Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

« Polemiker wider Willen » : Max Brod et l’identité juive

Gaëlle Vassogne

Texte intégral

1L’œuvre de Max Brod, fort connue dans les pays germaniques dans l’entre-deux-guerres mais largement tombée dans l’oubli à l’heure actuelle, est caractérisée par sa très grande diversité. En effet, cet auteur s’est d’abord essayé, au sein du mouvement expressionniste, à la poésie et au roman pour ensuite, et sans pour autant abandonner ces deux genres, se consacrer égale­ment au théâtre, à la philosophie, à la critique littéraire, théâtrale et musicale, mais aussi à la composition. Il a par ailleurs exercé, en tant que sioniste, un rôle politique non négligeable au sein de la première République tchéco­slovaque. Ces multiples activités ayant eu pour but de couvrir au maximum le champ intellectuel de son époque, il était par conséquent obligatoire pour Brod de sacrifier à la mode polémique, particulièrement prégnante dans les premières décennies du vingtième siècle et passage obligé pour tout auteur désireux d’occuper une place significative.

  • 1 Max Brod, Streitbares Leben. München, 1960, Kindler, p. 7.
  • 2 « [Ich] hatte erkannt, daß derjenige, der “ja” zu einem Menschen oder einer Situation sagt, tausend (...)
  • 3 Ibid.

2Dans les premières pages de son autobiographie Streitbares Leben (Une vie combative) publiée en 1960, Brod se définit lui-même comme un « Polemiker wider Willen »1, un polémiste à son corps défendant. Il com­mence par se déclarer fermement opposé à toute forme de polémique, car selon lui, celui qui « aborde positivement une personne ou une situation en retire toujours mille fois plus que celui qui s’y oppose »2. Il avoue cependant que, bien qu’ayant toujours cherché à adopter une attitude de « Nicht-Befeinden »3, bien qu’ayant toujours évité de se faire des ennemis, il a été, à chaque moment de son existence, impliqué dans une polémique.

3Mais il souligne également que la faute ne lui en revient pas totalement, cette tendance à s’engager dans toutes sortes de polémiques étant bien davantage à mettre sur le compte de la ville de Prague où il vécut de sa nais­sance à son départ pour l’exil en mars 1939 :

  • 4 « Das alte österreichische Prag war eine Stadt, in der nur nicht die einzelnen gegeneinander polemi (...)

« La vieille Prague autrichienne était une ville où non seulement la polé­mique faisait rage entre les individus mais où régnait un combat entre trois nations : les Tchèques en tant que majorité, les Allemands en tant que mino­rité et les Juifs en tant que minorité à l’intérieur de cette minorité […] Prague, la ville des trois nations, la ville polémique »4.

4Pour la plupart des membres de ce que Brod appellera en 1960 le « cercle de Prague », le caractère polémique de la ville semble avoir été vécu comme paralysant, ils ont donc cherché à s’échapper de Prague pour affirmer ailleurs, à Berlin et à Leipzig principalement, leur identité d’écrivains. Mais Brod ne semble pas avoir vécu le fait de résider à Prague comme un obstacle à la création et à son intégration dans le champ intellectuel de l’époque. Il publie en effet ses poésies, nouvelles et articles critiques dans les nom­breuses revues qui fleurissent dans les premières décennies du vingtième siècle. Il ne semble réserver son travail à aucun journal en particulier : entre 1905 et 1925, on recense en effet plus de 400 publications dans 69 revues différentes. On peut penser que cette activité frénétique relève d’une volonté quasi-obsessionnelle d’affirmer sa présence dans le champ littéraire. Et c’est dans cette volonté que s’inscrit vraisemblablement l’activité polémique de Max Brod. Contrairement à ce qu’il sous-entend lorsqu’il se qualifie de « Polemiker wider Willen », il semble que son implication dans la première polémique de sa carrière, celle qui l’oppose à Karl Kraus en 1911 et se révè­lera la plus marquante, est bien le fruit de sa volonté et non une simple réac­tion à une attaque contre son œuvre ou sa personne. Il sera bien sûr engagé dans d’autres polémiques, de moindre importance, mais ce n’est pas lui qui en aura pris l’initiative, il se contentera de se défendre et ne réussira que très rarement à avoir le dernier mot.

  • 5 Voir par exemple : Donald G. Daviau, « Max Brod and Karl Kraus », in : Margarita Pazi (Hrsg.), Max (...)

5Brod prend une part active à la polémique qui oppose Karl Kraus à la revue Die Aktion, dont le rédacteur en chef, Franz Pfemfert, a lancé un mou­vement de soutien au rédacteur de Pan, Alfred Kerr, attaqué par Kraus pour ses pratiques journalistiques. Parmi les nombreux écrivains qui défendent Kerr, Brod est le seul à s’attaquer directement à Karl Kraus. Le contenu de cette polémique a déjà été largement étudié5, mais il est nécessaire ici de souligner la virulence de Brod ainsi que le caractère déplacé, voire absurde de ses arguments.

6Dans un premier article, Brod met l’accent sur le style de Kerr, pas sur son activité de critique :

  • 6 « Das Wichtigste, was ein Autor leisten kann, hat er gebracht : eine neue Spra­che, neue Möglichkei (...)

« La chose la plus importante que peut faire un auteur, il l’a réussi : créer une nouvelle langue, de nouvelles possibilités d’expression et de reconnaissance. Le fait qu’il soit également critique m’indiffère. à quoi bon une critique ? Il ne devrait y avoir que la poésie et une esthétique théorique, développée dans les détails »6.

  • 7 « Übrigens ist er sehr schön. Ich meine : persönlich sehr schön anzusehen. Das ist sehr wichtig und (...)
  • 8 Max Brod, « Ein mittelmäßiger Kopf. Studie. Betrachtungen über Essayismus und Polemik gegen Karl Kr (...)
  • 9 « Ein mittelmäßiger Kopf dagegen, wie Karl Kraus, dessen Stil nur selten die beiden bösen Pole der (...)

7Ces arguments sont, bien entendu, recevables, bien qu’ils ne répondent pas directement à ce qui constitue la motivation principale de Kraus, c’est-à-dire l’absence de considération morale chez Kerr, qui n’hésite pas à dévoiler la vie privée de sa cible, en l’occurrence le chef de la police berlinoise. Mais l’attaque contre Kraus prend un tour absurde lorsque Brod souligne que Kerr est beau et que « les poètes doivent être beaux »7. Il qualifie Kraus de « mittelmäßiger Kopf »8 (« esprit médiocre »), d’« essayiste » qui confond l’art et la science, les motivations et les moyens. Il s’en prend également à son style qu’il accuse de se mouvoir constamment entre les deux pôles « Ka­lauer und Pathos »9 (« le calembour et le pathos »). Evidemment, la réponse de Kraus est cinglante, il lui suffit de citer un passage particulièrement mal écrit du roman de Max Brod, Jüdinnen, pour dénier à Brod toute autorité en matière de style, et de l’achever avec deux formules assassines :

  • 10  « [Max Brod] schreibt einen polemischen Essay, um zu begründen, warum er den polemischen Essay für (...)

« Max Brod écrit un essai polémique pour expliquer pourquoi il considère l’essai polémique comme un genre littéraire de seconde zone »10

  • 11 Ibid. Ce jeu de mots est intraduisible.

et « Geist auf Brod geschmiert ist Schmalz »11. Brod ne répond rien.

8L’aspect irrationnel de l'attaque contre Kraus, son caractère presque suici­daire et ses arguments qui n’ont, au fur et à mesure des articles, plus grand-chose à voir avec une prise de position pour ou contre Alfred Kerr, tout cela pousse à s’interroger sur les véritables motivations de Brod.

9Il semble que la première explication qu’on peut donner est la rancune personnelle qu’entretenait Brod à l’égard de Kraus, et ce pour deux raisons.

10En 1906/1907, Brod, qui commençait tout juste son activité littéraire, avait cherché à attirer l’attention de Kraus sur son travail, lui faisant parvenir son essai « Theorie der Kritik ». Mais celui-ci lui fit répondre qu’il ne sou­haitait pas s’engager dans l’analyse de travaux d’autres auteurs. Le dépit de Brod est sensible dans la réponse qu’il adresse à Kraus le 20 juillet 1907 :

  • 12 « […] das beruht wohl auf einem Mißverständnis. Ich habe Ihnen meine Arbeit nicht zur Prüfung übers (...)

« Cela repose certainement sur un malentendu. Je n’ai pas soumis mon travail à votre examen. En effet, personne ne peut me faire revenir sur l’opinion que j’ai de mon travail, pas même vous… Je vous l’ai adressé comme un témoi­gnage de gratitude, comme un cadeau qui ne vous oblige en rien, pour vous offrir à mon tour un plaisir à ma manière, en réponse au plaisir que m’ont procuré vos écrits »12.

11À ce que Brod semble percevoir comme une injure s’ajoute ce qu’il consi­dère comme une trahison : le fait que ses amis Willy Haas et Franz Werfel aient succombé pour un temps à l’influence de Karl Kraus.

  • 13 « Ich erkläre hiermit : daß mir von einer solchen Führerschaft und Orga­nisation nicht das mindeste (...)

12Par ailleurs, il semble qu’il ne suffisait visiblement pas à Brod d’être présent dans l’immense majorité des revues de l’époque et d’avoir tissé des liens avec tout ce que la vie littéraire de l’époque comptait de célébrités, il lui fallait aussi réaliser un « grand coup » pour s’imposer définitivement dans le champ intellectuel. Brod polémique moins contre l’attaquant de Kerr que contre l’incarnation d’une autorité que Brod revendique pour lui-même : Karl Kraus est l’autorité à Vienne, Max Brod voudrait bien être l’autorité à Prague, même s’il s’en défend en 1918 dans les colonnes du journal Der Friede. Pour répondre à une série d’articles qui évoquent l’existence d’un groupe d’écrivains pragois dont Brod serait le chef et l’organisateur, celui-ci déclare « qu’il ne sait rien d’une telle […] organisation […] [Il] refuse caté­goriquement de se sentir responsable pour ce qui est publié à Prague ou par des Pragois »13. Une telle dénégation équivaut sans doute à l’aveu de celui qui voit ses motivations secrètes exprimées au grand jour.

  • 14 « Das Jahrbuch Arkadia will sich von dieser gehässigen Stellung gegen die Welt abgrenzen », Max Bro (...)

13Cette interprétation est corroborée par le fait que Brod a créé, en 1913, sa propre revue, Arkadia, dans laquelle apparaissent les noms de Walser, Werfel, Blei, Pick, Kafka, Baum, Mell, Wolfenstein, Hans et Franz Jano­witz, Tucholsky … Il semble qu’il veuille ainsi faire jeu égal avec Kraus, qui « avait son propre journal à sa disposition », tout en continuant à s’opposer à lui. En effet, la préface contient une référence, non explicite cette fois, à Karl Kraus : « La revue Arkadia veut se distancier de cette position haineuse vis-à-vis du monde »14.

  • 15 Max Brod, « Ein mittelmäßiger Kopf. Studie. Betrachtungen über Essayismus und Polemik gegen Karl Kr (...)
  • 16 « Ich forderte einen der schärfsten Polemiker der Zeit heraus, dem übrigens ein eigenes Blatt zur V (...)
  • 17 « Der mittelmäßige Kopf empfindet die Welt nur als Konkurrenz seiner eigenen Bedeutung. Er polemisi (...)

14S’opposer à Kraus, c’est affirmer sa propre position, revendiquer un rôle important. Brod l’avoue lui-même lorsqu’il sous-titre l’un des ses articles dans Die Aktion « polémique contre Karl Kraus »15 et déclare dans son auto­biographie : « Je défiai l’un des polémistes les plus féroces de l’époque »16. Ce n’est pas Kraus qu’il défie, c’est une figure qui fait référence dans son époque. Lui qui reproche à l’auteur de la Fackel de se lancer dans des polé­miques « non pas pour améliorer le monde mais pour s’affirmer face au monde »17, semble faire de même.

  • 18 « Der Judaismus hat der schönen menschlichen Seele das Gift eingeimpft, das bis auf den heutigen Ta (...)

15Mais les motivations de Brod dépassent le cadre de la rancune et de l’ambition personnelles. En effet, dans Streitbares Leben, il souligne l’anti­sémitisme de Kraus en lui reprochant d’avoir pris le parti des anti-Drey­fusards et d’avoir imprimé dans la Fackel, sans aucun commentaire, un article de Stanislaw Przybyszewski dans lequel on pouvait lire : « Le ju­daïsme a inoculé à la belle âme humaine le poison qui détruit l’humanité jusqu’au jour d’aujourd’hui »18. Il semble donc que l’attaque de Brod ait également été motivée, de façon moins directement évidente mais tout aussi importante, par l’attitude de Kraus envers le peuple juif. Elle est par consé­quent indissociable de l’engagement de Brod pour la cause sioniste, engage­ment qui a pris naissance en 1909 à l’occasion des conférences pragoises de Martin Buber et marque la fin de la période que Max Brod qualifie lui-même « d’indifférentiste », période durant laquelle son activité littéraire était placée sous l’influence déterminante de Schopenhauer. Le retrait du monde et la contemplation font place à une volonté d’engagement. La discussion qui op­pose Brod à Kraus est la première polémique d’importance dans laquelle s’est engagé l’auteur pragois, elle est le signe d’une volonté croissante de définir pour soi-même et pour les juifs de Prague dans leur ensemble, un champ d’action et d’influence.

16Mais cette tentative d’utiliser la polémique pour sortir de la polé­mique, c’est-à-dire de mettre fin, grâce à la polémique, à la situation instable qui était celle des juifs à Prague, la ville-polémique, est vouée à l’échec. Brod n’est pas à la hauteur de l’adversaire qu’il s’est choisi et doit donc recourir à un autre moyen : on assiste alors à un glissement de la querelle littéraire à l’action politique.

17Dès le 22 octobre 1918, c’est-à-dire six jours avant la proclamation de l’indépendance de la Tchécoslovaquie, Brod participe à la création du con­seil national juif dont il est le vice-président. C’est à ce titre que Masaryk lui confie, fin 1919, une mission dont le but était

  • 19 Max Brod : « Als meine Aufgabe sah ich Folgendes an : Die Stimmung der Juden in der Slowakei zu erk (...)

« d’aller se rendre compte de l’état d’esprit des juifs de Slovaquie et d’influencer cet état d'esprit dans le sens du nationalisme juif et en faveur de l’idée de la nation tchécoslovaque »19.

18Dans toutes les lettres qu’il adresse à Masaryk, Brod lie son travail en faveur de l’état tchécoslovaque à son action pour la nation juive. Cette atti­tude traduit en fait la position assez habile qu’il a adoptée dans ses rapports avec Masaryk et que l’on peut résumer de la façon suivante : la nation juive serait un des meilleurs soutiens du nouvel état contre les revendications territoriales et politiques des minorités allemandes, pour peu qu’elle soit effectivement reconnue en tant que nation par le gouvernement auquel elle serait alors fortement attachée. Cette méthode, que l’on peut qualifier de subtil chantage, s’avère payante puisque l’article 6 de la constitution adoptée le 29 février 1920 reconnaît aux juifs le droit de se revendiquer comme minorité nationale.

  • 20 M. Spitzer, « Ein tschechoslowakischer Zionistentag » et M. Brod, « Erwiderung », in : Selbstwehr. (...)

19Le rôle politique incontestable joué par Brod durant les premières an­nées de la République tchécoslovaque relève davantage du jeu d’influence que de la politique publique. Echaudé par l’humiliation que lui a infligée Kraus, Brod préfère désormais se consacrer à un discret travail de fond plu­tôt que de se livrer à des attaques publiques. À Spitzer qui, dans les colonnes de l’hebdomadaire sioniste pragois Selbstwehr, reproche au conseil national juif d’œuvrer dans l’ombre, Brod répond en effet que l’action en faveur de la communauté juive doit être menée discrètement pour empêcher tout travail de sape de la part de ses adversaires, et particulièrement des assimilation­nistes20. Pour asseoir sa position, et par ricochet celle de la communauté juive, Brod cherche à s’inscrire en tant que médiateur, passeur, dans tous les domaines de la vie publique.

  • 21 « […] Max Brod nimmt ruhigen Sinnes eine Ernennung zum Sektionsrat in der Presse­abteilung des Mini (...)
  • 22 « [Die Herren vom “Sozialdemokrat”] wissen, daß ich in genau demselben Sinne, in dem ich bisher als (...)

20C’est dans cette optique qu’il faut considérer son activité de critique au sein de deux importants journaux pragois de langue allemande, le Prager Abendblatt (de 1921 à mars 1924) et le Prager Tagblatt (de mars 1924 à mars 1938). Les articles de Brod, bien que majoritairement consacrés à l’art allemand, font également une grande place au théâtre, à la littérature et à la musique tchèques. Il se consacre également à élargir la popularité des com­positeurs Leos Janácek et Jaromir Weinberger en traduisant les livrets de leurs opéras en allemand. À l’affirmation revendicatrice, Brod préfère désor­mais la médiation discrète. Son rôle en faveur de la culture tchèque lui attire bien entendu les foudres d’une partie de la minorité allemande, comme en témoigne la polémique qui l’a opposé au journal Der Sozialdemokrat. Celui-ci reproche à Brod d’avoir accepté sans ciller sa nomination au poste de « conseiller auprès du service de presse ministériel », ce qui équivaut à jouer le rôle « d’avocat de l’attaque envers les biens culturels et scolaires des Alle­mands dans ce pays, c’est-à-dire à [servir] d'outil obéissant soutenant par ses paroles et ses écrits la propagande mensongère menée par le gouvernement à l’étranger »21. Brod ne peut se soustraire à la polémique, mais plutôt que de lui opposer une réponse franche, il en déplace légèrement les implications et la retourne à son avantage. En effet, il ne répond pas à l’accusation principale, celle qui lui reproche d’œuvrer en faveur du gouvernement, mais il en profite pour proclamer son impartialité en soulignant que son travail de critique est subordonné à un « esprit de justice » qu’il applique également aux œuvres allemandes et tchèques, le critère déterminant n’étant pas de savoir si une œuvre est « allemande ou tchèque mais si elle est bonne ou mauvaise »22. Brod ne s’engage plus volontairement sur le terrain de la polémique, car il sait d’expérience qu’il serait alors la proie de cuisantes défaites, il se contente de dévier les attaques qui lui sont portées pour réaffir­mer sa position de médiateur et le rôle central du peuple juif au sein de la communauté pragoise, rôle dont il se veut l’emblème.

  • 23 « Pallenberg […] spielt den Schwejk nicht in der autorisierten Fassung von Brod und Reimann », Max (...)

21En 1931, Brod protestera cependant, dans les colonnes du Prager Tag­blatt, suite à la représentation par Max Pallenberg des Aventures du brave soldat Chveïk, jugeant que l’interprétation n’était pas suffisamment fidèle à l’adap­tation qu’il en avait faite avec Hans Reimann. Cherchant à affirmer encore une fois sa position dans le champ intellectuel de l’époque, il écrira : « Pallenberg […] ne joue pas Chveïk dans la version autorisée, celle établie par Brod et Reimann »23.

  • 24 Max Brod, Rassentheorie und Judentum. Prag, 1934, Barissia, Schriften zur Diskussion des Zionismus (...)
  • 25 « Der Mut zur Mitte », titre d’un article de Max Brod paru dans Prager Tagblatt le 1er août 1934, p (...)
  • 26 « Jetzt hat sich Brod […] an einen Tisch mit Herrn F.K. Günther, dem Rasse-Rabbi der Nazis gesetzt  (...)
  • 27 Sur ce sujet, voir : Valérie Robert: Partir ou reste ? Les intellectuels allemands devant l'exil. P (...)

22Et c’est uniquement pour défendre sa position de médiateur que Brod emploie à nouveau l’arme de la polémique. En 1934, il consacre en effet son ouvrage Rassentheorie und Judentum24 à la réfutation pied à pied des arguments développés par l’un des théoriciens du nazisme, Hans F.K. Günther. Cette tentative relève de ce qu’il appelle lui-même le « courage de défendre la position médiane »25. Mais cette tentative polémique manque sa cible et se retourne contre son auteur. L’ouvrage, qui avait pour but de pro­voquer un débat avec les théoriciens nazis, ne suscite aucune réponse de la part de Günther ou de Blüher, la réaction venant du propre camp de Brod. Balder Olden, écrivain exilé, se livre à une métapolémique, en polémiquant sur la polémique, c’est-à-dire en reprochant à Brod d’avoir cherché à discuter avec Günther, le « rabbin de la race des nazis»26, au lieu de simple­ment tourner ses théories en ridicule. Pour Olden, la stratégie polémique est dépassée, elle n’est plus adaptée aux circonstances. Face aux intellectuels nazis, il ne s’agit plus de chercher à établir une communication mais bien au contraire de la refuser, de faire acte d’ex-communication27. Et Brod est forcé d’en convenir, c’est-à-dire de renier implicitement la tentative que représente son livre. Il répond ainsi à Balder Olden :

  • 28 « Dabei bin ich mir ganz klar darüber, daß der Kampf letzten Endes nicht im geistigen Raum zu Ende (...)

« Ce combat ne va pas être gagné dans le domaine des idées, c’est-à-dire grâce à des arguments. Les derniers pas, les pas décisifs ne peuvent être accomplis que par la force, les armes à la main en brisant toute résistance, de façon dictatoriale et irrationnelle. Car les hommes ne sont pas uniquement des êtres de raison… »28.

23Écrire cela, c’est avouer son échec aussi bien en tant que polémiste qu’en tant que représentant de la communauté juive à laquelle il a voulu conférer une position médiane au sein des différentes communautés pragoises.

24La relation de Brod à la polémique apparaît finalement comme un rendez-vous manqué. Certaines époques imposent la polémique comme mode nécessaire d’expression. C’était le cas dans l’espace germanique avant la Première Guerre mondiale, au moment où le champ littéraire était placé sous l’influence déterminante de Karl Kraus qui était au centre du réseau polé­mique de l’époque. Brod en était bien conscient et c’est parce qu’il cherchait à s’imposer dans ce champ qu’il s’est attaqué de façon irraisonnée à l’auteur de la Fackel. L’amère défaite qu’il a essuyée l’a conduit à mettre en œuvre d’autres stratégies, plus discrètes et pour lui plus efficaces. Mais il semble cependant en avoir éprouvé un regret car il a à nouveau voulu employer l’arme polémique en 1934, méconnaissant le fait que cette époque ne s’y prêtait plus et que les querelles littéraires devaient laisser la place à des moyens d’action plus radicaux, conduisant à une exclusion de l’adversaire du champ littéraire et scientifique et déplaçant le combat dans le champ politique où il ne faut plus argumenter mais agir.

Notes

1 Max Brod, Streitbares Leben. München, 1960, Kindler, p. 7.

2 « [Ich] hatte erkannt, daß derjenige, der “ja” zu einem Menschen oder einer Situation sagt, tausendmal mehr von diesem Menschen, dieser Tatsache erfaßt und weiß als jener, der “nein” zu ihnen sagt », ibid.

3 Ibid.

4 « Das alte österreichische Prag war eine Stadt, in der nur nicht die einzelnen gegeneinander polemisierten, sondern drei Nationen standen im Kampf gegeneinander : Die Tschechen als Majorität, die Deutschen als Minorität und die Juden als Minorität innerhalb dieser Minorität […] Prag, die Stadt der drei Nationen, die polemische Stadt », ibid., pp. 7 ‑ 8.

5 Voir par exemple : Donald G. Daviau, « Max Brod and Karl Kraus », in : Margarita Pazi (Hrsg.), Max Brod 1884 – 1984. Untersuchungen zu Max Brods literarischen und philoso­phischen Schriften. New York, 1987, Peter Lang, pp. 207‑232 ; Kurt Krolop, « … In einer Prager Zeitschrift. Karl Kraus, Max Brod und die Prager Herder‑Blätter », in : Wolfgang Hackl / Kurt Krolop  (Hrsg.), Wortverbunden – Zeitbedingt. Perspektiven der Zeitschrif­tenforschung. Wien, 2001, Studien Verlag, pp. 147‑153.

6 « Das Wichtigste, was ein Autor leisten kann, hat er gebracht : eine neue Spra­che, neue Möglichkeiten, sich auszudrücken und zu erkennen. Daß er nebstbei Kritiker ist, langweilt mich. Wozu Kritik ? Es sollte Dichtung geben, und theoretische, ins feinste ausgearbeitete Ästhetik », Max Brod, « Alfred Kerr », in : Die Aktion I, 1911, colonne 336.

7 « Übrigens ist er sehr schön. Ich meine : persönlich sehr schön anzusehen. Das ist sehr wichtig und gut. Dichter sollen schön sein […] », ibid.

8 Max Brod, « Ein mittelmäßiger Kopf. Studie. Betrachtungen über Essayismus und Polemik gegen Karl Kraus », in, Die Aktion I, 1911, colonnes 622‑625.

9 « Ein mittelmäßiger Kopf dagegen, wie Karl Kraus, dessen Stil nur selten die beiden bösen Pole der Literatur, Pathos und Kalauer, vermeidet, sollte es nicht wagen dürfen, einen Dichter, einen Neuschöpfer, einen Erfreuer zu berühren. – So würde ich die Welt ein­richten », Max Brod, « Alfred Kerr », op. cit.

10  « [Max Brod] schreibt einen polemischen Essay, um zu begründen, warum er den polemischen Essay für eine niedrige Kunstgattung hält », Karl Kraus, « Selbstanzeige », in : Die Fackel 13, 1911, n° 326 – 328, p. 35.

11 Ibid. Ce jeu de mots est intraduisible.

12 « […] das beruht wohl auf einem Mißverständnis. Ich habe Ihnen meine Arbeit nicht zur Prüfung übersendet. Denn von meinem Urteil über meinen Leistungen könnte mich niemandes Kritik, auch die Ihre nicht, abbringen… Sondern nur aus Dankbarkeit, als ein zu nichts verpflichtendes Geschenk, um Ihnen für die vielen Genüsse, die ich Ihrer Feder verdanke, einen Gegen‑Genuß nach meiner Art und Kraft zu bieten, habe ich Ihnen damals diesen Essay gegeben », lettre à Karl Kraus datée du 20 juillet 1907, Archives Karl Kraus, Vienne – souligné dans le texte.

13 « Ich erkläre hiermit : daß mir von einer solchen Führerschaft und Orga­nisation nicht das mindeste bekannt ist […] Ich lehne es durchaus ab, mich für das, was in Prag oder von Pragern publiziert wird, verantwortlich zu fühlen », Max Brod, « Prager Dichter­schule ? », in : Der Friede 2, 1918/ 1919, n° 33, 6 septembre 1918, p. 168.

14 « Das Jahrbuch Arkadia will sich von dieser gehässigen Stellung gegen die Welt abgrenzen », Max Brod, « Vorbemerkung », in : Arkadia. Ein Jahrbuch für Dichtkunst. Leipzig, 1913, Kurt Wolff.

15 Max Brod, « Ein mittelmäßiger Kopf. Studie. Betrachtungen über Essayismus und Polemik gegen Karl Kraus », op. cit.

16 « Ich forderte einen der schärfsten Polemiker der Zeit heraus, dem übrigens ein eigenes Blatt zur Verfügung stand », Max Brod, Streitbares Leben, op. cit., p. 87.

17 « Der mittelmäßige Kopf empfindet die Welt nur als Konkurrenz seiner eigenen Bedeutung. Er polemisiert nicht, um die Welt zu verbessern. Dazu bedürfte es herzlicher ernster Gründe. Er polemisiert nur, um sich gegen die Welt zu betonen », Max Brod, « Ein mittelmäßiger Kopf… », op. cit.

18 « Der Judaismus hat der schönen menschlichen Seele das Gift eingeimpft, das bis auf den heutigen Tag die Menschheit zersetzt », in : Die Fackel, n° 239‑240, p. 8, cité par Max Brod, Streitbares Leben, op. cit., p. 92.

19 Max Brod : « Als meine Aufgabe sah ich Folgendes an : Die Stimmung der Juden in der Slowakei zu erkennen und diese Stimmung auf Basis des jüdischen Nationalismus zentra­listisch und hiemit zugunsten der tschechoslowakischen Staatsidee zu beeinflussen ». Rapport de Brod à Masaryk daté du 28 décembre 1919. Archives Masaryk. Prague.

20 M. Spitzer, « Ein tschechoslowakischer Zionistentag » et M. Brod, « Erwiderung », in : Selbstwehr. 4 juin 1920, pp. 3-4.

21 « […] Max Brod nimmt ruhigen Sinnes eine Ernennung zum Sektionsrat in der Presse­abteilung des Ministerratspräsidiums an […] Sektionsrat im Presseamt des Ministerrats – d.h. Verteidiger jedes Angriffs auf die Kultur- und Schulgüter der Deutschen in diesem Lande, d.h. williges Werkzeug, um die lügnerische Auslandspropaganda unserer Regierung in Wort und Schrift zu unterstützen », « Ein deutscher Dichter », in : Der Sozialdemokrat, 10 janvier 1923.

22 « [Die Herren vom “Sozialdemokrat”] wissen, daß ich in genau demselben Sinne, in dem ich bisher als Ministerialsekretär geschrieben habe, weiterhin auch als Sektionsrat schreiben werde, – und nämlich im Geiste der Gerechtigkeit, der bei einem Kunstwerk nicht fragt, ob es deutsch oder tchechisch, sondern ob es gut oder schlecht ist », Max Brod, « Ruhigen Sinnes », in : Prager Abendblatt. 18 janvier 1923, p. 5.

23 « Pallenberg […] spielt den Schwejk nicht in der autorisierten Fassung von Brod und Reimann », Max Brod, « Max Brod zur Schwejk-Aufführung in Prag », in : Prager Tagblatt. 10 septembre 1931. Cet article clôt une longue série d’articles dans le Prager Tagblatt : « Protest gegen das Prager Schwejk-Gastspiel » (18 août 1931), « Der Kampf um Schwejks Seele. Eine Erklärung Max Brods » (19 août 1931), « Max contra Max » (24 août 1931), « Pallenbergs Schwejk » (5 septembre 1931).

24 Max Brod, Rassentheorie und Judentum. Prag, 1934, Barissia, Schriften zur Diskussion des Zionismus n° 13,.

25 « Der Mut zur Mitte », titre d’un article de Max Brod paru dans Prager Tagblatt le 1er août 1934, p. 1.

26 « Jetzt hat sich Brod […] an einen Tisch mit Herrn F.K. Günther, dem Rasse-Rabbi der Nazis gesetzt », Balder Olden, « Wirrnis der Zeit », in : Die neue Weltbühne. 2 février 1935, p. 280.

27 Sur ce sujet, voir : Valérie Robert: Partir ou reste ? Les intellectuels allemands devant l'exil. Paris, 2001, PSN, pp. 51‑62.

28 « Dabei bin ich mir ganz klar darüber, daß der Kampf letzten Endes nicht im geistigen Raum zu Ende geführt werden wird, also nicht mit Argumenten allein. Die letzten entscheidenden Schritte können nur mit Gewalt, mit der Waffe in der Hand gemacht werden, diktatorisch, irrational allen Widerstand zerbrechend. Denn die Menschen sind keine reinen Vernunftwesen », Max Brod, « Antwort an Balder Olden », in : Die neue Weltbühne. 14 mars 1935, p. 343.

Auteur

Université Paris III - Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540