Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et configuration syntaxique

Pour un traitement formel énonciatif des compléments de verbe à forme non-finie

Alain Deschamps

Résumé

The aim of Alain Deschamps’ paper is to set out an overview of the various parameters at work when two clauses are concatenated (the main verb being complemented by a subordinate clause). A metalinguistic representation of these patterns – inside an enunciative framework – includes tentative formulations of abstract forms for all predicates found before complement clauses so as to account for their different values and to explain why semantically related verbs are likely to appear in similar constructions. It also requires a formal definition of the parameters of the possible relations between the elements of the two clauses and of the various grammatical markers.

Texte intégral

  • 1 Ce cadre théorique est défini dans les différents textes d’Antoine Culioli (voir bibliographie). Un (...)

1Cet article s’inscrit dans le cadre d’un traitement systématique des paramètres qui entrent en jeu dans certains cas d’imbrication de plusieurs relations prédica-tives. Il s’agit d’abord, dans un cadre énonciatif (en l’occurrence, celui de la théorie des opérations énonciatives de Culioli1) de proposer, pour l’anglais, une formalisation de la complémentation d’un prédicat par une proposition (en générale qualifiée de complétive dans la littérature), en établissant une comparaison avec les compléments propositionnels du français. Cette représentation, qui s’appuie sur une description très détaillée des structures concernées, doit permettre de mettre en évidence les multiples paramètres qui sont en jeu dans la construction de ces structures et des valeurs qu’elles peuvent prendre. Le but est notamment de pouvoir rendre compte de tous les cas d’utilisation du gérondif ou de l’infinitif dans les propositions compléments de verbe et d’en proposer une modélisation qui permette d’expliquer la compatibilité des prédicats avec les formes non-finies.

  • 2 Cette étude se fonde sur un très vaste corpus recueilli à partir de 1969 : d’un côté plus de 80 000 (...)

2Il s’agit également de montrer que chaque prédicat possède une forme schématique spécifique (schème d’opérations qui lui sont liées) qui permet d’en expliquer les différents emplois sans avoir recours aux concepts de polysémie, de continuum de valeurs, de valeur centrale, d’emplois métaphoriques, de systèmes de traits codés dans le lexique ou de listes de valeurs. La formalisation proposée s’appuie sur une étude distributionnelle très large, voire quasi exhaustive2. Une description rapide des données syntaxiques globales permettra de mieux appréhender la multiplicité des constructions possibles et des paramètres à prendre en compte.

1. Données syntaxiques propres à l’anglais et au français

3La comparaison entre l’anglais et le français permet de mettre en évidence des opérations récurrentes dans les deux langues à côté de différences importantes.

1. 1. Les compléments non-finis du français

4En français, d’un point de vue descriptif, en dehors des complétives en que et des interrogatives indirectes, les compléments de verbes sont des constructions infinitives qui reposent principalement sur deux variables :

  1. le schéma de complémentation du verbe recteur : présence d’une préposition (de, à, pour) devant l’infinitif ou absence de préposition (Ø) ;

  2. la présence ou non d’un groupe nominal (avec ou sans préposition) entre le verbe recteur et l’infinitif.

5Ces deux paramètres vont se combiner pour donner deux grandes séries de constructions infinitives :

  • celles qui ne comportent pas de complément nominal ou pronominal (l’infinitif suit directement le verbe recteur ou la préposition qu’il gouverne) :

(1)

Il a souhaité / voulu / pensé venir.

(2)

Il a décidé / essayé / promis de venir.

(3)

Il a renoncé / continué / demandé / réussi à venir

(4)

Il a insisté / postulé pour venir.

    • 3 Cf. M. Gross, R. Mirsamiie ou A. Rochette pour le détail des constructions attestées.

    celles qui comportent un complément nominal ou pronominal (susceptible également d’être précédé d’une préposition (à ou de) ce qui permet les combinaisons suivantes (les autres étant très rares voire impossibles)3 :

  • Pas de préposition entre le verbe recteur et le groupe nominal (schémas Ø – Ø / Ø – à / Ø – de) :

(5)

Il a vu / entendu Paul venir.

(6)

Il a invité / autorisé / décidé Paul à venir.

(7)

Il a dissuadé / découragé Paul de venir.

  • Préposition à entre le verbe recteur et le groupe nominal (schémas àde / 
    à – à) :

(8)

Il a appris / enseigné à Paul à dessiner.

(9)

Il a interdit / permis / conseillé à Paul de venir.

  • 4 Cf. par exemple G. Vanden Wyngaert (1994) pour le traitement de [PRO].

6Le traitement le plus courant de toutes ces constructions repose sur l’idée que, en dehors des verbes dits « à montée du sujet » (comme sembler, commencer…) le sujet de l’infinitif est soit co-référent avec celui du verbe recteur et n’est, dans ce cas, pas marqué (effacement ou catégorie vide [PRO] de la grammaire générative4) soit représenté par le complément du verbe recteur. Ce principe général, qui a donné lieu à d’importants développements dans la littérature générativiste depuis les travaux fondateurs de Lees, Rosenbaum ou Bresnan sur les nominalisations, est encore au centre de nombreuses études sur la nature et le contrôle du sujet du verbe à l’infinitif.

1. 2. Les compléments non-finis de l’anglais

7Dans le traitement des complétives à forme non-finie en anglais, on retrouve un peu la même opposition fondamentale : la classification des complétives repose d’abord sur la présence ou l’absence de groupe nominal devant la forme non-finie, assortie du principe que cette absence implique normalement un phénomène de co-référence entre le sujet du verbe recteur et celui de la forme non-finie enchâssée simplement représenté par un élément virtuel ou effacé, ou une opération de montée du sujet dans des cas un peu équivalents à ceux du français (seem, begin…). Au contraire, le groupe nominal, là où il est présent, est censé servir de sujet à la forme non-finie. Ce qu’illustre en anglais la différence entre :

(10)

He wants to come with us.

et :

(11)

He wants her to come with us.

1. 3. Les cas particuliers en français et en anglais

8Ce principe de base général est toutefois remis en question dans plusieurs types de constructions :

  • Dans le premier cas, commun aux deux langues, on ne trouve pas de SN sujet devant la forme non-finie sans qu’il y ait co-référence. En anglais, ce cas est illustré par des exemples avec want ou need, can’t stand ou can’t bear, allow ou forbid, prevent ou stop, mean, include, ou entail, construits avec des formes en ing, et par say construit avec un infinitif (voir Deschamps 2002a). Cette non co-référence se retrouve aussi en français avec certaines structures (interdire, recommander, conseiller, permettre, impliquer…).

  • Dans le second, on trouve un groupe nominal (sous forme de pronom réfléchi) devant l’infinitif, bien qu’il y ait co-référence et donc effacement attendu. Cette construction se rencontre après les verbes d’opinion comme think, believe, judge… ou les verbes déclaratifs comme proclaim, profess, assert, declare… Il n’existe pas de structure équivalente en français où ce cas n’est pas attesté.

  • Enfin, dans le troisième et dernier cas (très marginal et très discuté en anglais mais fréquent en français) la co-référence existe entre le sujet du verbe recteur et celui de l’infinitif alors qu’un autre syntagme nominal complément peut précéder l’infinitif, si bien que les constructions avec et sans complément sont presque équivalentes. En français, cette particularité se retrouve avec deux séries de prédicats : promettre, jurer, menacer, offrir, proposer d’un côté :

(12)

Paul a promis / juré / offert / proposé d’intervenir.

(13)

Paul a promis / juré / offert / proposé à ses voisins d’intervenir.

(14)

Paul nous a promis / juré / offert / proposé d’intervenir.

(15)

Paul a menacé de prévenir la police.

(16)

Paul a menacé ses voisins de prévenir la police.

et avec certains verbes déclaratifs de l’autre (déclarer, dire, avouer, certifier…) :

(17)

Paul a affirmé / déclaré / certifié / garanti / indiqué / dit… qu’il était sorti à 6 heures.

(18)

Paul a affirmé / déclaré / certifié / garanti / indiqué / dit… être sorti à 6 heures.

(19)

Paul nous a affirmé / déclaré / certifié / garanti / indiqué / dit… qu’il était sorti à 6 heures.

(20)

Paul nous a affirmé / déclaré / certifié / garanti / indiqué / dit… être sorti à 6 heures.

9La situation est très différente en anglais où si promise et threaten sont très régulièrement suivis directement d’un infinitif avec to, ce qui reproduit d’assez près la construction française, ils ne se trouvent que très marginalement pour promise et jamais pour threaten dans une construction équivalente à celle du français avec un syntagme nominal complément (voir Deschamps 2004) :

(21)

He promised (*threatened) me never to tell it to anyone.

10Il s’agit donc de proposer un système de représentation apte à rendre compte à la fois de ces écarts par rapport à la règle générale de co-référence et des convergences entre tous les prédicats et les structures syntaxiques dans les-quelles ils apparaissent.

2. L’imbrication de deux relations prédicatives

  • 5 On peut considérer que cette expression peut être ambiguë, car elle semble renvoyer plutôt à schéma (...)

11Dans les cas d’imbrication de deux relations prédicatives, il faut étudier chaque prédicat recteur afin d’en mettre en évidence les paramètres constitutifs, ce qui permettra d’en proposer une représentation invariante compatible avec les différentes structures dans lesquelles ils sont attestés, en partant de l’idée que chaque notion est associable à un schème d’opérations et peut se voir attribuer une forme schématique5. On ne postulera, a priori, pas de différence de nature entre la forme schématique des prédicats et celle des marqueurs d’opérations énonciatives, même si pour les arguments on peut envisager des représentations plus statiques. On ne fera donc pas de distinction tranchée entre mots pleins et mots vides, ou mots outils et mots lexicaux et grammaticaux (sans méconnaître bien sûr le rôle central des contraintes syntaxiques). On ne voit pas pourquoi on aurait des modélisations de nature différente pour rendre compte des emplois des modaux, de do, de be ou de have ou, par exemple, pour ceux de prédicats comme : go, come, make ou think. Dans tous les cas, soit on met en avant leur polysémie en leur attribuant une valeur centrale ou en listant leurs différentes valeurs comme des emplois disjoints, soit on s’applique à mettre en évidence une représentation en termes d’opérations qui permettra de construire des valeurs résultantes dans les différents contextes où le marqueur peut apparaître. Cette recherche de la forme schématique spécifique pour chaque prédicat doit se faire en parallèle avec la mise en évidence des paramètres qui vont intervenir dans une représentation formalisée des structures étudiées.

2. 1. Traitement des compléments propositionnels de l’anglais

12Pour en revenir aux phénomènes d’imbrication de relations prédicatives, on constate que ces structures ont donné lieu à de multiples développements en termes d’opérations syntaxiques, de hiérarchisation et de problèmes de co--référence. Il ne s’agit pas de méconnaître ces traitements mais de montrer qu’on peut en proposer d’autres qui prennent mieux en compte les faisceaux complexes de relations qui vont intervenir dans la construction de ces structures.

13Dans toutes ces constructions, on considérera qu’on a affaire à une combinatoire de relations prédicatives dont la classification en termes d’enchâssée et d’enchâssante (c’est-à-dire de hiérarchisation syntaxique) ne peut servir d’explication suffisante. Seule la première de ces relations prédicatives a un repérage autonome, elle est pourvue d’un Site (ensemble de coordonnées énonciatives construites par rapport à Sit0, origine énonciative) alors que la seconde, complètement instanciée ou non ne peut être située que par rapport à la première. Il importe donc de dégager les différentes relations de repérage possibles entre les deux relations prédicatives.

3. Les relations possibles entre les relations prédicatives

14Si on représente la relation prédicative enchâssante par < A R B > et la relation prédicative enchâssée par < a r b >, on voit qu’entre < A R B > et < a r b >, on ne peut se limiter à une simple règle de réécriture qui vienne placer la complétive comme complément du verbe principal et à une prise en compte des phéno-mènes de co-référence et de non-co-référence expliquant l’effacement ou le maintien des arguments devant l’infinitif. Il s’agit au contraire d’étudier toutes les relations qui peuvent exister entre les divers constituants des deux relations prédicatives et de définir les paramètres qu’on va retrouver dans les diverses constructions liées aux différents prédicats, notamment en établissant le schéma des relations possibles entre les divers composants de ces deux relations.

3.1. Les relations de repérages

that que

15Le repérage de l’enchâssée va s’appuyer sur les 3 valeurs possibles de l’opérateur de mise en relation : identification, différentiation ou rupture, ce qui va correspondre à des relations de concomitance, de concomitance et consécutivité, ou de consécutivité (aussi bien temporelle que causale). Dans chacun de ces cas, la relation va se combiner avec le paramètre QNT / QLT (prépondérance du quantitatif QNT-(QLT), du qualitatif QLT-(QNT) ou équipondération (QNT-QLT). On peut construire les relations suivantes :

a. Concomitance

16Il y a prise en charge de la relation prédicative imbriquée :

  • Soit comme occurrence validée repérée par rapport à une source explicite, ce qui lui confère un statut de quasi-assertion :

QNT-(QLT) : occurrence : see, hear, feel, watch

17Il s’agit dans ce cas d’expliciter la validation de la proposition complément en spécifiant l’origine subjective qui en garantit la validité.

  • Soit comme proposition simplement prise en charge par une source subjective sans construction indépendante de la validation :

(QNT)-QLT : subjectivité : believe, think, know, remember…

18Il s’agit dans ce cas de spécifier l’origine subjective de la relation prédicative imbriquée qui en garantit la validité sans que la validation soit posée (avec les verbes dits « d’état interne »).

  • Soit comme proposition prise en charge par une source subjective qui en atteste la validation : il y a affirmation de la validation mais à partir d’une source subjective particulière spécifiée qui la formule.

QNT-QLT : prise en charge subjective de la validation.

19Cette catégorie inclura notamment les prédicats de dire, pour lesquels il faudra distinguer entre ceux qui impliquent une relation d’interlocution (énonciateur + locuteur + interlocuteur : tell, advise…) et ceux qui impliquent en priorité une relation de locution (énonciateur + locuteur) et donc une simple prise en charge du contenu de l’enchâssée sans que l’interlocuteur soit un paramètre obligatoire de la relation (say, mention…).

b. Concomitance et consécutivité : entraînement (entailment)

20Ce double repérage va permettre de construire ce qui est de l’ordre de la causativité au sens large, la relation mise en place est plus définie comme une simple relation d’entraînement (entailment) que comme une relation causale stricto sensu. Le repérage se fait à partir de deux points distincts de la classe des instants, le premier étant celui où la relation d’entraînement est mise en place, le second, construit par différence avec le premier, étant celui qui construit le résultat de la relation d’entraînement.

21Cette relation peut être construite dans les deux sens, l’enchâssante étant à l’origine de la relation d’entraînement ou en étant le résultat. En combinant avec le paramètre QNT-QLT, on va avoir :

QNT-(QLT) Relation d’entraînement : causation : cause, get

QNT-QLT : Relation d’entraînement : causation + valuation : bribe, goad, + intorestrain, dissuade + from…

QNT-QLT : Relation d’entraînement inverse : causation + valuation : punish, blame + for.

c. Consécutivité

22Le repérage est construit par une opération de rupture. La relation prédicative imbriquée ne dépend pas de la première pour sa validation qui ne peut être que prospective. Elle va pouvoir être posée soit comme opération de visée (choix d’une valeur sélectionnée valuée) soit comme une opération de téléonomie (sélection d’une valeur valuée + intentionnalité) en générale liée à de la conation (effort en vue de) ou à de l’intersubjectivité.

Visée : expect, wish, like…

Téléonomie : plan, intend, choose…

23Ces diverses relations ne sont pas exclusives les unes des autres, ainsi beaucoup de prédicats vont-ils être compatibles avec une relation d’interlocution et une relation d’entraînement (order, tell, allow, forbid…), avec une relation d’interlocution et une relation de visée (advise, recommend, promise…) ou avec une relation d’entraînement et une relation de visée ou de téléonomie (force, get, oblige, stop…).

3. 2. Les autres relations mises en jeu

24D’autres relations sont à prendre en compte :

  • Intrapropositionnelles comme celle entre A et R qui est liée notamment au statut agentif des arguments et débouche sur des valeurs très différentes du prédicat selon que A est animé ou non animé. La relation entre R et C est soumise aux mêmes contraintes et joue un rôle majeur à la fois dans les cas d’interlocution et dans les relations causales. La relation entre A et C va notamment mettre en jeu les relations intersubjectives, notamment dans tout le domaine des causatives.

  • Interpropositionnelles comme celles entre A et a ou entre B et a qui par identification et différenciation rendent compte des phénomènes de co-référence et de non-co-référence entre les arguments source des deux relations prédicatives.

4. Les spécificités de la relation d’entraînement

25Dans le cas de la relation d’entraînement et des structures causatives, très importantes dans le corpus, on voit que diverses relations sont possibles en termes de consécutivité ou de concomitance (le terme de consécutivité est pris au sens large, temporel ou causal, et indique une sorte de relation d’entraînement qui n’est pas l’implication de la logique formelle mais une relation beaucoup plus vague (entailment), qui peut être une simple relation de successivité sans relation causale particulière).

26Il apparaît que dans le premier cas (p  q) le jeu sur les négations et sur le domaine notionnel permet de construire quatre schémas de causalité, dont le troisième renvoie seulement à une absence de causalité (< a r b > représente la relation prédicative correspondant à q) :

  1. A fait que < a r b > est le cas (make ou get).

  2. A fait que < a r b > n’est pas le cas (prevent ou stop).

  3. A ne fait pas que < a r b > est le cas (absence de relation causale).

  4. A ne fait pas que < a r b > n’est pas le cas (let ou allow).

27Si on reprend le problème en considérant la relation entre les deux relations prédicatives en termes de consécutivité et de validation, comme indiqué plus haut, on peut représenter les quatre cas en termes de chemin ou de schéma de bifurcation de la façon suivante (I = l’intérieur de la notion, E = l’extérieur de la notion : négation ou autre forme d’altérité) :

  1. A fait que < a r b > est le cas (construit le chemin vers I).

  2. A fait que < a r b > n’est pas le cas (construit le chemin vers E ou annule celui vers I).

  3. A ne fait pas que < a r b > est le cas (absence de relation causale, ne construit pas de bifurcation (vers I ni vers E)).

  4. A ne fait pas que < a r b > n’est pas le cas (construit les deux chemins vers I et E).

28Le troisième cas se ramène à la négation de l’implication de causalité et donc à l’absence de relation entre les deux relations prédicatives, alors que le -quatrième représente le cas où on rétablit la bifurcation, ce qui rapproche ces relations de certaines représentations des modalités.

5. Les différents cas de validation et le schéma de bifurcation

29La relation prédicative enchâssée n’ayant pas un statut d’assertion constitue un domaine notionnel dont, selon les cas, on peut prendre en compte l’intérieur ou l’extérieur posés comme valeur validée. Cette prise en compte par l’intermédiaire du verbe recteur ne correspond pas à une assertion de plein effet mais sélectionne une des deux valeurs (< a r b > est le cas ou < a r b > n’est pas le cas). C’est ce qu’on va trouver le plus souvent avec les propositions en that ou ø et avec certaines constructions en WH où une valeur est sélectionnée mais non posée comme validée (« être le cas »).

(22)

I don’t know what to do.

(23)

I think she was there.

(24)

The jury believed him to be innocent.

30Dans d’autres cas (whether ou if) on est amené à construire la bifurcation avec chemin ouvert vers les deux valeurs :

(25)

I don’t know / wonder whether / if she is coming.

(26)

He asked me whether she was coming.

31Si la RP imbriquée n’a pas une forme finie et inclut une forme non finie-
(to + infinitif ou V + ing), on peut considérer qu’il n’existe plus d’autonomie de l’enchâssée en termes de forme assertive et que le problème de la validation (être le cas / ne pas être le cas) ne dépend pas du choix de ces formes mais de la relation avec le prédicat recteur. Néanmoins, chacune des formes non-finies renvoie à un jeu sur le domaine notionnel et va correspondre à un schème spécifique d’opérations. On notera les trois formes étudiées ici : BV (base verbale ou infinitif sans to), to + BV (infinitif ou to + infinitif), BV + ing (forme en -ing, sans que soit faite la moindre différence entre ces différentes dénominations, gérondif, participe présent ou adjectif verbal).

32On postulera que to + BV construit la visée de l’intérieur de la notion à partir d’un plan qui contient le point extérieur notionnel IE, valeur indifférenciée de la notion p, p’. La visée indique simplement qu’il s’agit de la valeur qui va être prise en compte dans le choix entre p et p’ et que l’autre valeur (l’extérieur p’ ou E) n’est pas prise en compte. Cette représentation montre bien que I n’est pas délimité quantitativement. Il est intéressant de voir que cette représentation est tout à fait en accord avec celle de to préposition sur laquelle il faudra revenir. Par contraste, la forme en -ing indique que la délimitation quantitative a déjà été effectuée (on pose I ou E) et qu’il y a préconstruction de cette opération et donc que la valeur envisagée est celle qui a trait à la dimension qualitative du procès. La base verbale renvoie à l’ensemble du domaine avant qu’une valeur soit sélectionnée. Ainsi, avec BV + ing, ne prendra-t-on en compte qu’une seule valeur alors que
to + BV lié à une visée va obligatoirement reposer sur la construction d’un schéma de bifurcation. On pourra, selon les cas, prendre en compte un seul chemin vers I ou E, mais, selon les prédicats, les préconstruits et les négations on peut encore complexifier le système des schémas de validation en construisant les relations suivantes :

Tableau des bifurcations

Tableau des bifurcations

33On peut donc récapituler ainsi les schémas de validations de < a r b >:

34Soit on prend en compte une seule valeur (on pose l’intérieur I ou l’extérieur E), soit on travaille sur le schéma de bifurcation avec différents cas :

  1. Chemin ouvert vers I : visée de I : faire que < a r b > soit validé, avec chemin vers E non pris en compte.

  2. Chemin ouvert vers I : visée de I, fermeture de E : faire que < a r b > validé.

  3. Chemin ouvert vers E : visée de E, faire que E de < a r b > validé,

  4. Chemin fermé vers I : visée de E, fermeture de I : faire que E de < a r b > validé.

  5. Chemin ouvert vers I ou E : ne pas imposer < a r b >, donc laisser ouverte la bifurcation.

  6. Pas de construction de chemin : non-visée de I ou de E.

35Il s’agissait dans cette étude, forcément limitée, de revenir sur les bases d’un traitement des concaténations de relations prédicatives dans le cadre de la théorie des opérations énonciatives, en définissant un certain nombre d’opérations métalinguistiques propres à expliciter les paramètres qui vont pouvoir être utilisés pour un traitement d’ensemble des compléments propositionnels. Ce traitement à moyen terme implique la prise en compte de chacun des quelques 1500 prédicats concernés, avec pour objectif la recherche des invariants pour chaque lexème et l’explication de ses compatibilités ou incompatibilités avec les structures synta-xiques prises en compte. La compréhension des spécificités de chaque prédicat devrait permettre de mieux cerner l’organisation de certains processus de complexification des structures par l’utilisation de variables en nombre limité mais dont la combinatoire débouche sur la multiplication quasi-illimitée des énoncés attestés.

Notes

1 Ce cadre théorique est défini dans les différents textes d’Antoine Culioli (voir bibliographie). Une présentation en anglais des principaux points de la théorie des opérations énonciatives a été faite par M-L. Groussier (2000) dans Lingua.

2 Cette étude se fonde sur un très vaste corpus recueilli à partir de 1969 : d’un côté plus de 80 000 exemples écrits, notés au cours de lectures variées (environ 130 œuvres de fiction contemporaine, des journaux, revues et magazines et de nombreux ouvrages de linguistique), de l’autre, un corpus supplémentaire constitué à partir de supports électroniques (Internet ou corpus disponibles) et permettant de compléter le premier (notamment pour les comparaisons avec le français). Aujourd’hui, ce corpus m’a permis de prendre en compte, pour l’anglais, près de 1500 verbes différents susceptibles d’apparaître comme verbe recteur suivi d’une proposition avec un verbe à forme non-finie.

3 Cf. M. Gross, R. Mirsamiie ou A. Rochette pour le détail des constructions attestées.

4 Cf. par exemple G. Vanden Wyngaert (1994) pour le traitement de [PRO].

5 On peut considérer que cette expression peut être ambiguë, car elle semble renvoyer plutôt à schéma et schématique qu’à schème. Or il s’agit bien de schèmes et donc de systèmes dynamiques dès qu’on a affaire à des prédicats.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3146/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0k
Titre Figure 1
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3146/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Tableau des bifurcations
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/3146/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k

Auteur

Alain Deschamps est professeur de linguistique anglaise à l’Université Denis Diderot – Paris 7 (Institut d’études anglophones Charles V). Il est responsable de l’équipe de linguistique CLILLAC (Linguistique interlangue, lexicologie, linguistique anglaise, linguistique de corpus). Il a publié une cinquantaine d’articles de phonologie ou de syntaxe / énonciation, trois volumes seul ou en collaboration et a participé à la publication de six autres volumes de linguistique anglaise. Ses domaines de recherche incluent la phonologie de l’anglais (en priorité la relation graphie – phonie) et la linguistique énonciative (principalement la complémentation des verbes par des propositions).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540