Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La face cachée du genre

 | 
Natacha Chetcuti
, 
Luca Greco

Langue et sexisme

La ou les pétroleuses ? Du politique au sexuel, et retour

Dominique Lagorgette

Résumé

À partir d’un corpus diachronique (xixe et xxe siècles) de presse et de textes littéraires, de dessins et de données Internet, nous décrirons le parcours sémantique et pragmatique du terme « pétroleuse », inventé durant la Semaine sanglante de la Commune de Paris pour stigmatiser les femmes en lutte, mais aussi l’ensemble plus large des femmes n’entrant plus dans les clichés gendrés consensuels (une anti-ménagère, en somme). La construction du sens de ce terme évolue très rapidement, et les acceptions vont ensuite attaquer non plus les seules communardes mais un ensemble de comportements féminins non stéréotypaux, jusqu’à finalement une réification des plus étonnantes à première vue. Nous évoquerons tout d’abord la genèse sémantique et pragmatique de ce terme, en le replaçant dans une histoire des insultes aux femmes activistes, pour ensuite retracer son évolution et mettre en évidence le réseau de représentations nécessaires à l’activation des sens axiologiques. Enfin, nous montrerons comment les réappropriations ultérieures (années 70, MLF ; débats parlementaires 1980-2000) ont opéré une resémantisation par le jeu de la circulation des discours.

Based on a diachronic corpus of media, literary texts, drawings and Internet data (19th and 20th century), this study describes the semantic and pragmatic evolution of “pétroleuse”. This word was created during the Paris Commune “bloody week” in order to stigmatise the women in struggle (“Communardes”), as well as women rejecting the traditional, gendered clichés of the pious good housewife. The construction of the meaning of this word evolved very quickly from a political dimension to a gendered, general sense, denigrating all women not conforming to the current stereotypes, the final, most recent meaning referring to objects such as motorbikes (sic). The first section describes the semantic and pragmatic genesis of “pétroleuse”, a political and social insult limited to revolutionary women of the Commune. The second section clarifies its network of implicit and/or explicit connotations, in order to put into light the network of cultural and social representations necessary for the axiological activation of the pejorative meanings. The final section underlines how the contemporary reappropriations of the word (“aïkido effect”) in the 70’s (MLF) or its use in the political field operated a re-semantization.

Texte intégral

Un chaleureux merci à Claire Oger pour les exemples parlementaires contemporains.

Il est rare, pour qui s’intéresse à l’histoire des mots, de pouvoir retracer précisément les conditions de la genèse d’un terme ; généralement, en effet, la néologie reste soit l’œuvre d’un écrivain (et le terme connaîtra plus ou moins de succès), soit l’acte d’un locuteur lambda (et le mot peut tout aussi bien devenir hapax). Dans le cas qui sera étudié ici dans toute son étendue diachronique, on peut au contraire assister à l’ensemble des mouvements sémantiques et pragmatiques qui ont généré pétroleuse durant une période très précise. Né durant la semaine de répression par les Versaillais de la Commune de Paris (21-28 mai 1871), fort justement nommée « Semaine sanglante », ce terme d’insulte a suivi un itinéraire tout à fait particulier jusqu’à nos jours, et son rapport à la politique met en évidence un certain nombre de mécanismes révélateurs des articulations entre genre et pouvoir. En effet, s’il est d’abord apparu comme masculin (« pétroleur »), il est resté très vite limité au féminin dans l’usage courant et a maintenu ses valeurs péjoratives jusque dans les interventions récentes de l’extrême droite. Les méandres de son évolution, qui le font passer du domaine de la politique à celui des engins à essence, notamment, mettent en relief non seulement des mécanismes particuliers de prise de valeurs sémantiques et pragmatiques liées au discours politique haineux (section 1), mais plus précisément marquent le « genrage » comme injectant des champs sémantiques spécifiques (ici, la sexualité, la débauche) là où le masculin reste purement fonctionnel dans le domaine initial (section 2). Si tant de haine est associée au mot pétroleuse, doit-on y voir un cas d’école que ne renieraient pas les gender studies, en cela que le féminin réservé au terme permettrait de mettre en relief un certain nombre de traits inhérents aux stéréotypes genrés que l’on associe à la femme politisée et/ou politique ? Enfin, la réappropriation du sens premier par d’autres femmes révoltées montre combien les figements peuvent être non seulement défaits mais encore pragmatiquement remotivés dans le phénomène que nous nommons « effet aïkido » (section 3) – effet qui marque bien les limites du pouvoir sur les mémoires et les discours en circulation.

À partir d’un corpus relevé tant dans les archives que dans les bases de données littéraires et médiatiques (BNF Gallica, Frantext et Google), nous proposons à travers le cas particulier du mot pétroleuse une première étape de réflexion sur le discours associé à la violence des femmes en politique, lieu idéal d’exploration pour les relations entre genre, pouvoir et mécanismes de l’axiologie.

Un mot transsexuel en temps de guerre

  • 2 Ainsi, Google affiche en mai 2010 880 pages réelles pour pétroleuses et 917 pour pétroleuse, 263 po (...)

Oubliée de presque tous, l’insulte pétroleuse a un étrange parcours : si le terme reste encore en usage parfois2, peu nombreux sont les locuteurs encore conscients de sa première signification, en dehors des milieux politiques et féministes, et encore faudra-t-il nuancer ce point. Il ne nous paraît donc pas vain de commencer par la genèse du terme.

Où sont les hommes ?

La première attestation de pétroleur dans les documents de Gallica date de mai 1871. Jean-François Lecaillon (2009 : 208) mentionne le terme à partir du 24 mai (au masculin pluriel) ; Jean Dubois (1962 : 180) présente l’arrivée du champ sémantique du feu avec un premier néologisme dans la presse versaillaise, fuséens, dès avril, ce qui prépare le terrain à la création du mythe qui suivra. Au niveau morphologique, le terme est formé sur la base « pétrole » à laquelle s’ajoute le suffixe d’agentivité -eur / -euse. Dubois (ibid. : 372) signale deux verbes dérivés après les événements (août 1871 et 1872), pétroler et pétroliser, ainsi qu’un doublet pour le masculin, pétroleur/pétroleux. C’est néanmoins le féminin qui l’emportera en termes d’occurrences et de longévité. On reconnaît dans ce procédé le même que pour tricoteuses, créé en 1795 en référence à la Terreur (Godineau, 2008), mais on notera que contrairement à cette description d’action, « pétrole » renvoie à un produit employé pour agir et non à un processus ; en revanche, vitrioleuse suit exactement le même parcours (« lanceuses de vitriol pour défigurer »). Comme avec le tricot, ce sont dans ces trois cas des éléments domestiques qui sont détournés de leur usage courant pour devenir objets d’attaque – cette métamorphose n’est pas la moindre.

Pétroleuse désigne donc des femmes mettant le feu par le moyen du pétrole et, dès sa création, il prend valeur de métonymie, marquant un premier stade dans la réification des agents. Il se limitera très vite aux femmes avec cette connotation d’agentivité précise, ainsi qu’en témoigne le fait que le procès en septembre 1871 est celui des pétroleuses, non des pétroleurs. Comme le souligne Dubois (ibid.), « certains qualificatifs péjoratifs n’apparaissent que sous leur forme féminine ; lorsque le masculin en -eux ou -eur apparaît il est exceptionnel. Ainsi en est-il pour pétroleuse ». Ce mot est donc né insulte et a été perçu comme tel par ses contemporains :

(1) T. Gautier, Tableaux du siège, XXI, « une visite aux ruines », ap. Lidsky (1970 : 146)

Pétroleuse, mot hideux que n’avait pas prévu le dictionnaire : mais les horreurs inconnues nécessitent des néologismes effroyables.

En effet, aucune valeur positive ne lui est jamais associée dans les corpus étudiés et c’est toujours le même camp qui l’emploie contre son ennemi ; les membres ou sympathisants de la Commune de Paris n’en font usage que dans du discours rapporté et jamais en auto-référence, ce qui confirme la valeur pragmatique violente et vexatoire associée au terme. Comme l’a souligné Paul Lidsky pour les adjectifs dépeignant les Communards (1970 : 151) : « bestial, cruel, farouche, fanatique, féroce, furieux, obscène s’adressent plus particulièrement à la femme », et en effet, pétroleuse a souvent l’honneur de l’un de ces qualificatifs, soit épithète, soit attribut, quand ce ne sont pas les objets, etc., qui sont contaminés :

(2) A. Daudet, « les fées de France », Contes du lundi, p. 228 (ap. Lidsky 1970 : 152) :

  • 3 les éléments du passage (cotexte) sémantiquements significatifs pour le calcul du sens sont soulign (...)

un mouvement se fit au banc hideux des pétroleuses3

  • 4 Butler (1997 : 14) : « a ritual chain of resignifications whose origin and end remain unfixed and u (...)

Ici, le tiers a donc un rôle crucial dans la dynamique genre/pouvoir/acte blessant : le terme étant instancié par les accusateurs, les adversaires ou les juges, on assiste lexicalement à la ritualisation et à la conventionnalisation d’un diagnostic, par la validation d’un jugement de valeurs. Comme le souligne Judith Butler, c’est bien l’interpellation qui constitue le sujet en tant que tel (2004 : 22). On assiste dans l’adresse, et en particulier dans le discours blessant, à ce que Butler caractérise comme « […] une chaîne rituelle de resignifications dont l’origine et la fin restent nécessairement incertaines » (ibid. : 35)4. La notion de circulation de discours est cruciale dans ce cas, nous le verrons, et celle de « feuilletage sémantique et pragmatique » tout autant. Les strates vont en effet s’accumuler au fil du temps, particulièrement rapidement.

  • 5 voir Lissagaray (1871) et Gaillard (1971).

1Outre le fait que ce mot soit exclusivement réservé à la désignation péjorative d’un camp politique genré, on notera aussi sa spécificité géographique : en effet, si le phénomène « Commune » ne s’est pas limité à Paris, comme on l’oublie encore souvent5, seule la zone parisienne a connu les grands incendies liés à l’invasion versaillaise. Le terme est donc marqué tout à la fois axiologiquement et politiquement ainsi que selon des critères de genre et de lieu. Rares sont les mots charriant tant de valeurs spécifiques dès leur création.

En ce qui concerne maintenant le « genrage », on relève dans certaines descriptions des collocations qui établissent que pétroleuse est considéré comme le féminin de communard et ce bien après les événements :

(3a) G. Darrien, L’Ami de l’ordre, 1898, p. 21 :

De temps en temps dans les rues adjacentes, on fusillait un communard ou une pétroleuse, pour donner de l’animation.

(3b) http://bellaciao.org/​fr/​spip.php?article24248 :

Le premier matin sans elle, de Jann-Marc Rouillan mardi 14 mars 2006 (21 h 07) : Les communards sont nos frères et les pétroleuses nos sœurs […] [hommage à J. Aubron au Père Lachaise]

2Mais il n’en reste pas moins que l’ensemble des données tend à montrer un net clivage autour des critères de genre : lorsque c’est d’un homme qu’il est question, même longtemps après la Commune, les cotextes renvoient à une opinion et à un camp politique marqués (4.a), tandis que lorsqu’il s’agit de femmes, il n’est question souvent que d’actions, et non plus d’opinions (4 b) :

(4a) S. de Chessin, L’Apocalypse russe, 1921, p. 266, ap. DDL :

Tous, ministres, conseillers, secrétaires et courriers de cabinet sont doublés de propagandistes, bureaucrates et apôtres, diplomates et pétroleurs.

(4b) F. Mauriac, Le Sagouin, p. 49, ap. Le Robert (cité dans Thomas, 1962 : 13) :

Il savait ce qu’était une pétroleuse : il avait vu cent fois cette image du Monde Illustré de 1871 où deux femmes accroupies, la nuit, près d’un soupirail, allumaient une espèce de feu. Des mèches dépassaient leur (sic) bonnet de femme du peuple.

3Comme le souligne Patricia Pia-Célérier : « l’hypertrophie sémantique du terme “pétroleuse” joue sur l’imaginaire collectif de manière à brouiller la logique et le bien-fondé des requêtes des Communardes. Les réifiant, la moquerie les discrédite » (1997 : 94). Il faudra attendre la fin du xixe siècle, c’est-à-dire le retour des condamnés suite à la loi d’amnistie du 18 juillet 1880, pour que les auteurs ou personnages réactionnaires donnent quelques occurrences du terme masculin avec le sens reconnu pour le féminin, généralement avec une collocation explicative (preuve de plus que le terme a un sens différent au féminin) :

(5) L. Bloy, Hist. désobligeantes, 1894, p. 201, ap. DDL :

C’est un sale communard, c’est un pétroleur qui a essayé de foutre le feu au quartier.

  • 6 Lissagaray (1871 : 268-269), Du Camp (1871 : II, 401-403), Vergès d’Esboeufs (1871 : 19), Michel (1 (...)

Les procès des « pétroleuses » n’ont pu démontrer leur participation à des incendies (Dubois, 1962 ; Thomas, 1963 ; Pia-Célérier, 1997 ; Gullickson, 1996, notamment), ce qui du reste converge avec les observations des contemporains, qu’ils soient ou non pro-communalistes6. On se demandera dès lors quels étaient les traits permettant d’identifier ces femmes, puisque les accusées prises sur le vif n’existent pas. Ceci explique pourquoi le mot, très rapidement après les années 1870, pourra renvoyer indifféremment à toute femme communaliste, même si le sens premier reste vivace. Avant d’examiner les différentes strates sémantiques du terme, il nous paraît nécessaire de délimiter les traits déjà présents dans les descriptions de 1871, ce qui nous conduira à faire émerger les stéréotypes fondateurs, puisque ce mythe urbain de guerre civile révolutionnaire s’avère n’être en définitive que la cristallisation d’une ancestrale série de fantasmes et craintes masculins, mais aussi féminins, ainsi que le notait dès les événements Lissagaray (1871 : 97), entre autres. Nous laisserons le soin à Catulle Mendès (1873 : 320-321, ap. Lidsky 1970 : 73) d’en décrire les premiers contours :

(6) Elles marchent d’un pas rapide, le long des murs. Elles sont pauvrement vêtues. ce sont en général des femmes de 40 à 50 ans, le front ceint d’un serre-tête à carreaux rouges, que dépassent des mèches de cheveux sales. La face est rougeâtre, l’œil cligne. […] Si la rue est solitaire, elles s’arrêtent, consultent un chiffon de papier qu’elles ont dans la main, s’arrêtent un instant devant un soupirail de cave, puis elles continuent leur chemin sans trop se presser. Une heure après, une maison est en flammes dans la rue où elles ont passé. Paris les appelle les pétroleuses.

4On reconnaît ici la figure de la femme du peuple vue par les caricatures (discours modalisé, péjoratif : « cheveux sales », face « rougeâtre »). Deux types -principaux émergent dans les descriptions : les portraits qui maintiennent ces femmes dans l’espèce humaine (revendiquant la faute) et ceux qui au contraire y voient des hybrides, dignes des enfers et autres traditions mythologiques.

Premier portrait-robot de la pétroleuse : l’anti-ménagère

  • 7 Pia-Célérier (1997 : 95).
  • 8 On pensera respectivement à Victorine Brocher, Léontine Suetens, Joséphine Marchais, notamment, et (...)
  • 9 voir dans Darlet, 1872, l’image n° LXIX, Une pétroleuse, d’Adrien Marie, p. 105, consultable sur ht (...)
  • 10 Voir Lissagaray (1871 : 135).
  • 11 Tant dans des œuvres romanesques, sous forme de confession, comme Hymne au pétrole (A. Carquillat, (...)
  • 12 Commentateurs et dessinateurs sont tous atterrés par la variété sociale des Communardes ; voir par (...)
  • 13 Cette image, légendée « La pétroleuse : caricature d’après une carte postale versaillaise de 1871 » (...)
  • 14 Justesse (1872 : ch. 19), par ex. ; voir aussi Dubois (1962), Lidsky (1970), Johnson (1997), Gullic (...)

Lorsque l’on s’arrête sur les très nombreuses images en circulation pendant et après la Commune, un consensus apparaît autour d’un cliché : la pétroleuse est généralement caricaturée comme l’anti-ménagère7. Bon nombre des femmes accusées étaient cantinières ou ambulancières8, et cette association entre nourriture et soin mais aussi destruction ramène tout d’abord au stéréotype de la mère : les pétroleuses sont en effet systématiquement dépeintes comme des « mères indignes »9 et la présence même de leur enfant, au lieu d’émouvoir et d’attendrir la foule, ne fait qu’en renforcer la barbarie10. C’est que la fonction archétypale de la femme a été détournée : de nourricière et maternante, elle est passée à incendiaire et combattante. Qui plus est, ce sont ses armes de nettoyage qui deviennent vecteurs de chaos, alors que sa fonction est de faire régner l’ordre ; on verra après la Commune fleurir les ouvrages bien pensants remettant ces dames des classes moyennes, bourgeoises voire aristocratiques à leur place par le biais de descriptions terrifiantes : à la maison11. La « ménagère en transe » constitue en effet la deuxième facette du cliché : vitriol et pétrole sont des éléments domestiques qui sont détournés de leur usage courant pour devenir objets d’attaque – cette métamorphose n’est pas la moindre, dans la mesure où elle révèle à l’homme le danger que peut choisir de représenter son épouse, d’ordinaire vestale nourricière. Le foyer, ici, n’est plus celui de l’âtre familial, mais celui des incendies spectaculaires que l’anodine ménagère, transportant sa boîte de lait (on notera ce liquide hautement symbolique de la maternité ici dévoyé), a choisi d’allumer. Aller dehors non plus pour ramener de la nourriture ou vaquer à ses habituelles occupations (église, courses) mais pour combattre, la Communarde passe inaperçue, déguisée qu’elle est en Madame-tout-le-monde12. Pour pallier ce manque de précision, le cliché va justement fournir de précieuses indications : ainsi se glissent dans l’iconographie de nombreuses images de femmes « sans pudeur », selon les critères de l’époque. On est fort loin alors, comme le souligne Jeannene M. Przyblyski, des représentations déjà bien connues de la liberté guidant le peuple de Delacroix : comme on le voit par exemple sur une célèbre carte postale versaillaise13, femme en cheveux, jupe retroussée comme les ouvrières, si le bonnet phrygien de Marianne lui est tout de même attribué, le sein nu pend et son visage, loin d’être serein, est crispé de rage ; généralement âgée, la pétroleuse des gravures semble s’être échappée de 1848, voire de 1793 : en témoignent les collocations avec « tricoteuse » dans les textes, terme créé lui aussi contre des femmes politisées14. Car une pétroleuse, ça se reconnaît et ça se devine : comme le montre Przyblyski (De La Motte et Przyblyski, 1999 : 233-235), les nombreuses photos d’Appert sont autant de preuves à ajouter au crédit de la physiognomonie alors triomphante. Cette représentation de la chevelure lâche, du corps non pas dissimulé, policé et contenu par le vêtement mais au contraire livré à lui-même (pensez donc, ces créatures n’ont pas de corset !) nous ramène tout droit aux représentations de la sexualité féminine échappant aux contrôles religieux, social et politique de l’homme et livre un autre trait important, puisque nous le retrouverons plus tard avec l’argot : il s’agit de la liberté sexuelle et de son corollaire, la débauche.

  • 15 nous présentons les deux versions, peu connues : G. Flaubert, Corresp., 1871, p. 276 et 279, ap. Fr (...)

de très nombreux auteurs contemporains à la Commune soulignent que les accusées du procès des Pétroleuses sont pour l’amour libre ; de là à attribuer comme synonyme à ce choix du non-mariage le rut, il n’y a qu’un pas, que l’auteur de Madame Bovary n’hésite pas à franchir avec un bel enthousiasme, suivant les rapporteurs du procès de 1871, au point qu’il raconte par deux fois, avec une élégance toute relative (« raide », « enfonce ») ces élucubrations15. E. Thomas rapporte la réponse édifiante de recul d’un fédéré à Maxime Du Camp, le -commandant Brunel (1962 : 204-205) :

(7) L’apparition dans nos rangs de scélérats sans vergogne, de femmes quasi nues, de pétroleuses-Messalines, qui, comme les furies de la fable, réchauffaient les courages et soufflaient l’incendie, est une invention qui, aussi bien, s’explique. Avec de tels moyens, le tableau s’enlaidit et le lecteur, hors de lui, conserve dans son esprit des figures fantastiques qui le préparent à souhait pour une restauration monarchique.

  • 16 Voir par exemple Hymne au pétrole, p. 17-18 : « Des tyrans délivrés, nous serons donc heureux ! / [ (...)

5Comme le souligne Lissagaray (1871 : 201-203), la presse versaillaise accuse les femmes en route pour Satory d’être des échappées de Saint-Lazare (prison pour femmes regroupant les prostituées). Ces fantasmes auront la peau dure et seront perpétués par des œuvres postérieures, censées rapporter les propos de Communards16. On retrouvera cette notion de lubricité, ou tout au moins de vivacité sexuelle libérée, dans des occurrences bien plus récentes en argot – avec toutefois une forte nuance d’admiration, car la pétroleuse est devenue belle, en un siècle :

(8) San-Antonio, Les Vacances de Bérurier, 1969, p. 361 :

J’allais en faire mon associée, car elle a des dons ; et ma femme, car elle me plaisait. Et voilà que la louche vérité m’apparaît. une gourgandine ! Une pétroleuse ! une incandescente ! une nymphomane ! une nymphowoman ! Une Marie-Salope !!

  • 17 E. Thomas ajoute, à l’évocation de ce même épisode : « Quant aux femmes fusillées, on les traitait (...)
  • 18 Même Du Camp et Dumas fils seront choqués par l’attitude de la masse envers ces femmes, punies plus (...)
  • 19 Comme le souligne Bugnon (2009 : 258), « soit ces femmes sont maintenues et réassignées dans leur c (...)

C’est sans aucun doute le rapport au corps qui amène les calomnies de 1871, mais aussi les humiliations subies par les communardes arrêtées : victimes de violences verbale et physique, souvent exhibées seins nus dans les rues, violées, amputées, exécutées sommairement (voir Lissagaray, 1871 : 170 et Vergès -d’Esboeufs, 1871 : 1417, Gullickson, 1996 : ch. 5), les « pétroleuses » se trouvent livrées en pâture à leurs ennemis (hommes et femmes), dont la colère s’exprime pleinement sur leur corps, soupçonné des pires débauches, avec une extrême violence. Il faut noter que ces châtiments n’ont pas eu d’équivalent chez les hommes, comme le souligne l’ensemble des études18 ; en revanche, la justice « officielle » sera moins dure avec les femmes, car, ainsi que le montre Odile Krakovitch : « comme l’accusation, dans sa volonté de réprimer, de faire des exemples, ne pouvait se satisfaire d’une éventuelle complicité de combat ou de politique, souvent non prouvée, des communardes, on évoqua, pour presque toutes, une irrégularité de vie, de mœurs, rabaissant ainsi l’engagement idéologique à un dérèglement, une faiblesse physique, féminine, à l’hystérie » (1997 : 524). La violence sur le corps sexué est emblématique de la manière dont le pouvoir s’exerce à la fois par l’humiliation verbale et physique, ramenant l’insulte à son étymon, insultare, « sauter sur ». Parallèlement, une autre violence du discours masculin s’exerce en déniant à « la femme », par essence, et on le verra en œuvre dans l’exemple (13), la capacité à avoir autre chose qu’une motivation sexuelle pour la question politique ; ce schéma de déni du droit à la réflexion est un fil conducteur que l’on retrouve toujours (voir Bugnon, 2009). Si la femme « terroriste » a agi ainsi, c’est parce qu’elle a été influencée par des hommes, conduite par l’amour ou la luxure, non parce qu’elle a des idées – tel est le soubassement théorique fondamental dans l’esprit des juges19. Pour reprendre la formule lumineusement synthétique de Sylvie Tissot et Pierre Tévanian (2010 : 63), on assiste à la trilogie « criminalisation, animalisation, pathologisation ». Les personnages féminins repentis le confessent du reste bien volontiers (ex. 15).

  • 20 voir Lagorgette (2011, 2012).

6Ces premiers traits nous ramènent tout droit à la trilogie judéo-chrétienne classique des stéréotypes, voire « archétypes » féminins : d’une part, la femme reproductrice, dévouée à l’homme et donc parfaite (Vierge Marie), d’autre part, la femme un peu trop affirmée mais aisément remise à sa place (Ève) et enfin la femme qui s’échappe des représentations sociales liées à son genre, transgressant tous les repères, même ceux de la reproduction (Lilith ou encore la Sorcière). Cette femme libérée des contraintes de genre sera en bonne compagnie, puisque les textes moralisateurs continueront sur leur lancée, bien après la Commune20. Quoi qu’il en soit, que ce soit la femme transgenrée par le travail en usine ou par le feu de l’Enfer, cette énergie chtonienne n’est plus à maîtriser pour elle : sortant de sa condition de gardienne du foyer, c’est maintenant elle qui l’attise, émanation directe des flammes infernales, et existant au-delà / en deçà des limites humaines.

Deuxième portrait-robot de la pétroleuse : des Amazones de la Seine aux Furies, ou comment créer l’ennemi intérieur

  • 21 Lidsky (1970 : 115) : « Constamment, le vocabulaire animalier revient pour caractériser les femmes (...)
  • 22 Bien souvent, ce sont en effet par trois, au premier plan, que sont montrées les pétroleuses, comme (...)
  • 23 Dans cet extrait, contrairement aux autres (cf. note 3), les termes en gras renvoient aux métaphore (...)

Cette seconde tendance dans les portraits, l’appartenance de ces femmes au non-humain (cf. Michard infra), est elle-même double : d’une part, les métaphores renvoient à l’animal (vipères, chiennes, hyènes, louves étant les termes les plus fréquents)21, et d’autre part aux figures mythologiques (Amazones, Mégères, Furies22, Ménades, sorcières – on les accusera même de se livrer à l’anthropophagie lors de bacchanales, voir Lagorgette, 2012). Plutôt que de multiplier les exemples, nous préférons procéder à l’analyse d’un texte précis, qui s’offre comme une synthèse de l’ensemble des représentations haineuses, tant écrites que graphiques23 :

(9) J. de la Brenne, La Femme politique, 1875, p. 16-19 :

Enfin, il y a une quatrième catégorie de femmes politiques que j’appellerai du nom sinistrement célèbre de pétroleuses. Cette race de monstres à face humaine a, de tout temps, existé dans les bas-fonds de la société. Comme ces reptiles immondes qu’on ne voit monter à la surface des eaux stagnantes que lorsqu’on en agite violemment le limon impur, elles n’apparaissent que dans les moments de crise sociale, quand une nation se débat dans les convulsions de l’agonie, et que les passions populaires, comme une mer en furie, grondent et menacent de tout anéantir. Cette créature n’a, à la vérité, ni parti, ni principe, ni opinion, elle n’a que des instincts, et n’agit que pour son propre compte. Les facultés de la femme sont remplacées chez elle par les appétits et les soifs inextinguibles de la bête féroce. Comme elle, elle aime les antres ténébreux, flaire avec délices le meurtre et le carnage, pille, vole, tue, et n’est jamais rassasiée. […] Elle boirait le sang de sa propre mère dans le crâne du dernier de ses enfants. Depuis longtemps son cœur est mort à tout sentiment humain. Elle se nourrit de haine et de désir de vengeance. Sombre comme le crime, elle ne songe qu’au mal et aux moyens de le faire le plus cruellement possible. Le plus souvent elle vit seule dans son repaire, comme la louve. Femelle abandonnée, si elle est mère, elle a vite oublié ses petits qui deviendront peut-être sa proie un jour. Ou bien elle est encore entourée des êtres qui sont nés d’elle, et qui lui ressemblent, alors elle les dresse au larcin, au crime, à la débauche, à tout ce qui dégrade et avilit. […] Elle est coupable, elle est infâme, elle est abjecte dans sa misère. Mais ces hommes qui l’ont précipitée dans l’abîme, traînée dans la fange, rendue plus vile encore qu’un animal immonde, et qui, élevés eux-mêmes au faîte de la fortune et des honneurs, la regardent aujourd’hui avec indifférence et mépris, ces hommes si fiers de leur popularité, qu’ils tiennent d’elle et des siens, sont coupables, infâmes et abjactes [sic] mille fois plus qu’elle ! […] C’est un fait depuis longtemps établi que la femme, une fois livrée à ses passions, s’enfonce, plus avant que l’homme, dans la voie du crime. […] La femme est un être extrême qui croit ou qui nie, qui aime ou qui hait, qui donne sa vie ou qui tue. La pétroleuse est l’extrême dans le mal. […] Je ne sais rien de plus hideux qu’une telle créature. Sa vue fait mal, son regard glace et épouvante, sa face a quelque chose de sinistre et de fatal, tout son être est ignoble et écœurant. […] On a vu un ramas de ces mégères échevelées, ivres de vin, de fureur et de sang, se ruer, avec une joie frénétique, sur un des plus braves officiers de l’armée, l’enduire de pétrole, y mettre le feu, le voir expirer dans les transports des plus atroces souffrances, et se donner ainsi le spectacle que Néron aimait. Or, qu’on le sache bien, les pétroleuses ne sont pas toutes sur les pontons ; il en est encore qui non-seulement à Paris, mais dans toutes les villes de province, attendent impatiemment le jour où elles pourront de nouveau reparaître sur la scène. Quel sera le dompteur de ces bêtes féroces ? Quel homme, suscité de Dieu, prendra en main la verge qui châtie, et rendra à notre malheureuse patrie troublée et humiliée la paix et la prospérité en la délivrant de cette race de vipères rouges ? Mystère insondable qui ne nous sera révélé que lorsque la nation ne formera plus qu’un seul et même parti, n’ayant qu’un seul et même cœur, une seule et même ambition : Le salut de la France. […] Je professe au contraire le plus profond respect pour la femme, quelle que soit sa position dans le monde, à quelque rang de la société qu’elle appartienne, quand elle ne cherche pas à fausser sa nature et reste ce qu’elle doit être, c’est-à-dire un être faible et sans défense, d’une délicatesse exquise, d’un dévouement sans borne et dont la plus douce occupation, est de prier, d’aimer et de s’oublier.

  • 24 « Nous ne dirons rien de ces femelles par respect pour les femmes à qui elles ressemblent quand ell (...)
  • 25 voir Lidsky (1970) et Dubois (1962), notamment.
  • 26 Voir G. Darien, L’Ami de l’ordre, p. 33 : « M. de Ronceville : Je l’avoue. cette fille m’intéresse (...)
  • 27 Voir Dubois (1962), Thomas (1963), Pia-Célérier (1997), Gullickson (1996), Lagorgette (2011, 2012).

Si le terme de femme semble au début convenir, on voit vite que ce n’est qu’illusion, puisque l’ensemble de ce portrait vise à déshumaniser les femmes de la Commune (auxquelles on oppose finalement le stéréotype marial, après avoir évoqué celui d’Ève par la métaphore du serpent). Phénomène classique de l’insulte, dégrader l’autre commence par l’expulser de l’humain, condition tout à fait nécessaire et indispensable pour des croyants, chrétiens qu’ils sont pour la plupart, afin de pouvoir moralement justifier la déferlante de violence qui accompagnera le châtiment. N’étant plus nommées femmes, ne gardant de leur genre que les organes reproducteurs, elles sont replacées dans une sexualité instinctive, rampante, hors les vertus catholiques de monogamie, fidélité, devoir vis-à-vis de la lignée et du patrimoine à transmettre. Leur réinvestissement de l’individuel est intolérable, tout comme le désir sexuel féminin est impensable et dangereux, d’où leur métamorphose en créatures, mais aussi en femelles – terme particulièrement prisé par la réaction anti-Commune : de Gautier à Dumas fils24, il aura un succès fou25. Race, lui aussi, revient souvent et n’est pas anodin26. Les liens avec d’autres femmes violentes mythiques sont donc étroitement tissés et l’heure de la vengeance est là27. Toutefois, si on les repousse hors de l’ordre humain, c’est aussi parce que leur apparence et leur attitude n’a rien de l’éternel féminin chanté par l’auteur de La Femme politique. Au contraire, leur comportement et vêture rappelant ceux des hommes, cette performance transgenre (drag), que nous analyserons maintenant, n’est pas tolérable, aussi sera-t-elle l’objet de nombreux commentaires, qui livrent une clé précieuse pour comprendre la pérennité du terme dans des contextes le coupant de son histoire, mais nous ramenant toujours plus régulièrement vers la dialectique du genre et du pouvoir.

Guerre sociale et genre : de l’insulte à l’autonomination – des traits -masculins détournés ?

« affublée d’un costume masculin »

  • 28 Mythique d’après Krakovitch (1997 : 530), notamment.
  • 29 Voir La barricade de la place Blanche défendue par des femmes, pendant la semaine sanglante, Montma (...)

7Armées, à moitié vêtues en hommes (voir les représentations médiévales de jeanne d’Arc), les pétroleuses ne sont pas distinguables des autres combattantes, et pour cause ; mais cette tenue non conventionnelle marque les esprits, et si le terme apparaît à partir du 24 mai 1871, il se pourrait que la barricade de la Place Blanche28, menée par Nathalie Le Mel à la tête d’un bataillon de cent cinquante femmes, n’y soit pas pour rien : les représentations iconographiques de cet épisode souvent mentionné multiplient les costumes hybrides29. Lorsqu’une pétroleuse se confesse, tout bon roman y va de sa page vestimentaire (10a), reprenant les descriptions de la presse, ici relayées par A. L. du Preÿ (10b) :

(10a) A. Théram, Mémoires d’une pétroleuse, 1874, p. 250 :

Je comprenais l’aversion que m’avaient attirée les débats. Mes antécédents ne plaidaient pas en ma faveur : mendiante, fille de mauvaise vie, femme éhontée s’affublant d’un costume masculin pour faire le coup de feu, empruntant la haine de l’enfer pour en répandre les embrasements sur la terre, rien de tout cela n’était fait pour m’attirer la compassion.

(10b) A. L. du Preÿ, Les Femmes de 1870, p. 31 :

Ce n’est pas seulement un détachement de garibaldiens qui est arrivé ici, mais une avant-garde de garibaldiennes. Ces dames portent des costumes de fantaisie, mais militaires. Quelques-unes sont déguisées en officiers, c’est-à-dire qu’elles portent l’uniforme et le képi […] [tant de filles perdues] Toutes furent acceptées sans contrôle et devinrent de véritables soudards. Égales à l’homme en ses vices, buvant comme lui le vin bleu, s’hébétant avec lui, c’était des êtres hybrides. Le 16 mai, dans la cour des Tuileries, elles étaient 2500 vêtues de jaquettes azurées et montrant sous un képi à aigrettes, leur figure have et flétrie.

8Les portraits d’Elizabeth Dimitrieff, au contraire toujours très sensibles à sa beauté, d’autant plus diabolique et terrifiante, sont eux aussi systématiquement rehaussés d’une description de sa tenue militaire (Braibant, 2003).

  • 30 on lira les mêmes choses sur les femmes d’Action Directe et de la R.A.F. (Bugnon, 2009 ; Lagorgette (...)

9Ces femmes sont perçues comme usurpant le rôle genré masculin : le costume, décrit comme ce que l’on qualifierait maintenant de « drag », est dès lors une transgression à la fois sociale, politique, sexuelle – autant de défis insoutenables et dangereux pour le pouvoir en place, qui refuse le droit de vote aux femmes. Le fait que le corps, le discours social attribuant le genre et le comportement soient également réinvestis par l’individuel, soient pris en charge par le sujet et non plus subis sont autant de crimes sociaux – mais aussi religieux, puisque la créature se re-crée en fonction de ses choix (ce qui est proprement blasphématoire, car elle emploie le libre-arbitre pour modifier ce que son créateur lui a assigné). Une équation « femme dégenrée = femme dégénérée » (voir Butler, 2004, 2006) se remet clairement en place lors de cette période : en choisissant la représentation du genre qui leur convient pour les besoins de leur cause politique, les femmes quittent les repères religieux du « ce-à-quoi-doit-ressembler-une-femme-pour-être-digne-de-ce-nom » : de très nombreuses remarques sur le port du pantalon (puni d’excommunication), de la vareuse, du fusil sont relevables. Comme le note Du Camp (1871, II : 62 et 71), ces femmes « déguisées » sont pires que les hommes, tant dans leur violence et leur bravoure que dans leurs vices30. Si leur luxure semble propre audit féminin (rappelons-nous d’Adam et des commentaires sur la femme médiévale, incitatrice satanique), les autres traits constituant le stéréotype masculin ne sont pas en reste.

Sex, drugs ‘n’ rock’n’roll ?

  • 31 « [les accusateurs] ont, en fin de compte, comme toujours, recours à l’accusation traditionnelle qu (...)

10Un trait qui s’ajoute en effet dès 1871 est celui de l’alcoolisme, dans un retournement agent/patient notable : dès les récits de la Semaine sanglante, les pétroleuses sont accusées de boire « comme des hommes » (ex. 9 et 10b) (voir De La Motte et Przyblyski, 1999 : 260). O. Krakovitch (1997 : 526) déconstruit l’amalgame dans les accusations entre action guerrière masculine et vices (au sens chrétien du terme) : « On mélange anticléricalisme et trouble d’esprit (Élodie Richoure), port d’armes et ivrognerie (Lucie Boisselin). » Ce trait, apparemment négligeable face aux autres accusations portées contre les Communardes, est en fait crucial car c’est généralement le dernier bastion de l’accusation dans les procès, quand les preuves font défaut31. À n’en point douter, le fait que certaines des femmes soient cantinières aura joué sur cette nouvelle valeur sémantique du terme ; avec le temps, le portrait-type de la pétroleuse va donc évoluer vers l’alcoolique :

(11) G. Fraigniaud, Paulette Vandrineuf, 1889, p. 79-80 :

La soirée se termina […] finalement au Château-Rouge. […] Les femmes ivres, les récits des souteneurs aux voix cassées par la débauche […], tout cela avait écœuré passablement nos jeunes gens. […] « Quelle horreur, dit M. Chaviani, sortons de ces lieux, il ne nous reste plus qu’à aller visiter un établissement de bains ! voyez cette pétroleuse à l’œil livide, aux paupières chauffées à blanc par l’alcool, elle écrase je ne sais quoi sur la table ! » […] Chacun se leva, distribua quelques sous et laissa à la meute aux aguets son verre de vitriol.

  • 32 Voir Comment réussir dans la vie quand on est con et pleurnichard de Michel Audiard, où le Vulcani (...)
  • 33 G. Delesalle (1896) donne d’ailleurs comme équivalent à pétroleur « Marchand de vin qui vend de [si (...)

Il est intéressant de relever dans cet exemple comme les termes de meute, d’une part, et de vitriol, d’autre part, convergent vers des appellations déjà bien en place. En outre, l’argot a suivi cette évolution puisque vitriol renvoie à un mauvais alcool32, et que pétrole est attesté avec le même sens dès la fin du xixe siècle33. Le passage du contenant au contenu va encore plus loin puisque des cas d’auto--combustion sont même mis en scène par la littérature populaire, comme dans La Fille de la pétroleuse, en 1874 (Millot, 2005 : 58).

Fougue militante = vigueur masculine ?

La fougue militante des femmes de la Commune sera largement commentée : c’est généralement leur verve, tout d’abord, qui fait surgir les commentaires (Justesse, 1872 : 276-278). De nombreuses études ont souligné combien la violence verbale des femmes était omniprésente dans les descriptions : elles sont fréquemment accusées de blasphème, d’injure, de débordement langagier. On ne peut manquer de reconnaître là les portraits des commères médiévales, toujours cherchant la noise. C’est aussi leur revendication d’égalité (que n’a-t-on écrit sur les Clubs ? – et les Communards ne sont pas toujours plus rassurés que les Versaillais face à ce phénomène) qui leur vaut méfiance, critiques et condamnations. Associer pétroleuse et « virulence des opinions » date donc là aussi de la Commune ; toutefois, il faudra attendre les années vingt, mouvements féministes suffragistes obligent, pour voir apparaître dans les textes la synonymie étroite (sans référence directe à 1871, donc) :

(12) Arnoux, Chiffre, 1926, p. 77, ap. TLFi :

Une pétroleuse qui vous égorgerait parlant à la troisième personne

11Les années 1970 verront revenir le terme avec une valeur insultante, appliqué aux féministes ; on en trouve encore des exemples contemporains – qui ne permettent pas de trancher sur la connaissance ou non de l’histoire du mot par leurs utilisateurs, mais qui sont indubitablement là pour blesser – remarquons la référence à la laideur, elle aussi associée aux Communardes comme nous l’avons vu dans l’exemple (10b) :

(13) http://www.leforumcatholique.org/​message.php?num=516325 :

face à leurs délires de fonds de cale par blamont (2009-11-12 15:00:20) […] historique : Cela rappelerait des pétroleuses du Mlf en 1973 qui voulaient l’avortement, déjà elles étaient laides à faire fuir Quasimodo […].

12Le trait « femme de caractère, militante ou pas » l’emportera cependant dans la décennie suivante :

(14) San-Antonio, Renifle, c’est de la vraie, 1988, p. 86 :

drôle de pétroleuse, hé ? fait le driver. Elle n’a pas cessé de râler depuis Saint-Cloud.

13Il faut dire que le film éponyme de Christian-Jaque, avec Brigitte Bardot et Claudia Cardinale, en 1971 (donc en plein mouvement féministe français, mais surtout en plein centenaire de la Commune) a beaucoup fait pour l’oubli du sens initial du mot, en cumulant les sens ajoutés, comme en témoigne le résumé (15.a), au point que presque plus personne ne se rappelle des Communardes ; seuls semblent être restés le « bon caractère », le physique et l’alcool (15b) :

(15a) http://www.cinemovies.fr/​fiche_film.php?IDfilm=9773 :

Les sœurs King forment une bande de hors-la-loi hors du commun. Elles attaquent un train et récupèrent ainsi les titres de propriété d’un ranch à Bougival Junction. Elles décident de prendre possession du ranch et de s’y installer. Sur place, elles vont se heurter à l’hostilité de Maria Sarrazin, qui règne sur ses quatre frères et jouit d’un ascendant certain sur le shérif.

(15b) Télérama n° 3015 (Couverture - 24/10/2007) :

Les Pétroleuses Du Rock Amy Winehouse, Kate Nash, The Gossip, Yelle…

Un magazine féminin, nommé lui aussi les Pétroleuses, a vu le jour en novembre 2010, sans qu’aucune référence à la Commune ne soit relevable dans l’éditorial ou les articles.

14Doit-on en déduire que l’un des outils principaux du pouvoir, lorsqu’il traite ainsi du genre, est d’effacer jusqu’au souvenir ?

Effet aïkido, effets de pouvoir

Mettez de la mémoire dans votre moteur

  • 34 Recherche effectuée en octobre 2009, puis en juin 2010.

Que l’on recherche dans Google34 pétroleuse, et apparaît alors en pole position une chanson de Vanessa Paradis, Ma pétroleuse fait yeah, dont le titre est pour le moins surprenant : créé pour le film Atomik Circus (2002), ce texte révèle une confusion entre pétrolette et pétroleuse. Cette bévue grossière n’est pas neuve : ainsi, on trouve dans Femme de France, le 10 mai 1931, « une pétroleuse électrique ». De même, l’artillerie emploie le terme pour un dirigeable. Le phénomène morphologique de réification par métonymie a donc atteint son terminus, au point que la chanson personnifie l’engin, inversant totalement le cycle de sémantisation du terme. Cette confusion sur le suffixe a été épinglée par les correcteurs du Monde, mais c’est surtout l’amalgame émanant du lecteur et du correcteur qui est intéressant, puisqu’il montre un télescopage, dans le discours en circulation, entre Communardes (action de type « terroriste ») et Suffragistes (contexte) :

(16) Site « Langue sauce piquante » Le Monde, janvier 2006 : quelle pétroleuse ! :

[réponse Internaute] ces premières féministes qui balançaient des bouteilles de pétrole enflamnnées [sic] pendant les réunions électorales auxquelles elles n’étaient pas conviées, puisqu’elles n’avaient pas encore le droit de vote…

corrigé : ne pas confondre une pétroleuse (ô toi femme audacieuse qui défends tes opinions avec fougue !) et une pétrolette (une petite automobile, ou une motocyclette ; certes le terme a pris un bon coup de vieux)

À l’heure actuelle, le nombre d’occurrences de pétroleuse associé à terroriste augmente sur Internet et dans la presse écrite, surtout lorsqu’il est question des « mouvances anarcho-autonomes », dont l’appellation baroque même montre les limites définitoires, et des femmes en lutte au Moyen-Orient (voir Lagorgette, 2012) : le sens premier est donc bien vivant.

Effet aïkido : retour à l’envoyeur

Nous nommons « effet aïkido » le mécanisme pragmatique qui consiste à revendiquer une insulte et à la retourner à son envoyeur ; comme dans l’art martial, la force du récipiendaire s’ajoute à celle de l’expéditeur, que généralement elle terrasse en retour. La réappropriation du terme agressif par sa cible est une stratégie fréquente et efficace, en cela qu’elle montre au locuteur que sa visée illocutoire a été comprise mais invalidée comme telle et recyclée positivement, en termes stratégiques (Lagorgette, 2008). On retrouve ici le pouvoir subversif de la réappropriation du terme injurieux (Butler, 1997 : 159 sq.).

Les premiers à avoir repris pétroleuses, comme signature de tracts ou d’actions virulentes, sont les anarchistes des années 1880 (Tillier, 2004 : 473). Suivront les féministes du MLF, tendance Lutte de classes, qui créèrent un journal en 1974 et une chanson (sur l’air de la Carmagnole) :

(17) Chanson des pétroleuses, MLF 1975 (ap. Zancarini-Fournel, 2005) :

15Sous la Commune de Paris / Les Pétroleuses avaient surgi / En les voyant lutter / Les bourgeois ont tremblé /

16Elles nous montrent la voie / Vive le son, vive le son / Elles nous montrent la voie / Vive le son de l’explosion

Le journal du MLF, Le Torchon brûle (1971-1973), nous ramène comme par magie aux mêmes processus de détournement / renvoi, aussi bien du côté des objets ménagers détournés de leur sacro-saint usage que du côté du feu.

17Sous l’égide des Communardes, des attentats pâtissiers sont menés dans les années 2000 :

(18) http://www.arte.tv/​fr/​Echappees-culturelles/​tracks/​Emission-du-28-fevrier-2003/​391732, CmC=391738.html :

« Tribal : les pétroleuses » : Entre Bruxelles, Paris et Nevers, le redoutable gang féminin des “pétroleuses” relance la guerre de la tarte à la crème inaugurée par l’entarteur belge Noël Godin. (ARTE, Tracks, 28/02/2003)

18Dans le contexte actuel, une librairie indépendante revendique sur son site et dans son iconographie son engagement (où nous retrouvons beaucoup des traits sémantiques évoqués plus haut) :

(19) www.la-petroleuse.com/catalog/:

1.LIVRES FANZINES :: ANARCHISTE : PUNK ROCK : EROTIQUE : ART

Spécialisée dans les cultures alternatives et radicales.

19On note dans tous les cas que c’est le mythe de « la femme incendiaire » qui domine, celui de l’action directe, reliée aux théories anarchistes, même si le sens global renvoie plutôt à l’émancipation féminine révolutionnaire.

Retour de manivelle à l’Assemblée ?

20L’arène politique présente quelques occurrences du terme, employé comme insulte contre des femmes :

(20a) Extrait tiré de Heurtin (1999 : 250-251) :

M. Gérard Kuster. Si vous me laissez poursuivre, j’en arriverai au fond du débat…
M.Michel Sapin. On n’a jamais vu ça, c’est un détournement de procédure !
Mme Paulette Nevoux. Allez-vous en !
M. Gabriel Kaspereit. Regardez la pétroleuse !
Mme Paulette Nevoux. Vous êtes un ringard, monsieur Kaspereit !

(20b) Catherine Trautman (ap. E. Weissman, Les filles, on n’attend plus que vous !, Textuel, 1995, p. 80) :

Quand je suis arrivée, toute nouvelle élue, en séance de nuit avec deux autres de mes collègues, on s’est fait traiter de « pétroleuses ». Les hommes nous vivaient comme une menace.

21Il peut sembler étrange, pour une femme de gauche, cette gauche qui a entretenu la mémoire de la Commune, que ce mot soit vécu comme insultant ; en effet, un effet aïkido aurait été possible (« pétroleuses et fières de l’être », par exemple), à la manière du MLF. Visiblement, la mémoire du mythe l’emporte sur la réalité des combats féminins.

22L’extrême droite joua d’ailleurs sur ce registre en 2009, lors de la grève guadeloupéenne, où le pétrole manquait dans sa forme essence, lorsque Jean-Marie Le Pen commenta le voyage d’une collègue socialiste :

(21) Le Pen : Royal est « une pétroleuse » (ap. Le Figaro) AFP 23/02/2009 :

Le président du Front national Jean-Marie Le Pen a accusé l’ex-candidate PS à la présidentielle Ségolène Royal d’être allée jouer les « pétroleuses » en Guadeloupe où elle a tenu des « propos irresponsables ». « Ségolène Royal, courant derrière Olivier Besancenot, est allée en Guadeloupe pour attiser les passions et compliquer une situation déjà suffisamment difficile », déclare M. le Pen dans un communiqué.

Le terme a été soigneusement choisi, puisque le champ sémantique du brasier est développé par attiser et que la référence au porte-parole du NPA crée un lien avec la gauche révolutionnaire. La réactivation du mythe peut donc surgir à tout moment, preuve que même si le terme paraît globalement coupé de son histoire chez les locuteurs, il reste bien connu des politiques qui savent en ressusciter la force évocatrice ; la diachronie du terme participe en effet de sa capacité performative (Butler, 1997 : 49).

23Pour résumer maintenant les différentes strates sémantiques et pragmatiques en œuvre, nous proposons ce tableau, qui montre diachroniquement le feuilletage et les boucles de réactualisation du terme :

chronologie

référents femmes

référents hommes

24 mai 1871

Sens (1) insulte : combattante de la Commune qui aurait mis le feu avec du pétrole pendant la Semaine sanglante. Se maintient jusqu’à nos jours

Sens (1) pétroleur (même sens que pour les femmes) (ou pluriel incluant femmes et enfants)

Après mai 1871

S’ajoutent : Débauchée (2) et alcoolique (3)

Communard (2)+Anarchiste(3)

Après 1880

sens 1 et 3 restent (2 disparaît)

Maintien de (2), (3) ; Marchand de mauvaise eau-de-vie (4)

1900 argot

1918 argot art.

voiture (par étymologie populaire) (4)

dirigeable

Restent (2) + (3)

Années 1920

femme politisée (5) et virulente (6)

Années 1950

(5) + (6) + belle femme excitante (2 > 7)

Années 1970

MLF > effet aïkido : (1)+(5)+(6)

Années 2000

moto / mobylette (4) ; terroriste (1 > 8)

Conclusion

24Avec l’histoire de pétroleuse, c’est à tout un cycle de création de la dynamique du sens que l’on assiste : insulte genrée, marquée socialement, historiquement et topologiquement, rares sont les termes si lourdement et précisément chargés. Nous avons aussi vu à quel point la question du genre des personnes attaquées est centrale : c’est bien avec la femme politisée en général que le pouvoir règle ses comptes à grands coups de stéréotypes réanimés, dans un mouvement de -vengeance qui dépasse largement la génération des femmes de 1871. Les trois dimensions de l’effet insulte sont ici essentielles (injurieur, injurié, public qui reprend le terme ou le nie) car le cycle de ritualisation ainsi que la diachronie du terme sont au cœur du processus, avec un discours victimaire absent et au contraire une réincarnation vindicative par l’effet « aïkido ». Dans le cas des pétroleuses, ce qui est marquant, c’est à la fois l’absence du discours des incriminées mais aussi la réappropriation soit de leur dire (faux témoignages à travers la presse, la littérature, les rumeurs), soit de leur valeur symbolique (ultérieurement re-pragmatisée) – le plus fort étant encore, nous semble-t-il, la dissolution pure et simple à la fois du dire, des opinions, des actes et des corps dans le travail de réification que subit le nom tout au long de son histoire. Cette réification, cet oubli des êtres marquent la victoire du pouvoir à long terme, puisqu’il gomme jusqu’à la violence de l’acte de langage fondateur et construit la mémoire collective de péchés imaginaires qu’il faudra « laver » à grands coups de Sacré Cœur. On finira donc sur le point qui, humainement, reste au centre de cette relation entre genre et pouvoir, celui de la mémoire et de l’écriture de l’histoire, de l’histoire des femmes ici en particulier, de l’histoire des luttes plus largement aussi. Si à l’heure actuelle ce sont surtout les mouvements politiques dits des « extrêmes » qui explicitement réfèrent aux femmes de 1871 lorsqu’ils prononcent l’insulte qu’on leur a taillée sur mesure (les uns avec révérence, les autres avec dédain), les deux camps se rejoignent, paradoxalement, dans le maintien de la calomnie : faire circuler l’insulte, avec toute son histoire, même pour honorer, sans les guillemets ironiques, est encore véhiculer le mythe, et renvoie en somme les condamnées vers le mur. Ce n’est donc pas finalement une injure, au sens pénal du terme, que ce mot qui circule, mais bien une diffamation.

Bibliographie

Braibant, Sylvie, 1993, Élisabeth Dimitrieff, Aristocrate et pétroleuse, Paris, Belfond.

Bugnon, Fanny, 2009, « À propos de quelques figures de la violence politique féminine sous la Troisième République », in Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain (dir.), Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (xixe-xxe siècles), Rennes, PUR, p. 201-211.

Butler, Judith, 2004, Le Pouvoir des mots, Paris, Éditions Amsterdam, [première publication : Excitable Speech: A Politics of the Performative, New York, Routledge, 1997].

—, 2006, Défaire le genre, Paris, Éditions Amsterdam [première publication : Undoing Gender, New York, Routledge, 2004].

Chevalier, Louis, 1958, Classes laborieuses et classes dangereuses, Paris, Plon.

Darlet, A., 1872, La guerre et la Commune, 1870-1871, dessins par les principaux artistes de la France et de l’étranger, Paris, Lévy frères.

Darrien, Georges, 1898, L’ami de l’ordre (sur Gallica).

De La Motte, Dean & Przyblyski Jeannene M. (éds), 1999, Making the News: Modernity & the Mass Press in Nineteenth-Century France, Amherst, University Of Massachusetts.

Dubois, Jean, 1962, Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, à travers les œuvres des écrivains, les revues et les journaux, Paris, Larousse.

Du Camp, Maxime, 1871, Les Convulsions de Paris, t. 2 et 3, Paris (sur Gallica).

Gaillard, Jeanne, 1971, Communes de province, Commune de Paris, 1870-1871, Flammarion, Paris.

Godineau, Dominique, 2008, « La « Tricoteuse » : formation d’un mythe contre-révolutionnaire », Mots, Révolution Française.net, http : http://revolution-francaise.net/2008/04/01/223-tricoteuse-formation-mythe-contre-revolutionnaire (consulté le 20 avril 2009).

Gullickson, Gay, 1996, Unruly Women of Paris. Images of the Commune, Ithaca, Cornell University Press.

Heurtin, Jean-Philippe, 1999, L’espace public parlementaire, Paris, PUF.

Johnson, Martin. P., 1997, « Memory and the Cult of Revolution in the 1871 Paris Commune », Journal of Women’s History, 9-1, p. 39-57.

Justesse, H. D., 1872 , Histoire de la Commune de Paris, Zurich, Robert Danckeréd.(sur Gallica).

Krakovitch, Odile, 1997, « Violence des communardes. Une mémoire à revisiter », Revue Historique, 297, p. 521-531.

Lagorgette, Dominique, 21 mai 2008, « Les moutons noirs contre-attaquent : réappropriation du dire de l’autre et effet “boomerang” – les insultes aux “nonistes” », Université de Bourgogne, Conférence en ligne : http://tristan.u-bourgogne.fr/UMR5605/manifestations/07_08/08_05_21.html

—, 2011, « À qui la faute ? La femme révoltée, monstre pour le droit et le bon père de famille », Jurisprudence, « Le genre, une question de droit ? », 2, p. 139-151.

—, à paraître, 2012, « La violence des femmes saisies par les mots. Sorcière, Tricoteuse, Vésuvienne, Pétroleuse : un continuum toujours vivace ? », in Coline Cardi et Geneviève Pruvost (éds), Penser la violence des femmes.

Lecaillon, Jean-François, 2009, La Commune de Paris racontée par les Parisiens, Paris, Bernard Giovanangeli éd.

lidsky, paul, 2010, les écrivains contre la commune, Paris, Maspéro, 1970 / La Découverte.

Lissagaray, Prosper-Olivier, 1871, Les huit journées de la Commune, Bruxelles, Bureau du Petit Journal (sur Gallica).

Michel, Louise, 1898, La Commune, édition électronique en ligne de Pierre Palpant : http://classiques.uqac.ca/classiques/michel_louise/la_commune/michel_la_commune.doc

Millot, Hélène, 2005, « Picoleuses fin de siècle : crime et châtiment », M. Piarotas et P. Charreton (éds), Le Populaire à table, Travaux, 119, Université de Saint-Étienne, p. 55-66.

Pia-Célérier, Patricia, 1997, « Les pétroleuses de la Commune de Paris ou le mythe terroriste », Romance Quarterly, 44, p. 93-98.

Thomas, Édith, 1963, Les Pétroleuses, Paris, Gallimard.

Tillier, Bertrand, 2004, La Commune de Paris, révolution sans images ? Politique et représentations dans la France républicaine (1871-1914), Seyssel, Champ Vallon.

Tissot, Sylvie et Tévanian, Pierre, 2010, Les mots sont importants, 2000-2010, Paris, Libertalia.

Vergès d’Esboeufs, Alphonse Joseph Antoine, 1871, La vérité sur le gouvernement de la Défense nationale, la Commune et les Versaillais (sur Gallica).

Zancarini-Fournel, Michelle, 2005, « Stratégies de distinction par la voix et le geste : provocation et violences symboliques des femmes dans les manifestations des “années 68” », in P. Bourdin et al. (éds), La voix & le geste : une approche culturelle de la violence socio-politique, Université Blaise Pascal, p. 245-271.

Notes

2 Ainsi, Google affiche en mai 2010 880 pages réelles pour pétroleuses et 917 pour pétroleuse, 263 pour pétroleur et 379 pour pétroleurs, résultat plus délicat toutefois à prendre en compte « brut » car pouvant inclure des référents féminins.

3 les éléments du passage (cotexte) sémantiquements significatifs pour le calcul du sens sont soulignés dans les exemples. Apparaissent en gras les occurrences étudiées.

4 Butler (1997 : 14) : « a ritual chain of resignifications whose origin and end remain unfixed and unfixable ».

5 voir Lissagaray (1871) et Gaillard (1971).

6 Lissagaray (1871 : 268-269), Du Camp (1871 : II, 401-403), Vergès d’Esboeufs (1871 : 19), Michel (1898 : 341-342).

7 Pia-Célérier (1997 : 95).

8 On pensera respectivement à Victorine Brocher, Léontine Suetens, Joséphine Marchais, notamment, et à Eulalie Papavoine, Elizabeth Retiffe, Lucie Maris.

9 voir dans Darlet, 1872, l’image n° LXIX, Une pétroleuse, d’Adrien Marie, p. 105, consultable sur http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54997316.r=darlet.langFR

10 Voir Lissagaray (1871 : 135).

11 Tant dans des œuvres romanesques, sous forme de confession, comme Hymne au pétrole (A. Carquillat, 1873), Mémoires d’une pétroleuse (A. Téram, 1874), de récit d’aventures, comme Le chien perdu et la femme fusillée (A. Houssaye, 1872), les oiseaux s’envolent et les fleurs tombent (E. Bourges, 1893), de pièces de théâtre du Grand guignol, comme L’Ami de l’ordre (G. Darien, 1898), que dans des ouvrages moralisateurs comme Les femmes de 1870 (A. L. du Preÿ, 1874) ou La femme politique (J. de la Brenne, 1875). Tous ces textes sont consultables sur Gallica.

12 Commentateurs et dessinateurs sont tous atterrés par la variété sociale des Communardes ; voir par exemple la gravure de Charles Vernier, Arrestation des incendiaires.

13 Cette image, légendée « La pétroleuse : caricature d’après une carte postale versaillaise de 1871 », est consultable sur la page : http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:CommunePostcardMarch-May1871.jpg

14 Justesse (1872 : ch. 19), par ex. ; voir aussi Dubois (1962), Lidsky (1970), Johnson (1997), Gullickson (1996).

15 nous présentons les deux versions, peu connues : G. Flaubert, Corresp., 1871, p. 276 et 279, ap. Frantext : « Que dites-vous de Mlle Papavoine, une pétroleuse, qui a subi au milieu d’une barricade les assauts de dix-huit citoyens ! Cela enfonce la fin de l’éducation sentimentale, où on se borne à offrir des fleurs. […] J’ai été réjoui, ce matin, par l’histoire de Mlle Papavoine, une pétroleuse, qui a subi au milieu des barricades les hommages de dix-huit citoyens, en un seul jour ! Cela est raide, et dépasse de beaucoup la fin de la pauvre éducation. »

16 Voir par exemple Hymne au pétrole, p. 17-18 : « Des tyrans délivrés, nous serons donc heureux ! / […] Nous boirons là leur sang, et des filles riantes, / Dociles à nos voix, — délices luxuriantes ! / Souples dans leur beauté, pleines de dons nouveaux, / Souriront aux garçons, fêteront les plus beaux !/ Amantes de l’orgie, au pétrole habituées, / Charmes de notre fête, elles seront choyées ! / […] Ces filles seront là pour y faire la folle, / Nocer, rire et chanter, sans pudeur, Dieu sait comme/ ».

17 E. Thomas ajoute, à l’évocation de ce même épisode : « Quant aux femmes fusillées, on les traitait à peu près comme les malheureux Arabes des tribus insurgées » (1963 : 183).

18 Même Du Camp et Dumas fils seront choqués par l’attitude de la masse envers ces femmes, punies plus violemment que les hommes. Ce même phénomène était déjà en œuvre durant une autre chasse aux sorcières, celle de l’Inquisition française au xve siècle (Lagorgette, 2012).

19 Comme le souligne Bugnon (2009 : 258), « soit ces femmes sont maintenues et réassignées dans leur catégorie de sexe, et, dans ce cas, la dimension politique en est contestée, quand elle n’est pas tue ; soit la dimension politique est admise, ce qui rend alors leur appartenance de sexe de l’ordre de l’impensable et tend à les placer « hors-nomenclature » ».

20 voir Lagorgette (2011, 2012).

21 Lidsky (1970 : 115) : « Constamment, le vocabulaire animalier revient pour caractériser les femmes et cela […] n’est pas une simple figure de style. […] On se trouve en face d’une « espèce », en face de cas d’hystérie collective, de barbarie et de bestialité qui n’ont rien à voir avec la politique. » Je souligne.

22 Bien souvent, ce sont en effet par trois, au premier plan, que sont montrées les pétroleuses, comme dans les gravures Les Séides de la Commune, les pétroleuses et les enfants perdus, de F. T. Lix ou Arrestation des incendiaires, de C. Vernier (Le Monde illustré, 17 juin 1871), consultables sur http://www.histoire-image.org/site/etude_comp/etude_comp_detail.php?analyse_id=28.

23 Dans cet extrait, contrairement aux autres (cf. note 3), les termes en gras renvoient aux métaphores animales et les termes soulignés aux métaphores mythologiques.

24 « Nous ne dirons rien de ces femelles par respect pour les femmes à qui elles ressemblent quand elles sont mortes » (ap. Lissagaray, 1871 : 187).

25 voir Lidsky (1970) et Dubois (1962), notamment.

26 Voir G. Darien, L’Ami de l’ordre, p. 33 : « M. de Ronceville : Je l’avoue. cette fille m’intéresse – rétrospectivement -. La race n’a pas dégénéré. il me semble voir une de ces tricoteuses qui nous envoyaient si joliment à la guillotine ». Comme le précise L. Chevalier (1958 : 518, ap Lidsky, 1970 : 23), cette appellation ne renvoie pas qu’aux femmes mais est bien à prendre au pied de la lettre, ainsi que Vergès d’Esboeufs le soulignait en évoquant la « campagne » : « cette identification des ouvriers du faubourg Saint-Antoine et des sauvages est autre chose qu’une audacieuse image. (…) C’est en terme de races que les groupes sociaux se considèrent, se jugent et s’affrontent ».

27 Voir Dubois (1962), Thomas (1963), Pia-Célérier (1997), Gullickson (1996), Lagorgette (2011, 2012).

28 Mythique d’après Krakovitch (1997 : 530), notamment.

29 Voir La barricade de la place Blanche défendue par des femmes, pendant la semaine sanglante, Montmartre, 1871, in « The penny illustrated paper » (Paris, Musée Carnavalet).

30 on lira les mêmes choses sur les femmes d’Action Directe et de la R.A.F. (Bugnon, 2009 ; Lagorgette, 2012).

31 « [les accusateurs] ont, en fin de compte, comme toujours, recours à l’accusation traditionnelle quand le procureur n’a rien à se mettre sous la dent : « elle a une très mauvaise réputation, connue pour s’adonner à l’ivrognerie, et professer des opinions politiques très exaltées… » Ivrognerie et politique vont de paire, d’après eux, chez les femmes » (ibid., p. 529).

32 Voir Comment réussir dans la vie quand on est con et pleurnichard de Michel Audiard, où le Vulcani a ce nom comme AOC auprès de ses clients, qu’il rend aveugles.

33 G. Delesalle (1896) donne d’ailleurs comme équivalent à pétroleur « Marchand de vin qui vend de [sic] mauvaise eau-de-vie ».

34 Recherche effectuée en octobre 2009, puis en juin 2010.

Auteur

Enseignante-chercheuse en sciences du langage à l’Université de Savoie (laboratoire L.L.S.) et membre junior de l’Institut universitaire de France (promotion 2007). Spécialiste d’histoire de la langue, ses recherches se concentrent sur l’étude pragmatique du discours marginalisé et en particulier sur la violence verbale.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540