Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

« Le métier et la vocation de savant » : la polémique des années vingt ?

Florence Vatan

Texte intégral

  • 1 In : Max Weber, Le Savant et le politique, trad. de l’allemand par Julien Freund, révisé par E. Fle (...)

1Le 7 novembre 1917, à l’invitation d’une association d’étudiants, Max Weber prononça une conférence intitulée « Wissenschaft als Beruf » (« Le métier et la vocation de savant ») à l’Université de Munich1. Sa conférence fut publiée en 1919 et donna lieu à de vives réactions, négatives pour la plupart. Max Weber réussit ce tour de force de déplaire à presque tout le monde, tout en conservant l’estime de ses détracteurs, impressionnés par l’intransigeance de son argumentation.

  • 2 Fritz Ringer, The Decline of the German Mandarins. The German Academic Community, 1890-1933, Hanove (...)
  • 3 « Le combat qui est mené ici ne vise pas une personne ; il s’agit d’une lutte entre des principes f (...)

2Les réactions varièrent grandement d’un auteur à l’autre, allant de l’ob­jection nuancée à l’attaque frontale, à tel point qu’il est permis de se deman­der si le terme de polémique est réellement approprié. L’historien Fritz Ringer, pour sa part, préfère parler de « grand débat »2. La question se pose d’autant plus que Max Weber mourut en juin 1920, quelques mois après la parution de « Wissenschaft als Beruf ». Il ne put donc répondre aux critiques dont il était la cible. L’échange polémique semblait ainsi étouffé dans l’œuf, faute de combattants. De fait, la disparition soudaine de Weber contribua à réduire l’âpreté du débat et à écarter toute attaque ad hominem. Même la riposte la plus violente, celle de Erich von Kahler dans son pamphlet de 1920, Der Beruf der Wissenschaft (La vocation et le métier de savant), s’ouvre sur un déni d’intention polémique et sur un hommage respectueux à la mémoire de Weber3.

  • 4 Je n’aborderai pas ici la controverse sur la légitimité des jugements de valeur dans les énoncés sc (...)

3En dépit de ces circonstances singulières, la notion de « polémique » garde cependant sa pertinence. Elle reflète en effet le mieux la virulence et la fièvre de certaines prises de position ainsi que l’ampleur des réactions4. Cette virulence, d’ailleurs, mérite qu’on s’y arrête : comment expliquer qu’une conférence qui se veut une description sobre de la condition de l’homme de science moderne puisse déchaîner une telle passion ? Comment se fait-il qu’un texte que rien, en apparence, ne permet de qualifier de polé­mique donne lieu à des ripostes au caractère ouvertement polémique ?

4Plus généralement, c’est le statut de la polémique dans la réflexion de Weber qui est en jeu. Weber tend à reléguer la polémique du côté de la politique et de l’idéologie. Mais parallèlement, le débat polémique fait clai­rement partie de sa conception de la pratique scientifique, même s’il entend en spécifier les modalités. Cette tension se traduit dans la difficulté de Weber à penser et à légitimer la figure de l’intellectuel. L’intellectuel qui se bat pour certaines valeurs et qui pourrait être une figure médiatrice entre la science et la politique ne semble pas avoir sa place dans l’univers weberien qui se fonde au contraire sur une nette distinction entre les deux sphères.

5Afin de mieux cerner l’enjeu polémique de « Wissenschaft als Beruf », je rappellerai les principales thèses de cette conférence en dégageant les points sur lesquels ont porté les réactions critiques. Parmi ces réactions, le pam­phlet de Erich von Kahler retiendra particulièrement mon attention. Sa viru­lence est en effet symptomatique du contexte idéologique dans lequel Weber a développé sa réflexion. Le contraste entre l’emphase polémique de la riposte de Kahler et le ton mesuré de Max Weber me conduira à aborder la question plus générale du statut de la polémique dans la réflexion weberienne.

I. La conférence et les réactions

6Dans « Wissenschaft als Beruf », Weber commence par dresser un ta­bleau sans fard de la situation professionnelle du scientifique moderne : celui-ci est voué à se spécialiser de plus en plus et à contribuer, qu’il le veuille ou non, à ce processus inévitable que Weber appelle le « désenchan­tement du monde » (S, p. 120 ; « Entzauberung der Welt », W, p. 109), à savoir un processus d’intellectualisation croissant guidé par la croyance en une maîtrise rationnelle du monde. Ce constat conduit Weber à la question suivante : la science a-t-elle un sens au-delà de ses finalités pratiques et tech­niques ? La réponse de Weber est négative : la science n’a pas de sens, car elle est incapable de répondre à la question fondamentale : « Comment vivre ? ». Bien plus, ce rôle de guide qui suppose des jugements de valeurs sur la meilleure conduite à suivre est contraire à sa vocation. Le scientifique doit s’abstenir de tout jugement de valeur.

7La vocation scientifique se résume en quatre points : 1) fournir des con­naissances qui permettent une maîtrise technique de la vie par la prévision et le calcul ; 2) acquérir des méthodes de pensée et une discipline intellec­tuelle ; 3) faire œuvre de clarté et 4) permettre à chacun de se rendre compte du sens ultime de ses propres actes. En bref, la profession scientifique est fondamentalement un exercice d’autodiscipline et de renoncement. Le scien­tifique doit travailler en sachant que ses éventuelles découvertes seront vouées tôt ou tard à être dépassées. Il doit accepter le désenchantement de son époque et cultiver une vertu fondamentale : la « probité intellectuelle » (S, p. 102 ; « intellektuelle Rechtschaffenheit », W, p. 97).

  • 5 « Max Weber a eu le courage de dénier à la science toute influence décisive sur notre vie tout en s (...)
  • 6 « Avec Max Weber », poursuit Wittenberg, « […] l’âge du rationalisme va sur son déclin ; avec lui, (...)

8« Wissenschaft als Beruf » a suscité une vague de réactions, comme en témoigne cette liste non exhaustive d’auteurs qui ont pris position sur ce texte dans les années vingt et trente. Certains sont intervenus sur le mode polémique, comme Ernst Krieck, Erich von Kahler et Arthur Salz ; d’autres sur le mode de la discussion critique comme Ernst Robert Curtius, Eduard Spranger, Max Scheler, Ernst Troeltsch, Heinrich Rickert, Erich Voegelin, Erich Wittenberg et Erik Wolf. Tous admirent la grandeur personnelle de Weber et son refus des concessions. Ils sont impressionnés par ce penseur qui célèbre la science tout en lui refusant une influence décisive sur la vie5. Weber apparaît sous leur plume comme le représentant héroïque d’un monde scientifique qui est, selon certains, sur le point de s’effondrer6.

  • 7 De même, Arthur Salz évoque « l’impression de résignation lasse, qui était – comme chacun sait – to (...)
  • 8 Ernst Troeltsch, « Die Revolution in der Wissenschaft » (1925), in : Hans Albert / Ernst Topitsch ( (...)
  • 9 « La conférence de Weber », remarque Wittenberg, « n’offre de fait qu’un tableau tout à fait unilat (...)
  • 10 L’un des critiques les plus virulents sur ce point est Max Scheler. Il attribue la « dichotomie rad (...)
  • 11 Ernst Robert Curtius reproche à Weber d’avoir calqué sa conception de la science sur « les sciences (...)
  • 12 La réponse de Weber, souligne Kahler, implique le « renoncement explicite de la science ancienne à (...)
  • 13 Sans verser dans le « pragmatisme pédagogique » de Krieck, Spranger attribue à la science une missi (...)

9Quatre griefs reviennent de manière récurrente à propos de cette confé­rence. Le premier porte sur le ton résigné de ce texte. Rickert, qui est un ami proche de Weber, considère par exemple que celui-ci a trop noirci son tableau et qu’il n’a pas su communiquer son propre enthousiasme pour l’activité scientifique7. Un autre ami, Ernst Troeltsch, parle de l’« impression à vrai dire quelque peu effrayante » laissée par cette conférence8. Les critiques font en outre grief à Weber de proposer une vision trop étriquée de la science9. Les philosophes, en particulier, attribuent cette étroitesse de vues au fait que Weber a exclu la philosophie de son champ d’analyse10. Weber est ainsi soupçonné de verser dans le positivisme et dans le rationalisme étroit11. Troisième reproche : Weber méconnaîtrait les pouvoirs et la mission de la science. Sa position est interprétée comme une capitulation, un renon­cement à la conduite spirituelle de l’homme12. La plupart des détracteurs de Weber considèrent que la science a partie liée avec la sphère des valeurs et que c’est en raison de ce lien qu’elle aura prise sur la vie : la science doit participer à l’affirmation de la vie et de la personnalité13. Enfin, Max Weber se voit reprocher d’être aveugle à son propre enracinement idéologique et aux valeurs implicites qui motivent sa conception de la science (Witt, p. 262). Weber apparaît comme un « fils tardif des Lumières » (Witt, p. 252), dont il incarne en quelque sorte l’apogée et le déclin. Il universalise un modèle scientifique en passe d’être révolu. Il est le représentant ultime d’une idéologie scienti­fique appelée à être relayée par ce que Kahler appelle une « science nou­velle » fondée sur l’intuition.

  • 14 Erich von Kahler (1885-1970) avait étudié l’histoire et la philosophie à Berlin, Munich et Heidelbe (...)

10Ces critiques prennent un tour particulièrement acerbe dans le pamphlet de Erich von Kahler Der Beruf der Wissenschaft. Ce pamphlet – moins intéressant par la pertinence de ses objections qu’en tant que document représentatif du contexte intellectuel de l’époque – offre une illustration exemplaire des stratégies argumentatives et rhétoriques utilisées dans les polémiques ouvertes14.

11Kahler s’appuie sur quatre principales stratégies dans sa polémique. Tout d’abord, l’inversion. Le titre de Weber : « Wissenschaft als Beruf » devient par inversion syntaxique « der Beruf der Wissenschaft ». Kahler signale ainsi qu’il s’inscrit d’entrée de jeu dans un rapport d’antagonisme vis-à-vis de Weber.

  • 15 La science ancienne entraîne la « décomposition de la structure organique ». Elle provoque une « at (...)

12En second lieu, Kahler procède à une entreprise systématique de disquali­fication et de négation. Il expose les thèses de Weber dans un chapitre inti­tulé la « contre-position » (die Gegenposition) auquel il oppose le chapitre « la position » (die Position) où il développe ses propres thèses. Les thèses de Weber sont doublement affectées d’un coefficient négatif. Niées par la critique de Kahler, elles sont en elles-mêmes pure négativité, puisque Kahler les associe à une entreprise de négation du sens et de destruction de la vie. Weber, selon Kahler, ne propose pas de vision réductrice de la science. C’est la science elle-même qui est réduction, fragmentation, destruction15.

  • 16 Cette stratégie que Marc Angenot dénomme « amalgame » ou « règle de l’ennemi unique » a été repérée (...)

13En troisième lieu, Kahler transforme la conférence weberienne en bouc émissaire théorique sur lequel il projette tout ce dont il récuse la validité : d’où sa tendance à envisager la « science » comme un bloc indistinct16 ; d’où également sa tendance à procéder par antinomies : le savoir mort s’oppose à la plénitude de la vie ; la pensée conceptuelle à la vision intuitive, la science ancienne à la science nouvelle, le mécanisme à l’organisme etc. Kahler re­jette toute possibilité de médiation et de transition entre ces opposés. Ainsi, lorsque Weber signale qu’on peut être un spécialiste et se passionner pour ce que l’on fait, Kahler rétorque qu’il s’agit d’une absurdité puisque la rationa­lité étroite ne peut cohabiter avec l’enthousiasme (K, p. 8).

  • 17 Le pathos dont est empreint le texte de Kahler caractérise également nombre d’essais critiques à l’ (...)
  • 18 « L’Allemagne est devenue le théâtre de l’ancienne défaite parce qu’elle est destinée à devenir le (...)

14En quatrième lieu, Kahler force le trait polémique par son goût du pathos et de la dramatisation. Peu enclin aux demi-mesures, il prêche une « révolu­tion spirituelle » (K, p. 8) qui doit faire table rase de la science ancienne. Celle-ci est présentée sous des traits apocalyptiques comme étant « tra­gique » et au bord de l’effondrement17. Cette révolution scientifique sera d’autant plus spectaculaire qu’elle doit s’accomplir dans le cadre d’une re­naissance de l’Allemagne18. Outre cette emphase nationaliste, Kahler scande son appel à la révolution scientifique en mobilisant l’arsenal des formules consacrées de l’antiscientisme ambiant : « division et spécialisation infi­nies », « intellectualisation de la substance vitale », « causalité mécanique » (K, p. 16), « étiolement de l’instinct humain » (K, p. 36). Dans son texte, ces concepts cessent d’être des catégories descriptives pour devenir des armes polémiques, des mots d’ordre contre l’hégémonie de l’intellect.

15Cette ardeur polémique de Kahler nous incite à nous demander ce qui, dans le texte de Weber, a pu provoquer une telle réaction. Nulle trace, dans « Wissenschaft als Beruf », d’une emphase rhétorique analogue à celle de Kahler. La conférence n’en recèle pas moins une dimension polémique latente en raison de l’intransigeance avec laquelle Weber campe ses posi­tions contre les tendances intellectuelles dominantes de son époque. Cette dimension conflictuelle sous-jacente – souvent très bien perçue par les con­temporains – suscitera précisément la riposte et l’antagonisme.

II. « Le métier et la vocation de savant » : un texte polémique ?

16À première vue, « Wissenschaft als Beruf » n’a rien d’un texte polé­mique, en raison justement de sa sobriété de ton, du refus du pathos et du rejet des antinomies faciles. Le modèle est celui d’une argumentation raison­née, où les objections que Weber se fait à lui-même servent à expliciter sa position et où les allusions à la situation actuelle semblent dénuées de tout caractère provocateur.

17Pourtant, une seconde lecture révèle une dimension polémique. Cette dimension est moins liée au texte en lui-même qu’au contexte passionnel dans lequel il s’inscrit. Weber a beau s’imposer un devoir de retenue, sa conférence a été un véritable « pavé dans la mare ». Ce caractère polémique n’a pas échappé aux contemporains. Rickert, par exemple, observe que Weber « a donné parfois une expression très abrupte à sa conception de la vocation scientifique, conception qui appelait la contradiction ». Et quelques lignes plus loin il ajoute : « Ceux qui se sentirent visés ont protesté haut et fort » (R, p. 231).

18De fait, Weber a des cibles précises. Il s’en prend à ceux qui cultivent ces deux « idoles » que sont la « personnalité » et l’« expérience vécue » (S, p. 85 ; W, p. 84). Il critique ceux qui croient pouvoir concilier à bon compte le mysticisme et le travail intellectuel et qui s’adonnent ainsi au « romantisme intellectualiste moderne de l’irrationnel » (S, p. 97 ; W, p. 92). À ces esprits composites, il préfère ceux qui sont conséquents avec eux-mêmes et qui acceptent ou bien de sacrifier leur intellect ou bien de se sacrifier pour lui. Il dénonce les professeurs qui confondent leurs tâches pédagogiques et les fonctions de guide. Ces prophètes du haut de leur chaire ne parviendront jamais à former autour d’eux la communauté qu’ils appellent de leurs vœux. Tout au plus créeront-ils ce que Weber appelle des « sectes de fanatiques » (S, p. 120 ; W, p. 111).

19Weber invite à la riposte non seulement par ses thèses, mais aussi par sa posture intellectuelle. Sa conférence est une déclaration de guerre contre l’air du temps. Weber adopte une position d’autant plus rigoriste qu’il s’op­pose à l’anti-intellectualisme ambiant. Il refuse ostensiblement de répondre aux attentes de ses auditeurs et de ses lecteurs. Alors que ses détracteurs dressent un tableau mélodramatique de la jeunesse désorientée, lui encou­rage la jeunesse à accepter la situation actuelle « avec virilité » (S, p. 120 ; W, p. 111). Plutôt que de céder au culte de la personnalité et à la nostalgie du guide, il préconise le sens de la responsabilité personnelle. Ses contra­dicteurs ne le lui pardonneront pas. Kahler dénonce « le terrible haussement d’épaules qui abandonne à eux-mêmes et à leur détresse chaotique ceux qu’animent de vastes aspirations » (K, p. 8).

20En outre, la conférence de Weber provoque des remous en raison de son enjeu qui engage l’identité des différents intervenants. À travers ses consi­dérations sur la vocation de l’homme de science, Weber amorce une réflexion épistémologique sur la nature de l’activité scientifique, une réflexion éthique sur les devoirs du scientifique et une réflexion pédagogique sur la mission des universités. En réagissant à ses thèses, les détracteurs de Weber sont amenés à définir leur propre conception de la science et la mis­sion qu’ils assignent à la connaissance.

21Cette dimension polémique sous-jacente de « Wissenschaft als Beruf » soulève plus généralement la question du statut de la polémique dans la réflexion de Weber. Quel rôle Weber attribue-t-il à l’échange polémique dans le processus de connaissance ? Le savant peut-il légitimement recourir à la polémique ? Y aurait-il, dans la conception weberienne de la science, ce qu’on pourrait appeler une « vocation polémique » ?

III. La polémique comme vocation ?

22Dans « Wissenschaft als Beruf » qu’il fera suivre, le 28 janvier 1919, d’une autre conférence, « Politik als Beruf », Weber établit une stricte sépa­ration entre, d’une part, le domaine scientifique et, d’autre part, le champ du politique et de l’idéologie. Pour Weber, le politique est par définition le domaine de la lutte, de l’action et des prises de position axiologiques. Il souligne par exemple qu’en politique, les mots « ne sont plus des socs de charrue pour ameublir l’immense champ de la pensée contemplative, mais des glaives pour attaquer des adversaires, bref des moyens de combat » (S, p. 102 ; W, p. 96). Le combat politique et idéologique suppose une lutte de concurrence dont l’enjeu ultime est de vaincre et d’imposer sa vision des choses. Weber parle à ce propos de « polythéisme » (S, p. 106 ; W, p. 99), de conflit entre des positions idéologiques irréconciliables dont il est impossible de démontrer scientifiquement le bien-fondé.

23L’homme de science, en revanche, ne vise pas à s’imposer par la lutte. Il avance des raisons et propose des démonstrations dans un contexte d’accep­tation mutuelle de la « validité des règles de la logique et de la méthodo­logie » (S, p. 98 ; W, p. 93). Le rôle de la science n’est pas de combattre, mais d’éclairer.

  • 19  Max Weber, « Der Sinn der “Wertfreiheit” der soziologischen und ökonomischen Wissen­schaften », in (...)

24Tout semble donc indiquer que la polémique se situe, dans l’optique de Weber, du côté du politique et de l’idéologique, et qu’elle n’a pas sa place dans le domaine scientifique. Si Weber avait vécu suffisamment longtemps pour répondre à Kahler, il aurait probablement jugé son pamphlet non pas comme une réponse scientifique à sa thèse, mais comme un retour en force de l’idéologie. Le culte de l’intuition et la mystique germanique célébrés par Kahler sont une illustration exemplaire de ce polythéisme idéologique. Les valeurs défendues par Kahler ne peuvent être réconciliées avec la conception weberienne de la science. On a affaire ici à un cas typique d’« antagonisme des valeurs » (Wertkollision) qui rend tout dialogue véritable impossible19.

25Devons-nous en conclure que la science, selon Weber, est un espace paci­fié qui exclut toute polémique ? Un élément de la conférence suggère que la réponse n’est pas aussi simple. En effet, l’une des fonctions primordiales de la science, selon Weber, est de communiquer ce qu’il appelle des « faits inconfortables » (S, p. 105 ; « unbequeme Tatsachen », W, p. 98), c’est-à-dire des faits dont on préfèrerait ne pas entendre parler ou que l’on préfè­rerait escamoter. Or de tels faits ont pour particularité de provoquer des résis­tances, voire des réactions de rejet. Weber suggère ainsi implicitement que le scientifique doit être prêt à mener bataille pour faire reconnaître ces faits.

  • 20 Weber joue ici sur l’un des termes de prédilection des adeptes du Cercle de George. La boutade est (...)
  • 21 À propos d’un article polémique à l’encontre du Cercle de George, article dont il désap­prouve le p (...)

26C’est d’ailleurs ce que Weber n’a cessé d’accomplir tout au long de sa carrière. La biographie que sa femme Marianne Weber lui a consacrée évoque comme un leitmotiv sa nature belliqueuse et pugnace. Weber n’a jamais reculé devant la polémique. Lui aussi sait manier la formule incisive comme en témoigne son mot célèbre contre les apôtres de l’intuition : « Que les amateurs de vision aillent au cinéma »20. Il reconnaît au savant le droit d’émettre ses objections avec toute la force requise21.

  • 22 Max Weber à Friedrich von Gottl-Ottilienfeld. Lettre du 18 avril 1906. Cette citation est placée en (...)
  • 23 Weber rejette ce qui relève d’une polémique gratuite et infondée : « La passion la plus effrénée ne (...)

27En outre, Weber semble considérer que la polémique peut être à l’occa­sion un instrument fécond de réflexion. Dans une lettre à Gottl-Ottilienfeld du 18 avril 1906, il écrit : « S’il vous plaît, polémiquez le plus vivement que vous pouvez contre mes vues sur les points où nous divergeons »22. Ainsi, pour Weber, la confrontation intellectuelle avec autrui peut être productive. Elle est un prolongement indispensable du débat constant que le penseur engage avec lui-même. L’échange polémique permet d’avancer, de mettre à nu les prémisses de ses raisonnements et d’en cerner plus aisément les limites. Encore doit-il obéir à des règles précises, dont l’aptitude réciproque des intervenants à entendre raison et à se comporter en contradicteurs loyaux23.

  • 24 Cf. « H. K. Fischer - Max Weber, La première controverse autour de L’éthique protestante et l’espri (...)

28En effet, la polémique peut tout aussi bien être parfaitement stérile, sur­tout quand elle est entachée d’incompétence. Après la parution en 1905 de L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme, une controverse s’est enga­gée suite aux remarques critiques d’un certain H. Karl Fischer. À deux reprises, Weber a accepté de répondre à son détracteur dans la revue dont il était l’un des éditeurs, l’Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik. À chaque fois, Weber reproche à son critique de l’avoir lu de travers et surtout de n’avoir aucune connaissance du matériau historique. Weber finit par s’ex­cuser auprès de ses lecteurs d’avoir accepté de répondre à un critique totale­ment incompétent et de leur avoir ainsi infligé une discussion dénuée d’intérêt24.

  • 25 Marianne Weber rapporte l’anecdote suivante à propos d’une rencontre entre Weber et Spengler : « à (...)
  • 26 Jürgen Habermas, « Heinrich Heine und die Rolle des Intellektuellen in Deutschland » in : J. H., Ei (...)

29Cette aversion pour l’incompétence est l’une des raisons pour lesquelles Weber tend à rejeter la figure de l’intellectuel. Dans « Politik als Beruf », il s’en prend à « l’excitation stérile » des intellectuels ainsi qu’au « “roman­tisme de qui est intellectuellement intéressant” d’où le sentiment objectif de la responsabilité est absent » (S, pp. 195-196 ; W, p. 227). Pour lui, l’intellec­tuel est la figure même de celui qui ne peut véritablement rendre raison de ce qu’il avance en raison de son manque d’expertise. L’intellectuel, à ses yeux, souffre d’une maladie chronique : le dilettantisme. L’écrivain Kurt Eisner ou encore Oswald Spengler étaient pour lui des cas typiques de dilettantes25. Jürgen Habermas attribue cette vision négative de l’intellectuel – au demeu­rant très répandue dans l’Allemagne de la première moitié du 20e siècle – à deux facteurs : une fétichisation élitiste de l’esprit et la fonctionnalisation du pouvoir26. Pour Weber, on est savant ou politique, ou l’un et l’autre alternati­vement, mais pas les deux à la fois. Weber a été lui-même savant et poli­tique, mais en se donnant pour règle de se soumettre alternativement aux contraintes respectives de chacun de ces domaines.

  • 27 Comme le souligne Christophe Giolito, la polémique est une « discussion conflictuelle dans laquelle (...)

30« Wissenschaft als Beruf » montre qu’un texte sans caractère polémique explicite peut néanmoins receler une charge polémique suffisante pour pro­voquer des réactions virulentes. Cette dimension polémique tient d’une part à l’importance des enjeux que la conférence soulève. En prenant position sur les thèses de Weber, ses détracteurs engagent leur propre conception du rôle de la science et par conséquent leur propre identité de penseur et de scienti­fique27.

31Ce caractère polémique est également lié au contexte général dans lequel le texte s’inscrit. La conférence et l’attitude intellectuelle qu’elle dénote sont interprétées comme un défi, voire une provocation à une époque où l’anti-intellectualisme est de mise. Weber se situe ouvertement à rebours de l’hori­zon d’attente de ses auditeurs et de ses lecteurs qui espéraient lui voir jouer un rôle de guide et de consolateur.

32Cette dépendance vis-à-vis du contexte immédiat explique pourquoi nombre de polémiques tombent dans l’oubli. Nous pouvons lire aujourd’hui l’essai de Weber en ignorant tout ou presque du contexte polémique immé­diat dans lequel il s’est défini.

33Enfin, la conférence nous permet de mettre à nu une tension dans la réflexion de Weber sur le statut de la polémique dans le champ scientifique. Weber semble vouloir exclure la polémique du champ scientifique. Mais en même temps, il en fait une dimension constitutive du processus de connais­sance, du moins quand elle prend la forme d’une lutte réglée et qu’elle se fonde sur l’expertise. Weber s’intéresse moins au pathos spectaculaire de la joute polémique qu’à l’importance de mettre à nu ce contre quoi l’on se situe. Une telle relation d’antagonisme peut faire avancer le savoir. Mais elle peut tout aussi bien donner prise au dilettantisme et au débat stérile, quand elle met en jeu un ou plusieurs interlocuteurs incompétents.

Notes

1 In : Max Weber, Le Savant et le politique, trad. de l’allemand par Julien Freund, révisé par E. Fleischmann et Eric de Dampierre, Paris, 2002, Plon, Coll. 10/18, p. 122 (abréviation S). Sur la genèse de cette conférence et les circonstances qui l’ont motivée, voir la notice éditoriale de « Wissenschaft als Beruf » (abréviation W) in : Max Weber, Gesamtausgabe, Bd. 17, hrsg. von Wolfgang J. Mommsen und Wolfgang Schluchter in Zusammenarbeit mit Birgitt Morgenbrod, Tübingen, 1992, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), pp. 49-70. Voir également l’introduction de Wolfgang Schluchter, reprise in : Wolfgang Schluchter, Unversöhnte Moderne, 1996, Frankfurt/Main, Suhrkamp, pp. 9-70.

2 Fritz Ringer, The Decline of the German Mandarins. The German Academic Community, 1890-1933, Hanover, 1990, Wesleyan University Press, p. 352.

3 « Le combat qui est mené ici ne vise pas une personne ; il s’agit d’une lutte entre des principes fondamentaux, entre des époques », observe Kahler dans une note introductive. Il reviendra sur ce point en conclusion à son ouvrage en finissant sur ces mots : « Et c’est seulement pour cette jeunesse, et non pour engager une dispute personnellement douloureuse avec un homme que nous respectons dans ses déterminations profondes […] – c’est seulement pour cette jeunesse que nous avons ressenti le besoin d’exprimer tout cela ». Erich von Kahler, Der Beruf der Wissenschaft, Berlin, 1920, Georg Bondi, pp. 5 et 101 (abréviation K).

4 Je n’aborderai pas ici la controverse sur la légitimité des jugements de valeur dans les énoncés scientifiques (« Werturteilsstreit »), controverse qui se développa dès la fin du dix-neuvième siècle et dans le prolongement de laquelle s’inscrit la conférence de Weber. Mon étude porte sur les réactions qui firent suite à « Wissenschaft als Beruf ». Sur l’historique de cette controverse, voir Kurt Wuchterl, « Von der Werturteilsdiskussion um Max Weber zum Positivismusstreit der sechziger Jahre : das Phantom der Wertfreiheit », in : Kurt Wuchterl, Streitgespräche und Kontroversen in der Philosophie des 20. Jahrhunderts, Bern/Stuttgart/Wien, 1997, Verlag Paul Haupt, pp. 15-74.

5 « Max Weber a eu le courage de dénier à la science toute influence décisive sur notre vie tout en s’y ralliant inconditionnellement », observe Erich Wittenberg, « Die Wissen­schaftskrisis in Deutschland im Jahre 1919. Ein Beitrag zur Wissenschaftsgeschichte », in : Theoria, Bd. IV, 1938, p. 243 (abréviation Witt).

6 « Avec Max Weber », poursuit Wittenberg, « […] l’âge du rationalisme va sur son déclin ; avec lui, il descend pour ainsi dire dans la tombe » (Witt, p. 253).

7 De même, Arthur Salz évoque « l’impression de résignation lasse, qui était – comme chacun sait – tout à fait étrangère à l’auteur » Arthur Salz, Für die Wissenschaft gegen die Gebil­deten unter ihren Verächtern, München, 1921, Drei Masken Verlag, p. 12 (abrévation Salz). Selon Erik Wolf, « il y avait trop de résignation dans sa critique », Erik Wolf, « Max Webers ethischer Kritizismus und das Problem der Metaphysik », in : Logos, Bd. 19, 1930, p. 368.

8 Ernst Troeltsch, « Die Revolution in der Wissenschaft » (1925), in : Hans Albert / Ernst Topitsch (Hrsg.), Werturteilsstreit, Darmstadt, 1971, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, p. 118 (abréviation T). Dans le même ordre d’idées, Kahler décrit la position de Weber comme « très résignée » (K, p. 23). Rickert mentionne le « ton de résignation » dont est empreinte l’analyse de Weber (Heinrich Rickert, « Max Weber und seine Stellung zur Wissenschaft », Logos, Bd. 15, 1926, p. 232, abréviation R). Erich Wittenberg, pour sa part, parle de « profonde résignation » (Witt, p. 256) et de « scepticisme sombre » (Witt, p. 257). Erich Voegelin, enfin, consacre un long développement à la résignation weberienne, liée selon lui au « sentiment douloureux de la perte » : « car la résignation n’est pas le renonce­ment tout court, mais le renoncement avec la pleine conscience et la reconnaissance de la valeur perdue ». Erich Voegelin, Die Grösse Max Webers, éd. par Peter J. Opitz, München, 1995, Wilhelm Fink Verlag, pp. 15-18.

9 « La conférence de Weber », remarque Wittenberg, « n’offre de fait qu’un tableau tout à fait unilatéral de la situation scientifique et culturelle de notre époque » (Witt, p. 263). Ernst Robert Curtius considère que la conception weberienne de la science est « trop étroite et manque de clarté », Ernst Robert Curtius, « Max Weber on Science as Vocation » (abrévia­tion C), in : Max Weber’s « Science as a Vocation », edited by Peter Lassman and Irving Velody with Herminio Marins, London, 1989, Unwin Hyman, p. 74 (Il s’agit de la traduction en anglais d’un article paru en 1920 dans Die Arbeitsgemeinschaft).

10 L’un des critiques les plus virulents sur ce point est Max Scheler. Il attribue la « dichotomie radicale que Weber établit entre la science spécialisée axiologiquement neutre et l’abandon ignorant et aveugle aux puissances irrationnelles […] pour l’élaboration d’une vision du monde à une méconnaissance radicale et donc à l’exclusion du maillon inter­médiaire entre la foi, la religion et la science positive, qui seul mérite d’être appelé “Philosophie” », Max Scheler, « Max Webers Ausschaltung der Philosophie », in : Gesammelte Werke, Bd. 8, Bern, 1960, Francke Verlag, p. 431.

11 Ernst Robert Curtius reproche à Weber d’avoir calqué sa conception de la science sur « les sciences de la nature mécanistes des trois siècles derniers et sur l’idéal contemporain de précision scrupuleuse » (C, p. 73). Pour Eduard Spranger, Max Weber s’en tient au « posi­tivisme de l’exposition des faits », « Der gegenwärtige Stand der Geisteswissenschaften und die Schule » (1922, 2e éd. 1925), in : Eduard Spranger, Gesammelte Schriften, Bd. 1, hrsg. von Gottfried Bräuer und Andreas Flitner, Heidelberg, 1969, Quelle & Meyer Verlag, p. 64 (abréviation Spr).

12 La réponse de Weber, souligne Kahler, implique le « renoncement explicite de la science ancienne à la conduite spirituelle de l’homme » (K, p. 31). Krieck est encore plus explicite sur ce point en affirmant qu’en renonçant à former la communauté nationale, la science se coupe de la vie : « Lorsque la théorie économique proclama sa “neutralité axiologique”, elle rompit d’elle-même son lien avec la réalité et la vie. […] Certes, la science ne doit pas se faire prophète […] Mais elle se doit d’éduquer ». Ernst Krieck, Die Revolution der Wis­senschaft. Ein Kapitel über Volkserziehung, Jena, 1920, Eugen Diederich, pp. 42-43, 57.

13 Sans verser dans le « pragmatisme pédagogique » de Krieck, Spranger attribue à la science une mission formatrice impliquant nécessairement des jugements de valeur : « Deux ex­trêmes sont également insupportables : le spécialiste des sciences de l’esprit réduit à un appareil enregistreur axiologiquement neutre, et le chercheur […] qui laisse libre cours à sa subjectivité au nom de la science. Avoir une science de l’esprit sans effet aucun sur l’attitude à adopter vis-à-vis de l’existence : merci bien […] Les jugements de valeur étayés par la science doivent être permis […] On ne peut totalement séparer l’une de l’autre vision du monde et science ». Aux yeux de Spranger, la mission formatrice de la science est particulièrement fondamentale en milieu scolaire : « Pour l’éducation de l’homme, [les] évaluations sont décisives » (Spr, pp. 59, 62-63, 66).

14 Erich von Kahler (1885-1970) avait étudié l’histoire et la philosophie à Berlin, Munich et Heidelberg où il entra en contact avec le cercle de Weber, et tout particulièrement avec Alfred Weber et Arthur Salz. Il fut aussi influencé par Gundolf et le Cercle de George et, plus tard, par Thomas Mann. Il émigra aux états-Unis, à Princeton, en 1938.

15 La science ancienne entraîne la « décomposition de la structure organique ». Elle provoque une « atrophie croissante du cœur et de son instinct vivant » : « à quoi a mené tout ce soi-disant “progrès si célébré du savoir”, ce “processus d’intellectualisation” […] ? à une cata­strophe d’une ampleur […] sans précédent […] à une plongée dans la barbarie ». (K, pp. 35 et 47-48).

16 Cette stratégie que Marc Angenot dénomme « amalgame » ou « règle de l’ennemi unique » a été repérée par Arthur Salz : « Une critique qui englobe toute la science sans connaître ni présenter minutieusement l’état du savoir et des réalisations scientifiques dans les provinces les plus diverses de l’énorme champ de la connaissance me semble inacceptable […] et peu probante » (Salz, p. 23). Ernst Troeltsch émet une objection du même ordre : « On ne fera pas tort au sympathique auteur en affirmant que sa généralisation de la science ancienne est une aberration confuse qui repose sur une connaissance très imprécise des sciences posi­tives » (T, p. 117). Voir Marc Angenot, La Parole pamphlétaire. Typologie des discours modernes, Paris, 1982, Payot, pp. 126-130.

17 Le pathos dont est empreint le texte de Kahler caractérise également nombre d’essais critiques à l’égard de Weber. Ainsi, Erich Wittenberg compare l’effet produit par sa con­férence à « un champ de ruines spirituel ». Il évoque la « jeunesse » qui « s’interroge le cœur battant, dans l’attente d’une réponse sur le sens de la vie et du monde » (Witt, pp. 244 et 239).

18 « L’Allemagne est devenue le théâtre de l’ancienne défaite parce qu’elle est destinée à devenir le théâtre de la nouvelle victoire », (K, p. 35). La science que Kahler a en vue doit renouer avec la spécificité germanique (K, p. 97).

19  Max Weber, « Der Sinn der “Wertfreiheit” der soziologischen und ökonomischen Wissen­schaften », in : Gesammelte Aufsätze zur Wissenschaftslehre, hrsg. von Johannes Winckelmann, Tübingen, 1992, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), p. 508 / Max Weber, Essais sur la théorie de la science, traduits de l’allemand et introduits par Julien Freund, Paris, 1992, Plon, p. 390.

20 Weber joue ici sur l’un des termes de prédilection des adeptes du Cercle de George. La boutade est tirée du passage suivant : « La mode ou une nostalgie de littérateur entre­tiennent la croyance selon laquelle on peut se passer de l’expert ou le reléguer au rang de travailleur subalterne au service du “visionnaire”. Presque tous les scientifiques ont une dette quelconque envers les dilettantes à qui ils doivent souvent des aperçus très précieux. Mais le dilettantisme comme principe de la science serait la fin de tout. Que les amateurs de vision aillent au cinéma », Max Weber, Religionssoziologie, I, p. 14, cité par Wolfgang Schluchter, op. cit., p. 65. Il n’est pas exclu, selon Schluchter, que ce passage soit une réaction directe au pamphlet de Kahler qui recourt abondamment au thème de la « vision » et dont Weber avait peut-être eu connaissance par l’entremise de Salz. Weber développe également cette idée dans « Wissenschaft als Beruf » en signalant que « nous devons […] beaucoup de nos meilleures hypothèses et connaissances à des dilettantes. Ceux-ci ne se distinguent du spécialiste […] que par l’absence de sûreté dans la méthode de travail et, très souvent en conséquence, par l’incapacité de vérifier, d’apprécier et d’exploi­ter la portée de leur intuition » (S, p.83 ; W, p. 82).

21 À propos d’un article polémique à l’encontre du Cercle de George, article dont il désap­prouve le propos, il observe au sujet de l’auteur : « C’est tout à fait son bon droit de s’exprimer sous une forme incisive. Je ne suis pas amateur des polémiques qui avancent à pas feutrés », cité par Marianne Weber, Max Weber. Ein Lebensbild (1926), 3. Auflage, Tübingen, 1984, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), p. 467.

22 Max Weber à Friedrich von Gottl-Ottilienfeld. Lettre du 18 avril 1906. Cette citation est placée en exergue au livre de Wolfgang J. Mommsen, Max Weber und die deutsche Politik, 1890-1920, 2. überarb. u. erw. Auflage, Tübingen, 1974, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck).

23 Weber rejette ce qui relève d’une polémique gratuite et infondée : « La passion la plus effrénée ne devrait pas s’en prendre à autrui en le traînant dans la boue », cité par Marianne Weber, op. cit., p. 467.

24 Cf. « H. K. Fischer - Max Weber, La première controverse autour de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme », présentation et traduction par Jean-Pierre Grossein, in : Enquête, N° 5, premier semestre 1997, pp. 163-192.

25 Marianne Weber rapporte l’anecdote suivante à propos d’une rencontre entre Weber et Spengler : « à cette époque, on discute dans le séminaire de Weber de l’ouvrage d’Oswald Spengler qui préoccupe tous les esprits (Le Déclin de l’occident). Weber y voit la philo­sophie de l’histoire d’un “dilettante” très brillant et très érudit, qui essaie de faire rentrer les résultats de la recherche historique dans ses constructions spéculatives. Certains participants au séminaire, qui connaissent l’auteur personnellement, souhaitent organiser un débat entre Spengler, Weber et quelques autres penseurs. Les hommes sont prêts à croiser le fer. Par une claire et froide journée d’hiver, il se rencontrent dans les salons de la mairie. […] La joute intellectuelle dure une journée et demie et se révèle extrêmement captivante. Weber lance ses attaques avec précaution et avec les armes les plus chevaleresques. Son respect pour un esprit si différent du sien rend sa critique supportable. D’autres procèdent avec beaucoup moins d’égards. Spengler conserve une attitude noble et posée au fur et à mesure que l’on défait une à une les pierres de son édifice. Les interlocuteurs ne parviennent pas à se convaincre mutuellement sur le fond », Marianne Weber, op. cit., pp. 685-686.

26 Jürgen Habermas, « Heinrich Heine und die Rolle des Intellektuellen in Deutschland » in : J. H., Eine Art Schadensabwicklung. Kleine politische Schriften VI, Frankfurt/Main, 1987, Suhrkamp, p. 42.

27 Comme le souligne Christophe Giolito, la polémique est une « discussion conflictuelle dans laquelle l’enjeu outrepasse l’objet circonscrit qui lui était donné au départ, parce qu’il concerne les conditions communes d’appréhension de cet objet », Christophe Giolito, « Le Débat cartésien entre Alquié et Gueroult : controverse ou polémique ? » in : Magid Ali Bouacha / Frédéric Cossutta (Ed.), La Polémique en philosophie. La polémicité philoso­phique et ses mises en discours, Dijon, 2000, Editions Universitaires de Dijon, p. 117.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540