Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

La face cachée du genre

 | 
Natacha Chetcuti
, 
Luca Greco

Langue et sexisme

Rapport de sexage, effet idéologique et notion de sexe en français

Claire Michard

Abstract

La recherche proposée s’inscrit dans la critique féministe de la connaissance, et cet article en résume deux étapes : la première analyse les formes discursives de l’idéologie sexiste dans des textes d’anthropologues, la seconde examine le traitement sémantique du genre en linguistique. Fondée à la fois sur la théorie des opérations énonciatives et sur la théorie féministe matérialiste du rapport de sexage et de son effet idéologique, cette étude se situe en rupture avec le point de vue naturaliste de la linguistique sous-tendant la représentation sémantique des sexes en français, point de vue très largement partagé, y compris dans les travaux critiques féministes. À partir de l’analyse de textes d’anthropologues hommes, Claire Michard interprète les dissymétries lexicales et syntaxiques des énoncés se rapportant aux femmes et aux hommes, comme les effets discursifs d’une structure idéologico-cognitive représentant les sexes : humain mâle / femelle de l’humain. Les conclusions de l’analyse des discours de linguistes, entre 1920 et 1970, permettent de faire l’hypothèse que ce schéma cognitif est valide pour traiter de la sémantique du genre lorsqu’il s’applique aux termes référant aux humains. Par rapport à la politique linguistique dite de « féminisation », l’auteur conclut sur le danger de ne pas reconnaître le sens dominant du genre en français (humain / femelle), sens qui n’a rien d’archaïque mais est celui des rapports sociaux de sexe actuels.

Based on materialist analyses of the intrinsic mental effects of the social relations of sex, this article breaks with the naturalist point of view underlying the semantic representation of gender, widely held even by most critical feminist works. The analysis of linguistic discourses on gender, from the 1920s to the 1970s, shows, in addition to being the expression of a sexist ideology, a contradiction between, on one hand, the description of morphological, syntactic and semantic dissymmetries, and on the other hand, the supposed symmetry of the semantic representation of both genders. Linking these -observations to those of previous research on anthropological discourses, Claire Michard suggests that the distinction /male human/ /human’s female/ should represent the semantic opposition of gender. This representation, consistent with the mental effect produced by the social relations of sex, leads to question the anti-sexist results of the linguistic politics of the so-called “feminization” of language.

Full text

1Cet article expose le cheminement d’une recherche menée depuis la fin des années 1970. La première étape a eu pour objectif l’analyse des formes linguistiques de l’idéologie sexiste dans des discours scientifiques. À partir de l’interprétation sémantique de ces formes, j’ai fait l’hypothèse qu’il était possible de les faire toutes dériver du type de relation entre notion de sexe et notion d’humain selon qu’il s’agit des objets de discours « femmes » ou « hommes ». Cette hypothèse a eu pour conséquence de me faire entreprendre ensuite l’analyse critique du traitement sémantique du genre en linguistique lorsqu’il s’applique aux référents humains.

2À l’opposé des analyses linguistiques traditionnelles qui postulent l’autonomie de la langue par rapport aux effets mentaux des structures sociales de domination, et de la plupart de celles qui ont été menées d’un point de vue féministe, ma démarche est ancrée très explicitement dans un ensemble de recherches féministes matérialistes s’intéressant aux rapports de pouvoir concrets et à leurs effets mentaux. Mon travail, qui s’inscrit dans la critique féministe de la connaissance, se situe à l’intersection de deux perspectives : la perspective des opérations énonciatives en linguistique – en particulier les travaux d’Antoine Culioli (1990, 1999 a et b), de Catherine Fuchs et Anne-Marie Léonard (1979), de Catherine Fuchs (1982, 1994) et de Pierre Le Goffic (1981) – parce qu’elle est la moins enfermée dans une pseudo-autonomie du linguistique, tout du moins en théorie ; et la perspective sociologique matérialiste des rapports de pouvoir construisant les classes de sexe, tout particulièrement les œuvres de la sociologue Colette Guillaumin (1992, 1995) et de l’anthropologue Nicole-Claude Mathieu (1991).

3L’intérêt de la théorie des opérations énonciatives est d’être centrée sur la production de signification et d’inscrire le sujet énonciateur dans la langue, ce qui a pour conséquence d’annuler l’illusion de transparence du langage et de neutralité de la langue. La relation entre un énoncé et l’événement extra-linguistique (au sens large, réel ou imaginaire) auquel il réfère est vue comme toujours indirecte, médiatisée par les sujets, autrement dit, il n’y a pas d’énoncé sans point de vue sur ce qui est énoncé.

4Du point de vue sociologique, les recherches de Guillaumin sur l’idéologie naturaliste et celles de Mathieu sur la dissymétrie dans la conceptualisation des sexes en anthropologie ont nourri ma réflexion et m’ont apporté des éléments pertinents pour envisager le statut de l’idéologique en sémantique linguistique.

5L’article de Guillaumin « Pratique du pouvoir et idée de Nature », paru en 1978, dans les n° 2 et 3 de la revue Questions féministes, c’est-à-dire en plein milieu de mon travail de thèse, a été capital pour l’interprétation des phénomènes linguistiques observés. La relation sociale qui produit les sexes en tant que classes y est conceptualisée comme rapport d’appropriation physique directe du corps des femmes par les hommes, rapport de pouvoir généralisé nommé « sexage », et qui préexiste logiquement à l’appropriation individuelle dans le mariage. Voici comment est défini l’effet idéologique propre au rapport de sexage :

L’effet idéologique n’est nullement une catégorie empirique autonome, il est la forme mentale que prennent certains rapports sociaux déterminés : le fait et l’effet idéologique sont les deux faces d’un même phénomène. L’une est un rapport social où des acteurs sont réduits à l’état d’unité matérielle appropriée (et non de simples porteurs de force de travail). L’autre, la face idéologico-discursive, est la construction mentale qui fait de ces mêmes acteurs des éléments de la nature : des « choses » dans la pensée elle-même. (Guillaumin, 1992, [1978] : 17)

6Cette définition a deux conséquences importantes en ce qui concerne le langage : la première est que les rapports sociaux concrets ont un effet sur le symbolique, et donc sur les discours et la langue. Ceci peut sembler une évidence, mais ne l’est aucunement en linguistique. La deuxième conséquence concerne la façon d’envisager l’action effectuée par les représentations véhiculées par le langage. Si ces représentations sont une composante intrinsèque du rapport de pouvoir et contribuent par conséquent à sa re-production, ce ne sont pas elles qui en sont l’origine. Cela signifie d’une part qu’il ne peut exister de domination symbolique sans exploitation concrète, et d’autre part que le sexisme dans le langage est à la fois le symptôme du rapport de pouvoir et l’un des moyens de sa mise en œuvre.

On ne proclame l’infériorité que d’un groupe déjà réduit en esclavage ou en dépendance, on ne proclame l’impureté que d’un groupe dont, déjà, on a exclu la présence, on ne proclame la faiblesse que d’un groupe que déjà on a réduit (par le confinement, l’interdiction de circuler, l’interdiction de posséder) à l’impuissance physique. (Guillaumin, 1982 : 35)

7J’exposerai tout d’abord les principales caractéristiques des formes linguistiques de l’idéologie sexiste dans des discours d’anthropologues hommes. Je présenterai ensuite les modalités du traitement sémantique du genre dans les textes d’une dizaine de linguistes qui s’échelonnent des années 1920 aux années 1970.

Sens des formes linguistiques attribuées aux objets de discours femmes et hommes dans des discours d’anthropologues hommes1

  • 1 Ces analyses sont développées dans Michard, 1988, 1991, 2000, Michard et Ribéry, 1985, 2008 [1982].
  • 2 1970, « L’ennemi principal », Partisans n° 54-55. 1974, « Mariage et divorce, l’impasse à double fa (...)
  • 3 1971, « Notes pour une définition sociologique des catégories de sexe », Épistémologie sociologique (...)

8Le discours anthropologique appartient au registre scientifique, il prétend par conséquent à l’objectivité, au traitement identique des sexes et au contrôle sur son énonciation. Dès le début des années 1970, Christine Delphy2 et Nicole-Claude Mathieu3 ont montré qu’il n’en était rien. La production massive de l’idéologie sexiste, là où le questionnement attentif des évidences devrait être central, montre que c’est la norme sémantique, le sens courant, qui est à l’œuvre dans le discours dominant en sciences sociales et que, du point de vue des sexes, celui-ci est aussi peu scientifique que le discours de la rue ou des médias.

9D’autre part, du point de vue méthodologique, les textes anthropologiques sont des terrains intéressants pour une analyse comparative : en effet, outre des quantités très inégales de discours, au bénéfice des hommes, les passages qui traitent de la division socio-sexuée du travail permettent de développer une analyse linguistique comparative pertinente. Or, lorsqu’on décrit les activités de subsistance exécutées par chaque sexe, ces activités sont habituellement désignées par des verbes ayant des propriétés linguistiques semblables. Il n’y a donc aucune contrainte d’ordre linguistique à les construire différemment en fonction du sexe des agents sociaux.

10Enfin, une dernière remarque, également d’ordre méthodologique : mon objectif est de cerner les formes linguistiques de l’idéologie sexiste qui le plus souvent ne sont pas reconnues comme telles, et non d’étudier les caractéristiques linguistiques du discours scientifique. J’utilise par conséquent les textes d’anthropologues comme terrain et non comme objet d’analyse.

11C’est un bon terrain d’analyse : les textes sont assez longs et il est par conséquent possible de repérer les formes répétitives et le réseau d’oppositions formelles caractérisant les énoncés sur les femmes et sur les hommes. L’interprétation sémantique de ces oppositions formelles permet ensuite de montrer l’impact de ce sens sur le raisonnement explicite des auteurs.

12Comme l’analyse est très lourde parce que l’idéologie sexiste est véhiculée par beaucoup de constructions discursives et de choix lexicaux dont il est nécessaire de mettre en évidence les fonctionnements linguistiques différenciés, elle a été menée de façon approfondie sur peu de textes. Je m’appuierai ici sur un texte de Pierre Clastres, « L’arc et le panier » (1966), et un texte de Maurice Godelier : « Le sexe comme fondement ultime de l’ordre social et cosmique chez les Baruya de Nouvelle Guinée » (1976). Des sondages sur d’autres textes d’anthropologues ont confirmé la récurrence de nombreuses pratiques discursives, chez des auteurs hommes ou femmes.

  • 4 Pour un exposé détaillé des tests objectivant la notion d’agent d’un point de vue linguistique, voi (...)

13La méthode d’analyse repose sur l’idée que les propriétés relevant de la catégorie de l’animation, qui se développe en non-animé, animé non-humain, animé humain, jouent sur la construction des énoncés. C’est donc par l’analyse des constructions syntaxiques et énonciatives que l’on peut atteindre ces propriétés. Dans la catégorie de l’animé, c’est l’agentivité qui sépare la notion d’humain de celle d’animal4. Par conséquent, je considère que les termes lexicaux signifiant les notions de « femme » et d’« homme » n’ont que des propriétés potentielles et que ce sont les types de détermination linguistique des énoncés à l’intérieur desquels ils sont insérés qui leur attribuent des propriétés réelles.

14Si, lexicalement, « femme » et « homme » (et leurs substituts dans un texte) sont des termes ayant les propriétés potentielles : animé humain, agent, et ce particulièrement dans le domaine examiné de la division socio-sexuée du travail, ces propriétés ne seront actualisées, construites, que dans certains énoncés par certains choix linguistiques.

15On peut relever trois types principaux de dissymétries dans les constructions discursives des relations « notion homme-procès » et « notion femme-procès » :

16– La première dissymétrie concerne l’opposition entre voix active et voix passive :

Mais elles sont le lieu du repos où l’on consomme la nourriture préparée par les femmes, tandis que la forêt est le lieu du mouvement spécialement voué aux courses des hommes lancés à la recherche du gibier. (Clastres, 1966 : 15)

17Du point de vue aspectuel, il n’y a pas d’équivalence entre constructions actives et passives : le passif thématise, détermine, la notion but (l’objet) du procès par rapport au procès accompli ; il thématise le résultat du procès, c’est pour cela que le « complément d’agent » peut être effacé. Tandis que l’actif thématise la notion source (le sujet) du procès par rapport à l’accomplissement de ce procès.

18– La deuxième dissymétrie est formalisée par la détermination maximum du procès principal au moyen de procès qui lui sont subordonnés, opposée à la détermination minimum des procès enchaînés par coordination :

Outre que leur revient la fonction décisive pour des nomades, du transport des biens familiaux, les épouses des chasseurs fabriquent la vannerie, la poterie, les cordes des arcs ; elles font la cuisine, s’occupent des enfants, etc. (Ibid. : 15)

Mais, en raison du type d’économie à quoi est suspendue l’existence de la tribu, les vrais maîtres de la forêt sont les chasseurs : ils l’investissent effectivement, obligés qu’ils sont de l’explorer avec minutie pour en exploiter systématiquement toutes les ressources. (Ibid. : 15)

19– La troisième opposition joue sur les modalisations de prise en charge des procès :

L’agriculture par exemple relève autant des activités masculines que féminines, puisque, si en général les femmes se consacrent aux semailles, au sarclage des jardins et à la récolte des légumes et céréales, ce sont les hommes qui s’occupent de préparer le lieu des plantations en abattant les arbres et en brûlant la végétation sèche. (Ibid. : 14)

20« Se consacrer à » annule la valeur de processus de « semer », « sarcler » et « récolter », c’est-à-dire de procès ayant un début, un déroulement, une fin. Ce n’est pas un hasard si « se consacrer à » entraîne obligatoirement la nominalisation des verbes. « Se consacrer à » déplace les assertions / les femmes sèment, sarclent, et récoltent / vers / les femmes sont occupées [ou donnent leur temps] aux semailles… /. D’origine déclencheuse d’un processus, « les femmes » sont énoncées comme lieu d’un état. Tandis que « s’occuper de » renforce la valeur de processus du procès principal, lui-même déterminé deux fois par des compléments à valeur de moyens.

21Le même effet de sens se retrouve dans l’énoncé suivant qui n’est pas du même auteur :

Donc aux activités les plus complexes et les plus diversifiées que les hommes vont assumer toute leur vie […]. Par contraste, les femmes, confrontées en permanence à des activités beaucoup moins diversifiées […]. (Godelier, 1976 : 283)

22Par rapport aux noms désignant les notions de « femme » et d’« homme », trois types fondamentaux de dissymétrie sont à l’œuvre.

23– La première touche aux désignations privilégiées pour chaque notion : noms d’agent (« chasseur », « chanteur », « producteur ») pour la notion d’« homme », opposés aux noms relationnels (« épouse », « mère »), et à la désignation par le sexe (« femme »).

Il est à peine nécessaire de souligner que l’arc, seule arme des chasseurs, est un outil exclusivement masculin et que le panier, chose même des femmes, n’est utilisé que par elles : les hommes chassent, les femmes portent. (Clastres, 1966. : 16)

24On notera l’isomorphie entre détermination des notions « femme » et « homme » et détermination des objets qui leur sont associés.

25– La deuxième dissymétrie est l’ordre quasi systématique de coordination des termes signifiant les notions de « femme » et d’« homme » : en premier, la notion « homme », en second la notion « femme », ordre reproduit dans l’ordination des textes, quand la notion « femme » n’est pas éliminée. Or, la notion posée en premier est toujours la plus déterminée pour l’énonciateur, c’est-à-dire perçue comme la plus identifiable à lui-même. On constate en effet que les énumérations de notions perçues comme ayant les propriétés animé humain, animé non-humain, non-animé se font le plus souvent selon cet ordre. On dira plus spontanément /Paul et le chien/ que /le chien et Paul/.

26Lorsque l’énumération concerne des animés humains, on relève également des ordinations privilégiées : les hommes et les femmes, les garçons et les filles, les frères et les sœurs, les parents et les enfants, les médecins et les malades, les professeurs et les élèves, le maître et l’esclave… Roméo et Juliette, Tristan et Yseult, Daphnis et Chloé, Orphée et Eurydice…

  • 5 Yakov Malkiel (1959), dans une étude sur les groupes nominaux composés de deux noms à l’ordre irrév (...)

27Cet ordre canonique exprime les hiérarchies sociales au moyen du degré d’identification des notions au sujet parlant5.

28– La troisième dissymétrie d’ordre nominal concerne la référenciation intra-discursive des termes génériques : sur un texte entier, la loi générale est que les termes désignant un ensemble d’humains – peuple, classe d’âge, genre humain, etc. – ne réfèrent aux femmes que s’ils réfèrent aux hommes. En conséquence, on observe fréquemment la référenciation exclusive aux hommes et jamais la référenciation exclusive aux femmes. La référenciation au groupe de sexe femelle est donc toujours indirecte : ce groupe est posé comme représentant de l’ensemble désigné, relativement, et uniquement relativement, au groupe de sexe mâle. Par contre, la référenciation au groupe de sexe mâle est toujours directe : ce groupe est posé comme représentant absolu de l’ensemble désigné.

29Voici deux exemples de référenciation exclusive aux humains mâles :

Il faut en effet souligner que, pour les Indiens, l’obligation de donner le gibier n’est nullement vécue comme telle, tandis que celle de partager l’épouse est éprouvée comme aliénation. (Clastres, 1966. : 26)

Même si l’enfant est mort-né, les Baruya soupçonnent toujours leur femme d’avoir tué leur enfant. (Godelier, 1976. : 285)

30Pour synthétiser les résultats de l’analyse des formes discursives attachées aux notions de « femme » et d’« homme », je dirai qu’à l’intérieur d’un texte se mettent en place deux réseaux de détermination linguistique dissymétriques.

31Pour les femmes, l’ensemble des formes utilisées pour décrire leurs activités n’est pas homogène : si, le plus souvent, le lexique et la relation de base forment un schéma d’énoncé potentiellement agentif, les énoncés une fois construits n’actualisent pas cette agentivité potentielle ou même la contredisent. Les humains femelles ne sont pas construits discursivement en tant qu’agents, déclencheurs intentionnels (distanciés) d’une action, mais bien plutôt en tant qu’origines automatiques semblables aux machines, aux éléments naturels et aux animaux (ce sont des « causes », dans le registre des actants).

32La saisie des humains femelles en tant que non-agent – et par conséquent en tant qu’humain problématique –, construite par la détermination verbale est confirmée par la qualité de la détermination nominale : désignation privilégiée en tant que sexe et sexe dépendant (femme, épouse, mère), ordre second quasi systématique dans les groupes coordonnés.

33Ce statut d’humain problématique, humain-non-humain en quelque sorte, est également construit par la référenciation intra-discursive des termes génériques qui exclut fréquemment le groupe de sexe femelle ou qui le pose toujours de manière indirecte, dépendant du groupe de sexe mâle.

34À l’opposé, l’ensemble des formes utilisées pour décrire les activités des humains mâles jouent toutes dans le sens de leur construction discursive en tant qu’agents et par conséquent humains absolus.

35De façon cohérente, les désignations privilégiées des humains mâles sont des noms d’agent, et ils sont presque toujours en première position dans les paires coordonnées. Enfin l’attribution de l’humanité absolue à la seule notion d’homme mâle fait fréquemment de cette dernière le référent caché des termes signifiant un ensemble d’humains.

36Or, loin d’être un dérapage sémantique sans importance, la façon de parler des femmes et des hommes et de les énoncer comme humains relatifs ou humains absolus est le noyau dur de la signification qui sous-tend l’argumentation des auteurs. En effet, quel que soit le type de division socio-sexuée du travail, le travail accompli par les « humains relatifs » est soit non mentionné, soit perdu en cours de texte, soit, lorsqu’il est mentionné, toujours jugé de moindre qualité et de moindre importance pour la société décrite.

37Le travail effectué par des humains relatifs n’est pas perçu comme du travail… ou, si on en croit l’énoncé suivant, est perçu comme le travail des humains absolus :

Grâce aux outils d’acier, avec la même quantité de travail qu’autrefois, les hommes baruya ont pu défricher de plus grands jardins dans la forêt et produire davantage de tubercules, ce qui permit tout de suite d’intensifier l’élevage des cochons. (Godelier, 1976. : 289)

38Or, dans le même texte, l’auteur a écrit que ce sont les femmes qui cultivent les tubercules et élèvent les cochons.

39Je remarque que contrairement au point de vue courant sur le sexisme langagier, les énoncés précédemment analysés ne comportent pas de connotations péjoratives. La péjoration peut évidemment intervenir, en particulier lorsqu’il est question des relations matrimoniales. On observe à ce propos la construction d’une agentivité malveillante pour les femmes, sans la moindre symétrie pour les hommes. Mais en général, dans les textes scientifiques, les connotations péjoratives, au sens strict du terme, ne caractérisent pas les énoncés relatifs aux femmes.

40Du point de vue linguistique, le fait que les manières de dire (choix du lexique et ensemble des constructions grammaticales) soient déterminantes dans les jugements théoriques est un argument décisif pour considérer l’idéologique comme l’élément fondamental dans la construction du sens et non comme le parasitage ponctuel (les connotations péjoratives) d’un niveau neutre et au-dessus de tout soupçon.

41Le sens de ces manières de dire (agent et par conséquent humain / non-agent [cause] et par conséquent humain problématique) peut alors s’interpréter comme l’expression directe, mais non assertée, de la pensée des sexes dans le rapport d’appropriation physique caractérisant la société des auteurs, c’est-à-dire la nôtre.

42Après cette première étape de recherche, j’ai donc fait l’hypothèse que les propriétés d’humanité et de sexe ont des poids inverses pour les notions de « femme » et d’« homme » et que c’est ce qui entraîne les oppositions de détermination linguistique des énoncés : la notion d’« homme » est pleinement déterminée en tant qu’humain, tandis que celle de « femme » est pleinement déterminée en tant que sexe.

Caractéristiques du traitement sémantique du genre en linguistique6

  • 6 Pour une analyse développée, voir Michard 2002 a et b, 2003.
  • 7 Remarque terminologique : je n’utilise les termes « genre », « féminin », et « masculin » qu’au sen (...)

43Comme il n’est pas invraisemblable de penser que les poids inverses de la notion de sexe par rapport à la notion d’humanité dans les discours vont se retrouver dans les signifiés du genre lexical et grammatical lorsqu’ils concernent les humains, j’ai analysé comment les linguistes traitent de la sémantique du genre, entre 1920 et 1970. J’ai travaillé sur des textes d’Antoine Meillet (1982 [1948], recueil d’articles parus entre 1920 et 1930), d’Otto Jespersen (1971 [1929]), de Jacques Damourette et Édouard Pichon (1968 [1930]), de Marguerite Durand (1936), de Roman Jakobson (1971 [1939] et [1959]), de Louis Hjelmslev (1971 [1956], 1985, [1973], manuscrit de 1933), d’André Martinet (1956), d’Istvan Fodor (1959) et de Jean Dubois (1965)7.

44Sur quelles parties du discours le genre s’applique-t-il ? Les auteurs sont divisés sur la question. Martinet et Fodor définissent le genre comme un pur phénomène d’accord des déterminants, des adjectifs et des participes avec les substantifs. En conséquence, ils considèrent le genre comme une redondance qui n’apporte aucune information. La variation en genre des substantifs est conçue comme n’appartenant pas au genre mais à la dérivation nominale, et dans le cas des animés, elle signifie le sexe. Aucune mention n’est faite à l’accord au genre masculin de termes coordonnés de genres féminin et masculin, et par conséquent à la valeur générique du masculin.

45Par contre, les autres linguistes analysés considèrent le genre comme relevant de la catégorie nominale et de l’accord des déterminants.

46Si Damourette et Pichon d’une part, et Hjelmslev d’autre part, sont les seuls à chercher un sens unique du genre pour l’ensemble des substantifs, qu’ils désignent des notions animées ou non animées, leurs démarches sont radicalement opposées. Pour les deux premiers, le sexe naturel (pour les animés) ou métaphorique (pour les non-animés) serait le sens du genre. Tandis que Hjelmsev est à la recherche d’une opposition abstraite, qu’il formule comme « expansion » / « concentration » et « massif » / « ponctuel ». Mais comme il ne donne ni -explication ni exemple, on ne sait à quels genres s’appliquent les oppositions sémantiques proposées.

47Cependant l’idée la plus fréquente est que le genre grammatical a des fonctions linguistiques hétérogènes selon les propriétés animé ou non-animé des noms, le sexe étant le signifié du genre pour ceux désignant des animés.

48Par rapport à la symétrie ou à la dissymétrie sémantique du genre pour les animés humains, les discours sont ambigus. En effet, si tous affirment que le genre (ou la dérivation nominale pour Martinet et Fodor) signifie le sexe de façon symétrique, certains relèvent la plus grande valeur des termes de genre masculin pour qualifier les femmes (Jespersen, Damourette et Pichon), la dévalorisation des noms de profession au genre féminin (Dubois), la valeur générique du genre masculin (Meillet, Jespersen, Damourette et Pichon, Durand, Hjelmslev et Jakobson) et l’ambiguïté des noms signifiant l’humain et l’humain mâle (Jespersen). Cependant, en dehors de Meillet, Hjelmslev et surtout Jakobson, cette dissymétrie demeure anecdotique et ne donne pas lieu à une réflexion sérieuse du point de vue sémantique.

49Il est intéressant de constater que Martinet, qui ne signale aucune dissymétrie dans le fonctionnement des genres, l’énonce dans ses exemples. Il dit l’indifférenciation entre les femelles animales et humaines en qualifiant lioness (lionne) d’« être féminin ». Et au cours d’un entretien pour Radio Canada en 1988, il projette l’idéologie hétérosexiste sur la définition de « chamelle » : pour lui « chamelle » est la « femme » du chameau. Il s’aperçoit évidemment de son lapsus et corrige en « femelle du chameau ». Mais l’expression signifie toujours le rapport de dépendance de la femelle par rapport au mâle et non l’appartenance de la femelle à l’espèce. Ces exemples montrent la perception syncrétique entre le naturel (femelle) et le social (féminin) et le rapport d’appropriation des êtres femelles, qu’elles soient humaines ou animales, par les êtres mâles. De même que Martinet, Damourette et Pichon définissent « jument » comme « femelle du cheval », et « oiselle » comme « femelle de l’oiseau ». La comparaison avec « veau femelle », utilisé par Hjelmslev pour traduire le terme russe correspondant, fait bien apparaître le biais idéologique de « femelle du » qui énonce un rapport d’appropriation.

50Quant à Damourette et Pichon, ils projettent l’idéologie hétérosexiste, non seulement sur les animaux, mais également sur les non-animés : voici comment ils justifient le sexe métaphorique :

Il existe des cas dans lesquels nous arrivons à apercevoir consciemment ce symbolisme métaphorique. Un moteur communique la puissance et l’action à toutes les machines sans force propre qui lui obéissent ; ces machines, la balayeuse, la perceuse, la moissonneuse, etc. ne peuvent rien sans lui. Les noms féminins de toutes les machines-outils sont particulièrement suggestifs. On dirait qu’ils ont pour prototype la pondeuse, c’est-à-dire la poule, être éminemment féminin, dont la fécondité foncière se manifeste par un acte indéfiniment répété. La pondeuse n’est pas encore un appareil. Mais la couveuse mécanique, rivale de la femelle de l’oiseau, a été imaginée ; elle ne pouvait être que féminine. Et les balayeuses, ébarbeuses, raboteuses, faucheuses, moissonneuses, perforatrices, etc. qui font toujours la même chose quand une puissance extérieure féconde leur passivité, ne pouvaient aussi être que féminines. Par contre, le curseur, le viseur, le remorqueur, objets indépendants, portant en eux-mêmes leur utilité, devaient être masculins. Si l’on imagine une viseuse, on concevra une machine qui vise, automatiquement, sous l’influence d’une force indifférente ; combien ce sens serait différent de celui du viseur, appareil libre, dont il faut savoir se servir, et qui semble, à chaque action nouvelle, participer de la liberté de l’homme qui le manie. (Damourette et Pichon, 1968 [1930] : 380-381, mise en relief des auteurs)

51On relèvera que la poule pondeuse est un « être éminemment féminin », que le genre féminin des machines est fondé sur la passivité, l’obéissance, la dépendance, et la répétition automatique des mêmes actions, tandis que le genre masculin est fondé sur la puissance, l’action, l’indépendance, la liberté. On notera également la métaphore de la reproduction, vue à travers les lunettes de l’idéologie sexiste : « une puissance extérieure féconde leur passivité ».

  • 8 En effet, Édouard Pichon adhère au mouvement politique d’extrême droite l’Action française en 1927.

52La tentative de justification du sens de sexe par métaphore pour les noms désignant des notions non animées a l’avantage de produire une analyse sémantique développée qui met l’idéologie sexiste au fondement du sens, mais cette idéologie n’est pas présentée comme telle. Bien au contraire, les auteurs n’analysent pas le sens du genre comme idéologie sexiste mais comme « réactions impressives provoquées par l’un ou l’autre sexe », c’est-à-dire des réactions subjectives pensées comme naturelles. Ils ne font donc que reprendre à leur compte et réaffirmer très lourdement l’idéologie naturaliste de l’extrême droite des années 19308.

53Jakobson, Hjelmslev et Dubois considèrent l’opposition entre genres masculin et féminin comme corrélation entre un genre marqué (le féminin) et un genre non marqué (le masculin). Cependant, si Jakobson et Hjelmslev, dans les années 1930, réfléchissent à la portée sémantique de ce type d’opposition irrationnelle, en 1965, Dubois n’envisage cette corrélation que formellement sans contrepartie sémantique. Pour lui, la marque se définit morphologiquement (le féminin a une marque morphologique supplémentaire : point de vue traditionnel du féminin dérivé du masculin) et syntaxiquement (l’opposition est neutralisée dans l’accord au masculin pluriel de termes coordonnés masculin et féminin).

54Le concept de marque a été élaboré par Roman Jakobson et Nicolas Troubetzkoy, dans le cadre du Cercle linguistique de Prague fondé en 1926, pour décrire certaines oppositions phonologiques. Ces oppositions se caractérisent par la présence d’un trait phonique sur l’un des membres et par son absence sur l’autre membre (par exemple /p/ et /b/ en français s’opposent par le voisement, présent dans /b/ et absent dans /p/) et par le fait que dans certains environnements phoniques, seul le phonème non marqué apparaît. On dit dans ce cas que l’opposition est neutralisée. Dès le début des années 1930, Jakobson – et Hjelmslev, mais en se démarquant de Jakobson – étend le concept de marque aux catégories grammaticales.

55Pour Hjelmslev, l’opposition entre genre féminin et genre masculin correspond à l’opposition entre terme précis, ou intensif, et terme vague, ou extensif. Cependant, il estime que lorsqu’il s’agit des sexes l’opposition est de type contradictoire (on ne peut être mâle et femelle, mais on ne peut être ni l’un ni l’autre) avec une certaine participation, c’est-à-dire une capacité référentielle plus étendue du genre masculin.

56À partir de l’observation que pour les noms désignant des humains, ceux de genre masculin ont une capacité référentielle plus étendue que ceux de genre féminin (ils peuvent désigner des humains en général, des hommes ou des femmes, des hommes et des femmes), Jakobson déduit que la catégorie du genre est structurée sur le modèle des oppositions phonologiques entre un phonème marqué (possédant un trait distinctif) et un phonème non marqué (ne possédant pas ce trait). Le trait pertinent de l’opposition de genre est donc /femelle/. Le genre féminin (marqué) pose donc la catégorie de sexe (femelle), tandis que le masculin (non-marqué) ne pose rien quant à cette catégorie : ni l’opposé de la catégorie (c’est-à-dire non-sexe, dans le sens asexué), ni l’opposé à l’intérieur de la catégorie (c’est-à-dire mâle). Le masculin non marqué est hors mention de sexe.

57L’auteur cherche à rendre compte des invariants sémantiques abstraits (de langue) qui permettent les variations observées en discours. Pour ce faire, il sépare le sens général des termes non-marqués de leur sens actualisé en discours. Si dans la langue, le sens général du masculin est en dehors de toute mention de sexe, dans les discours, ce sens général est un sens secondaire, tandis que le sens principal est la négation du trait /femelle/, qui implique le trait /mâle/ dans un rapport logique de contradictoires. De cette façon, Jakobson pose une dissymétrie sémantique fondamentale entre genre masculin et genre féminin à un niveau abstrait, de langue. Cette analyse sémantique, cohérente avec une définition générale de l’opposition entre un élément marqué et un élément non marqué (du point de vue du genre, trait de sexe, opposé à absence de trait de sexe), a l’intérêt de ne pas confondre catégorisation de sciences naturelles et catégorisation de langue. Les signifiés du genre ne sont pas conçus comme des décalques de propriétés naturelles des référents et le trait de sexe femelle est posé comme axe de l’opposition (ce qui est peu courant en linguistique).

58Il est intéressant de remarquer la cohérence entre le point de vue de Jakobson sur le sens de la corrélation de marque du genre et l’histoire du genre féminin en indo-européen, telle que l’expose Meillet. En effet l’indo-européen avait deux genres grammaticaux : l’animé et le non-animé. Et, à un moment, à l’intérieur du genre animé qui s’appliquait indifféremment aux deux sexes, il y a eu différenciation formelle de certains termes lorsqu’ils étaient appliqués aux femelles. C’est-à-dire que la structuration sémantique du genre est passée de animé/inanimé à animé/femelle/inanimé, le femelle étant dans cette organisation obligatoirement intermédiaire entre l’animé et l’inanimé, un statut linguistique semblable à celui des animaux (animés non humains). Ce n’est que par contraste avec le genre appelé féminin que le genre animé (général) a été désigné comme genre masculin. Autrement dit, il y a eu un marquage du sexe femelle dans la grammaire de l’indo-européen par une forme qui a été désignée comme genre féminin, mais il n’y a pas eu de marquage grammatical du sexe mâle. La forme du genre animé qui s’appliquait aux deux sexes est restée semblable. Par contraste avec le genre féminin, elle a été désignée comme genre masculin et au sens général s’est superposé le sens /mâle/.

59Exceptés Meillet, Hjelmslev et Jakobson, les autres linguistes analysés ne font donc aucun lien entre le sens et les structurations formelles, ce qui est pour le moins paradoxal en linguistique. La plupart des linguistes des années 1920 aux années 1970 estiment que le genre féminin est un dérivé du genre masculin, que le genre masculin est prédominant syntaxiquement, que le genre féminin a une moindre valeur que le genre masculin, et ils s’accrochent à la sémantique naturaliste et référentielle : de façon symétrique, le genre féminin signifie le sexe femelle, et le genre masculin le sexe mâle. De plus, nous avons vu que la dissymétrie sémantique est également énoncée dans les exemples, ainsi que dans le point de vue sur le sexe métaphorique pour les notions non animées. L’ambiguïté entre sens générique et sens spécifique portée par le genre masculin n’est signalée que par Jespersen.

60À ma connaissance, il n’y a pas d’interrogation sur la structuration sémantique des propriétés de sexe et d’humanité dans les travaux féministes en linguistique. À cela, je verrais deux raisons qui sont liées. En premier lieu, ces recherches critiques ne s’appuient jamais explicitement sur une théorie sociologique féministe, et a fortiori sur une théorie matérialiste. Je pense que l’absence de remise en cause de l’appréhension sémantique en linguistique dépend de cette ignorance, en particulier celle des analyses qui travaillent le lien entre rapport d’exploitation matérielle et effet idéologique de ce rapport. L’inégalité évoquée reste une notion vague et inexploitable.

61La deuxième raison, intimement liée à la première, est que les travaux féministes en linguistique demeurent dans le présupposé de la neutralité de la langue par rapport aux structures sociales de domination. Ces dernières pourront se manifester dans les discours, et par conséquent comme des connotations, mais ne seront pas posées comme la conceptualisation idéologique des référents, c’est-à-dire comme signifiés de langue.

62Il semble que la perspective sous-jacente à la plupart des travaux soit celle des « rôles de sexe », et des mentalités qui seraient en retard par rapport aux transformations sociales (mais « transformations » signifie-t-il abolition du rapport de pouvoir ?). Dans cette optique, la « différence des sexes » est pensée comme existant avant toute intervention sociale, et on ne peut logiquement revendiquer que « l’égalité dans la différence ». Cette démarche ne peut alors considérer les démentis à la symétrie de l’opposition de genre que du point de vue d’une hiérarchie de valeurs, autrement dit de connotations, et comme l’absence de sens générique du masculin.

63Mais quand on dit que les termes génériques, qui ne réfèrent très souvent qu’aux hommes, n’ont pas de sens générique, on confond le sens des termes et leur application aux référents extra-linguistiques. On ne voit pas que si le genre masculin tracte avec lui fréquemment la référence au seul sexe mâle, c’est un phénomène contingent, une pratique d’appropriation du général, mais que cela n’empêche nullement le genre masculin, quelle que soit sa référence, d’avoir toujours comme propriété catégorisante humain. Et si le genre féminin ne réfère qu’au sexe femelle, c’est également un fait contingent, une pratique d’exclusion de la généralité humaine, mais qui est liée au fait que le genre féminin n’a pas pour propriété catégorisante humain, mais femelle.

64Pour conclure, j’avancerai l’hypothèse que le rapport d’appropriation créant les sexes en tant que classes produit un schéma socio-cognitif de sexe : humain mâle / femelle de l’humain. Autrement dit, dans ce schéma, le sexe est conceptualisé en termes d’être pour les dominées, et en termes d’avoir pour les dominants. Ce schéma est formalisé sur tous les plans du matériau linguistique : il rend compte des dissymétries discursives que j’ai exposées en première partie de cet article ; par rapport au genre grammatical, il donne sens au féminin marqué, sexe (femelle), et au masculin non marqué, hors mention de sexe (humain), puisque l’opposition entre traits catégorisants est humain/femelle.

Bibliography

Clastres, Pierre, 1966, « L’arc et le panier », L’Homme, t. 6, n° 2, p. 13-31.

Culioli, Antoine, 1990, Pour une linguistique de l’énonciation. Opérations et représentations, t. 1, Gap, Ophrys [recueil d’articles publiés entre 1976 et 1990].

—, 1999a, Pour une linguistique de l’énonciation. Formalisation et opérations de repérage, t. 2, Gap, Ophrys [recueil d’articles publiés entre 1968 et 1994].

—, 1999b, Pour une linguistique de l’énonciation. Domaine notionnel, t. 3, Gap, Ophrys [recueil d’articles publiés entre 1974 et 1999].

Damourette, Jacques et Pichon, Édouard, 1968 [1930], « Morphologie des essences variables du nom », in Des mots à la pensée : essai de grammaire de la langue française, 1911-1927, vol. 1, Paris, D’Artrey, p. 288-423.

Delphy, Christine, 1998, L’Ennemi principal 1/ Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse [recueil d’articles publiés entre 1970 et 1977].

Dubois, Jean, 1965, Grammaire structurale du français : nom et pronom, Paris, Larousse.

Durand, Marguerite, 1936, Le genre grammatical en français parlé à Paris et dans la région parisienne, Paris, D’Artrey.

Fodor, Istvan, 1959, « The origin of grammatical gender », Lingua, n° 8, p. 1-41 et 186-214.

Fuchs, Catherine, 1982, La paraphrase, Paris, PUF.

—, 1994, Paraphrase et énonciation, Gap, Ophrys.

Fuchs, Catherine et Léonard, Anne-Marie, 1979, Vers une théorie des aspects. Les systèmes du français et de l’anglais, Paris, Mouton, EHESS.

Godelier, Maurice, 1976, « Le sexe comme fondement ultime de l’ordre social et cosmique chez les Baruya de Nouvelle Guinée », in Armando Verdiglione (éd.), Sexualité et pouvoir, Paris, Payot, p. 268-306.

Guillaumin, Colette, 1982, « Le chou et le moteur à deux temps. De la catégorie à la hiérarchie », Le Genre humain, n° 2, p. 30-36.

—, 1992, Sexe, race et pratique du pouvoir. L’idée de Nature, Paris, Côté-femmes [recueil d’articles publiés de 1977 à 1990].

—, 1995, Racism, sexism, power and ideology, Londres, Routledge [recueil d’articles publiés de 1972 à 1988].

Hjelmslev, Louis, 1971 [1956], « Animé et inanimé, personnel et non-personnel », in Essais linguistiques, Paris, Minuit, p. 220-258.

—, 1985 [1973], « Structure générale des corrélations linguistiques », in Nouveaux essais, Paris, PUF, p. 25-66 [manuscrit de 1933].

Jakobson, Roman, 1971 [1939], « Signe zéro », in Word and Language, Selected Writings 2, La Haye, Paris, Mouton, p. 211-219.

, 1971 [1959], « The gender pattern of Russian », in Word and Language, Selected Writings 2, La Haye, Paris, Mouton, p. 185-186.

Jespersen, Otto, 1971 [1929], « Genre et sexe », in La Philosophie de la grammaire, Paris, Minuit, p. 317-343.

Le Goffic, Pierre, 1981, Ambiguïté linguistique et activité de langage, Thèse pour le doctorat d’État, Paris, Université Paris 7.

Malkiel, Yakov, 1959, « Studies in irreversible binominals », Lingua, n° 8, p. 113-160.

Martinet, André, 1956, « Le genre féminin en indo-européen : examen fonctionnel du problème », Bulletin de la Société de linguistique de Paris, n° 52, p. 83-95.

Mathieu, Nicole-Claude, 1991, L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes [recueil d’articles publiés de 1971 à 1989].

—, 1994, « Dérive du genre / Stabilité des sexes », in Michel Dion (dir.), Madonna : érotisme et pouvoir, Paris, Kimé, p. 54-70.

—, 2000, « Sexe et genre », in Helena Hirata, Françoise Laborie, Hélène Le Doaré et Danièle Senotier (éds), Dictionnaire critique du féminisme, Paris, PUF, p. 191-200.

Meillet, Antoine, 1982, [1948], « La catégorie du genre et les conceptions indo--européennes », in Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion, p. 211-229.

Michard, Claire, 1988, « Some socio-enunciative characteristics of scientific texts concerning the sexes », in Gill Seidel (éd.), The Nature of the Right: a Feminist Analysis of Order Pattern, Amsterdam, John Benjamins, p. 27-59.

—, 1991, « Mouvement de libération des femmes et affrontement discursif entre auteurs scientifiques », Journal des anthropologues, n° 45, p. 53-65.

—, 2000, « Sexe et humanité en français contemporain : la production sémantique dominante », L’Homme, n° 153, p. 125-151.

—, 2002a, Le Sexe en linguistique : sémantique ou zoologie ? 1, Les analyses du genre lexical et grammatical des années 1920 aux années 1970, Paris, L’Harmattan, « Bibliothèque du féminisme ».

—, 2002b [1991], « Approche matérialiste de la sémantique du genre en français contemporain », in Marie-Claude Hurtig, Michèle Kail, Hélène Rouch (éds), Sexe et genre : de la hiérarchie entre les sexes, Paris, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, p. 147-157.

—, 2003, « La notion de sexe en français : attribut naturel ou marque de la classe de sexe appropriée ? », Langage et société, n° 106, p. 63-80.

Michard, Claire et Ribéry, Claudine, 1985, « Énonciation et effet idéologique : les objets de discours “femmes” et “hommes” en ethnologie », in Nicole-Claude Mathieu (éd.), L’arraisonnement des femmes : essais en anthropologie des sexes, Paris, EHESS (Cahiers de l’Homme, n. s. XXIV), p. 147-167.

—, 2008 [1982], Sexisme et sciences humaines : pratique linguistique du rapport de sexage, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, « Linguistique ».

Michard, Claire et Viollet, Catherine, 1991, « Sexe et genre en linguistique. Quinze ans de recherches féministes aux États-Unis et en R.F.A. » Recherches féministes, vol. 4, n° 2, p. 97-128.

Notes

1 Ces analyses sont développées dans Michard, 1988, 1991, 2000, Michard et Ribéry, 1985, 2008 [1982].

2 1970, « L’ennemi principal », Partisans n° 54-55. 1974, « Mariage et divorce, l’impasse à double face », Les Temps modernes n° 333-334. 1977, « Les femmes dans les études de stratification », in Andrée Michel (éd.), Femmes, sexisme et sociétés, PUF. Ces trois textes sont réédités dans Delphy 1998.

3 1971, « Notes pour une définition sociologique des catégories de sexe », Épistémologie sociologique n° 11. 1973, « Homme culture et femme nature ? », L’Homme n° 3. 1977, « Paternité biologique, maternité sociale… », in Andrée Michel (éd.), Femmes, sexisme et sociétés, PUF. Ces trois textes sont réédités dans Mathieu, 1991.

4 Pour un exposé détaillé des tests objectivant la notion d’agent d’un point de vue linguistique, voir Michard et Ribéry, 2008 [1982] : 22-31.

5 Yakov Malkiel (1959), dans une étude sur les groupes nominaux composés de deux noms à l’ordre irréversible, est l’un des rares linguistes à avoir travaillé sur ce type de paires nominales et à avoir affirmé que ces paires sont ordonnées selon la hiérarchie des valeurs inhérentes à la structure d’une société.

6 Pour une analyse développée, voir Michard 2002 a et b, 2003.

7 Remarque terminologique : je n’utilise les termes « genre », « féminin », et « masculin » qu’au sens de formes linguistiques. La première raison relève de la pratique scientifique. C’est la nécessité de contraindre la polysémie de termes fondamentaux pour mon propos afin d’éviter, autant qu’il est possible, la confusion sémantique entre des domaines différents. La seconde raison est d’ordre théorique et politique. Si le terme « genre » s’est imposé en sciences humaines c’est parce qu’il sonne moins militant, et est par conséquent perçu comme plus objectif, que « sexage », « rapports sociaux de sexe », ou « patriarcat ». Quant à « féminin » et « masculin », ils sont très facilement noyés dans l’appréhension métaphysique qu’ils véhiculent depuis si longtemps. Il me semble qu’il y a un réel danger à ce que « genre », « féminin », et « masculin » ne signifient plus que des notions culturelles coupées du rapport d’exploitation matérielle qui les produit. Pour une excellente analyse des dérives du genre, voir Mathieu (1994, 2000).

8 En effet, Édouard Pichon adhère au mouvement politique d’extrême droite l’Action française en 1927.

Author

En collaboration avec Claudine Ribéry, elle a soutenu en 1980 l’une des premières thèses en France sur les formes linguistiques de l’idéologie sexiste dans le discours scientifique, publiée sous le titre Sexisme et sciences humaines. Pratique linguistique du rapport de sexage (1982), et rééditée en 2008 aux Presses universitaires du Septentrion. Poursuivant ses recherches hors institution, elle a publié en 2002 Le sexe en linguistique : sémantique ou zoologie ? (L’Harmattan), plusieurs contributions dans des ouvrages collectifs, ainsi que des articles, notamment dans les revues Mots, Nouvelles questions féministes, L’Homme, Langage et société et Genre, sexualité & société.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540