Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La face cachée du genre

 | 
Natacha Chetcuti
, 
Luca Greco

Théories féministes, théories linguistiques et enjeux catégoriels

Natacha Chetcuti et Luca Greco

Texte intégral

Elles affirment triomphant que tout geste est renversement

Monique Wittig, Les Guérillères, 1969

  • 1 Exception faite pour l’ouvrage de Duchêne et de Moïse (dir.) (2011) et pour les travaux pionniers d (...)
  • 2 En ce qui concerne le texte de l’introduction, nous avons choisi d’opter pour un non-marquage du ge (...)
  • 3 Nous renvoyons au concept forgé par la juriste Crenshaw (1989 : 149) pour rendre compte de l’imbric (...)

1Bien que le langage soit depuis toujours considéré par les féministes comme un outil d’action politique contre le système androcentré et hétérosexiste (de Lauretis [1991] 2007 ; Cameron 1985, 1998), nous constatons encore aujourd’hui en France que peu d’études relient la question des pratiques langagières avec celles du genre1. Cet ouvrage, en se proposant d’ouvrir un espace pour engager la réflexion entre langage, pouvoir et genre, entend rendre compte d’une interrogation critique des dispositifs catégoriels telle qu’elle a émergé dans les études féministes (Michard, 1982, 2002 ; Riley, 1988 ; Butler, 1990 ; Sedgwick, 1990, Wittig, 1980, Haraway, 2009). Alors que dans le cadre d’une tradition structuraliste issue de la linguistique du système (vs de la parole, ou de l’action), les catégories ont été appréhendées dans leur dimension ontologique, décontextualisées de leur contexte d’émergence, la proposition d’une approche praxéologique et performative permet de repenser les dispositifs de catégorisation dans une -relation de réflexivité avec les pratiques des participants2 (Garfinkel, 1967). Dans ce cadre, les catégories sont à la fois situées dans les activités des acteurs sociaux tout en étant le résultat d’habitus, de relations de pouvoir les précédant et se situant dans l’histoire des participants. Dans cette perspective, nous nous proposons -d’apporter de nouveaux éléments de réflexion, puisés aussi bien dans les courants phénoménologiques de la sociologie et de la linguistique que dans le tournant performatif issu de la philosophie et des études de genre, centrés sur l’articulation entre catégorisation, pouvoir et langage. On comprendra que les auteurs ayant apporté leur contribution à cet ouvrage abordent des questions centrales pour l’étude de l’agentivité et des relations entre pratiques et normes. Ainsi, loin de proposer une nouvelle approche linguistique pour l’étude du genre, nous rappellerons et soulignerons le rôle constitutif du langage dans l’accomplissement du genre (West et Zimmerman, 1987) et nous proposerons d’envisager les relations entre pratiques langagières et catégories de genre sous l’angle de l’inter-sectionnalité3 et de la co-construction.

  • 4 La présentation classique visant à historiciser les différentes conceptualisations du « sexe » et d (...)
  • 5 Ainsi que l’analyse Nicole Claude Mathieu, pour la critique féministe matérialiste : « le genre, c’ (...)

2Les théories féministes, dans leurs diversités historiques et épistémologiques, qu’elles soient d’inspiration matérialiste ou post-moderne (Chetcuti, à paraître, Molinier, 2007)4, ont depuis toujours reconnu l’importance du langage dans la production, la reproduction et la contestation des rapports sociaux de sexe, ainsi que le rôle important qu’il joue dans les modes de constitution et de déconstruction du genre. En France, les débats autour de la féminisation des noms de métiers ont occupé une place centrale dans la question de l’articulation entre genre et langage en oblitérant les dimensions sociologiques de sa problématisation sous l’angle de l’articulation genre et langage, et en véhiculant ainsi une vision de la langue comme neutre et transparente. Ce débat s’en est tenu à une perspective non critique de la différence des sexes ainsi posée comme quasi naturelle. Ces courants de pensées maintiennent donc un double obstacle épistémologique en attribuant à la langue une vision uniquement référentialiste et en érigeant le principe de la différence des sexes comme modèle immuable pour la compréhension du monde. Ainsi, une co-relation entre structures sociales et structures langagières est postulée. De ce fait, c’est en transformant les structures et les formes linguistiques que l’on est supposé entraîner un changement dans la société et les représentations sociales sur le genre (Spender, 1980 ; Houdebine, 2000). Cette articulation entre structures langagières et représentations sociales, genre et rapports sociaux de sexe pose au moins deux problèmes. D’abord, la relation entre langue et vision du monde n’est pas si simple et si directe que l’on pourrait imaginer : la langue est moins une fenêtre transparente sur le monde qu’un outil de médiation non neutre entre représentations, formes linguistiques et société (Duranti, sous presse). De plus, la langue n’est pas réductible au lexique ou aux marques morphologiques ayant trait au genre. L’étude des usages que les acteurs sociaux en font révèle une vision de la langue beaucoup plus hétérogène, dynamique et non monolithique. La prise en compte de la dimension performative, interactionnelle et multimodale du langage (Greco, infra) nous oblige à faire un retour sur une série de recherches linguistiques sur le genre fondées, surtout en France, sur une vision de la langue s’appuyant sur les mots et ne remettant jamais en question la conception binaire des sexes et des genres. Ainsi, dans cette perspective critique, la féminisation des noms ne ferait que reproduire une vision binaire des genres – il y a des hommes et des femmes – en contribuant ainsi à la perpétuation d’une vision réifiée et statique des sexes, source d’inégalités et de discriminations. Monique Wittig, dans son travail d’écrivain et d’essayiste, a contribué d’une façon tout à fait originale à nous faire appréhender la question de la féminisation des noms comme une sorte de cul-de-sac épistémologique et politique qui empêche de s’attaquer à la dimension idéologique des catégories de sexe et de genre5. Impasse épistémologique, qui selon l’auteur réifie la question du genre dans une forme unique. Selon Wittig, la féminisation des noms entraînerait un seul genre, le féminin, et garderait pour le masculin le statut du générique, autrement dit le neutre. Wittig se démarque des théories féministes essentialistes et culturalistes en récusant le terme « femme ». Elle montre la nécessité de distinguer les femmes luttant pour les femmes en tant que classe sociale et pour l’abolition de cette classe, et les femmes se battant pour « la » femme en tant que concept essentialiste, ce qui est de son point de vue une position anti-féministe puisque la notion de femme est ce qui naturalise la subordination des femmes. Elle dénonce le mythe de « la » femme et son utilisation par certains groupes de femmes ou féministes qui, tout en prenant le point de vue du féminin comme une valeur positive, ne font que renforcer ce mythe. Ainsi, la mythification de « la » femme, en entretenant un discours sur la différence, évacue la dimension politique contenue dans « les femmes ».

3Deux solutions sont proposées par Monique Wittig. La première se situe autour des expérimentations linguistiques et du pronom personnel « elles », conçu en tant qu’outil de lutte politique contre l’universalisme blanc masculin : forme linguistique que certains hommes peuvent également s’approprier. La deuxième solution s’oriente davantage vers une abolition de la binarité – aussi bien sociale que linguistique – en proposant une nouvelle langue métisse polyphonique permettant de sortir de l’impasse du genre (et de la féminisation). Cette perspective s’inscrit dans une optique révolutionnaire d’abolition des classes de sexe et de genre (Wittig, 2001). Cette position théorique se double d’un positionnement politique d’inspiration matérialiste. Ainsi, dans le cadre d’une critique marxiste des catégories de sexe (Guillaumin, 1992 ; Mathieu, 1991 ; Rouch, 2011) entendues comme classes antagonistes, les modalités de genre sont appréhendées comme des outils de domination et d’exclusion dont il faut se débarrasser par leur abolition.

4La posture féministe post-moderne (Butler, 1990 ; Sedgwick, 1990 ; de Lauretis, 1991), qualifiée de déconstructionniste, situe la question de la langue dans le cadre d’une critique de la catégorisation, mais de manière différente de la posture matérialiste. La visée n’est pas leur abolition, mais leur transformation. En partant du présupposé que les catégories sociales sont avant tout des catégories linguistiques, on s’attaque à l’énoncé « nous, les femmes », considéré comme une sorte de performatif, censé constituer l’unité du mouvement féministe autour d’une supposée cohérence et homogénéité épistémologique de la catégorie « femme ». Que signifie la formule prophétique « femme » ? À quoi renvoie-t-elle ? Qu’est ce qu’elle permet de fédérer et que proscrit-elle ou évince-t-elle au nom même de la catégorie « femme » ? Ce sont entre autres les questions auxquelles se sont confrontées avec acuité Denise Riley dans son ouvrage Am I that Name? Feminism and the Category of Women in History (1988) et Judith Butler dans Gender Trouble (1990), aujourd’hui bien connu en France depuis sa traduction en 2005. Alors que la première s’attarde avec finesse à révéler la trame historique par et dans laquelle la catégorie « femme » s’est construite au cours des siècles, la seconde a souligné le caractère performatif et itératif de toute catégorisation et son évidente instabilité et indétermination sémantico-référentielle.

5Les questions soulevées et réunies dans ce livre sont issues d’une journée d’étude co-organisée par nous-mêmes (Natacha Chetcuti et Luca Greco) à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 le 13 novembre 2009. Elle est le produit de nombreuses interrogations épistémologiques et politiques qui traversent nos trajectoires de pensée et que nous avons intentionnellement situées dans une attention au croisement entre langage, genre et pouvoir. Ainsi la discussion ouverte avec cet ouvrage articule-t-elle les domaines de la linguistique, de la sociologie, des sciences politiques, de la philosophe et des études culturelles et s’inscrit dans les courants du féminisme matérialiste et du mouvement queer d’inspiration butlerienne. Au-delà de l’hétérogénéité théorique et méthodologique revendiquée par les auteurs, voici les questions posées par l’ensemble des textes réunis dans ce volume :

  • De quelle façon le pouvoir – entendu comme « une multiplicité de rapports de force » – (Foucault, 1976) configure-t-il la façon dont nous catégorisons le réel ?

  • Quel est le rôle joué par le langage dans la reproduction et la contestation du pouvoir, voire des normes de genre ?

  • Comment nos pratiques quotidiennes indexent-elles le genre via (ou/et contre) un système normatif qui nous dépasse et qui se situe en dehors (ou en deçà) du hic et nunc (ici et maintenant) des pratiques quotidiennes ?

  • Comment peut-on penser l’agentivité (agency) des acteurs au prisme des relations entre catégorisation, pouvoir et langage ?

Langue et sexisme

6Le travail de Claire Michard s’insère dans l’héritage de la pensée matérialiste et marxiste au travers d’une critique de la dimension idéologique du discours en tant qu’outil de production du sexage (Guillaumin, 1992). Ainsi la contribution de Michard permet de montrer que le langage et sa structure sémantique ne sont pas un produit neutre séparé des rapports sociaux de sexe. Ses recherches, à la croisée de la linguistique et de la sociologie, qu’elle a initiées à la fin des années 1970 étaient déjà à l’époque pionnières. Elles permettent toujours aujourd’hui de se pencher sur la production de la signification des catégorisations de sexe et d’inscrire le sujet énonciateur dans la langue, ce qui a pour conséquence, si nous reprenons les termes de l’auteur, « d’annuler l’illusion de transparence du langage et de neutralité de la langue ». L’article de Michard est structuré selon deux axes. Le premier traite de la sémantique du genre en linguistique selon les procédés d’énonciation que l’on rencontre dans les discours d’anthropologues hommes. Le deuxième axe montre l’usage du genre dans la langue, à partir de l’analyse sémantique d’une dizaine de textes de linguistes entre 1920 et 1970.

7Dans sa volonté critique, Michard ne suppose pas que le sujet énonciateur est distinct du rapport social de sexe et elle insiste ainsi particulièrement sur la notion d’« agentivité » comme mode de séparation entre la notion d’humain et celle d’animal. Elle relève ainsi les formes dissymétriques de cette notion lorsqu’il s’agit, d’un point de vue lexical, d’utiliser les noms désignant les termes « hommes » et « femmes » et leur détermination dans les activités qui en découlent ou les objets qui leur sont associés, montrant avec beaucoup de rigueur comment la catégorie « femelle » acquiert un statut « d’humain problématique ». Ainsi, au travers des textes analysés par Michard, on comprend « que les propriétés d’humanité et de sexe ont des poids inverses pour les notions de “femme” et d’“homme” et que c’est ce qui entraîne les oppositions de détermination linguistique des énoncés : la notion d’“homme” est pleinement déterminée en tant qu’humain, tandis que celle de “femme” est pleinement déterminée en tant que sexe ». Ce constat va ainsi bien au-delà du sexisme langagier courant dont les énoncés comportent toujours des connotations péjoratives apparentes.

8Dans une perspective sexe, genre et pouvoir, l’article de Dominique Lagorgette, spécialiste en analyse de discours et en pragmatique, se penche de manière originale sur les procédés de retournement à l’œuvre dans les insultes. À ce titre, elle s’intéresse à la genèse et aux mouvements sémantiques du terme « pétroleuse » apparu durant la révolte de la Commune de Paris en 1871. Elle analyse, en s’appuyant sur des archives et des données littéraires, aux discours politiques et médiatiques dans lesquels apparaît ce terme de la fin du xixe siècle jusqu’à notre époque, selon une grille interprétative faisant appel au marquage de genre. Ainsi selon que cet énoncé renvoie à l’ordre de genre masculin et féminin, il ne révèle pas le même contenu genré. Recouvrant une signification valorisante lorsqu’il est lié à une fonctionnalité masculine, dans le cas, par exemple, des engins à essence, il a une portée dévalorisante, voire haineuse, dans le domaine du politique lorsqu’il désigne des femmes politisées et/ou contestataires. L’analyse de Lagorgette, écrite non sans humour, nous engage dans une compréhension de la re-signification du terme « pétroleuse » par l’appropriation qu’en ont faite des femmes engagées et/ou féministes. Saisissant ainsi une forme de retournement performatif de l’insulte (Butler, 2005), Lagorgette nomme ce processus « l’effet aïkido ». Ainsi le mot de « pétroleuse », en intégrant une sémantique de la calomnie et de la diffamation dans le traitement du discours qui lui est associé, par les détracteurs hommes ou les femmes militantes, devient une loupe d’exploration des relations sociales entre les sexes, des formes de politisation et des structures de pouvoir. Ces trois dimensions se trouvent ainsi resituées au cœur d’un système de valeur genré aux prises avec l’histoire et l’énonciation politique.

Corps et genre

9Dans la filiation d’une sociolinguistique d’inspiration phénoménologique (Goffman, 1973) et des queer studies (Butler, 2005), le travail de Luca Greco -s’intéresse à la question de la présentation de soi comme modalité de transgression des normes de genre. Son analyse s’appuie sur un travail ethnographique que l’auteur a mené à Bruxelles avec un groupe de Drag Kings : des individus assignés femmes à la naissance qui mettent en scène et construisent avec les autres différentes formes de la masculinité. Dans le cadre d’une analyse ethnographique et interactionnelle, son texte propose l’idée d’un soi pluriel qui se construit en interaction avec les autres, en mobilisant une multitude de dispositifs catégoriels et en puisant dans le passé des pratiques d’incorporation déjà existantes qui se retrouvent dans ce cadre irréductiblement transformées et re-actualisées. L’idée d’un soi pluriel devient pour l’auteur un enjeu politique en ce qu’elle permet de dépasser la binarité du dispositif « homme vs femme » et de dénoncer en même temps les rapports de domination que ce dispositif entraîne dans les rapports sociaux de sexe. La perspective interactionniste et constructiviste dont s’inspire Greco s’inscrit dans la continuité des travaux portant sur une réflexivité critique des formes de masculinité comme opérateur de distinction binaire entre les genres (Bourcier et Molinier, 2008). Ainsi l’observation des participants mettant en scène des corporéités masculines permet de défaire le paradigme naturaliste et universaliste de la masculinité selon lequel cette entité culturelle serait nécessaire comme principe même de la différence. Se basant sur le principe de l’observation directe et de l’analyse des pratiques langagières, Greco nous invite enfin à saisir les marges de manœuvre des acteurs dans une analyse détaillée de la préparation parodique des Drag Kings (DK) dont l’une des caractéristiques est de s’opposer au schéma hétéronormatif par la manipulation d’objets, d’habits et de corporalités s’opposant au dispositif catégoriel mâle = homme et femelle = femme. Cette mise en interlocution collective et démonstrative entre soi et les autres se comprend également comme un refus de l’identification au dispositif binaire « homme vs femme », autrement dit comme une manière de résister aux normes du genre.

10Dans la continuité de la contribution de Luca Greco et dans le sillage des théories butlériennes et derridiennes, Nelly Quemener nous invite à un voyage sémantique et scénique chez les humoristes femmes en France. Partant de son travail de doctorat en sciences de l’information et de la communication, soutenu en 2010 à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3, Quemener explore les dispositifs langagiers et les mises en scène corporelles présentes dans les sketchs de Florence Foresti et Julie Ferrier. S’appuyant ainsi sur la particularité de ces deux humoristes, l’auteur vise à saisir comment, par la pantomime, elles arrivent à mettre à distance la catégorisation de sexe et leur assignation de genre associée. Usant des scènes du rire, Quemener déchiffre ainsi le jeu des catégories de la sexualité étendu sur un registre allant de l’hétérosexualité au lesbianisme en passant par la bisexualité auquel les humoristes se confrontent. L’analyse ainsi déployée montre également qu’ici ce sont les catégories de la féminité qui sont mises en retrait, jouant ainsi sur des formes allant de la « féminité masculine », entendue comme un déplacement des significations combinant les deux caractéristiques de genre, à « l’hyperféminité » comme mode de dérision des impositions de genre. Ainsi, la contribution de Quemener nous permet de saisir, selon sa propre expression, « un brouillage de l’énonciation » de genre qui rompt avec une certaine cohérence de la catégorisation de sexe, rendue ainsi permise par la mise en scène humoristique. Des corps dits féminins se trouvent ainsi altérés dans une métamorphose renouvelée en interlocution directe avec le public. En outre, Quemener démontre très bien que la mise en acte performative devient possible par la distance qu’impose le rire.

Sexualités et normes

11Dans la continuité critique du processus de dénaturalisation du système de genre, les contributions proposées dans cette partie s’attachent à analyser les modes de production collectives et individuelles d’une certaine intelligibilité du genre, entendue comme un processus de naturalisation des corps sexués au sein même de la matrice hétérosexuelle. Ainsi l’article de Natacha Chetcuti, socio-logue, interroge, à partir des données recueillies dans sa thèse de doctorat (2008, 2010), la faculté de se dépendre des assignations normatives de genre et de corporéité à partir d’une dimension qui est celle du processus d’autonomination dans les parcours de lesbiennes autodéfinies comme telles. Deux concepts clés constituent ici la trame de l’écriture. Le premier : celui de l’autonomination comme procédé méthodologique permettant de saisir l’effet de la norme en ce qui concerne le rapport sexe/genre et sa réinterprétation à partir de l’énonciation de soi en tant que lesbienne. Le second, qui fait suite à l’analyse empirique précédemment développée, à partir précisément du cadre interprétatif de l’autonomination, est celui d’un processus, que l’auteur désigne sous le nom de « dés-hétérosexualisation ». Cette opération, constatée à partir de l’analyse des entretiens menés entre 2003 et 2008 auprès de lesbiennes de 30 à 50 ans, consiste dans la capacité à se nommer en tant que lesbienne et prend forme et sens dans la perception d’un corps qui se distancie de l’idéal normatif binaire de genre. L’autonomination de soi conduit dans la plupart des parcours décrits vers un processus qui s’oppose à la naturalisation des corps genrés pour produire des corps des-hétérosexualisés, composant ainsi un nouveau mode d’intelligibilité d’un « corps propre » en référence non plus à l’hétérosexualité comme principe de l’altérité, mais à celui d’une culture dé-médiatisée de la norme hégémonique. Un mode de l’altérité se trouve ainsi redéfini, qui ne se soutient plus du principe de la différence des sexes.

12Dans le prolongement de cette entreprise de pensée critique, l’article de Bruno Perreau s’attache à analyser les conditions de la réception de la « théorie queer » en France dans une perspective renouvelant celle des savoirs situés (Harding, 1984 ; Haraway, 2009). Ainsi Perreau interroge-t-il avec élégance et pertinence la dimension épistémologique et politique de la traduction culturelle, en se penchant notamment sur les enjeux liés à la réception du courant queer en France. Au fond, Perreau, dans la lignée des approches développées par Haraway et Foucault, examine les conditions de normalisation des savoirs tout en s’attardant sur les conditions de production et de réception des pratiques scientifiques en contexte « minoritaire ». Dans ce cadre, il critique ce qu’il nomme la récupération de ces savoirs par la norme dominante au sein de l’Université française dans une prétendue promesse de l’objectivité en opposition aux visions des minoritaires taxés « d’identitarisme ». Perreau en appelle ainsi à la vigilance quant à l’intégration d’une certaine « théorie queer » dans les espaces universitaires français. Ceux-ci excluraient l’hétérogénéité des approches théoriques liées au queer, en refoulant du même coup la généalogie dont elles sont issues, à savoir : une pratique et une épistémologie féministes, une filiation souvent occultée avec les études et les mouvements gays et lesbiens et une critique des dispositifs de pouvoir et de domination. Reprenant un positionnement post-moderniste, héritier du matérialisme qui a posé comme préalable à toute condition de l’élaboration d’une recherche objectivée la réintroduction de la subjectivité, Perreau réintroduit la nécessité de l’analyse du positionnement du chercheur comme pratique essentielle pour fonder une « doctrine de l’objectivité incarnée » (Haraway, 2009), notamment lorsqu’il s’agit de travailler sur des sujets minoritaires. Autrement dit, ainsi que l’a formulé Donna Haraway (2009), un savoir critique réintégrant la position locale du chercheur. Perreau déplore une certaine dissolution du sujet propre aux réaménagements actuels des objets des recherches portant sur les femmes, les gays, les lesbiennes, que l’on pourrait également étendre aux études portant sur les groupes racisés : en quelque sorte les travaux s’opposant au « nomos majoritaire » pour reprendre les termes de l’auteur. Ainsi, par sa lecture herméneutique, Perreau nous invite à repenser les modes d’interprétation des études sur les sujets minoritaires dans un ressaisissement de la localisation du chercheur.

13L’ouvrage se termine enfin avec une postface de Judith Butler construite sous forme de dialogue avec cette introduction. Ainsi, tout en répondant aux questions posées dans ce texte, la philosophe états-unienne prolonge une réflexion autour de la performativité du langage et du genre et de la tension entre modes d’interpellation et possibilités de résistance aux injonctions du genre.

Bibliographie

Baider, Fabienne, 2004, Hommes galants, femmes faciles : étude socio-sémantique et diachronique, Paris, L’Harmattan.

Bailly, Sophie, 2008, Les hommes, les femmes et la communication : mais que vient faire le sexe dans la langue ?, Paris, L’Harmattan.

Bourcier, Marie-Hélène et Molinier, Pascale (dir.), 2008, Les fleurs du mâle. Masculinités sans hommes ? Cahiers du genre, 45, Paris, L’Harmattan.

Butler, Judith, 2005, Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte [première publication : Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity, New York, Routledge, 1990].

, 2004, Le pouvoir des mots, Paris, Éditions Amsterdam [première publication : Excitable Speech: A Politics of the Performative, New York, Routledge, 1997].

Cameron, Deborah, 1985, Feminism and Linguistic Theory, Londres, Palgrave MacMillan.

Cameron, Deborah (ed.), 1998, The Feminism Critique of Language: A Reader, New York, Routledge.

Chetcuti, Natacha, 2008, Normes socio-sexuelles et lesbiannisme. Définition de soi, catégorie de sexe/genre et script sexuel, Thèse de doctorat en anthropologie sociale, Paris, EHESS.

, 2010, Se dire lesbienne, vie de couple, sexualité, représentation de soi, Paris, Payot.

, à paraître 2012, « Usage des concepts : “hétéronormativité” et “hétérosexualité” », Les Cahiers du Genre.

Crenshaw, Kimberlee, 1989, « Demarginalizing the Intersection of Race and Sex: A Black Feminist Critique of Antidiscrimination Doctrine, Feminist Theory and Antiracist Politics », University of Chicago Legal Forum, 14, p. 139-167.

Duchêne, Alexandre et Moise, Claudine (dir.), 2011, Langage, genre et sexualité, Québec, Nota bene.

Duranti, Alessandro, sous presse, « Lingusitic Anthropology: Language as a Non Neutral Medium », in Ray Mesthrie (ed.), The Cambridge Handbook of Sociolinguistics, Cambridge, Cambridge University Press.

Foucault, Michel, 1976, Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Paris, Tel Gallimard.

Garfinkel, Harold, 1967, Studies in Ethnomethodology, New Jersey, Prentice-Hall.

Goffman, Erving, 1973, La mise en scène de la vie quotidienne. La présentation de soi, vol. 1, Paris, Minuit [première publication : The Presentation of Self in Everyday Life, New York, Anchor Book, 1959].

Greco, Luca, à paraître, « Exhumer le corps du placard : pour une linguistique queer du corps king », in Marie-Anne Paveau et al. (éds), Écrire le corps, Paris, L’Harmattan.

Guillaumin, Colette, 1992, Sexe, race et pratique du pouvoir, Paris, Côté-femmes.

Haraway, Donna, 2009, Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, Paris, Actes Sud [première publication : Simians, Cyborgs, and Women: The Reinvention of Nature, New York, Routledge, 1991].

Harding, Sandra, 2004, « Standpoint theory as a site of political, philosophic and scientific debate », in Sandra Harding (ed.), The Feminist Standpoint Theory Reader, New York, Routledge, p. 1-15.

Holmes, Janet, Meyerhoff, Miriam (eds), 2004, The Handbook of Language and Gender, Oxford, Blackwell.

Houdebine, Anne-Marie (éd.), 2000, La féminisation des noms de métiers. En français et dans d’autres langues, Paris, L’Harmattan.

Irigaray, Luce (éd.), 1990, Sexes et genres à travers les langues : éléments de communication sexuée, Paris, Grasset.

Lauretis, Teresa de, 2007, « Théorie queer : sexualités lesbiennes et gaies. Une introduction », in Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, traduction de l’anglais (États-Unis) par Marie-Hélène Bourcier, Paris, La Dispute [première publication : Introduction à « Queer Theory: Lesbian and Gay Sexualities », Differences. A Journal of Feminist Critical Studies, vol. 3, n° 2, 1991, p. III-XVIII].

Mathieu, Nicole-Claude, 1991, L’anatomie politique : catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Côté-femmes.

Michard, Claire, 2002, Le sexe en linguistique. Sémantique ou zoologie ?, Paris, L’Harmattan.

Michard, Claire et Ribéry, Claudine, 1982, Sexisme et sciences humaines. Pratique linguistique du rapport de sexage, Lille, Presses Universitaires du Septentrion (re-édité en 2008).

Molinier, Pascale, 2007, Préface, in Teresa de Lauretis, Théorie queer et cultures populaires. De Foucault à Cronenberg, Paris, La Dispute, p. 7-35

Riley, Denise, 1988, Am I that Name? Feminism and the Category of Women in History, MacMillan, University of Minnesota Press.

Rouch, Hélène, 2011, Les corps, ces objets encombrants. Contribution à la critique féministe des sciences, Donnemarie-Dontilly, éditions iXe.

Sedgwick, Eve, 1990, Epistemology of closet, Berkeley, University of California Press.

Spender, Dale, 1980, Men made language, Londres, Routledge.

Talbot, Mary, 2010, Language and Gender, Londres, Polity Press.

West, Candace et Zimmerman, Don, 1987, « Doing Gender », Gender and Society, vol. 1, n° 2, p. 125-151.

Wittig, Monique, 1969, Les Guérillères, Paris, Minuit.

, février 1980, « La pensée straigt », Questions féministes, n° 7, p. 45-53 [réédition dans La pensée straight, Paris, Balland, 2001, p. 65-76].

Notes

1 Exception faite pour l’ouvrage de Duchêne et de Moïse (dir.) (2011) et pour les travaux pionniers de Michard (1982), d’Irigaray (1990), de Baider (2004) et de Bailly (2008) en France. Dans l’espace anglophone, les travaux dans le domaine « Gender and Language Studies » abondent. Nous renvoyons le lecteur à Talbot (2010) et à Holmes et Meyerhoff (2004) pour un état de l’art des recherches dans le champ.

2 En ce qui concerne le texte de l’introduction, nous avons choisi d’opter pour un non-marquage du genre en alternative à une féminisation de la langue qui ne ferait que maintenir et réifier la différence des sexes comme un principe de lecture de la réalité sociale. Néanmoins, nous sommes conscients dans le contexte actuel que de ne pas se référer à la féminisation des termes ne résout pas l’équivalence entre « universel » et « masculin » produite et renforcée par un système androsocial. Concernant les autres articles présentés dans cet ouvrage, chaque auteur a choisi une politique graphique et linguistique adéquate à son objet et à son positionnement intellectuel et politique.

3 Nous renvoyons au concept forgé par la juriste Crenshaw (1989 : 149) pour rendre compte de l’imbrication entre genre, classe et race. En suggérant une relation d’intersectionnalité entre genre et langage, nous proposons une piste à creuser pour les recherches futures.

4 La présentation classique visant à historiciser les différentes conceptualisations du « sexe » et du « genre » selon des tendances théoriques paraissant tout à fait opposées, entre matérialisme et post-modernisme, ne permettent pas de rendre compte des apports, des étanchéités, voire des critiques inhérentes à toute histoire conceptuelle. Si des ancrages théoriques et même disciplinaires distinguent ces deux approches, toutefois dans le débat contemporain on ne peut pas omettre une articulation entre ces deux courants de pensée. Si les enjeux actuels opposent dans la traduction politique le rapport sexe/genre pris dans un modèle marxiste-matérialiste et la critique post-moderne d’une individuation subjective, on peut dire que les différentes approches historiques et contemporaines des modes de transformation du sexe/genre s’interrogent aujourd’hui dans une interlocution continue faisant place à la question de la matérialité du corps et, avec elle, du rapport entre société, individu et puissance d’agir. Pour une analyse des rapports entre matérialité des corps, agentivité et idéologie, nous renvoyons à Greco (à paraître).

5 Ainsi que l’analyse Nicole Claude Mathieu, pour la critique féministe matérialiste : « le genre, c’est-à-dire l’imposition d’un hétéromorphisme des comportements sociaux, n’est donc plus conçu […] comme le marqueur symbolique d’une différence naturelle, mais comme l’opérateur du pouvoir d’un sexe sur l’autre – où l’on constate que, la classe des femmes étant idéologiquement (et matériellement) définie dans toute société par son sexe anatomique, la classe des hommes l’est objectivement par le sien » (Mathieu, 1991 : 258-259).

Auteurs

Sociologue rattachée à l’Inserm, équipe « Genre Santé sexuelle et reproductive » et à l’équipe GTM (Genre, travail mobilité) du laboratoire CRESPPA (CNRS-Paris 8). Ses recherches portent sur les théories féministes et lesbiennes et sur la construction des catégorisations de sexe/genre et des sexualités. Actuellement, elle travaille plus spécifiquement sur une sociologie du fait minoritaire à travers une étude sur la laïcité, et plus précisément au sujet du débat public et politique présent dans les milieux féministes. Elle est l’auteur de Se dire lesbienne : mode de vie en couple, sexualité et représentation de soi, Payot, 2010. Elle a écrit plusieurs articles et co-dirigé plusieurs ouvrages : Lesbianisme et féminisme : histoires politiques avec Claire Michard, 2003, L’Harmattan, et avec Maryse Jaspard : Violences envers les femmes : trois pas en avant, deux pas en arrière, 2007, L’Harmattan.

Maître de conférences à l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 en sociolinguistique, il travaille dans le sillage de l’anthropologie linguistique croisant approches interactionnelles, ethnographiques et relevant des gender & queer studies. Ses recherches se focalisent autour des pratiques de catégorisation dans la parole, les textes et les conduites corporelles-en-interaction. Ses terrains ont porté sur les pratiques de dénomination des parents sociaux en contexte homoparental et sur la construction multimodale des corporalités masculines chez les Drag Kings.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540