Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et représentation paradoxale

La notion de sujet : contribution diachronique

Dominique Boulonnais

Résumé

Dominique Boulonnais observes that he subject is usually considered as a necessary element in the expression of truth. It is also claimed to be the expression of the speaker’s subjectivity. These two hypotheses are tested empirically and shown to be unfounded. A brief history of the subject in English demonstrates both that it is not, and has never been, necessary to predication, and that the set of subjects generated by speakers is strictly constrained by the existing grammar of the language.

Texte intégral

1L’étude qui suit traite non pas du sujet d’énonciation, ou centre organisateur du discours, au sens où Benveniste (1970) aurait pu l’entendre s’il avait utilisé l’expression (voir Normand 1986), mais du sujet grammatical, à savoir la fonction syntaxique qui, dans des langues telles que le français ou l’anglais, déclenche l’accord des verbes à mode fini. C’est donc la notion de subjectalité (subjecthood) qui nous intéressera ici, par opposition à celle de subjectivité (subjectivity).

2La présence d’un constituant entretenant des relations morpho-syntaxiques privilégiées avec le verbe et la dichotomie syntaxique sujet-prédicat qu’elle a permis de construire ont donné lieu à divers modes d’interprétation sémantique, analytiques et énonciatifs, habituellement articulés en termes d’apport et de support. Or la notion même d’apport (comme celle d’accidence dans l’opposition substance-accidence) suppose une directionalité à la relation prédicative, puisque l’on ne saurait prédiquer que de ce qui a été préalablement posé. En analysant implicitement ou explicitement le sujet, ou plus précisément l’élément qui l’instancie, comme le point de départ de la relation prédicative, la sémantique impose donc de fait une orientation dynamique à la complétude qui, depuis l’Antiquité, est censée caractériser la phrase bien formée et garantir sa perfection (autotéleia).

3C’est la validité de cette position de tradition rationaliste, selon laquelle le sujet est « ce dont on affirme » (Grammaire Générale et Raisonnée de Port-Royal II, XIII), qui nous concernera ici. Nous nous intéresserons également à celle de son corrélat énonciatif, qui fait du sujet un élément librement choisi par le locuteur. Les questions que nous nous poserons seront donc les suivantes : faut-il admettre que le sujet joue un rôle de support dans le fonctionnement sémantique des énoncés et constitue de ce fait un élément nécessaire au fonctionnement linguistique ? Et doit-on, par ailleurs, considérer comme fondée la notion d’un constituant sélectionné hors contraintes par le locuteur, comme le suggère la position énonciativiste traditionnelle ?

4Ces deux questions, qui relèvent en premier lieu de la linguistique générale, seront abordées de manière empirique à travers l’étude des variations diachroniques dans le mode de réalisation morpho-syntaxique (successivement flexionnel puis structurel) du sujet en anglais, et dans son mode d’instanciation (sémantique puis discursif). L’observation du vieil anglais (VA 700-1150) et de l’anglais moderne (AM 1500 à nos jours), ainsi que de la période transitoire du moyen anglais (MA 1150-1500), nous permettra de dégager certaines régularités qui tendent à montrer qu’aucune des deux hypothèses initiales n’est fondée. Une direction de recherche sera proposée en conclusion visant à recentrer l’étude du sujet, ainsi qu’à redéfinir le rôle des locuteurs dans l’activité langagière. Ce faisant, nous tenterons de maintenir une distinction stricte entre les différents niveaux d’analyse, morphologique, syntaxique, sémantique et discursif, dans un domaine où les travaux sont trop souvent rendus ininterprétables par la confusion des plans. Le terme de sujet, dans l’acception retenue ici, référera uniquement à la catégorie fonctionnelle, indépendamment de ses réalisations morpho-syntaxiques, d’une part, et de son mode d’instanciation, d’autre part. On distinguera ainsi cet emploi des diverses formes et états du sujet dans le discours.

1. Vieil anglais : réalisation flexionnelle et instanciation sémantique

5Le VA était une langue synthétique, dans laquelle les fonctions nominales étaient exprimées morphologiquement au moyen de désinences casuelles. Les cas étaient au nombre de quatre (nominatif, accusatif, génitif et datif), si on laisse de côté les quelques traces qui subsistaient de l’instrumental indo-européen (Mossé 1945 : VA vol. 1., annexe). Le sujet était exprimé par le nominatif, seul cas susceptible de déclencher l’accord du verbe.

6L’instanciation de la fonction s’effectuait sur la base de critères sémantiques, à partir de l’argument dominant. Le terme d’argument désigne ici les éléments nominaux référentiels associés aux prédicats lexicaux dans la représentation sémantique. Un exemple bien connu de hiérarchie argumentale est celle qui s’applique aux verbes trivalents du type break ou open en anglais actuel :

(1)

Accessibilité à la fonction de sujet :

1. Agent

2. Instrument

3. Patient

a.

The boy broke the window with a stone.

b.

A stone broke the window.

*by the boy.

c.

The window broke.

*by the boy.

*with a stone.

7Lorsque les trois arguments potentiels du verbe sont présents dans la représentation sémantique, seul l’Agent (the boy) peut être sélectionné à l’actif pour instancier la fonction de sujet (1a). Viennent ensuite, dans la hiérarchie, l’Instrument (a stone), ou actant secondaire, qui devient automatiquement sujet lorsque l’Agent est absent (1b), et enfin le Patient (the window), lorsque aucun des deux arguments actants, Agent et Instrument, ne figure dans la représentation du procès (1c). Le choix d’un argument de rang 2 ou 3 exclut la présence des arguments supérieurs, comme le montre l’impossibilité de mentionner l’Agent en (1b) ou les actants, Agent et Instrument, en (1c).

8Si cette forme de hiérarchie causale à inscription temporelle est celle qui a servi de base aux modèles dominants de représentation de la subjectivisation en langue (notamment Croft 1994), nous verrons qu’il en existe également d’autres dans le processus d’instanciation du sujet.

1. 1. Argument dominant et directionalité sémantique

9Les verbes du VA conservaient de l’indo-européen (IE) les vestiges d’une polyvalence interprétative, associée à un contenu notionnel non orienté, qui rendait leur interprétation dépendante de la réalisation casuelle de leurs arguments. La mise en correspondance de la structure sémantique (arguments) et de la structure grammaticale (cas) pouvait se faire de plusieurs manières, entraînant des variations dans l’interprétation du verbe.

  • 1 0rigine se distingue à la fois de la Cause, exprimée par la préposition for (i), et de la Localisat (...)

10Un exemple classique de ce fonctionnement était le verbe ofhreowan, qui exprimait la pitié (> MA rewen > AM rue). Ofhreowan appartient à la catégorie des verbes d’affect, ou verbes à Expérient, dont la structure lexicale comporte deux arguments potentiels : un Expérient et une Origine (ou Stimulus)1. Il existait trois constructions attestées pour ce verbe (Anderson 1988), qui correspondaient chacune à une interprétation spécifique : existentielle (be-pity), causale (cause-pity) et expérientielle (experience-pity).

(2) A. Interprétation existentielle : EXPERIENT (datif) + ORIGINE (génitif)

him (dat)

ofhreow

þæs mannes (gen). (Ælfric)

to-him

was-pity

of-the man

B. Interprétation causale : EXPÉRIENT (datif) + ORIGINE (nominatif)

þa

ofhreow

ðam munece (dat)

þæs

hreoflian

mægenleast (nom). (Ælfric)

then caused-pity

to-the monk

the

leper’s

fleebleness

C. Interprétation expérientielle : EXPÉRIENT (nominatif) + ORIGINE (génitif)

se mæssepreost (nom)

þæs mannes (gen)

ofhreow. (Ælfric)

the priest

of-the man

felt-pity

  • 2 Voir également en grec ancien Sōkrátei (dat) mélei Alkibiádou (gen), qui signifiait littéralement « (...)

11La structure B correspondait à l’application de la hiérarchie causale d’accessibilité à la fonction de sujet, avec promotion de l’argument Origine, seul argument actant, comme sujet (nominatif). Le cas nominatif pouvait également ne pas être assigné. On obtenait alors la structure A, sans sujet exprimé, dans laquelle le verbe était obligatoirement à la 3e personne du singulier. L’Origine était indiquée par le génitif et l’Expérient par le datif. On utilisait ce type de phrase pour signifier l’existence d’un affect chez un individu, en l’absence de toute orientation argumentale. Le procès était interprété comme statique, la phrase décrivant non plus un événement, mais un état de choses2.

12Les structures expérientielles de type C constituaient le pendant résultatif de la structure causale B. On remarquera qu’elles posent problème dans l’hypothèse d’un fonctionnement causal, car c’est l’Expérient, et par conséquent un argument affecté (« acted-upon argument »), qui occupe la fonction de sujet et ceci malgré la présence explicite d’un argument actant dans la phrase (« acting-upon argument »). Leur existence remet donc en question le bien-fondé des modèles sélectionnant la cause, ou une force causale, comme facteur unifiant la subjectivisation des arguments.

13On considérera ici que le choix d’un argument comme sujet servait avant tout à donner une directionalité argumentale à la phrase, rendue nécessaire par la polyvalence des verbes. L’orientation causale n’était qu’une des manifestations de ce fonctionnement. Le nominatif était également utilisé, dans des structures non agentives, pour l’expression des arguments Thèmes (identifiés, décrits et localisés). C’est donc en tant qu’argument décrit dans une relation résultative, et par conséquent stabilisée, que l’Expérient recevait le cas nominatif dans l’interprétation C.

14On admettra ainsi qu’il existait une distinction première entre les représentations des procès causaux et celles des procès résultatifs, qui déterminait l’instanciation du sujet, de sorte que le cas nominatif pouvait être assigné selon un mode de fonctionnement dynamique ou descriptif, qui imposait dans un second temps son propre système de hiérarchisation. On comparera par exemple la hiérarchisation des arguments dans le schéma expérientiel à valeur résultative du VA au fonctionnement actuel du passif, qui autorise de la même manière la mention d’arguments actants (Agent et Instrument) en présence de sujets affectés.

  • 3  Ces verbes n’avaient pas pour autant abandonné la possibilité d’entrer dans d’autres configuration (...)

15Il est toutefois important de remarquer que les possibilités de construction verbale issues du fonctionnement IE n’étaient en fait que rarement exploitées dans leur intégralité. La plupart des verbes s’étaient engagés dans un processus de spécialisation, de sorte que ofhreowan, amplement cité dans la littérature, constituait un cas particulier (Denison 1993 : 85). Certains verbes, comme lician, avaient opté pour la construction DATIF + NOMINATIF à interprétation causale (« cause-pleasure »), et d’autres, comme scamian, pour la construction NOMINATIF + GÉNITIF à lecture expérientielle (« experience-shame »)3 :

(3) B. Interprétation causale : EXPÉRIENT (datif) + ORIGINE (nominatif)

þæt

he (nom)

licode

þam

ælmihtigan

Gode (dat). (Wærferth)

that

he

caused-pleasure

to-the

almighty

God

(4) C. Interprétation expérientielle : EXPÉRIENT (nominatif) + ORIGINE (génitif)

… forhwy

hi (nom)

Ne mægen

hiora (gen)

ma

scamian

þonne

fægnian

why

they

Not can

of-them

more

feel-shame

than

rejoice

(Boethius)

16La spécialisation fonctionnelle des différents verbes stabilisait ainsi leur interprétation, en éliminant graduellement la polyvalence interprétative originelle qui conférait au sujet un rôle déterminant dans l’orientation des procès.

1. 2. Ordre des mots et dimension discursive

17Comme en AM, la position respective des arguments était déterminée par des considérations discursives. L’ordre des mots obéissait au principe du dynamisme communicatif, ou principe d’information croissante. La position initiale étant la position topique, on avait tendance à y insérer le constituant qui était le plus à même de fonctionner comme sujet de discours et donc de servir de point de départ au message. Un tel fonctionnement privilégiait ceux des arguments de la structure sémantique dont le référent était immédiatement accessible pour l’interlocuteur.

18Le premier facteur garantissant cette accessibilité était, comme aujourd’hui, le caractère humain du référent. Jean a percuté un cerf la nuit dernière, par exemple, est préférable à Un cerf a été percuté par Jean la nuit dernière. Bien qu’également grammaticale, la seconde de ces phrases requiert un surcroît de contextualisation pour faciliter l’accès au référent (discussion sur les cerfs ou sur un hyperonyme, comme les animaux sauvages, par exemple). En VA, les Expérients, qui correspondaient à des humains, étaient donc, en général, placés avant les arguments Origine (ou Stimulus), souvent non humains, même lorsque ces derniers fonctionnaient comme sujets. Les Expérients au datif, ou parfois à l’accusatif, étaient ainsi fréquemment amenés à occuper la position initiale, et donc à servir de point de départ au message, comme en (2b), où les deux GN sont ordonnés à partir de l’Expérient. Les phrases dans lesquelles le datif précédait le nominatif étaient par conséquent comprises comme apportant une information à propos des référents des Expérients datifs ou accusatifs, et non à propos de ceux du sujet.

19À la dimension humaine s’ajoutait un facteur d’anaphoricité, qui contribuait de manière cruciale à l’accessibilité du référent. La plupart des Expérients initiaux étaient, en effet, réalisés sous une forme anaphorique, qui correspondait à une mention préalable :

(5)

a.

Hine (acc)

nanes ðinges (gen)

ne

lyste. (Boethius)

in-him

of-no thing

not

was-desire

(« Nothing pleased him. »)

b.

hu

him (dat)

se sige (acc)

gelicade. (Boethius)

how

to-him

the victory

caused-pleasure

20Lorsque ce n’était pas le cas, les principes de « end-weight » et de « end-focus » jouaient pour réordonner l’information en fonction de sa nouveauté et de son poids. Ainsi dans l’exemple (6) ci-dessous, c’est l’Origine, exprimée par le pronom anaphorique hit, qui occupe la position initiale, et non l’expression lexicale correspondant aux Expérients :

(6)

&

þa ða

þære

Herodiadiscan

dohtor

inneode

&

tumbode,

and

when

of-that

Herodias

daughter

entered

and

danced

hit (nom)

licode

Herode

& eallum

þam

ðe

him

mid

sæton (dat).

it

caused-pleasure

to-Herod

and all

those

that

him

with

sat

(Mark 6)

21Rien donc ne distinguait le fonctionnement informationnel du VA de celui de l’AM. La seule différence importante avec la langue actuelle résidait dans l’éclatement qui existait entre le topique, déterminé structurellement par sa position, et le sujet, identifié morphologiquement par la désinence casuelle.

1. 3. Principe de V2 et expression du sujet

  • 4 Le concept d’extraposition n’a aucune réalité diachronique. Toutes les nominalisations du VA étaien (...)

22En VA, les sujets pouvaient ne pas être exprimés, notamment lorsqu’ils ne correspondaient à aucun contenu notionnel indépendant, comme dans les expressions météorologiques (7a) ou les constructions dites à extraposition (7b)4 :

(7)

a.

and

swa

miclum

sniwde

swelce

micel

flys

feolle. (Epist. Alex.)

and

so

heavily

snowed

as-if

much

fleece

fell

b.

Is

sæd [

þæt se

cining

wære

efenblissiende ].

(Bede)

is

said

that the

king

be

rejoicing-equally

23La tendance toutefois était à l’expression du sujet. Deux cas de figure doivent être distingués, selon qu’il s’agit d’expressions météorologiques ou d’extraposition.

24L’installation de sujets vides, hit (> AM it), était encore relativement peu fréquente dans les phrases à extraposition du sujet, comme en (8a), en partie du fait de l’existence d’un mécanisme concurrent, plus ancien, de pronoms corrélatifs anticipatoires appartenant au paradigme de þæt (8b), mais aussi pour d’autres raisons, que nous verrons ci-dessous :

(8)

a.

and

hit

wæs

gehyred

[þæt

he

wæs

on

huse ].

(Mark 2)

and

it

was

heard

that

he

was

in

a-house

b.

Ful

oft

þæt

gegongeð

[þætte

wer

ond

wif

in woruld

very

often

that

happens

that

man

and

woman

into the-world

cennað

bearn … ].

(Fortunes of Men)

bring

children

25Les verbes météorologiques, en revanche, étaient normalement accompagnés d’un sujet hit (9), de sorte que le nombre de phrases attestées à sujet Ø, telles que (7a), était déjà négligeable.

(9)

a.

swylc swa

þu

æt swæsendum sitte …

ond

hit

rine

ond

as if

you

at dinner were-sitting

and

it

rained

and

sniwe

ond

styrme

ute. (Bede)

snowed

and

stormed

outside

b.

hit

hagolade

seofon niht,

dæges

&

nihtes

ofer

ealle

Romane.

it

hailed

seven nights

day

and

night

over

all

Romans

(Orosius)

  • 5 Le principe de V2 correspondait à l’installation d’une distinction modale, qui faisait figurer le v (...)

26La raison en était le principe de V2, qui positionnait le verbe en second dans les principales assertives5 et exerçait, de ce fait, une pression importante en faveur de l’installation de sujets explicites. Ces derniers s’étaient ainsi généralisés dans les phrases à verbe météorologique, là où des langues qui n’appliquaient pas le principe de V2 conservaient des sujets vides (voir le latin Pluit, Tonat, Fulgurat, Ningit, Grandinat, mais aussi Vesperascit, Lucescit, etc.).

27La différence qui existait dans l’installation des sujets hit entre les expressions météorologiques et les structures à sujet phrastique final tenait au fait que les prédicats à extraposition du sujet étaient en général accompagnés de compléments. Or ces compléments pouvaient figurer en position initiale et ainsi garantir l’application de V2. Lorsqu’un Expérient datif figurait en position initiale, hit était normalement absent. Pour certains verbes, datif et proforme fonctionnaient en distribution complémentaire, comme le montrent les énoncés (10), avec ge-dafenian (« befit, be right »), extraits du même passage de Ælfric :

(10)

a.

Hit

gedafenað

[ þæt

Alleluia

sy

gesungen

on

ðam

lande

to

lofe

it is-fitting

that

Alleluia

be

sung

in

that

land

as

praise

þæs

ælmihtigan

Scyppendes ]

of-the

almighty

creator

b.

and swilcum (DAT)

gedafenað

[ þæt

hi

on heofonum

engla

and for-such

is-fitting

that

they

in heaven

angels’

geferan

beon ]

companions

be

28Ce qui valait pour les datifs initiaux valait également pour toute autre expression, comme par exemple le pronom anticipatoire au génitif de (11a) ou l’adjectif de (11b), de sorte que hit n’était que rarement nécessaire pour assurer le positionnement du verbe :

(11)

a.

þæs

ne

tweoþ [

þæt

se

sie

strong… ].

(Boethius)

of-that

not

doubt-is

that

he

is

strong

(« there is no doubt that he is strong. »)

b.

Dyslic

bið [

þæt

hwa

woruldlice

speda

forhogie

for

manna

Herunge ]

Foolish

is

that

someone

worldly

goods

despise

for

men’s

praise

(Ælfric)

  • 6 Sur les constructions qui autorisent les sujets non exprimés en allemand actuel, voir Heycock (1991 (...)

29On retrouve ainsi en VA certaines des caractéristiques de l’allemand actuel, qui a conservé le principe de V2 (Filip 1989). Il est par exemple toujours possible d’omettre le sujet vide, es, en allemand lorsqu’un Expérient occupe la position préverbale (12a-b), même si ces constructions tendent à devenir archaïsantes6. Es est en revanche requis lorsque la position initiale est vide (12a’-b’) :

(12)

a. Mich (acc) friert (es).

a’. Es friert mich.

(« I am freezing. »)

b. Ihm (dat) graute (es).

b’. Es graut ihm.

(« He was afraid. »)

30Ceci s’applique également aux prédicats météorologiques, dont le sujet est obligatoire depuis le Vieux Haut Allemand (700-1000) :

(13)

Es regnet / schneit / hagelt / donnert.

31Lorsque le principe de V2 ne s’applique pas, comme dans les interrogatives (14a) ou dans les subordonnées non-assertées (14b), les sujets vides redeviennent possibles :

(14)

a. Friert (es) dich (ACC)?

(« Are you cold? »)

b. … daß (es) mich (ACC) frierte. (« … that I was freezing. »)

32En fait, l’anglais aurait vraisemblablement évolué de manière comparable à l’allemand ou au néerlandais, si un phénomène extérieur n’était intervenu dans son histoire, qui conduisit à la disparition des inflexions et modifia fondamentalement sa grammaire.

2. Moyen anglais et débuts de l’anglais moderne : phénomènes de transition

2. 1. Vers une grammaire configurationnelle

2. 1. 1. Repli morphologique

33À partir du VA tardif, la pression du bilinguisme avec les Vikings installés dans le Nord conduisit à l’abandon graduel des inflexions. De la morphologie casuelle d’origine, il ne subsiste plus aujourd’hui qu’un système d’opposition tripartite partiel concernant les pronoms personnels (he, him, his) d’une part et les interro-relatifs d’autre part (who, whom et whose). La marque -m de whom est elle-même instable et tend à disparaître dans les interrogatives, y compris après les prépositions.

(15)

a.

‘She’s got a date,’ he said.

You’re kidding? With who?’ (Donna Tartt)

b.

She told me she was married, but she didn’t say to who.’ (Alison Lurie)

34Whom ne s’emploie plus de manière systématique que dans les relatives appositives, qui tendent à être plus conservatrices du fait de leur appartenance à l’écrit.

  • 7 Le statut de la marque -s des génitifs classifiants est plus proche de celui d’origine. Leur empl (...)

35Aucune marque casuelle ne subsiste en tant que telle dans les expressions lexicales. Le seul vestige du système d’origine, le -s du génitif, a abandonné son fonctionnement flexionnel pour devenir un morphème indépendant invariable qui s’attache au GN dans les emplois déterminatifs, et non plus au nom-tête, comme cela était le cas auparavant. La grammaticalisation du génitif s’inscrivait naturellement dans le passage d’une grammaire flexionnelle à une grammaire analytique7.

(16) ‘The circumstances being that this is going to be Margery’s first baby and
[
GN the boy who sits next but one to me in my maths set ]’s sister had her first baby in the Easter break, and it was three weeks late.’ (Kingsley Amis)

36On peut encore observer un réflexe du fonctionnement flexionnel dans la pratique de certains locuteurs qui utilisent un marquage individuel des GN coordonnés pour exprimer la détermination conjointe (my father’s and my mother’s wedding) :

(17)

a. ‘My grandfather died and then my father’s and my mother’s marriage came to an end.’ (Ruth Rendell)

b. I knew I had now sacrificed the rare pleasure of being again invited to
Catalina’s and Francesca’s tiny apartment … (Janet Frame)

37Cette construction tend à disparaître au profit du génitif de groupe, avec une seule marque pour l’ensemble de l’expression (my father and my mother’s wedding). Le marquage individuel est désormais réservé aux interprétations distributives, qui fonctionnent syntaxiquement comme des structures à double détermination (Catalina’s tiny apartment and Francesca’s tiny apartment) avec mise en facteur commun du nom et de ses compléments et modificateurs (Catalina’s and Francesca’s tiny apartments).

2. 1. 2. Neutralisation casuelle

38L’effondrement des paradigmes casuels avait déclenché un processus de reconstruction de la grammaire. L’ordre des mots se rigidifia en compensation de la perte des désinences, de sorte que l’on adopta comme ordre de base l’ordre dominant dans les principales, SVO (où O doit se comprendre comme un symbole référant à l’ensemble des compléments nominaux). Le cas, autrefois morphologique, était désormais assuré par localisation. Le sujet devenait le constituant qui figurait devant le verbe et le complément celui qui figurait derrière le verbe. Des prépositions assuraient l’interprétation des autres constituants. Le fonctionnement casuel n’avait donc plus de raison d’être dans le nouveau dispositif topologique d’identification des fonctions, même si les marques survivantes continuaient à fonctionner de manière relativement stable, du moins en apparence.

39Une des conséquences du changement fut la perte du fonctionnement contrastif des distinctions morphologiques subsistantes. Il devenait par exemple possible de remplacer la forme objective des pronoms par une forme subjective, sans que l’interprétation en soit affectée. On en voudra pour preuve les phénomènes d’hypercorrection, qui consistent à employer des formes subjectives dans les GN coordonnés après préposition :

(18)

a. ‘Anyway,’ he addressed himself to Derek and I, ‘this bloke came a few
times, no problem.’ (Louise Welsh)

b. I said, ‘What if there’s no communication between she and Michael?’
(Elmore Leonard)

  • 8 Voir par exemple l’emploi habituel du cas objectif en remplacement du cas subjectif attendu :

40Cette forme d’hypercorrection affecte également les compléments mis en relief dans les clivées. La forme subjective remplace la forme objective normalement attendue, alors même que la généralisation de l’ordre SVO tend à imposer une forme objective à tous les pronoms en position post-verbale8 :

(19)

a. But of course, it was she he chose. (Alison Lurie)

b. Later he hears Bill and Bev talking in low voices, and knows it is he they are
talking about. (J.M. Coetzee)

41Force est donc de constater que les distinctions casuelles héritées du système d’origine n’ont plus aucune pertinence dans la grammaire actuelle. La distribution tripartite des pronoms a perdu tout rôle fonctionnel. Elle ne subsiste que parce que les langues évoluent sans nécessairement éliminer les traces de leurs fonctionnements antérieurs.

2. 1. 3. Accord verbal et ordre des mots

42Le nouveau système configurationnel rendait également caduque la nécessité de l’accord verbal. Les marques flexionnelles de personne et de nombre qui avaient disparu ne se reconstituèrent pas autrement que par la fixation de l’ordre des mots.

  • 9 Encore faut-il exclure les modaux, qui n’ont pas de marque -s de 3e personne sg. au présent (He can(...)

43Il ne subsiste dans les variétés considérées comme standard que la marque -s de la troisième personne singulier du présent de l’indicatif9. Seul be conserve plusieurs des distinctions d’origine, un phénomène lié à sa fréquence et à la spécificité de ses formes. À l’instar des marques flexionnelles casuelles, le -s verbal a perdu toute pertinence fonctionnelle. Divers dialectes (voir notamment Trudgill 1974) tendent à opter pour une morphologie indifférenciée en supprimant systématiquement le -s de 3e personne ou en le généralisant à l’ensemble des formes du présent (réinterprétation personne > temps).

2. 2. Stratégies de reconstruction et orientation verbale

44L’installation de la syntaxe configurationnelle à ordre SVO, qui différencie l’anglais des autres langues germaniques, s’est effectuée en deux temps. Le changement affecta d’abord les subordonnées, où l’ordre des mots était SOV en VA, avant de s’étendre aux principales, auxquelles s’appliquait le principe de V2.

45Dès la seconde moitié du xiie siècle, l’ordre VO avait massivement remplacé l’ancien ordre OV des subordonnées. Les compléments suivaient majoritairement le verbe, et la directionalité du gouvernement était passée de la gauche vers la droite, de sorte que l’ensemble des subordonnées était désormais de type SVO. De là, le nouvel ordre allait gagner les principales, dans lesquelles le principe de V2 avait toujours cours, et où l’ordre SVO était concurrencé par des structures de type XVSO, à éléments initiaux (adverbes, datifs, etc.) qui reléguaient le sujet après le verbe. Autour de 1400, entre 90 % et 95 % des sujets, selon les textes, étaient en position initiale. L’anglais cessa d’être une langue de type V2 au début de l’AM, époque à laquelle on considère que l’ordre SVO est définitivement établi (Stockwell et Minkova 1991).

2. 2. 1. Latence et installation des sujets

46Les compléments initiaux (datifs ou accusatifs) et les sujets postposés (nominatifs) qui caractérisaient les constructions à Expérient héritées du VA n’étaient plus en conformité avec la nouvelle grammaire. Deux facteurs facilitèrent la réanalyse des structures expérientielles : l’oblitération des désinences casuelles pour les GN, d’une part, et l’absence de morphologie casuelle des nominalisations, d’autre part.

a. Processus de mise en conformité

  • 10 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la construction expérientielle était extrêmement pro (...)

47Les structures expérientielles du MA avaient dans l’ensemble conservé les Expérients initiaux du VA10. La seule innovation en ce qui les concerne fut l’adoption du cas dit objectif, qui résultait de la coalescence des formes datives et accusatives originelles (VA ACC hine + DAT him > MA him) :

(20)

a. Us scholde neither lakken gold nor gere … (Chaucer, xive)

(> AM « We should lack neither gold nor equipment. »)

b. me meruailles of my boke. (Brunne, xive)

(> AM « I marvel at [the quality of] my book. »)

(21)

a. Me wondreþ … [ þat þou comest nouõt to do batayl ] … (Roland, xive)

b. Vs merveilleth … [ That Swich a pore Man oure kyng scold be ]. (Lovelich, xve)

48Dès la fin du VA, toutefois, les compléments avaient entrepris leur migration vers la position post-verbale, de sorte qu’en MA, les arguments Origine des constructions expérientielles, GN ou nominalisations, figuraient dans une position qui était désormais celle des compléments. À partir du xive siècle, les choses commencèrent à changer. Le cas commun, ou objectif, des Expérients initiaux fut remplacé par le cas subjectif, en application de l’ordre SVO. Les Expérients, anciennement datifs ou accusatifs, devenaient des sujets à part entière (me / us > I / we).

b. Propriétés fonctionnelles et caractéristiques formelles

49Le processus de changement laissa un certain nombre de traces de son évolution. Dans de nombreux cas, l’acquisition de propriétés fonctionnelles subjectales précéda la normalisation morphologique des sujets. À la fin du MA, par exemple, il n’est pas rare de rencontrer des exemples de parallélisme entre des pronoms objectifs et subjectifs, qui témoignent du travail de réanalyse de l’argument initial. Ainsi en (22) ci-dessous :

(22) Me is as wo For him as ever I was for any man. (Chaucer)

  • 11 La construction adjectivale I am wo (> AM woeful) est attestée à partir de 1300.
  • 12 De même, dans l’exemple ci-dessous, me fonctionne à la fois comme complément du verbe bihoven > beh (...)

50la reprise de me par un pronom subjectif I dans la subordonnée laisse à penser que me lui-même était probablement d’ores et déjà interprété comme un sujet, en dépit des indications morphologiques, nominales (cas) et verbales (accord), véhiculées par la structure. Wo fonctionnait ici comme un adjectif, ainsi que le montrent la construction comparative, d’une part, et le pronom nominatif dans la phrase qui suit, d’autre part11. Me is wo avait donc vraisemblablement pour interprétation I am unhappy, et non pas To me (there) is unhappiness12.

  • 13 L’accord avec l’Expérient était en fait rare avec le verbe seem (23), par opposition au grand nombr (...)

51Le travail d’ajustement de la langue était également visible dans les phénomènes d’accord concernant les expressions methinks et methought. Le verbe think de ces structures était issu d’une confusion phonologique qui s’était généralisée au cours du MA entre le verbe à Expérient þyncan (> AM seem) et le verbe personnel þencan (> AM think). La construction étant expérientielle, on a toutes raisons de penser que ces formes étaient issues de þyncan (« to-me seems / seemed ») et non de þencan. Or on rencontrait, en MA et au début de l’AM, des phrases telles que (23-24), dans lesquelles l’accord du verbe se faisait avec le pronom me, au lieu d’être à la 3e personne sg. caractéristique des constructions expérientielles dites impersonnelles (to-me seems that p)13 :

(23)

me-seem [ my head doth swim ]   (Damon & Pithias, xvie)

(24)

a.

Forthi

methink [

almous

it

isse

To

wirke

sum

god thing

on

Inglisse ].

therefore

me-seem

charity

it

is

to

create

some

good thing

in

English

(Metrical Homilies from the North, c. 1300)

b.

me think [ we shal be strong enough ].   (Thomas More, xvie)

52Ces exemples confirment que le pronom objectif correspondant à l’Expérient était déjà interprété comme un sujet. On s’orientait par conséquent vers une construction personnelle, qui allait conduire à l’assimilation des formes dites impersonnelles d’origine aux formes personnelles (me seems > me seem / think > I think).

53Les anciennes structures à pronom objectif survécurent encore quelque temps, mais, n’étant plus en conformité avec la nouvelle syntaxe, elles étaient perçues comme opaques par les locuteurs, qui tendaient à les traiter comme des expressions adverbiales figées. On en voudra pour preuve l’adoption d’une orthographe soudée, ainsi que l’addition analogique d’un -s parasite au passé (methoughts) :

(25)

Looking on the lines Of my boy’s face, methoughts I did recoil Twenty-three years … (Shakespeare, xvie / xviie)

54Si la réanalyse a pu s’effectuer en dépit des distinctions morphologiques qui s’étaient maintenues dans la langue, on peut donc supposer que, dès cette époque, les distinctions flexionnelles n’étaient plus signifiantes. On considérera par conséquent que les rectifications casuelles qui furent opérées à l’initiale pour remplacer le cas objectif par le cas nominatif à partir de la première moitié du xive siècle relevaient davantage d’un processus de régularisation analogique que d’une réelle nécessité linguistique.

2. 2. 2. Recentrages sémantiques

55La réanalyse des structures à Expérient donna lieu à des recentrages sémantiques qui modifièrent profondément l’interprétation de certains verbes. Nous prendrons ici l’exemple de like (VA lician > MA liken), dont nous avons vu qu’il était en général employé de manière causale en VA (« cause-pleasure »), avec un Expérient au datif et une Origine au nominatif (GN, pronom, ou nominalisation). Lorsque le système casuel s’effondra, on obtint des structures indécises, sans aucun marquage morphologique explicite, telles que (26) :

(26)

Conan, þe kinges neueu, ne likede noõt þis game. (Gloucester Chronicle, c. 1300)

56En VA, la phrase aurait eu þis game pour sujet (lit. « to-Conan … not caused-pleasure this game »). Au début du xive siècle, toutefois, la pression syntaxique de l’ordre SVO se faisait sentir. Les Expérients commençaient à être réanalysés comme sujets et les arguments Origine en position post-verbale comme compléments :

(27)

VA

DATIF (Expérient)

+

V

+

NOMINATIF (Origine)

>

AM

SUJET

+

V

+

COMPLEMENT

57Avec l’adoption de sujets Expérients, on passait du sens de « cause-pleasure » à « experience-pleasure ». Le renversement argumental du verbe réactivait ainsi des utilisations expérientielles qui n’existaient que dans les structures intransitives (voir note 3) :

(28)

a. And, for he was a straunger, somewhat she Likede hym the bet.
(Chaucer)

b. Som man mai lyke of that I write. (Gower, xive)

c. I understode he lykyd not by hys dysposicyon nor demenyng in thuys mater
nor in no nothyr
. (Paston, xvie)

58Le complément Origine pouvait être exprimé soit directement (28a), soit par l’intermédiaire d’une préposition, of ou by, selon que ce dernier était assimilé à la Source ou à l’Instrument du procès (28b-c). La préposition servait à garantir la lisibilité argumentale de la structure dans la période de transition qui précéda la spécialisation argumentale des verbes.

59Le passage d’une construction à l’autre, en effet, ne se fit pas sans de nombreuses hésitations qui favorisèrent la co-existence de multiples structures intermédiaires. La lecture causale survécut dans des exemples tels que (29), avec l’Origine pour sujet :

  • 14 Les nominalisations en that et en to ne développèrent pas de préposition pour l’expression des ca (...)

(29)

a. If my service or I may liken you … (Chaucer)

b. The victorious cause likide to the goddess, and the cause overcomen likide
to Catoun. (Chaucer) 14

60L’Expérient en position post-verbale pouvait être exprimé soit de manière directe (29a), soit de manière indirecte, par l’intermédiaire d’une préposition (29b), comme l’argument Origine en (28) ci-dessus.

(30)

VA

NOMINATIF (Origine)

+

V

+

DATIF (Expérient)

>

AM

SUJET

+

V

+

COMPLEMENT

61Deux modes de mise en conformité se faisaient ainsi jour, selon que l’on partait de l’Expérient, comme en (27), ou de l’Origine, comme en (30). Seul le premier schéma, à Expérient initial, se généralisa, sans doute parce qu’il était le plus commun du fait de la règle discursive d’accessibilité au référent qui ordonnait les humains avant les autres entités. Les emplois à lecture causale (« cause-pleasure ») furent repris au cours du MA par le verbe d’origine française, please, lui-même polyvalent au départ :

(31)

VA  & þa ða þære Herodiadiscan dohtor inneode & tumbode, hit (nom) licode Herode & eallum þam ðe him mid sæton (dat) …

MA   And whanne the douõter of thilke Erodias hadde entrid yn, and lepte, and plesid to Eroude, and also to men restynge, … (Mark 6)

62À la fin du xve siècle, like avait pour l’essentiel renoncé aux sujets Origine, même si l’interprétation causale (« cause-pleasure ») reste attestée de manière sporadique jusqu’au xviie :

(32)

I pray you call them in.

I’ll do’t, but it dislikes me. (Shakespeare)

63Alors que like s’orientait vers une subjectification de l’Expérient, plesen adopta progressivement l’Origine pour sujet, abandonnant graduellement les constructions à Expérient initial, telles que (33) :

(33)

I do repent: but heaven hath pleas’d it so … (Shakespeare)

64La construction expérientielle n’est plus utilisée aujourd’hui que dans des expressions telles que You may stay as long as you please, où please a le sens de like dans son emploi moderne (« experience-pleasure »). Le verbe actuel a normalement l’Origine pour sujet, Nothing could please me more (« cause-pleasure »), de sorte que like et please ont une distribution quasi complémentaire, like étant un verbe appréciatif, à sujet Expérient, et please un verbe essentiellement affectif, à sujet Origine.

2. 2. 3. Généralisation des sujets

65Avec le développement de l’ordre SVO, l’expression du sujet devint également obligatoire dans les phrases à mode fini, un processus qui allait conduire à l’élimination des dernières constructions impersonnelles du VA par l’emploi systématique de it dans les phrases à extraposition du sujet :

(34)

VA

nys þe alyfed [ to habenne þines broðer wif ].

MA

It is not leefful to thee, [ for to haue the wyf of thi brother ]. (Mark 6)

(35)

VA

toweard ys [ þæt Herodes secð þæt cild to forspillenne ].

MA

it is to come, [ Eroude seke the child, to destrye him ]. (Mark 2)

66Parallèlement, þer > there commençait à se généraliser en position de sujet dans les structures existentielles :

(36)

VA

On herodes dagum iudea cynincges wæs sum sacerd on naman zacharias.

MA

þer was sum prest õacharie þi name, in þe daõis of eroude king of Jude. (Luke 1)

67À la fin du MA, le sujet était donc largement semblable à ce qu’il est aujourd’hui.

2. 3. Français et processus de mise en conformité

68Le français suivit le même chemin que l’anglais en adoptant l’ordre SVO pour des raisons comparables de perte des inflexions. Il fut donc pareillement confronté au problème de mise en conformité des constructions expérientielles. La stratégie cependant fut différente. Au lieu de procéder à une normalisation morphologique par application directe de l’ordre SVO, comme en anglais (me > I), le français scinda l’expression de l’Expérient en deux constituants : un GN ou un pronom au cas subjectif, d’une part, et un réfléchi, d’autre part (me > je me). À la 3e personne sg. par exemple, le pronom oblique lui fut remplacé par la forme double il se (37b) :

(37)

a. Me remembreth of the Day of Dome. (Chaucer)

> AM  I remember the Day of Doom.

b. li (OBL) remenbre de Guillelme au cort nes. (Charroi de Nîmes, xiiie)

> FM  il se souvient de Guillaume au court nez.

69Les formes périphrastiques se développèrent entre le xiiie et le xive siècle, comme le montrent les deux versions successives du même vers ci-dessous (Stéfanini 1962 : 687) :

(38)

a. Quant li remembre del glorios del ciel … (Li Coronemenz Loois : 126, xiie / xiiie)

b. Quant se remembre de Dieu le droiturier … (Ibid., xive)

70Le GN ou pronom personnel (inversé en (38b) ci-dessus) garantit la conformité syntaxique de la phrase, tandis que le réfléchi préserve la structuration argumentale, en permettant à l’argument affecté de conserver son statut de complément.

2. 3. 1. Réfléchis et dédoublement argumental

71La construction périphrastique du français est empruntée aux réfléchis qui fonctionnent en distribution complémentaire avec les pronoms personnels en cas de coréférence entre le sujet et un argument COD (39) ou CI (40) :

  • 15 Les deux paradigmes, réfléchi et personnel, sont identiques (me, te et nous, vous), sauf à la 3e (...)

(39)

a. Jeanisei / lej lave tous les soirs.

b. Jean lave son fils tous les soirs.

(40)

a. Jeanisei / luij demande s’il viendra.

b. Jean demande à Pierre s’il viendra.15

  • 16 Certaines constructions réfléchies pourront ainsi être ambiguës. Il s’agira alors de distinguer l (...)

72On remarquera que, dans l’exemple (39a), Jean et se renvoient à deux arguments distincts, dont l’un est Agent (Jean) et l’autre Patient (se / le). Il en est de même en (40a), lorsque le second argument correspond au Destinataire du procès (se / lui). La situation cependant est différente lorsque les verbes ont pour sujet un Expérient, car les deux expressions nominales ne renvoient plus qu’à un seul et même argument Expérient. Les structures expérientielles demeurent donc bi-actancielles (Expérient + Origine), puisque aucun tiers n’est introduit dans la représentation du procès, et ceci malgré la présence de trois expressions nominales16.

73Différents types de verbes à Expérient entrent dans la construction à dédoublement argumental, comme (se) réjouir et (s’)étonner, d’une part, et se souvenir, se repentir, ou se douter, d’autre part :

  • 17 Les Ficiaires (Bénéficiaires ou Maléficiaires), qui appartiennent à des structures transitives, n (...)

(41)

a. Jean se réjouit de leur venue.

b. Ils s’étonnent de son absence.

(42)

a. Elle se souvient de leur venue.

b. Il se repent de ses fautes.

c. Ils se doutent de quelque chose.

d. Marie se languit de lui.17

74La construction est la même dans les deux cas. La seule différence est que les verbes de la première catégorie permettent l’instanciation du sujet par l’Origine (43a), tandis que ceux de la seconde l’excluent (43b) :

(43)

a. Son absence les étonne / étonne les voisins.

b. *Leur venue lui souvient / souvient à Jean.

2. 3. 2. Dédoublement argumental et diathèse

75On observera que le dédoublement argumental n’est pas un phénomène isolé dans la grammaire du français, qui serait réservé à l’expression des seuls Expérients. Il fait partie de la diathèse et concerne de manière générale les arguments qui occupent normalement une position post-verbale lorsqu’ils sont réalisés lexicalement (les pronoms étant antéposés).

76Le procédé s’applique notamment aux compléments des verbes d’action, tels qu’ils sont employés dans les constructions caractérisantes (44) ou événementielles (45) :

(44)

a. Ses tableaux se sont vendus comme des petits pains.

b. Les jupes se portent plus court.

(45)

a. La pelle s’est cassée.

b. La porte s’ouvrit.

77Il concerne également les compléments des verbes de perception :

(46)

a. La tache ne se voit plus.

b. Cette expression ne s’entend plus guère.

  • 18 Une autre manière de procéder fut d’ajouter un sujet structurel, il, qui permettait de conserver l’ (...)

78Il semblerait donc qu’en préservant l’expression classique de l’Expérient par l’utilisation d’une forme complément en (37), le français ait adopté une solution plus conservatrice que le réalignement analogique de l’anglais18.

3. Anglais moderne : réalisation configurationnelle et instanciation discursive

79L’installation de l’ordre SVO entraîna l’ouverture de la fonction de sujet à des catégories morpho-syntaxiques et sémantiques jusque-là exclues par le fonctionnement casuel (3.1.). Elle conduisit également à l’adoption d’une grammaire discursive (3.2.) et d’un fonctionnement assertif (3.3.), qui modifièrent profondément le profil des éléments amenés à instancier la fonction, ainsi que la fonction elle-même.

3. 1. L’extension de la fonction

80La nouvelle syntaxe ouvrit la voie à divers types de réalisations que le système casuel d’origine, à instanciation sémantique, rendait impossibles. Le changement affecta l’ensemble des catégories casuelles, syntaxiques, et sémantiques, jusque alors utilisées dans l’expression du sujet.

3. 1. 1. Extensions casuelles : sujets objectifs et génitifs

a. Sujets et modes non-finis : cas objectif et génitif

81Dans le nouveau système d’identification des sujets par localisation, n’importe quelle forme, casuellement marquée ou non, pouvait a priori être interprétée comme sujet si elle figurait devant un prédicat. Rien ne s’opposait donc à ce que des formes objectives ou génitives puissent être réanalysées comme sujets des formes non finies.

  • 19 Les nominalisations en to à sujet objectif se développèrent au cours du MA à partir de la réanaly (...)

82Le cas objectif est celui qui est normalement utilisé dans les nominalisations infinitives et gérondives de l’anglais actuel19 :

(47)

a. ‘You said you wanted [ me to help you move in ].’ (Olivia Manning)

b. ‘Could we get back to [ me asking the question ],’ she said coldly. (David Lodge)

  • 20 Ces formes correspondent aux anciens déterminants génitifs des GN à l’origine des nominalisations (...)

83Le génitif hérité des anciennes constructions nominales continue cependant à être employé comme sujet dans les nominalisations gérondives20 :

(48)

a. ‘You’re afraid I’ll write a popular, successful novel now, aren’t you?’
‘The idea of [
your writing a novel ] is so grotesque –’ (David Lodge)

b. ‘Perhaps we should begin by [ your telling me how far you’ve gone with
the other side ]. How much does Rohr know?’ (John Grisham)

(49)

a. He could manipulate Derrick into approaching the lawyers for the defense,
then try to catch them in bed together. This would probably result in [
Angel’s
getting removed ], an event Rohr did not want. (John Grisham)

b. Beyond the law stands a tradition of impunity. Yet the law seems to hold
no bar to [
Mr. Echeverria’s testifying in civil or criminal proceedings ].
(The New York Times, 2002)

84Si la forme génitive demeure commune pour les pronoms (48), dont la fréquence freine l’évolution, elle a pour l’essentiel disparu de l’usage courant pour les constituants lexicaux (49), de sorte que l’expression du sujet dans les phrases à verbe non-fini se recentre autour du cas objectif.

b. Sujets et mode fini : le développement des sujets objectifs

85Le cas objectif a également gagné du terrain dans les phrases à mode fini, sans que le fonctionnement sémantique en soit affecté. Les formes subjectives des pronoms tendent à être remplacées par des formes objectives chaque fois que le pronom ne gouverne pas directement le verbe. C’est le cas notamment lorsque le sujet est isolé par ellipse du GV (50a), par déconstruction de la relation prédicative (50b) ou par thématisation (50c) :

(50)

a. ‘What about Rudy?’ I asked. ‘Did he think Susan was Frank’s
[mistress]?’

‘Yes.’

‘And Vicky?’

Her, too.’ (Alison Lurie)

b. ‘Me? Kill someone? You’re mad!’ (Ruth Rendell)

c. ‘Me, I have them [his books] willy-nilly, on suitcase, shelf and floor.’
(Louise Welsh)

86Le phénomène concerne également les pronoms qui font partie d’un GN enchâssant à apposition restrictive (51a) ou à coordination (51b), et qui donc ne déclenchent pas directement l’accord du verbe :

  • 21 On notera que les formes d’apposition non restrictives, qui occupent une position externe par rappo (...)

(51)

a. ‘Us independent chaps got squeezed into the corner every time.’ (John
Le Carré)
21

b. ‘It was when me and Tommy were running a club in South Miami.’ (Kazuo
Ishiguro)

87On notera que l’utilisation de la forme objective n’est pas remise en cause par la contiguïté de surface entre le sujet et le verbe :

(52)

a. ‘I asked this Chili Palmer what his position was and he said you and him
were partners …’  (Elmore Leonard)

b. ‘But Hans and me have already been through all that – which you’ve
obviously not troubled to do!’
(James McLure)

88Le pronom objectif appartient à une structure coordonnée à l’intérieur de laquelle chaque élément constitutif est enchâssé : [X 0 [X1] and [X2] ]. La contiguïté entre le sujet et le verbe ne concerne que X0, qui détermine l’accord du verbe. Le pronom enchâssé X2 est, par conséquent, soumis à la même pression que dans la configuration inverse (51b).

  • 22 On aura reconnu une distribution comparable à celle des pronoms faibles et forts du français (je(...)

89La forme objective a ainsi pu s’imposer en langue orale standard comme un allomorphe des pronoms sujets, restreignant la distribution des formes subjectives aux seules configurations de gouvernement direct. Une question telle que Who wants some tea?, par exemple, aura deux réponses possibles en anglais : I (do) dans les dialectes à pronom unique (avec accent de phrase sur I) ou Me, dans les dialectes à formes pronominales concurrentes. *Me do est inacceptable à la fois dans les dialectes à forme subjective obligatoire, mais aussi dans ceux à pronoms concurrents, puisque le pronom gouverne directement le verbe22.

3. 1. 2. Extensions catégorielles : les sujets non nominaux

90L’abandon du fonctionnement casuel a également ouvert la fonction de sujet à des constituants autres que les éléments nominaux, seuls susceptibles de prendre le cas nominatif et donc de déclencher l’accord du verbe en VA. L’adoption d’une syntaxe configurationnelle s’est ainsi accompagnée d’un renoncement partiel au critère de nominalité, avec l’accession à la fonction de sujet de constituants adverbiaux (53a), prépositionnels (53b) et adjectivaux (53b) :

  • 23 D’autres fonctions traditionnellement réservées aux éléments nominaux s’ouvrirent également aux con (...)

(53)

a. Isabel and June and I […] decided that now was the time to share what
money we had to give mother the holiday she had dreamed of. (Janet Frame)

b. He had tied himself down to the idea of finding Shabalala on the ground somewhere […] but never underneath it. While all the time, below the surface was the only place you could hide in a barren flatland. (James McLure)23

c. ‘Maybe it’s stupidity these days to be an optimist. But I am. I am a believer. Believing is the most important thing to be.’ (The New York Times, 2003)

  • 24 On notera que cette possibilité d’ouverture de la fonction aux éléments non nominaux n’est pas ex (...)

91Ces sujets se rencontrent principalement dans le cadre de structures équatives et demeurent largement dépendants de supports interprétatifs présents dans le co-texte, qui en facilitent la reconnaissance fonctionnelle. C’est notamment le cas des expressions à valeur classifiante time en (53a), place en (53b), et thing to be en (53c), qui restituent aux sujets une forme de « nominalité » garantissant leur interprétation24.

92La position de sujet peut également accueillir des subordonnées de cause initiales, en général précédées de just, qui ont la possibilité de fonctionner localement comme des nominalisations tout en conservant leurs caractéristiques formelles de subordonnées adverbiales (54a). Elles s’emploient comme de véritables sujets, sans qu’il soit nécessaire de recourir à une forme de reprise nominalisante intermédiaire, telle que le pronom that en (54b) :

(54)

a. Just because it’s on the radio doesn’t mean we have to suspend belief in the evidence of our senses. (Don DeLillo)

b. ‘But because a man is a boiler boy that does not mean he is also a -damned baboon –’ (James McLure)

3. 1. 3. Extensions argumentales : les arguments secondaires

93Enfin la nouvelle syntaxe a également permis aux arguments secondaires des verbes lexicaux normalement exprimés par des GP d’occuper la fonction de sujet en l’absence d’argument agentif. On rencontre ainsi des constructions à sujet locatif (55a) ou temporel (55b), qui n’existaient pas dans un système où seuls les arguments premiers (actants et affectés) pouvaient accéder au rang d’argument dominant dans les structures non thématiques et par conséquent recevoir le cas nominatif :

  • 25 Pour un exemple de sujet temporel en français, voir (i) ci-dessous :

(55)

a. Mr Oliver’s bedroom is all wood, brass, furs and red velvet. A glass cabinet houses a militaria collection, specialising in the Waffen SS. A bookcase holds numerous books about Nazi Germany and Hitler. (Iain Banks)

b. Eleven a.m. saw me turning into the cobbled lane that led to Steenie and John’s bookshop. (Louise Welsh)25

94On remarquera que les langues qui ont conservé un système casuel de marquage fonctionnel sont beaucoup plus limitées dans leur capacité à accommoder de tels sujets. L’allemand moderne, par exemple, conserve des structures de type prépositionnel pour l’expression de la Localisation (56) et du Moyen (57), là où l’anglais autorise la promotion des arguments correspondants. Les exemples et leurs traductions sont empruntés à Kirkwood (1970) :

(56)

a. The box contains two apples.

a’. In der Schachtel sind zwei Äpfel.

b. The article reviews two books.

b’. In dem Aufsatz werden zwei Bücher besprochen.

(57)

a. This concludes the present discussion.

a’. Damit beschließen wir diese Ausführungen.

b. This would increase the number of deep-structure cases.

b’. Dadurch würde sich die Anzahl der Tiefenstrukturkasus erhöhen.

3. 2. Topiques et grammaire discursive

95En investissant la position préverbale, le sujet s’était également approprié les caractéristiques discursives attenant à cette dernière. L’adoption d’une nouvelle grammaire informationnelle modifia de manière significative le profil des candidats possibles à la fonction de sujet. D’argument dominant, un bon sujet devenait un élément capable de figurer dans une position d’information minimale (3.2.1.). Or toutes les représentations sémantiques n’étaient pas à même de fournir un tel argument, d’où la nécessité de recourir à des stratégies d’ajustement structurel lorsque le sujet était atypique (3.2.2.) ou lorsque la structure sémantique ne comportait aucun argument qui puisse indépendamment justifier d’une promotion (3.2.3.).

3. 2. 1. Sujets prototypiques : accessibilité du référent

96L’inscription du sujet dans une position d’information moindre faisait dépendre son instanciation de l’accessibilité du référent pour l’interlocuteur. Le référent du sujet doit désormais être présent à l’esprit de ce dernier ou, du moins, directement accessible.

97Dans le premier cas, l’élément promu a une fonction de connexion avec le contexte, linguistique ou extra-linguistique. Il joue notamment un rôle essentiel dans la cohésion discursive, en tant que lieu de transition entre l’information connue et l’information nouvelle. Un bon sujet a donc des propriétés relationnelles. Comme en (58) ci-dessous, ces dernières sont construites soit directement, par anaphorisation lexicale (a) ou grammaticale (b), soit indirectement, par association avec un élément contextuel préalablement posé (c).

  • 26 L’emploi de l’expression lexicale Mma Ramotswe (coréférentielle avec le pronom she du 1er paragra (...)

(58)

As the beam came on, sheb [Mma Ramotswe] saw, just at the edge of the water, its head turned towards the cowering dog, a large crocodile.

The crocodilea was totally unconcerned by the light, which itb probably took for the moon. Its eyesc were fixed on the dog, and itb was edging slowly towards its quarry. Mma Ramotswe26 raised the rifle to her shoulder and saw the side of the crocodile’s head framed perfectly in her sights. Sheb pulled the trigger.

When the bulletc struck the crocodile, itb gave a great leap, somersault in fact, and landed on its back, half in the water, half out. […] Sheb took a knife and slit through the creature’s belly. The leatherc was soft, and the stomachc was soon exposed and its contentsc revealed. (Alexander McCall Smith)

  • 27 Le français oral a une stratégie de thématisation, dont la finalité est de reconstituer l’accessibi (...)

98Dans le second cas, l’élément choisi comme sujet a une fonction d’introduction. Divers critères ont pu être évoqués pour évaluer l’accessibilité au référent. On sait par exemple qu’un bon sujet, s’il ne fonctionne pas de manière relationnelle, doit être humain, défini (ou générique), et si possible présent dans la situation de discours, les meilleurs sujets étant ceux qui réfèrent aux participants de la situation d’énonciation, I et you. Les éléments non humains et non définis constituent a priori de mauvais candidats à la fonction de sujet et ont peu de chances d’y accéder27.

99Toutes les langues à sujet topique possèdent des procédés syntaxiques associés à la diathèse qui permettent d’obtenir des sujets conformes aux exigences de la position d’accueil à partir d’arguments normalement réalisés en position interne (--), comme par exemple le passif (a), la voix moyenne (b) ou la montée en position de sujet (c) :

(59)

He says the whole place is covered in flour […] .’

Itb’ll vacuum -- quite easily, won’t it? It’s not sticky and it doesn’t stain.’ […]

But shea couldn’t be consoled --, even when he reminded her that the money was safe, and that her mink wrapa hadn’t been stolen --.’

But Matt says,’ she wailed, ‘that it was white.’

Flourb will shake -- out […].’ (Dick Francis)

(60)

She [Dr. McQuade] crossed and recrossed her legs every twenty minutes or so, and each crossinga was duly noted -- by the packs of lawyers around both tables and by the six male jurors and most of the females as well. Dr. McQuadec was pleasant to look at -- and easy to believe --. Her testimony made perfect sense, and she connected with most of the jurors. (John Grisham)

3. 2. 2. Sujets atypiques : stratégies de restructuration

100L’adoption par la fonction d’une grammaire discursive posait également le problème des mauvais sujets, à savoir ceux qui ne respectent pas les contraintes informationnelles du dynamisme communicatif, telles qu’elles sont définies par les principes de end-focus et de end-weight.

a. Sujet et principe de focalisation finale

  • 28 L’anglais dispose également de moyens prosodiques pour accommoder des structures informationnelles (...)

101Lorsque le seul candidat possible à la fonction de sujet correspond à un contenu nouveau, diverses stratégies d’ajustement peuvent être mises en place. La plus commune est la construction existentielle en there, qui sert à poser (a), ou à rappeler (b), l’existence d’entités28. Cette dernière fonctionne comme un « retardateur de topique », permettant de différer la mention de la nouvelle entité, de manière à ce qu’elle occupe une zone d’information conforme à son statut informationnel :

(61)

A guy told me,’ James said, driving into a filling station, ‘that this will last only a couple of weeks. Lynx [a planet] will come closer and then go. Then therea’ll be a great calm, a lovely great peace, and we’ll all get to thinking it never really happened.’

But thereb’s our apartment and Rachel and Judith.’ Rachel was the cat, Judith the Teutprot servant. (Anthony Burgess)

  • 29 L’existence emprunte son mode d’expression à la localisation. There fonctionne comme un repère par (...)

102Le sujet, dans ces constructions, correspond donc théoriquement au constituant post-verbal, qui est censé déclencher l’accord du verbe, du moins dans les variétés d’anglais considérées comme « correctes » par les locuteurs. Il y a, par conséquent, conflit entre la stratégie de déplacement des entités nouvelles en zone focale et le fonctionnement syntaxique, puisque le sujet n’occupe plus sa position canonique. On expliquera ainsi que there, à l’origine adverbe locatif29, ait pu être réanalysé comme sujet en application de l’ordre SVO. En AM, there est devenu atone comme les pronoms ; il est inversé dans les questions et repris dans les tags (62a). Il peut également déclencher l’accord du verbe dans la plupart des dialectes (62b), de sorte que toutes les propriétés subjectales lui sont désormais transférées :

(62)

a. ‘… ’cause there wasn’t a gun in the house, was there?’ (Elmore Leonard)

b. ‘And then, there’s the Taylors. It would save them any scandal and stop Valerie mucking up her life completely.’ (Colin Dexter)

103En tant que topique nouveau, l’élément référentiel en position focale peut être accompagné d’un commentaire généralement réalisé sous forme d’une prédication seconde (GP, GADJ, proposition participiale ou pseudo-relative). Les phrases (63a) et (63b), par exemple :

(63)

a. The call telling you there’s a table free in half an hourGADJ could be generated by a restaurant’s website. (Time, 2001)

b. There were twenty of us who drove down to Macon from Atlanta that JunePSEUDO-REL. God, it was hot. (Joel Siegel)

correspondent respectivement aux prédications nucléaires A table will be free in half an hour et Twenty of us drove down to Macon from Atlanta that June. Certains locuteurs utilisent également des formes de prédication première, qui, bien que considérées comme non standard, ne font que restituer le prédicat sous sa forme d’origine :

  • 30 La construction existentielle n’est pas le seul moyen de retarder l’apparition d’information nouvel (...)

(64)

a. The Bahamas is the easiest country in the hemisphere. There’s hardly a bigwig in Nassau isn’t up to his ears in cocaine. (John Le Carré)

b. Cigarettes have never hurt him, he says, and what’s more there’s nothing beats a Woodbine for bursting lice eggs in the seams of your shirt –though at this point the person he’s talking to generally starts to edge away. (Pat Barker)30

b. Sujet et principe de poids relatif

104La nouveauté du contenu informationnel va en général de pair avec le contenu lexical. Plus l’information est nouvelle, plus les besoins lexicaux sont grands. L’information donnée, en revanche, s’exprime en général sous forme anaphorique. Dans la conversation ordinaire, la plupart des sujets sont de forme pronominale, et donc sans contenu lexical propre (Blanche-Benveniste 1994). Le principe de poids relatif tend par conséquent à réduire la configuration des sujets en position initiale à leur minimum, redéfinissant ainsi leur profil en langue.

  • 31 La similitude entre extraposition et dislocation n’est qu’apparente. Les deux structures recouvrent (...)

105L’anglais, comme le français, dispose de moyens de ramener les sujets d’expression lexicale à des formes plus standard, quelle que soit leur nouveauté informationnelle. On mentionnera par exemple l’extraposition (65) et la dislocation (66), qui ont en commun le fait d’utiliser des proformes en position initiale et de renvoyer le contenu lexical du sujet en fin de phrase31.

(65)

It was great to find out about new research and teaching approaches to dyslexia. Perhaps the instructors who applied behavior modification to my son will learn from your reporting. (Time, 2003)

(66)

a. ‘She watches too much television, my mother,’ he said, glancing at the letter again. (Donna Tartt)

b. ‘I’m afraid he’ll have a wreck. Or a cop will pull him over. I’ll bet you anything he’s plastered. That’s all he needs, getting stopped for drunk driving.’ (Ibid.)

106Un autre procédé, concernant le style écrit, consiste à rejeter les modificateurs droits du sujet en position finale, même si la langue permet a priori de traiter les sujets longs en leur assignant une unité de ton séparée. On obtient ainsi des sujets discontinus dont la complétive en (67a) et relative en (67b) sont isolées de leur terme recteur par le GV :

(67)

a. Then the thought occurred to Mma Ramotswe that following a child could be problematic. (Alexander McCall Smith)

b. At last the day came when Mr. Loveday took leave of the home where he had spent such long and useful years. (Evelyn Waugh)

3. 2. 3. Sujets vides : désinstanciation vs. non-instanciation

  • 32 Le sujet des structures extraposées n’est pas en soi un argument. Le prédicat adjectival great en (...)

107Le fonctionnement discursif pose enfin le problème des représentations sémantiques sans candidat à la fonction de topique. La langue, dans ce cas, a recours à des sujets formels, dont l’expression grammaticalisée est it. Comme dans l’extraposition, it permet de concilier les exigences de la syntaxe avec celles du fonctionnement discursif. La situation est toutefois différente, car le it de l’extraposition fait partie d’un fonctionnement référentiel discontinu avec la phrase extraposée32, alors que, dans les phrases à it non référentiel, aucun argument correspondant n’est présent dans la représentation sémantique. Il existe deux catégories de it non référentiels, selon qu’ils sont issus d’un processus de grammaticalisation (désinstanciation) ou du seul fonctionnement informationnel (non-instanciation).

a. Désinstanciation du sujet : structures présentationnelles

108Dans le premier cas, it sert à introduire une valeur qui vient instancier une variable présente dans le contexte linguistique ou extra-linguistique. Il est employé dans des constructions diverses, notamment les structures d’identification (68) et les clivées (69), qui ont en commun de proposer ou de rejeter une valeur pour une inconnue présente dans le contexte :

(68)

a. ‘Who spoke to her, you or Giles?’

It was me.’ (Ruth Rendell)

b. The old man – it was Einstein, though Charleen didn’t recognize him – felt responsible and asked her if she would walk with him. (Joel Siegel)

(69)

It was Mrs Bolton’s talk that really put a new fight into Clifford. […] The pits did not really concern him. It was the other world he wanted to capture, the world of literature and fame … (D. H. Lawrence)

109Cette valeur dite introductive, ou présentationnelle, de it est le résultat d’un processus de grammaticalisation. Elle a été obtenue par abandon du fonctionnement référentiel du pronom correspondant, avec désactivation de ses traits de nombre et de genre. Le mouvement d’origine de l’intension vers l’extension, qui caractérise les structures identificationnelles, fonctionne ici de manière abstraite, pour désigner la seule valeur proposée ou rejetée, selon que la phrase est affirmative ou négative. It n’est plus que le point de départ intensionnel dans un mouvement d’identification, où seul l’aboutissement a une expression référentielle.

b. Non-instanciation du sujet : sujets redondants et prévisibles

110La seconde utilisation du pronom correspond à divers cas de figure dans lesquels toute l’information nécessaire à l’interprétation de la phrase est contenue dans le prédicat. Dans ces configurations, la structure sémantique est dans l’incapacité de fournir un argument indépendant susceptible d’instancier la fonction de sujet.

  • 33 On notera à ce propos que la redondance est traitée différemment dans l’usage ordinaire de la lan (...)

111Un cas typique de ce fonctionnement est celui des prédicats météorologiques, tels que rain ou snow. L’intégralité de l’information étant exprimée par le prédicat, il n’existe pas de possibilité d’externaliser un élément à partir de ce dernier, sauf redondance (*Rain rains). Or cette dernière est exclue dans l’usage ordinaire de la langue, d’où l’utilisation substitutive de it33.

112Le it de non-instanciation est également présent dans l’expression du temps, météorologique ou chronologique, et de la distance, par exemple.

(70)

a. The rain had ceased and it had grown very cold, perhaps colder than it had been all winter. […] In February it wasn’t quite dark by five forty-five … (Ruth Rendell)

b. It was only half past nine but apparently both Joanna and Sophie had gone to bed. (Ibid.)

c. … it wasn’t all that far to Oxford, but in the current state of traffic it took a long time. (Ibid.)

113Certains de ces emplois permettent la restitution d’un sujet impliqué par le prédicat, tels que the temperature et the light (70a), the time (70b) et the distance (70c). Ce n’est donc pas la co-extensivité notionnelle du sujet et du prédicat qui bloque l’instanciation de la fonction comme précédemment, mais la prévisibilité des sujets, et donc l’insuffisance de leur apport sémique.

3. 3. Sujet et fonctionnement prédicatif

114La nouvelle syntaxe a non seulement redéfini l’ensemble des sujets possibles par rapport au VA ; elle a également conféré au sujet un rôle exclusif dans l’expression de la modalité assertive en AM.

a. Des structures X + V à la configuration SUJET + V

  • 34 On exclura ici les inversions stylistiques, qui appartiennent au style écrit (description narrati (...)

115En VA, le sujet partageait la position pré-verbale avec d’autres constituants (adverbes, datifs, etc.), de sorte qu’il fallut attendre l’installation de l’ordre SVO et la généralisation des sujets dans les phrases assertées pour que s’établisse l’opposabilité actuelle du sujet et du prédicat (GV). Deux facteurs contribuèrent conjointement à construire cette dernière : l’élimination des éléments non subjectaux de la position initiale34, d’une part, et la constitution d’un GV isolable, puisque libéré de la présence du sujet, d’autre part. Le recentrage syntaxique sur un dispositif configurationnel unique conduisit à un renouvellement de l’expression de la modalité assertive, qui en VA était exprimée par la seule position du verbe fléchi (V2 pour les structures assertées et V1 pour les structures non assertées). De contingente au stade V2, l’opposabilité sujet-prédicat devenait obligatoire. L’élimination des éléments initiaux non subjectaux faisait donc du sujet l’unique partie prenante face au prédicat dans l’expression de la modalité assertive.

b. Assertion et rôle du sujet

116En AM, la modalité assertive se présente comme une relation à deux valeurs entre un sujet et un lien prédicationnel exprimé par la flexion verbale (LP) : une valeur assertive, non marquée, et une valeur non assertive. La valeur assertive est matérialisée par le gouvernement du LP par le sujet et la valeur non assertive, de façon quasi iconique, par la déconstruction de cette relation sous forme d’inversion. L’inversion dont il est question ici est dite sujet-opérateur (Quirk et al. 1985 : § 2.48). Elle se distingue des inversions sujet-verbe en ce qu’elle ne concerne que l’élément porteur de la marque prédicationnelle (voir note 30).

  • 35 La syntaxe est rendue plus ou moins opaque par l’absence des sujets. Les impératives ont cependant (...)

117L’inversion prédicative est utilisée pour l’expression de l’interrogation, mais aussi de l’hypothèse (71a), de l’optatif (71b) et de l’impératif (71c)35 :

  • 36 Ne sont pas concernées les inversions à modificateur réalisant (emphatique) ou déréalisant (négat (...)

(71)

a. Had he been a noisy wind-bag he would have been easy to dismiss. No, he was sensible and well informed … (Saul Bellow)

b. ‘You also say that you have an eye for a pretty lady.’

I do, thank you and may it long remain vigilant.’ (John Le Carré)

c. ‘It’s all right my dear, I’m fine,’ he gasps at last. ‘Don’t you worry about me.(David Lodge)36

  • 37 L’absence d’inversion des subordonnées résulte du marquage formel de ces dernières qui assure indép (...)

118Il existe donc, en anglais, une ligne de partage entre les LP qui sont gouvernés par le sujet et ceux qui le ne sont pas qui isole les principales déclaratives et exclamatives, d’une part, de tout un ensemble de constructions inversées, d’autre part. On observera qu’en positionnant la ligne de rupture entre les déclaratives et les impératives, la langue isole les structures à valeur thétique, susceptibles d’être analysées comme vraies ou fausses, du reste du fonctionnement linguistique37. Elle opère ainsi une différenciation entre l’asserté et le non-asserté, distincte de celle que l’on établit habituellement en termes de prise en charge énonciative, et fait de la dimension informative du langage un élément fondamental du fonctionnement linguistique.

119Il est également important de remarquer que l’opposabilité du sujet ne concerne que la fonction, et non les éléments qui instancient cette dernière. Le dispositif assertif étant de nature purement structurelle, il est indifférent au type d’argument qui figure en position de sujet et demeure le même que le sujet soit instancié ou non. De ce point de vue, la situation est identique à celle du VA. L’actuelle opposabilité du sujet n’est que l’émanation d’un nouvel ordre des mots. Le sujet moderne ne contribue donc pas davantage que les constituant initiaux du stade V2 (adverbes, adjectifs, datifs, etc.) à l’établissement d’un support sémantique auquel s’attacherait un apport prédicatif.

4. En guise de conclusion

120Là où le VA avait deux candidats légitimes à la notion de support, le sujet réalisé par le cas nominatif et le topique déterminé par sa position initiale, l’AM n’en possédait plus qu’un. En faisant coïncider le sujet et la position initiale, la généralisation de la syntaxe SVO avait créé l’illusion d’une correspondance entre la structuration linguistique et l’analyse de type support-apport postulée par la sémantique véri-conditionnelle, de sorte que, pour des langues comme le français ou l’anglais, la notion linguistique de sujet était devenue co-extensive avec la notion logique. L’approche philosophique, qui ne concernait à l’origine que l’expression du vrai, et était formulée indépendamment de toute considération linguistique, se voyait de fait généralisée à l’ensemble du fonctionnement langagier. C’est la légitimité de cette extension qui nous intéressera ici. Nous tenterons dans un premier temps de répondre aux deux questions posées en introduction, la première concernant le rôle du sujet dans le fonctionnement linguistique et la seconde celui du locuteur dans l’instanciation de la fonction, avant de proposer quelques directions pour une redéfinition de la notion.

4. 1. Complétude et subjectivité

a. Sujet et complétude

121En présentant le sujet comme un élément nécessaire à l’existence de la prédication, la tradition rationaliste exclut par principe sa non-instanciation, donc tout argument factice, puisque l’on ne saurait prédiquer de rien. Or quel que soit le mode d’instanciation, sémantique ou discursif, en vigueur dans les états de langue considérés, il n’est jamais nécessaire d’instancier sémantiquement la fonction, même lorsque le sujet est syntaxiquement obligatoire, comme en anglais ou en français. La fonction n’est instanciée que lorsque les conditions requises sont réunies. En l’absence d’argument dominant en VA ou de topique approprié en AM, cette dernière reste lexicalement vide. La langue a donc toujours admis l’existence d’énoncés sans point de départ argumental et par conséquent sans support auquel s’accrocherait l’apport. Force est donc de constater que la notion de support qui sous-tend l’approche analytique commune n’a aucun corrélat en langue, qui ferait du sujet une catégorie indispensable à la construction du sens. La configuration théorique support-apport n’apparaît plus que comme un lieu de de convergence ponctuelle entre le sémantique analytique et le fonctionnement linguistique. Elle n’a pas de correspondant généralisable en langue, qui permettrait de fonder indépendamment la notion de sujet.

b. Sujet et subjectivité

122L’évolution de la langue nous montre par ailleurs que le choix de l’argument destiné à instancier la fonction est entièrement contraint, puisqu’il est déterminé par le mode d’instanciation, sémantique ou discursif, en vigueur dans la grammaire concernée. De manière générale, on n’a aucune raison de penser que la subjectivité du locuteur puisse avoir un quelconque rôle à jouer dans l’encodage des impulsions signifiantes. L’encodage, en soi, est un lieu de déterminisme. Il se distingue du travail de (re)formulation, qui permet de comparer le produit obtenu avec l’intention initiale, et de revenir sur le résultat en cas d’inadéquation ou de dysfonctionnement. La subjectivité du locuteur, si tant est que l’on puisse considérer qu’il s’agit d’un concept unique, n’est présente que dans l’impulsion signifiante, d’une part, et dans la décision de communiquer cette dernière, d’autre part, la première faisant intervenir l’individualité du locuteur, et donc sa singularité, et la seconde son libre-arbitre. Le concept d’un locuteur en charge des opérations linguistiques constitue donc en ce sens un glissement non théorisé du sujet d’énonciation, pôle organisateur du discours, vers des modes de fonctionnement systémiques. D’énonciatif, le sujet devient énonciateur. Il s’approprie les propriétés de libre-arbitre du sujet d’action et investit le domaine de la mise en langue. Or rien ne permet de justifier le bien fondé empirique – ou théorique – de ce glissement d’un mode d’organisation discursif vers un sujet actant, responsable de l’encodage à travers la sélection des opérations linguistiques. Le concept d’un locuteur énonciateur défini de la sorte doit par conséquent être considéré comme infondé. Tout au plus constitue-t-il un modèle anthropomorphique des processus d’encodage, par définition étrangers aux caractéristiques et aux choix individuels qui fondent la subjectivité. Si donc le sujet n’est en rien indispensable à la complétude de l’énoncé, son instanciation ne peut pas non plus être considérée comme un lieu où s’exercerait la subjectivité du locuteur.

4. 2. Quelle place pour le sujet en linguistique ?

123Le sujet apparaît au terme de cette étude comme une fonction d’accueil pour un élément qui entretient une relation formelle avec le verbe et participe à la hiérarchisation des arguments. Au delà de cette définition, toute généralisation concernant la réalisation du sujet, l’exploitation de la fonction et son mode d’instanciation en langue s’avère problématique.

124a. L’histoire de l’anglais nous montre qu’il n’existe pas un mode unique de réalisation du sujet. Celui-ci peut être identifié par son cas comme en VA ou par sa localisation comme en AM.

125b. Le mode d’exploitation de la possibilité d’accord varie également selon les états de langue. La fonction peut, par exemple, accueillir un argument dominant, comme en VA, et servir à donner une orientation argumentale à la représentation sémantique ou elle peut accueillir un topique et être amenée à participer à l’orientation discursive de l’énoncé, comme en AM. Elle peut aussi être mise à contribution pour donner une expression syntaxique à la modalité assertive.

126c. L’instanciation de la fonction, qui dépend à la fois du mode de réalisation du sujet et du mode d’exploitation de la fonction, varie de même selon les états de langue. Le sujet actuel échappe aux contraintes casuelles et argumentales qui caractérisaient les sujets du VA, mais obéit à des contraintes informationnelles qui étaient étrangères à ces derniers, de sorte que les ensembles de sujets générés par les locuteurs ne sont jamais isomorphes d’un état de langue à un autre.

127De ce point de vue, les tentatives d’établissement de propriétés subjectales à visée universaliste qui se fondent sur l’étude formelle ou sémantique des éléments instanciant la fonction (Keenan 1976, etc.) ne font qu’additionner les caractéristiques des catégories d’accueil : marquage et non-marquage, agentivité et non-agentivité, ancienneté et nouveauté, etc. Or ces dernières sont nécessairement conflictuelles puisqu’elles émanent de modes de fonctionnement linguistique différents, qui démultiplient les possiblités de réalisation et d’instanciation. Aucune des caractéristiques répertoriées n’est donc strictement nécessaire, même si certaines semblent jouer un rôle plus important, comme l’agentivité, qui cumule des propriétés d’argument dominant, mais aussi de topique, puisqu’elle accueille prototypiquement des arguments humains. De plus, aucune des fonctions remplies par le sujet en langue ne lui est propre. Toutes peuvent être réalisées par d’autres moyens linguistiques : la spécialisation lexicale des verbes, l’ordre des mots, ou l’utilisation de marqueurs, par exemple, peuvent remplacer le sujet dans ses fonctions d’orientation de la relation prédicative ou d’expression de la modalité assertive. Le sujet n’a donc aucune propriété définitoire intrinsèque qui puisse lui être associée dans une perspective universaliste. S’il y a universalité du sujet en langue, elle n’est pas à chercher dans des listes cumulatives de propriétés, mais plus directement dans le recensement des différents modes d’exploitation du lien sujet-verbe.

  • 38 Pour Apollonius, par exemple, la phrase Sōkrátei (DAT) metamélei (« Socrate a du souci », soit li (...)

128Le sujet doit en fait être vu comme un phénomène purement linguistique, résultant de l’extraction d’un élément d’une représentation sémantique en fonction de critères imposés par un état de langue donné. Si complétude il y a dans l’énoncé bien formé, elle existe préalablement à cette extraction et n’est en rien concernée par cette dernière. D’un point de vue strictement sémantique, le sujet n’est par conséquent qu’un épiphénomène, soumis au déterminisme de grammaires fluctuantes. Le fonctionnement sémantique est, paradoxalement, indifférent à son instanciation ou à sa non-instanciation, de même qu’à son mode de sélection. Pluit et It is raining disent aussi bien le vrai que The police arrested John ou David prefers chamber music, et ceci en dépit des efforts déployés par les grammairiens, à travers les siècles, pour restituer des sujets de circonstance (Juppiter pluit, etc.)38. On n’a donc aucune raison de penser que le sujet puisse constituer une catégorie universelle nécessaire au fonctionnement linguistique, parce qu’indispensable à l’expression du vrai.

Notes

1 0rigine se distingue à la fois de la Cause, exprimée par la préposition for (i), et de la Localisation (ii) :

i.  Menn (dat)  scamað  for  godan  dædan (acc)  swydor  ðonne  for  misdædan  (acc).
    to-men     is-shame  for  
good    deeds        more       than       for  misdeeds

(Men are more ashamed because of good deeds than because of misdeeds.) (Wulfstan)

ii.  him (dat)  gelicade   hire      þeawas (acc). (A.S. Chronicle)
    to-him  was-pleasure
 in-their virtues

(He was pleased with their virtues.)

Les gloses sont simplement fournies à titre indicatif pour aider au déchiffrage des formes. Elles ne constituent en aucun cas des traductions.

2 Voir également en grec ancien Sōkrátei (dat) mélei Alkibiádou (gen), qui signifiait littéralement « il-y-a-souci d’Alcibiade pour Socrate » (Lallot 1996 : 38).

3  Ces verbes n’avaient pas pour autant abandonné la possibilité d’entrer dans d’autres configurations casuelles. Ge-lician, par exemple, apparaissait dans des constructions expérientielles (Expérient nominatif) :

i.  þu  eart  min  gelufoda  Sunu,  on þe  ic (nom)  gelicode. (Mark 1)
    you  are  my  beloved  son  in whom  I   experience-pleasure
(« … whom I love »)
De même, scamian pouvait s’employer dans des structures « impersonnelles » à lecture existentielle (Expérient accusatif et Origine génitif) :

ii.  oft  þone geþyldegestan (acc)  scamað  þæs siges (gen).  (Alfred)
    often in-the-most-patient-man  is-shame  of-the-victory
On peut penser que la sélection du datif ou de l’accusatif dans l’expression de l’Expérient dépendait du degré d’affectation du référent, l’accusatif correspondant au degré le plus élevé.

4 Le concept d’extraposition n’a aucune réalité diachronique. Toutes les nominalisations du VA étaient en position finale, une caractéristique due au fait que la syntaxe, qui était essentiellement parataxique, ignorait l’incorporation. Le VA utilisait un système de pronoms corrélatifs anticipatoires qui marquaient la position et le cas de la subordonnée dans la phrase matrice, garantissant ainsi l’autonomie interprétative des structures ; voir (8b) et (11a).

Il faudra attendre le MA pour que les nominalisations sujets commencent à apparaître en position initiale. On remarquera que l’incorporation demeure extrêmement partielle en anglais moderne, puisque les complétives en that ne peuvent figurer en position interne qu’accompagnées d’une tête nominale du type fact ou possibility (voir l’inacceptabilité de *Is that she is a woman a problem? ou *We never gave that she might be pregnant a thought).

5 Le principe de V2 correspondait à l’installation d’une distinction modale, qui faisait figurer le verbe en seconde position dans les structures assertées et en première position dans les structures non assertées.

6 Sur les constructions qui autorisent les sujets non exprimés en allemand actuel, voir Heycock (1991) et Seefranz-Montag (1984). Les sujets explicites ont toutefois tendance à se généraliser, notamment par insertion de es, quelle que soit la construction. Mich friert, par exemple, est remplacé par Es friert mich ou Mich friert es.

7 Le statut de la marque -s des génitifs classifiants est plus proche de celui d’origine. Leur emploi est cependant largement lexicalisé. On mentionnera à ce propos le passage de sailor’s suit à sailor suit, de même que de grandfather’s clock à grandfather clock.

8 Voir par exemple l’emploi habituel du cas objectif en remplacement du cas subjectif attendu :

i. Maybe this time it will be me who does the killing. (John Le Carré)
Les attributs, qui étaient au nominatif en VA, sont également à la forme objective en AM (It’s me). Les formes subjectives ne subsistent que dans des expressions formelles :

ii. ‘Professor Miner? …’ ‘This is she.’ (Alison Lurie)

9 Encore faut-il exclure les modaux, qui n’ont pas de marque -s de 3e personne sg. au présent (He can / may / must / will / shall). Tous, sauf will, correspondent à la forme de l’accompli d’anciens verbes à valeur de présents résultatifs (j’ai appris > je sais), dits prétérito-présents. Ces verbes ont ensuite développé un passé régulier par ajout d’une dentale. L’absence de marque -s peut donc être considérée comme provenant de leur origine en tant que prétérits. Ceci est confirmé par le fait qu’ils ont porté la marque -st de la seconde personne sg. jusqu’à la disparition de cette dernière (shalt, shouldst). Ce dernier point semblerait exclure l’hypothèse d’une motivation sémantique à l’absence de marque, qui tiendrait au statut même de ces verbes. Le fait qu’il n’y ait jamais eu de régularisation des formes de 3e personne sg. n’est pas non plus une preuve en faveur de l’hypothèse sémantique, dans la mesure où les marques d’accord ont perdu toute pertinence fonctionnelle (voir 2.1.3).

10 Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la construction expérientielle était extrêmement productive en MA. De nombreux verbes, anciens (MA nede(n), wondre(n), etc.) ou nouvellement empruntés au français (chance(n), merveille(n), repente(n), etc.) et au norrois (dreme(n), lacke(n), seme(n), etc.) acquirent ainsi des Expérients initiaux au cours de la période.

11 La construction adjectivale I am wo (> AM woeful) est attestée à partir de 1300.

12 De même, dans l’exemple ci-dessous, me fonctionne à la fois comme complément du verbe bihoven > behove et sujet de schale > shall, signalant une absence de fonctionnement contrastif des distinctions casuelles :

i. Me behouez of fyne force Your seruaunt be, and schale. (Gawain, xive)
(« It behoves me of necessity to be your servant and I shall be. »)

On remarquera toutefois que des exemples coordonnés de ce type existaient déjà en VA (Allen 1995 : 114). La coordination permettait en effet de neutraliser les différences casuelles entre topique et sujet, annonçant la fusion des deux fonctions.

13 L’accord avec l’Expérient était en fait rare avec le verbe seem (23), par opposition au grand nombre d’occurrences impliquant think (24), un fait qui souligne l’influence déterminante du verbe personnel dans la réinterprétation des constructions expérientielles d’origine.

14 Les nominalisations en that et en to ne développèrent pas de préposition pour l’expression des cas obliques. N’ayant pas de tête nominale, et par conséquent pas de fonctionnement casuel, elles échappèrent au processus de compensation prépositionnelle qui suivit la disparition des cas originels. On opposera ainsi They all agreed [that we should do it / to do it] à We all agreed on [it]. Les gérondives, du fait de leur origine nominale, ont, quant à elles, acquis des prépositions au même titre que les GN et les pronoms : We are looking forward to [meeting you].

15 Les deux paradigmes, réfléchi et personnel, sont identiques (me, te et nous, vous), sauf à la 3e personne : se est employé pour le réfléchi, par opposition à le / la / les et lui / leur qui correspondent aux formes directes et obliques des pronoms personnels. L’adoption de la forme réfléchie a sans doute bénéficié de cet isomorphisme partiel, d’autant plus que l’on basculait automatiquement de la forme personnelle à la forme réfléchie en cas de coréférence (Ellei le luij a reproché / Ellei sei l’est reproché).

16 Certaines constructions réfléchies pourront ainsi être ambiguës. Il s’agira alors de distinguer les cas où le réfléchi dispose d’une pleine autonomie argumentale de ceux où il fonctionne en tandem avec le sujet :

i. Il s’est tué / blessé / brûlé.
La phrase Il s’est tué, par exemple, peut signifier que la personne s’est suicidée, auquel cas le réfléchi fonctionne comme un argument indépendant (ili a tué / blessé / brûlé Xi / j) dans une relation Agent il – Patient se (interprétation volontariste). En revanche, si le réfléchi partage un même rôle sémantique avec le sujet, ils forment une entité sémantique unique (il + se) qui s’interprète comme un Patient, victime d’un accident, dans une structure sans Agent désigné (interprétation non volontariste). Dans d’autres cas, l’interprétation sera imposée par notre connaissance du monde. Des verbes tels que étrangler, étouffer, réveiller et endormir recevront normalement une interprétation à argument Patient dédoublé (non volontariste).

17 Les Ficiaires (Bénéficiaires ou Maléficiaires), qui appartiennent à des structures transitives, ne relèvent pas de la voix pronominale :

i. a. Pierre s’est bu trois bières.

    b. Ils se sont pris un sandwich.

ii. a. Elle s’est démis l’épaule.

    b. Il s’est cassé la voix.

Sujet et pronom réfléchi renvoient à deux arguments qui, bien que coréférentiels dans les exemples ci-dessus, sont conceptuellement distincts : l’Agent et le Ficiaire (ou datif éthique en grammaire). Le Ficiaire peut, en effet, être autre que le référent du sujet, comme dans Sylvain a fini par lui boire une bière pour l’aider à terminer les trois qu’il s’était commandées (Bénéficiaire) et Le kiné lui a démis l’épaule dans une manipulation maladroite (Maléficiaire). Il s’agit donc d’arguments à référents dissociables, et non du dédoublement d’un argument unique.

18 Une autre manière de procéder fut d’ajouter un sujet structurel, il, qui permettait de conserver l’expression traditionnelle des arguments Expérient et Origine (Grévisse 1986 § 754 : 1191) :

i. a. Il souvenait encore au vieux Brotteaux de la princesse Mondragone. (Anatole France)

    b. Il ne me souvient pas de m’être ennuyé un jour avec toi. (André Maurois)

La construction impersonnelle partageait avec le dédoublement le fait d’isoler la fonction syntaxique de sujet du rôle sémantique d’Expérient. Ces constructions entamèrent leur obsolescence au xviie siècle, pour finalement céder la place aux périphrases argumentales.

19 Les nominalisations en to à sujet objectif se développèrent au cours du MA à partir de la réanalyse des anciens Expérients datifs post-verbaux qui suivit l’adoption de l’ordre SVO. Quant aux gérondives, elles apparaissent de manière sporadique avec des GN non marqués dès le MA. Les pronoms objectifs, toutefois, ne se développèrent qu’à partir du xviiie siècle.

20 Ces formes correspondent aux anciens déterminants génitifs des GN à l’origine des nominalisations gérondives (GN : my opening of the window vs. P : my opening the window). La nouvelle syntaxe leur a permis d’être conservées et réinterprétées comme sujets dans les structures gérondives.

21 On notera que les formes d’apposition non restrictives, qui occupent une position externe par rapport au GN sujet, ne déclenchent pas l’objectivisation du pronom (i). Il en est de même pour les insertions prépositionnelles et adverbiales (ii) :

i. My son […] is now happily able to read to himself – after we, his family, discovered programs based on research that our local school system could not find. (Time, 2003)

ii. a. He, as Vice President of Development, preferred to deal with smaller realty agents. (John Grisham)

     b. ‘It is the single deadliest product on the market, nothing else comes close to it. Except for guns, and they, of course, are not designed to be aimed and fired at people.’ (Ibid.)

22 On aura reconnu une distribution comparable à celle des pronoms faibles et forts du français (je / moi) dans le fonctionnement du gouvernement. Une différence importante existe toutefois entre les deux langues : les pronoms personnels faibles du français sont des clitiques, contrairement aux pronoms de l’anglais, qui sont des formes libres, susceptibles d’être séparées du verbe par l’insertion d’un élément prépositionnel ou adverbial (voir note 21). L’anglais a ainsi la possibilité d’accentuer les pronoms (Who wants some tea? I do), là où le français est contraint d’utiliser des formes fortes non gouvernantes (Moi). En cas d’utilisation du verbe, la règle du gouvernement direct entraîne donc automatiquement la réduplication du pronom par une forme faible gouvernante (*Moi en veux > Moi j’en veux).

23 D’autres fonctions traditionnellement réservées aux éléments nominaux s’ouvrirent également aux constituants non nominaux, comme la complémentation des prépositions :

i. a. I took my suitcase out from under the bed and laid it, open, on top of the desk. (Jonathan Treitel)

    b. Had they crossed my path, they would have been beaten to within an inch of their lives. (John Kennedy Toole)

24 On notera que cette possibilité d’ouverture de la fonction aux éléments non nominaux n’est pas exploitée en français, où l’on passe habituellement par un processus intermédiaire de nominalisation en ce / cela (Est-ce que tout de suite, cela vous irait?).

25 Pour un exemple de sujet temporel en français, voir (i) ci-dessous :

i. Le samedi et le dimanche assoient au volant des femmes qui ont travaillé la semaine et exultent d’aller aux champs. (Le Figaro Littéraire, 1924)

26 L’emploi de l’expression lexicale Mma Ramotswe (coréférentielle avec le pronom she du 1er paragraphe) correspond à une réactivation du référent par le locuteur-auteur. Il s’agit là d’un phénomène général qui peut concerner diverses positions lorsqu’un référent nouveau, en l’occurrence le crocodile, a été introduit ou réintroduit entre temps (voir également le processus de réidentification du crocodile au 3e paragraphe).

27 Le français oral a une stratégie de thématisation, dont la finalité est de reconstituer l’accessibilité de topiques improbables, comme un feu rouge en (ia), à partir d’un point de départ identifiable par l’interlocuteur. Celui-ci est fourni en (ib) par la référence au locuteur présente dans l’expression en bas de chez moi.

i. a. Un feu rouge en bas de chez moi est cassé.

    b. En bas de chez moi, y a un feu rouge qu’est cassé.
Cette stratégie fonctionne également de manière récursive pour tracer un chemin d’accès à des topiques nouveaux à partir de repères successifs :

ii. Y a Pierre, y a son frère, y a sa moto qu’a disparu.
On remarquera que la pseudo-relative qui accompagne le topique introduit par (il) y a a valeur de prédication, la phrase Y a sa moto qu’a disparu signifiant Sa moto a disparu. Il existe également une version prédicative directe de la construction avec reprise par un pronom personnel (Y a sa moto, elle a disparu).
L’anglais n’utilise pas la construction existentielle de manière empathique comme le français pour guider l’accès au référent. Il dispose toutefois, comme ce dernier, d’une construction introductive en have (got) et du procédé de thématisation à marque Ø :

iii. ‘Did you look more alike when you were little kids? I mean, there’s a family resemblance, but your hair’s not even quite the same color. My wife, she’s got some cousins, they’re twins. They both look alike and they both work for the Welfare Department, too.’ (Donna Tartt)

28 L’anglais dispose également de moyens prosodiques pour accommoder des structures informationnelles atypiques, dans lesquelles l’information nouvelle se trouve en tête de phrase, c’est-à-dire dans une position d’information moindre. Pour cela, il suffit de déplacer l’accent de phrase, qui marque la fin de l’information nouvelle, de sa position finale non marquée (A) vers l’avant de la phrase (B) :

i. A : Who went to WALES? B : NICK (went to Wales). *Nick went to WALES.

29 L’existence emprunte son mode d’expression à la localisation. There fonctionne comme un repère par rapport auquel l’entité introduite est localisée, à l’instar de y dans l’expression il y a. Avec la grammaticalisation, ce repère a abandonné tout fonctionnement référentiel. Il est devenu fictif et combinable avec de véritables expressions locatives, dont there dans son emploi adverbial (There’s no water there). La structure ne conserve plus de son utilisation première que sa fonctionnalité, à savoir sa capacité introductrice.

30 La construction existentielle n’est pas le seul moyen de retarder l’apparition d’information nouvelle. On mentionnera simplement ici l’inversion dite stylistique (sujet-verbe) qui a pour fonction d’introduire de nouvelles entités dans le discours à partir de repères existants :

i. The wharf was built on piles that plunged down into the water and into the slime beneath. There were fIights of stone steps to the left, and up there, beyond, loomed what appeared to be immense unwindowed buildings, like warehouses or granaries; but these she could not see very plainly. Confronting her, farther down the wharf, and moored to it by a thick rope, floated on the river a huge and empty barge. There was a wrapped figure stooping there, where the sweeps jut out, as if in profound sleep. And above the barge, on the wharf itself, lay a vague irregular mass of what had apparently come out of the barge. (Walter de la Mare)

31 La similitude entre extraposition et dislocation n’est qu’apparente. Les deux structures recouvrent des réalités syntaxiques et fonctionnelles différentes. On citera simplement ici le fait que l’extraposition ne s’applique a priori qu’aux nominalisations, tandis que la dislocation concerne à la fois les GN lexicaux (66a) et les nominalisations (66b). Des différences existent également en ce qui concerne le fonctionnement référentiel : le sujet initial des phrases à dislocation est pleinement référentiel (avec identification ou réidentification finale du référent), ce qui n’est pas le cas dans les structures à extraposition (voir 3.2.3.).

32 Le sujet des structures extraposées n’est pas en soi un argument. Le prédicat adjectival great en (65) est monovalent, et non bivalent. It fait donc partie d’un argument discontinu unique, qui inclut la nominalisation.

33 On notera à ce propos que la redondance est traitée différemment dans l’usage ordinaire de la langue et dans ses utilisations poétiques et / ou ludiques. Voir par exemple le clown de Shakespeare (Twelfth Night, Vi) :

i. … for the raine it raineth euery day.
La réduplication n’est possible en langue courante que lorsque le sujet est accompagné d’une forme de spécification qui justifie sa présence, comme en (ii) par exemple :

ii. When a tree’s roots absorb water from the ground it is taking in its source of life, and when acid rain rains around that tree, its life source is poisoned. (http: /  / www.killer-essays.com / Science / sff36.shtml)
On remarquera que le verbe est alors interprété comme signifiant fall. Il s’agirait par conséquent ici d’une utilisation métaphorique avec élimination du sème répété (fall like rain > fall).

34 On exclura ici les inversions stylistiques, qui appartiennent au style écrit (description narrative, prose journalistique, etc.) et qui ne concernent que l’organisation de l’information dans la phrase (voir note 30).

35 La syntaxe est rendue plus ou moins opaque par l’absence des sujets. Les impératives ont cependant toujours été des structures inversées, comme en témoignent les formes affirmatives ci-dessous dans leur configuration d’origine en (ia) et avec do auxiliaire en (ib) :

i. a. Speak thou now. (Shakespeare)

     b. ‘You have her father’s love, Demetrius : Let me have Hermia’s; do you marry him.’ (Ibid.)

36 Ne sont pas concernées les inversions à modificateur réalisant (emphatique) ou déréalisant (négatif ou restrictif) initial dont la portée est le LP. On a en effet toutes raisons de penser que ces formes sont assertives. L’inversion ne serait pas utilisée ici comme un mode de déconstruction, mais au contraire comme un dispositif de rapprochement du LP et de son modificateur, destiné à préserver leur contiguïté (He had seldom met such people et Seldom had he met such people).

37 L’absence d’inversion des subordonnées résulte du marquage formel de ces dernières qui assure indépendamment leur non-assertabilité, du moins dans les cas standard. Lorsque une subordonnée est assertée, elle retrouve son potentiel véri-conditionnel et ses possibilités d’inversion :

i. I hate my face, a woman said […] How can I not look on the one hand? But I hate it on the other. In other words I still look. Because whose face is it, obviously? What do I do, forget it’s there, pretend it’s someone else’s? (Don DeLillo)

38 Pour Apollonius, par exemple, la phrase Sōkrátei (DAT) metamélei (« Socrate a du souci », soit littéralement « il-y-a-souci pour Socrate ») était à interpréter sur le mode de l’ellipse, avec un sujet sous entendu tò philosopheîn, littéralement « le philosopher » (Lallot 1996 : 39).

Pour un exemple plus récent de normalisation des structures « impersonnelles », voir Haudry (1979 : 99), pour qui la phrase latine si hominem fulminibus (INST) occisit, (« s’il y a mort d’homme par la foudre ») a pour sujet un agent non exprimé, Juppiter.

Auteur

Maître de conférences en linguistique anglaise à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Ses principaux travaux concernent les relations syntaxe-sémantique, l’accent étant mis sur l’éclairage apporté par la diachronie dans la description des langues actuelles. Elle participe activement aux travaux du centre de recherche AELA (Analyses en Linguistique Anglaise Paris 3) et de l’équipe EA 3980 de Paris 3.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540