pluperfect :

(11)

He returned from his six months in the City of Sin in 1856. His father had died six months later. (J. Fowles, The French Lieutenant’s Woman, p. 18)

Il était revenu en 1856 de son séjour de six mois dans la ville du pêché, et son père mourait trois mois plus tard. (Sarah et le lieutenant français, p. 27)

(12)

The last crumb tossed, she turned, and seeing him, had smiled a little tentatively. (P. D. James, The Murder Room, p 42)

Après avoir jeté un dernier croûton, elle s’était retournée et, le voyant, avait esquissé un sourire hésitant. (La Salle des meurtres, p. 45)

25Dans l’exemple (11), le syntagme prépositionnel in 1856 et la locution adverbiale six months later indiquent clairement que his father had died est postérieur à he returned. En (12) le procès : she … had smiled est nécessairement postérieur au procès au prétérit : she turned.

26L’exemple (13) est d’un ordre légèrement différent. Il ne renvoie plus à des procès discrets mais à des prédicats subjectifs :

(13)

he listened to her quietly turning the newspaper pages as she processed them a second and third time. He knew what she was reading, but he hadn’t known why. (E. George, Playing for the Ashes, p. 623)

…il écoutait Olivia tourner doucement les pages des quotidiens tandis qu’elle les examinait une deuxième, puis une troisième fois. Il savait à quel genre d’article elle s’intéressait mais il ignorait pourquoi… (Un goût de cendres, p. 659)

27On a ici un même prédicat, know, qui apparaît avec deux compléments différents : what she was reading et why. Une fois de plus, le prétérit est suivi du pluperfect. Il est cependant difficile de parler d’ordonnance des procès. Dans le premier cas, on a une simple identification qualitative, dans le second une opération réflexive. La qualification est d’un ordre différent et implique le passage d’un constat à un autre mode d’énonciation, ce que j’ai autrefois appelé « commentaire ». Il n’est en revanche aucunement question d’un repère passé.

28En français les repérages ne sont pas du même ordre, en raison des différences de valeur entre le prétérit et le passé simple d’une part, et le prétérit et l’imparfait de l’autre. D’autre part, le fait que les prédicats qui renvoient à un changement d’état ou de localisation affectant le sujet imposent l’auxiliaire être et non avoir implique que la forme verbale de être mort au plus-que-parfait est identique à celle de l’imparfait. Autrement dit, seules les conditions contextuelles et plus particulièrement une localisation spatiale ou temporelle permettent de différencier l’état d’être mort de l’occurrence de mourir. Même lorsque ces conditions existent, la valeur référentielle peut être ambiguë et la différence est moins marquée qu’avec les formes anglaises qui expriment respectivement l’occurrence du procès : he had died et l’état adjoint : he was dead.

29Si l’anglais et le français présentent des schémas aspecto-temporels différents dans ces exemples, est-ce à dire que ce phénomène concernant l’ordonnance des procès ne se pose pas en français ? En fait il se pose dans les deux langues, mais de même que pour les plus-que-parfaits associés à un repère -déictique (cf. 2.1.), ce sont les énoncés de la presse qui font apparaître des plus-que-parfaits qui se situent postérieurement à un repère contextuel.

(14)

Le 27 janvier 2003… un TER français entre en collision avec un train italien… Huit jours après l’accident, l’agent de circulation de la gare de Breil-sur-Raya avait été mis en examen pour homicide involontaire. (La Vie du Rail, 9 juin 2004)

(15)

Michel Pinneteau, 66 ans, comparaît depuis hier devant la Cour d’assises des Alpes-Maritimes pour l’assassinat de trois personnes perpétré dans la nuit du 27 au 28 février 1999. Les corps démembrés de Jean-Pierre Calligaris, Francis Ben Moktar … et Thérèse Conte avaient été découverts dans le massif de l’Esteron le 18 mars suivant. (Le Figaro, 17 sept 2004)

30Dans les exemples (14) et (15) le procès au plus-que-parfait est postérieur à un repère temporel : le 27 janvier 2003 / la nuit du 27 au 28 février. En (14) le procès entre en collision, qui coïncide avec le repère temporel, est au présent, comme c’est majoritairement le cas dans la presse, lorsqu’il s’agit de représenter une série d’événements :

(16)

Le 26 mars, Jean-Jacques Rousseau a réuni ses amis et ses collègues chez l’équipe Caténaires de Juvisy, pour y fêter son départ à la retraite.

Natif de la Flèche, bourgade sarthoise, il découvre la SNCF à l’aube de l’année 1972, comme cantonnier à la brigade Voie des Ardoines (Vitry-sur-Seine). Durant une année, il œuvre au sein de ce métier. En juillet 1973, il décide de quitter la filière Voies et bâtiments pour rejoindre une activité « plus en hauteur » : la Caténaire… (La Vie du Rail, 5 mai 2004)

(17)

Le 29 juillet, à 11 heures, un homme perdu dans ses pensées traverse la cour pavée, inondée de soleil du site historique de la Bibliothèque nationale de France (BNF), rue de Richelieu, à Paris. Deux policiers en civil abordent Michel Garel et lui passent les menottes. À l’issue de sa garde à vue […] ce conservateur en chef […] reconnaît avoir dérobé et revendu l’un des joyaux de la collection, sur laquelle il veille depuis vingt-quatre ans. (L’Express, 9 août 2004)

31En (18) un passé composé aurait pu être substitué au plus-que-parfait, mais la différence entre la valeur contextuelle du passé composé et du plus-que-parfait apparaît clairement.

(18)

Jusqu’à aujourd’hui, jamais je ne m’étais imaginé capable de gagner un tournoi du Grand Chelem. (L’Équipe, 7 juin 2004)

(18’)

Jusqu’à aujourd’hui, jamais je ne me suis imaginé capable de gagner un tournoi du grand Chelem.

32Le plus-que-parfait implique nécessairement que la relation envisagée comme non validable (gagner le tournoi du Grand Chelem) a en fait été validée antérieurement au moment de l’énonciation. Avec le passé composé, cette relation peut avoir été validée ou non. Elle n’a pas encore nécessairement été vérifiée. Cela implique que le dernier instant de la classe « jamais imaginé » est antérieur au moment de l’énonciation avec le plus-que-parfait en (18) alors qu’en (18’) avec le passé composé le dernier instant peut coïncider avec le moment de l’énonciation.

33Si le plus-que-parfait / pluperfect qualifie un procès dont l’existence est déjà construite, il semble difficile d’établir une distinction radicale entre deux valeurs : temporelle et aspectuelle. Un fonctionnement temporel implique, en effet, la quantification du procès et non la qualification. Il s’agirait plutôt d’une pondération : on privilégie soit le point de passage entre l’occurrence et l’état résultant, soit l’état résultant lui-même. Les exemples ambigus témoignent du fait qu’il n’y a pas lieu de trancher entre deux valeurs.

34La compatibilité du plus-que-parfait et du pluperfect avec un adverbe déictique, de même que la possibilité de localiser le procès postérieurement à un repère passé, indique clairement que la présence d’un repère contextuel n’est pas contraignante. Cela vaut pour les deux langues. En revanche, la localisation se fait alors, en français, par rapport à l’origine énonciative absolue, en anglais, par rapport à l’origine dérivée. Cette différence explique également qu’une prédication de propriété au pluperfect n’est pas sujette aux mêmes contraintes que celles qui conditionnent le plus-que-parfait.

35Le rapport entre un procès au plus-que-parfait / pluperfect et les coordonnées énonciatives est, en revanche, du même ordre pour les deux langues : lien avec l’origine d’énonciation sur le plan de la subjectivité, hiatus entre la validation du procès et l’origine sur le plan aspecto-temporel.

Bibliographie

Cornwell, P., 1995, From Potter’s Field, Londres, Warner Books. Traduction Narbonne, H., 1996, Une mort sans nom, Paris, Éditions du Masque.

Flaubert, G., 1966 [1857], Madame Bovary, Paris, Garnier-Flammarion. Traduction Russel, A., 1968 [1950], Madame Bovary, Harmondsworth, Middlesex, Penguin Books.)

Fowles, J., 1969, The French Lieutenant’s Woman, Londres, Pan Books Traduction Durand, G., 1998, Sarah et le lieutenant français, Paris, Éditions du seuil, Points.

George, E., 1994, Playing for the Ashes, Londres, Bantam Books. Traduction, Wattwiller, D., 1995, Un goût de cendres, Paris, Presses de la cité, Pocket.

Higgins-Clark, M., 1996, Moonlight Becomes You, Londres, Pocket Books. Traduction, Damour, A., 1996, La Maison du clair de lune, Paris, Albin Michel, Poche.

James, P. D., 1994, Original Sin, Londres, Penguin Books. Traduction, Meunier, D., 1995, Péché originel, Paris, Fayard, Poche.

James, P. D., 2003, The Murder Room, Londres, Penguin Books. Traduction Demange, O., 2004, La Salle des meurtres, Paris, Fayard.

Rendell, R. 1993, Kissing the Gunner’s Daughter, Londres, Arrow. Traduction Damour, J., 1992, Le Goût du risque, Paris, Calmann-Lévy, Poche.

L’Equipe, 7 juin 2004

L’Express, 31 mai 2004

L’Express, 9 août 2004

Le Figaro, 17 septembre 2004

Le Monde, 4 avril 1992

La Vie du Rail, 5 mai 2004

La Vie du Rail, 9 juin 2004

La Vie du Rail, 15 septembre 2004

The Guardian Weekly, 12 avril 1992

Auteur

Professeur à l’Université Denis Diderot – Paris 7, où elle dirige des recherches dans le domaine de la linguistique contrastive et de la traduction. Elle a assumé pendant de nombreuses années la responsabilité du groupe dont le nom est précisément Linguistique constrastive et Traduction. Son ouvrage Syntaxe comparée du français et de l’anglais reste un modèle du genre. Elle a publié de nombreux articles et est responsable de nombreuses publications notamment dans la collection Linguistique et Traduction, chez Ophrys.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540