Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et configuration syntaxique

La détermination du prédicat dans l’inversion locative

Lucie Gournay

Résumé

Lucie Gournay’s goal in this paper is to explain the verbal constraints common to French and English in Locative Inversion (LI) constructions. Previous hypotheses have failed in this way, because they focussed on a taxinomy of verbs, instead of including in their analysis other crucial constraints of LI concerning polarity, aspect, and modality. She argues that LI encodes a marginal type of predication (different from SVO predication) that is clearly non-speaker-based and in which the locative element plays the role of a subject, (i. e. of the main determiner of the predicate) imposing its stative properties to the rest of the relation.

Texte intégral

1. Introduction

1L’inversion locative (IL) peut être étudiée du point de vue stylistique, et poser la question des effets produits, ou du point de vue syntaxique, et s’intéresser au problème du type de verbe possible, ou discursif et prendre en compte les contextes d’apparition. Dans cette étude, je vais en priorité aborder le problème du verbe et de ses contraintes communes en français et en anglais, et ce dans l’optique d’une analyse globale de l’IL qui fait le lien entre contraintes intra-phrastiques, contexte discursif et effets stylistiques.

2Ces dix dernières années, l’IL a été un sujet phare, notamment pour tous ceux qui travaillent en grammaire générative. Le but principal : justifier et prédire le choix restreint des verbes en IL par rapport aux phrases canoniques et expliquer pourquoi les verbes en IL perdent un certain nombre de leurs propriétés sémantiques. Voici des exemples illustrant des incompatibilités largement discutées dans la littérature.

(1)

At that moment, the main door slammed. / *At that moment slammed the main door

(2)

Le calme / le géant régnait dans le château / Dans le château régnait le calme /  *le géant

3L’inacceptabilité de (1) est liée aux propriétés du verbe intransitif slam qui renvoie à un changement d’état, incompatible avec la tournure. En (2), l’interprétation agentive régner en maître n’est plus possible en IL, car le verbe dans ce contexte doit avoir un sens non figuré, dépourvu de valeur agentive. L’énoncé doit renvoyer à une situation spécifique définie dans le contexte antérieur (comme c’est le cas avec régnait le calme). Pourquoi ces contraintes apparaissent-elles dans l’énoncé inversé ? Qu’a celui-ci de spécifique par rapport à l’énoncé canonique pour restreindre ainsi l’interprétation de la relation prédicative ?

4À ces questions, on trouve deux grands types de réponses dans la littérature :

  • les contraintes en IL découlent de la fonction discursive de la tournure et du statut discursif des éléments (cf. Birner 1992, 1994),

  • les contraintes en IL découlent de la structure elle-même, qui implique que le GN postposé puisse, à tel ou tel niveau de dérivation, être un objet (voir Hoekstra et Mulder 1990).

  • 1 Définition de procès : c’est une notion, un faisceau de propriétés, dont certaines garantissent une (...)
  • 2 Une nécessité que les travaux de Guillemin-Flescher 1981 ont mis en évidence.
  • 3 Cf. « statal interpretation » de Levin et Rappaport-Hovav 1996.

5Il y a plusieurs objections possibles à ces hypothèses. J’en avancerai -quelques-unes, puis je montrerai qu’un traitement global de l’IL permet de dégager une autre hypothèse. Pour moi, les contraintes locative en IL sont liées au mode de prédication en jeu dans la tournure. L’IL est la trace d’une relation prédicative particulière, dans laquelle le premier argument (que l’on peut appeler le sujet prédicatif) correspond à l’élément locatif dit « antéposé ». C’est en effet ce dernier qui détermine, avant la mention du procès1, les caractéristiques de ce dernier. Les contraintes verbales s’expliquent alors par l’homogénéité nécessaire2 entre le sujet prédicatif et le reste de la relation, ou en d’autres termes par l’identification entre les propriétés « statales3 » du locatif et les propriétés du procès dans ce contexte.

2. L’IL, un phénomène hétérogène ?

  • 4 Les verbes inaccusatifs sont des verbes intransitifs sans sujet en structure profonde, uniquement u (...)

6Dans la littérature récente, l’IL est plutôt traitée comme un fait de langue hétérogène, dont l’analyse syntaxique dépend en premier lieu soit de l’élément verbal en place soit du type de sujet. Cette tendance à la multiplication des cas découle, par réaction, des études qui associaient l’IL à l’inaccusativité4 (J. Bresnan et Kanerva 1989, Hoeskstra et Mulder 1990, par exemple). On sait en effet que beaucoup de verbes classés comme inaccusatifs sont effectivement susceptibles d’apparaître en IL :

(3)

Overhead and all around came the elephantine sounds of hundreds of students on the move. (Harry Order)

(4)

Même dans les esprits les plus embrumés perça l’idée qu’il n’y avait pas de temps à perdre. (Jours 143)

(5)

At the station the train for the South already stood waiting. Down the long platform stood groups of men in uniform, waiting. (Ripple 40)

(6)

À côté étaient posés un haut-de-forme, une canne et une paire de gants. À l’intérieur du chapeau, des initiales brodées : J. D. (Jordan 52)

  • 5 Dans mon corpus, come n’est jamais un verbe de déplacement spatial.

7On trouve en IL des verbes d’apparition (come5, apparaître, percer), des verbes de localisation statique (sit, stand, se tenir, se trouver) et des verbes au passif (cf. (6)). Tous ces verbes sont dépourvus d’agent : l’événement exprimé n’est pas envisagé comme déclenché par l’entité exprimée dans le GN postposé.

8Cette observation a amené les auteurs cités ci-dessus à faire le lien entre l’IL et les verbes inaccusatifs en postulant la relation logique entre :

  • d’un côté des verbes dont l’unique argument correspond à un objet en structure profonde

  • et de l’autre une structure qui place l’unique argument du verbe en position objet.

9À partir de là se pose le problème des statuts et fonctions du LOC et du GN postposé : le GP / Adv / participe locatif est-il le véritable sujet du verbe ? À quel niveau de dérivation agit-il comme un sujet ? Le GN postposé est-il un sujet focalisé ou un objet ? À quel niveau de dérivation ?

10Plusieurs études ont montré l’intérêt de ces questions et deux grandes tendances s’opposent :

  • 6 Cf Kim 2003 pour une reprise des différents arguments et tests en syntaxe générative.

11l’élément LOC sert de sujet (malgré le non-accord avec le verbe), plusieurs manipulations le montrent6

12l’élément LOC n’est que le sujet thématique de la phrase (d’où l’accord du GN postposé avec le verbe).

  • 7 Les verbes inergatifs forment l’autre classe de verbes intransitifs, ceux qui ont un sujet en struc (...)

13Quelle que soit la position adoptée (1 ou 2), elle reste la même pour toutes les réalisations de IL. Le traitement hétérogène fait à ma connaissance son apparition dans Levin et Rappaport-Hovav 1996. À la suite de Birner 1992, les linguistes objectent que si les verbes « typiques » en IL sont bien inaccusatifs, beaucoup d’inaccusatifs ne s’y trouvent pas, et en plus, un grand nombre d’inergatifs7 (fonctionnant bien comme tel, sans le changement de sens / structure dont Hoeskstra et Mulder 1990 parlaient) sont attestés.

(7)

*On the top floor of the skyscraper broke many windows. (Levin / Rappaport-Hovav 224)

(8)

Behind the wheel lounged a man uniformed with distinct nautical flavour. (Levin / Rappaport-Hovav 224, A.W.Upfield, The Widows of Broome, 109)

14Les inaccusatifs incompatibles sont les verbes qui expriment un changement d’état. Et les inergatifs compatibles sont ceux qui renvoient à des activités (actions sans terme). Levin et Rappaport-Hovav 1996 concluent leur démonstration en disant que si le GN postposé a bien l’air de correspondre à un objet dans le cas d’un verbe inaccusatif, on ne peut pas dire qu’avec un verbe inergatif dans une IL le GN postposé soit un objet (puisque la structure argumentale du verbe ne le permet pas). Leur argument principal est que l’IL ne peut pas être un diagnostic d’inaccusativité et, donc, elles abandonnent l’hypothèse d’une structure qui sélectionne une classe de verbes : les contraintes qui pèsent sur les verbes en IL s’expliquent par la fonction discursive spécifique de la tournure (voir Birner 1992) qui exige d’avoir un verbe au contenu informationnel léger.

15Culicover et Levine 2001 répondent à Levin et Rappaport-Hovav 1996 qu’il y a en fait deux types d’inversion. Le premier, qui sert de diagnostic d’inaccusativité, est réservé aux verbes inaccusatifs suivis d’un GN court : on a une inversion qui porte mal son nom dans ce cas, puisque le locatif antéposé est analysé comme un sujet et le GN postposé comme un objet. Le second type est valable pour tous les verbes attestables en IL (inergatifs, inaccusatifs, faux transitifs), alors suivis d’un GN postposé lourd qui conserve son rôle de sujet (le LOC est un élément thématisé).

16L’hypothèse de Culicover et Levine 2001 pose au moins deux problèmes. Tout d’abord leur analyse repose sur le constat, à partir d’exemples fabriqués, qu’un verbe inergatif ne peut se trouver dans une IL avec un sujet léger du point de vue informationnel.

(9)

*In the room slept Robin. (Culicover et Levine 2001 : 293)

(10)

In the room slept fitfully the students in the class who had heard about the social psych experiment that we were about to perpetrate. (Culicover et Levine 2001 : 293)

17On pourrait donc avoir (10) mais pas (9), car en (9) le verbe inergatif sleep ne peut être suivi d’un sujet léger (à cause de l’organisation thème / focus de la phrase). Or cette contrainte n’apparaît pas dans les études effectuées à partir de corpus réels (Birner 1992, Levin et Rappaport-Hovav 1996, Gournay, à paraître), en revanche, ce qui est mis avant, c’est la nature systématiquement surdéterminée de l’élément postposé : surdétermination syntaxique (Gadj, Relatives…), contextuelle (le GN postposé devient le thème de l’énoncé qui suit ce qui serait possible en (10))… Cette surdétermination manifestement liée à la fonction de focus ou rhématique du GN postposé expliquerait aussi l’incompatibilité d’avoir un pronom postposé (*Derrière le fourré se trouvait lui / il).

18Le deuxième problème posé par l’hypothèse de Culicover et Levine est levé par les auteurs eux-mêmes dans la conclusion de leur article : la distinction des deux types de IL (en fonction du « poids » du sujet) n’explique pas les incompatibilités communes à toutes les IL :

  1. les verbes transitifs sont exclus (alors qu’on pourrait s’attendre étant donnée la structure à ce qu’ils soient possibles dans l’inversion thématique, la position objet n’étant pas attribuée)

  2. les verbes voient leur sens réduit (neutralisation des composants changement d’état, agentivité…)

19Ce que je déduis des études que je viens de citer, c’est qu’il est impossible de rendre compte des contraintes verbales en IL en se focalisant sur une taxinomie argumentale, aussi subtile soit-elle. Cette focalisation conduit à avoir une analyse peu productive du phénomène (on n’explique pas les contraintes récurrentes, quel que soit le verbe ou le sujet) et à ignorer les cas d’IL avec be / être. On pourrait au contraire penser que la fréquence extraordinaire en anglais de be (3 / 5 dans mon corpus littéraire de 120 exemples) dans le IL est un indice pour les linguistes anglophones qui voudraient cerner les contraintes qui portent sur les verbes intransitifs.

3. Un traitement homogène de l’IL en tant que prédication spécifique

20Ainsi pour répondre à la double question « qu’est-ce qui contraint la variété des verbes dans l’inversion et pourquoi constate-t-on souvent une modification sémantique du verbe dans ce contexte ? », j’ai pris le parti de regrouper toutes les contraintes verbales récurrentes en IL quel que soit l’élément verbal. La mise en relation de toutes ces contraintes me permettra d’aboutir à une hypothèse globale sur le fonctionnement de la phrase simple inversée, et sur l’incidence de ces contraintes sur le choix du verbe. Je formule autrement cette hypothèse dans Gournay (à paraître) : « l’inversion locative dans la phrase simple construit un énoncé en rupture avec un point de vue privilégié de sorte que l’origine énonciative n’est pas repérée par rapport à la situation d’énonciation mais se trouve translatée dans la situation de référence et identifiée à celle-ci. Le LOC en renvoyant à la situation de référence joue le rôle d’un repère absolu au niveau de l’énoncé puisque non seulement il sert d’origine énonciative à l’énoncé », mais il assure au sein de la relation prédicative le rôle de complément de rang 0 (sujet prédicatif).

  • 8 Dans les études qui ont recours à des exemples fabriqués, certaines de ces contraintes ne sont pas (...)

(11) Tableau récapitulatif des contraintes8 spécifiques à IL

Pas de négation

*Derrière la porte ne se cachait personne/*Here doesn't come my bus

Certaines formes aspectuo-temp. exclues

Pas de futur, ni passé composé, ni plus-que-parfait
Pas be + ing en anglais, donc pas de be going to ou présent renvoyant à de l'avenir

Pas de modaux

*Derrière la porte peut se cacher Herman/*Here could come my bus

Interprétation générique exclue

Outside my window is a tree (cream, world of pain)

=> référence à une situation de perception construite dans le contexte

Pas de particule (anglais)

*Beside a taxi stood up William and Jackie

3. 1. Contraintes qui dénotent une absence d’origine évaluante

  • 9 Dans la TOPE, le plan de validation est constitué de l’intérieur (I) et de l’extérieur (E). Ce qui (...)
  • 10 Dans la parenthèse ce qui est en italique correspond à l’étape de la validation ou non-validation.

21L’impossibilité de nier revient à neutraliser une première étape des opérations constitutives classiques : celle de la validation en I9 (R est le cas)10 ou non--validation en E (R n’est pas le cas). C’est-à-dire que l’évaluation (tacite, quand on est à l’affirmatif) des valeurs de vérités de l’événement n’est pas calculée.

  • 11 Dans une étude ultérieure, je dégage quelques critères discursifs qui rendent pertinente cette rupt (...)

22L’événement est présenté sans que ne soit envisagé un recours à une source énonciative qui évalue les données. L’événement n’est repéré que par rapport à la situation spécifique qui est construite dans le contexte11.

23Cette première spécificité de l’IL se retrouve dans l’impossibilité en anglais d’avoir l’aspect be + ing, ou en français le passé composé, ou enfin dans les deux langues une forme référant au futur : ces trois marqueurs semblent en effet incompatibles avec le mode de constat déclenché par la structure. Pour be + ing, on peut estimer que la mise en avant du processus (même statique *Behind the shed was standing a lonely cow) – que ce soit pour des motivations modales ou aspectuelles – implique la construction d’un point de vue privilégié qui sert de repérage. Pour ce qui est du passé composé et du plus-que-parfait, Guillemin-Flescher 1981 montre qu’ils établissent un commentaire en mettant en relation deux repères distincts, celui de la situation d’origine et celui de la situation de référence. Si, comme je l’ai posé, dans le cas de l’inversion la situation de référence se confond avec la situation-origine, on comprend l’incompatibilité en jeu ici :

(12)

Le 17 juillet, à Pétrograd, eut lieu la séance inaugurale du second congrès de l’Internationale communiste (Rabbin 18)

→ Le 17 juillet, à Pétrograd, avait lieu la séance inaugurale du second congrès de l’Internationale communiste

→ La séance inaugurale du second congrès de l’Internationale communiste eut lieu / avait lieu / a eu lieu / avait eu lieu le 17 juillet, à Pétrograd.

→*Le 17 juillet, à Pétrograd, a eu lieu / avait eu lieu la séance inaugurale du second congrès de l’Internationale communiste

24En (12) on voit apparaître des contraintes aspectuo-temporelles spécifiques à l’ordre inversé. Ainsi, seules les formes compatibles avec le mode du constat (qui sont compatibles avec une rupture par rapport à une origine-énonciative qui évalue) peuvent apparaître dans l’inversion locative : preterit, présent, imparfait, passé simple. Les formes composées, typiques d’un mode d’évaluation puisqu’elles signalent une distinction situation origine / situation repère sont ainsi neutralisées.

25On observe une autre caractéristique de l’IL qui confirme l’absence d’un énonciateur-sujet : l’incompatibilité avec les auxiliaires modaux. Par rapport à la contrainte de la négation, on a une nouvelle opération constitutive de l’énoncé qui n’est pas effectuée (par rapport à celles en jeu dans l’énoncé canonique) : la modalisation. En effet, dans les énoncés canoniques, une fois posée la validation en I ou E de la relation prédicative, une nouvelle étape normalement s’impose qui permet d’exprimer une modalité énonciative que l’on peut gloser en « c’est le cas que R n’est pas le cas » (seule la partie en italique renvoie à la modalité, ici assertive). Dans le cas d’un énoncé avec une modalisation épistémique on retrouve le même enchaînement d’évaluations :

(13)

Jane might be behind the door.

26Dans l’exemple (13), l’opération dont might est la trace correspond à une évaluation subjective que l’on pourrait gloser « c’est peut-être le cas que Jane se trouve derrière la porte ».

27À partir du moment où l’introduction d’un modal est impossible, cela signifie la neutralisation d’un point de vue qui modalise (que ce soit assertion ou autre type).

28Cependant, l’on trouve çà et là quelques contre-exemples qui font apparaître des auxiliaires modaux en IL :

(14)

The first animal thought about this for a minute and then asked, “So what will happen now?”. As he was about to receive his answer, the clouds suddenly parted and the gloom lifted. Approaching The Bridge could be seen a single person and among the older animals, a whole group was suddenly bathed in a golden light […]

(15)

In the garden MAY BLOOM the Christmas plant Joel Roberts Poinsett brought back from Mexico during his difficult ambassadorship there in the1840s.
[AP Newswire 1990, 30823236, Levin et Rappaport-Hovav 1996 : 235)

29L’exemple donné en (14) fait partie d’une sous-classe où l’on trouve aussi could be heard / could be found. L’exemple (15) est tout à fait isolé. Il me semble que malgré les apparences, ces exemples vont dans le sens de mon hypothèse.

30En effet, on s’aperçoit que dans les deux cas la modalité ne porte pas sur l’existence ou non de l’entité exprimée dans le GN. Il y a un mécanisme linguis-tique qui fait que l’existence de « a single person » ou « the Christmas plant » est de fait dans la situation décrite.

31Dans le premier cas, la modalité porte sur la capacité de percevoir une entité. Le fait que l’on ait toujours affaire à could / can, le modal le plus assertif, est intéressant à noter : la perception est simplement envisagée comme possible, l’impossibilité n’entre pas en considération (Deschamps 1999). Le hiatus exprimé par le modal différencie le potentiel du factuel, mais ne remet pas en cause l’existence constatée de A single person, dans la situation à laquelle renvoie le LOC, sous la forme d’une proposition en-ing.

32Dans le second cas, on a may, c’est-à-dire un modal qui permet la prise en compte des deux valeurs I / E (ou validation / non-validation). Là encore le hiatus ne porte pas sur l’existence ou non de l’entité. Ce qui est dit : Dans le jardin il y a la plante de Noël de Joel (constat), mais selon la saison (propriété de la plante), on peut la voir en fleurs ou non (may).

33L’intérêt d’expliquer des exemples aussi marginaux, c’est justement de montrer que si une modalité est éventuellement exprimée, le contexte influe de sorte que le hiatus envisagé renvoie à des propriétés qui relèvent du trans-individuel et non d’un point de vue subjectif.

3. 2. Contraintes qui montrent que toute la détermination de la relation prédicative s’appuie sur les propriétés du LOC

34Le constat construit par IL implique que l’origine-énonciative mise en place dans l’énoncé soit identifiée avec la situation décrite à laquelle renvoie le LOC. Il n’y a donc pas de distinction entre la situation d’énonciation et la situation repère à ce niveau, et pas de point de vue privilégié : tous les points de vue susceptibles d’être repérés dans la situation de référence ont la même représentation, font le même constat. Ce qui donne tous les effets stylistiques discutés dans la littérature (cf. Atkinson 1973 « staged activity », Bolinger 1977 « on stage », Kuno 1987 « empathy », Dorgeloh 1997 « de-subjectivised meaning »).

35Cependant, le LOC ne porte pas que sur l’énoncé tout entier mais aussi sur la détermination de la relation prédicative et en particulier sur celle du prédicat. C’est ce que je vais montrer juste après avoir apporté une précision métalinguistique.

3. 2. 1. Mise au point métalinguistique

  • 12 Dans la TOPE, on distingue le terme de départ (rôle de thème au sein de la relation marquée par le (...)

36Dans la TOPE, il y a deux concepts prédicatifs souvent mal distingués : celui de terme de départ et celui de complément de rang 0. Pour ne pas rentrer ici dans la polémique, je dirai seulement que le terme de départ a une fonction de cohésion textuelle, et sert ainsi de thème de la relation prédicative exprimée. Le complément de rang 0, lui, a un rôle de déterminant par rapport au prédicat (par exemple, il oriente sa voix, active, passive, moyenne). Toutes les difficultés à distinguer ces deux notions métalinguistiques viennent justement du fait qu’elles renvoient le plus souvent à un même élément qui combine les rôles, le terme de départ12 de la relation prédicative étant souvent identifié au complément de rang 0. C’est le cas de figure selon moi dans l’inversion.

  • 13 Rappel : Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives, fondée par A. Culioli.

37Prouver qu’un élément sert de terme de départ, c’est mettre en évidence son rôle thématique (ce qui, à propos du LOC en IL, a été montré de multiples fois dans la littérature, dans la TOPE13 voir Méry 2003), mais aussi son statut d’élément intégré à la relation prédicative (ce qui est débattu dans la définition du LOC en tant que complément ou circonstant). Dans Gournay (à paraître), je mets en évidence le rôle thématique du LOC et je postule son intégration à la relation prédicative : si toute relation prédicative est composée de deux arguments selon un schéma a r b – postulat de la TOPE – et que la structure de la phrase est LOC V GN, on en déduit que le GN et le LOC expriment les deux arguments prédicatifs.

38Prouver qu’un élément sert de complément de rang 0, c’est mettre en évidence son rôle crucial de déterminant de la relation prédicative et l’influence séman-tique qu’il a sur l’interprétation de la relation <prédicat-complément de rang 1>. J. Guillemin-Flescher (1981) a montré l’importance – surtout en anglais – d’une homogénéité énonciative entre le premier argument de la relation a r b et l’élément r, dont le choix et les propriétés découlent directement des propriétés de l’élément a. Je vais montrer que le LOC fonctionne non pas comme un qualificatif de la relation prédicative mais bien comme un déterminant principal (sujet prédicatif) dont l’action restreint considérablement les propriétés de cette relation.

3. 2. 2. Interprétation spécifique

  • 14 Pour une description plus approfondie des propriétés du LOC, cf. Gournay 2004, Gournay à paraître.

39On le sait, le LOC antéposé en IL construit, de par ses propriétés, un cadre spécifique14. C’est ce qui est remarqué par exemple dans Willems 1989. L’auteur comparant Un oiseau vole dans le ciel à Dans le ciel vole un oiseau note que dans la première phrase, il y a une ambiguïté (propriété ou action spécifique ?) alors qu’en IL seule l’interprétation spécifique est possible.

40Les phrases données posent des problèmes d’acceptabilité, ce n’est d’ailleurs pas surprenant. D’après ce que j’ai pu constater, à partir d’un énoncé inversé, il n’est pas vraiment possible de faire un énoncé canonique attestable qui soit ambigu : à chaque fois, on doit manipuler des éléments qui orientent d’emblée vers une interprétation spécifique (dans le LOC, le GN postposé ou dans le verbe (verbe d’apparition)). Ainsi la phrase de D. Willems ressemblerait plus à un énoncé sous la forme Au-dessus des têtes volait un oiseau (multicolore). Néanmoins l’intuition de l’auteur est intéressante car même dans les cas où une caractéristique stable est exprimée, celle-ci se voit attribuée, en IL, une interprétation spécifique.

(16)

In the middle of the room were some comfortable-looking chairs, each with its own foot-stool so one would stretch out one’s legs while reading. (Wide Window 30)

(17)

Dans un coin du mur mitoyen se dressait un chêne trapu et moussu et sous ses branches il y avait une chaise un peu moisie. (Jordan 99)

41Dans les deux exemples, on a affaire à la description d’un lieu, en fonction de propriétés topologiques. Même hors contexte, comme c’est le cas ici, on reconstruit systématiquement à la lecture le caractère spécifique de la description exprimée : il ne s’agit pas de lieux dont on se souvient (avec telle ou telle propriété) mais de lieux qui servent de cadre à une action spécifique, en l’occurrence une pièce et un jardin décrit en l’état à un moment donné du déroulement du récit. Ainsi les propriétés du LOC ne sont pas uniquement spatiales mais aussi temporelles : le LOC renvoie anaphoriquement à la situation spécifique construite dans le contexte, aussi bien du point de vue qualitatif que quantitatif. C’est pourquoi si l’on effectue des manipulations avec des locutions qui construisent une extension temporelle, on aboutit à des phrases inversées inacceptables, et qui ne correspondent à aucun énoncé attesté dans le corpus.

(18)

*In the middle of the room were usually some comfortable-looking chairs, each with its own foot-stool so one would stretch out one’s legs while reading.

In the middle of the room THERE were usually some comfortable-looking chairs, each with its own foot-stool so one would stretch out one’s legs while reading.

(19)

*Dans un coin du mur mitoyen se dressait pendant des années un chêne trapu et moussu et sous ses branches il y avait une chaise un peu moisie.

• Dans un coin du mur mitoyen IL Y AVAIT pendant des années un énorme chêne trapu et moussu et sous ses branches il y avait une chaise un peu moisie.

42L’insertion de usually ou pendant des années en IL n’est pas envisageable. En anglais, on aura recours à there pour permettre l’interprétation générique. En français, seule une structure complexe à partir de il y a est possible. Voici, pour conclure l’analyse de (15) et (16), leurs contextes réels :

(20)

Aunt Josephine stopped and opened an ordinary-looking door, but when the children stepped through the door they arrived in a room that was anything but ordinary.

(21)

Tout était silencieux et le bruit métallique sec que fit le heurtoir sur la butée n’éveilla aucun écho à l’intérieur de la demeure. La porte était close, verrouillée, alors il fit le tour du jardin.

  • 15 Atkinson 1973 : 16. “the phenomenon in question must be taking place at a given moment within a tim (...)

43Ces contextes (typiques dans les corpus réels) confirment, comme la structure inversée en elle-même le laissait prédire, qu’il s’agit ici de décrire un lieu associé à un moment donné15, et non pas de façon atemporelle comme ce serait le cas avec la description d’un lieu qu’on se remémore. Ainsi, le LOC en IL se distingue des éléments locatifs complément en ce sens qu’il véhicule non seulement une détermination spatiale mais une détermination temporelle. Cette double détermination, quantitative et qualitative, est nécessaire pour lui permettre de prendre le rôle de premier argument de la relation prédicative, et de répondre à l’exigence de détermination minimale qui porte sur les sujets prédicatifs.

3. 2. 3 Interprétation statale

44Une autre caractéristique propre aux IL confirme l’hypothèse d’un LOC qui fonctionne comme un déterminant restreignant le cadre de la relation prédicative : celle de l’interprétation statale obligatoire. À nouveau le LOC est investi d’une charge déterminative qui dépasse celle de la localisation d’une relation prédicative puisque cette fois c’est le procès lui-même qui voit ses propriétés -réduites aux propriétés statiques du LOC.

45Levin et Rappaport-Hovav (1996 : 233) montrent qu’avec les verbes classés comme « verbes de changement d’état », on a deux cas de figure en IL.

  • Soit le changement d’état est provoqué par une entité distincte de celle exprimée dans le GN (« externally caused verbs of change of state ») et dans ce cas il y a incompatibilité avec la tournure en IL car le verbe ne peut se réduire à une interprétation statale.

(22)

*Then broke the window

  • Soit le changement d’état est lié aux propriétés de l’entité exprimée par les GN (« internally caused verbs of change of state »), et là il y a une compatibilité avec IL qui fait naître une interprétation du type be in state. Voici deux exemples commentés par les auteurs (1996 : 235) :

(23)

Next door, to the east, decays Ablett Village, a half-vacant Camden Housing Authority project with as many windows of particle board as of glass (Philadelphia Inquirer, “Apartment Dwellers Caught in Legal Tangle,” 1-B)

(24)

I was a rich boy, on my desk burnt a thick candle. On the desk next to mine BURNT the thinnest candle in the whole class, for the mother of the boy who sat next to me was very poor. (A. Munthe, The story of San Michele, 97)

46En (23), decays est glosé non pas par come to decay mais par be in decay, et en (24), burnt renvoie non pas au processus destructeur (qui implique un changement d’état) mais à l’émission de lumière. D’où la contrainte aussi qui porte sur le GN postposé, celui-ci devant être compatible avec le cadre posé : *On the desk next to mine burnt a notebook. Cette incompatibilité de l’IL avec l’expression d’un changement d’état, c’est la même qui intervient avec les verbes transitifs à l’actif, quand ils réfèrent à un changement d’état à propos de l’entité-objet.

(25)

À une table était installé, devant une tasse de café noir, un petit homme sec… (Jordan 246)

→*À une table buvait une tasse de café noir un petit homme sec…

→*À une table buvait un petit homme sec une tasse de café noir…

  • 16 Levin et Rappaport-Hovav (1996 : 232) : “The few reported or constructed instances of locative inve (...)

47Cependant, on peut imaginer que lorsque l’élément réalisé en tant qu’objet syntaxique ne renvoie pas à un élément modifié par un changement d’état, l’inversion est possible (voir l’hypothèse de Culicover et Levine 2001). On trouve quelques exemples authentiques çà et là16 :

(26)

Dans le salon dit « des glaces » prirent place les trois musiciens et l’on installa une soixantaine de chaises qui furent très vite occupées… (www.saint-max.fr / stmax / pages / fr)

(27)

On May 6, 2004, in the bank office and in presence of television took place the lottery for BC… (www.Moldindconbank.com)

48En (26) et (27), la suite verbe + place ne réfère pas à une relation de transitivité au sens où le GN ne renvoie pas à un objet modifié par une action, mais joue le rôle de support qualitatif de l’élément verbal complexe. Le critère de l’objet non lié à l’expression d’une transitivité ne rend pas compte de toutes les contraintes. Il existe de nombreux verbes à objet syntaxique, dépourvus de sens transitif, qui sont exclus de IL :

(28)

*Dans la pièce regardait / sentait / aimait le gâteau la jeune fille.

49Il faut chercher une autre explication qui se superpose à l’explication sémantique. Il semble qu’une fois que le LOC instancie la place de premier argument de la relation prédicative, il ne reste qu’une place d’argument à pourvoir et celle-ci est en priorité pour le sujet notionnel.

  • 17 Dans notre corpus, on a : s’envoler, s’aligner, se dresser, s’étendre, se retrouver, se trouver, s’ (...)

50En français, on trouve comme autre élément potentiellement « objet syntaxique », le pronom se. La fréquence des verbes pronominaux en IL est d’ailleurs remarquable comme le note Atkinson 1973 ; on en a déjà vu un exemple en (17) Dans un coin du mur mitoyen se dressait un chêne trapu et moussu… Là encore, le pronom se avec une valeur de réflexivité (réciprocité non attestée)17 ne déclenche pas une interprétation de changement d’état. Au contraire même, sa justification morphologique est bien de transformer, en s’intégrant à celui-ci, un verbe transitif en un verbe intransitif.

51Une autre possibilité est parfois envisagée dans la littérature sur le français : la possibilité d’avoir un clitique devant le verbe inversé. On trouve en effet quelques exemples comme (29).

(29)

Là m’attendait l’officier connu comme Aramis. (www.cubanet.org / french / y01)

52Cependant, la rareté de ce cas de figure laisse présager que des contraintes énonciatives sans doute liées à la prédication sont en jeu. Cependant, l’exemple (28) et les autres sont frappants et nous amènent à nous interroger sur le statut du clitique par rapport à l’objet-argument. On a aussi là une belle différence français / anglais, car la possibilité illustrée ici pour le français n’est pas envisageable pour l’anglais. Le pronom-objet antéposé en français n’est donc pas lié aux mêmes contraintes que le pronom-objet postposé.

53Toute expression de changement d’état est exclue en IL, puisque pour qu’un verbe apparaisse dans ce contexte il est nécessaire que celui-ci soit compatible avec la détermination statale donnée par le LOC. C’est cette contrainte qui explique l’impossibilité en anglais d’avoir une particule résultative après le verbe :

(30)

Beside a taxi stood William and Jackie (Ripple 11)

*Beside a taxi stood up William and Jackie

(31)

On the back of the Plymouth, between Estha and Rahel, sat Baby Kochamma. (God 45, voir Gournay 2004)

*On the back of the Plymouth, between Estha and Rahel, sat down Baby Kochamma.

54La particule, du fait de sa fonction aspectuelle, fait passer les verbes sit et stand d’un sens de position stabilisée à celui d’action avec terme. La particule est néanmoins possible à partir du moment où elle apparaît en tant que LOC antéposé (phénomène que l’on peut relier à celui dont Ward et Birner 1992 font état sur v-ing, voir la bibliographie).

(32)

Out rolled a tightly furled copy of the March edition of The Quibbler. (Order)

55Une étude plus approfondie serait nécessaire pour rendre compte de la possibilité illustrée en (32). Néanmoins, on peut penser que la particule placée en tête de l’énoncé fonctionne comme les autres LOC vus précédemment et renvoie à une localisation spatiale statique et spécifique (out pour out of the brown packaging referred to in the context). Placée avant le verbe, elle se trouve en dehors du champ de détermination du processus exprimé. Ainsi, la localisation qu’elle exprime n’est pas associée à une valeur dynamique. De plus, comme le signale R. Méry (2003), la fonction de terme de départ de la particule bloque la possibilité de renvoyer à un paradigme sous-jacent. Le terme de départ neutralisant toute altérité, on n’envisage pas out par rapport à inside, behind

56Il me semble ainsi que la particule, quand elle est placée après le verbe, renvoie à une localisation qui dépend en partie des propriétés du procès qu’elle spécifie ; avec it rolled out, on a l’expression d’un changement de localisation. À l’inverse, quand la particule fonctionne comme le complément de rang 0 de la relation prédicative, elle doit renvoyer à une localisation dont la détermination est stable et spécifique. C’est pourquoi en (32) c’est le sens de localisation résultante qui est mis en avant : suddenly, it was out.

4. Détermination restrictive / détermination spécifiante

57L’interprétation statale et l’interprétation spécifique attestées systématiquement dans les énoncés inversés authentiques sont les signes du rôle prédicatif de l’élément locatif. C’est en fonction des propriétés quantitatives et qualitatives du LOC (renvoi à une localisation statique, dans une situation spécifique) que le verbe voit son sémantisme se restreindre à ses propriétés statales et spécifiques (exclusion des propriétés liées au changement d’état, exclusion des propriétés liées à la généricité).

58L’affinité exceptionnelle décrite dans la littérature entre le LOC et le verbe (et aussi entre le verbe inversé et le GN postposé (voir Firbas 1966, Levin et Rappaport-Hovav 1996) provient de la détermination aspectuo-temporelle opérée par le LOC sur le prédicat. Le LOC dans ce cas, comme n’importe quel complément de rang 0 avec le prédicat, sert de repère quantitatif et qualitatif à l’ensemble de relation prédicative.

59On n’a cependant pas affaire à n’importe quel complément de rang 0 puisqu’il s’agit ici d’un premier argument d’une qualité particulière : il est sur-déterminé, en fonction de propriétés constatables dans une situation spécifique, et il ne correspond pas au niveau notionnel à la source (sujet de l’actif), ou au destinataire (sujet du passif). Cette double particularité va de pair avec le type de prédication enclenché.

60La neutralisation d’une origine qui évalue est contre-balancée par la mise en place d’une situation construite de manière extrêmement précise (cf. en anglais, les détails topologiques presque systématiques, discutés dans L. Gournay (à paraître)). Ainsi, on a une situation de référence dotée de propriétés quantitatives et qualitatives suffisamment définies pour servir de repère énonciatif, et de ce fait se substituer, au paramètre S, à la situation d’énonciation.

61L’espace de référence à partir duquel l’énoncé IL est représenté : deux situations sont envisagées, une situation d’énonciation SIT0 et une situation de référence SIT2, qui au niveau du paramètre S (celui de l’origine énonciative) se confondent puisque l’origine est identifiée à SIT0. Au paramètre temporel T, on distingue encore un moment de l’énonciation et un moment de référence.

62On construit avec l’inversion locative un espace de référence doté d’une origine S2 qui n’est pas identifiée à un point de vue privilégié. Seule une distinction T0 / T2 est conservée dans la superposition des deux situations, ce qui est observable dans les récits au passé où l’élément verbal portera les marques du passé. L’absence de point de vue privilégié a pour effet d’inclure le point de vue du Co-énonciateur dans la situation de référence : en effaçant la trace d’un énonciateur qui évalue, on laisse la possibilité à tous les points de vue potentiels en SIT2 de servir de repère origine.

63Le sujet notionnel exprimé dans le GN postposé correspond à un complément de rang 1. Son rôle prédicatif n’est pas le même que celui du complément de rang 0. Il détermine la relation prédicative une fois celle-ci déjà cadrée par le complément de rang 0. En l’occurrence, le GN postposé renvoie à la source du procès (animé ou non), mais dont les intentions ne sont pas évaluées (neutralisation de l’agentivité). Il spécifie une relation déjà restreinte. Mon analyse, qui devra faire l’objet d’un approfondissement, revient à donner une importance capitale à l’ordre des éléments-arguments en ce qui concerne la détermination du prédicat. Dans la phrase déclarative, l’élément mentionné avant le verbe a une fonction déterminative restrictive, tandis que l’élément mentionné après le verbe a une fonction déterminative spécifiante.

64Pour finir, je ferai une mise au point concernant l’apport de mon travail dans la littérature sur l’IL.

  • je propose une analyse homogène de l’inversion locative (pas de distinction en fonction du verbe, ni du sujet)

  • qui rend compte des incompatibilités verbales en s’appuyant non pas sur le rôle discursif de la tournure mais sur la structure prédicative de l’énoncé et les caractéristiques du Complément de rang 0 (sujet prédicatif)

  • les rôles de complément de rang 0 et complément de rang 1 sont attribués respectivement au LOC et au GNpostposé et je distingue ces rôles en fonction du type de détermination opérée, une détermination restrictive pour le Co et une détermination spécifiante pour le C1.

  • l’origine énonciative de l’énoncé en IL est repérée dans la situation. Il y a superposition au paramètre S de la situation représentée sur la situation d’énonciation ce qui rend incompatible l’expression d’une évaluation subjective.

65Ce dernier point me permet d’évoquer ici l’IL comme marqueur d’une prédication objectivée, ou marqueur d’une évidentialité zéro. Peut-être un archaïsme énonciatif, en tout cas un mode de parler qui n’est pas en compétition réelle avec le mode évaluatif, clairement dominant.

Annexes

Sources des exemples français

Boileau-Narcejac, 1973, Les Pistolets de Sans Atout, Paris, Les Éditions de l’Amitié G. T. Rageot.

Daeninckx, D., 1984, Meurtres pour mémoire, Paris, Gallimard.

Guimard, P., 1967, Les Choses de la vie, Folio, Paris, Denoël. Traduction Whiteside, S., 1994, Intersection, Londres, Penguin Books.

Jonquet, T., 2002, Ad vitam aeternam, Paris, Seuil, Roman noir.

Jonquet, T., 1995 [1986], Le Secret du rabbin, Paris, Gallimard, Folio policier.

Malraux, A., 1990 [1946], La Condition humaine, Paris, Gallimard, collection Folio. Traduction Macdonald, A., 1948, Man’s Estate, Londres, Penguin Books.

Pagan, H., 1997, Dernière station avant l’autoroute, Paris, Rivages /  Thriller.

Pouy, J.-B., 1995, La Petite Écuyère a cafté, Paris, Éditions Baleine, Librio noir.

Queffelec, Y., 1985, Les Noces barbares, Paris, Gallimard, Folio. Traduction Coverdale, L., 1991 [1987], The Wedding, Sceptre Edition.

Vargas, F., 2002, Pars et reviens tard, Paris, Fleuve noir

Sources des exemples anglais

Dahl, R., 1979, Tales of the Unexpected, Londres, Penguin Books. Traduction Gaspar, E. et Barberis, H., 1962, Bizarre ! Bizarre !, Paris, Gallimard.

Hillerman, T., 1995 [1980], People of Darkness, New York, Warner Books.

Horny, N., 2001, How to be Good, Londres, Viking.

James, P. D., 1998 [1997], A Certain Justice, Londres, Ballantine Books.

Morgan, R., 2000, Let There Be Lite, Londres, Bantam Books. Traduction Rinaldo, D., 2001, Poulet Farci, Paris, Éditions Belfond, 10 / 18.

Mosley W., 1991, A Red Death, Londres, Pan Books. Traduction Merchez, G., 1994, Une mort en rouge, Paris, Albin Michel, Points.

Paretsky, S., 1984, Deadlock, Londres, Penguin Books.

Roy A., 1997, The God of Small Things, Londres, Flamingo, Harpers and Collins. Traduction Demanuelli, C., 1998, Le Dieu des Petits Riens, Paris, Gallimard, NRF.

Abréviations

Harry Order Rowling, J. K., 2003, Harry Potter and the Order of Phoenix, Londres, Bloomsbury.

Jordan Evette, J.-B., 1997, Jordan Fantosme, Paris, NRF, Gallimard.

Jours D’Epernoux, F., 2001, Deux jours à tuer, Paris, Éditions Anne Carrière.

Ripple Lessing, D., 1958, A Ripple from the Storm, Londres, Flamingo.

Wide Window Snicket, L., 2000, A series of Unfortunate Events, The Wide Window, New York, Egmont.

Notes

1 Définition de procès : c’est une notion, un faisceau de propriétés, dont certaines garantissent une fonction de relateur (source procès destinataire) et d’autres une détermination temporelle. Au niveau de la structure argumentale instanciée, le procès devient prédicat. Ses réalisations linéaires les plus fréquentes : les verbes.

2 Une nécessité que les travaux de Guillemin-Flescher 1981 ont mis en évidence.

3 Cf. « statal interpretation » de Levin et Rappaport-Hovav 1996.

4 Les verbes inaccusatifs sont des verbes intransitifs sans sujet en structure profonde, uniquement un objet, et ce dernier est réalisé en surface, dans les énoncés canoniques en position sujet : ex : The window broke / source de l’action non exprimée dans une structure intransitive / destinataire de l’action (qui est affecté par celle-ci) = window

5 Dans mon corpus, come n’est jamais un verbe de déplacement spatial.

6 Cf Kim 2003 pour une reprise des différents arguments et tests en syntaxe générative.

7 Les verbes inergatifs forment l’autre classe de verbes intransitifs, ceux qui ont un sujet en structure profonde et pas d’objet, ex : John flies / shouts / dances.

8 Dans les études qui ont recours à des exemples fabriqués, certaines de ces contraintes ne sont pas prises en compte. Un exemple jugé inacceptable en raison du verbe intransitif qu’il contient peut se révéler inacceptable pour l’une des contraintes citées ici.

9 Dans la TOPE, le plan de validation est constitué de l’intérieur (I) et de l’extérieur (E). Ce qui est à l’intérieur est validé (affirmatif), ce qui est à l’extérieur est non validé (négatif).

10 Dans la parenthèse ce qui est en italique correspond à l’étape de la validation ou non-validation.

11 Dans une étude ultérieure, je dégage quelques critères discursifs qui rendent pertinente cette rupture avec le point de vue privilégié (souvent identifié à un personnage).

12 Dans la TOPE, on distingue le terme de départ (rôle de thème au sein de la relation marquée par le verbe) du repère constitutif (rôle thématique au niveau de l’énoncé) : Dans le ciel vole un oiseau => Dans le ciel = terme de départ de la relation prédicative Dans le ciel, un oiseau vole => Dans le ciel = repère constitutif (pas un élément intégré à la relation verbale) (Pour une définition plus approfondie de terme de départ et repère constitutif, voir Culioli 1999a : 104)

13 Rappel : Théorie des Opérations Prédicatives et Énonciatives, fondée par A. Culioli.

14 Pour une description plus approfondie des propriétés du LOC, cf. Gournay 2004, Gournay à paraître.

15 Atkinson 1973 : 16. “the phenomenon in question must be taking place at a given moment within a time sequence which has been previously initiated”.

16 Levin et Rappaport-Hovav (1996 : 232) : “The few reported or constructed instances of locative inversions with transitive verbs involve fixed phrases such as take place or take root, which have the type of meaning associated with a verb of existence”.

17 Dans notre corpus, on a : s’envoler, s’aligner, se dresser, s’étendre, se retrouver, se trouver, s’ouvrir, s’ajouter. Sont donc absents : se parler, s’embrasser, s’entretuer… qui nécessitent des sujets « pluriel ».

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3148/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 7,0k

Auteur

Maître de conférences à l’Université Denis Diderot – Paris 7 (Institut d’études anglophones Charles V), elle s’intéresse particulièrement aux phénomènes linguistiques dans une perspective contrastive (français / anglais). Auteur d’un ouvrage sur la coordination (sous le nom de Hoarau, Ophrys, 1997), elle a aussi publié plusieurs articles notamment sur l’inversion complète et les marqueurs en WH-. Elle a par ailleurs co-édité un numéro des Cahiers Charles V, « Lectures croisées littérature / linguistique » avec Catherine Bernard (Paris 7) et avec Jean-Marie Merle a travaillé à l’élaboration de Contrastes, ouvrage en hommage à Jacqueline Guillemin-Flescher. Elle est membre de l’équipe CLILLAC de Paris 7 (Linguistique interlangue, lexicologie, linguistique anglaise, linguistique de corpus) et participe aux travaux du centre de recherche AELA (Analyses en Linguistique Anglaise Paris 3) et de l’équipe EA 3980 de Paris 3. Elle poursuit actuellement des recherches sur les marqueurs en wh- et en qu-, tout en continuant ses investigations sur l’inversion complète.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540