Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et représentation paradoxale

Représentation paradoxale du complément en français et en anglais

Claude Delmas

Résumé

Claude Delmas examines three problematic constructions. The first involves structures such as “I like oysters but they do not like me”. The paradox does not affect the syntax of the utterance. On the other hand from a strictly semantic point of view the figure of speech is problematic, but nothing stops the hearer from understanding the real meaning. Cognition helps the hearer to make the correct interpretation. The second case involves a split introduced in the utterance
(
cf. S + V # O). As in the first case, cognition facilitates the interpretation. The third case deals with formal constructions such as “ rain + NP”. It is argued that in two cases we have a recategorization of the verb as a quasi-unaccusative.

Texte intégral

1Certaines représentations dérivées de l’expérience reflètent des schématisations plus ou moins familières au sein de tel groupe. Les locuteurs savent dresser des cartes, les unes muettes (non lexicalisées), les autres non. Il peut s’agir de la carte des événements, des états, des propriétés. La carte muette est plus ou moins figurative, analogique, elle spatialise les données, en revanche les légendes et les noms relèvent du symbolique. Une rupture symbolique établit une frontière entre les formes prélinguistiques (conventionnellement Domaine D1) et les instances symboliques du domaine linguistique (D2) qui les relaient. Certains scénarios en relation étroite avec D1 nous paraissent aussi naturels que l’expérience dont ils sont extraits. D’autres réalisations capitalisent sur la rupture qu’induit le passage au domaine linguistique D2. En effet le domaine linguistique D2 est le lieu dans lequel on trouve des « représentants d’opérations » (marqueurs lexicaux ou fonctionnels ou hybrides (voir Culioli 1990). Ces représentants sont pris dans une double relation : a) ils assurent la liaison avec des représentations prélinguistiques de D1 et b) ils interagissent entre eux dans la suite ordonnée qu’ils forment. D’un côté, ils sont dépendants de représentations d’objets extralinguistiques traités en D1, dont ils assurent le relais symbolique en D2, de l’autre, ils sont dépendants de relations syntagmatiques, dont certaines favorisent la compositionnalité, d’autres non. Celles qui favorisent la compositionnalité semblent relayer des représentations transparentes, non problématiques. En revanche, celles qui privilégient la globalité de la construction paraissent au contraire -problématiques. Dans des cas extrêmes tels que ceux qui nous occupent, l’expression du rapport entre le verbe et son complément semble aller jusqu’à contredire notre connaissance. Le paradoxe que relève le linguiste ne gêne pas les locuteurs qui se satisfont de telles constructions.

2On envisagera ici trois cas :

  1. l’inversion paradoxale des rôles ou le chiasme actanciel ;

  2. la représentation d’une faille discursive au sein de la relation prédicative ;

  3. les compléments formels paradoxalement associés aux verbes avalents atmosphériques (verbes du type rain, etc.).

1. Interversion de rôles ou chiasme actanciel

3Comme nous allons le voir, certains énoncés se distinguent dans la mesure où ils s’appuient sur une sorte de chiasme actanciel. Le schéma SVO semble faire l’objet d’une transposition.

1. 1. Le module syntaxique

4Dans les énoncés qui suivent, la relation littérale de départ est vécue comme moins expressive que sa transposée. L’interprétation appelle une comptabilité double : il faut, à la fois, comprendre la relation de départ non exprimée et comprendre le recours à la transposée.

(1) J’ai regardé votre dissertation ≈ I have looked at your essay.
(1’) J’ai regardé / lu votre dissertation.
(2) Cela ne regarde pas Albert ≈ That’s none of Albert’s business.
(3) Cela ne le regarde pas ≈ That / it’s none of his business.
(4) Le directeur de la banque connaît le maire / The bank manager knows the mayor.
(5) Albert, la mécanique, ça le connaît !
≈ Albert kows all about mechanics!
≈ Albert kows what he is doing in mechanics!

5Les traductions anglaises de ces énoncés semblent moins problématiques et invitent à retrouver la relation de départ. On observe que la syntaxe n’est nullement ébranlée par l’existence de (2) et (5) :

[ Je […regarder … [votre dissertation ]]]
[Cela [… regarder … [Albert ]]]
[Albert [… connaît [ … ]]]
[La mécanique [ça[ … connaît] … ]]

6Si l’on s’en tient à la seule arborescence syntagmatique, on est en peine de prédire l’inacceptabilité des séquences suivantes, qui impliquent des opérations de détermination :

(6) *Cela a regardé Albert / *Cela ne le regardera pas
(7) *C’est en train de regarder Albert.
(8) *Albert est regardé par cela.

7Il en va de même pour l’exemple suivant en anglais :

(9) I like oysters but they don’t like me / J’aime les huîtres mais elles ne me réussissent pas.
(10) *oysters haven’t liked me / *didn’t like me / *… do oysters like you ? /  *… I am liked by oysters?

8Ces contraintes relèvent plus de la sémantique et de l’énonciation que de la syntaxe. Le graphe syntaxique représente-t-il pour autant une forme inerte ? L’autonomie de la syntaxe est-elle totale et constante ? L’ordre et les dominances ne correspondent-ils qu’à des mécanismes aveugles ? La syntaxe ne se constitue-t-elle pas en signe ? La relation dominant / dominé ne donne-t-elle lieu à aucune interprétation ? Sauf avis contraire, la syntaxe invite les représentations sémantiques dominantes à investir des positions à statut homologue de dominance.

1. 2. Rôles et hiérarchies sémantiques

9Le recours au graphe syntaxique ou à un système formel de représentations hiérarchisées rend de grands services mais ne suffit pas. Il convient de tenir compte des diverses échelles sémantiques de dominances qui orientent tel représentant vers les attracteurs de positions syntaxiques plus ou moins dominantes. Les échelles sémantiques permettent précisément de « suggérer » des rangs sémantiques pour les représentations (voir Greenberg 1966, Lazard 1994, parmi d’autres) et de guider leur insertion dans le non marqué.

(11) [reprise de l’exemple (5)]
Albert, la mécanique, ça le connaît !
(12) La mécanique, Albert, ça le connaît !
(13) *La mécanique, Albert, ça la connaît !
(14) *Mechanics knows what it is doing in Albert!

10Dans l’optique classique, le sens d’un verbe est structuré, c’est-à-dire qu’il est organisé de manière à permettre :

  1. la description typique de procès (expression du contenu)

  2. la projection d’arguments ou de rôles sémantiques potentiels.

11Les choses ne sont pas toujours aussi simples, en certains cas le rôle paraît lui-même composite (voir Miller et Lowrey 2003) à propos de verbes tels que feel en anglais. Le nombre de rôles sémantiques varie selon les auteurs, R. D.  Van Valin et R. J. La Polla (1999), en distinguent d’abord treize, qu’ils réduisent ensuite à des macro-rôles types, lesquels fonctionnent comme des interfaces sémantico-syntaxiques (cf. actor vs. undergoer). Dans cette perspective, il est intéressant de noter que ces auteurs retrouvent la distinction binaire qui occupait les stoïciens en leur temps (voir l’opposition agent vs. patient, en particulier Virieux-Reymond 1976 : 22).

12Pour en revenir à l’exemple (11), son caractère paradoxal est lié au fait qu’il résulte d’un chassé-croisé actanciel ou chiasme. Un regard naïf laisserait penser qu’il y a eu interpolation entre les actants Albert et la mécanique. Il faut cependant dépasser le donné linéaire de surface : Albert, renvoyant à un animé humain, est quant à lui susceptible d’améliorer ses connaissances dans le domaine de la mécanique, alors que l’inverse n’est évidemment pas vrai. Dans un discours normé, non figural, il paraît difficile d’envisager : # La mécanique améliore ses connaissances en ce qui concerne Albert. En dépit de la syntaxe de (11), la forme sémantique logique correspondante ne peut être différente de x connaît y, avec x = Pierre et y = la mécanique. Dans la section suivante, nous tentons une explication de la motivation de la figure. À cette étape, il convient de souligner que la connaissance intime suppose une fréquentation régulière approfondie et donc une forme d’interdiscours riche de relations préconstruites.

1. 3. Discours ou module pragmatico-énonciatif

13Nous venons de le voir, la syntaxe à elle seule ne bloque pas la figure en (11), de plus, elle n’annule pas cette relation sémantique dans son propre module. En revanche, elle instrumentalise le discours dans un autre espace : cet espace correspond aux domaines du discours et de la pragmatique. C’est dans cette mesure que l’énoncé n’apparaît pas tératologique. Sans modules spécifiques, l’ensemble des propriétés de l’énoncé se situeraient au même niveau et se contrediraient, on aboutirait alors à des incohérences. En revanche, on peut dire que la spécificité de chaque module filtre certaines propriétés et ne retient que celles qu’il est à même de réinvestir en harmonie avec son projet d’exploitation (émulation).

14Dans le module sémantique strict, une seule relation est possible pour l’exemple (11) : l’animé humain connaît le non-animé et non l’inverse. Ceci permet de mesurer l’importance de la théorie des rôles : les relations actancielles permettent de consigner une mémoire des relations sémantiques origines. Cette mémoire est utile en cas de turbulences syntaxiques (dues à la figure, celle du chiasme, comme en (11)). Les rôles garantissent donc une certaine stabilité représentationnelle sémantique. C’est précisément cette stabilité sous-jacente, ce fil d’Ariane sémantique, qui permet des écarts positionnels. Ceci prouve qu’il faut postuler des modules disjoints, quitte à tenter de ménager des interfaces, des interactions, ou des conduites distribuées (voir l’avant-propos).

15Quelle serait donc la motivation de l’énoncé (11) ? Dans la perspective ouverte dans la section précédente, on conçoit que la réponse à cette question n’est pertinente que dans un autre module. Il convient d’éviter l’incohérence modulaire et la contradiction qu’induiraient des données hétérogènes. Il faut donc replacer la problématique dans le module qui associe cognitif et pragmatique : celui du discours. Ce module facilite les réorientations, admet d’autre cohérences, la superposition d’une relation sur une autre, et l’interaction locuteur / destinataire. Les notions de connaissance intime, de fréquentation constituent le lien entre deux représentations de la réalité. Ce lien permet d’établir une sorte de patron :

A = [x connaît très bien y] ⇔ B = [y connaît très bien x]

16Développons. La relation A permet d’envisager la relation B. L’énonciateur fait un pari : si la personne Pierre connaît intimement la personne Marie, il n’est pas aberrant d’imaginer que Marie puisse connaître intimement Pierre également. Le phénomène de grammaticalisation a pour conséquence d’appauvrir la relation référentielle qui renvoie aux entités personnes et ne garde que la relation abstraite si A ➝ B, on peut parier sur la relation B ➝ A. L’énonciateur exploite la relation B ➝ A dans le cadre de la relation A ➝ B. Cette forme se détache de la spécificité de l’expérience et résume de manière abstraite un type de relation. Le locuteur peut s’appuyer sur un modèle de relation, qui joue le rôle de matrice dérivationnelle. Dans notre exemple, cette grammaticalisation du schéma guide le destinataire dans sa remontée interprétative vers la proposition de départ.

17L’avantage consiste à impliquer le destinataire dans cette remontée de la relation B vers la relation A. De cette manière, le locuteur n’a pas à affirmer A, il se contente d’affirmer B. Ce qu’il impose est l’idée qu’il faut décrypter autrement la relation. Si le destinataire joue le jeu, il devient son partenaire dans le déroulement d’un jeu qui exige une autre cohérence, partagée.

18Quels sont les enseignements que l’on peut tirer de ceci en ce qui concerne la notion de complément ? Il faut tout d’abord admettre que le littéral et le figuré empruntent les mêmes chemins formels :

  1. Pierre connaît Marie.

  2. Pierre connaît la musique.

  3. La mécanique, Pierre ça le connaît.

19Il faut admettre que la relation sémantique stricte ne disparaît pas, en profondeur le subissant (cf. « undergoer », chez Van Valin et LaPolla) perdure, même si le COD de surface ne correspond qu’à un COD syntaxique de façade, dans la relation figurée. Il convient simplement de tenir compte du travail interprétatif qui est demandé au destinataire dans le domaine discursif et pragmatique D3. C’est pourquoi la relation verbe + complément doit être observée dans une perspective double, sous peine de perdre l’intelligence de la modification figurale. Il n’est pas seulement demandé de retrouver la bonne interprétation, il est également suggéré de coopérer au sein du module spécifique du discours. Cette implication constitue une partie du message de la figure.

2. Discours et actance

20Il est d’autres cas qui paraissent (relativement) problématiques dans la mesure où la relation entre un verbe et son complément est interrompue pour des raisons de mise en scène discursive. À l’écrit, comme en (15), nous avons un point entre le verbe et son complément, et à l’oral, l’intonation signalerait une rupture dans le linéaire. Lors de la première lecture, telle position donne l’impression de ne pas être instanciée. De telles positions vides sont conventionnellement figurées ici par le signe — — —, dans la glose, le signe # représente la rupture que traduit le point à l’écrit :

(15) Greg played. One of the gentle, familiar Chopin waltzes Annie had dreamed over.
[Greg played — — —] # [— — — One of the gentle, familiar Chopin waltzes Annie had dreamed over].
(16) Greg jouait [— — —] # [— — —] L’une de ces tendres valses de Chopin si connues qui avait tant fait rêver Annie.

  • 1 À telle unité, le locuteur associe réseau, par exemple, une portée appartient à plusieurs réseaux ((...)

21Si (15) est interprétable, c’est qu’en dépit des apparences, il respecte un certain nombre de critères sémantiques et syntaxiques de base. Le verbe played a un agent, peut-on imaginer que ce verbe n’a pas de complément ? N’y a-t-il pas de subissant ? Répondre à cette question ne peut se faire qu’en tenant compte du module sémantique. En effet, l’énoncé s’inscrit dans un champ sémantique1 qui sert à apporter une aide au décryptage. Le champ constitue une banque de données partagées. Le réseau sémantique pertinent ici est celui de la musique (pour la notion de réseau ou de champ, voir Rastier 1998, voir aussi la notion de frame chez Lee 2001, parmi d’autres). Le paradigme des interprétations prévisibles pour play se trouve filtré. N’est pertinente que l’interprétation : agent + exécuter + patient. Greg est l’agent et le patient sera une œuvre musicale. Il est aisé dans le module syntaxique d’associer cette construction transitive à un patron formel ternaire de référence de type SVO. Au-delà de l’interruption discursive de surface, le sémantisme, la forme syntaxique sous-jacente aident à retrouver l’entier de l’événement.

22La conséquence est cette fois la suivante : une analyse en termes syntaxiques stricts de phrase est risquée. Le verbe play possède certaines propriétés qui ne disparaissent pas totalement lors de l’interprétation, le module sémantique contribue à compléter ce verbe. Cette attente suppose que dans l’instance discursive la complétude du verbe soit retrouvée. Du point de vue de la pragmatique, cette rupture intra-prédicative fait sens, puisque l’absence de l’objet dans le premier énoncé permet de focaliser l’attention sur l’événement qui dans le contexte de ce roman doit être saillant. Greg est accordeur de piano, il n’est pas rétribué pour interpréter des œuvres qui le concernent, son rôle aurait dû se limiter à accorder l’instrument or il joue une œuvre. Il y a contraste entre le procès attendu accorder et le procès qui se situe en rupture. L’autonomie relative de l’objet direct prend des allures pragmatiquement argumentatives. En effet, ce qui devient discursivement saillant, c’est la prédilection d’Annie pour le morceau en question et c’est précisément parce que cette valse faisait rêver Annie que Greg s’exécute pour lui faire plaisir. Nous avons une stratégie quasiment explicative.

23On note que le statut du complément est différent selon le module dans lequel on le considère, que son contenu et sa détermination peuvent avoir des motivations pragmatiques autres que référentielles, puisqu’elles peuvent être réinvesties dans une stratégie argumentative.

3. Complétude et avalence atmosphérique

24Certains verbes atmosphériques sont réputés être avalents (cf. la contribution de D. Boulonnais, dans ce même recueil). L’anglais s’autorise de plusieurs motivations pour représenter des relations prédicatives formelles. Il s’appuie sur une motivation expérientielle selon laquelle, en certains cas, une même réalité peut être vécue comme un événement dans le temps (le patron choisi renvoie à un type de procès = x fait y) mais elle peut être appréhendée comme une entité en mouvement localisable dans l’espace. Le patron est alors différent, on a une entité x = rain, dans tel univers. Cette possibilité a une conséquence non négligeable sur l’emploi du lexème. Le paradoxe consiste en ce que certains patrons permettent aux deux modes de représentation de cohabiter. On peut se demander si la morphologie du lexème n’est pas trompeuse. A-t-on dans tous les cas affaire au même historique de l’énoncé ?

25Une autre curiosité frappe l’observateur, un patron syntaxique particulier conduit à trouver une représentation qui implique des compléments formels non argumentaux. Certains verbes non atmosphériques manifestent une propriété intéressante pour la discussion qui nous occupe, la possibilité d’instancier un ajout pseudo-complément ne se limite pas aux verbes atmosphériques (voir Dixon 1991 : 287) :

(17) He laughed.
(17’) Il rit (au passé)

26mais

(18) He laughed a dirty laugh. (Dixon)
(18’) Il eut un rire gras / salace.
(18’’) ? He laughed a laugh.
(19) It t
hundered the most ear-splitting crack of thunder (Dixon)
(19’) Il y eut un coup de tonnerre des plus assourdissants.
(
19’’) ? It thundered thunder. (littéralement ? il tonna du tonnerre)

27Dixon rappelle que ce patron s’impose lorsqu’il s’agit de modifier qualitativement l’événement. Dans un certain nombre de cas, il est plus difficile de modifier une représentation verbale de type événement qu’une représentation nominale de type entité. A-t-on pour autant, en (19), en place d’objet un objet prototypique, un subissant à la Van Valin ? L’énoncé (19) ne peut pas vouloir dire *il a tonné du tonnerre ou que *le tonnerre a été tonné. Si les verbes atmosphériques sont strictement avalents, il semble qu’il faille accepter deux conséquences, dont l’une est reconnue traditionnellement : a) le sujet it ne correspond pas à un rôle sémantique ; l’autre, b) que le complément formel ne correspond pas non plus à un argument. Nous avons affaire à une extension formelle de la même notion que celle du verbe. Cette extension ou reconduction superficielle nominale du contenu du verbe simulant un complément postiche.

28Certaines langues, comme le hongrois, cependant, orientent vers une autre hypothèse :

[TOMBE [ LA + TOMBANTE]]

29Deux solutions sont disponibles, dans l’une le SN est défini, l’autre indéfini :

(20) Esik az esö.
Tombe la tombante = Il pleut.

(21) Esö esik.
Ø Esö esik ——— = [ de la tombante [tombe]] = il tombe de la pluie, c’est de la pluie qui tombe.

30Il y a une nuance entre les deux patrons, la solution inaccusative facilite le contraste. À l’inverse, moins la relation est marquée et plus on se rapproche de la familiarité du prototype dérivé de l’expérience commune : la solution avec le défini s’impose. Nous approfondirons cette différence dans une étude ultérieure. Pour l’instant, notons que dans les deux cas, on aurait affaire à un inaccusatif, puisque nous avons le verbe tomber. Dans cette perspective, les choses semblent plus aisées. On retrouve l’idée qu’une même notion est redupliquée puisque le SN est clairement dérivé du verbe, seul le déterminant garantit et assure le lien avec l’entité. Tout se passe comme si la grammaire proposait une solution intermédiaire, comme si l’on voulait satisfaire la représentation des deux patrons et paradoxalement satisfaire deux contraintes :

  1. garder l’idée qu’un lexème occupe deux positions syntaxiques

  2. sauver formellement le patron SN + V + SN

31Le rapprochement avec fall est risqué mais tentant. Il est de fait que certains énoncés atmosphériques anglais épousent la logique inaccusative :

(22) It droppeth as the gentle rain from heaven.

32Il faut rétablir l’entier de la relation It droppeth as the gentle rain droppeth from heaven. Avec drop, l’hypothèse de la copie notionnelle du verbe tombe. Rain est à présent nominal et à ce titre représente bien une entité, une chose, on notera l’adjectif gentle. De plus drop fonctionne comme fall et autorise une lecture inaccusative. Peut-on ramener drop… a gentle rain à rain… a gentle rain ? Ramener rain à drop malgré la contradiction est bien tentant, mais rain est réputé être avalent. Il semble bien que la construction se situe entre deux emplois. Représenter rain comme un complément formel favorise l’idée d’une extension de la notion exprimée par le verbe. Cependant, en (23), un contraste est établi entre l’entité pluie et l’entité violettes. On ne peut contraster que des entités de même ordre, d’où la complémentation qui permet la répudiation de rain au profit de violets :

(23) It is not raining rain to me, it’s raining violets.

33L’entité violets est cruciale, c’est sur elle que repose le contraste. La portée de la négation est éloquente, elle répudie la description nominale rain au profit de celle d’une autre entité. Ceci explique que l’énonciateur doive représenter les deux saisies. D’où l’image du verbe et l’image d’une entité. La construction fait appel à deux patrons. Une observation importante toutefois : il ne s’agit plus du verbe atmosphérique, ce qui est énoncé c’est que les violettes pleuvent / tombent comme s’il s’agissait de pluie. Comme le procès comparé à pleuvoir suppose un déplacement orienté, du haut vers le bas, comme celui qui descend des nuages vers le sol, le rapprochement avec fall ou drop n’est plus fortuit. L’opération de contraste (avec violets) redynamise la notion tomber, et le fonctionnement de rain bascule ou se rapproche d’une stratégie inaccusative. Mais dans ce cas, cet emploi de rain recatégorise le verbe qui n’est plus strictement avalent. Notons qu’en (23), le pronom it bloque la remontée du SN unique. Que dire de (24) où rain est en place de sujet ?

(24) The small rain down can rain.
(24’) Cette petite pluie vers nous peut tomber.

34Il semble qu’à partir du cas précédent, on puisse pousser plus loin la logique de la lecture inaccusative. L’entité est analysée comme étant affectée par le mouvement qui l’anime, comme si nous avions un verbe drop ou fall sous-jacent. Ceci expliquerait que l’on puisse avoir aussi bien

(25) It + … rains … + rain

que

(26) Rain + … rains … Ø

mais que

(27) ?*Rain + … rains … + rain

ne soit pas licite. En résumé, on peut dire :

35a. dans leur emploi courant, prototypique, les verbes atmosphériques sont avalents.

36b. dans des emplois marqués de type I (contraste, etc.), avec [It + … rain … + … rain], on observe un cas très particulier de dédoublement de la représentation : une représentation verbale renvoyant à l’événement, suivie d’une extension nominale construisant l’image virtuelle d’une entité. Cette extension est contrastivement motivée, elle intervient de manière à assurer une modification (plus facile dans la version nominale). Si nous avons l’image d’une entité, alors le verbe rain est recatégorisé comme quasi-inaccusatif. Dans ce cas [… rain … rains …] est à ré-analyser quasiment comme [… rain … falls] (les points de suspension signalent qu’il faut prévoir des éléments dont nous faisons ici l’économie par commodité). Comme on peut s’y attendre, il est à remarquer que l’emploi prototypique de la structure inaccusative avec fall l’emporte sur l’emploi situationnel (cf.it is raining), cependant, dans de nombreux textes techniques, la pluie y est représentée comme une entité causatrice, qui de manière intéressante pour l’hypothèse inaccusative revient et même arrive :

(28) How does the saguaro [une sorte d’arbuste] exist during the months or even years between rains? Other plants survive by losing their leaves, or the parent plants die leaving their seeds to grow into new plants when the next rains arrive. But the saguaro lives on the water that it stores. When the heavy rains fall, its trunk increases considerably in volume as the water which is absorbed by the root system flows up into it. […] The root system of the mesquite tree reaches deep down to the subsurface streams; that of the saguaro extends over a considerable area just below the surface of the soil, where it absorbs any rain that falls nearby. (Chaplen 1981, les italiques sont les nôtres)

37c. dans les emplois marqués de type II, il n’y a plus de pronom it et rien ne bloque la montée du SN à partir de sa position post-verbale. Ce qui fait que nous avons [… rain … [rains …[Ø]]]. Dans ce cas, si nous avons également affaire à la reconstruction de l’événement comme une entité, nous avons un rôle et cette reconstruction autorise une lecture quasi inaccusative du verbe rain.

38Nous avons sélectionné une série d’exemples qui, à première vue, semblaient mettre à mal la théorie des rôles. Si la syntaxe semble constituer le garant d’une stabilité formelle, elle ne s’oppose pas à certains jeux sémantiques que la pragmatique légitime in fine.

39Du premier cas de figure (actance chiasmatique), on tire la conséquence qu’une relation sémantique de départ verbe + complément peut être subvertie en apparence précisément parce qu’une partie de sa logique originelle résiste à la transfiguration. On observe cependant que la figure fait sens sur un autre plan, celui de la pragmatique. Aucune des deux représentations n’exclut l’autre. Les deux représentations ne se situent pas au même niveau et ne relèvent pas du même module d’analyse.

40La conséquence du second cas (rupture ou faille intra-prédicative) est qu’il faut se prémunir d’une analyse par trop superficielle. Le fait qu’un verbe transitif ne soit pas suivi de son régime ne veut pas dire que dans le module sémantique on ne puisse assigner un rôle correspondant. Dans le module pragmatique, l’attente d’actance doit trouver une solution et suppose que dans l’instance discursive la complétude du verbe soit retrouvée. Par ailleurs, la rupture intra-prédicative fait sens, puisque l’absence de l’objet dans le premier énoncé permet de focaliser l’attention sur les constituants restants : a) l’agent, b) l’événement.

41La leçon du troisième cas (verbes météorologiques) est qu’il ne faut pas préjuger de la structure argumentale hors discours puisque c’est dans cet espace qu’il faut l’établir ou la re-définir. Le fait qu’un verbe soit prototypiquement ressenti comme avalent n’empêche pas des glissements discursifs vers d’autres types d’emploi tributaires du réinvestissement de patrons différents.

42Qu’il y ait des glissements, des cas plus ou moins intermédiaires ne doit pas surprendre. Le linguiste dans la rigueur de sa recherche ne doit pas impérativement et abusivement imposer à l’énonciateur courant une rigueur d’expression qui nuit à une fonction plus importante qu’on ne le dit communément : l’expressivité.

Notes

1 À telle unité, le locuteur associe réseau, par exemple, une portée appartient à plusieurs réseaux (cf. frames, en anglais, musical, animal, linguistique, etc.).

Auteur

Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Responsable du centre AELA (Analyses en Linguistique Anglaise Paris 3) et co-responsable de l’équipe EA 3980, il poursuit des recherches sur les liens entre énonciation et discours. Il a publié de nombreux articles dans le domaine de la grammaire anglaise, du Pidgin English du Cameroun et sur la -comparaison entre l’anglais et le tahitien. Pour ce qui relève de l’anglais, il a récemment étudié les verbes dénominaux, dans une optique modulaire qui tient compte de l’énonciation et de certaines données de la cognition et de la métaopération. Il a rédigé en collaboration Faits de Langues en Anglais, Paris, Dunod, 1993, et avec H. Adamczewski La Grammaire linguistique de l’anglais (5e édition), Paris, A. Colin, 1998.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540