Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Complétude et représentation paradoxale

Complétude et représentation paradoxale

De la cognition à la syntaxe : le complément dans la genèse du sens

Pierre Cotte

Résumé

Pierre Cotte considers the classic relationship between the main clause and the complement clause which it governs. He shows that linear order “main clause + complement” is just a formal construction whose surface hides the actual genetic processes involved in the construction of the utterance. His approach requires the integration of the linguistic information which is added at each stage as the construction of the utterance becomes more complex. In this way he makes use of cognitive principles. Paradoxically, the complement does not “complete” an incomplete grammatical entity but is redefined in terms of the main clause.

Texte intégral

1Traditionnellement, dans l’analyse des propositions, on considère qu’un verbe lexical est la tête d’une hiérarchie sémantique : il domine des arguments qu’il met en relation, que viennent identifier des syntagmes nominaux ou des propositions. Ces derniers complètent le verbe lexical dominant et on dit qu’ils sont les compléments de ce verbe, les propositions étant des complétives. Cela correspond à notre intuition du sens, mais seulement en partie.

2D’un côté est le problème du sujet : celui-ci peut raisonnablement être considéré, surtout s’il est défini, comme la tête thématisée d’un énoncé, ce qui met la proposition dont le verbe est la tête sémantique en position de déterminant. D’un autre côté, il existe toute une série d’énoncés exprimant divers commentaires où l’impression est que la proposition complétive ne vient pas compléter le verbe dominant mais qu’un mouvement de détermination inverse a lieu. Soit l’énoncé  I rejoice to hear that my worthy governess is in good health (T. Smollett), l’analyse classique dit que la proposition la plus subordonnée my worthy governess is in good health est complément dans la proposition immédiatement supérieure dont le verbe lexical est hear, qu’elle complète, et elle dit que cette proposition est elle-même complément dans la proposition dont le verbe est rejoice avec la même fonction de complétude. Il est vrai que la dernière inclut dans son domaine sémantique tout le reste et que celle dont le verbe lexical est hear domine à son tour la proposition la plus subordonnée. Cependant, si on considère la signification de tout l’énoncé, rejoice apparaît comme une modalité déterminant le dictum hear that… Est-ce que le dictum complète un modus « I rejoice + x » posé a priori en lui fournissant un objet ? N’est-il pas plus juste de dire que le modus déterminant le dictum constitue une expansion sémantique ou un complément de sens ? De même, dans I hear that my worthy governess is in good health, est-ce que la subordonnée complète un « I hear + x » posé a priori ? N’est-ce pas plutôt  I hear qui s’ajoute à un procès my worthy governess is in good health intuitivement perçu comme premier ?

  • 1 L’analyse classique est représentée aussi bien par L. Tesnière, la grammaire générative, la syntaxe (...)

3L’analyse classique n’imagine pas que l’énoncé ait une genèse ; elle se satisfait d’une analyse de la hiérarchie sémantique de l’énoncé réalisé1. Dans l’intuition qui guide maintenant le raisonnement, l’énoncé est le produit d’une genèse dont les étapes sont :

  1. Construction de my worthy governess is in good health – cette proposition est donnée comme correspondant à un fait observable dans le monde, et dans le contexte d’un échange épistolaire ce fait a été observé par l’auteur d’une première lettre que l’actuel énonciateur cite implicitement.

  2. Construction de I hear that my worthy governess is in good health – cette nouvelle proposition signifie que le référent de la première est connu de l’énonciateur ; cette connaissance est actuelle mais elle succède à la lecture d’une lettre (le présent grammatical de hear a une valeur de parfait).

  3. Construction de I rejoice to hear that my worthy governess is in good health – cette dernière proposition exprime une réaction à la connaissance signifiée dans la deuxième proposition du fait référé dans la première.

4La genèse : fait ➝ connaissance du fait par un sujet particulier ➝ réaction de ce sujet correspond à un scénario simple et fréquent dans notre expérience du monde. La séquence qu’elle représente peut d’ailleurs être exprimée de façon paratactique : My worthy governess is in good health, I hear ; I rejoice / I am glad. Si elle est correcte, l’énoncé final est construit non du haut vers le bas, comme le suggère toute analyse qui met en premier dans sa représentation du sens le verbe « principal » dont les compléments viennent instancier les arguments, mais il est construit de bas en haut, la proposition principale reposant sur les strates inférieures et la proposition du milieu reposant sur la plus subordonnée.

5Dans cette perspective, les inclusions ou englobements qui constituent la subordination sont des dépassements : la première proposition en genèse est dépassée par la proposition dont le verbe est hear, la deuxième est dépassée par la troisième à son tour. Chaque proposition commence par être un tout : My worthy governess is in good health est un tout, I hear that my worthy governess is in good health est un autre tout, I rejoice to hear that my worthy governess is in good health est un dernier tout. Au moment où elle est dépassée par la proposition immédiatement supérieure, elle devient une partie de cette proposition ; elle n’est pas conçue comme une partie à l’origine. Le verbe recteur, de son côté, étant postérieur à ce qu’il domine, n’est jamais incomplet et n’est pas complémenté ou complété par des références qui réalisent (accomplissent et finissent) son programme sémantique. Dans une telle approche, il n’y a pas de manque ni de complétude au sens strict. Chaque proposition est enrichie par la proposition enveloppante dont elle devient la partie, et chaque verbe recteur, ajouté, éventuellement au titre de détermination, constitue un complément de sens.

  • 2 Quelques linguistes pour qui le rapport est motivé par le sens sont : H. Adamczewski, D.  Bolinger, (...)

6Considérons maintenant le rapport entre le verbe gouvernant et la forme grammaticale du verbe gouverné. Dans l’approche classique, le verbe gouvernant détermine la forme du verbe régi, en fonction ou non du sens selon les auteurs2 :  risk et avoid, par exemple sont suivis du gérondif ; remember, de l’infinitif en to ou d’une forme en -ing ; dans l’énoncé étudié hear commande une complétive conjuguée introduite par that et rejoice une infinitive en to. L’analyse défendue de la complémentation n’interdit pas que la détermination joue classiquement du verbe recteur vers le verbe régi : il suffit d’imaginer que le premier, une fois introduit, agit en retour sur le second. C’est peut-être le cas parfois, mais vraisemblablement pas dans notre énoncé.

7Au commencement est My worthy governess is in good health ; l’information exprimée dans cette proposition est un jugement : be, qui est employé fréquemment quand une réalité est analysée, attribue au sujet thématisé un prédicat modalisé où s’exprime une opinion fondée sur l’interprétation de données physiques (in good health). Une telle information ne saurait être l’objet d’une perception physique ; hear n’est donc pas le verbe de perception habituel : il prend la signification d’« apprendre » et réfère à un processus cognitif seulement abstrait. Ce verbe, autrement dit, est interprété en fonction de la proposition gouvernée plutôt que l’inverse et on peut considérer que la séquence « I hear + that » a une fonction d’explicitation. Une analyse complète montre d’ailleurs une explicitation à deux niveaux. La proposition initiale My worthy governess is in good health se subordonne à la conjonction that qui la nominalise. Tout en faisant cette opération grammaticale, cette conjonction signale un statut cognitif de jugement et exprime l’existence d’un point de vue sur le procès ; qui n’est plus simplement « dans le monde » mais apparaît intégré à la cognition d’un sujet. Ce sujet est l’auteur de la première lettre. I hear se greffe sur that et signifie que ce point de vue et son objet ont été intégrés par celui qui s’exprime ici et maintenant. Cette proposition signifie que le fait rapporté est connu et accepté de l’énonciateur actuel et elle indique quel processus cognitif anime ce dernier : l’énonciateur n’est pas l’auteur du jugement, comme le signifierait I think, mais seulement une personne en ayant pris connaissance et le reprenant à son compte. Ainsi la proposition d’origine est intégrée via that puis I hear à deux cognitions, la seconde incluant la première et étant seule véritablement dite.

8On peut montrer maintenant qu’un processus semblable existe entre les deuxième et troisième propositions. Rejoice peut commander une subordonnée complétive introduite par that : I rejoice that she is good health, une subordonnée infinitive en to comme dans l’exemple commenté ou un syntagme prépositionnel pouvant contenir une proposition subordonnée rejoice over / in / at something : He rejoiced at the news that…. Quand est subordonnée une proposition, la grammaire de celle-ci est sans rapport avec le sens de rejoice, qui ne varie pas, et elle semble ne pas dépendre de ce verbe mais du sens de la subordonnée : en anglais contemporain, les verbes de perception see et hear, interprétés abstraitement comme ci-dessus, constituent un contexte favorable pour l’infinitif en to après rejoice.

  • 3 Cf. Cotte 1999.
  • 4 Cf. Cotte 1996.

9Comment I hear / see that my worthy governess is in good health deviennent-ils « to hear / see that my worthy governess is in good health » ? Je fais l’hypothèse que l’infinitif en to conserve la signification de la conjugaison au présent de la proposition de départ. I hear / see that p contiennent un présent à valeur de parfait (= I’ve heard / I’ve just seen). Le choix du présent au lieu de la périphrase du parfait signifie que l’énonciateur n’évoque pas la situation passée où il a pris connaissance de l’information mais qu’il parle simplement de sa connaissance actuelle et, repérant l’information dans le seul présent de la parole, se met en situation de la développer éventuellement. Le fait qu’il se réjouisse n’atténue pas cette intention ; bien au contraire, il se réjouira d’y penser à nouveau dans la partie du texte qui commence. L’infinitif en to a une fonction double. Il reprend d’abord la conjugaison de I hear et en constitue une anaphore interne ; comprenons qu’il est l’indice de la conservation, dans la construction de la phrase complexe, de la proposition conjuguée I hear that p. Cette fonction nominalisante est identique à celle que peut avoir -ing. Il diffère de ce dernier au plan du sens. Alors que -ing signifie que le procès repris a rencontré son site d’occurrence, avec divers effets3, to marque une futurisation du procès, qui est décalé abstraitement dans un après, ainsi qu’une visée sur lui et un mouvement d’afférence par rapport à lui4. Son opération sémantique permet de signifier à la fois la préexistence de la connaissance – celle-ci étant acquise dans son principe, de même que l’évaluation (favorable) qui en découle –, sa persistance dans le présent de l’énonciation, et dans la conscience de l’énonciateur, ainsi que le désir, éventuellement, de continuer cette connaissance et de s’exprimer à nouveau à propos du procès. Autrement dit, to indique une réactualisation énonciative du procès nominalisé ; il est essentiellement modal et il est vraisemblablement plus complexe que ne l’est -ing en compensant dans son sémantisme d’afférence l’éloignement inhérent à l’anaphore interne. Tout en faisant cela, to, parce qu’il marque une anaphore, favorise un ajout sémantique à la connaissance préconstruite. Dans notre exemple cet ajout est, logiquement, la conséquence de la conscience du procès et de l’évaluation favorable : une réaction (« quand j’entends / je lis / j’apprends que p, je me réjouis »). La réaction dite par rejoice, parce qu’elle continue une conscience intellectuelle, n’est pas purement affective. Rejoice, « se réjouir », « se féliciter » ne sont pas enjoy, « prendre plaisir » ; les seconds disent un affect directement déclenché par une expérience (I enjoy reading books) ; les premiers ne disent pas un affect mais une appréciation intellectuelle reposant sur un jugement (il est bien / bon que cette personne se porte bien). Ainsi, au procès abstrait hear s’enchaînent une évaluation et une appréciation. L’évaluation, puisque hear est préconstruit, est acquise ; rejoice exprime l’appréciation présente qui en découle. Quant à son présent, il continue le présent sous-jacent de to hear et il a la même orientation vers l’avenir. L’analyse de la grammaire des subordonnées confirme l’hypothèse générale qu’un verbe recteur ajoute à la proposition gouvernée et que celle-ci, loin d’être introduite pour le compléter, est son préconstruit.

10Le principe d’une construction de bas en haut des phrases complexes de l’anglais ne saurait être démontré sur un seul exemple même représentatif. On ne peut analyser ici de nombreux types de verbes ; on finira par quelques suggestions d’analyse. Un verbe comme risk, malgré sa polysémie (prendre effectivement le risque, courir le risque) commande seulement le gérondif (They were willing to risk losing their jobs, They did not want to risk being blamed for the heavy casualties) ; le caractère automatique du lien entre le verbe et la grammaire de la subordonnée est sans incidence sur la question discutée. Pour qu’un énonciateur dise qu’un sujet court ou prend un risque, il doit se représenter l’actualisation d’un procès, juger celle-ci néfaste pour son auteur ou pour un tiers, et c’est alors qu’il peut introduire la notion de risque. Cette notion est la conséquence intellectuelle de représentations préconstruites. Le gérondif, signe de nominalisation, indique que le procès subordonné est l’objet d’une évaluation tout en soulignant que l’énonciateur se donne pour acquise fictivement son actualisation et s’intéresse à son incidence sur les participants. À nouveau le verbe recteur continue et ajoute ; l’analyse est la même pour avoid, qui représente la réponse opposée à celle dite par risk dans une de ses significations. Considérons encore la grammaire des subordonnées de remember. Une subordonnée en -ing (peut-être un participe présent plutôt qu’un gérondif) représente l’acquis de l’actualisation (d’un procès) sans lequel il ne saurait exister de souvenir ; à nouveau le procès de la subordonnée précède celui de la principale. Dans une subordonnée infinitive il n’y a pas moins d’acquis ; to représente l’acquis d’une modalité (I must post this letterto post this letter) auquel s’enchaîne encore le souvenir : se souvenir qu’on doit poster la lettre. Comme dans l’énoncé discuté plus haut, to futurise et prépare un retour au procès dans le souvenir tout en signifiant la préconstruction. Terminons sur les propositions avec les verbes aspectuels. Il n’est pas difficile d’admettre que les verbes signifiant la continuation, la reprise, la cessation ou l’arrêt disent une opération postérieure à celle du procès subordonné ; les verbes inchoatifs, en revanche, donnent l’impression de faire problème. Pourtant, pour dire It started raining / to rain il faut avoir constaté la pluie, et le verbe inchoatif dit seulement une réaction intellectuelle à cette perception préconstruite en soulignant le constraste entre la pluie actuelle et l’absence de pluie antérieure. À nouveau, le verbe dominant marque un processus cognitif tardif.

11L’analyse devrait être continuée avec les syntagmes nominaux objets, qui ne sont pas essentiellement différents des propositions subordonnées. Deux mots sur la construction représentée par foot it, leg it, train it, hotel it. Dans cette construction, des verbes surprenants gouvernent it ; plutôt que d’y voir des verbes normaux, qui se trouvent complémentés par ce pronom, il vaut mieux concevoir que it représente anaphoriquement un procès projeté, souvent un déplacement dans l’espace, et que le verbe recteur signifie le moyen de ce procès lorsque celui-là a fait l’objet d’une délibération et a été choisi après que le procès a été envisagé : We decided to foot it / hotel it. Ces locutions idiomatiques, qui ne sont jamais étudiées par les théories syntaxiques classiques, commencent donc à s’expliquer, quoi qu’il y ait à en dire par ailleurs, dans le cadre théorique proposé. On peut les rapprocher des constructions comme He biked his way up the hill ou He bowed himself out of the room. Ici aussi le complément d’objet du verbe représente le déplacement : his way ne signifie pas seulement un segment dans l’espace mais le trajet qui s’y produit sous l’impulsion d’un agent ; quant au pronom himself, étant réfléchi, il marque un procès transitif accompli par le référent sur lui-même, en l’occurrence, la transformation spatiale qu’est le déplacement dans l’espace signifié dans la construction, c’est « himself » malgré les apparences qui indique de façon allusive le procès le plus important tandis que le verbe bow apporte la manière. Finalement, le schéma de la construction ne diffère pas de celui observé dans les phrases complexes classiques : le plus subordonné représente la référence de départ ; ce qui régit est un ajout, un complément de signification que l’énonciateur valorise en le mettant au sommet de la hiérarchie sémantique. Une même explicitation a lieu ; de même que la conjonction that puis I think / I hear disent que le procès de la subordonnée est un jugement existant pour un point de vue qu’ils précisent peu à peu, les verbes foot / hotel / bike / bow explicitent le moyen ou la manière du procès préconstruit.

Notes

1 L’analyse classique est représentée aussi bien par L. Tesnière, la grammaire générative, la syntaxe fonctionnelle de S. Dik, ou la théorie des opérations énonciatives (voir la bibliographie). Les algorithmes de la grammaire générative génèrent des phrases matrices avant les phrases compléments ; la séquence des opérations y est l’inverse de celle proposée ici.

2 Quelques linguistes pour qui le rapport est motivé par le sens sont : H. Adamczewski, D.  Bolinger, P. Cotte, R. Dixon, A. Wierzbicka.

3 Cf. Cotte 1999.

4 Cf. Cotte 1996.

Auteur

Professeur à l’Université Sorbonne – Paris 4, directeur adjoint de l’équipe EA 3553 Formes, Discours, Cognition. Il s’intéresse aux problèmes de la linéarisation des constituants de l’énoncé, de la structuration du discours, des structures de la méta-information linguistique. Il a publié de nombreux articles sur l’anglais et sur la comparaison entre l’anglais et le français. Il a notamment publié L’Explication grammaticale des textes anglais, Paris, P.U.F, 1996, et Grammaire Linguistique, Paris, Didier, 1996.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540