Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et représentation prépositionnelle

Complémentation et actance : compléments en par / compléments en de

Nicole Le Querler

Résumé

Nicole Le Querler addresses the problems raised by the opposition between the French prepositions par and de. Her approach brings together the syntactic organisation of the sentence and its interpretation. The article highlights the problem of “Par + agent” in passive constructions and seeks to establish the importance of the parameters which operate in the definition of agency. The author establishes a scale of agency, the highest point of which precludes choice of forms. Only in cases of minimal agency is it possible to choose between the two forms.

Texte intégral

  • 1 Sur les prépositions (de et par en particulier), voir Cadiot 1989, Cervoni 1990 et 1991, Choul 1981 (...)
  • 2 Sur les problèmes d’actance nominale, on s’appuiera en particulier sur les travaux de Daladier 1996 (...)

1Cette étude s’inscrit dans un ensemble plus vaste consacré à l’écart séman-tique entre une complémentation en par et une complémentation en de à contexte égal1. La base de ce programme de recherche est un corpus constitué d’environ 700 énoncés comportant un complément en par (complément circonstanciel, complément d’agent, complément d’un adjectif, complément d’un nom). Les problèmes soulevés touchent, de par le sémantisme de la préposition par, la notion d’actance (actance verbale, actance nominale2), la frontière syntaxique entre agent et circonstant, la complémentation de périphrases verbales marquant ce que Damourette et Pichon appellent l’immixtion (« immixtion causative » : faire faire quelque chose par quelqu’un, « immixtion tolérative » : laisser faire quelque chose par quelqu’un, « immixtion connective » voir faire quelque chose par quelqu’un). Dans tous ces domaines, l’alternance entre par et de est soit impossible, soit possible avec un écart sémantique plus ou moins important. Selon la préposition, les relations syntaxiques varient également. Il s’agira donc, dans chacun des domaines concernés, d’analyser l’impact, sur l’organisation syntaxique de la phrase et son interprétation, d’une complémentation en par et d’une complémentation en de. Cet ensemble est trop vaste pour être traité dans la présente étude, qui fait partie d’une série de quatre ou cinq : une analyse du continuum entre agent et circonstant au colloque de Sousse sur le continuum, en novembre 2002, une étude des rapports entre actance nominale et actance verbale au colloque du Cerlico sur la morphosyntaxe du lexique, à Tours en juin 2002, une communication sur les périphrases verbales d’immixtion au colloque de Caen sur les périphrases verbales, en juin 2003.

  • 3 Quelques travaux sur le passif et l’agent : Desclés et al. 1993, Gross 1993, Gross et Gross 1993, L (...)

2Ce que j’ai choisi d’analyser ici, c’est la complémentation verbale en par ou de dans le cas du complément d’agent d’un verbe passif3. J’ai donc sélectionné dans le corpus les énoncés où le complément en par occupe cette fonction dans la phrase, et je me suis interrogée sur la possibilité d’équivalence avec le même énoncé où le complément serait introduit par de. Ce qui est généralement affirmé dans les grammaires, c’est que de, très courant en français classique, l’est beaucoup moins en français moderne, et qu’il est réservé aux cas où l’agent est perçu comme moins actif. Sans démentir cette analyse, on tentera ici de l’affiner et de l’étendre. La possibilité d’équivalence entre complémentation en par et complémentation en de est en effet liée, dans le cas du complément d’agent, à divers paramètres contextuels dont il s’agira d’analyser le rôle : type de procès du verbe passif (avec plusieurs valeurs possibles pour un même verbe), valeur aspectuelle globale de l’énoncé, type de terme régi par la préposition, détermination du terme régi, rôle actanciel et analyse syntaxique du complément. Tous ces paramètres contextuels ont une influence sur le degré d’agentivité du complément en par ou de, et c’est ce degré d’agentivité qui conditionne la possibilité d’alternance entre les deux prépositions.

  • 4 De même, dans les cas de transitivité maximale d’un verbe à l’actif, la préposition n’est pas rempl (...)

3Après un rapide tour d’horizon du traitement du problème dans les travaux existants (ce sera la première partie de cette étude), je présenterai, dans la deuxième partie, le corpus utilisé et la méthode d’analyse de ce corpus. La troisième partie sera consacrée aux cas d’agentivité maximale (qui correspondent à une possibilité d’alternance nulle4 ou un écart sémantique maximal), et dans la dernière partie j’étudierai les cas d’agentivité minimale, qui correspondent à une possibilité d’alternance maximale et un écart sémantique minimal.

1. Alternance par / de devant l’agent : rapide tour d’horizon des travaux existants

4Je n’ai trouvé qu’un article consacré à ce sujet, celui de Karin Ringenson, qui date de 1926. Certaines grammaires en revanche consacrent un paragraphe à l’alternance de  / par devant le complément d’agent. Je ne citerai ici que les grammaires qui traitent le problème avec un minimum d’attention. Dans certaines grammaires en effet, la question est balayée en deux lignes, attribuant la possibilité d’alternance à une survivance de la langue classique et la limitant à un niveau de langue soutenu, dans le cas d’un agent à valeur de complément circonstanciel.

5Si en effet la langue classique préférait de à par pour introduire le complément d’agent, le phénomène est loin d’être marginal en français contemporain, et nombre de grammaires s’attachent à préciser quelques conditions favorisant cette possibilité d’alternance.

6L’article de K. Ringenson commence par dresser une critique sévère d’un ouvrage de H. Kallin publié chez Champion en 1923 sur le complément d’agent. Les arguments m’ont semblé assez pertinents pour ne pas me procurer l’ouvrage : nombre insuffisant de constatations sur la langue moderne, assertions vagues et non étayées, contradictions internes, etc. En revanche, l’article de K. Ringenson est assez intéressant et s’attache à décrire un corpus assez vaste. Les conclusions sont principalement axées sur le fait que l’alternance par /  de est favorisée par les verbes à sens figuré ou exprimant « une sensation, une émotion, un mouvement de l’âme » (Ringenson 1926), les verbes que j’appellerai d’accompagnement, et quand l’agent est en quelque sorte « passif » (ibid. : 90), puisque, dit-elle, « l’agent n’est pas réduit à désigner uniquement l’auteur d’une action » (ibid. : 99). Dans le cas au contraire d’un agent « actif », d’une détermination définie du N agent et d’un verbe dénotant une action, on a la préposition par. On a ici une description assez fine et assez complète des conditions autorisant l’alternance, et l’idée qu’un agent peut être plus ou moins actif, cette agentivité ayant une influence sur la possibilité d’alternance.

  • 5 Damourette et Pichon 1911-1940, § 1975.
  • 6 L’écart est un complément indirect du verbe ou un complément circonstanciel (ibid. § 443).
  • 7 La syndèse peut être définie comme un phénomène d’assemblage : par exemple l’expression « valeur ar (...)

7C’est chez Damourette et Pichon, comme souvent, qu’on trouve les analyses les plus riches : un long paragraphe5est consacré à ce sujet. Selon les auteurs, l’écart6 agentiel est généralement introduit par par, mais de se rencontre assez souvent en français contemporain, particulièrement dans deux cas : lorsque le verbe au passif a une « signification syndestique7 » (par exemple être formé, être composé) et dans le cas des « passifs exprimant des procès qui durent, ou plus exactement sur la durée desquels l’attention est attirée » (Damourette et Pichon 1911-1940, § 1975). Les auteurs soulignent que ce cas de figure englobe le précédent, puisque la syndèse marquée par les verbes tels que être formé, être composé s’inscrit dans la durée. Ils notent corollairement qu’une valeur aoristique du passif contraint l’emploi de la préposition introduisant l’agent : on a dans ce cas obligatoirement la préposition par. On verra qu’en effet la valeur aspectuelle de l’énoncé est un paramètre pertinent pour la possibilité d’alternance entre par et de devant l’agent.

8Pour Grevisse (1986 [1936], § 313), l’agent est introduit par la préposition par quand le verbe dénote une opération matérielle et que l’agent est un agent véritable, alors que de, moins fréquent, s’emploie lorsque le passif a une valeur de résultat, le participe ayant plutôt une valeur d’adjectif attribut, ou bien quand le verbe a un sens figuré ou exprime un sentiment. D’autre part, le complément en de s’apparente à un circonstant de manière, et le substantif agent est souvent non déterminé.

9Dans la Grammaire du français de Wagner et Pinchon, l’accent est mis sur l’évolution diachronique : alors qu’en français classique de était la préposition la plus fréquente pour introduire l’agent, c’est au contraire par qui est le plus fréquent en français contemporain. Si bien que par, d’un emploi marqué, s’est spécialisé en français classique « pour traduire le caractère concret, effectif de l’action accomplie par l’agent » (Wagner et Pinchon 1991 [1962] : 304). Les exemples donnés, de Corneille ou Pascal, attestent cette spécialisation, et on verra qu’en français contemporain par a conservé cet emploi.

10Dans la Grammaire Larousse du français contemporain (Chevalier et al. 1964, § 267), l’emploi de de pour introduire l’agent est présenté comme assez rare et archaïque, réservé aux cas où « la notion d’agent se rapproche de la notion de cause, de moyen, etc », avec un verbe qui « exprime l’action de façon plus ou moins estompée », avec souvent un sens figuré, alors qu’au contraire par « semble mettre en valeur le caractère d’agent réel (ou présenté comme tel) du complément qu’elle introduit ». On verra que l’étude de corpus confirme en grande partie cette description, qu’on reformulera en termes d’échelle d’agentivité, à l’instar de J. Svartvik (1970) qui propose une échelle de « passivité » selon le type d’agent : un agent animé correspond au plus haut degré de « passivité », vient ensuite l’agent inanimé, puis l’agent absent mais possible, et enfin l’agent interdit. De même, entre les différents types de passif, B.  Lamiroy établit une échelle qui va de l’actif « canonique » au passif « canonique », et les différents degrés de « passivité » dépendent du type d’agent (Lamiroy 1993 : 66). On peut noter par ailleurs que certaines langues ont un marquage casuel du degré d’agentivité du sujet ou de l’agent, comme le montrent François et al. (1994).

11La Grammaire d’aujourd’hui (Arrivé et al. 1986, entrée agent : 56-57) insiste avec juste raison sur la difficulté qu’il y a à systématiser les conditions d’emploi de l’une et l’autre préposition, et les auteurs préfèrent, tout en soulignant aussi l’évolution diachronique, parler de tendances : dans le cas de sens figuré ou affaibli du verbe, de complément proche d’un circonstant de cause ou de moyen, d’un état résultant, d’un verbe de sentiment ou d’opération intellectuelle, d’une moindre participation de l’agent à l’action, on trouve plutôt de (le SN étant le plus souvent non déterminé), et de est toujours remplaçable par par. Ils ne soulignent pas le fait que l’inverse n’est pas vrai, comme on le verra dans la suite de cette étude.

12L’affinité particulière de de avec les verbes de sentiment, d’opération intellectuelle ou marquant un état résultant est également soulignée dans la Grammaire méthodique du français (Riegel et al. 1994 : 436-437). Les auteurs ajoutent à cette liste les verbes dénotant une localisation (précéder, suivre, entourer), soulignent l’impossibilité de l’emploi de de avec un verbe dynamique, et présentent des cas intéressants où l’alternance par / de correspond à une valeur sémantique différente d’un même verbe (par exemple estimé par un expert vs. estimé de tous ceux qui le connaissaient). Enfin, l’affirmation selon laquelle de introduit des compléments d’agent non déterminés est contestée : il s’agirait en effet seulement de l’effacement, pour des raisons d’euphonie, de l’article partitif et des formes plurielles de l’article indéfini. On verra, dans l’étude de corpus, que l’absence de déterminant devant l’agent introduit par de n’est pas systématique et qu’elle a aussi des incidences sur l’interprétation de l’énoncé.

13Enfin, M. Wilmet (1997 : 497), dans sa Grammaire critique du français, s’oppose à la distinction « véritable passif » / « participe passé à valeur d’attribut », et retient tout particulièrement un rôle sémantique de la préposition de introduisant un agent : elle marque « un subtil dégradé dans l’agentivité », ce qui est exemplifié par des énoncés tels que Pierre a été saisi par un huissier / Pierre a été saisi de tremblements. C’est ce type d’approche qui prédominera dans la suite de cette étude, à partir de l’analyse du corpus, en prenant en compte, pour mesurer le degré d’agentivité, la combinatoire de divers paramètres contextuels.

2. Présentation du corpus et de la méthode d’analyse

14Le corpus global est constitué d’environ 700 énoncés comportant un complément introduit par la préposition par. La source des énoncés est constituée de romans, pièces de théâtre, bandes dessinées, articles de presse ou ouvrages techniques, en français moderne, presque exclusivement du xxe siècle. Les énoncés sont issus d’un relevé systématique dans les premières pages de ces ouvrages ou articles. Environ la moitié de ces compléments (330) sont agent d’un verbe passif ou d’un participe passé, et c’est ce sous-ensemble qui constitue le matériau analysé dans la présente étude.

15La question principale qui s’est posée dans l’analyse de ce corpus d’environ 330 énoncés comportant un agent introduit par par, c’est la question de la possibilité d’alternance avec de. Il s’est avéré que dans deux tiers des cas l’alternance était interdite, et que pour le tiers restant elle était autorisée, avec un écart sémantique plus ou moins grand.

16Les résultats de l’analyse du corpus s’inscrivent sur une échelle d’agentivité déterminée par divers paramètres : type de procès, valeur aspectuelle du tiroir verbal, détermination de l’agent, type de N agent. À l’agentivité maximale correspond une possibilité d’alternance nulle ou un écart sémantique maximal. À l’agentivité minimale correspond une possibilité d’alternance maximale, avec un écart sémantique réduit. Entre les deux, divers degrés d’agentivité, auxquels correspondent, toujours en relation inversée, divers degrés dans la possibilité d’alternance.

3. Agentivité maximale : possibilité d’alternance nulle ou écart sémantique maximal

17On peut traiter rapidement en premier lieu le cas où une agentivité maximale correspond à un écart sémantique maximal. Il s’agit des cas où l’alternance de / par est possible, mais induit des rôles actanciels différents pour le N complément : avec par, il est agent, avec de il est le complément indirect du verbe (ou objet indirect, ou tiers actant, selon la terminologie de Tesnière (1988 [1959] : 108)) :

(1)

Les Juifs de Médine […] auraient été informés par l’apparition d’une étoile dans le ciel. (Historia, 62, novembre-décembre 1999)

(1a) 

Les Juifs de Médine […] auraient été informés de l’apparition d’une étoile dans le ciel.

18Ici le complément en de aurait le même rôle actanciel dans la phrase à l’actif :

(1b) 

On informa les Juifs de Médine de l’apparition d’une étoile dans le ciel.

  • 8 Sur les théories de la valence, voir Baron 1994, Blumenthal et Koch sous presse, François et Brosch (...)

19Tous les énoncés du corpus où l’alternance par / de induit un écart sémantique important correspondent à ce cas de figure, avec des verbes comme renvoyer, délivrer, prédire, cacher, protéger, libérer, acquérir, reprendre. Ce sont des verbes dont la valence8 est triple, et au passif le sujet de la tournure active, devenu agent, ne peut être introduit que par la préposition par, l’objet indirect (ou tiers actant) en de conservant sa construction.

20Le cas où la possibilité d’alternance est totalement bloquée est beaucoup plus complexe. Ce cas de figure concerne, on l’a vu, environ deux tiers des énoncés du corpus, et correspond aux énoncés où l’agentivité du complément introduit par par est maximale. Cette agentivité maximale est le résultat d’une combinatoire entre quatre éléments contextuels : un type de procès dynamique, un tiroir verbal à valeur aoristique, un N agent animé (le plus souvent humain), une détermination définie du N agent. Tous les paramètres n’ont pas le même poids dans la combinatoire, et l’analyse de quelques énoncés va permettre d’exemplifier cette combinatoire :

(2) 

Ils ont été confisqués par les Gardes rouges, qui les ont brûlés en public, sans aucune pitié, juste en bas de son immeuble. (Dai Sijie, Balzac et la petite tailleuse chinoise, Gallimard, p. 56)

21Cet énoncé interdit toute substitution de de à par :

(2a) 

*Ils ont été confisqués des Gardes rouges.

22Mais, parmi les paramètres contextuels pertinents, le caractère dynamique du procès est l’élément qui a le plus de poids ; il semble à lui seul interdire la substitution, puisqu’à contexte égal un procès non dynamique l’autorise :

(2b)

Ils ont été aimés des Gardes rouges.

23Il y a donc hiérarchisation parmi les paramètres : le caractère dynamique du type de procès est premier. Dans la grande majorité des énoncés interdisant l’alternance par / de, le verbe au passif dénote un procès dynamique, dont le caractère dynamique correspond à une action physique :

(3) 

Jane Evelyn Atwood fouillée par une matone à l’entrée d’une prison. (Géo, 218, avril 1997, p. 15)

(3a) 

* Jane Evelyn Atwood fouillée d’une matone à l’entrée d’une prison.

ou abstraite :

(4)

Mon œil de Bordelais a été attiré par la photo du sommaire imprimée à l’envers. (Géo, 218, avril 1997, p. 8)

(4a)

* Mon œil de Bordelais a été attiré de la photo du sommaire imprimée à l’envers.

24Le fait que le dynamisme du type de procès en (4) soit abstrait (cette valeur abstraite est parfois qualifiée de « sens figuré ») n’autorise pas pour autant la préposition de pour introduire l’agent. Dans cet énoncé, la variation des autres paramètres contextuels (tiroir verbal, type de N agent, détermination du N agent) n’autorise jamais de. Le « sens figuré » n’est donc pas en lui-même un élément favorisant l’alternance.

25En revanche, on trouve des cas où, pour un même verbe, la variation du paramètre « type de N agent » favorise l’alternance :

(5) 

Il y avait aussi des rouleaux de tissu et des vêtements pliés, entassés dans les coins, assaillis par une armée de fourmis. (Dai Sijie, Balzac et la petite tailleuse chinoise, Gallimard, p. 30)

(5b) 

* Il y avait aussi des rouleaux de tissu et des vêtements pliés, entassés dans les coins, assaillis d’une armée de fourmis.

(5c) 

* Ils étaient assaillis d’une armée de fourmis.

(5d)  

Ils étaient assaillis de remords.

26En (5d) le caractère inanimé et moral du N agent autorise la préposition de. Parallèlement, le dynamisme du procès est passé du physique à l’abstrait et de ce fait l’agentivité, tout en étant importante, est elle aussi passée du réel au notionnel. Le type de N agent autorise la préposition de, et c’est l’ensemble préposition + N qui oriente l’interprétation du procès comme dynamique abstrait et l’interprétation de l’agentivité comme notionnelle. Avec le même N agent, la préposition par est autorisée, mais produit un effet de réalisme dans l’agentivité :

(5e)  

Ils étaient assaillis par les remords.

27On remarque qu’avec par la détermination du N agent est obligatoire, et que la détermination définie est plus naturelle que la détermination indéfinie :

(5f) 

* Ils étaient assaillis par remords.

(5g) 

? Ils étaient assaillis par des remords.

28Avec de, en (5d), on peut donc se demander s’il s’agit d’une absence de déterminant, ou, comme l’affirment Riegel et al. (1994  : 437), de l’effacement, pour des raisons euphoniques, du déterminant indéfini pluriel (cf. supra). Il semble bien que dans ce cas il s’agisse d’une absence de déterminant : avec par, le déterminant défini marque le caractère réel, ou interprété comme réel, de l’agentivité, avec de l’absence de déterminant correspond au caractère notionnel de cette agentivité. Dans certains cas cependant, il s’agit bien, avec de, de l’effacement du déterminant indéfini pluriel :

(6)

Il était suivi par un ami à lui.

(6a)

Il était suivi d’un ami à lui.

(6b) 

Il était suivi par des amis à lui.

(6c) 

Il était suivi d’amis à lui.

29Il arrive qu’à contexte égal, ce soit le tiroir verbal qui soit un paramètre pertinent pour la possibilité d’alternance de / par. Mais la prépondérance du paramètre dynamique du procès ne permet cette alternance qu’avec des procès statifs :

(7) 

Il semble que la vulgate du Coran ait été signée par un corps de professionnels appelés houffaz, « récitateurs », chargés de retenir les versets que le prophète annonçait par fragments successifs. (Historia, n° 62, nov. déc. 1999, p. 15)

(7a) 

? Il semble que la vulgate du Coran ait été signée d’un corps de professionnels appelés houffaz.

(7b) 

Il semble que la vulgate du Coran était signée d’un corps de professionnels appelés houffaz.

30En (7a), avec la valeur aoristique du passé composé, de n’est pas vraiment interdit, mais il est peu naturel. Il est possible si on interprète ait été signée comme un résultatif. En (7b), le tiroir verbal de l’imparfait oriente l’interprétation de l’énoncé selon une valeur aspectuelle d’état résultant, et de est beaucoup plus naturel. L’emploi de de est encore plus naturel avec une détermination indéfinie globalisante du N agent, détermination qui force l’interprétation résultative du procès :

(7c) Il semble que la vulgate du Coran était signée de tout le corps de professionnels appelés houffaz.

4. Agentivité minimale : possibilité d’alternance maximale ou écart sémantique minimal

31Dans les énoncés où l’alternance de / par est autorisée avec un écart sémantique faible, l’agentivité du complément en par est également faible. Les -verbes correspondants sont des verbes de perception ou de sentiment, des verbes « syndestiques » (selon la terminologie de Damourette et Pichon, comme on l’a vu dans la première partie), des verbes d’accompagnement (accompagner, suivre, précéder) ou bien des verbes dont la valeur aspectuelle est interprétée comme résultative. Dans tous les cas de figure, c’est encore le paramètre statif-dynamique qui est pertinent pour la possibilité d’alternance : ici le caractère statif des types de procès favorise l’alternance.

32Avec les verbes de perception ou les verbes de sentiment, l’alternance est le plus souvent possible, avec un écart sémantique faible :

(8) 

Ma mère était émerveillée par la beauté de ces meubles, elle ne pouvait se lasser de les regarder. (Marcel Pagnol, La Gloire de mon père, Éditions de Provence, p. 95)

(8a) 

Ma mère était émerveillée de la beauté de ces meubles, elle ne pouvait se lasser de les regarder.

33Les deux énoncés (8) et (8a) peuvent être considérés comme équivalents, ce qui ne veut pas dire que l’écart sémantique entre l’une et l’autre formulation soit nul ; cet écart peut s’interpréter en termes de situation sur une échelle d’agentivité du complément : en (8a), avec de, l’agent est perçu comme un instrument conduisant à un résultat, qui est l’émerveillement. En (8), l’agent est compris comme participant à un processus d’émerveillement. Les verbes « syndestiques » comme former, composer, constituer par exemple favorisent aussi la possibilité d’alternance :

(9) 

Et voici la pile atomique constituée par d’énormes blocs de graphite dans lesquels courent des tubes d’aluminium. (Les Aventures de Tintin, Objectif Lune, Casterman, p. 93)

(9a) 

Et voici la pile atomique constituée d’énormes blocs de graphite dans lesquels courent des tubes d’aluminium.

34Ici le verbe ne dénote pas un processus, mais un état syndestique, et l’agent désigne l’ensemble des éléments qui composent la syndèse (l’assemblage).

35Les verbes d’accompagnement :

(10) 

Il était accompagné par des Indiens, n’est-ce pas ? (Les Aventures de Tintin, Le Temple du soleil, p. 17).

(10a)

Il était accompagné d’Indiens, n’est-ce pas ?

36En (10), avec par, l’agent est interprété comme volontariste, et le verbe comme un processus, et en (10a), avec de, le verbe est interprété comme un état, et la présence d’Indiens à ses côtés comme un état de faits. On peut noter que dans certains cas, par exemple quand le verbe a un complément circonstanciel de lieu qui indique la destination, cet écart sémantique est plus marqué :

(11) 

Jules était accompagné par sa femme à l’hôpital.

(11a)

Jules était accompagné de sa femme à l’hôpital.

37En (11), avec par, il y a processus et agentivité volontaire, en (11a), avec de, il y a simple état de fait. Si le tiroir verbal a une valeur aoristique et que de ce fait la valeur de processus dynamique est accentuée, de est interdit :

(11b)

Jules fut accompagné par sa femme à l’hôpital.

(11c)

 * Jules fut accompagné de sa femme à l’hôpital.

38Enfin, l’agentivité est minimale, et la possibilité d’alternance maximale avec un écart sémantique minimal quand le verbe au passif est un état résultant :

(12) 

Si un garçon n’a pas été une fois un héros au combat, son nom ne sera pas connu par l’ennemi. (Géo, n° 218, avril 1997, p. 90)

(12a)

Si un garçon n’a pas été une fois un héros au combat, son nom ne sera pas connu de l’ennemi.

39Le verbe connaître dénote un type de procès résultatif (la connaissance est acquise), et la forme passive accentue cette valeur de résultat. C’est sans doute cette particularité qui conduit certains auteurs à parler dans ce cas de participe attribut plutôt que de forme passive, ce contre quoi s’élève avec raison Marc Wilmet (1997  : 496-497) : on a ici un « véritable passif », avec un agent qui serait sujet de la forme active (l’ennemi ne le connaîtra pas), mais la valeur aspectuelle de l’énoncé est celle d’un état résultant.

40Au terme de cette étude, il apparaît que c’est essentiellement la valeur aspectuelle du type de procès et de l’ensemble de l’énoncé qui est déterminante pour la possibilité d’alternance entre par et de devant un N agent d’une forme passive. Un type de procès statif, une valeur résultative favorisent la possibilité d’alternance avec un écart sémantique assez faible. Au contraire, un type de procès dynamique ou une valeur aoristique tendent à bloquer la possibilité d’alternance. Les verbes trivalents induisent un écart sémantique important entre complémentation en par et complémentation en de : le complément en par est agent, le complément en de est tiers actant. D’autres paramètres sont à prendre en compte, mais ils ont une influence moindre sur la possibilité d’alternance et l’importance de l’écart sémantique : il s’agit du type de N régi et de la détermination de ce N. Et leur influence est en fait indirecte : c’est parce qu’ils ont une influence sur le type de procès ou la valeur aspectuelle du tiroir verbal (parfois pour une même forme verbale) qu’ils induisent une variation sur la possibilité d’alternance ou l’écart sémantique.

41Pour finir, je voudrais préciser que seuls les extrêmes ont été présentés dans cette étude, pour pointer les mécanismes. Mais, entre possibilité d’alternance minimale et maximale, entre écart sémantique maximal et minimal, il y a continuum, et il existe bien des cas de figure intermédiaires, où l’alternance est plus ou moins possible, plus ou moins naturelle, et l’écart sémantique plus ou moins important.

Notes

1 Sur les prépositions (de et par en particulier), voir Cadiot 1989, Cervoni 1990 et 1991, Choul 1981-1982, Gross et Gross 1993, Le Flem 1987, Raugh et al. 1994, Ringenson 1926, Roegiest 1982-1983.

2 Sur les problèmes d’actance nominale, on s’appuiera en particulier sur les travaux de Daladier 1996 et 1999, Gross et Kieffer 1995, Hjemslev 1971, Stage 1994 et 1997.

3 Quelques travaux sur le passif et l’agent : Desclés et al. 1993, Gross 1993, Gross et Gross 1993, Lamiroy 1993, Martinet 1985, Mathieu et Gross 1993, Roggero 1984.

4 De même, dans les cas de transitivité maximale d’un verbe à l’actif, la préposition n’est pas remplaçable (cf. Cervoni 1990 : 85).

5 Damourette et Pichon 1911-1940, § 1975.

6 L’écart est un complément indirect du verbe ou un complément circonstanciel (ibid. § 443).

7 La syndèse peut être définie comme un phénomène d’assemblage : par exemple l’expression « valeur artiste » est une complémentation par syndèse (ibid. § 474).

8 Sur les théories de la valence, voir Baron 1994, Blumenthal et Koch sous presse, François et Broschart 1994, François et al. 1994, Herslund 1994, Van Valin et LaPolla 1997 § 4.2. en particulier. Van Valin et LaPolla distinguent valence syntaxique et valence sémantique : cette distinction est particulièrement intéressante pour l’agent, qu’ils considèrent comme appartenant à la valence du verbe passif d’un point de vue sémantique, mais pas d’un point de vue syntaxique, ce qui résout le problème, souvent discuté dans les grammaires, du caractère essentiel ou non du complément d’agent.

Auteur

Professeur de linguistique française à l’Université de Caen Basse-Normandie, elle est responsable de la revue Syntaxe et Sémantique. Elle s’intéresse aux liens entre marqueurs, structures, signification et interprétation des énoncés. Elle a rédigé de nombreux articles dans les domaines de la modalité, de l’aspect, de l’exclamation et de la préposition. Elle a notamment publié Précis de syntaxe française, Caen, P. U. Caen, 1994 et Typologie des Modalités, Caen, P. U. Caen, 1996.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540