Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et configuration syntaxique

Linguists went livid, but had to come clean

Quelques réflexions sur come et go en fonction de copule

Jean-Charles Khalifa

Résumé

Jean-Charles Khalifa’s paper is a corpus-based study of the pattern come / go + Adjective. On the basis of previous studies, and using a variety of tools ranging from cognitive linguistics to historical syntax, he shows that there is a heavy tendency for the path defined by go to be conceptualized as negatively oriented, versus positively oriented for come, hence the very peculiar distribution of adjectives with both verbs in his corpus. The author then goes on to show that, cross-linguistically, the pattern may well be universal.

Texte intégral

1La littérature sur les verbes-copule et la fonction de la copule est probablement aussi ancienne que la philosophie, nous n’avons nullement pour ambition de même l’effleurer. Nous nous poserons simplement quelques questions élémentaires, que nous illustrerons à l’aide d’une construction souvent qualifiée d’« idiomatique », celle qui associe en anglais come et go à des adjectifs.

2Rappelons tout d’abord quelques évidences à propos des adjectifs prédicatifs, en commençant en quelque sorte par la fin ; voici, en simplifiant, un aperçu de leur syntaxe en grammaire générative, dans les dernières versions minimalistes :

3L’évolution est importante et significative : l’adjectif prend directement un sujet, qui, exactement comme si on avait VP et non AP, « montera » en position [spec, TP] pour acquérir son cas nominatif ; la copule, de son côté, est fusionnée sous I avec les marques de temps et de personne. Nous reviendrons brièvement sur ce schéma ; notons d’ores et déjà deux corollaires intéressants : tout d’abord, la représentation rapproche conceptuellement l’anglais de langues comme le japonais où l’adjectif est, par nature, prédicatif, et prend, à l’exception de l’impératif, les mêmes marques morphologiques que le verbe. Nous reviendrons en dernière partie sur cette langue riche d’enseignements pour notre propos. Et en second lieu, on perçoit en filigrane que la fonction de la copule, à la limite, dans une langue morphologiquement pauvre comme l’anglais (ou le français), se réduit pour l’essentiel à celle de support des marques de temps, de nombre, de personne, etc. que, par nature, le terme à sa droite (NP ou A dans l’immense majorité des cas) est inapte à porter. On sait justement que, dans les variétés d’anglais où la copule est susceptible de s’effacer (voir inter al. Labov 1995), elle ne peut s’effacer que dans les cas non marqués, c’est-à-dire au présent, dans des contextes finis, en l’absence d’ellipse ou d’emphase, etc. Sans parler bien entendu des cas d’inversion interrogative ou autres.

[i]

Her mama ø / ‘s cool

[ii]

 / Be nice to your mama!

[iii]

You got to *ø / be nice to your mama

[iv]

They said he ø, and he *ø / is

4Dans ces conditions, il est permis de s’interroger sur les définitions traditionnelles des deux types de copule, celles dont le prototype est be, qui n’ont aucun poids sémantique et renvoient à la stativité, et celles dont le prototype est become, sémantiquement plus lourdes, et qui renvoient (en gros) à un changement d’état. Doit-on représenter ces dernières comme les premières ? Si oui, la question du poids sémantique n’aurait-elle qu’une importance relative ? Si non, y a-t-il un sens à nommer encore copule les verbes de la catégorie become ? Ou bien devons-nous poser la question différemment, en découplant la syntaxe de la sémantique ? Peut-on simplement dire que ce qui unifie les deux types de copule, c’est leur propriété de lier une propriété à un objet, ces deux derniers termes étant entendus au sens de Croft 1991 ?

51. Nous commencerons notre étude par tenter de définir les structures qui n’entrent pas dans son cadre, mais qui cependant vont nous permettre de mieux cerner les problèmes que nous souhaitons étudier ; considérons pour commencer les exemples (1) à (3) ci-dessous :

(1)

When Chick came, he came unarmed, which was lucky for him. (Jim Shepard, “The Gun Lobby”, in The Atlantic Monthly, April 2001)

(2)

We’ve come prepared,” I said, whipping one of my father’s handkerchiefs from my pocket. (Elizabeth Stuckey-French, “Mudlavia”, in The Atlantic Monthly, September 2003)

(3)

It wasn’t right, he declared, for her to go alone. (Anthony Doerr, ‘The Hunter’s Wife’, in The Atlantic Monthly, May 2001)

6Le critère élémentaire que nous pouvons raisonnablement nous donner est que go ou come sont ici de véritables verbes de déplacement. On peut par -exemple, entre autres tests, insérer dans (1) – (3) sans aucun problème entre le verbe et l’adjectif un constituant quelconque en fonction d’adverbial locatif : home, to your house, here, etc. En conséquence, on ne peut plus analyser l’adjectif postverbal que comme adjonction au NP sujet ; quel que soit le statut théorique de l’adjonction que l’on se donne, ou le statut de cet adjectif, que l’on peut aussi analyser comme proposition réduite (small clause), ce qui est important c’est que le verbe n’entretient pas de rapport syntaxique avec l’adjectif dans ce type de configuration. En revanche, les rapports sémantiques qui se construisent dans ce type d’énoncé sont plus complexes qu’il n’y paraît, et ne se réduisent pas à une simple juxtaposition-coordination : autrement dit, la glose n’est pas [NPi V] and [NPibe ADJ], mais quelque chose comme [NPibe ADJ] if / when [NPi V]. En d’autres termes, la validité de l’état auquel renvoie l’adjectif est limitée à la situation à laquelle renvoie NP come / go. Plus précisément, la structure ne nous dit rien de l’état habituel ou permanent du sujet grammatical, mais dit que, en tout cas, l’état en question est nécessairement vérifié dans la situation en question. On ne s’étonnera donc pas vraiment si ce type de construction ne peut fonctionner avec des adjectifs renvoyant, à contexte neutre, à des états permanents (*they came French, *he went tall, etc.). On est ici dans un cas s’apparentant par bien des aspects aux cas bien connus de subordination inverse dans les propositions en when : une inversion des rapports principale – subordonnée, la prédication « principale », celle qui fait avancer le récit, se trouvant dans ce qui est syntaxiquement la subordonnée (d’où l’étiquette parfois trouvée de « when de péripétie ») et vice-versa, comme en (4) ci-dessous :

  • 1 Tous les exemples suivis de références abrégées proviennent du British National Corpus (BNC).

(4)

I had just checked into the hotel and come down to the sunken terrace when I saw armed men running in a crouched position by the swimming pool. (AAB 326)1

  • 2 Bien entendu, la structure informationnelle de ce type d’énoncés joue également un rôle crucial en (...)

7Dans des cas comme (1) – (3), c’est en fait ce qui est syntaxiquement construit comme verbe principal qui fonctionne bel et bien comme un circonstant à valeur restrictive par rapport à un adjectif qui, inversement, se retrouve promu au rang de prédication principale2.

8Quelque peu différents, selon les critères que nous venons de définir, sont les exemples suivants :

(5)

On the planet Proton, all serfs went naked by order. (K97 5313)

(6)

My meals came free also, at the nearby cafeteria, and I had an hour off to walk around the town. (ADM 2031)

9où, si le test de l’adverbial locatif peut à la rigueur fonctionner (went along the streets naked / came to me free), il n’est pas franchement convaincant dans la mesure où il n’aboutit pas, contrairement aux cas précédents, à des énoncés très naturels. Et surtout, la glose en [NPibe ADJ] if / when [NPi V], liée au mécanisme de « subordination inverse » que nous avions dégagé, ne fonctionne absolument plus (*?all serfs were naked when they went /  ?my meals were free when they came) ; il s’agit bien ici, contrairement aux exemples précédents, de l’état permanent du sujet grammatical, et non d’un état limité à la situation à laquelle renvoie come ou go.

  • 3 À preuve : Sometimes they came alone, sometimes with a man in tow -- to foot the bill! (BMW 2630) ; (...)
  • 4 C’est sans doute une des raisons de la gêne éprouvée lorsque l’on tente d’insérer un constituant en (...)

10Il n’empêche que, là où finalement come et go peuvent dans des exemples comme (1) – (3) permuter sans aucun dommage3 autre que la référence déictique, il n’en est plus du tout de même en (5) et (6), où come naked ou go free, même s’ils n’ont en soi rien de monstrueux, n’auraient plus du tout la même valeur sémantique ni pragmatique. On en conclura que, dans ces deux derniers exemples, le verbe semble bien désormais entrer dans une relation aussi bien syntaxique4 que sémantique avec l’adjectif qui le suit. Dès lors, on peut soit faire comme si on avait affaire à un verbe « léger » (light verb), dont le rôle se limite à celui de support de marques morphologiques, soit s’interroger sur sa contribution sémantique : l’alternance went / were naked ou came / were free n’est en effet pas neutre, et en l’occurrence tout se passe comme si l’on avait, avec come / go, une sorte de commentaire que l’on appellera provisoirement appréciatif / modal sur la relation stative construite par be + adj. On se dirige ainsi tout droit vers la famille d’exemples qui va directement nous intéresser.

  • 5 Plus précisément, nous n’avons fait la recherche, pour des raisons qui apparaîtront infra, que sur (...)
  • 6 On s’empressera de rappeler les précautions d’usage en matière de corpus : dire par exemple que tel (...)

112. Pour cette étude, nous avons constitué un corpus des deux schémas5, come + adj et go + adj à partir du B.N.C. ; c’était un parti-pris de travailler à partir d’un corpus homogène afin de pouvoir comparer les deux verbes sur la même base6. Nous avons également travaillé à partir de dictionnaires, et en particulier de l’O.E.D qui présente l’avantage supplémentaire de fournir étymologies et dates des premiers exemples attestés dans la langue. Il n’était pas dans nos intentions d’entrer dans les détails de chaque combinaison V + ADJ répertoriée (ou pas), mais de dégager les mécanismes linguistiques sous-jacents au schéma étudié

  • 7 À titre de comparaison, les fréquences de come et go dans le B.N.C. sont respectivement de 1527 et (...)

12On ne peut manquer de noter la dissymétrie de fréquence entre les deux verbes : à partir du même corpus, et dans les mêmes conditions, nous avons trouvé 1333 exemples de go + adj, mais seulement 193 exemples avec come. Nous devrons entre autres nous interroger sur cette disparité7. Sans surprise, on constate que la gamme d’adjectifs trouvés avec come (une quinzaine) est très pauvre par rapport à celle qui s’associe à go, où l’on a recensé presque 80 adjectifs différents. Ce fait était déjà noté au passage par F. Visser (1963-73, I : 198) : « the coupling of come with an adjective is a matter of idiom rather than of syntax: it cannot be done ad libitum. » On verra qu’il n’est pas tout à fait vrai non plus que go puisse entrer librement en collocation avec n’importe quel adjectif, et que le problème n’est pas tant syntaxique que sémantico-pragmatique. On trouvera ci-dessous un tableau mettant en rapport les 5 adjectifs les plus fréquents avec chaque verbe :

Tableau n° 1

COME (193)

GO (1333)

alive

39 %

wrong

23 %

true

17 %

<colours>

14,5 %

good

12 %

mad (+ syn)

9,2 %

free

9,3 %

dead

4,5 %

loose

8,3 %

bankrupt

4,9%

13Bien sûr, ce qui frappe en premier lieu à la lecture de ces colonnes est la connotation positive ou négative associée aux adjectifs de part et d’autre. Et à ce stade, si l’on regarde un peu en arrière, on se souviendra que ces connotations étaient déjà repérables dans les exemples (5) et (6) supra. En effet, en (5) la nudité est vraisemblablement imposée comme une humiliation au sujet grammatical all serfs, et en (6) en revanche le sujet grammatical I est bien construit comme bénéficiaire de la gratuité des repas. Ceci à vrai dire n’a rien d’une grande découverte, de nombreux auteurs ont souligné ces données, à commencer par Jespersen :

Go and come with predicatives generally differ in that the former is used for things that are getting worse, and the latter for things that are getting better, cf. “it has gone wrong, but it will come right in the end”. (Jespersen 1927 : 386)

14On peut également citer l’étude classique de E. Clark, qui parle des usages « évaluatifs » de come et go :

the evaluative use of come implies that the person or event described has ended up in some speaker-approved or public-approved state. The evaluative use of go, however, is either neutral or negative in connotation: there is no particular approval attached to the final state. (E. Clark 1974 : 317)

et, plus récemment, P. Bourdin note, dans une étude consacrée exclusivement à go :

the various types of items and phrases with which go collocates are all characterized by the semantic feature of counternormativity. (Bourdin 2003 : 106)

15Par ailleurs, dans les définitions du grand O.E.D., on peut lire à l’entrée 44 de go : « To pass into a certain condition. Chiefly implying deterioration. » (les italiques sont les nôtres) ; en revanche, rien de symétrique n’est spécifié pour come : « To become, get to be (in some condition) » (entrée 25a).

16Même donc si ces faits sont globalement connus, nous avons cependant essayé de réexaminer ces énoncés, à la lumière de certains outils de la linguistique cognitive et de la linguistique de corpus.

  • 8 Voir cependant note 5. Nous n’avons pas fait tester chaque combinaison par un panel significatif d’ (...)

17Nous commencerons par examiner une catégorie d’adjectifs, dont les propriétés assez particulières peuvent nous fournir un point d’entrée à l’analyse. Il s’agit des adjectifs à préfixe négatif un-, dont le corpus montre qu’ils sont en fait invariablement de forme un + V-en (on ne trouve jamais8 dans ces schémas unable, unambiguous, unsound, etc.). Jespersen remarquait, à propos de cette catégorie (il s’agit de la suite directe de la citation 1) : « This, however, does not apply to -participles with un-, with which come is always used. » (Jespersen 1927 : 317)

  • 9 Même s’ils sont plus fréquents avec come en termes relatifs. Dans le corpus, on en recense 46 avec (...)

18En fait, l’examen du corpus montre qu’il convient de nuancer la remarque de Jespersen. Cette catégorie présente, entre autres particularités intéressantes, celle de s’associer avec les deux verbes9. Regardons les choses de plus près, en commençant par go :

(7)

The whole thing went undiscussed throughout 1982, though people had been trying to have it discussed since they came back from their holidays in 1981. (B0H 1620)

(8)

Things certainly look better than back in the late Eighties, when he went unemployed for nearly two years. (CD6 1541)

(9)

Sadly, our voice went unheard at the time. (AHK 29)

(10)

He played in 20 Test matches and his post-war service to Yorkshire included three years as Club president, a position he vacated sadly when he found his calls for moderation went unheeded at the height of the Boycott controversy. (A2Y 107)

19Ces exemples sont caractéristiques, au sens où tous ceux relevés dans le corpus sont du type où go est glosable par remain. Au plan syntaxique, il demeure bien copule (cf. supra), mais une copule du premier type, c’est-à-dire renvoyant à la stativité, à l’état et non au changement d’état.

20Nous nous trouvons donc devant une combinaison qui a priori peut apparaître comme une contradiction dans les termes : un verbe prototypique de mouvement, donc intuitivement associé au dynamisme, renvoyant à du statique. La contradiction n’est bien entendu que superficielle, dans la mesure où tout état, presque par définition, doit incorporer la persistance dans l’être, donc dans le temps. C’est ce trait de persistance qui, si l’on suit W. Croft (1991), est commun aux objets et aux propriétés, et qui est vraisemblablement à la base du passage métaphorique du domaine spatial pur (déplacement entre deux lieux, donc entre deux objets) à tous les emplois relevant peu ou prou du temporel au sens large, emplois dont nous allons voir qu’ils se laissent ordonner sur un continuum. Pour mieux comprendre, nous rappellerons certains outils de la grammaire cognitive pour analyser la façon dont le mouvement, dont on sait que go est le verbe prototypique, est conceptualisé.

21Dans le cadre cognitiviste (voir Radden 1996 et ses références bibliographiques), tout mouvement dans le monde physique peut faire l’objet d’au moins quatre représentations (schemata) différentes, en fonction de la partie du mouvement qui se trouve isolée / focalisée :

  • soit c’est le mouvement pur, dans son uniformité qui est profilé, et ce indépendamment de son point de départ ou de son point d’arrivée. C’est ce qui est symbolisé par le schéma (a), dit uniform motion ;

  • soit on va plutôt s’intéresser au mouvement en tant qu’il a été déclenché par une force indépendante. C’est le schéma (b), dit compulsion schema ;

  • soit on focalise sur une force indépendante qui dévie de sa trajectoire un objet mis en mouvement antérieurement. C’est le schéma (c), dit diversion schema ;

  • soit enfin c’est le point d’arrivée du mouvement, et donc sa fin, qui est profilée indépendamment du mouvement lui-même. C’est le schéma (d), dit termination schema.

22Un simple coup d’œil à ces schémas suffit à nous rappeler (voir entre autres Fillmore 1997, Groussier 1978) que come et go n’ont, contrairement à une opinion naïve mais courante, rien de symétrique. Seul le dernier (d) peut représenter come, mais les trois premiers peuvent correspondre à diverses utilisations de go. Si l’on applique cette grille d’analyse à nos énoncés, on s’aperçoit par exemple que, si (5), qui renvoie comme nous l’avons dit à un état permanent du sujet grammatical, relève du schéma (a), (7) à (10) relèvent quant à eux, et invariablement, d’une variation sur le schéma (c), que l’on pourrait représenter comme suit :

  • 10 En T.O.E., on l’analyserait vraisemblablement comme un décalage entre les plans QNT ( le constaté) (...)

23Autrement dit, c’est la bifurcation, le changement de direction, qui est construit comme désirable, attendue, souhaitée / table, etc. Ce qui est constaté, en revanche, est la perpétuation de la trajectoire, la persistance de l’état. On pourra vérifier directement que ce schéma de déviation10 laisse assez souvent en contexte des traces linguistiques : la concessive et le prédicat try en (7), l’adverbe appréciatif sadly en (9). Lorsque ces traces ne sont pas explicites, on peut tout de même très aisément les repérer par rapport aux connaissances partagées du monde : l’état construit comme désirable dans nos sociétés occidentales est <be employed> et non <be unemployed> ((8)), de même la modération ((10)) est socialement appréhendée comme la norme.

  • 11 Il peut être intéressant de noter (voir dernière partie sur la diachronie) que cette combinaison se (...)

24En revanche, la combinaison come + un-V-en ne donne quant à elle jamais ce type de valeur11 :

(11)

British Sugar but was forced to sell when it came unstuck with property deals in the US. (K5H 4514)

(12)

While we were still in the vestry, Oglethorpe’s shoe-lace came undone; he fell out of the row of us going up the steps, to fasten it. (HR6 2151)

  • 12 C’est cette valeur qui est glosée par ‘to turn out to be’ par Visser (1963-73 : 209).

25Ici, il s’agit bel et bien non pas de la persistance d’un état, mais d’un changement d’état. Car le cas de come est à la fois plus simple et plus complexe. On sait (voir supra schéma (d)), qu’il profile le point d’arrivée d’un déplacement, et non le déplacement lui-même. C’est ce qui explique que l’adjectif postverbal peut renvoyer à deux cas de figure bien distincts : tout d’abord, au constat de l’état du sujet grammatical saisi en son point d’arrivée, en l’espèce son contact avec le locuteur ou le co-locuteur12 :

(13)

Even so, at £29.99 it doesn’t come cheap –; try before you buy, and think very carefully before spending that much on a tool that’s only any use of driving and flight sims. (C87 274)

26Par rapport à l’énoncé modifié it isn’t cheap, qui très classiquement renverrait à l’attribution d’une propriété <be not cheap> au sujet grammatical it, on peut analyser le rôle de come sémantiquement comme une trace de la construction du couple locuteur / co-locuteur comme affecté de façon privilégiée par cette propriété. Cette construction devient ainsi un pendant sémantique de structures n’ayant a priori rien à voir, comme l’emploi de on dans he died on me, ou celui de have dans I won’t have you speak like that, où ce sont des procès et non des propriétés qui sont en cause. L’exemple (14) est très représentatif de cette classe d’énoncés, dans la mesure où l’affectation du co-locuteur (you) y est clairement soulignée dans le contexte droit. La plupart des exemples avec come cheap manifestent d’ailleurs les mêmes propriétés lorsqu’un contexte suffisant est disponible :

(14)

But the slip dresses in the catwalk picture do not come cheap and to achieve this daring look you need to buy not one, but two dresses (not for the faint-hearted, being virtually see-through) making a total retail cost of £522. (A7N 212)

27Et, a contrario, il est intéressant de noter qu’une recherche dans le même corpus sur is not cheap a fait apparaître des exemples dont les contextes vont dans le sens opposé :

(15)

This equipment is not cheap: my ECG machine cost £5,000; but it does store and transmit. (CAU 1384)

(16)

Although the capital cost of the launcher is not cheap (the Falconet launch track is 19.7ft wide on a mean radius of 188.6ft), this cost is offset by the very low material cost per launch. (CGL 1863)

(17)

Peterson (1980) comments that spelling correction is not cheap, but then neither is it prohibitively expensive, and it is not normally needed. (CHF 1246)

28Ici justement, tout fonctionne pour réduire, par compensation en quelque sorte, cette affectation du locuteur ou co-locuteur, d’où l’abondance de propositions concessives / adversatives dans ce type de contexte. Nous n’avons pas la place de tout examiner, mais des combinaisons comme come free ou come natural relèvent à l’évidence de ce type de cas.

29Il est intéressant de constater, si l’on cherche un peu plus loin, que la grammaticalisation du verbe en tant que marqueur bénéfactif est un phénomène bien attesté translinguistiquement ; par exemple :

30Le deuxième cas de figure est justement celui qui nous intéresse au premier chef : celui qui renvoie non pas au constat d’un état, mais à un changement d’état. Autrement dit, c’est le changement qui est conceptualisé comme allant vers le sujet et, au point de contact, s’incarnant en lui (schéma (d)). Cette valeur, translinguistiquement un peu plus rare, est cependant bien attestée par exemple dans les pidgins et créoles :

i vini malad (Créole guyanais)

  • 13 Pour l’anecdote, et pour les lecteurs intéressés par les créoles, ce pré-verbe est en fait la prépo (...)

mô pu13 vin ris ê zur (Créole seychellois)

1sg- fut – come – rich – one day

31Il semble bien que c’est cette valeur bénéfactive inhérente à come qui explique son association privilégiée avec des adjectifs connotés positivement. En l’espèce, les cinq premiers de la liste (à l’exception notable de loose, sur le cas duquel nous reviendrons) se passent de commentaires, les suivants (clean, clear, awake, available, open) également. Ce que l’on peut constater en regardant de plus près le corpus, c’est que le schéma cognitif bien particulier de come que nous avons commencé à dégager explique assez bien que les contours des événements auxquels renvoie la construction peuvent aussi bien être nets que demeurer flous. Par exemple, pour alive, qui représente à lui tout seul plus d’un tiers des occurrences, s’il est vrai que l’on peut trouver des exemples comme :

(18)

For instance you probably know that Christians believe that Jesus came alive again after being dead and buried for three days. (C8N 467)

ceux-ci restent tout de même très minoritaires, et les plus représentatifs sont davantage des énoncés comme :

(19)

The Italians came alive after that, although Sheedy had another scoring opportunity before Kristensen struck his equaliser. (CEP 4186)

32Autrement dit, même avec un adjectif a priori non gradable comme alive, la valeur sémantico-pragmatique de la construction sous examen n’est pas prototypiquement un jeu sur une opposition radicale intérieur-extérieur (pour reprendre des termes énonciativistes), mais bien davantage un jeu sur un gradient, ou au mieux sur intérieur-frontière. Le cas de loose peut apparaître comme un contre-exemple ; et pourtant le sens originel de cet adjectif, dont les premières occur-rences attestées remontent au début du xive, est par lui-même extrêmement positif : « Free from bonds, fetters, or physical restraint. Now used only in implied contrast with a previous, usual, or desirable state of confinement. » (O.E.D.)

33À titre à la fois d’illustration et de transition avant de poursuivre le raisonnement, on comparera (20), qui relève du schéma (d) dans sa deuxième interprétation, et (21), qui quant à lui illustre le schéma (c) dont nous n’avons pas encore parlé :

(20)

Just then the stern line came taut under his foot, where he had kept the loop of the line, and he dropped his oars and felt the weight of the small tuna’s shivering pull as he held the line firm and commenced to haul it in. (Hemingway, The Old Man and the Sea)

(21)

The rope beside Grant went taut and began to give off creaking noises of friction at the point where it disappeared over the edge of the stone coping, as it took the weight of the climbing man below. (HJD 1029)

  • 14 On pourra comparer utilement (20) et (21) à un exemple comme : Felipe ordered and the rope became t (...)

34Cette paire d’énoncés est intéressante dans la mesure où les sujets grammaticaux y sont quasiment identiques (line / rope), et que les situations physiques sont tout à fait parallèles également. Or, les anglophones consultés sont très réticents quand on leur demande de permuter les deux verbes. Les contextes sont suffisamment clairs pour que l’on puisse repérer en (20) la perpétuation / extension de la valeur bénéfactive associée à come, dans la mesure où le sujet humain (en l’occurrence Santiago, le « vieil homme ») réagit favorablement au changement d’état de la ligne, annonciateur pour lui d’une bonne pêche. En revanche, dans (21), le sujet humain (Grant) réagit vraisemblablement par l’inquiétude et l’angoisse à cette situation où le raidissement de la corde annonce l’inconnu et le danger. On a donc bien une illustration du schéma de déviation, où l’attendu est la perpétuation de la trajectoire, donc la persistance de l’état de départ, mais le constaté est le changement de trajectoire, donc le nouvel état. Hors contexte, l’association de l’état taut à une corde ou une ligne est totalement neutre, mais, en contexte, come ou go ont pour rôle de mettre en relation cet état à l’actant principal animé humain, qui sera ainsi construit comme affecté positivement ou négativement14.

35Continuons notre exploration de ce schéma de déviation (c), auquel renvoient la plupart des exemples en go relevés dans le corpus ; bien évidemment, nous ne nous attarderons pas sur l’adjectif de très loin le plus fréquent dans ce schéma, wrong, qui par son sémantisme même ne peut relever que d’une construction du sujet grammatical comme affecté négativement. En revanche, nous avons jugé intéressant de nous arrêter plus longuement sur la catégorie des adjectifs de couleur en raison de sa fréquence dans la construction ; toutes les couleurs sont représentées dans le corpus avec go, avec la répartition suivante :

Tableau n° 2

White (+pale)

72

37,1%

red (+crimson)

54

27,8%

pink

21

10,8%

black

17

8,7%

grey

9

4,6%

blue

6

3%

green

4

2%

yellow

4

2%

brown

3

1,5%

purple

2

1%

36En revanche, aucun adjectif de couleur n’est jamais associé à come ; l’unique exception que nous avons trouvée dans tout le B.N.C. est la suivante :

(22)

But that is because it doesn’t come white any more when you wash it (KBK 163)

37Nous y reviendrons. Contrairement à ce qui se passait avec wrong (où l’on avait prototypiquement things / everything / what went wrong), les combinaisons sont essentiellement associées à des sujets humains animés. C’est invariablement le cas pour le plus fréquent, white (avec une variante métonymique : des parties du corps humain, face, lips, knuckles, etc.), quasiment toujours pour red (seule exception avec the lights). Une comparaison avec la même construction associée cette fois à turn fait apparaître des latitudes combinatoires plus élevées, avec davantage de sujets grammaticaux inanimés, et une plus grande variété de sujets potentiels.

38L’hypothèse la plus vraisemblable pour rendre compte de cette dissymétrie come / go est la suivante : la couleur associée au point de départ ou au point d’arrivée déictique est à interpréter en quelque sorte comme « couleur zéro ». Autrement dit, le normal / souhaitable / désirable / non marqué est, en l’espèce, défini comme absence. D’où deux conséquences : tout d’abord, l’impossibilité du schéma (d), qui nécessite au minimum (puisque la trajectoire en elle-même n’est pas profilée, seule sa direction est pertinente) que l’état au point d’arrivée soit linguistiquement codé. Ensuite une association semble-t-il privilégiée entre le schéma (c) et le changement de couleur. Nous n’avons aucun exemple dans le corpus (et très peu dans des recherches hors-corpus) qui puisse relever de (a) ou de (b). Il s’agit donc bien de déviation, et tous les exemples relevés renvoient bien en contexte, d’une part à un écart, en général réversible, par rapport à la normalité, d’autre part à la construction du sujet grammatical animé humain comme détrimentaire par rapport à cet écart :

(23)

Gog saw the gun and his face went white. His eyes were dark and afraid. (FSL 433)

(24)

And that from an Aussie?” she was startled into answering, then went pink when he gave her a look of what she could only describe as approval. (H9V 320)

(25)

He went fiery red, hands clenched at his sides. (EVC 73)

(26)

I could have threatened to hold my breath until I went blue. I could have called a policeman. (HW8 3168)

39L’exemple suivant est très légèrement différent, mais relève à l’évidence des mêmes mécanismes :

(27)

My head banged on a rock and everything went black. (FSB 354)

40Très représentatif de toutes les occurrences avec black, il est différent du cas précédent en ce que le sujet grammatical est cette fois, tout au moins en apparence, non animé. Bien entendu, à y regarder de plus près, ce everything doit être glosé par inside my head, my mind, etc. Et il relève du mécanisme décrit, dans la mesure où le normal / souhaitable / etc. n’est défini que par rapport et par opposition à l’état constaté : on est, comme dans les cas décrits plus haut, dans un rapport de non-conformité avec l’attendu, donc bel et bien dans le cas d’une déviation par rapport à la perpétuation normale de la trajectoire.

41Dans cette perspective, et sans trop creuser la question, l’énoncé (22), qui représentait donc un hapax dans notre corpus, pourrait s’expliquer par le fait que la couleur de départ est en l’occurrence bel et bien codée explicitement : c’est le blanc, et le changement visé / attendu, dont le sujet you est bel et bien construit comme bénéficiaire, est un retour à cette norme (du reste, on entend assez souvent en français oral, dans une situation comme celle-ci « ça ne revient pas blanc » !)

423. Nous voudrions conclure cette esquisse en faisant un détour spatio-temporel. Déplaçons-nous dans l’espace tout d’abord : nous avons fait supra au passage quelques rapprochements ponctuels avec des langues autres que l’anglais, mais nous insisterons un peu sur le cas du japonais, qui présente des structures fort intéressantes pour notre propos. On sait que cette langue marque par des particules postposées aux NPs arguments les relations sémantico-syntaxiques de ces derniers, les particules wa et ga en particulier, marquant respectivement le thème de discours et le sujet grammatical, sont bien connues des linguistes français. Mais il est une particule aux multiples emplois, ni, que l’on va trouver en particulier pour marquer le locatif, lieu où l’on est ou bien, ce qui nous intéresse plus directement, point d’arrivée d’un déplacement :

[a]

Kazumi-wa Kyôto-ni iki-mashi-ta

Kazumi-them. Kyoto-ni go-hon-past (= Kazumi went to Kyoto)

43Personne ne sera vraiment surpris (que l’on pense à to en anglais) de constater que cette particule marque également, avec un verbe comme hanasu (speak) construisant métaphoriquement un déplacement, le destinataire :

[b]

Tanaka san-ni hanashi-mashi-ta

Tanaka Mr.-ni speak-hon-past (= He spoke to Mr. Tanaka)

ou encore, avec un verbe à trois arguments, le bénéficiaire :

[c]

Akira-wa omiyage-o Masako-ni age-mashi-ta

Akira-them. gift obj Masako-ni give-hon-past (= Akira gave Masako a gift)

44Mais ce qui est intéressant pour notre propos est que, postposé à un adjectif ou à un nom, il va marquer le changement d’état :

[d]

Daitoryo-ni erabare-mashi-ta

President-ni elect-hon-past (= They elected him President)

[e]

Masako-wa oyome-san-ni iku

Masako-them. bride-ni go (= Masako is getting married)

45Ce dernier exemple étant même construit avec le verbe go ! On voit que les schémas cognitifs décrits ont une portée qui dépasse les langues particulières, même s’il subsiste des différences : le japonais en particulier emploie iku (go) et kuru (come) d’une façon qui ne code pas de manière sensible l’affectation positive ou négative du sujet grammatical. C’est le schéma de trajectoire qui interviendra dans ce codage ; les exemples qui suivent sont à cet égard assez célèbres :

[f]

Ame-ga furu

Rain-subj fall (= It’s raining)

[g]

Taroo-wa ame-ni fur-are-ta

Taroo-them. rain-ni fall-pass-past (= Taroo was rained on)

46Le sujet animé-humain (Taroo) est construit à la fois comme thème (wa) et comme détrimentaire (ni) par rapport au procès <pluie / tomber>.

47Notre dernier point est, dans l’état actuel des choses, le plus spéculatif. Bien que n’étant nullement spécialiste de diachronie, nous avons essayé de repérer l’évolution des formes sous examen ici dans l’histoire de la langue. Plusieurs points nous paraissent intéressants, que nous essaierons de confirmer par une étude plus approfondie, et de faire confirmer (ou infirmer !) par des chercheurs plus compétents que nous en ce domaine.

48Tout d’abord, il apparaît (Visser 1963-73, I : § 236) que l’usage de come en tant que copule est historiquement le plus ancien. On trouve dès le vieil anglais, chez Ælfric (xie) des constructions comme he com gebogen (= he got converted), que l’on commence à trouver associées avec des adjectifs à partir du milieu du xive : þen come þe propheci alle clere þat spokin was of þat childe dere (c. 1340 Cursor M. 11615 (Fairf.)). En revanche, on n’a aucun marquage du sujet comme bénéficiaire ou détrimentaire, puisque l’on trouve jusque vers la fin du xvie des exemples comme Tell me how this man came dead (a1592 Greene & Lodge Looking Gl. Wks. (1861) 127). Il faut noter ce point important : dans toute cette période, come et become sont finalement assez peu différenciés.

49Si l’on se tourne à présent vers go, on constate que les premiers exemples attestés ne renvoient pas à une fonction de copule, mais relèvent de notre schéma (a), parallèles en cela à l’exemple (5) : Visser note que des exemples comme :

(28)

þis people goeth all naked (c. 1511 1st Eng. Bk. Amer. (Arb.) Introd. 27)

restent ambigus jusqu’au début du xviie :

(29)

If another weare thy coate, and thou goest cold, thou maist plucke it from his shoulders. (G. Mynshul Ess. Prison, Creditors 12, 1618)

et le premier exemple attesté incontestable recensé dans le O.E.D. date de 1583 :

(30)

The siege of Leyden continued, & their victuals went very low. (T. Stocker tr. Civ. Warres Lowe C. i. 117).

50En revanche, à partir du xviie, on voit très clairement come et go se spécialiser dans les directions que nous avons esquissées dans la présente étude. Nous avons cherché à comprendre pourquoi cette répartition bénéfactif / détrimental se répand aussi rapidement à ce point précis de l’histoire de la langue, et nous sommes ainsi intéressés de plus près à l’évolution du verbe go. Ce verbe était au départ défectif, et n’existait dans les langues germaniques qu’au présent. Les formes manquantes au passé étaient suppléées par une racine éode (-dest, -de, -don) > ede, yede, yode, lesquelles disparaissent définitivement au xve, pour être remplacées par went, passé du verbe germanique wendan > wend ; tout ceci est relativement bien connu, et le verbe wend subsiste d’ailleurs jusqu’en anglais moderne, ne serait-ce que dans l’expression très littéraire wend one’s way. Mais en l’occurrence, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement entre les dates où l’on voit s’imposer went comme prétérit de go, c’est-à-dire le début du xvie, et celles où l’on commence à voir rapidement se répandre les schémas go + adj avec les valeurs que nous avons étudiées. Car ce qui est bien moins connu que les faits précédents, c’est l’étymologie même de wend : il s’agit en fait de la même racine que wind < windan, ce verbe qui signifie turn, change. Morphologiquement, wendan est la forme causative de windan (cf. les couples sit-set, bite-bait, rise-raise, etc.). On a donc bien dans la base de sens quelque chose comme cause to change, to be transformed, altered, etc. Notre hypothèse est donc la suivante : c’est sous l’impulsion de ce sème primitif que s’est développée très rapidement la valeur de go renvoyant à change, become ; nous n’avons, au moment où le schéma qui nous intéresse se stabilise, que des exemples au prétérit, donc en went, et il semble, au vu des données dont nous disposons, que la construction ne se retrouve à d’autres formes (go, gone) qu’ultérieurement. C’est sans doute à partir de ce moment que se développe la « division du travail » entre come et go associés à des adjectifs. Tout naturellement, sous l’influence des schémas cognitifs qui peuvent à présent jouer à plein, on voit à partir de la deuxième moitié du xviie des exemples comme :

(31)

Say, How cam’st thou speakable of mute. (Milton, Paradise Lost ix. 563, 1667)

s’opposer à :

(32)

Boniclatter [is] Cream gone thick. (R. Holme Armoury ii. 173 / 1, 1688).

514. Nous restons sur notre faim à l’issue de cette brève étude ; il faudrait, pour que les choses soient plus complètes et moins frustrantes, pouvoir confirmer les hypothèses diachroniques à l’aide d’études systématiques sur corpus. Il faudrait également aller plus loin dans l’étude comparative sur des familles de langues différentes, pour voir si le phénomène trouve des équivalents réguliers. Enfin et peut-être surtout, il faudrait se livrer à une comparaison systématique de get, turn et become d’une part, de come et go d’autre part, pour montrer que, comme on l’entrevoit, les associations de ces verbes avec des adjectifs prédicatifs ne se font pas au hasard (on n’a jamais, par exemple, *come rich, bien qu’on ait come into money / into a fortune ; on a get married, mais jamais *turn / go married, etc.). Même s’il existe à un moment de la démarche un seuil au-delà duquel le linguiste ne doit pas forcément chercher à tout expliquer, à tout faire entrer de force à l’intérieur d’un modèle quel qu’il soit, on ne peut tout de même se résoudre à l’idée que toutes ces combinaisons puissent être le fruit du seul hasard idiomatique. Les verbes-copule marquant le changement d’état sont à notre sens tous les marqueurs de jugements modaux au sens large sur les arguments des procès en jeu : avec come et go, ce sont en général les arguments sujets qui sont marqués comme bénéficiaire ou détrimentaire, avec get, on sait à travers d’autres structures qu’ils sont marqués comme agents (cf. get rich become rich), etc. Mais ces marquages se font, à notre sens, à un niveau différent des rôles sémantiques à strictement parler, c’est pour cela qu’il faudrait vraisemblablement inventer une terminologie parallèle pour éviter de les confondre. Quoi qu’il en soit, c’est là un chantier de plus à ouvrir…

Notes

1 Tous les exemples suivis de références abrégées proviennent du British National Corpus (BNC).

2 Bien entendu, la structure informationnelle de ce type d’énoncés joue également un rôle crucial en la matière ; il est évident que, du point de vue du dynamisme communicatif, dans (1]) – (3), l’adjectif est beaucoup plus haut en rhématicité que le verbe, dont on voit à l’évidence qu’il est de l’ordre du donné (reprise explicite en (1) et probablement en (3) si l’on disposait d’un contexte plus large), reprise situationnelle en (2).

3 À preuve : Sometimes they came alone, sometimes with a man in tow -- to foot the bill! (BMW 2630) ; It was unlikely that any English advance-parties would in fact have got thus far as yet, but they went prepared. (CD8 2041) ; Where did it say I couldn’t go unarmed if I wanted to? If you’re daft enough (HWL 2812)

4 C’est sans doute une des raisons de la gêne éprouvée lorsque l’on tente d’insérer un constituant entre les deux.

5 Plus précisément, nous n’avons fait la recherche, pour des raisons qui apparaîtront infra, que sur les formes de prétérit went et came.

6 On s’empressera de rappeler les précautions d’usage en matière de corpus : dire par exemple que tel ou tel énoncé ou schéma « ne se trouve pas » ne signifie rien d’autre que « ne se trouve pas dans le corpus ». On n’a affaire qu’à des vérités statistiques et probabilitaires, et non à des vérités absolues.

7 À titre de comparaison, les fréquences de come et go dans le B.N.C. sont respectivement de 1527 et 2384 / million de mots, soit un rapport de 1 à 1,5 à peine. Go occupe dans la liste des fréquences la 40e place (2e des verbes lexicaux), et come la 66e (7e des verbes lexicaux). On le voit, la différence n’est pas si énorme en termes absolus. Une statistique intéressante est celle de la fréquence du schéma V + adj rapportée aux occurrences totales des deux verbes : dans le B.N.C., on recense ainsi 0,12 % de come + adj contre 0,53 % de go + adj. Pour mémoire, dans un corpus de fiction dont nous nous servons souvent ces fréquences sont respectivement de 0,66 % (5 / 754) contre 3.85 % (41 / 1064). On le voit, quel que soit le corpus considéré, le schéma go + adj apparaît 4,5 à 6 fois plus fréquent que come + adj.

8 Voir cependant note 5. Nous n’avons pas fait tester chaque combinaison par un panel significatif d’anglophones.

9 Même s’ils sont plus fréquents avec come en termes relatifs. Dans le corpus, on en recense 46 avec go (3,45%) et 22 avec come (11,4%).

10 En T.O.E., on l’analyserait vraisemblablement comme un décalage entre les plans QNT ( le constaté) et QLT ( l’attendu).

11 Il peut être intéressant de noter (voir dernière partie sur la diachronie) que cette combinaison semble historiquement extrêmement récente : le premier exemple attesté dans le O.E.D. ne date que de 1899.

12 C’est cette valeur qui est glosée par ‘to turn out to be’ par Visser (1963-73 : 209).

13 Pour l’anecdote, et pour les lecteurs intéressés par les créoles, ce pré-verbe est en fait la préposition « pour », dans un usage « être pour + inf » hérité du français médiéval.

14 On pourra comparer utilement (20) et (21) à un exemple comme : Felipe ordered and the rope became taut, slowly beginning to move as Felipe started the climb back. (HGK 2170) ; ici, tout se passe comme si on voulait dissocier la construction du nouvel état de rope de l’état psychologique du sujet humain Felipe, dans la mesure où celui-ci n’est justement pas affecté, mais agent.

Table des illustrations

Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3150/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 2
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3150/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Titre Figure 3
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3150/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3150/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k

Auteur

Maître de conférences à l’Université de Poitiers, s’intéresse tout particulièrement aux problèmes de syntaxe formelle et à l’interface syntaxe-sémantique. Il est auteur de Syntaxe de l’anglais – Théories et pratique de l’énoncé complexe (Ophrys, 2004), co-auteur avec Marc Fryd et Michel Paillard de La Version anglaise aux concours (Armand Colin 1998), et avec Lionel Dufaye de L’Épreuve de linguistique à l’agrégation (Ellipses 2006, à paraître). Il a également publié divers articles dans son domaine, notamment dans Sigma / Anglophonia (P.U.M.)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540