Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et représentation de la détermination verbale

Quelques réflexions sur le Present Perfect Puzzle

Éric Corre

Résumé

Eric Corre hypothesizes that the Present Perfect Puzzle (PPP) can find a proper resolution if one adopts a multiple perspective on the Present Perfect (PP). Since Klein’s (1992) definition of Topic Time, it has been accepted in the literature that the p-definiteness constraint, a pragmatic one, accounts for part of the PPP. The author tries to show that aspectual constraints are also at work: being marked as the posttime of an event, a PP form installs, as it were, the event in the
p-definite present of the speaker, cancelling thereby any paradigmatic contrast with yesterday-type adverbials. More recent research has shifted the focus from strictly aspectual and temporal parameters to evidential ones: in that view, the perfect vs. past morphologies in some languages clearly signal the event’s inclusion in, or exclusion from, the ‘world’ of the speaker, allowing for effects such as testimonial implication, speaker’s personal deduction, etc, for the English PP.

Texte intégral

1L’impossible interaction entre une forme de present perfect (abrégé en PP) et un adverbial temporel en rupture avec T° a reçu le nom de Present Perfect Puzzle (abrégé en PPP, voir Klein 1992). Les théories traditionnelles du PP (Current Relevance, Indefinite Past, Extended Now), qui toutes expliquent grosso modo cette contrainte par un conflit entre le présent de l’auxiliaire have et le sémantisme passé de l’adverbial, ne semblent pas en mesure de rendre compte de la question de façon satisfaisante. Cet article se propose de montrer que cette « énigme » peut trouver un début de réponse dans le cadre d’une étude plus globale du PP, périphrase qui est à l’intersection des trois types de détermination du groupe verbal, à savoir le temps, l’aspect et la modalité.

2Après avoir présenté les faits qui constituent ce PPP, nous explorerons la piste temporelle comme premier élément d’explication de la périphrase parfaite en nous fondant sur le système du temps avec ses trois composantes (E, S, R) tel qu’il a été élaboré par Reichenbach (1947) et revu par des auteurs récents (voir Klein 1992). Ceci nous conduira dans un second temps à explorer la piste aspectuelle comme voie de résolution possible du PPP. Enfin, nous ferons appel à des théories plus récentes qui inscrivent le PP dans le domaine modal en tant que marqueur d’évidentialité. Nous terminerons cette étude en rassemblant tous ces arguments et en proposant des réponses possibles au PPP. À cette fin, nous privilégierons les exemples en contexte et ferons quelques incursions dans d’autres langues que l’anglais qui connaissent une forme de parfait.

1. Présentation des faits

3Depuis Klein (1992), l’incompatibilité foncière entre les adverbiaux temporels ponctuels spécifiants séparés de T° (de type yesterday, two days ago) et la forme verbale du PP est connue dans la littérature sous le nom de present perfect puzzle. Les exemples suivants l’illustrent :

(1)

Chris has left.

(2)

*Chris has left at midnight yesterday.

(3)

Chris left at midnight yesterday.

4Dans l’exemple (1), le départ de Chris appartient au passé, il a pu avoir eu lieu hier à minuit, cependant, il n’est pas possible d’énoncer (2). L’ajout des spécifications temporelles at midnight yesterday oblige à changer de forme, à utiliser une forme de prétérit (abrégé en Prét.). Néanmoins, une lecture non déictique-spécifique mais itérative-générique de l’adverbial at midnight rend l’énoncé acceptable :

(4)

Chris has left at midnight = Chris has left at midnight before / on several occasions.

5La précision « adverbial ponctuel-spécifique » est importante. Même yesterday peut recevoir une interprétation itérative the day before today ; le PP devient alors possible :

(5)

In order to complete the task [of removing traces of the Websites you have been to] don’t forget to delete any favourites that you have bookmarked. That’s it. As far as I know that will remove all references to where you have been to yesterday. (ICPUG Electronic Journal – Article 6 Volume 1 Number 3)

6Yesterday perd sa référence déictique (le jour qui précède aujourd’hui) et signifie ici chaque jour qui précède le jour où vous avez surfé sur Internet. Cette contrainte de PPP s’atténue également, voire disparaît, dès lors que l’adverbial dénotant un passé révolu est indéfini quant à la référence temporelle qu’il construit : ainsi, des locutions telles que in the past, long ago, voire about three months ago, ou bien des adverbes tels que just / recently / already sont-ils compatibles avec une forme de PP :

  • 1 Exemple cité par Elsness 1997.

(6)

“What are you trying to tell me? ” the Major said. “Are you trying to tell me that the Vatican likes yids? ”

We are not supposed to hate anyone,” he said. “I admit that in the past, our priests have been as anti-semitic as the rest of our people. But we are trying to change that.” (TCOB)

(7)

Chris has just / recently / already arrived.

(8)

A : If you could ask him to be fairly swift about that… C : I will.

A :

Because I’ve had no reply. I, I mean I’ve sent the first letter about three months ago and the last one about a month ago, and I’ve had no reply at all1.

7La littérature sur le PP a abondamment traité de ces apparentes exceptions à la sacro-sainte règle ; voici deux exemples pris parmi une longue liste, dont l’acceptabilité varie énormément selon les auteurs :

  • 2 Exemple cité par Erades 1956.
  • 3 Exemple cité par Poutsma 1926.

(9)

We have already discussed this affair at some length last night2.

(10)

I have made the same remark when I was younger3.

8L’explication traditionnelle proposée repose sur le fait que l’adverbial est une sorte d’adjoint, d’afterthought, qui se voit refuser le statut de circonstant syntaxique obligatoire :

In almost all of them the adjunct denoting the epoch of the past has back-position or is, at least, placed after the predicate. It is, indeed, not improbable that deviation from the ordinary practice is in the majority of cases due to this fact : the speaker starting to make a statement without any clear thought of a past epoch, the latter occurring to him almost by way of an afterthought as he approaches the conclusion. (Poutsma 1926)

9Il est exact qu’un positionnement de l’adverbial « hors prédication », hors interaction syntaxique avec la forme verbale fait disparaître la contrainte de PPP :

  • 4 Exemple cité par Klein 1992.

(11)

Has Chris ever been in Pontefract? – Yes, last year.4

(12)

More than six weeks into the war, yesterday was the first time that Russia and the west have agreed a common line on Kosovo that includes the use of outside armed force to coerce and police a settlement. (Guardian, May 7th, 1998)

(13)

But whoever has given you directives, I don’t care how long ago, will not return your secret phone calls now, won’t even know your name, will frown and shrug in some cabinet meeting or over drinks at the Palm, or worse, laugh it off.’ (BF)

10Ces données nous conduisent à faire les remarques suivantes :

  • Le problème n’est pas à proprement parler sémantique dans le sens où ce serait le seul conflit entre le présent de have et le passé de l’adverbial qui expliquerait le problème. En revanche, le problème est en partie sémantique dès lors qu’on s’aperçoit que le caractère plus ou moins défini (ponctuel, spécifique) de l’adverbial conditionne l’acceptabilité du PP.

  • Le problème est syntaxique dans le sens premier de ce terme, à savoir l’agencement des segments : le linéaire strict semble conditionner l’acceptabilité ou la non-acceptabilité de la combinaison PP et adverbial.

11La littérature propose des explications à mi chemin entre syntaxe et pragmatique et de façon cruciale fait reposer l’explication sur la problématique de l’inter-action de l’adverbial et de la forme verbale.

2. La piste temporelle comme explication du PPP

12C’est de loin la plus courante. Cette donnée incontournable qu’est le PPP a depuis toujours conduit une majorité d’auteurs à faire reposer la différence Prét. / PP entièrement sur la façon dont les deux formes verbales expriment le temps. Selon J. Elsness (1997 : 111), « temporal specification is one of the crucial factors distinguishing between the PP and the Pret. » L’auteur qui fait référence en la matière est Reichenbach (1947), dont le système visait à donner une représentation formelle des temps.

2. 1. Reichenbach et ses trois coordonnées temporelles

13Selon l’auteur, chaque temps (« tense ») de l’anglais est la somme d’un système relationnel à trois éléments : le point de référence (point of reference », symbolisé par R), le point de l’événement (« point of event », E) et le moment de parole (« point of speech », S). Ces trois coordonnées temporelles sont nécessaires pour rendre compte de la localisation temporelle des procès dans une phrase simple au parfait. L’originalité de Reichenbach est d’avoir postulé l’existence de ce point R. L’auteur fondait son analyse sur le parallélisme formel de construction entre ces trois phrases :

  • 5 Exemples tirés de Klein 1992.

(14)

Chris had left York.

(15)

Chris will have left York.

(16)

Chris has left York.5

auxquelles il convient d’ajouter, pour les besoins de la démonstration, celle-ci :

(17)

Chris left York.

14Ce point R permet de donner substance à la notion de point de vue, de perspective temporelle (temporal standpoint selon Smith 1991) associée à l’interprétation des phrases qui contiennent une forme de parfait. C’est ce qu’en ont retenu les auteurs dans leur analyse du parfait : « With Reference Time, all sentences have a locus from which the situation talked about is presented. » (Smith 1991).

15Selon Reichenbach, c’est R qui reçoit toute détermination adverbiale temporelle ; ainsi, dans le cas du PP, en raison de la fusion entre S et R, cet adverbial ne peut être compatible qu’avec S, à savoir avec le présent d’énonciation, ce qui exclut des énoncés comme Chris has arrived yesterday. De la même façon, en raison de la fusion entre E et R pour le Prét., celui-ci est forcément déterminé temporellement puisque R et E sont confondus et que E est forcément passé, d’où la possibilité d’utiliser des adverbes de temps comme yesterday, two years ago.

16Cette notion de R comme médiateur entre E et S est intéressante, mais en tant que principe explicatif du PPP, elle nous semble connaître ses limites. En effet, le principe : « pour le PP, R fusionne avec S, donc seul un adverbial compatible avec S est possible » n’explique pas pourquoi des énoncés comportant des adverbiaux révolus non spécifiques tels que long ago ou in the past sont recevables avec le PP. Le système de Reichenbach relève, à notre sens, d’une problématique qui laisse trop de place au paramètre strictement temporel. Tout en gardant ces trois points, la littérature récente s’est employée à donner plus de substance à ce point R.

2. 2. Klein et le « Topic Time » ; Declerck et le « Temporal Focus ».

17W. Klein conserve le système de Reichenbach, mais il remplace R par ce qu’il appelle le « Topic Time ». Il analyse les énoncés suivants :

(18)

What did you notice when you checked the cellar?

a) The door was open ; b) The door was wooden. (Klein 1992)

18L’observation de ces exemples justifie la nécessité de poser trois coordonnées temporelles : E (le temps de la situation décrite), S (le temps de l’énonciation) et le « Topic Time », qui, dans (18), est cet instant auquel le locuteur asserte qu’au moment pris pour référence (en réponse à la question), la porte était ouverte ou en bois. C’est cela qu’il appelle « Topic Time » :

[TT is] the time at which a claim is made. […] The TT is the time span to which the claim made on a given occasion is constrained. […] Tense does not mark the relation between the time of utterance and the time of the situation, but rather the relation between the time of utterance and the topic time. (Klein 1992).

19On trouve la même analyse chez R. Declerck(2003), qui ne parle pas de TT mais de « temporal focus » (TF).

The speaker’s choice of tense to locate a situation in time may depend not only on the actual temporal location of the situation (relative to T°) but also on the speaker’s choice of ‘temporal focus. (Declerck 2003)

20Klein fait reposer l’élucidation du PPP sur le principe qu’il nomme « p-definiteness constraint ». Pour l’auteur, le Prét. marque une série d’intervalles temporels plus ou moins longs qui tous précèdent S, qui peuvent eux-mêmes se précéder, se suivre ou être concomitants ; le Prét. n’est pas « p(osition)-definite » (ce qu’illustre (18)). Ce sera précisément le rôle d’un adverbial ponctuel -spécifique de rendre le Prét. « p-definite ». Le présent et le PP sont, eux, par définition
« p-definite » : ces deux formes désignent un ensemble d’intervalles qui ne peuvent ni se précéder ni se suivre considérés d’un point de vue (TT) unique (S ou T°).

21L’exemple suivant :

(19)

John has been in Pontefract.

  • 6 Exemple et glose de Klein 1992.

reçoit la glose : « it is true of one or more unidentified times prior to the deictic zero-point that John was in Pontefract at that time / those times6» Klein pose le principe de « p-definiteness constraint » dans les termes suivants : « In an utterance, the expression of TT and the expression of TSit (= E) cannot both be independently p-definite. » (Klein 1992 : 546) Ce principe relève de la pragmatique. Ainsi, si (20) et (21) désignent une même réalité, (21) n’est pas énonçable :

(20)

Yesterday, Mary came to Chris’s office at seven. But Chris had left at six.

(21)

*At seven, Chris had left at six.

22Dans (20), l’adverbial at six spécifie E (le départ de Chris) sans problème. C’est le contraste entre les deux événements la venue de Mary à 7 h et le départ de Chris à 6 h qui rend la suite acceptable. (21), en revanche, est vrai mais non énonçable car il donnerait l’impression qu’à un autre moment de la journée d’hier (par exemple, à sept heures), il n’était pas vrai que Chris était parti à six heures. Il est pragmatiquement absurde de donner une spécification explicite du départ de Chris à sept heures, d’induire un contraste consistant à souligner qu’à sept heures il était parti à six heures, de sélectionner une autre heure de la journée d’hier après six heures, puisqu’à six heures il était déjà parti. Ce que nous dit Klein ici est le fait qu’un adverbial temporel spécifique n’a pas pour simple fonction d’informer sur un moment passé / une heure passée, etc., mais d’effectuer une assertion concernant ce moment / cette heure, en contraste avec une autre possible « The explicit specification of some time span only makes sense if some other possible time spans are thereby excluded » (Ibid. : 544). C’est ce qui explique le PPP. Un énoncé comprenant un PP comme :

(22)

*Chris has left at six.

  • 7 Glose de Klein 1992.

n’est pas recevable car s’il est vrai que Chris est parti à six heures, alors pour tout moment à compter de six heures, il est de toute façon parti (in the poststime of leaving at7). Donc il est absurde de sélectionner le moment présent (S) et de restreindre la validité (restrict the claim) de l’événement du départ de Chris à ce moment. L’événement Chris leave at six est p-definite, le PP l’est aussi car il est spécifié explicitement par le morphème de temps présent « has ». Deux -expressions qui sont p-definite n’induisent pas de contraste suffisant. C’est comme si on énonçait :

(23)

At the present time Chris has left at six.

23Le PP trouve ainsi sa résolution d’après une contrainte pragmatique plus générale que Klein résume ainsi : « a reasonable contrast is required if an utterance is to make sense » (Ibid. : 551). Cette idée d’un contraste nécessairement informatif de l’adverbial est cruciale car on glisse d’une problématique de la temporalité à celle de l’assertion. Klein nous invite à nous poser la question : « Qu’est-ce qui est asserté exactement au moyen d’une forme de PP et / ou Prét. ? » Et surtout, comment montrer que le PP est « p-definite », c’est-à-dire marque un événement stabilisé ? C’est là où il faut prendre en compte d’autres paramètres, dont celui de l’aspect.

3. La piste aspectuelle

24Voici la définition que propose C. Smith (1991 : 146) de la « construction parfaite » :

Perfect constructions have a characteristic set of temporal location and aspectual values, and appear in many languages […]
a- the situation
precedes Reference Time.
b- the construction has a
resultant stative viewpoint.
c- a special property is ascribed to the subject, due to participation in the situation

  • 8 Nous ne nous attardons pas sur le critère c). Smith reformule ici l’idée qu’avec le PP, l’assertion (...)

25Le critère b) résume la position des tenants d’une lecture aspectuelle pour le PP : celui-ci construit un point de vue sur l’existence d’un état résultant pour le procès considéré8.

26Chez beaucoup d’auteurs, la conséquence de cet état résultant est que le PP a fondamentalement valeur de statif, d’état : « The main message of a PP construction […] is often that the past occurrence of the verbal situation is now a fact. » (Elsness 1997 : 72) Dans son analyse sémantique des phrases simples, qui repose sur l’interaction de différents opérateurs au terme d’une opération de quantification sur un événement, T. Parsons (1990) oppose un opérateur « Culminate » pour le Prét. à l’opérateur « Hold » pour le PP ; la phrase :

(24)

Caesar died

a comme forme logique : « For some event e, E is a dying, and the object of e is Caesar, and E culminated before now » (Parsons 1990), tandis que la phrase comportant le PP :

(25)

Mary has eaten the apple

reçoit l’analyse suivante : « For some event e, E is an eating, the agent of e is Mary, the theme of e is the apple, and E’s R-state holds now» (Ibid.). Selon l’auteur, avec le PP il existe un état correspondant à ce qu’il nomme « the state of e’s having cuminated » ; c’est cela qu’il considère comme l’état résultant de « e » [event] : e’s R-state. Dit plus simplement, la phrase, Mary has eaten an apple peut se gloser comme : « the state of Mary eating an apple as having terminated ».

27À ce stade de la démonstration, en tenant compte du paramètre assertif-temporel développé dans 2., nous pouvons proposer la glose suivante pour un énoncé au PP : l’énonciateur peut asserter, en S (qui est le TT), que tel événement est terminé / que tel événement a culminé et on se trouve dans l’état résultant correspondant. C’est là une glose qui se vérifie souvent pour le PP anglais, surtout dans des exemples faisant alterner une forme de PP et une forme de Prét. en séquence :

(26)

“Let me see,” Julia said; she attempted to dodge past her husband to the rucksack.

“No, Julia! Please!” Farrokh cried.

“Well, you saw it - I want to see it,” Julia said.

I don’t think you do,” the doctor said. […]

Well, there it is - you’ve seen it. Now get away!” said Dr Daruwalla, who was a little surprised that his wife had not recoiled in horror. (ASOTC)

(27)

John McSherry’s mother-in-law died yesterday afternoon. The funeral’s the day after tomorrow. It’s a bloody nuisance.”

McSherry was one of the doctors in his group. “But you don’t have to go to the funeral of McSherry’s mother-in-law.”

Wait a minute.” She heard the familiar irritation in his voice. “John’s wife is laid up, she has a heart condition, you know. Anyway, I offered to hold on here for three more days to let him get things squared away at home.”

“But why does it have to be you? What about Con Cullen, he could do McSherry’s work, couldn’t he?”

I’ve already offered to do it.” (TDSW)

  • 9 Dans des travaux antérieurs, nous avions métaphoriquement lié l’apparition du PP à une opération de (...)

28Cet aspect terminatif est ici souligné par l’incise there it is et l’adverbe already : l’événement introduit dans le discours de l’énonciateur au moyen du Prét. est dans un second temps confirmé par un PP9. Certaines langues illustrent de façon assez spectaculaire cette analyse aspectuelle du PP : en islandais et en swahili, par exemple, la forme qui correspond à cet opérateur aspectuel PARFAIT est un morphème issu du verbe finir :

(28)

Tumeagiza meza kwa watu wanne

renvoie à l’idée que nous avons réservé une table pour quatre personnes (l’infixe me marque le passé révolu).

(29)

Mmeshachagua chakula ?

signifie : avez-vous déjà choisi les plats ? (le morphème du parfait est me-sha, me marquant le passé et « sha » étant une forme contractée du verbe -isha « finir ». (29) est donc directement glosable par : As-tu fini-de-choisir les plats ?)

29En islandais, la périphrase qui marque l’aspect parfait est constituée du verbe être vera’ + une forme adjectivale buinn (prêt, fini, qui s’accorde avec le sujet) + une particule ath + l’infinitif du verbe :

(30)

Börnin eru buin ath lesa.

The children have read / ‘are finished’ reading.

30Ce composant aspectuel terminatif lié au PP peut contribuer à expliquer le PPP. Comme le PP souligne un état terminé faisant l’objet d’une énonciation stabilisée en T°, énoncer *Mary has eaten an apple yesterday est au mieux redondant, au pire contradictoire pour deux raisons :

31a. la première tient à l’aspect : si l’événement Mary’s having eaten the apple est, de façon programmatique, déjà un passé notionnel, il devient inutile de souligner que cet événement a eu lieu hier puisque c’est inscrit dans la forme.

32b. la seconde tient au temps tel qu’il a été défini en 2. : l’adverbial yesterday, révolu et spécifique-déictique, inclut d’emblée une sélection (c’est le « Topic Time ») sur un paradigme temporel, donc une assertivité (hier est explicitement le jour qui n’est pas aujourd’hui) qui est contradictoire avec l’état stabilisé dénoté par have + V-en.

33La p-definiteness constraint de Klein et l’explication aspectuelle fournie ici se rejoignent. Il ne faut cependant pas en rester là. Ce fonctionnement aspectuo-temporel particulier du PP a d’autres conséquences, que résume J. Lecarme. Voici ce que l’auteur dit à propos du parfait dans les langues qui connaissent un parfait périphrastique utilisant un auxiliaire au présent :

The interpretation that the consequent state of a core eventuality holds at the time of the utterance (TU) translates in the modal domain as the interpretation that the consequences or results of p, the core proposition, are known to the speaker. (Lecarme 2003)

34Ceci nous conduit à explorer la piste modale et à parler des théories plus récentes liées à l’évidentialité.

4. Le PP et le domaine modal évidentiel

35Comme nous le faisons ici, de nombreux travaux insistent sur la polysémie des temps et s’efforcent de rendre compte de la prise en charge des effets de sens temporels, aspectuels, modaux et médiatifs dans le cadre d’une unique représentation sémantique. P. Caudal et C. Vetters (2003) déclarent : « […] Les temps ont pour nous une sémantique de nature polyfonctionnelle, qui inclut des facettes temporelles, modales, et évidentielles, notamment. » De nombreuses langues ont dans leur morphologie verbale, parfois même nominale, des marqueurs d’évidentialité, c’est-à-dire que les morphèmes temporels peuvent prendre des valeurs évidentielles (visible / non visible, présent / absent) liées à la perception directe du locuteur (Lecarme 2003 : 177).

36Nous allons tenter de démontrer cela, en présentant à la fois des arguments interlingues et intralingues.

4. 1. Arguments interlingues

37Dans beaucoup de langues, l’opérateur parfait a une valeur clairement épistémique / évidentielle. L’islandais possède un PP composé d’avoir + un supin qui, non accompagné d’un adverbial de temps, a une valeur proche du PP anglais :

(31)

Hann hefur aldrei farith til Parisar.

He has never been to Paris (but may go some day) (Bjarnason 1998 : 100-101)

38Mais lorsque ce PP entre en cooccurrence avec un adverbial de temps ponctuel, il reçoit étonnamment une valeur modale épistémique :

(32)

Jon hefur farith klukkan fjögur.

Jon is thought to have left at four.

39A. Giorgi et F. Pianesi proposent la glose suivante pour cet exemple : « According to the available evidence, John probably left at four » / « According to what I know, John left at four » (Giorgi et Pianesi 1997 : 119-120).

40Pour énoncer le simple fait que Jon est parti à quatre heures, il faut employer le Prét. :

(33)

Jon for klukkan fjögur.

Jon left at four.

41Mais il y a encore plus intéressant. En turc et en somalien, le critère de l’évidentialité (événement décrit visible / non visible ; locuteur présent / absent) fait partie de la définition même des formes de parfait. Le turc connaît deux parfaits : le parfait de constatation (marqué par l’infixe -di) et le parfait de non constatation (-mis). Le parfait en -di « exprime le résultat acquis d’une action ou d’un processus constatés par celui qui parle ou écrit. » Le parfait en – mis « exprime le résultat acquis d’une action ou d’un processus non constatés par celui qui parle ou écrit. Ce parfait exprime aussi un résultat inattendu. » (Bazin 1978 : 78-80)

(34)

Bir kiz dogur-du

elle a mis au monde une fille (dirait la sage-femme présente)

(35)

Bir kiz dogur-mus

elle a (ai-je appris) mis au monde une fille.

42En somalien, le temps est un trait qui s’attache aux verbes et aux noms. Le passé est réalisé par le morphème -ii. Dans les deux exemples suivants, -ii a une utilisation temporelle classique :

(36)

Qabqabasha-dii

shalay

Pl-arrest-detF.past

yesterday

(yesterday’s arrests)

(37)

Xaashi-dii

yarayd

ee

caddayd

(buu keénay)

Paper-detF.past

small.past.f

and

white.past.f

(he brought)

(He brought the small white sheet of paper.)

43Mais la morphologie en -ii a également très souvent une utilisation évidentielle :

(38)

Qalinkay-gii

méeyey?

Pen.m.poss1S-detM.past

Q.is.ms?

(Where is my pen?)

-ii indique que le stylo n’est pas dans le champ de vision de l’énonciateur à T°, même si celui-ci sait que le stylo est présent, caché.

(39)

Deera-da

miyaad

arkeysaa ?

Gazelle-detF

Q.2S

sqee.prog.2s.pres

(Do you see the gazelle?)

44Ici, au contraire, l’absence du morphème passé -ii indique que l’énonciateur voit la gazelle au moment où il pose la question.

45Certains exemples ont un air très familier pour qui a lu la littérature sur le PP anglais :

  • 10 Tous ces exemples sont extraits de Lecarme 2003 : 284-291.

(40)

Bandhig-gii

maad

daawatay?Did you see the exhibition?

Exhibition-detM.past

Q.2S

saw

(Do you see the gazelle?)

(41)

Bandhig-ga

maad

daawatay?

Exhibition-detM

Q.2S

saw

(Have you seen the exhibition?10)

  • 11 Iatridou 2000 [cité par Lecarme].

-ii en (40) indique que le locuteur pense que l’exposition est terminée à T°; son absence en (41) signifie que le locuteur croit qu’elle a toujours cours. Les traductions en anglais sont parlantes. J. Lecarme et S. Iatridou11 développent à partir du somalien une théorie intéressante sur le trait [past] : « [In Somali], the “past morphology ‘removes’ the DP from the time or world of the utterance.’ […] [past] functions as an exclusion feature » (Lecarme 2003 : 292). S. Iatridou résume sa théorie du temps par cette formule :

Tx excludes Cx (T est mis pour topic : the times of worlds we are talking about ; C est défini comme the time / world that is the time / world of the speaker). The variable x ranges over times or worlds. (Iatridou 2000)

46Lorsque la variable a pour cible le temps, l’exclusion (passé) exprime une relation de précédence entre TT et TU. Lorsque la variable porte sur le monde de ce que sait l’énonciateur, [past] marque le fait que le topique dont il est question est exclu du monde de l’énonciateur (il y a en quelque sorte mise à distance de l’accès à la référence des DP, non accessible), the set of the speaker’s epistemically accessible worlds (Lecarme 2003 : 293).

47La question que nous nous posons est : peut-on se servir de cette notion d’évidentialité pour expliquer certains des emplois du PP anglais ? Peut-on appliquer ce principe pour rendre compte de certaines alternances entre PP et Prét. ?

4.2. Le PP anglais et l’évidentialité.

48Cette notion d’évidentialité (à comprendre dans le sens d’évidentialité épistémique, la somme des perceptions, connaissances, des présuppositions de l’énonciateur) apparaît en filigrane dans de nombreuses études sur le parfait. E. Benveniste considérait que « le parfait […] est le temps qui relate les faits en témoin, en participant» (Benveniste 1966, 1974, vol. II : 244).

49Pour D. Cohen, une des valeurs prises par les formes dites « progressive » et le parfait dans un grand nombre de langues est « une valeur implicative par laquelle le locuteur s’implique dans l’affirmation de cette relation [du sujet avec le procès] en la présentant avec un relief particulier » (Cohen 1989 : 131). Pour T. R.  Hoffman (1976), une phrase comportant l’infinitif parfait en surface était le résultat de transformations successives dont le produit initial comportait un passé. Sans entrer dans les détails de l’analyse, à partir de la phrase It is -believed that he left yesterday était obtenue, après application d’une opération de montée du sujet, la phrase finale He is believed to have left yesterday. L’auteur avait en outre perçu la lecture épistémique de ces énoncés, lecture qu’il avait tenté d’étendre à certains emplois courants du present perfect ; par exemple, dans la phrase :

(42)

Lions have been mammals for as long as I can remember.

50Il avait appliqué la glose suivante : « It has been true for me, as long as I can remember, that lions are mammals; I have known this truth for a long time ». Nous proposons de reprendre le terme d’évidentialité dans une acception plus large, comme signifiant prise en charge énonciative d’un énoncé contenant un PP, ce que l’énonciateur sait, voit, ce qu’il a pu déduire, etc., et pas nécessairement ce qu’il a vu ou pas vu directement. Peut-être a-t-on ainsi la clef du « point de -référence » ou « topic time » (R / TT) de Reichenbach et Klein : le PP implique une « antécédence nécessaire » sur laquelle s’appuie l’assertion, un repérage préalable. Dans cette optique, le PP réaliserait des traits [+ temps], [+ aspect] mais aussi [+ épistémique]. De nombreux exemples confirment cette analyse :

(43)

“Did you speak to her doctor?”

“Not personally. But she told me he’s only given her months to live, even with chemotherapy, and she’s refused that.” (PN)

(44)

As for Mrs Kawakami, although she will do her best not to allow the current mood to affect her, there is no denying she has been greatly aged by the war years. (AAOTFW)

(45)

The Jesuit bled profusely onto a pad of notepaper.

“Now, look, you’ve cut yourself…” Dr Daruwalla began.

It’s nothing,” the zealot said, but it was evident that the chair was beginning to make the man of God angry. (ASOTC)

51Le PP oscille entre un marqueur d’aspect terminatif (le point final de l’événement est souligné) et un marqueur d’évidentialité (chacun des énoncés se prête à la glose : « de toute évidence on peut dire que / on ne peut pas ne pas savoir que X »). Soit il s’agit de prendre à son compte l’assertion d’un tiers (ex. (43)), soit l’énonciateur fait part de sa propre déduction (ex. (44)), soit il fonde son assertion sur un observable direct (ex. (45)). Dans tous les cas, l’énonciateur peut asserter un état de fait car il y a un élément antécédent qui légitime cette assertion. C’est à notre sens cet élément antécédent qui constitue R, cet « événement » (pas forcément extralinguistique) sur lequel s’appuie le locuteur qui utilise un PP.

52Il est temps de conclure en rassemblant tous les arguments et paramètres exposés dans ce travail.

53Cette étude aura tenté de dégager deux idées force : d’abord, le paramètre temporel doit inclure une problématique d’assertion pour être opératif, et ensuite, le PP donne lieu, de par ses propriétés aspectuo-temporelles, à des inférences de type évidentielles. Le phénomène de PPP a servi de révélateur à ces paramètres, que nous rappellerons ici :

  • Le PP comporte d’abord un composant temporel qui fait de lui un marqueur d’assertion « p-definite » selon Klein : au point « S », qui est le présent, un événement (E) est considéré en dehors d’un paradigme temporel, si bien qu’un adverbe comme yesterday, qui ouvre d’emblée un paradigme temporel en étant le jour qui n’est pas aujourd’hui, est incompatible avec le PP.

  • Le PP comporte également un composant aspectuel : TT is in the posttime of E, nous dit Klein, c’est-à-dire que l’événement dénoté est déjà marqué comme passé. Dans ce cas, yesterday est inutile car il inclut un contraste non informatif : si l’événement a déjà eu lieu en T° (c’est le sens de have + V-en), il est inutile de souligner explicitement qu’il a eu lieu hier, car cela laisserait entendre qu’il existe peut-être un instant Tx entre hier et aujourd’hui auquel il n’a pas eu lieu, ce qui est absurde.

  • Enfin, cet état résultant acquis s’accompagne très souvent d’une inférence de type modal épistémique selon laquelle l’énonciateur a perçu l’événement et peut en témoigner car il l’a déduit et sait bien qu’il a eu lieu, etc : c’est le critère « évidentiel ».

54Cette reconnaissance de la polysémie fonctionnelle et sémantique du PP permet de rendre compte de nombreux problèmes non résolus, en tête desquels figure le choix de la forme verbale (PP ou Prét.) avec un adverbial de type today, this morning, incluant a priori T°. Les énoncés en contexte montrent qu’il faut opposer un today assertif, qui ouvre un paradigme temporel et induit un contraste (46), à un today dont le rôle est de souligner la validité de l’assertion considérée hors paradigme (47) :

(46)

Is it time to scale them [great expectations about the economy] down? That is stockmarket talk in American households and after weeks and months of sailing onwards and upwards that was Wall Street’s inclination today. The Dow Jones industrials lost almost 150 points by the end of the day. (ABC News, 27 / 04 / 98)

(47)

[le présentateur de la BBC commente la tempête qui s’est abattue le 29 / 01 / 02 sur le Royaume-Uni:]  It has been pretty extreme today.

55Un autre problème est ce que nous appellerons « la seconde PPP », correspondant aux cas où une forme de PP est reprise par un Prét. sans que n’apparaisse aucun adverbial temporel, comme dans :

(48)

“Well congratulations. You’re a guaranteed winner of one of three fabulous prizes. Have you ever won anything major before?”

“No, never,”

“‘Well, you have now.”

“Oh, my God. Are you kidding? ”

“No, it’s confirmed,”

“Are you sure? Okay, what did I win?”

“Either the Chevy Blazer, the Paris”…(MatchstickMen)

(49)

“ Oh, my red Rosaleen. […]

Would you give me life and soul anew,

A second life, a soul anew,

My Dark Rosaleen! ”

“You’re a gas man, ” she said, twisting about in sudden girlish merriment.

“No, it’s true. That’s what you’ve given me.”

“What did I give you?” she asked.

He struck a pose.

“A second life, a soul anew,

My dark Rosaleen!” (TMI)

56Le continuum entre temporalité et évidentialité s’avère utile : le Prét. semble choisi à la suite du PP car dans ces deux exemples, l’accès référentiel des DP (ici, les objets) se situe hors de la connaissance de l’énonciateur. Le marqueur -ed dans (49) semble indiquer que la référence du DP [that-something-you gave me repris par what] n’est pas accessible pour l’énonciateur 2, tandis qu’il l’était pour l’énonciateur 1, qui utilisait le PP. Il semble possible d’appliquer ici les conclusions de J. Lecarme et S. Iatridou sur le somalien : « Past morphology ‘removes’ the DP from the time or world of the utterance. […] [past] functions as an exclusion feature » (Iatridou 2000). C’est là une piste de recherche à poursuivre.

Annexes

Abréviations des sources

AAOTFW Ishiguro, K., 1986, An Artist of the Floating Worlds, Londres, Faber & Faber.

APFOM Irving, J., 1989, A Prayer for Owen Meany, Londres, Corgi.

APVOH Ishiguro, K., 1982, A Pale View of Hills, Londres, Faber & Faber.

ASOTC Irving, J., 1994, A Son of the Circus, Londres, Corgi.

BF Cornwell, P., 2003, Blow Fly, New York, Time Warner.

CH Moore, B., 1983, Cold Heaven, Londres, Paladin Books, Flamingo.

ICPUG Electronic Journal, article 6, volume 1, number 3.

PN Lodge, D., 1991, Paradise News, Londres, Secker & Warburg.

TCOB Moore, B., 1987, The Colour of Blood, Londres, Paladin Books,Flamingo.

TDSW Moore, B., 1976, The Doctor’s Wife, Londres, Paladin Books, Flamingo.

TMI Moore, B., 1979, The Mangan Inheritance, Londres, Paladin Books, Flamingo.

Notes

1 Exemple cité par Elsness 1997.

2 Exemple cité par Erades 1956.

3 Exemple cité par Poutsma 1926.

4 Exemple cité par Klein 1992.

5 Exemples tirés de Klein 1992.

6 Exemple et glose de Klein 1992.

7 Glose de Klein 1992.

8 Nous ne nous attardons pas sur le critère c). Smith reformule ici l’idée qu’avec le PP, l’assertion concernant l’événement doit être distinguée de celle du sujet. Effectivement, les constructions parfaites reçoivent très souvent un sens expérientiel (le référent du sujet a l’expérience d’avoir fait […] et il existe une contrainte pragmatique forte sur l’emploi d’un PP telle que le référent du sujet doit être en mesure de recevoir cette propriété de participation. Ainsi, si le référent du sujet est mort, le PP est apragmatique ; Chomsky avait largement commenté cette contrainte au moyen d’énoncés comme Einstein has lived in Princeton.

9 Dans des travaux antérieurs, nous avions métaphoriquement lié l’apparition du PP à une opération de type épuisement de visée pour le programme prédicatif ; cette formulation nous avait été suggérée par C. Delmas.

10 Tous ces exemples sont extraits de Lecarme 2003 : 284-291.

11 Iatridou 2000 [cité par Lecarme].

Auteur

Eric Corre est maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, il s’intéresse plus particulièrement aux problèmes de temps et d’aspect dans le domaine verbal. Il est l’auteur de huit articles et d’un ouvrage : Le Present Perfect – Approche Linguistique (Éditions EMA, 2001). Il participe aux travaux du centre de recherche AELA (Analyses en Linguistique Anglaise Paris 3) et de l’équipe EA 3980 de Paris 3.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540