Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et représentation prépositionnelle

Quelques remarques sur la grammaticalisation de of : l’exemple des Chroniques de Peterborough (1070-1154)

Sylvain Gâtelais

Résumé

Sylvain Gatelais makes use of a diachronic approach and addresses the use of the marker of in English. He offers to establish the different phases of the evolution of this functional tool. He seeks to explain why this marker was so successful. He adopts the concept of grammaticalization, which has occupied a central place since it was established by Meillet and used in recent cognitive frameworks. The author makes use of a 12th century text, particularly pertinent to his argument because it illustrates the developpement of the language at a crucial stage.

Texte intégral

1Depuis la Renaissance, les grammairiens qui ont tenté de décrire le système des prépositions dans les langues se sont heurtés à un épineux problème : la polysémie. À ce titre, comme le rappelle Cadiot (1997), deux approches antagonistes sont en général mises en avant par les spécialistes pour rendre compte de ce phénomène :

  1. Une approche verticale : on privilégie un effet de sens dont dériveraient tous les autres par des procédés de métaphores, de métonymies, etc. Cette démarche est celle adoptée par M.-L. Groussier dans sa thèse dans laquelle elle prône la primauté du spatial. Cette démarche est par définition diachronique : on retrace ainsi la généalogie des différents emplois de la préposition. Elle a cet avantage de procéder à une description minutieuse et quasi exhaustive de l’emploi d’une préposition.

  2. Une approche horizontale : on met au jour une valeur centrale, sorte de dénominateur commun de tous ces emplois. Il s’agit ni plus ni moins de la théorie de l’invariance qui agite les linguistes depuis plusieurs dizaines d’années. Cette démarche est essentiellement synchronique et peut dépasser le cadre strict de la sémantique en prenant en considération des paramètres discursifs, pragmatiques, structurels… (Girard-Gillet 1996).

2Bien que of occupe une place à part dans le système prépositionnel de l’anglais pour des raisons que l’on développera plus loin, l’analyse qu’on en a fait dans la littérature spécialisée n’échappe pas à ce clivage. La première démarche, défendue par M.-L. Groussier privilégie le sens spatial originel d’éloignement très courant en vieil anglais (VA) :

(1)

Of Seaxum, þæt is, of ðæm lande þe mon hateð Ealdseaxan, coman Eastseaxan and Suðseaxon and Westseaxan. Des Saxons, c’est-à-dire du pays que l’on nomme la Vieille-Saxe, vinrent les Saxons de l’Est, du Sud et de l’Ouest. (Bede, Historia ecclesiastica gentis Anglorum, ca. 731)

3Ce sens est encore proche de l’étymologie indo-européenne (IE) *apo (particule adverbiale qui signifiait loin de) : c’est celui-là dont dériveraient tous les autres jusqu’à l’anglais moderne. La seconde démarche, plus axée sur la synchronie (quoique le critère étymologique serve souvent à appuyer les démonstrations) a été adoptée, entre autres, par Delmas (1983) et Cotte (1984). Tous deux voient en of un opérateur de clivage. On arrive donc, malgré deux démarches qui semblent a priori s’opposer (l’une vise à unifier la pluralité de sens, l’autre à l’accentuer dans une généalogie complexe et sinueuse), à une conclusion voisine : of semble intimement liée à l’idée de séparation, y compris en anglais moderne.

4Dans ces pages, nous ne reviendrons pas sur ces acquis de la recherche, mais nous tenterons de creuser la question à l’aune du phénomène diachronique de grammaticalisation. La paternité de ce terme est en général attribuée à Meillet (Meillet 1921 : 131) mais cette notion n’a vraiment intéressé les linguistes que depuis une vingtaine d’années (B. Heine, C. Hagège et C. Lehmann en particulier). Voici la définition, désormais canonique, qu’en donne Lehmann :

Grammaticalization is a process leading from lexemes to grammatical formatives. A number of semantic, syntactic and phonological processes interact in the grammaticalization of morphemes and whole constructions. A sign is grammaticalized to the extent that it is devoid of concrete lexical meaning and takes part in obligatory grammatical rules. (Lehmann 1995)

5On essaiera ici de dater, de décrire et d’évaluer ce phénomène mais également d’expliquer le choix du marqueur : pourquoi la préposition of a-t-elle connu un tel succès dans l’histoire de l’anglais ? Pour cela, nous nous intéresserons à un texte pivot, l’un des rares témoins de ce changement : The Peterborough Chronicle (1070-1154).

1. Une opération à double détente

6Si, dans les structures SN of SN de l’anglais moderne, on essaye de s’interroger sur la relation sémantique qui peut unir les deux noms, on s’aperçoit qu’elles sont d’une variété inouïe. On serait d’ailleurs tenté d’appliquer à of cette phrase de Brøndal au sujet de la préposition de :

[Elle] s’est dégagée, de façon unique, de tout rapport particulier ; [elle] les désigne tous à la fois (direction et origine, sujet et objet, partie et tout) étant la préposition la plus abstraite, la plus générale possible. (Brøndal 1950)

7Tout semble montrer que of est ce que l’on appelle depuis Spang-Hanssen (1963) « une préposition incolore », ces prépositions que l’on dit parfois « vides » ou « abstraites », par opposition aux prépositions colorées, plus concrètes, plus circonstancielles. À ce titre, of serait la préposition incolore par excellence de l’anglais au point de décourager le linguiste qui voudrait établir un quelconque classement ou trouver une valeur commune à tous ses emplois.

8Pourtant, comme le suggèrent M.-A. Morel et L. Danon-Boileau dans leur introduction au numéro 7 de la revue Faits de langues sur la relation d’appartenance (Danon-Boileau et al. 1996), dans le cadre de la relation internominale, on peut envisager deux types d’opérations « fort peu symétriques » : une relation de détachement, une autre de rattachement.

1. 1. Relation de détachement

  • 1 La plupart des exemples cités ici sont tirés de Dracula de B. Stoker.

9L’opération de détachement recouvre des relations aussi diverses que celle de partie / tout, de partitivité organique (the delicate green of the leaves, the branches of the trees, the head of my bed1) ou de possession dite inaliénable (par relation inaliénable, il faut entendre une relation où il est impossible de séparer physiquement possesseur et possédé, c’est donc une relation inhérente, naturelle et permanente) et même de quantification (I shall enter here some of my notes ; There was everywhere a bewildering mass of fruit blossom). Il s’agit de « préciser les contours d’une partie qui tend à se dissocier d’un tout » (Danon-Boileau et al. 1996). Dans tous les cas, l’anglais pourra utiliser of.

1. 2. Relation de rattachement

10La relation de rattachement se situe, elle, dans la sphère de la détermination. D’un point de vue logique et sémantico-référentiel, elle recouvre des relations très diverses, entre autres :

  1. Les relations d’appartenance aliénable (the book of Joey, the car of Ross, the horses of the coach), on rattache un objet à son possesseur.

  2. Des relations logiques de type causal (the dubious pleasure of rage), locative (the City Hall of Paris) ou temporel (the idol of my youth)

  3. Les relations actancielles subjectives (The keen wind still carried the howling of the dogs.) et objectives (What meant the giving of the crucifix, of the garlic, of the wild rose, of the mountain ash?).

  4. Les relations attributives (I waited with a sick feeling of suspense). Ceci inclut également ce of que l’on dit parfois « métaphorique » : a mountain of a man, a whale of a story, etc.

1. 3. Une opposition contestable ?

11Cette opposition est certes contestable. D’une part, ne serait-ce que parce qu’elle est bien vague et qu’une telle typologie n’est pas exempte de chevauchements. D’autre part, parce qu’elle a été mise à mal par les logiciens, les cognitivistes, les philosophes… Déjà, Aristote dans sa Physique I, s’était interrogé sur le paradoxe de l’indivisibilité de la totalité et de la partie. Plus proche de nous, G. Serbat (cité par Danon-Boileau 1996) a montré que la relation d’appartenance peut être tantôt considérée comme le rattachement d’un objet à son possesseur mais également comme le détachement de la partie de son contexte naturel, comme l’autonomisation d’un élément détaché de « son tout de référence ». Bref, détachement et rattachement ne s’opposent qu’a priori. Distinction artificielle s’il en est qui semble montrer qu’il ne s’agit que de deux points de vue d’une même opération.

12Pourquoi s’y attarder dès lors ? Tout d’abord, parce que cette distinction est pertinente dans certaines langues qui font la distinction entre possession aliénable et possession inaliénable (le nahuatl, langue amérindienne de la famille uto-aztèque, utilise par exemple deux séries de possessifs pour marquer cette différence). Je donnerai également l’exemple de la préposition off, véritable sœur jumelle étymologique de of. Ce serait au xve siècle que la graphie les aurait définitivement séparées. Off, double « plein », « circonstanciel », « lexical » ou encore « coloré » de of qui nous permet d’une part d’observer la dichotomie préposition incolore / pleine mais également le phénomène de grammaticalisation. Or, off partage avec of cette propriété d’exprimer à la fois détachement et rattachement mais cette fois dans le domaine (coloré !) de l’espace (séparation vs. contact / attenance) :

(2)

Keep off the lawn! (idée de séparation)

(3)

If your child wants to eat off the table — fine! They’re also handy for art projects, or when you need a clean surface for diaper changes. (manger à même la table : idée de contact, d’attenance)

(4)

When he came back, I wanted to put Lloyd in the room off the kitchen.

1. 4. Le choix du marqueur

13On ne sera pas surpris dès lors de constater en fonction des langues une très grande variété de marqueurs (Danon-Boileau et al. 1996) : certaines langues en utilisent plusieurs (comme l’anglais qui a formé un système d’opposition entre le génitif et N of N), d’autres encore utilisent d’autres prépositions (par exemple, (sur) en danois). Ceci nous pousse à nous interroger sur le choix de of en anglais.

14Une réflexion cognitiviste sur le concept de séparation et de provenance pourrait peut-être nous fournir un début d’explication. Qui dit séparation dit union / fusion préalable : repère et repéré ont été avant le processus de détachement co-incidents. L’esprit est donc obligé de rattacher avant de détacher. Cette opération mentale se fait donc en deux temps. On ne sera donc pas étonné du choix de of pour exprimer cette relation de détachement / rattachement, ni d’ailleurs du grand succès des prépositions qui marquent la provenance / l’origine dans les langues IE occidentales (de dans les langues romanes, van en néerlandais, von qui tend à concurrencer le génitif allemand). D’ailleurs, les prépositions qui marquent le but, la visée sont aussi des marqueurs privilégiés (till en suédois). Le cas du français est à ce titre intéressant puisqu’il a longtemps hésité (et hésite encore) entre de et à (en ancien français : les deus escus as deux chevaliers, la fille au seigneur, usage que l’on retrouve en français moderne mais condamné par les grammaires normatives). Or, la préposition à serait selon les romanistes le résultat du syncrétisme de trois prépositions latines : ad (qui marque la visée), apud (près de) et… ab (qui marque la provenance et qui a la même étymologie IE que of).

2. Les Chroniques de Peterborough : d’un système à un autre ?

15La plupart des spécialistes de la langue anglaise font remonter la grammaticalisation de of et sa concurrence avec le génitif à la période du moyen anglais, en particulier au xiie siècle, parfois à des dates plus tardives. Evidemment, ce changement ne s’est pas fait du jour au lendemain d’autant que la grammaticalisation est un phénomène graduel selon Lehmann. Un texte nous éclaire cependant : The Peterborough Chronicle (CP). Sa rédaction s’étale de 1070 à 1154. On divise ce texte en trois parties : celle allant de 1070 à 1121 est considérée comme du west-saxon tardif, la first continuation (allant de 1121 à 1131) et la second continuation (de 1132 à 1154). Chacune de ces parties a été rédigée quelques années après les événements relatés et illustre différentes étapes de l’évolution de la langue durant toute cette période. Une comparaison entre ce texte et le VA tardif semblerait montrer que le processus de grammaticalisation était déjà amorcé en VA.

2. 1. Un phénomène d’attrition sémantique incontestable

16On observe dans ce texte un phénomène que tous les spécialistes jugent de première importance dans ce processus : ce que Lehmann appelle le phénomène d’attrition, une perte du poids paradigmatique de l’unité grammaticalisée, ce qu’il appelle également son integrity, (« the weight of a sign, viewed paradigmatically is its integrity, its substantial size, both on the semantic and the phonological sides » (C. Lehmann, 1995)). On prendra l’exemple de la relation spatiale qui semble totalement neutraliser l’idée de provenance encore fréquente cependant…

  • 2 Les chiffres entre parenthèses correspondent au millésime. L’édition de référence est celle de C. C (...)

(5)

7 him com to fultum of ælcen lande þe Cristen wæs (1087)
Et de l’aide lui arriva de tous les pays qui étaient chrétiens.2

… au profit d’une simple localisation dans l’espace :

(6)

Hi suencten suyðe þe uurecce men of þe land mid castelweorces (1137)
Ils imposèrent durement ces travaux de construction aux malheureux habitants de la région (traduction de Leo Carruthers)

(7)

On þisum ylcan geare bærnde eall þet mynstre of Burh. (1116)
La même année, un incendie dévasta la totalité du monastère de Peterborough.

2. 2. Un développement des structures partitives

17L’existence d’un of partitif concurrent du génitif partitif n’est pas une invention du moyen anglais. On en trouve de bonne heure en VA, le plus souvent associés à un numéral (an). On peut également ajouter à cette liste le complément du superlatif. Dans tous les cas, l’hypothèse du calque latin est souvent mise en avant (Mitchell 1985).

(8)

Is þes mann an of ðinum geferan? Cet homme est-il l’un de tes compagnons ? (Ælfric, Colloquium, fin du xe siècle)

(9)

nu bidde we þe þæt þu geceose þe ænne of us þrym. Nous te demandons de choisir l’un de nous trois. (Apollonius de Tyre)

(10)

Plato þe uðwita 7 þe wisesta mon of haeðene folce. Platon le philosophe et l’homme le plus sage des Païens. (Ælfric)

18On retrouve tous ces phénomènes dans les CP, mais de manière étendue avec par exemple littel et mænig normalement construits avec le génitif (d’ailleurs, les deux constructions alternent dans le texte) :

(11)

swiðe manega of þæs cynges hired (1120)
very many of the king’s household
(traduction de James Ingram)

(12)

(In mani of þe castles wæron lof and grin (1137)
Dans beaucoup de châteaux, il y avait un garrot- lacet (traduction de Leo Carruthers)

19On trouve également des cas où un nom est en position de support au SP introduit par of.

(13)

naþer ne leoht ne trændel ne nan þing mid ealle of him wæs gesæwen… (1109)
rien d’elle [la lune] n’était visible, ni sa lumière, ni son globe.

(14)

(þe þam gemæran of France (1111) aux confins de la France

(15)

Þe mæste dæl of þa tuna (1116) la plus grande partie de la ville (on notera le superlatif mæste sans doute responsable de cette structure, peut-être à l’origine d’un glissement)

20Ce qui est réellement nouveau, c’est que nous trouvons ces structures réunies dans un seul et même texte. of avait en VA un quasi-synonyme, from, dont le sémantisme a peu évolué depuis cette époque. La plupart du temps, ces deux prépositions étaient interchangeables. On peut dès lors se demander pourquoi le phénomène de grammaticalisation a affecté l’une plutôt que l’autre. Plusieurs hypothèses peuvent être mises en avant : poids phonétique de from trop important, of plus fréquent dans certains dialectes. Quelques asymétries demeuraient également : selon Wullen (cité par Groussier 1984), from traduit davantage l’idée de rupture ou de point de départ ; selon Groussier, from est plus associatif et of dissociatif (Groussier 1984). En VA, les emplois partitifs ne sont pour ainsi dire pas attestés avec from, ce qui tendrait à montrer que ces derniers ont été prépondérants dans le processus de grammaticalisation de of. On retrouve bien la dynamique détachement / rattachement vue plus haut, dynamique qui semblerait avoir fait défaut à from.

2. 3. Grammaticalisation et transcatégorisation

21Si l’on considère que la grammaticalisation est avant tout un changement de catégorie, on sera attentif à l’énoncé suivant :

(16)

He sende of his mannan to þisum lande […] Ac þa englisce men þe wædedon þære sæ gelaehton of þam mannon… (1088)

And he sent some of his men to this land […] But the Englishmen that guarded the sea lighted upon some of the men. (traduction de James Ingram)

22Ici, le déterminant devient un véritable prédéterminant quantifieur. Ces structures sont également attestées en VA :

(17)

he æte of ðam offrungspice. (Ælfric, The Maccabees)

Il mangea du cochon que l’on avait sacrifié.

23Un phénomène très similaire s’est produit en ancien français, comme le montre cet exemple tiré du discours (bilingue) de la proclamation d’Henri III (18 octobre 1258) :

(18)

and noan ne nime of loande ne of ehte et ke

nul ne preigne de terre ne de moeble.

24Ce que l’on appelle un peu abusivement l’article partitif français est en fait une enclise de la préposition de et de l’article défini. Sans doute, l’anglais aurait très bien pu connaître l’émergence d’un tel article partitif. Mais cet emploi non prépositionnel de of n’a pas survécu en anglais contemporain. Mitchell remarque d’ailleurs qu’on peut trouver ces structures en position de sujet (Mitchell 1985) ce qui montre que of s’est totalement détaché de tout contexte gauche (verbe, nom). Groussier, dans sa thèse, les analyse comme un effacement du complément de rang 1 (C1), ce qui devait sans doute être le cas à l’origine. Mais surtout le fait qu’un tel phénomène soit possible montre que le lien entre préposition et contexte droit (le SN régime) est primordial, et que par conséquent cette catégorie ne peut être considérée comme de simples relateurs (Cadiot 1997). Selon Guillaume, prépositions et déterminants ne possédaient qu’une phase d’appréhension et servaient à appréhender les mots porteurs de compréhension comme le nom. La préposition serait donc « un déterminant extérieur au nom – tenant lieu – à l’extérieur d’un cas de fonction intérieurement absent » (Guillaume 1990). L’existence de tels phénomènes tendrait à aller dans son sens.

2. 4. Variabilité syntagmatique et fixation

25Les travaux de Lehmann ont montré que le paramètre syntagmatique est un bon indice pour mesurer l’avancement du processus de grammaticalisation. Les CP fournissent un nombre assez considérable de tmèses ou de disjonctions qui sembleraient montrer que dans le domaine de ce que Lehmann appelle la « variabilité syntagmatique », le phénomène de fixation (« item occupies fixed slots ») n’avait pas encore eu lieu (Lehmann 1995 : 164) :

(19)

Þas cynges wyrre of France 7 eac his agenra manna (1119)
L’hostilité du roi de France et celle de ses propres hommes

26On retrouvera ainsi encore longtemps après les CP ces phénomènes syntaxiques ou même d’antéposition du SP en moyen anglais.

2. 5. L’hypothèse exogène

27Autant l’emprunt massif de mots français ne fait aucun doute, autant il est plus difficile de démontrer l’influence superstratique du franco-normand dans des domaines tels que la morphologie ou la syntaxe. Les diachroniciens sont plus que divisés sur le sujet. Meillet voyait ainsi dans la prononciation et la grammaire « deux systèmes fermés » (Meillet 1921). Ce point de vue a été depuis largement contredit par les études sur la pidginisation et la créolisation, deux phénomènes qui tendraient à montrer que tout type d’absorption est a priori possible d’une langue à une autre.

28L’hypothèse d’une origine exogène de la grammaticalisation de of a souvent été mise en avant (A. Crépin, F. Mossé). Mitchell s’attarde durant un paragraphe entier sur ce problème. Or, on l’a vu : la plupart des phénomènes relévés dans les CP sont attestés en VA. On peut donc difficilement les imputer dans ce texte à la présence de l’ancien français sur le territoire anglais, présence vieille de quelques décennies, période sans doute trop courte pour rendre possible un tel basculement. Ajoutons à cela que le système de la relation internominale était passablement complexe en ancien français (opposition entre trois marqueurs : a, de et ø comme dans La Mort ø le roi Artu). Bref, rien, absolument rien n’autorise à formuler catégoriquement une hypothèse exogène, rien ne l’interdit non plus d’ailleurs, les textes de cette période charnière étant trop rares.

29Notre parcours a tenté de donner un aperçu d’une histoire bien mouvementée : transcatégorisation avortée, scission en deux prépositions distinctes (of et off), grammaticalisation et attrition sémantique… Aujourd’hui, of est une préposition à part dans le système de l’anglais, la plus incolore de toutes, elle semble cantonnée à la postmodification du nom (et quelques compléments indirects du verbe) et n’est pratiquement jamais utilisée pour introduire des SP compléments circonstanciels.

30L’opposition détachement / rattachement a sans doute été un moteur dans son histoire et sa grammaticalisation. Très vite (dès le VA), elle a été la préposition la plus à même d’exprimer à la fois la partitivité et le rattachement. C’est sans doute ce qui a fait d’elle la meilleure candidate pour concurrencer le génitif, bien plus que from ou to par exemple.

31D’ailleurs, ce processus est-il vraiment terminé ? La préposition fait l’objet d’une attrition phonétique comme en attestent certaines formes dialectales en anglais moderne (full of > full, kind of > kinda) au point de se demander si, un jour, of ne se verra pas privée de toute réalisation phonique dans certaines positions ou certaines variétés de langue. Mais ceci est un autre chapitre de l’histoire de la langue anglaise.

Notes

1 La plupart des exemples cités ici sont tirés de Dracula de B. Stoker.

2 Les chiffres entre parenthèses correspondent au millésime. L’édition de référence est celle de C. Clark (1958).

Auteur

Sylvain Gâtelais enseigne la linguistique à l’Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Il s’intéresse aux problèmes que pose la préposition et plus particulièrement la préposition « incolore ». Une partie de sa recherche concerne la diachronie contrastive (français / anglais). Il participe aux travaux du centre de recherche AELA (Analyses en Linguistique Anglaise Paris 3) et de l’équipe EA 3980 de Paris 3.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540