Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

La réponse de la République des Lettres

Françoise Waquet

Texte intégral

1À la question « Peut-il y avoir des intellectuels sans polémiques ? », les savants du 17e siècle et du début du 18e siècle, autrement dit la République des Lettres, auraient répondu : non. Ils n’étaient pas des intel­lectuels au sens que le mot a pris depuis le 19e siècle mais, en tant qu’hommes de savoir, ils ne concevaient généralement pas le monde de l’esprit sans polémiques. Ce faisant, ils furent amenés à préciser ce que devait être une bonne polémique, celle-là même qui contribuait à l’avan­cement du savoir.

  • 1 Ce fut là une des conclusions du colloque « Quarrels, Polemics, Controversies » que j’ai co-organis (...)

2Aujourd’hui, l’historien constate que la République des Lettres fut un univers de conflits : avec des polémiques de toute nature et dans tous les ordres du savoir alimentant une production considérable, manuscrite et imprimée, mais aussi orale1. Cette dimension belliqueuse du monde savant n’échappa pas aux hommes du temps. L’historia litteraria ou histoire du savoir, cette histoire de dérivation baconienne, qui eut dans le monde germanique un développement important, a accordé une attention aussi légi­time que systématique à ce qui en était venu à constituer un phéno­mène notable. Les auteurs allemands qui traitèrent alors des polémiques les consi­dérèrent dans la perspective définie par Bacon, c’est-à-dire dans leur rapport à l’avancement du savoir : d’où, d’une part, une dénonciation des éléments mauvais – passions des hommes, querelles futiles, voire sans objet – qui freinaient le progrès des connaissances, d’autre part, un inventaire des fruits que pouvaient produire des querelles menées dans un souci authentique de découverte de la vérité.

  • 2 Pascale Hummel, Mœurs érudites. Étude sur la micrologie littéraire (Allemagne, xvie-xviiiesiècle), (...)
  • 3 De historia literaria certae cujusdam gentis scribenda consultatio, Lipsiae et Rostochii, 1710, p.  (...)

3Des ouvrages généraux, tels le Felix literatus de Th. Spizel (1676), le De machiavellismo literario de M. Lilienthal (1713), le De charlatane­ria eruditorum de Joh. B. Mencke (1715), le Schediasma historico-literarium de vitiorum inter eruditos occurentium scriptoribus de Joh. G. Büchner (1718), consacrèrent de longs développements au sujet, jusqu’à 95 pages dans le Felix literatus. Après avoir souligné la propension des doctes à se lancer dans des polémiques, ces auteurs faisaient la part, à côté de justes motifs scientifiques, aux passions des hommes – un goût immodéré pour la nou­veauté, une ambition et une vanité effrénées, un désir violent de prévaloir sur autrui, un amour-propre des plus vifs –, et ils épinglaient les comporte­ments déviants des plagiaires, pédants et imposteurs de tous ordres. Ils fustigeaient ceux qui lançaient des polémiques dans le seul but d’acquérir de la notoriété et qui, pour s’assurer du triomphe, s’en prenaient à des savants morts. Ils montraient le ridicule de querelles énormes pour un motif déri­soire – un mot, une lettre, un accent – ou pour un sujet futile, par exemple, savoir si Énée posa sur le sol italien, d’abord, le pied droit ou le pied gauche. De mêmes considérations se trouvent dans des publications qui furent entière­ment consacrées aux querelles savantes. Ce sont le plus souvent des écrits universitaires (thèses, discours ou dissertations) relevant de ce que l’on appe­la la « micrologie littéraire ». Ce genre, tenant tout à la fois de l’anthropo­logie et de l’éthique, consistait en l’étude érudite d’éléments, de détails ou, comme l’on disait alors, de minima de la vie des doctes. Dans cette perspec­tive, les querelles ne pouvaient pas ne pas retenir l’attention. Elles furent le sujet, entre autres, du De bellis litterariis de J. Ch. Boehmer (1707), du De certaminibus eruditorum rite instituendis de J. J. Lehmann et J. G. Ludolff (1710), du De causis dissensus eruditorum de S. A. Flachs (1721) ou du plus spécialisé De nugis et bellis grammaticorum de J. G. Walch (1716) qui s’en tint – et la matière était vaste – aux seules querelles et chicanes qui avaient opposé des grammairiens2. Enfin, la biographie d’un savant, telle qu’elle devait être écrite, ferait place aux controverses qu’il avait suscitées ou dans lesquelles il avait été engagé. Selon Michael Lilienthal, le principal « théoricien » en la matière, trois choses devaient être notées : l’origine, l’occasion et le sujet de la controverse; son développement, en précisant si elle était restée privée ou était devenue publique, si elle avait donné lieu à des écrits ou à des échanges verbaux, en indiquant la conduite – modeste ou âpre – des divers participants ; enfin, l’issue qui avait été la sienne. Ainsi, précisait Lilienthal, on pourrait donner, dans le même temps, toute l’histoire d’une controverse et voir, dans la pratique des choses, quel avait été le progrès des connaissances3.

  • 4 Anne Goldgar, Impolite Learning. Conduct and Community in the Republic of Letters, 1680-1750, New H (...)

4Si par le développement que l’historia literaria connut en Allemagne, les polémiques donnèrent lieu à des écrits systématiques, ailleurs, les savants ne s’intéressèrent pas moins à ce phénomène qui s’imposa tout autant à leur attention. À défaut de consacrer des ouvrages au sujet, ils livrèrent çà et là leurs réflexions en la matière, tout particulièrement sur le rôle des polé­miques dans l’ordre du savoir. L’utilité des polémiques dans la découverte de la vérité fut généralement affirmée dans la République des Lettres. Elle n’en était pas moins assortie de conditions : que le débat portât sur un objet de conséquence, que le comportement des belligérants demeurât civil4. Par­fois, on douta de l’utilité des polémiques, non tant pour l’avancement du savoir, mais pour le profit même du public. Ainsi, Malebranche qui, quoique naturellement ennemi de la dispute, passa « une bonne partie de sa vie les armes à la main, toujours sur la défensive », en vint à penser que

  • 5 Fontenelle, Œuvres complètes. Éloges. Tome VI ... , Paris, 1996, pp. 357 et 348.

« rien n’étoit plus propre à faire perdre le fil important des vérités, et que les lecteurs, long-temps promenés çà et là dans le vaste pays du pour et du contre, ne savoient plus à la fin où ils en étoient »5.

  • 6 Adrien Baillet, La vie de Monsieur Des-Cartes. Seconde partie, Paris, 1691, pp. 354-355.

5L’utilité de querelles dans la découverte de la vérité ne fut pas seule­ment une opinion : elle informa à l’occasion la pratique. Mersenne pro­voqua des disputes afin d’amener des savants à donner leurs meilleurs arguments, à faire preuve de hardiesse, à ne point en rester – comme c’était souvent le cas – à des échanges de convenance. Il arriva que les choses lui échappèrent et qu’au lieu de la lumière escomptée, il sortit de ces polémiques provo­quées, des disputes aigres et des fâcheries6.

  • 7 Sur Jean Le Clerc et les multiples controverses dans lesquelles il fut partie prenante, voir Annie (...)

6Tous ces avantages et inconvénients des polémiques dans l’ordre du savoir se trouvent exposés d’une façon particulièrement intéressante par deux auteurs de langue française, Jean Le Clerc et Pierre Bayle, d’ailleurs deux connaisseurs en la matière. Jean Le Clerc plaça, au tome second de ses Parrhasiana (1701), une longue dissertation intitulée : « Réflexions sur les disputes des gens de lettres et particulièrement des théologiens »7. Il partait d’un constat dicté par « l’histoire et l’expérience » : il y avait tant dans « les sciences les plus spéculatives » que dans « toutes les affaires de la vie », « une grande diversité de sentiments entre les hommes », et « la vérité, toute aimable et toute éclatante qu’elle [était], n’[avait] jamais pu dissiper entière­ment les ténèbres de l’erreur ». Il s’en était suivi bien des polémiques, parfois même pour des opinions fausses ou douteuses. Selon Le Clerc, cela était inévitable : « les hommes cesseront aussi tôt de penser que de juger diversement des mêmes sujets ». On pou­vait, il est vrai, supprimer toute querelle, soit que l’on privât les hommes de la raison et qu’on les réduisît à l’état de plantes ou de bêtes, soit qu’on leur imposât autoritairement le silence, soit qu’on les laissât dans la plus extrême ignorance comme cela se faisait « parmi plusieurs peuples bar­bares ». Mais, alors qu’il n’était point souhaitable de priver les hommes de leur raison ou de leur liberté ni de les tenir éloignés du savoir, sous peine d’ailleurs de susciter de plus grands maux, la vie en société impli­quait les inconvénients qui « naissent de l’envie ou de l’opinion de savoir, c’est-à-dire les divisions et les disputes ». Et ces divisions et ces disputes étaient, pour Le Clerc, souhaitables et légitimes ; sinon, l’humanité serait réduite à un immobilisme total et soumise aux seules lois du plus grand nombre, c’est-à-dire à un conservatisme de fait, voire à l’obscurantisme. Les polémiques étaient utiles pour éclairer les hommes : un regard rétro­spectif le démontrait. Il fallait toutefois que l’on ne disputât que de science sans mêler quoi que ce soit de personnel, et que l’on ne disputât pas que pour disputer mais, bien au contraire, « pour venir à la connais­sance de la vérité qui doit être la fin de toutes les controverses ». De surcroît, les polémiques ne produiraient leurs bons effets que si elles étaient réglées. À cet endroit, Le Clerc définissait une éthique de l’attaque et il précisait les droits et les modes de la défense. Il proposait aussi que l’on limitât les querelles dans le temps ; à trop durer, elles dégénéraient inévita­blement en attaques personnelles ou en redites auxquelles le savoir ne gagnait rien. Enfin, les cas ne manquaient pas où l’affaire pouvait se résoudre en invitant le « public » à comparer les endroits des livres incrimi­nés et à juger sans autre forme de procès. À suivre Jean Le Clerc, les querelles étaient donc inéluctables tant que les hommes penseraient ; elles étaient légitimes si l’on ne voulait pas « diminuer [leur] liberté naturelle » ; elles étaient utiles dans un monde qui recherchait la vérité et ne voulait pas l’imposer par la force ; néanmoins, elles devaient être bien ordonnées afin que l’on ne perdît plus un temps précieux « à dire et à repousser des injures qui n’ont point de rapport avec les doctrines contestées » et afin d’éviter, en ajoutant volume sur volume, d’« embrouiller plutôt que [d’]éclaircir les questions qu’on entreprend de traiter ».

7Ces idées se trouvent chez Pierre Bayle. Dans la note E à l’article « Euclide » de son Dictionnaire, il insistait sur l’utilité des controverses dans l’ordre intellectuel. Toutefois, la pratique des choses démontrait que :

« il est fort difficile de tenir un juste milieu dans cette fonction [...] Pour peu qu’on lâche la bride à la passion de disputer, on se fait un goût de fausse gloire qui engage à trouver toujours des sujets de contredire, et dès lors on n’écoute plus le bon sens et l’on s’abandonne à la passion de passer pour un grand maître de subtilitez ».

  • 8 Sur la dispute, je renvoie à mon article « La longue vie de la dispute. Contribution à l’étude d’un (...)

8À la note H de l’article « Stancarius », il rappelait néanmoins que l’abus et une pratique mauvaise des disputes ne devaient pas en ôter l’usage et, comme Le Clerc, il pensait que les « maux de l’ignorance sont encore plus à craindre » ; à ce même endroit, décrivant le processus qui conduisait à une querelle et la logique de son développement, il faisait état du rôle funeste des passions des hommes. À cette explication référant à la nature humaine, Bayle en ajoutait, dans l’article « Euclide », une autre, relevant, elle, de l’éducation reçue qui aurait instillé dans l’homme « un esprit disputeur et dialecticien » et en aurait fait un animal non plus sociable mais, suivant l’adjectif du temps, « disputeux ». Reprenant le constat du cartésien Jacques Rohault, il décrivait les conséquences funestes de la méthode d’enseigne­ment et d’apprentissage par la dispute qui était en vigueur dans les collèges et les universités : elle engendrait « une opiniâ­treté invincible » et, loin de servir à la découverte de la vérité, elle amenait à considérer toutes les opinions comme probables. Rappelons que depuis le Moyen Âge et tout au long de l’époque moderne, l’exercice majeur dans les universités et les collèges fut la dispute, argumentation contradictoire par rapport à une vérité communément admise. Le cours du professeur était de même construit sur une présentation pro et contra des choses. Cette méthode – celle de la « question » – possédait, il est vrai, bien des atouts tant dans l’ordre pratique que pédagogique et intellectuel ; ceci explique la longévité de cette forme de communication du savoir8. Le procédé était donc bon en soi à condition qu’il fût bien pra­tiqué, c’est-à-dire que l’on se proposât la seule connaissance de la vérité, que l’on ne franchît pas certaines bornes et que l’on ne tombât pas dans des attaques personnelles. À cet endroit, Rohaut et, à sa suite Bayle, se rangeaient dans une longue lignée de critiques qui, depuis Rabelais, s’en étaient pris aux disputes. Ce n’étaient, disait-on, que de pures joutes ver­bales, des « riotes pédantesques », qui, loin de servir la vérité, voire de l’approcher, conduisaient droit, en soutenant toute opinion et son con­traire, à un relativisme absolu. Encore, à travers ces exercices, se contrac­taient des habitudes mentales mauvaises : une grande opiniâtreté d’humeur, un pen­chant pour la chicanerie, un goût pour l’injure, ainsi qu’une volonté maligne de réduire autrui au silence, voire de l’humilier. Ainsi, leçons et exercices universitaires dont on peut penser, sans pessimisme aucun, qu’ils ne se tinrent pas toujours dans la perfection souhaitée, n’auraient-ils pas contribué à façonner une forma mentis qui portait aux querelles, aux polémiques et aux controverses, plus précisément à leurs excès d’âpreté et de violence stérile ?

9Les opinions qui viennent d’être rapportées correspondent à la vision commune des choses. Dans les mêmes années, toutefois, un savant qui fut, lui aussi, mêlé à bien des polémiques, pensait autrement : Leibniz. La vie intellectuelle de son temps était prometteuse :

« quand je considère », écrivait-il, « combien nous avons de belles décou­vertes, combien de méditations solides et importantes, et combien se trouvent d’esprits excellens, qui ne manquent pas d’ardeur pour la recherche de la vérité, je croy que nous sommes en estat d’aller bien loin et que les affaires du genre humain quant aux sciences pourroient en peu de temps mer­veilleusement changer de face ».

10Mais ces promesses risquaient de demeurer vaines :

« Quand je voy de l’autre costé le peu de concert des desseins, les routes opposées qu’on tient, l’animosité qui (sic) les uns font paroistre contre les autres et qu’on songe plutost à détruire qu’à bastir, à arrester son compagnon, qu’à avancer de compagnie, enfin quand je considère que la practique ne profite point des lumières de la théorie, qu’on ne travaille point à diminuer le nombre des disputes, mais à les augmenter, qu’on se contente des discours spécieux, au lieu d’une méthode sérieuse et décisive, j’appréhende que nous ne soyons pour demeurer long temps dans la confusion et dans l’indigence où nous sommes par nostre faute ».

  • 9 Gottfried Wilhelm Leibniz, Vorausedition ... Faszikel 6, Münster, 1987, p. 1189 ; M. Dascal, « Cont (...)

11Pour conjurer ces menaces, Leibniz travailla à instaurer une « méthode de la certitude » et un « art d’inventer » grâce auxquels on pourrait à la fois « finir les disputes » et « faire en peu de temps des grands progrès ». Tout parti­culièrement, il lançait l’idée d’une « caractéristique universelle », c’est-à-dire d’« une langue formelle où, dès que les positions en conflit y seraient traduites, le différend serait rapidement résolu “en calculant” »9. Cette lan­gue ne fut pas créée, les polémiques continuèrent à agiter la République des Lettres et le savoir progressa.

Notes

1 Ce fut là une des conclusions du colloque « Quarrels, Polemics, Controversies » que j’ai co-organisé à Cambridge (Trinity College) en juillet 2001 ; voir aussi, pour les seuls hommes de science, l’article de Marcelo Dascal, « Controverses et polémiques », in : La science classique. xvie-xviiie siècle. Dictionnaire critique, sous la direction de Michel Blay et de Robert Halleux, Paris, 1998, Flammarion, pp. 26-35. Je signale l’existence de l’Inter­national Association for the Study of Controversies (IASC) qui a pour objet l’étude des controverses en général et de leur incidence sur la formation et l’évolution des idées (site web : spinoza.tau.ac.il/hci/dep/philos/iasc/). Sur la République des Lettres, je renvoie à l’ouvrage que j’ai écrit avec Hans Bots, La République des Lettres, Paris/Bruxelles, 1997, Belin.

2 Pascale Hummel, Mœurs érudites. Étude sur la micrologie littéraire (Allemagne, xvie-xviiie siècle), Genève, 2002, Droz, pp. 223-227.

3 De historia literaria certae cujusdam gentis scribenda consultatio, Lipsiae et Rostochii, 1710, p. 141.

4 Anne Goldgar, Impolite Learning. Conduct and Community in the Republic of Letters, 1680-1750, New Haven/London, 1995, Yale University Press, pp. 206-207 (opinions en ce sens de W. J. s’Gravesande et de l’abbé Bignon). Voir aussi Guy Patin, Lettres choisies ..., Cologne, 1691, t. I, p. 25 (lettre à Charles Spon. Paris, 12 septembre 1645).

5 Fontenelle, Œuvres complètes. Éloges. Tome VI ... , Paris, 1996, pp. 357 et 348.

6 Adrien Baillet, La vie de Monsieur Des-Cartes. Seconde partie, Paris, 1691, pp. 354-355.

7 Sur Jean Le Clerc et les multiples controverses dans lesquelles il fut partie prenante, voir Annie Barnes, Jean Le Clerc (1657-1736) et la République des Lettres, Paris, 1938, Droz, chap. VII : « La République des Lettres. Querelles ».

8 Sur la dispute, je renvoie à mon article « La longue vie de la dispute. Contribution à l’étude d’un genre universitaire », à paraître dans les Mélanges en l’honneur de Marc Fumaroli.

9 Gottfried Wilhelm Leibniz, Vorausedition ... Faszikel 6, Münster, 1987, p. 1189 ; M. Dascal, « Controverses et polémiques », op. cit., p. 34.

Auteur

CNRS, Paris

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540