Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Complétude, cognition, construction linguistique

 | 
Claude Delmas

Présentation

Claude Delmas

Full text

1. Entre expérience et formalisme linguistique

1Les interventions présentées se répartissent diversement sur l’axe de la cognition, mais au-delà des différences, elles respectent le souhait de traiter les données en rendant justice aux modes de mise en place du sens. Chacune, bien que de manière diversifiée, s’attache à rendre justice à la mise en forme, à savoir la structuration. À des degrés variables et de manière plus ou moins saillante, l’analyse traite des conduites cognitives expérientielles, symboliques, syntaxiques, discursives en jeu.

2Les contributions entrent dans quatre groupes :

  1. Complétude et représentation paradoxale

  2. Complétude et représentation prépositionnelle

  3. Complétude et configurations syntaxiques

  4. Complétude et représentation de la détermination verbale

3Le terme de cognition subsume des emplois sensiblement divers, plus que jamais une présentation des grandes lignes du champ cognitif s’impose. Il est donc d’abord envisagé de présenter quelques propriétés qui déterminent certaines approches cognitives, en particulier celles auxquelles se réfèrent volontiers les travaux des anglicistes français, même si l’adhésion n’est jamais totale. Deux pôles dessinent l’axe sur lequel les linguistes se déterminent de manière scalaire : le pôle formaliste computationnel d’un côté, le pôle relativiste, expérientiel, diagrammatical de l’autre. Entre ces deux pôles émerge une zone interface assez large, c’est cette zone qui héberge les diverses approches énonciatives. Les énonciativistes ne méconnaissent pas l’importance de l’expérience physico-culturelle, mais dans leur laboratoire métalinguistique, ils s’attachent ainsi que les linguistes du discours à reconstruire à l’aide de « représentants symboliques » et de « combinatoires » les conduites ou opérations de construction et de mise en place du sens (Culioli 1990). Cela confère à certaines de ces approches un caractère hétérogène (voir Culioli 1990). Cette hétérogénéité explique l’architecture modulaire généralement postulée : on distingue un domaine pré-linguistique, D1 (ou niveau 1, chez Culioli), et un autre domaine D2, linguistique (niveau 2, chez Culioli). Ces domaines sont disjoints, mais des interactions doivent être envisagées si l’on veut préserver une cohérence entre l’intention de communiquer et son expression.

1. 1. L’axe des approches cognitives

4Les spécificités et la diversité des approches linguistiques ne facilitent pas une comparaison véritablement signifiante. Leurs méthodologies, les objets qu’elles reconstruisent, l’histoire de leur évolution ne se recoupent que très partiellement. Aujourd’hui, cependant, le concept de cognition semble, pour des raisons multiples, être porteur. Ces raisons ne sont pas toutes de circonstance. Si de nombreux modèles se réclament d’une manière ou d’une autre de la cognition, c’est que ce concept permet de rouvrir le débat sur un certain nombre d’oppositions fondamentales :

  • locuteur neutre ou énonciateur individuable

  • binarisme computationnel ou construction sous forme de patrons

  • stéréotype ou prototype

  • dérivations ou constructions individuées

  • autonomie ou interactions

  • modularité ou continuum

  • marqueurs vides ou représentants grammaticalisés, etc.

5Un nombre important de théoriciens éprouvent le besoin de se redéfinir dans un cadre plus large. La cognition semble en ce moment remplir cette fonction et faciliter une comparaison. La revendication cognitive invite évidemment à prendre quelques précautions, elle réclame une définition précise du rapport du modèle à la cognition.

6Se réclamer de la cognition implique de se déterminer par rapport au problème de la connaissance et notamment celui des modes d’accès à cette dernière. Accède-t-on à des entités idéales préétablies par le seul saut maîtrisé de l’esprit (position du réaliste idéal) ? Faut-il penser, au contraire, que l’expérience se prête relativement directement au jeu de la représentation des diverses formes de réalité ? La cognition suppose le cerveau capable de « comportements intelligents » (voir Desclés 1994 : 70). Dans ce cas, le cerveau est-il apte à effectuer des synthèses intelligentes qui intègrent les données ? La symbolisation du voir et du concevoir se constitue-t-elle en dissociation ? Si les domaines sont à ce point disjoints, par quel exploit la représentation linguistique parvient-elle à imaginer une élaboration symbolique de ce qui est perçu, conçu ? Les recherches récentes dans le domaine de la psycholinguistique et de la neurolinguistique montrent qu’il convient de relativiser le « postulat de modularité » de Fodor :

Les apports de l’imagerie fonctionnelle cérébrale, chez le sujet sain, semblent bien
a) aller dans la même direction que celle qui vient d’être évoquée et b) démontrer que l’hémisphère droit est bel et bien actif dans bon nombre de tâches linguistiques. Sans conduire nécessairement au rejet de l’existence de systèmes fonctionnels distincts dans le cerveau humain, de telles observations, au cours des vingt dernières années, font clairement nécessité d’appréhender l’activité linguistique comme largement distribuée dans le cerveau, distribuée à l’intérieur de l’hémisphère gauche mais aussi dans l’hémisphère droit […] Il convient de constater que, dès que la tâche devient quelque peu complexe, c’est-à-dire que dès que celle-ci devient « authentiquement cognitive », l’activité requiert la mobilisation de réseaux distribués. (Nespoulos 2004 : 191)

7Cette relativisation est d’importance, puisque la position modulariste clas-sique s’appuyait en partie sur des données neurolinguistiques. Il n’est donc pas inconcevable aujourd’hui de repenser l’architecture des modèles en termes de domaines ouverts au concept d’opérations distribuées, au sens que donne Nespoulos à ce terme. Les domaines conserveraient certaines propriétés modulaires, tout en restant sensibles au caractère distribué d’une série d’opérations. Ainsi, certains domaines reconduiraient-ils par émulation un certain nombre d’opérations : certaines opérations se trouvent représentées dans des modules ou domaines différents, mais le mode de représentation serait adapté au module en question. L’émulation au sein d’un domaine correspondrait à une tentative de représentation ou de conversion, avec les moyens à disposition, du bord du travail effectué dans un autre domaine. Pour prendre une analogie cartographique, la représentation du relief sur une carte topographique peut être réalisée à l’aide de la technique de l’ombrage, cette représentation peut être émulée, c’est-à-dire convertie à l’aide de moyens radicalement différents, des hachures, ou des courbes de niveau, etc. Ainsi, une première représentation élaborée dans un domaine peut être émulée avec plus ou moins de perte d’information dans un autre domaine. Une sorte d’isotopie parcourt les domaines cognitifs sans qu’il s’agisse de clonage représentationnel. La spécificité des domaines est préservée, mais leur autonomie est de cette manière relativisée.

8La plupart des modèles se déclarent aujourd’hui cognitivistes ou partiellement tels, mais il faut distinguer ceux qui établissent une distinction entre les domaines a) prélinguistique, domaine D1 (perception, conception, et autres conduites) et b) linguistique, domaine D2 (représentations linguistiques symboliques). L’approche communément appelée « grammaire cognitive » (C. Fillmore, T. Givón, B. Heine, R. Langacker, L. Talmy, etc.) postule une continuité analogique entre D1 et D2, et rejette donc tout système de règles algorithmiques. En effet, une procédure algorithmique introduit nécessairement une rupture symbolique par rapport à une représentation diagrammaticale, imagiste de la perception du procès. La grammaire générative, quant à elle, propose des modules autonomes, sans élaborer un domaine du type D1, et fait usage de règles et de calcul. Il faut noter cependant que le formalisme de cette théorie est de plus en plus perméable à l’interaction sémantique, la théorie des traces s’inspire de la logique sémantique des quantifieurs, les théta-rôles sont associés aux rôles que les psycholinguistes (voir E. Rosch, E. Markman, etc.) avaient postulés antérieurement. Les énonciativistes anglicistes français, quant à eux, postulent, d’une manière ou d’une autre, tout d’abord un domaine prélinguistique D1 qui intègre et schématise
a) l’expérience d’un groupe, b) les conduites perceptuelles et conceptuelles d’un locuteur-énonciateur, et ensuite un domaine D2, linguistique, qui se distingue par l’émulation symbolique qui le caractérise et propose des combinatoires prédicationnelles ou des relations liées à la prédication.

1. 2. Grammaire cognitive et approche énonciative

9Pour caractériser ce qui distingue la « grammaire cognitive » anglo-saxonne de l’approche « énonciative » française, on peut proposer deux citations éloquentes. La première montre clairement que la grammaire cognitive est fondamentalement et étroitement interactionniste. Contrairement à l’hypothèse formaliste, elle établit des liens directs, analogiques, plus étroits avec l’expérience et l’expérimentation :

To begin with the experiential view, its main claim is that instead of postulating logical rules and objective definitions on the basis of theoretical considerations and introspection, a more practical and empirical path should be pursued. […] As experiments have shown, people will not only state that a car has a box-like shape, that it has wheels, […] more likely than not, it will also be mentioned that a car is comfortable and fast, that it offers mobility, independence and other status. Some people may connect the notion of car with their first love affair, or with injury if they were once involved in an accident. […] By adding these attributes, people include associations and impressions which are part of the experience […]

Cognitive linguists believe that our shared experience of the world is also stored in our everyday language and can thus be gleaned from the way we express our ideas. […] we have to go beyond the ‘logic’ of clause patterns (on which the logical view has focused) and examine figurative language, especially metaphors. […]

Another aspect of linguistic utterances that goes beyond logical reasoning and objectivity concerns the selection and arrangement of the information that is expressed. […] The prominence view provides one explanation of how the information in a clause is selected and arranged. (Ungerer et Schmid 1996 : xxii, xiii, les italiques sont les nôtres)

  • 1 H. Adamczewski (1982) proposera dans un cadre apparenté une version « métaopérationnelle » de la gr (...)

10Les théories de l’énonciation établissent une rupture franche entre le prélinguistique et le symbolique formel et ce, pour une raison qui les distingue clairement ; l’énonciation postule un système de représentants ou métaopérateurs intégrés1, qui fonctionnent « au second degré » :

Le niveau 1 est un niveau de représentation, où la représentation renvoie à la représentation mentale (il s’agit de cognition) : quand je parle de cognition, j’entends le terme au sens large. L’affect fait partie de la cognition ; il n’y a pas d’un côté le cognitif qui serait de la rationalité explicite, et l’affectif qui serait le lieu des sentiments et de l’imagination débridée… Il s’agit donc, à ce niveau, de représentations qui organisent des expériences que nous avons élaborées depuis notre plus jeune enfance, que nous construisons à partir de nos relations au monde, aux objets, à autrui, de notre appartenance à une culture, de l’interdiscours dans lequel nous baignons. À ce niveau aussi s’effectuent des opérations de mise en relation, d’enchaînement, de construction de propriétés composées. À tout cela nous n’avons pas accès, au sens d’un accès immédiat […]  Nous avons des représentations que j’appellerai linguistiques et qui sont la trace de l’activité de représentation du niveau 1. On a donc des représentants au second degré et des agencements de représentants, mais il n’y a pas de représentation terme à terme entre les représentations de niveau 1 et les représentations de niveau 2 (Culioli 1990 : 21-22, les italiques sont les nôtres)

11Il apparaît clairement que les liens entre le prélinguistique et le linguistique sont conçus comme étant plus directs dans le cadre de la grammaire cognitive, qui envisage de représenter figurativement sous forme de diagrammes les relations linguistiques. La spécificité des expériences n’exclut pas des points de « focalisation » (prototypes), plus ou moins généralisables.

12Le modèle énonciativiste quant à lui n’est pas imperméable à l’expérience, mais la cognition dont il s’agit est liée à des « représentations qui organisent des expériences que nous avons élaborées ». Les expériences sont organisées plutôt qu’elles n’organisent. Le niveau 2, linguistique, se présente comme spécifiquement symbolique, détaché. La théorie des opérations n’a pas recours à des diagrammes schématisant l’expérience. Les dernières moutures adoptent cependant un graphisme inspiré de principes topologiques, il ne s’agit toutefois pas de représenter diagrammaticalement la perception des procès eux-mêmes mais de figurer les opérations métalinguistiques qui les reconstruisent.

13Nous proposons à présent un certain nombre de critères à partir desquels on peut évaluer les types de cognition et une caractérisation graduée de trois types généraux d’approches : grammaire cognitive, énonciation, grammaire générative.

1. 3. Critères cognitifs

  • Interactions étroites entre les domaines (Interactions)

  • Spécificité du domaine linguistique (Spécificité)

  • Énonciateur (conceptualizer) responsable de la mise en scène linguistique

  • Opérations

  • Règles computationnelles

  • Schémas cognitifs prélinguistiques

  • Réseaux de sens / frames, organisation anthropologique (Réseaux)

  • Historique opérationnel spécifique de l’énoncé, rejet de la dérivation d’un énoncé à un autre (Historique)

  • Catégorisation souple, déformabilité, propriétés attribuées (Attributs)

  • Traits nécessaires, supposés inhérents (Traits)

  • Prise en compte du destinataire (Co-énonciation)

  • Schématisation gestaltiste (Gestalt)

  • Rétroaction de la globalité de la construction sur une partie, limitation de la compositionnalité

  • Appel aux diagrammes (Diagrammaticalisation)

  • Appel aux patrons ou matrices constructionnelles, patterns, templates, (Patron)

  • Appel à des paramètres discursifs (Discours)

  • Recours à des énoncés attestés, non fabriqués

14Le tableau ci-dessous résume les choix opérés par trois approches caractérisées au sens large. La caractérisation est graduée. Le binaire simple ne parvient pas à fournir une image assez fine, nous proposons les graduations suivantes :

— — recommande l’absence d’une propriété

— n’exclut pas l’absence d’une propriété

+ n’exclut pas la présence d’une propriété

++ recommande la présence d’une propriété

± absence et présence non exclues dans des domaines différents.

Grammaire

Cognitive

Énonciation

Grammaires

syntaxiques

Interaction étroite

+ +

±

— —

Énonciateur Conceptualiseur

+ +

+ +

-— —

Destinataire

+ +

+ +

-— —

Opérations

+ +

+ +

— —

Perspective

+ +

+ +

-— —

Schémas prélinguistiques

+ +

+ +

— —

Réseaux de sens

+ +

+ +

+

Historique de l’énoncé

+ +

+ +

— —

Attributs relativistes

+ +

+ +

— —

Gestalt

+ +

+

— —

Rétroaction

+ +

+

— —

Diagrammaticalisation

+ +

(+)

-— —

Patrons

+ +

(—)

— —

Discours et contexte

+

+ +

— —

Énoncés Attestés

+

++

— —

Spécificité linguistique

-— —

+

+ +

Règles

— —

+

+ +

Positions syntaxiques

(—)

(+)

+ +

Traits nécessaires

— —

— —

+ +

Marqueur vide de sens

— —

— —

+ +

1. 4. Deux paramètres : la rétroaction et l’historique opérationnel

15Nous reprendrons deux cas : le rôle de la rétroaction, la notion d’historique des opérations d’un énoncé spécifique.

1. 4. 1. Rôle de la rétroaction à partir de la globalité de la construction

16Il est couramment admis dans la littérature qu’un verbe permet de projeter un certain nombre d’arguments ou de rôles. Cette manière de voir les choses fournit un point de départ, elle séduit les cognitivistes formalistes computationnels, puisque de leur point de vue, le contenu sémantique du verbe permet de prédire la distribution des rôles. Ce qui leur importe, c’est le caractère sémantiquement prévisible de la projection à partir du verbe, mais les emplois ne sont toujours aussi transparents :

(1) She’s given me her cold!
Elle m’a refilé son rhume !

(2) Can you give him a lift to the station?
Peux-tu l’emmener / le conduire à la gare ?

(3) Give me a kiss!
Embrasse-moi !

(4) Give me time!
Laisse-moi le temps…

(5) The windows give onto the park.
Les fenêtres donnent sur le parc.

(6) We gave!
On a (déjà) donné !

(7) She gave him an encouraging smile.
Elle lui fit un sourire d’encouragement.

(8) He gave them a reassuring squeeze.
Il leur serra la main pour les rassurer.

(9) He gave her an affectionate pat
Il lui donna une petite tape affectueuse.

(10) He gave the victory sign.
Il fit le signe de la victoire.

(11) He gave her the eye.
Il lui fit de l’œil.

(12) He gave her a big hand.
Il l’applaudit chaleureusement.

(13) The third key fitted and the door gave under his hand.
La troisième clé était la bonne (littéralement, la porte céda sous la main)

17En termes descriptifs, give ne livre qu’une information assez restreinte. Pour comprendre pleinement le verbe, il faut prendre en compte l’ensemble des interactions que permet la construction, c’est en fait la globalité de l’agencement qui permet les interprétations correctes : refiler, conduire, embrasser, laisser, donner sur, faire, applaudir, s’ouvrir, etc. Naturellement, l’apport de give n’est pas nul, mais une partie non négligeable du sens provient des autres éléments de la construction. La globalité de la construction parvient à émuler celle de l’événement perçu ou conçu. Ce type d’exemples suggère que la position des cognitivistes interactionnistes relativistes n’est pas à négliger. Give ouvre une famille de patrons qui métaphorisent le don. Une approche qui promeut la compositionnalité ne pourra rendre compte de la construction aboutie du sens dans tous les énoncés dont il est question. En revanche, on ne peut priver le verbe de la charge minimale qui sollicite l’aboutissement sémantique. De fait, l’interaction doit pouvoir s’exercer dans les deux sens, de la partie verbale vers le tout et de la globalité de la relation vers la partie réinterprétée.

1. 4. 2. L’historique des opérations constitutives d’un énoncé spécifique

18Le critère que représente l’historique des opérations constitutives permet également de distinguer les deux approches extrêmes. Soit les énoncés suivants (Deutscher 2005 : 31) :

(14) The seal has picked a fight.
Le phoque a cherché querelle.

(15) The seal that was eyeing a fish has picked a fight with a walrus.
Le phoque qui observait un poisson a cherché querelle à un morse.

(16) The quarrelsome seal that was eyeing a disenchanted but rather attractive fish has picked a fight with a phlegmatic walrus.
Le phoque querelleur qui observait un poisson désabusé mais plutôt alléchant a cherché querelle à un morse flegmatique.

19L’auteur propose une série de phrases de plus en plus complexes, dont nous ne retenons que trois exemples, et passe d’une structure composée de six mots à une phrase qui en comporte trente-cinq. Dans le droit fil de la méthodologie formaliste, l’auteur n’accorde aux données prélinguistiques aucun statut essentiel, il en va de même pour le discours et le contexte, qui ne jouent aucun rôle moteur, l’historique de chacun des énoncés n’est pas non plus pris en compte. Pour l’auteur, toutes ces phrases correspondent à « une même structure ». Il se trouve que certains constituants sont simplement plus complexes que dans l’étape précédente. À la complexité près, il s’agirait toujours « d’un phoque qui cherche querelle à un morse ». Cette structure est donnée et constitue le point de départ d’enrichissements, de modifications ultérieures. L’intention de l’auteur est très circonscrite, il cherche à montrer que la hiérarchisation explique l’immédiateté de la compréhension de la phrase quelle que soit sa longueur et sa complexité :

And yet, for a speaker of English, this sentence is immediately comprehensible, because its complexity is mitigated by the hierarchy of command. At the highest level, the first and the last sentence have the same simple structure : the seal has picked a fight. All the further intricacies are entirely internal matter for the phrases headed by ‘seal’ and ‘fight’. And even within each phrase there is an internal hierarchy of command, so that the task remains manageable at all levels. […] The hierarchical organization of language is thus quite an ingenious system, which allows us to perform complex tasks with remarkable ease. (Deutscher 2005 : 31)

20Il s’agit bien pour l’auteur de légitimer le rôle attribué aux hiérarchies des dominances syntaxiques et par conséquent de justifier les choix cognitivistes formalistes que recommande son modèle.

21Une approche relativiste diagrammaticale telle que la « grammaire cognitive » tiendrait compte des données expérientielles prélinguistiques. Une approche de type énonciativiste considérerait que les unités présentes dans l’énoncé constituent les représentants, les indices d’opérations diverses qui précèdent la mise en symboles dans le domaine linguistique D2. L’historique de l’énoncé devient signifiant. L’historique de (14) n’est pas le même que celui de (15). En (14), ce qui est énoncé, c’est que le phoque a cherché querelle, rien de plus. En (15), l’énonciateur se prononce sur les raisons de la colère du phoque :

  • il convoite un poisson

  • survient un morse, qui représente un concurrent potentiel

  • cet état de choses est analysé comme la source de la querelle

  • l’analyse de la situation adopte le point de vue du phoque, car le morse « flegmatique » n’est peut-être pas intéressé par le poisson.

22Sauf en cas d’écart délibéré, que l’on ne peut évidemment pas exclure, l’énonciateur, dans l’emploi courant de la langue, utilise des schémas opérationnels types. Le fait de mettre en œuvre tel schéma au moment singulier de l’acte de parole et d’opérer des choix lexicaux spécifiques à cette occasion (cf. le kairos aristotélicien, voir Cauquelin 1990 : 25) fait sens pour l’énonciativiste. Ce qui revient à dire que l’historique des opérations qui ont effectivement été effectuées à un moment particulier fait sens. La mobilisation et la sélection déterminent l’historique de l’énoncé. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre que les énoncés (14), (15), (16) correspondent à des énoncés différents. Le destinataire de ces énoncés est invité à comprendre chacun de ces énoncés de manières sensiblement différentes. Le même événement extralinguistique est linguistiquement mis en scène de manières différentes.

23L’approche cognitive formaliste et l’approche relativiste expérientielle se posent la même question : « comment se fait-il qu’un locuteur comprenne (immédiatement) un énoncé ? ». Le formaliste et le relativiste répondent tous deux qu’il faut en passer par la catégorisation. C’est au moment de préciser la réponse que les chemins se séparent :

  • le formaliste suppose un locuteur fictif neutre qui calculerait en s’appuyant sur une catégorisation formelle syntaxique binaire stricte, accompagnée d’une sémantique logicienne à base de traits inhérents et rigides ;

  • le relativiste expérientiel modélise un locuteur non inerte, ouvert au sensible. Il suppose une catégorisation psycholinguistique issue de l’expérience personnelle ou commune, à base de propriétés plastiques, attribuées, non inhérentes.

24Soit un autre exemple que je dois à G. Girard-Gillet :

(17) The lamb is too hot to eat.

25L’approche formaliste rejette l’interaction avec le domaine prélinguistique (D1). En conséquence, elle se rabat sur le compositionnel et les prédictions sémantiques qu’autorise le contenu des items lexicaux. Or, si l’on adopte la catégorisation en traits rigides nécessaires, il faut fournir deux matrices de traits :

Lamb 1 : + animate, – humain, + young, ± plural + …
Lamb 2 : – animate, – plural, + food + …

26Rappelons que dans cette approche la prédiction ne s’opère qu’à partir des contenus sémantiques, aucune donnée extérieure n’assiste l’interprétation. Ainsi isolée la phrase est ambiguë.

27L’approche expérientielle suppose une situation dans laquelle l’énoncé est proféré. Le locuteur est incarné, il prend connaissance de certains faits qui caractérisent la situation. Dans le domaine D1 prélinguistique, deux cas se présentent :

SIT1 : le locuteur perçoit un agneau effondré qui refuse de se nourrir.
SIT2 : le locuteur est à table, de la viande d’agneau est servie.

28Quelle que soit la situation, à aucun moment l’énoncé n’est perçu comme étant ambigu. Le syntagme nominal sujet renvoie à une entité repérée, thématisée. Elle fait l’objet d’une prédication. Ceci montre que la structure de surface ne peut à elle seule fournir l’entier de l’interprétation. Ce type d’exemple milite pour des opérations cognitives énonciatives :

  • subjectivisation (choix du sujet)

  • choix des rôles (mangeur ≠ mangeable)

  • thématisation (choix du terme de départ)

29La traduction montre la différence :

(18) L’agneau a trop chaud pour manger
(19) On ne peut pas manger l’agneau, il est trop chaud.

30Le langage est fait pour être utilisé en situation, mais cette évidence a une conséquence : une même séquence superficielle peut, comme dans le cas de SIT1 et SIT2, avoir des historiques différents. La différence des historiques est due à une chaîne d’opérations différentes. Si la surface d’une phrase est importante pour l’énonciativiste, le point de départ et la chaîne des opérations qui mènent à l’énoncé final le sont plus encore. Selon la situation, le locuteur ne perçoit pas les mêmes rôles, les mêmes relations. En dépit de la ressemblance de la séquence, nous avons deux énoncés différents. Seul un automate aveugle, générateur de séquences phrastiques, hors situation, sans destinataire, peut éprouver des difficultés d’interprétation devant la suite The lamb is too hot to eat. L’une des raisons pour lesquelles les destinataires « comprennent immédiatement » un énoncé réside dans le fait que la situation fournit des données observables qui aident à interpréter et éventuellement à corriger des prédications malheureuses. Il est fréquent d’observer qu’en dépit des erreurs d’expression le destinataire, parfois sans s’en rendre compte, a compris ce qu’il fallait comprendre.

31Il est à noter que la pronominalisation ne pose pas de problème supplémentaire dans l’approche cognitive énonciative :

(20) It is too hot to eat.
(21) Il a trop chaud pour manger
(22) On ne peut le manger, il est trop chaud.

32Les énoncés (23) et (24) sont encore moins problématiques, mais de l’analyse des énoncés précédents, il découle que les choix lexicaux prolongent dans l’ordre du sémantique la logique des repérages situationnels. On peut croire que l’analyse sémantique classique stricte parvient seule à désambiguiser, mais accepter cela revient à se situer en dehors de la construction naturelle du sens.

(23) The pork is too hot to eat
(24) The pig is too hot to eat

33J’évoquerai quelques énoncés concernant la montée du sujet (Victorri 2004 : 89) :

(25) Don is likely to leave
(26) That Don will leave is likely
(27) Julius Caesar struck me as honest
(28) It struck me that Julius was honest

34B. Victorri s’inspire ici des exemples et de l’argumentation de Langacker. Une approche strictement formelle postulerait une structure logique à partir de laquelle on pourrait appliquer ou non une montée du sujet et obtenir deux énoncés « parfaitement équivalents » (Victorri 2004). Comme Langacker, il rejette cette analyse pour différentes raisons, et en particulier parce que des différences sensibles peuvent se constater : l’énoncé Don is likely to leave met en saillance l’état psychologique de Don, l’énoncé that Don will leave is likely reste neutre à cet égard.

35L’énoncé Julius Caesar struck me as honest suppose que les référents de me et de Julius Caesar sont contemporains. Cette contrainte ne fait pas partie du scénario de It struck me that Julius was honest. L’énonciateur fait part de ses intentions de signifier et symbolise les différences en mettant en relief telle donnée plutôt que telle autre. Si deux énoncés ont deux historiques différents, leur mise en perspective est différente, leurs sens sont différents. Ils sont tout simplement différents. Le destinataire doit essayer de faire l’archéologie opérationnelle de l’énoncé pour l’interpréter de manière pertinente. Dans cette perspective, nous n’avons pas véritablement plusieurs versions d’une structure commune, et postuler des transformations crée un problème d’identification de l’énoncé.

36On le voit, poser le problème de la cognition ne correspond pas aujourd’hui uniquement à une mode, mais invite à préciser et affirmer des convictions en ce qui concerne l’architecture de la théorie que l’on adopte, à se situer à l’un des pôles ou, éventuellement, comme le fait l’énonciation, en adopter une position hybride (voir Culioli 1990 : 177).

2. Les contributions

37La perspective ouverte dans la section précédente explique qu’en dépit de la diversité des points de vue la dimension cognitive puisse rassembler les contributions qui suivent.

2. 1. Complétude et représentation paradoxale

38Pierre Cotte réfléchit sur la distinction classique recteur / régi dans le domaine de la complémentation phrastique. Il montre que l’ordre linéaire principale + subordonnée ne consiste qu’en une construction formelle dont l’apparence masque la séquence génétique véritable de l’énoncé. Ce qu’il convient de déterminer, ce sont les strates successives d’intégration de l’énoncé et de l’information qui se reconstruit à chacune des étapes lors de sa complexification. C’est dans ce sens qu’il parle de cognition. Dans cette perspective, il apparaît que, contrairement à ce qui est communément admis, le constituant appelé complément ne complète pas une entité grammaticale incomplète, mais joue le rôle de support qu’un ajout vient dominer pour l’enrichir. À la logique incomplétude + complétude, l’auteur substitue celle de support + apport.

39Claude Delmas étudie trois cas de construction problématique. Le premier concerne le traitement de la structure argumentale en chiasme (cf. I like oysters but they don’t like me). Le paradoxe n’affecte pas le schéma syntaxique de surface. En revanche, du point de vue de la sémantique stricte, la figure est problématique. Rien n’empêche cependant le destinataire d’interpréter et de comprendre le véritable message. Les données cognitives invitent à retrouver le chemin interprétatif pertinent et l’aident à déchiffrer la relation.

40Le second cas évoque le clivage particulier d’une construction prédicative. Une sorte de faille sépare le sujet de son prédicat, produisant deux unités discursives. La résolution du problème interprétatif passe par la prise en compte du domaine de la sémantique et de la cognition. Le troisième cas, classique, concerne les verbes atmosphériques ou météorologiques lorsqu’ils sont accompagnés d’un pseudo-complément (non argumental). Il est postulé que dans deux des cas le verbe météorologique est recatégorisé comme quasi-inaccusatif.

41Geneviève Girard-Gillet, dans une perspective contrastive, s’intéresse au rôle de la sémantique et à celui de la syntaxe dans l’expression de la causation. Elle met l’accent sur l’importance de la dimension lexicale. Elle montre que l’anglais privilégie les virtualités du lexique alors que le français tend à faire appel à une solution syntaxique. Le français ne dispose pas de causatifs du type bounce anglais. L’article apporte également une contribution intéressante au domaine de l’opposition agentivité / ergativité. De la discussion il ressort que la prise en compte du verbe est essentielle, en particulier celle du second verbe.

42Dominique Boulonnais présente un double questionnement épistémologique : a) le sujet joue-t-il un rôle de support dans le fonctionnement sémantique des énoncés, constituant par là un élément nécessaire au fonctionnement linguistique ? b) doit-on considérer comme fondée la notion d’un constituant sélectionné hors contraintes par l’énonciateur, comme le suggèrent certaines prises de position énonciativistes ?

43La discussion s’appuie sur l’histoire de l’anglais et celle des idées linguistiques pour soumettre à l’examen le statut du sujet. L’étude montre que la détermination et donc le statut du sujet restent dépendants d’une organisation sensiblement différente selon l’époque considérée. Dans la période du vieil anglais, le choix d’un argument comme sujet servait avant tout à accorder une orientation argumentale à la phrase, stratégie rendue nécessaire par la polyvalence des verbes. Après une période de transition, l’époque moderne voit un changement décisif : la promotion d’une réalisation configurationnelle (ordre SVO stabilisé) dont les conséquences sont aussi diverses que profondes.

2. 2. Complétude et représentation prépositionnelle

44Lionel Dufaye se penche sur le fonctionnement de trois prépositions : in, on, at. Il aborde la cognition dans une perspective topologique. Les propriétés d’ouverture ou de fermeture sur lesquelles il s’appuie correspondent à des schémas cognitifs et non à des conceptions conscientes. L’auteur montre que in est la trace d’une opération d’identification par rapport à un fermé et suppose un espace délimité. On renvoie à un repérage ouvert. Cette ouverture facilite la neutralisation de la fermeture, ce qui peut déboucher sur du notionnel. At, quant à lui, ne construit pas un repérage par localisation. Ponctuel, adimensionnel, sans intérieur, il va de pair avec un sous-formatage. L’article montre la compatibilité des emplois spatiaux et des emplois temporels.

45Sylvain Gâtelais adopte une démarche diachronique. Il entreprend l’étude du marqueur of en anglais. Il propose de repérer, de dater les différentes étapes de l’évolution de cet outil grammatical. Il cherche à expliquer la fortune qu’a connue cette préposition. L’étude en question s’appuie sur le concept de grammaticalisation, concept central depuis sa prise en compte par Meillet et depuis l’emploi qui en est fait dans la grammaire cognitive (B. Heine). L’auteur de l’article exploite un texte du xiie siècle, particulièrement pertinent pour son propos, dans la mesure où il illustre l’évolution de la langue à une époque cruciale.

46Nicole Le Querler propose une étude des problèmes soulevés par l’opposition entre la complémentation en par et la complémentation en de. L’approche met en regard l’organisation syntaxique de la phrase et son interprétation. L’article privilégie la réflexion sur le cas du complément d’agent d’un verbe passif et s’attache à évaluer l’importance des paramètres qui interviennent dans la définition de l’actance, des aspects, etc. L’auteur détermine une échelle d’agentivité : l’agentivité maximale correspond à une alternance nulle, ce n’est que dans le cas d’une agentivité minimale que l’alternance est maximale.

2. 3. Complétude et configurations syntaxiques

47Alain Deschamps procède à l’étude contrastive (français / anglais) de l’imbrication de plusieurs relations prédicatives. Il étudie plus particulièrement les complétives. Il part du principe que chaque prédicat possède une forme schématique dont il rend compte en postulant des opérations énonciatives spécifiques. La théorie propose une modélisation en termes de chemins ouverts ou fermés menant à un intérieur I ou à un extérieur E.

48L’auteur sélectionne 1500 occurrences de verbes à partir d’un ensemble de 80 000 exemples extraits de divers corpus. Ceci lui permet à la fois d’établir un calcul en termes de chemins et de vérifier la validité des formules postulées.

49Lucie Gournay propose une analyse de l’inversion locative qui se distingue des approches insistant sur la fonction discursive de la structure ou cherchant à établir un lien avec le type de verbe ou le type de sujet. À partir d’un corpus en anglais et en français, elle met en avant le rôle de la structure prédicative de l’énoncé et les caractéristiques du complément de rang 0 (sujet prédicatif). Celui-ci entretient une nécessaire homogénéité avec le reste de la relation, où le GN postposé joue le rôle de complément de rang 2. L’inversion locative représente alors le marqueur d’une prédication objectivisée par rapport au mode évaluatif dominant.

50Jean-Charles Khalifa réfléchit sur les verbes come et go suivis d’un adjectif. Ces verbes fonctionnent alors comme copules. Son corpus fait apparaître une très forte fréquence de go par rapport à come (2384 contre 1527 dans le BNC). À partir d’un cadre cognitiviste posant quatre types de mouvement : a) mouvement uniforme, b) mouvement déclenché par une force indépendante, c) mouvement dévié de sa trajectoire, d) mouvement avec focalisation sur le point d’arrivée, il rend compte de la connotation positive associée à come et de la connotation négative associée à go. Seul d) semble pouvoir représenter come, alors que a), b) et c) correspondent à diverses utilisations de go. La déviation par rapport à ce qui est attendu explique, par exemple, l’interprétation négative de go.

51Laetitia Leonarduzzi s’interroge sur le sémantisme des verbes introducteurs des subordonnées interrogatives. Elle se demande plus particulièrement s’il est nécessaire de mentionner dans le lexique quel type de complément propositionnel peut prendre tel ou tel prédicat. Tous les verbes introduisant des interrogatives indirectes semblent posséder les propriétés suivantes : ils ont un contenu abstrait même si tous les verbes abstraits ne prennent pas de subordonnées interrogatives. La dimension cognitive est à relier au fait qu’ils sont compatibles avec la notion générale d’information contenue dans la subordonnée. Certaines données, cependant, sont idiosyncratiques, comme le montrent les comparaisons de lexèmes sémantiquement proches tels que mystery / mysterious et nécessitent donc d’être inscrites dans le lexique.

2. 4. Complétude et représentation de la détermination verbale

52Éric Corre réfléchit sur une des propriétés du perfect, qui intrigue les linguistes. Pour rendre compte de cette énigme, certains privilégient le paramètre temporel, d’autres le paramètre aspectuel, d’autres encore mettent en avant le concept de modalité. L’article montre que l’énigme peut trouver un début de solution dans une perspective plus globale, interactionnelle cognitive. L’essentiel du fonctionnement de la périphrase se situe à l’intersection des trois types de détermination du groupe verbal.

53Jacqueline Guillemin-Flescher s’interroge tout d’abord sur l’incidence des opérations de détermination sur le système aspectuel en français et en anglais. Dans une seconde étape, elle focalise sa réflexion sur le plus-que-parfait et le pluperfect. Les paramètres retenus sont l’identification pour les temps simples et la construction pré-établie du procès pour les formes auxiliées. Par ailleurs, en fonction du contexte et du choix opéré, certaines conduites peuvent ne pas être prépondérantes. L’auteur s’attache à déterminer les conditions des deux valeurs du plus-que-parfait et du pluperfect : temporelles et aspectuelles. L’une des langues favorise le rapport à l’origine absolue, l’autre le rapport à l’origine dérivée. Les deux langues se rejoignent en ce qui concerne le lien avec l’origine d’énonciation sur le plan de la subjectivité (cf. « le hiatus entre la valeur du procès et l’origine sur le plan aspecto-temporel »).

Notes

1 H. Adamczewski (1982) proposera dans un cadre apparenté une version « métaopérationnelle » de la grammaire anglaise. (voir la bibliographie)

Author

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540