Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et représentation paradoxale

Structuration lexicale et structuration syntaxique dans l’expression de la causation

Geneviève Girard-Gillet

Résumé

Geneviève Girard-Gillet wishes to show that the main difference between English and French as regards the expression of causation lies in the syntactic organisation of certain data of the lexicon. In English most intransitive verbs can function as transitive verbs as well and thus can express either a change of state in a given entity or the agent of this change of state: the water will soon boil / Mary will boil some water. The French lexicon does not have this flexibility and must resort to the verb “faire”. This results in complex syntactic structures: « elle fait bouillir du lait », « il fait rentrer du bois » in which « faire » leads to two different interpretations. What is meant by “causation” is no longer very clear and calls for more analyses.

Texte intégral

  • 1 Le terme ergatif est employé dans un sens naïf. Dixon définit l’ergativité de la manière suivante : (...)

1Nous nous intéressons dans cet article au rôle de la sémantique et au rôle de la syntaxe dans l’expression de la causation, et tout particulièrement aux différences entre l’anglais et le français. L’anglais a souvent recours au lexique là où le français doit passer par la syntaxe. Ceci pose le problème de la spécificité du lexique anglais dans ce domaine, et, en fait, de sa structuration de type ergatif1 dans certains cas, face à une plus grande rigidité du français. La syntaxe prend alors la relève pour exprimer comment la causation doit être interprétée, et comment agent et patient sont instantiés dans la linéarité.

2L’existence de verbes dits de causation a joué un rôle fondamental dans la thèse défendue entre 1968 et 1971 par les tenants de la sémantique générative, McCawley, Lakoff et Postal. La discussion des verbes kill (McCawley 1968), comme cause to die, persuade (Lakoff 1968) comme cause-come-about-the intention, et remind (Postal 1970) comme strike-like a suscité une explicitation plus précise de ce que McCawley appelait des « prédicats atomiques ». Il ne s’agit pas ici de reprendre ces approches mais de s’interroger sur le fonctionnement des verbes causatifs pour évaluer leur contenu sémique et de les mettre en relation avec leur traduction en français. Il faudra aussi essayer de comprendre pourquoi certains verbes acceptent une double lecture en anglais, et pourquoi des structures similaires ont des interprétations différentes en français.

3Nous commencerons donc par l’étude de certains verbes anglais qui nécessitent une traduction en français par faire + V2 par opposition à des verbes qui ont un équivalent lexical en français. Nous verrons ensuite que les structurations syntaxiques de l’anglais sont plus diversifiées que celles du français, où c’est principalement faire faire qui est sollicité, avec la nécessité de laisser la sémantique jouer un rôle plus important dans l’interprétation de l’ensemble.

1. L’expression de la causation en anglais

4Nous analyserons tout d’abord les données lexicales de certains verbes qui permettent, dans le cadre d’une phrase simple, d’exprimer un procès qui a, en quelque sorte, une double lecture : un causateur agit sur une entité qui se trouve, de ce fait, engagée dans le processus même que décrit le verbe. Certaines contraintes, à définir, interdisent que ce mode de fonctionnement soit généralisable, et l’anglais a alors recours à une phrase complexe où sont exprimés de manière analytique et non plus synthétique le rôle du causateur et le comportement de l’entité qui est amenée à agir. La syntaxe prend le pas sur le lexique.

1. 1. L’expression de la causation par le lexique

5De nombreux verbes anglais présentent la particularité de fonctionner aussi bien avec un sujet agent qu’avec un sujet patient. Il s’agit de cas bien connus, tel le verbe bounce, par exemple, qui permet de construire :

(1) John bounced the ball against the wall.

(2) The ball bounced against the wall.

6Dans le premier cas, un agent John agit sur la balle pour lui donner un certain mouvement, et la balle se met à rebondir. Dans le second cas, seul est exprimé le rebondissement de la balle, et aucune mention n’est faite de l’origine ou de la cause du rebondissement.

7Dans ces énoncés, le patient peut fonctionner comme complément ou comme sujet. Dans une langue ergative, le cas serait l’absolutif dans les deux énoncés, et seul l’agent (le sujet d’un verbe transitif) serait au cas ergatif. La syntaxe marque dans ces langues les rôles thématiques par le même cas spécifique, ce que les langues accusatives ne font pas, utilisant la fonction sujet aussi bien pour un agent, un bénéficiaire, un élément affecté, un patient, et ne tenant pas compte du type transitif ou intransitif du verbe. Ceci conduit à faire une distinction entre les fonctions syntaxiques et les fonctions sémantiques. Pour revenir à nos exemples (1) et (2), nous pouvons dire que la balle est une entité inanimée, qui, de ce fait même, ne peut être directement à l’origine d’un quelconque mouvement. Elle requiert la présence d’un animé, plus particulièrement ici d’un humain, pour que le rebondissement puisse avoir lieu.

8De nombreux verbes fonctionnent de la sorte : cook, bake, fry, simmer, boil, run, open, spill, fly, spin, click, skim, etc.

(3) Mary likes to fly her kite / the kite flew over the beach

(4) Can you cook some apples for dinner? / let the apples cook for ten minutes.

(5) Shall I boil some water? / the water is boiling.

(6) She carried the bottle without spilling a drop / the water spilled all over the floor.

  • 2 Les énoncés (6) et (7) proviennent du dictionnaire Collins Cobuild.

(7) He clicked his finger and the dog sat down / the camera was clicking away 2

9Le français possède un verbe marquant le changement d’état ou le mouvement de l’inanimé, mais n’a pas le verbe causatif correspondant dans de nombreux cas. Il doit alors utiliser le verbe faire dans une structuration où le Verbe 2 est le verbe exprimant le changement d’état. Nous pouvons ainsi comparer avec le français :

(3’) Marie aime faire voler son cerf-volant.

(4’) Est-ce que tu peux faire cuire quelques pommes pour le repas ?

(5’) Est-ce que je fais bouillir de l’eau ?

(6’) Elle a transporté la bouteille sans en faire tomber une goutte (sans en renverser).

(7’) Il fit claquer ses doigts et le chien s’assit.

10Nous pourrions multiplier les exemples (voir Cotte 1996), mais il nous semble plus intéressant de se demander si ce processus de type ergatif existe pour tous les verbes impliquant l’action d’un animé, en général [+ humain] sur un inanimé. Nous discuterons plus loin des cas plus rares où un animé agit sur un animé.

11Les études sur la causation ont montré que l’anglais avait deux types de fonctionnement : le type transitif et le type ergatif (voir Davidse 1999 et Lemmens 2005). Nous venons de donner quelques exemples du type ergatif ; le type transitif est représenté de manière prototypique par kill. On peut en effet dire :

(8) John killed Peter.

mais non :

(9) *Peter killed.

12Avec le type ergatif, nous obtenons :

(10) Paul starved Mary.

(11) Mary starved.

13Comment rendre compte de cette différence ? Dans les deux cas, il y a action d’un agent sur un patient qui subit l’activité en question. Il est difficile de dire que le patient avec starve participe lui-même au procès, alors qu’il n’y participerait pas avec kill. Il y a donc asymétrie dans la manière dont les procès doivent être envisagés. Dans ces exemples, il s’agit d’une relation entre deux animés humains, mais on peut penser à d’autres exemples impliquant un animé et un inanimé, dans une relation qui rappelle celles évoquées plus haut : un agent modifie intentionnellement un inanimé, ou lui implique un mouvement.

14Considérons les exemples :

(12) John chopped some wood / *the wood chopped.

(13) This new mixer will grind corn for you / ?? the corn will grind.

(14) You must whip up the eggs before adding the sugar / *the eggs whipped up.

  • 3 Une étude plus approfondie est en cours, qui tiendra compte des verbes « moyens » comme cut.

15Dans chaque cas de figure un inanimé subit une transformation, mais il semble que cette transformation implique une quasi-disparition de celui-ci, du moins une modification forte qui affecte son essence même : le bois devient du petit bois pour le feu, le blé devient de la farine, les œufs sont montés en neige. On pourrait bien sûr nous objecter que l’on peut faire le même raisonnement pour les pommes, ce qui est exact, même si des pommes cuites sont toujours des pommes. D’autres paramètres doivent donc être élucidés3.

  • 4 Nous regroupons sous le terme d’agent aussi bien l’agent animé que l’origine inanimée ; certains pa (...)

16Considérons le français maintenant. Nous avions remarqué que le verbe faire était nécessaire dans les exemples (3’) à (7’) pour permettre l’instanciation de l’agent de la modification, du changement d’état. Or, dans le cas qui nous intéresse actuellement, le français a un verbe spécifique pour exprimer l’activité de l’agent / actant. Le procès est vu à partir de l’agent4, de l’origine du procès, et non à partir du patient. Nous avons ainsi :

(12’) Jean a haché du bois.

(13’) Ce nouveau mixeur pourra moudre du blé.

(14’) Il faut monter les œufs en neige avant d’ajouter le sucre.

  • 5 Nous ne nous intéressons pas ici aux emplois métaphoriques, car l’anglais peut également dire I’m s (...)

17Le français semble donc traiter de la même manière tous ces procès en leur réservant dans le lexique un traitement transitif. Mais la situation est plus complexe pour les équivalents des ergatifs anglais : le français peut avoir un verbe spécifique ; ainsi starve est rendu par affamer, mais comme nous le disions le fonctionnement ergatif est exclu, et *il affame n’existe pas dans le sens : he’s starving. Lorsque le manque de nourriture entraîne la mort, l’expression faire mourir quelqu’un de faim est préférée5 et nous retrouvons la structuration en faire.

18Considérons à présent quelques cas qui impliquent l’action d’un animé sur un autre animé. Les cas les plus fréquemment analysés sont (voir Cotte 1996) :

(15) Mary gallops her horse round the village every morning

(16) Paul walks his dog every day.

  • 6 Dixon rejette le terme d’ergatif pour ce type de construction : « One particularly unfortunate use (...)

19Ces cas sont également des cas ergatifs6 dans notre acception naïve, puisque nous avons réciproquement : the horse gallops, et the dog walks. Nous pensons que ces énoncés doivent recevoir la même explication que les énoncés avec des inanimés. En effet, si le cheval peut galoper tout seul, c’est plutôt le cavalier qui le fait galoper lorsqu’il est monté. Il en va de même pour le chien. Dans les deux cas, c’est l’humain qui est le décideur et l’origine du déplacement. Le français a recours à faire galoper pour le cheval, mais promener existe pour le chien. Il n’y a donc pas fonctionnement similaire pour le français et l’anglais, ce qui rend la définition de critères sémantiques ou cognitifs assez délicate. Nous noterons seulement que, pour les cas transitifs avec animés, le français a des verbes spécifiques noyer, asphyxier, mais lorsque le patient est le sujet du procès il faut une forme réfléchie : il se noie ; elle s’asphyxie.

20Avant de nous intéresser aux structurations causatives, nous aimerions noter que les verbes de type transitif que nous avons rapidement évoqués impliquent plutôt des conséquences fatales. L’axiologie jouerait-elle un rôle dans les critères d’instanciation sémantique ? Nous retrouverons ce phénomène à propos de la structuration française se faire faire. Nous retrouverons également la problématique de la focalisation sur le patient ou sur l’agent.

1. 2. L’expression de la causation par la syntaxe

21Les verbes que nous venons d’évoquer sous-entendent que le patient, qu’il soit inanimé ou animé, n’est pas directement à l’origine du changement d’état ou du déplacement. Ceci est évident pour un inanimé, mais les animés sont également soumis au bon vouloir d’une autorité qui décide pour eux de leur comportement. Nous pouvons donc considérer que l’agentivité que le cheval ou le chien sont bien obligés d’exercer pour que le mouvement ait lieu n’est qu’une agentivité sous contrôle. Qu’en est-t-il des verbes qui supposent une agentivité intentionnelle ? Nous pensons à des verbes comme read, write, work, translate, sing, buy, etc. A-t-on une solution sémantique face aux solutions syntaxiques parallèles du français :

Marie a fait cuire le pain / Mary baked the bread.
Pierre a fait traduire Paul / *Peter translated Paul.

  • 7 On trouve aussi have avec un sens proche de make : He had me roll my body across the yard, he had m (...)

22De toute évidence, le fonctionnement ergatif est rejeté. Pourquoi ? Il semble que l’interprétation agentive de traduire interdise une expression uniquement sémantique de la complexité relationnelle. Il n’y aurait pas de verbe exprimant directement l’agentivité d’un x sur un y lui aussi potentiellement agentif et doté d’intentionnalité. Il existe néanmoins quelques exceptions comme work dans he worked his secretary to death, mais la structure résultative pose d’autres questions que nous n’aborderons pas ici. L’anglais a alors recours à l’utilisation de make, ou have ou get, en fonction de différents critères, différenciant par là deux types de procès, un procès instituant une cause au sens large et un procès exprimant l’effet de la cause. Nous parlerons peu de make ici, car nous avons discuté de ses emplois dans d’autres articles. Nous voudrions seulement noter rapidement le rôle de have lorsque la focalisation se fait sur le patient au sens large7. On oppose en effet :

(17) Harry made Peter read the novel.

(18) John had the book translated.

23En (17) Harry est l’instigateur de la lecture que fait Peter. Le verbe make ne signifie pas en lui-même la contrainte ; le sens de contrainte est seulement dérivé si le Verbe 2 implique que le référent de son argument sujet est agent. Avec read, ici, on aura donc tendance à construire une certaine pression de Harry sur Peter. Dans le cas d’un sujet notionnel expérient make ne traduit en revanche que l’origine du sentiment ressenti : he made her feel sorry. Il en va de même lorsque le Verbe 2 exprime un procès involontaire, à sujet également expérient : she made him laugh / She made him realize that he was mistaken. Il est donc important d’analyser le contenu sémique du deuxième verbe puisque c’est lui qui permet l’interprétation correcte de la relation entre les référents des deux sujets : celui de make, et celui de V2.

24Avec have, c’est majoritairement l’interprétation d’un résultat obtenu qui est mise en place. Ceci est particulièrement net avec :

(19) You had me worried.

worried fonctionne comme participe passé, mais ne suppose pas un intermédiaire responsable du souci : c’est you uniquement qui en est à l’origine. Une paraphrase maladroite possible est : you did something and then I got worried. Quelle différence alors avec you worried me, puisque l’on ne peut pas reconstruire l’existence d’une entité autre agissante sur me. Il s’agit de comparer avec : he had his water analysed, où l’on peut reconstruire l’agent de l’analyse de l’eau, qui est nécessairement différent du sujet de have. De telles constructions nécessitent donc de s’interroger sur le nombre d’actants concernés et sur la manière dont leur rôle est exprimé dans les deux langues.

25Il est alors utile ici de faire un retour en arrière et de s’interroger sur la manière dont le sujet notionnel est mis en place dans les exemples (3’) à (7’). Notons tout d’abord l’importance qu’il faut accorder, pour l’interprétation, au rôle des sujets notionnels, indépendamment de leur rôle thématique. Nous voulons dire qu’à partir des données sémantiques présentes dans faire cuire les pommes, faire voler le cerf-volant, on établit une relation entre le sujet de faire et les pommes / le cerf-volant. Dans la mesure où les pommes / le cerf-volant sont de bons candidats pour l’instantiation du sujet thème de cuire / voler, il n’est pas nécessaire de chercher un autre sujet notionnel. Nous nous trouvons dans un énoncé exprimant une relation entre deux entités, et tous les arguments sont exprimés. Le cas de faire traduire le livre est différent, puisque le livre ne peut pas être le sujet notionnel agent de traduire ; il est alors nécessaire de reconstruire la présence d’un sujet agent de la traduction. Le fait que ce sujet ne soit pas récupérable dans le contexte ne change pas le problème puisque nous ne travaillons que sur les données sémiques en présence.

26On peut maintenant s’interroger sur l’interprétation de :

(20) Il a fait couper du bois.

27Nous avons encore la même structuration : faire dont le sujet est un animé, le Verbe 2 couper, et un syntagme nominal à droite du Verbe 2 : du bois. Ici, par rapport à elle a fait cuire des pommes, où elle est l’agent qui déclenche la cuisson, nous comprenons que le sujet il n’est pas l’agent de la coupe du bois. Pourquoi ? Si nous comparons avec l’anglais, les structures sont :

(21) She cooked some apples.

(22) He had some wood chopped.

28Pourquoi deux structurations ? De quelles ressources sémantiques dispose donc l’anglais par rapport au français, qui est, à première vue, pour le moins, ambigu ? C’est l’existence de verbes de type transitif / intransitif comme cook, qui permet une structuration avec simplement un sujet agent et un complément patient ou thème qui instancie le procès. S’il est nécessaire de spécifier que l’agent effectif de la cuisson n’est pas l’agent de la décision de faire cuire les pommes, la solution avec have est adoptée :

(23) She had some apples cooked

29Le français aura quelques difficultés pour exprimer la même idée :

(24) ? J’ai fait faire cuire des pommes

30Mais, paradoxalement, c’est tout de même la possibilité d’avoir la séquence les pommes cuisent, par rapport à *le bois coupe qui permet l’interprétation correcte. La possibilité unique de les pommes cuisent – c’est-à-dire l’expression d’une modification d’une entité, amène une seule et unique interprétation. Là encore c’est la prise en compte de la présence du sujet notionnel de cuire qui est fondamentale. Du fait de la structuration de son lexique, le français se trouve devant des impossibilités syntaxiques : *j’ai fait faire cuire des pommes. Il faudra mentionner l’agent de la cuisson : j’ai fait cuire des pommes à Marie. L’anglais, quant à lui, a deux interprétations possibles, en fonction des caractéristiques des sujets :

(25) Mary is cooking.

(26) The apples are cooking.

31Le trait [+ animé] ou [– animé] est un facteur important dans l’interprétation, mais il n’est pas le seul. Comparons les exemples suivants :

(27) J’ai rentré du bois / j’ai rentré le linge.

(28) J’ai fait rentrer du bois pour l’hiver.

(29) J’ai fait rentrer les enfants / j’ai fait rentrer le chien.

32En (27), le bois ne peut pas rentrer seul ; l’interprétation suppose alors que le référent du pronom « je » sous la forme « j’ » est l’agent du déplacement du bois. Cela peut sembler évident : action d’un animé sur un inanimé. Mais ce qu’il est important de noter à nouveau, c’est que l’interprétation ne dépend pas du caractère animé ou non du complément ; on a, en effet :

(30) J’ai fait crépiter le bois.

et non :

(31) *J’ai crépité le bois

bien que le bois dans les deux cas soit un inanimé. Le paramètre qui prévaut ici est une particularité de la structuration du lexique français, à savoir la partition stricte entre des verbes exprimant l’action d’un agent, et des verbes exprimant la modification d’une entité sous l’effet d’un agent. Il y a opposition entre :

x rentre du bois → *le bois rentre.

et :

*Je crépite le bois → le bois crépite.

33La conséquence est que (28) dit en substance que quelqu’un d’autre que le référent du pronom « je » a rentré le bois, alors que en (5’) : Est-ce que je fais bouillir de l’eau ? c’est le sujet de faire, c’est-à-dire « je » et non un référent distinct qui participe à l’activité.

34Pour ce qui est de la distinction [+ animé] ou [– animé], elle intervient pour expliquer la différence entre (28) et (29) : en (28), nous l’avons vu, le bois ne rentre pas en raison d’un mouvement qui lui est propre, alors qu’en (29) les enfants rentrent par leurs propres moyens, et « je » sous la forme « j’ » n’est que le décideur de ce que les enfants doivent faire. Il semble donc qu’il y ait une structuration du lexique, en un sens à mieux définir, qui permette de ne pas tomber dans le non-sens. Le français s’intéresserait plus au procès vu à partir du patient, de l’expérient que de l’agent et aurait recours à une périphrase en faire faire pour expliciter l’origine (l’entité agentive / instrumentale) que les verbes de déplacement, de changement d’état, ne peuvent seuls exprimer.

  • 8 Une évolution est peut-être en cours. J’ai entendu : ce film a explosé le box office, à la place de (...)
  • 9 Nous ne parlerons pas ici d’autres cas de figure tels : le vent a fait tomber la cheminée / the win (...)

35Nous avions déjà noté (voir Girard-Gillet 1997) que le français peut difficilement traduire par faire la réflexivité que l’on trouve dans certains énoncés tels que : he made himself look at himself in the mirror. Il y a donc une gestion du lexique, dans le sens d’une structuration des contenus lexicaux des verbes, qui, ou bien favorise la concision – ce serait le cas de l’anglais dans l’expression de la causation – ou bien nécessite une structuration complexe, avec toutes les ambiguïtés potentielles8. Nous reviendrons sur ce point9.

2. L’expression de la causation en français

  • 10 Le caractère transitif ou non du verbe est encore un autre paramètre. On peut dire : la pizza a été (...)
  • 11 Nous reprenons rapidement ici une partie d’une communication faite dans le cadre des journées scien (...)

36Nous avons remarqué, dans notre première partie, que la structuration en faire faire avait deux interprétations possibles et que l’interprétation correcte dépendait de l’existence ou non dans le lexique d’un verbe de changement d’état, de mouvement, pour une entité donnée qui en est son sujet notionnel. Pour prendre d’autres exemples : elle a fait ricocher des pierres s’oppose à : il a fait tailler sa haie10. Il apparaît que la structure se faire faire propose encore plus d’interprétations11. Chaque interprétation correspond à des structurations spécifiques en anglais, que nous essaierons d’expliciter.

2. 1. Les données

37Cette structure apparaît avec différents verbes lexicaux, et comme dans le cas de la structure en faire faire, c’est le verbe lexical qui va déterminer l’interprétation de l’ensemble, et en particulier le sens spécifique de faire. Nous avons répertorié quatre cas de figure, avec, pour le deuxième cas, deux types différents :

(A) elle s’est fait vomir ; elle s’est fait pleurer ; il s’est fait tousser ; elle s’est fait éternuer.

38L’anglais utilisera make dans ces cas : she made herself sneeze ; mais on trouvera aussi dans le cadre de l’oscultation d’un enfant : the doctor got him to cough.

(Ba) il s’est fait voler ; elle s’est fait voler son sac ; il s’est fait prendre sa place, il s’est fait refiler une fausse pièce.

39L’anglais a ici recours au passif ou à une structuration avec have : she had her bag stolen, indiquant la non-agentivité du référent du sujet. Nous savons que make est exclu.

(Bb) elle s’est fait disputer ; il s’est fait critiquer ; elle s’est fait insulter.

40Là aussi le passif est la solution anglaise : she was told off / she got a telling off / he was criticized / she was insulted.

(C) elle s’est fait appeler un taxi ; il s’est fait repasser ses chemises.

41Une solution lexicale est possible pour le premier cas : she called for a taxi ; mais have permettra de focaliser à nouveau le message sur le résultat : he had his shirts ironed.

(D) elle s’est fait plaindre.

42Les présupposés plus complexes font opter pour une idée de participation du sujet elle à l’émergence du procès be pitied : she managed to get herself pitied.

2. 2. Constructions du sens

  • 12 Par deuxième verbe, nous entendons le verbe, à proprement parler, lexical, d’où quelquefois l’utili (...)

43En (A), l’utilisation de make en anglais suggère le déclenchement d’un certain procès. Le procès ici est de l’ordre du réflexe physique vomir, pleurer, tousser, éternuer, ce qui implique une absence de participation intentionnelle du sujet. Or avec faire faire en français et make, en anglais, l’ensemble signifie que le sujet agit sur lui-même (utilisation du réfléchi en anglais, de se, en français). Le sémantisme du deuxième verbe12 s’en trouve modifié, et exprime qu’il y a eu déclenchement volontaire d’un procès normalement non contrôlable : elle a fait en sorte de vomir, elle a fait en sorte de pleurer.

44Avec des verbes exprimant une activité intentionnelle tel que travailler, l’adjonction du verbe faire transforme l’ensemble en un énoncé qui exprime directement la coercition. On aura donc : elle s’est fait travailler, auquel on préférera peut être :

(32) Elle s’est forcée à travailler ; elle s’est contrainte à travailler.

45Le choix de faire oriente, en fait, vers une autre interprétation. Avec :

(33 Elle s’est fait lire le livre.

où l’on comprend : elle a fait en sorte que quelqu’un lui lise le livre. Il semble donc qu’en cas de co-référentialité entre le sujet de faire et le sujet sémique du verbe lexical, comme ici, seul un verbe à sujet patient ou affecté est possible. Il n’y a pas correspondance interprétative entre :

(34) Jean a fait lire un livre à Marie.

et

(35) Marie s’est fait lire un livre.

46En (34), Jean est à l’origine de ce que Marie a lu le livre ; la fonction syntaxique de complément indirect est réinterprétée en une fonction sémantique d’agent. Mais en (35), Marie n’est pas à l’origine de sa propre lecture du livre. Ceci signifie que le complément se, complément indirect, est ici interprété comme le bénéficiaire de la lecture. On pourrait avoir, même si l’énoncé semble rare :

(36) Marie a fait lire un livre à Paul.

dans le sens : elle a fait en sorte que quelqu’un lise un livre à Paul (voir l’analyse de la compétition syntaxique, dans l’article d’Abeillé, Godard et Miller 1997). Ceci est une preuve supplémentaire de la non-bi-univocité entre fonction syntaxique et fonction sémantique. Il n’y a pas la même difficulté d’interprétation pour les énoncés suivants :

(37) Jean a coiffé Marie.

et

(38) Marie s’est coiffée.

47En (37), Jean agit sur Marie, et en (38) Marie agit sur elle-même.

48En (B), que ce soit (Ba) ou (Bb), il y a l’expression d’un procès qui a affecté le référent du sujet de faire. Une paraphrase par un passif est possible : il a été volé, elle a été disputée. De ceci découle qu’il n’y a pas eu intentionnalité, comme pour les énoncés de (A).

49La structuration de ces énoncés complexes est néanmoins linéairement la même qu’en (A) : le verbe faire a un sujet dont la référence est la même que celle du pronom se. Mais on constate que le rôle sémantique de se est indépendant de sa fonction syntaxique de complément. À fonction syntaxique similaire correspondent des rôles sémantiques différents, déductibles, nous allons le voir, du contenu notionnel du verbe lexical.

50En (Ba), dans il s’est fait voler, le pronom renvoie à l’individu à qui l’on a volé un bien. Est-il le complément indirect de la phrase active (quelqu’un lui a volé quelque chose), ou du sujet syntaxique du passif ? Nous opterons plutôt pour la première hypothèse dans la mesure où cette structuration autorise la présence du complément d’objet direct de voler : il s’est fait voler son parapluie, c’est-à-dire : quelqu’un lui a volé son parapluie. Il ne peut pas, en effet, y avoir de complément d’objet dans une structuration passive en français. L’interprétation que nous avons ici interdit un sens agentif au référent du sujet il, et un tel énoncé est, en quelque sorte, une réponse possible à la question : Que lui est-il arrivé ?

51Le verbe faire perd tout sémantisme d’expression d’une activité au sens large pour devenir un opérateur de localisation d’un événement. Ce sens est à rapprocher d’une structuration existentielle, en français familier : Qu’est-ce qu’il y a ? Il y a que quelqu’un lui a volé son parapluie, ou : il y a qu’il s’est fait voler son parapluie.

52L’adjonction de faire permet d’opposer on l’a volé et il s’est fait voler, et d’avoir, ainsi, en position de thématisation l’individu dont il est question.

53En (Bb), pour elle s’est fait disputer, nous pouvons reconstruire également un énoncé actif : quelqu’un l’a disputée, ou un énoncé passif, fort maladroit : elle a été disputée. Dans la phrase active, le pronom se est complément d’objet direct de disputer, et non complément indirect, comme dans l’exemple de (Ba). Le point intéressant est qu’il est possible d’avoir un complément d’agent, qui exprime l’agent responsable des propos : elle s’est fait disputer par sa mère.

54On peut même avoir, avec un verbe à trois arguments, un complément direct : elle s’est fait reprocher sa paresse par son professeur, dans lequel se est complément indirect.

55Nous savons que le français ne peut construire un passif qu’avec un verbe transitif direct : le chat a mangé la souris / la souris a été mangée par le chat. Mais il ne peut pas, comme l’anglais, construire, même pour une topicalisation *elle a été moquée de, face à : she was made fun of.

56Il apparaît que la structure en se faire faire pallie un manque et permet de se jouer de la contrainte syntaxique concernant les verbes à construction indirecte. On dira, en effet :

  • 13 Nous n’analyserons pas la redondance se = d’elle.

(39) Elle s’est fait moquer d’elle13.

57On a de même :

(40) Elle est en train de se faire passer un savon.

(41) Il est en train de se faire remonter les bretelles.

58Il semble même que certains passifs possibles apparaissent comme maladroits, et :

(42) Il est en train de se faire battre.

semble préférable à

(42’) Il est en train d’être battu.

59Nous n’avons pas mentionné le fait que ces structures impliquaient un sujet [+ animé], [+ humain] mais tous nos énoncés le supposent de manière assez claire, du fait des éléments sémantiques en présence. Nous n’aborderons pas ici les cas avec sujet non animé, qui sont possibles dans des interprétations de type (B). La connotation négative de ces énoncés sera abordée plus loin.

60En (C), nous retrouvons un sens de volonté, d’intentionnalité dans le processus concernant le sujet de faire. Dans elle s’est fait appeler un taxi, le référent de faire a agi de manière à ce que quelqu’un d’autre lui appelle un taxi. Le pronom se a alors un rôle de bénéficiaire. Il en va de même pour il s’est fait repasser ses chemises. Les verbes appeler, repasser nécessitent un sujet agentif, mais il y a dissociation entre celui qui donne l’ordre, ou suggère l’activité, et celui qui l’exécute. Si l’agent du deuxième verbe est mentionné, la focalisation se fait sur lui et make est préféré : he made his wife iron his shirts.

  • 14 Nous remercions Naomie Malan pour la discussion sur les traductions.

61En (D), nous disposons d’une glose avec construction active : quelqu’un l’a plainte / someone pitied her. Il ne s’agit pas pourtant d’un cas similaire à (B), ce qu’explique la traduction anglaise possible via manage14.

62Nous devons rendre compte à la fois du fait que se est le complément de plaindre, mais que l’ensemble sous-entend l’intentionnalité, même indirecte, du sujet de faire. Nous voulons dire qu’ici, le sujet de faire est à l’origine de l’événement : quelqu’un l’a plainte. Nous sommes donc dans un cas de figure totalement différent de (Ba) et de (Bb).

63D’où vient donc l’interprétation ?

  • 15 Nous avions déjà été amenée à ce genre de conclusion à l’issue de nos travaux sur le sémantisme du (...)

64Nous suggérons que le sémantisme des verbes comporte, hors de tout co-texte, ou contexte, un trait [+ positif] ou [– positif] par rapport à des données d’ordre socio-culturel, une doxa partagée par les locuteurs15. C’est ainsi que se faire voler un parapluie, se faire prendre sa place, se faire refiler une fausse pièce, se faire disputer, critiquer, sont des événements désagréables pour celui qui les expérimente. On peut ajouter, avec la même connotation négative : se faire insulter, se faire mettre à la porte, se faire remercier, se faire licencier, etc. On interprétera alors que le sujet de faire n’est pas à l’origine des procès mais qu’il est l’élément affecté par les procès.

65En revanche, dans le cas de : se faire accepter, se faire embaucher, se faire aimer, se faire inviter, se faire augmenter, se faire applaudir, se faire plaindre, le résultat positif que récolte le bénéficiaire des procès suggère que le bénéficiaire a tout fait pour obtenir ce qu’il souhaitait, d’où l’interprétation agentive du sujet de faire.

66Une conclusion s’impose ici sur le rôle de se. Ce pronom assume, dans nos énoncés, tous les rôles sémantiques que la structure argumentale du deuxième verbe requiert : il peut être sujet notionnel agent, sujet notionnel patient, élément affecté, bénéficiaire. Il est donc fondamental de prendre en compte le sémantisme du verbe dépendant. La linéarité seule ne permet pas l’interprétation. Parallèlement, le sémantisme de faire est directement lié à ce verbe lexical, et le sens d’activité qu’il est censé mettre en place est loin d’être vérifié partout. Il semble donc utile, dans d’autres travaux, d’analyser en détail ses traits lexicaux.

67Notre étude a tenté de montrer que, dans le cadre de l’expression de la causativité, la structure sémantique du verbe lexical était l’élément indispensable à la construction du sens global. La gestion du lexique anglais et la gestion du lexique français ont donc des incidences fortes sur les outils dont disposent les énonciateurs. Le français pallie certains manques de son lexique en ayant recours à une paraphrase avec faire, ce qui pose un problème d’interprétation dans la mesure où la structuration faire + verbe lexical aura deux interprétations différentes : participation ou non d’un tiers à la réalisation de l’activité :

  • elle a fait repeindre sa cuisine (participation d’un actant autre que le sujet de faire)

  • elle a fait ricocher des pierres (un seul actant, le sujet de faire)

68Cette ambiguïté structurale est encore plus forte dans le cas de se faire faire, qui implique une interprétation de se indépendamment de la structure linéaire. Le verbe faire perd dans certains co-textes son sens agentif pour n’indiquer que l’existence d’un procès par rapport à une entité donnée. C’est alors le verbe lexical, avec ses données argumentales, qui permet d’interpréter le rôle de faire correctement.

69Ces constatations suggèrent la nécessité de travailler le rôle du lexique pour pouvoir rendre compte d’interprétations que la syntaxe seule ne peut mettre en place.

Notes

1 Le terme ergatif est employé dans un sens naïf. Dixon définit l’ergativité de la manière suivante : « the subject of an intransitive clause is treated in the same way as the object of a transitive clause, and differently from transitive subject ». (Dixon 1994 : 1). « Le sujet d’une proposition intransitivive est traité de la même manière que l’objet d’une proposition transitive, et de manière différente que le sujet d’une proposition transitive ».

2 Les énoncés (6) et (7) proviennent du dictionnaire Collins Cobuild.

3 Une étude plus approfondie est en cours, qui tiendra compte des verbes « moyens » comme cut.

4 Nous regroupons sous le terme d’agent aussi bien l’agent animé que l’origine inanimée ; certains parleraient d’instrument. Il ne semble pas que la différence pertinente ailleurs joue un rôle important ici.

5 Nous ne nous intéressons pas ici aux emplois métaphoriques, car l’anglais peut également dire I’m starving, ou même I’m starved, sans susciter la moindre inquiétude chez son interlocuteur.

6 Dixon rejette le terme d’ergatif pour ce type de construction : « One particularly unfortunate use of the term ‘ergative’ has been as a ‘descriptive label’ for the ‘subject type’ in a construction such as : the officer marched the soldiers. » (1994 : 19).

7 On trouve aussi have avec un sens proche de make : He had me roll my body across the yard, he had me hop, he had me jump through hoops (Paul Auster, Mr Vertigo). Je remercie Éric Corre pour cet exemple.

8 Une évolution est peut-être en cours. J’ai entendu : ce film a explosé le box office, à la place de : ce film a fait exploser le box office.

9 Nous ne parlerons pas ici d’autres cas de figure tels : le vent a fait tomber la cheminée / the wind blew the chimney down qui demande une analyse d’autres paramètres, et en particulier du rôle des particules, du fonctionnement des verbes de mouvement, l’expression de la manière.

10 Le caractère transitif ou non du verbe est encore un autre paramètre. On peut dire : la pizza a été cuite sur un feu de bois, et : la pizza a cuit trop longtemps. Nous n’aborderons pas ce point ici.

11 Nous reprenons rapidement ici une partie d’une communication faite dans le cadre des journées scientifiques du CIRLEP.

12 Par deuxième verbe, nous entendons le verbe, à proprement parler, lexical, d’où quelquefois l’utilisation de verbe lexical, dans la mesure où faire joue plutôt le rôle d’un auxiliaire, ou d’un verbe désémantisé.

13 Nous n’analyserons pas la redondance se = d’elle.

14 Nous remercions Naomie Malan pour la discussion sur les traductions.

15 Nous avions déjà été amenée à ce genre de conclusion à l’issue de nos travaux sur le sémantisme du verbe lexical do anglais.

Auteur

Professeur de linguistique à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle s’intéresse tout particulièrement aux liens entre la sémantique et la syntaxe en anglais et en français. Ses travaux concernent principalement le fonctionnement des verbes désémantisés do, make, les verbes aspectuels cease, stop, begin, start, finish, end, et les liens entre verbes et -syntagmes prépositionnels autour de la notion de manière et de cause L’approche comparative lui permet d’analyser ce qui relève du sémantisme et de la syntaxe dans chaque langue. Elle participe activement aux travaux du centre de recherche AELA (Analyses en Linguistique Anglaise Paris 3) et de l’équipe EA 3980 de Paris 3.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540