Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et configuration syntaxique

à propos du sémantisme des termes introducteurs de subordonnées interrogatives

Laetitia Leonarduzzi

Résumé

Leatitia Leonarduzzi reminds the reader that not all verbs select the same complement types. The aim of her paper is to study the semantics of various classes of verbs introducing subordinate interrogative clauses, and to investigate whether these verbs have common semantic properties (in which case there would be no need for any specific mention in the lexicon of what type of clausal complement a predicate selects). She tries to show that all the verbs introducing interrogative clauses are (partly at least) abstract verbs requiring a complement expressing information (which is represented by the interrogative clause). The interrogative clause can then be said to be required by the semantics of the introducing verb. But several phenomena tend to prove that complement selection is also partly idiosyncratic.

Texte intégral

1Les verbes, c’est bien connu, ne se construisent pas tous avec le même type de complément (cf. Grimshaw 1979 « predicates do not occur indiscriminately with all complement types. »). Si l’on considère les compléments propositionnels, certains verbes vont par exemple prendre des propositions interrogatives, et d’autres des propositions en that. C’est ce que montrent ces exemples de Bresnan (1970) :

(1)

We inquired / *believed whether she was here.

(2)

We believed / *inquired that she was there.

2Nous pouvons dire que les prédicats sélectionnent un type sémantique de complément. La notion de sélection s’applique non seulement au complément, mais également au sujet. Le lexique devra-t-il alors contenir des informations sur le type sémantique de complément (ou de sujet) propositionnel qu’un prédicat peut prendre ? Pas nécessairement. En effet, ces précisions ne sont néces-saires que s’il s’agit de propriétés idiosyncratiques. Dans le cas contraire (si, par -exemple, on peut trouver des propriétés communes à tous les termes introducteurs d’interrogative indirecte ou de propositions en that), il n’y a pas besoin de spécifier dans le lexique si tel verbe prend tel type de subordonnée : ce seront des principes généraux qui nous le diront.

3Nous nous demanderons ici s’il est possible de trouver un point commun à tous les prédicats introducteurs de subordonnées interrogatives, ou bien s’il s’agit d’un phénomène idiosyncratique.

1. Le sémantisme des termes introducteurs

4Je voudrais montrer dans cette partie que les termes introducteurs de subordonnées interrogatives requièrent de par leur sémantisme même ce type (sémantique) de subordonnée.

5Mais avant de nous pencher sur les subordonnées interrogatives, comparons la distribution des interrogatives et des relatives libres :

(3)

I know what he knows (relative libre ou interrogative)

(4)

I asked him again what I had already asked him two days before.

(5)

I asked him whether he wanted to come.

(6)

I believe what he said.

(7)

*I believe whether he was here.

(8)

I gave him what I had bought for him.

(9)

*I gave him whether he wanted to come.

6D’après ces exemples, il semblerait que l’interrogative soit beaucoup plus contrainte par le type de verbe qui l’introduit que la relative libre. C’est bien de cette façon que les Learner’s Dictionaries envisagent les interrogatives puisqu’ils mentionnent de façon systématique si un verbe prend une subordonnée interrogative, tandis que rien n’est mentionné dans la plupart des cas pour les relatives libres.

7Les termes introducteurs de subordonnées interrogatives ont-ils un sémantisme commun ? Quel sera le rapport entre la subordonnée interrogative et le terme introducteur ?

1. 1. Les verbes de questionnement

8Si nous envisageons pour commencer les verbes de questionnement, leur lien sémantique avec une subordonnée interrogative semble clair. Un verbe de questionnement est un verbe qui, étant directement en relation avec la notion de question, aura besoin d’un complément évoquant lui-même une question. Prenons l’énoncé I asked him what he thought of the problem. Ici, la subordonnée what he thought of the problem correspond à la question posée, et est à ce titre le complément attendu de ask. Il en ira de même de verbes tels inquire, wonder, ponder. D’autres verbes sont directement en rapport avec la notion de question. Il s’agit par exemple de guess, dont voici la définition : « [to guess] 1. Try to answer a question or make a judgement about something without having all the necessary facts, so that you are not sure whether you are correct » (Longman). C’est encore une fois un terme qui nécessite comme complément une proposition exprimant précisément une question. Dans Guess who phoned, l’interrogative who phoned représente la question exigée par le sémantisme de guess.

9Si nous prenons enfin les verbes de discussion (discuss, debate, examine, investigate, etc.), ils nécessitent eux aussi un complément renvoyant à une question. Encore une fois, s’il y a un complément à ces verbes, celui-ci exprimera la question débattue, et il s’agira du complément naturellement attendu par le verbe.

(10)

We’re here to discuss what we can do to prevent crime. (LONG)

(11)

The two sides debated whether to raise taxes. (MACM)

(12)

We need to examine how an accident like this can be avoided in the future. (CAMB)

10Dans ces cas là, nous pouvons bien dire que la subordonnée interrogative est requise par le sémantisme du verbe qui l’introduit.

11Mais les verbes de questionnement ou qui sont dans un rapport plus ou moins direct avec la notion de question ne sont pas les seuls à pouvoir prendre une subordonnée interrogative. C’est le cas également de verbes tels que know, understand, et bien d’autres. Peut-on trouver un trait commun à ces termes, qui expliquerait leur emploi avec une interrogative ?

1. 2. Des verbes abstraits

12Tous les verbes introducteurs de subordonnées interrogatives (exception faite des verbes de discours rapporté et des verbes de discussion) ont en premier lieu un sémantisme (au moins en partie) abstrait, c’est-à-dire qu’ils renvoient à un processus ou un état non directement observable ou perceptible par les sens. Des verbes tels que give ou take, par exemple, n’accepteront jamais d’interrogatives indirectes parce qu’ils ont un sens uniquement concret. Par opposition, des verbes tels que know, understand, doubt, find out décrivent un état ou une attitude intellectuelle (abstraite) et nécessitent un complément de type abstrait.

13Certains verbes ont tantôt une acception concrète et tantôt une acception abstraite. Lorsqu’ils sont suivis d’une subordonnée interrogative, ils auront obligatoirement leur sens abstrait tandis qu’ils renverront à quelque chose de concret s’ils sont suivis d’un simple groupe nominal ou d’une relative libre. C’est le cas de discover : il prend le sens abstrait de find out lorsqu’il est suivi d’une interrogative (we haven’t yet discovered who has stolen the diamond = we don’t know / we haven’t found out), et le sens concret de find lorsqu’il est suivi d’une relative libre (I discovered what I was looking for in my drawer = I discovered (found) my watch in my drawer). On remarquera que le changement sémantique s’accompagne d’un changement de structure du verbe (schéma à quatre places avec un attribut de l’objet dans le deuxième cas). Le complément est alors nécessairement concret, et la subordonnée interrogative est a fortiori impossible.

14Que dire alors des verbes de mesure, tels measure, time, test, qui prennent aussi des subordonnées interrogatives ? Ils semblent a priori concrets. Mais si l’on regarde les définitions de ces termes, on s’aperçoit qu’ils sont tous liés à find out ou à find dans son sens abstrait (définitions du Longman) : to measure : « to find the size, length, or amount of sth… » ; to time : « to measure how fast, someone or something is going, how long it takes to do something, etc. » (ce qui nous renvoie donc à la définition de measure) ; to test : (syn. Find out) « to examine something in order to find out something about it » ; to calculate : « to find out how much something will cost, how long something will take etc, by using numbers ». Nous voyons donc encore une fois que tous ces verbes ont en fait un sens en partie abstrait. Voici des exemples avec des subordonnées interrogatives :

(13)

All this knowledge allows the program to calculate which word is most likely to have come out of the mouth of the speaker given the input sound. (PINK 187)

(14)

Then he would measure how many steps he would have to take to run along all the high roads. (AND 32)

(15)

Then he timed how long it took them to say whether the two matched. (AM 206)

(16)

The train has been sent on the bridge to test whether it was safe. (L 257)

15Les verbes de perception, quant à eux, peuvent avoir un sémantisme en partie concret lorsqu’ils sont suivis de subordonnées interrogatives ; mais ce sens concret n’ira jamais jusqu’à occulter une acception également abstraite. Ainsi, si je dis He leant out of the window to see who it was / whether the gate was open, see n’a pas uniquement le sens concret de « voir de ses yeux » (on ne saurait d’ailleurs remplacer who par the person who), mais exprime également, en combinaison avec l’interrogative, une abstraction. Ici, l’interrogative correspond à une question (who is it? / Is the gate open?) que se pose le sujet syntaxique, et le verbe de perception exprime le moyen de répondre à cette question (la vue). C’est en se penchant pour regarder qu’il saura qui est au portillon / si le portillon est ouvert. See pourrait alors être paraphrasé par know by seeing, où l’on voit clairement ressortir le sens abstrait.

16Voici donc une première caractéristique commune aux termes introducteurs de subordonnées interrogatives : ils ont (presque tous) un sens abstrait. Mais tous les verbes abstraits ne prennent pas pour autant des subordonnées interrogatives. Ainsi des verbes d’opinion (cf. *We believed whether John was here), de préférence (*I prefer whether he will come) ou de sentiment (?I fear who it might be). Quelles autres propriétés communes peut-on alors trouver aux termes introducteurs de subordonnées interrogatives ?

1. 3. Des verbes en relation avec la notion de contenu informationnel

17Poser une question, c’est avant tout demander / chercher à obtenir une information. Les verbes introducteurs de subordonnées interrogatives nous semblent tous compatibles non seulement avec la notion de question, mais aussi avec la notion plus générale d’information. C’est ainsi le cas tout d’abord des verbes cognitifs ou qui expriment une activité ou une attitude intellectuelle mettant en jeu la connaissance : know, be (un)clear, be obvious, doubt, learn, understand, grasp, find out, realize, etc. Ces verbes nécessitent pour complément une proposition exprimant un contenu abstrait représentant une information. Un énoncé comme I don’t know who he is pourrait se paraphraser par « je ne connais pas la valeur de who ; je ne possède pas cette information ». Une phrase contenant une subordonnée interrogative met en exergue le mot en wh-, et parle de sa valeur.

18La notion d’information / connaissance est fondamentale avec l’interrogative, et d’ailleurs les verbes de connaissance sont pleinement « cognitifs » lorsqu’ils sont accompagnés d’une interrogative, alors qu’ils changent de sens accompagnés d’un syntagme nominal. Nous prendrons seulement pour exemple le verbe know, qui nous semble bien mettre en évidence les relations entre le sens du verbe et la subordonnée interrogative. S’il est suivi d’une interrogative, il se traduira par « savoir », tandis qu’accompagné d’un SN, il se traduira par connaître au sens de faire l’expérience de. Dans le premier cas, c’est à proprement parler un verbe de connaissance. Do you know when it happened? veut dire sais-tu quand ça s’est passé, peux-tu le dire ? / connais-tu la valeur de when ? Par contre, Every cat owner knows the moment when a pet approaches a new dish of food, sniffs it, and then stalks off without taking a bite (Brown) veut dire que chacun en a fait l’expérience, chacun connaît ce moment. Know ne veut plus dire savoir. Ce n’est plus un verbe cognitif.

19La subordonnée interrogative semble bien ici liée au sens du verbe introducteur. Un verbe de connaissance nécessite comme objet une proposition renvoyant à un contenu abstrait, et ce contenu est en l’occurrence fourni par l’interrogative elle-même (une autre possibilité étant une proposition en that).

20Les verbes de communication impliquent eux aussi la notion d’information et de contenu abstrait. Dire quelque chose, c’est donner une information. Le complément des verbes de communication devra exprimer cette information. C’est ainsi que les interrogatives sont compatibles avec ce type de verbe :

(17)

Did he tell you whether he would come?

(18)

John was reluctant to inform us of where he got the money. (Quirk 1985)

(19)

Could you please suggest to the visitors which museums to visit? (Quirk 1985)

21(17) peut se paraphraser par « t’a-t-il donné la valeur (positive / négative) de la relation prédicative ? » ; (18) par « il rechignait à / était peu disposé à nous révéler la valeur / la référence de where. ». Enfin, en (19), l’énoncé équivaut à « Pouvez-vous donner aux visiteurs cette information (ce conseil) ».

22Les verbes d’importance et d’intérêt sont également révélateurs du sens de l’interrogative et de son rapport étroit avec le sémantisme du verbe enchâssant. Prenons l’exemple suivant :

  • 1  Les exemples avec care / matter if / whether peuvent également s’analyser comme circonstanciels.

(20)

I don’t care if he wears eyeglasses1.

23Le verbe care exprime ici l’intérêt que l’on porte ou non à un fait. Que nous dit la phrase ? Elle nous dit que pour le sujet syntaxique, la valeur positive ou négative de la relation prédicative <he - wear eyeglasses> n’a aucun intérêt. C’est une information qui ne l’intéresse pas. De même avec des exemples en no matter, mind, etc. Ces verbes indiquent si le sujet syntaxique a ou non un intérêt pour une quelconque information ou question.

24Nous pouvons donc dire que la subordonnée interrogative exprime un contenu abstrait (une information) nécessité(e) par le sens du terme qui l’introduit. Ce n’est d’ailleurs peut-être pas un hasard si les subordonnées interrogatives et les subordonnées en that partagent un certain nombre de termes introducteurs.

1. 4. Comparaison avec les subordonnées en that

25Si l’on compare les verbes compatibles avec les subordonnées interrogatives et ceux qui sont compatibles avec les propositions en that, on se rend compte en effet qu’une bonne moitié des termes introducteurs de subordonnées interrogatives introduisent également des propositions en that, et réciproquement. Quel peut alors être le point commun entre ces deux types de subordonnées ? Les propositions en that expriment, de même que les subordonnées interrogatives, un contenu abstrait. Il est intéressant à cet égard de comparer les définitions du dictionnaire en ce qui concerne that et what : That : « used after verbs, nouns and adjectives to introduce a clause which gives more information, a reason, an explanation, etc. » / What : « used esp. in indirect questions to talk about things or information. » (Longman)

26Ainsi, les verbes cognitifs, les verbes exprimant un état intellectuel, les verbes de communication, que nous avons déjà mentionnés pour la subordonnée interrogative, sont compatibles avec des subordonnées en that :

(21)

I knew he would not come.

(22)

I can understand that you are tired.

(23)

He told me that Jane was ill.

27Pour ce qui est des verbes de perception, nous pouvons faire les mêmes remarques qu’avec les subordonnées interrogatives : lorsqu’un verbe de perception est suivi d’une proposition en that, il prendra soit un sens abstrait (He saw that he was mistaken), soit un sens à la fois abstrait et concret. Dans :

(24)

When I came in, I saw that he was gone already

nous pouvons considérer que la vue (concret) est de nouveau un moyen de parvenir à une information (abstraite) : ce que j’ai vu m’a permis de conclure qu’il était parti. Nous avons donc ici affaire à un point commun entre les propositions interrogatives et les propositions en that. La différence tiendra à la façon de traiter ce contenu informationnel, mais nous ne nous attarderons pas sur ce point.

1. 5. Généralisation et limite

28Les termes acceptant des subordonnées interrogatives auraient donc pour point commun d’être compatibles avec la notion d’information / de contenu abstrait. Ceci dit, cette généralité se heurte à certains cas et, même si on peut trouver des règles générales, le phénomène semble en partie idiosyncratique.

2. Un phénomène en partie idiosyncratique

2. 1. Les subordonnées interrogatives

29a. Tout d’abord, nous pouvons constater que certains verbes de sens apparenté peuvent ou non selon les contextes syntaxiques prendre des interrogatives :

  • 2  L’énoncé est malgré tout possible en reprise contrastive : Well, you can’t but I can.

(25)

I can’t understand why she ever married him / I can understand why she married him.

(26)

I can’t imagine why she ever married him / (?) I can imagine why she married him.

(27)

I can’t think why she ever married him (Long) / *I can think why she married him2.

30C’est uniquement à la forme négative que think peut prendre le sens de understand.

31b. Certains noms et adjectifs ayant la même racine ne se comportent pas de la même façon vis-à-vis de leur compatibilité avec une interrogative. Ainsi de mystery et mysterious. Nous pouvons dire :

It’s a mystery who stole the book (= no one knows)

32Mais pas :

(28)

*It’s mysterious who stole the book.

33Or, certains adjectifs peuvent, de même que les noms correspondants, se construire avec une interrogative :

(29)

There was also uncertainty among experts as to whether it belonged to Picasso’s Blue or Pink period. (BNC)

(30)

It is uncertain whether the principle laid down in Regal (Hastings) covers this situation. (BNC)

34Si, avec mysterious, il est agrammatical de trouver la subordonnée en fonction sujet (extraposé), il est par contre tout à fait possible d’avoir une interrogative en modifiant la structure de la phrase, mais également le sens de l’adjectif :

(31)

He was mysterious about where he was going (OXF)

35Le sens de mysterious est ici « being secretive, saying little about ».

36c. Un phénomène similaire concerne des termes de sémantisme apparenté et qui ne se construisent pas de la même façon. Prenons interesting, essential, important, irrelevant, care, matter. Tous ces termes expriment l’intérêt / l’importance. Mais tandis que irrelevant, care, matter peuvent prendre des subordonnées interrogatives, ce n’est pas le cas des trois premiers adjectifs :

(32)

It’s irrelevant whether she is sixteen.

(33)

And our faith is not in our creed, vital though that is, important though it is, it does matter what we believe, but even more important than that, and foundational to that, it matters who we believe! (BNC)

(34)

Despite her hurt and outrage, Isabel knew she did care if fitzAlan lived or died. (BNC)

(35)

*(?) It’s interesting why he is here / whether he will make it out.

(36)

*(?) It’s important what he intends to do. (OK si relative : What he intends to do is important)

(37)

*It’s essential who he is / whether he will agree.

37Si l’on veut construire ces termes avec une interrogative, il faudra passer par l’emploi de know ou d’un autre terme cognitif:

(38)

It would be interesting to know who he gets it from. (BNC)

(39)

It’s important to know what a man likes. (BNC)

(40)

It is essential to decide now whether William or Charles will be the next king for the sake of the constitution. (BNC)

38Curieusement, l’emploi de ces adjectifs dans la première partie d’une clivée en what les rend plus facilement compatibles avec une proposition en interrogative:

(41)

What is interesting is whether the women were there ready to work because they were marginal to the existing structure […] or […] because they are actually more interested in being flexible, innovative and creative than in a tidy career track. (BNC)

(42)

What’s important is whether the intervention is in support of or against the state, how it is manifested and what its impact is. (BNC)

(43)

(?) What is essential is whether the intervention is in support of or against the state…

2. 2. Comparaison avec le français

39Nous pouvons ici faire une comparaison intéressante avec le français. En effet, il est bien connu que certains verbes se construisent en anglais directement avec une interrogative alors que leurs correspondants français doivent être étoffés, le plus souvent par l’ajout de « (pour) savoir ». C’est le cas de certains verbes de discussion :

(44)

They were discussing whether to go by see or by air

(45)

Ils discutaient pour savoir s’ils iraient en bateau ou en avion

(46)

?Ils discutaient de s’ils iraient en bateau ou en avion

(47)

*Ils discutaient s’ils iraient en bateau ou en avion

40Et de même qu’en anglais, la présence d’une clivée rend l’emploi d’une interrogative plus facile avec ces termes :

(48)

Fondamentalement on s’en fiche de savoir si tu as critiqué “avant” (avant quoi ?), ce qui est intéressant c’est si tu critiques maintenant. Non ? (Internet)

(49)

*Il est / C’est intéressant si tu critiques…  de savoir si tu critiques…

41Les verbes de perception prennent également plus facilement une interrogative en anglais qu’en français. Ainsi, le verbe to feel en anglais peut être accompagné d’une interrogative :

(50)

[Alice] ate a little bit, and said anxiously to herself “Which way? Which way?” holding her hand on the top of her head to feel which way it was growing. (LC 20)

42La traduction en français devra passer par l’emploi de pour savoir : « elle se tâta la tête pour savoir si elle grandissait ou rapetissait ».

43Ces exemples semblent de nouveau montrer que la complémentation est un phénomène en partie idiosyncratique.

2. 3. Comparaison avec les subordonnées en that

44Le rapprochement avec that est de nouveau éclairant, et va dans le même sens.

45a. En effet, certains verbes acceptent à la fois des subordonnées interrogatives et des propositions en that tandis que les adjectifs ou les noms correspondants ne prennent que des interrogatives. C’est le cas par exemple de to mention / a mention :

(51)

He didn’t mention who he was or why he was here.

(52)

He made no mention of who he was or why he was here.

(53)

He didn’t mention that he had found a job.

(54)

? He made no mention that he had found a job.

46Le dernier exemple redevient grammatical si l’on insère of the fact : He made no mention of the fact that he had found a job.

47La proposition en that est également possible dans un autre contexte syntaxique, si la subordonnée se trouve directement derrière le nom, en tant que complétive du nom :

(55)

The mention that I was journeying via Marseilles prompted him to warn me… (BNC)

48b. Certains termes de sens apparenté acceptent tantôt une interrogative et une proposition en that, tantôt seulement une proposition en that. C’est le cas des termes d’apparence :

(56)

It’s pretty obvious he’s crazy about you. (MACM)

(57)

It’s evident that there will be some job losses. (MACM)

(58)

It’s obvious who will win.

(59)

? It’s evident who will win.

49c. Un autre problème est soulevé par le verbe advise. Il peut prendre des interrogatives :

(60)

They advised him what to wear in the tropics

50En revanche, on ne pourra pas dire :

(61)

*They advised him that he should wear sunglasses

51Pour rendre l’énoncé grammatical, il faudra supprimer le complément renvoyant au bénéficiaire :

(62)

It was his doctor who advised that he change his job. (Cobuild)

52Or, il ne semble pas qu’il y ait de changement de sens du verbe d’un exemple à l’autre. Bresnan (1970) note le phénomène inverse avec le verbe tell :

(63)

Susie didn’t tell whether / *that they had eaten.

(64)

Susie didn’t tell us whether / that they had eaten.

53Nous pouvons dire que les termes introducteurs de la subordonnée interrogative ont pour la plupart un sémantisme abstrait et sont compatibles soit avec la notion de question, soit avec la notion plus générale de contenu informationnel. La subordonnée interrogative représente le contenu abstrait nécessité par le sémantisme du verbe.

54La complémentation des verbes introducteurs de subordonnée interrogative reste malgré tout un phénomène en partie idiosyncratique (puisque nous avons vu plusieurs cas qui ne peuvent s’expliquer par le sémantisme) qui nécessite certainement une mention spécifique dans le lexique.

Annexes

Abréviations

AM Aitchison J., 1989, The Articulate Mammal, Londres, Unwin Hyman.

AND Andersen, H. C., 1993, Andersen’s Fairy Tales, Wordsworth Children’s Classics, Londres, Wordsworth Ltd.

BNC Exemples tirés du British National Corpus.

CAMB Exemples tirés du Cambridge Advanced Learner’s Dictionary, Cambridge University Press, 2003,.

L Exemples empruntés à Larreya, P. et Rivière, C., 1999, Grammaire explicative de l’anglais, Longman.

LONG Longman Dictionary of Contemporary English, 3e édition 1995, Longman Dictionaries, 1978.

MACM Macmillan English Dictionary for Advanced Learners, Bloomsbury Publishing Plc 2002 / Macmillan Publishers Limited, 2002.

OXF The Oxford Advanced Learner’s Dictionary of Current English, 3e édition 1974, A. S. Hornby (éd.), Oxford U. P., 1948.

PINK Pinker, S., 1994, The Language Instinct, Londres, Penguin.

Notes

1  Les exemples avec care / matter if / whether peuvent également s’analyser comme circonstanciels.

2  L’énoncé est malgré tout possible en reprise contrastive : Well, you can’t but I can.

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Provence, elle s’intéresse particulièrement au domaine de la syntaxe. Auteur de divers articles sur l’interrogative indirecte et la relative libre, elle a notamment publié La Subordonnée interrogative en anglais contemporain (P. U. P., 2004). Elle participe aux travaux du CELA (Centre de Recherche en Linguistique Anglaise) et a collaboré à la publication d’un recueil d’articles en l’honneur de René Rivara. Elle poursuit actuellement ses recherches sur les structures disloquées.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540