Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

« La littérature – c’est nous et nos ennemis »

Heinrich Heine contre August von Platen et Karl Kraus contre Maximilian Harden – deux polémiques

Andreas Stuhlmann
Traduction de Laetitia Devos et Dominique Vogel

Texte intégral

  • 1 Heinrich Heine, Reisebilder, in : H. H., Sämtliche Schriften [désormais cité B suivi du numéro du v (...)
  • 2 August von Platen, Die verhängnißvolle Gabel. Der romantische Oedipus, Neudruck der Erstausgaben, m (...)

1Quatre-vingts ans environ séparent ces deux couples d’ennemis. C’est en 1827 que parurent en annexe au deuxième volume des Reisebilder (Tableaux de voyage) de Heinrich Heine une série d’épigrammes pas vraiment tendres de Karl Immermann. Le Comte August von Platen und Hallermünde, un poète célèbre qui s’y trouvait décrit de manière moqueuse comme un « petit barde […] orientalisant » et un plagiaire du West-östlicher Diwan (Divan occidental-oriental) de Goethe1, perçut cela comme une diffamation et s’en prit alors à l’éditeur du volume, Heine, une cible en apparence plus facile à atteindre puisque juive. Dans son drame Der romantische Oedipus (Œdipe romantique), il se répandit en moqueries antisémites sur la « fierté des syna­gogues », le poète de la « petite tribu de Benjamin »2 ; Heine se vengea, lui, le juif bourgeois, en dévoilant dans Die Bäder von Lucca (Les Bains de Lucques) l’homosexualité de l’aristocrate, l’exposant ainsi à la risée des lecteurs.

  • 3 Kar Kraus, « Maximilian Harden. Eine Erledigung », in : Die Fackel (désormais cité F) 234-235, pp. (...)
  • 4 Maximilian Harden, « Karlchen Mißnicks Haß und Liebe. Ein Kapitel Päderastenmoral », Interview vom (...)

2C’est en 1907 que Karl Kraus, dans sa revue Die Fackel (Le Flambeau), qui en était à sa huitième année d’existence, intervint à son tour dans la que­relle qui opposait le Prince Philipp von Eulenburg-Hertefeld au journaliste Maximilian Harden. Ce dernier, éditeur de la revue Die Zukunft (L’Avenir), avait révélé l’homosexualité d’un groupe d’officiers faisant partie de l’entou­rage de l’empereur Guillaume II et qualifié leur éventuelle influence de dan­gereuse pour l’avenir politique de l’Empire. C’est au cours de la longue que­relle journalistique et juridique qui s’ensuivit, principalement avec Eulen­burg, que Karl Kraus, qui avait été jusque là un admirateur de Harden, s’éleva soudain dans Die Fackel contre ce dernier, lui reprochant dans une critique assassine qui portait autant sur le style que sur le caractère, d’être avide de sensationnel, et lui attribuant par des allusions un besoin de se faire valoir typiquement juif3. Harden répliqua en s’attaquant à la personne même de Kraus, allant jusqu’à livrer des détails sur la liaison « grotesque »4 qu’entretenait Kraus avec la comédienne Annie Kalmar. Ceci conduisit Kraus à démonter systématiquement et des années durant dans Die Fackel le travail de journaliste de Harden et sa réputation personnelle.

  • 5 Cf. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La polémique et ses définitions », in : Centre de recherches li (...)

3Je voudrais tout d’abord faire ressortir plus nettement la symétrie entre ces deux polémiques en me penchant sur les similitudes qu’il y eut entre elles du point de vue du déroulement, des thèmes, des moyens utilisés, des motifs et des objectifs et en m’intéressant aux facteurs sociologiques qui les distinguent, notamment les acteurs, le public et les genres littéraires concer­nés. J’entends par polémique une discussion suivie, un corpus d’au moins deux textes, qui se rapportent l’un à l’autre dans un rapport de confrontation et n’obéissent par conséquent pas aux règles de la dialectique, de l’« art du dialogue ».5 Ce faisant, je pars du principe que la polémique possède, préci­sément à cause de cela, une productivité sur le plan littéraire qui résulte du non-respect, voire de la suspension des règles sociales et esthétiques régis­sant les discours ainsi que de la manière dont elle expose publiquement et de manière performative la rupture dans un discours esthétique.

« Jubilation lyrique et cruauté de la critique » : Heine contre Platen

  • 6 Voir Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, 1925, Librairie Félix Alcan, et Pi (...)
  • 7 Heinrich Heine, Säkularausgabe. Werke, Briefwechsel, Lebenszeugnisse, [désormais cité HSA suivi du (...)
  • 8 Ludwig Börne, « Mein Wanderbuch am Rhein », in : L. B., Sämtliche Schriften, Bd. 1, hrsg. von I. u. (...)
  • 9 Voir Karl Emmerich, Heinrich Heines “Reisebilder”, diss. masch. Humboldt-Univ., Berlin, 1965, p. 4. (...)

4Le voyage que relate Heine dans les Reisebilder (1825-1831) le conduit au bord de la Mer du Nord, en Angleterre et sur l’île de Helgoland, sur les hauteurs du Harz et des Alpes et enfin en Italie. Heine cherche à l’étranger, à travers la transfiguration magique de célèbres lieux de mémoire6 (tels la Lorelei, le Brocken, le champ de bataille de Marengo ou le ghetto juif de Venise), des traces de l’Allemagne nouvelle et révolutionnaire, et confronte ces lieux chargés d’histoire à ses visions et à ses provocations subjectives. Dans une lettre à Moses Moser datée du 19 décembre 1825, Heine explique à son ami berlinois qu’il est à la recherche d’une forme d’écriture nouvelle et synthétique dans laquelle il pourrait combiner anciens et nouveaux poèmes, prose et correspondance, mais également réagir aux « nouveaux événements de l’époque ».7 Il pensait en avoir trouvé le modèle dans l’esquisse de Ludwig Börne Mein Wanderbuch am Rhein (Mes pérégrinations le long du Rhin) parue en 1822 dans le Morgenblatt für die gebildeten Stände (Journal du matin pour les classes cultivées).8 Je vois pour ma part dans les Reise­bilder un projet fermé ayant pour objectif de constituer un média permettant d’intervenir activement dans les processus sociaux.9 Au fur et à mesure que les textes étaient assemblés, retravaillés, montés et réédités, naquit une con­stellation de textes complexes, à la structure élaborée, composés de manière polyphonique par des voix narratives divergentes. La complexité des motifs, la structure hybride, la codification plurielle et subversive, la manière dont s’imbriquent l’histoire, le paysage et les portraits dans le regard du voyageur sont paradigmatiques de l’évolution littéraire de Heine.

  • 10 B 3, p. 421. La formulation concerne en premier lieu Tieck qui dans Romantische Schule déclare que (...)
  • 11 Peter Stein, « Prototyp einer neuen Denk- und Schreibweise », in : Gerhard Höhn (Hrsg.), Heinrich H (...)
  • 12 Voir Karl-Heinz Fingerhut, « Heine, der Satiriker », ibid., pp. 236-257, ici p. 237. Fingerhut util (...)
  • 13 Theodor W. Adorno, « Die Wunde Heine », in: T.W.A., Noten zur Literatur I, Frankfurt/ Main, 1958, S (...)
  • 14 Heine à H. Laube, HSA 21, p. 126. Leopold von Hohenhausen nota que Heine, dans ses Briefe aus Berli (...)

5Ce projet sert à expérimenter une nouvelle écriture « à la jubilation lyrique et à la cruauté critique ».10 Celle-ci est constituée par quatre binômes dialectiques, qui sont ceux de la continuité et du changement dans son positionnement dans l’histoire littéraire, de la poésie et de la prose, du livre et de la revue, du projet de vie et du projet d’écriture.11 L’une de ses caracté­ristiques est un nouveau style de prose satirique, dans lequel Heine ne reprend pas les concepts de l’ironie romantique, mais choisit de recourir à une forme « impure »12 de la satire, empruntée à Aristophane et à Lessing et qui doit à la fois critiquer et détruire. Cette satire renonce à résoudre de manière synthétique les contradictions en ayant recours à l’Aufklärung et à l’Humanisme, elle met au contraire particulièrement en avant le caractère tragique de l’échec de ces concepts. En introduisant des « chansons popu­laires volontairement inauthentiques »13 dans sa poésie et un ton presque léger et badin dans sa prose, Heine joue de manière raffinée avec les attentes du lecteur et les déçoit ironiquement. Ce n’est que grâce à cette rupture qu’apparaît le message politique caché, « le mot de passe de l’avenir », comme Heine le désignera plus tard, mot de passe encore secret grâce auquel il put placer plus d’une audace inouïe d’un point de vue tant politique que personnel et contourner la censure.14

  • 15 Cf. Klaus Briegleb, Bei den Wassern Babels. Heinrich Heine, jüdischer Schriftsteller in der Moderne(...)

6Bien que Heine déconstruise, non sans ironie, la forme du récit de voyage romantique et qu’il en détourne la fonction pour l’utiliser de manière sati­rique, le thème de l’auto-analyse, de la manière dont l’individu cherche dans le monde la place qui lui est propre, est toujours présent. En ce sens, Heine apporte sa contribution au projet d’une autobiographie juive dialectique qui remonte à Moses Mendelssohn, pour lequel la place inconfortable du juif (même baptisé), c’est-à-dire celle du marginal nécessaire et du critique radi­cal, paraissait aller de soi. 15

  • 16 Klaus Pabel, Heines “Reisebilder”. Ästhetisches Bedürfnis und politisches Interesse am Ende der Kun (...)
  • 17 Lettre de Heine à M. Moser, HSA 20, p. 361.
  • 18 Cf. Jean-Pierre Lefebvre, Der gute Trommler. Heines Beziehung zu Hegel, aus dem Fran­zösischen von (...)
  • 19 B 2, p. 463. Heine fait allusion à un groupe de personnalités munichoises, dont Görres, von Baader (...)

7En publiant le troisième tome des Reisebilder, Heine déclencha à Noël 1829 le plus gros scandale littéraire de la fin des années 20.16 Lui-même le désigna comme sa « campagne de l’année contre les curetons et les aristocrates »17, et dans « Reise von München nach Genua » (« Voyage de Munich à Gênes »), entouré par le décor du champ de bataille de Marengo, il utilise des images relevant d’une téléologie de l’histoire révolutionnaire tirée de Hegel pour régler son compte à l’aristocratie qui, selon lui, ne peut, par son caractère dégénéré, que freiner le progrès de l’humanité.18 Dans la mesure où Heine voyait en Platen – la réciproque étant également vraie – non son adversaire véritable, mais seulement le représentant d’une alliance conservatrice d’« aristocrates, de curetons et de pédérastes », d’une clique de « curetons et d’enfants de chœur »19, il s’efforça de présenter sa querelle avec Harden comme un « cas ».

  • 20 August von Platen, Der Briefwechsel, Bd. IV, hrsg. von L. v. Scheffler u. P. Bornstein, München/Lei (...)
  • 21 Ibid., p. 387. Dans son épigramme, Immermann présentait des « poètes orientalisants » qui, grisés p (...)
  • 22 August von Platen, Der romantische Oedipus, op. cit., vers 1384-1393, 1570-1584.
  • 23 August von Platen, Briefwechsel, op. cit., p. 474.
  • 24 Platen, Der romantische Oedipus, op. cit., vers 1580 sq.
  • 25 Thomas Sparr, « Die Erfindung des Homosexuellen. Ein Motiv der Wissenschaft und Literatur im 19. Ja (...)

8Le 12 mars 1828, Platen avait écrit à son ami le Comte Friedrich von Fugger-Hoheneck qu’il pardonnait à Immermann ses épigrammes satiriques, mais que « la manière d’agir typiquement juive » de Heine, qui propageait ces imbécillités par « des voies détournées », était impardonnable. Deux semaines auparavant, il s’était déjà étonné auprès de Fugger de « l’audace » dont faisait preuve Heine en traitant « aussi cruellement » quelqu’un de « plus grand que lui » que lui, qui pouvait le « réduire en poussière ».20 Dans une lettre adressée à Georg Friedrich Puchta le 23 février 1828, il menaçait Heine et Immermann, disant que jamais « épigramme n’avait été payé aussi cher » et qu’ils seraient surpris lorsqu’il leur jetterait « toutes ses vomis­sures » au visage.21 Même si, dans Der romantische Oedipus, il concentrait ses invectives antisémites sur Heine, le traitant de « semence d’Abraham » et lui accordant en tant que poète tout au plus le rang d’un « Pétrarque de la Fête des Tabernacles » 22, il essaya – probablement tout en sachant que cela ne mènerait à rien – d’étendre ses accusations également à Immermann. « Tâchez donc de savoir s’il n’est pas lui aussi un juif baptisé, comme tous nos génies. Cela ne m’étonnerait pas », demanda-t-il à Puchta.23 Le plus étonnant est cependant la manière dont est parodié le culte de l’amitié dans Der romantische Oedipus, alors qu’il constitue dans la poésie de Platen un topos central de la transposition littéraire de ses aspirations homosexuelles. Le poète Nimmermann – à travers lequel est visé Immermann –, dit à propos de son « ami intime » Heine, auquel le lie une relation érotique homo­sexuelle parodiée de manière grotesque : « Son ami, je le suis ; mais je ne veux pas être son chéri, car ses baisers dégagent une odeur d’ail. »24 Ici, Platen – notamment parce qu’il ne dispose pas d’un langage littéraire expri­mant le désir homosexuel qui soit accepté esthétiquement et socialement – utilise déjà lui-même des topoi homophobes et antisémites, livrant ainsi à Heine un modèle pour sa réplique.25

9Il semble que Platen se soit laissé entraîner dans la polémique qui l’op­posa à Heine par naïveté et par orgueil de caste. Bien qu’il se soit efforcé de ridiculiser ses adversaires littéraires en se conformant à toutes les règles de la satire et de les « réduire en poussière » sur le plan social, et aussi auto­biographiques que fussent ses poèmes, il tenait cependant en fin de compte à séparer l’œuvre et la vie, et ne cherchait finalement pas tant un conflit qui aurait pour fonction de tirer au clair les positions respectives, qu’un gain en matière de distinction, à faire ressortir et respecter les différences esthé­tiques, politiques et sociales entre les classes.

10Dans Die Bäder von Lucca, Heine régla ses comptes avec Platen de deux manières : dans un fragment narratif qui compose les dix premiers chapitres, Heine tourne en ridicule la manière dont les Allemands saisis d’une adora­tion sentimentale pour l’Italie, comme par exemple le riche banquier et négociant hambourgeois Christian Gumpel, rêvaient, d’une manière superfi­cielle et touristique, de classicisme, d’harmonie esthétique et de beauté romane. Gumpel, juif baptisé qui se cache derrière le pseudonyme roman­tique et italianisant de Marquese Christophero di Gumpelino, visite au cours de son voyage les bains de Lucques, cherchant presque désespérément à entrevoir le Beau et la plénitude dans l’art, la nature et l’amour. Ce Gumpel, présenté par Heine comme la caricature du juif bourgeois qui a réussi à s’intégrer, est un personnage simplet et charmant aux opinions politiques et sociales dangereusement réactionnaires, que l’on retrouve dans sa concep­tion de l’art : il ne sait pas distinguer l’original de ce qui est épigonal et admire de ce fait l’imitation néogothique du Moyen Age à la mode dans les villes italiennes tout autant que l’exaltation de l’Antiquité chez Platen, bien pâlichonne aux yeux de Heine. Le Marquese cependant, se prenant pour un homme cultivé, conseille même au narrateur, le docteur en droit Heine, de prendre Platen pour modèle.

  • 26 Robert C. Holub, « Heine’s Sexual Assaults: Towards a Theory of the Total Polemic », in : Monatshef (...)
  • 27 Hans Mayer, Außenseiter, Frankfurt/Main, 1981, Suhrkamp, p. 221 ; voir aussi Paul Derks, Die Schand (...)

11Dans le onzième chapitre des Bäder von Lucca, Heine écrit une philip­pique enflammée dans laquelle il se déchaîne contre l’œuvre de Platen, son programme esthétique et sa personnalité. La radicalité burlesque des propos, l’âpreté inouïe du ton et le franc-parler stupéfiant dans la façon d’aborder les tabous sexuels et antisémites choquèrent même les amis de Heine et la cri­tique.26 Pour Hans Mayer, Heine a trahi le pouvoir social d’émancipation de la satire et de la polémique en faisant de l’homosexualité de Platen l’objet de ses moqueries. À ses yeux, le « mimétisme social » de Heine l’aurait conduit, par des « traits d’esprit pour notables de province, dignes du mess des officiers », à se prostituer aux adversaires de l’Aufklärung. Par le personnage du Marquese Gumpelino, Heine exprime sa haine envers non seulement un membre de la noblesse d’argent et un esthète, mais aussi et surtout un juif baptisé dans lequel s’incarne un peu de la « haine de soi typiquement juive » et du mépris de sa propre biographie caractéristiques de Heine.27 À mon avis, dans ce jugement, Mayer sous-estime le fait que Heine, à travers les deux figures du banquier Gumpel et du juriste Heine, met en regard deux modèles possibles de sa propre vie, leur opposition révélant son propre déchirement.

« La camarilla » : Harden contre Eulenburg

  • 28 Voir notamment de Maximilian Harden : « Präludium », in : Die Zukunft (cité désor­mais Z), 17.11.19 (...)
  • 29 Voir J. Haller, Aus dem Leben des Fürsten Philipp zu Eulenburg-Hertefeld, Berlin, 1924 ; Philipp zu (...)
  • 30 M. H. [i.e. Maximilian Harden], « Kamarilla », Z, 9.5.1896, p. 189. Ce terme (de l’espagnol « camar (...)

12Entre novembre 1906 et avril 1907, Maximilian Harden avait commencé dans sa revue Die Zukunft à attaquer sans détours les « tendances sexuelles anormales » de Eulenburg et du commandant de la ville de Berlin, le Comte Kuno von Moltke, qui faisait partie de la « tablée » de Eulenburg au château de Liebenberg.28 Harden, le fils d’un marchand de soie juif de Berlin, né Felix Witkowski, avait pris ce pseudonyme en 1876. Avant même la création de Die Zukunft en 1892, ce partisan de Bismarck s’en était déjà pris à la poli­tique – et non à la personne – de l’Empereur sous toute une série d’autres pseudonymes, comme « Proteus », « Kunz von der Rosen » et surtout « Apo­stata ». Après le renvoi de Bismarck, dans lequel Eulenburg avait joué un rôle déterminant29, ses commentaires (Glossen), trouvant de nouvelles muni­tions, se détournèrent du chancelier déchu pour bientôt se diriger avec une âpreté exacerbée contre une « camarilla » entourant Guillaume II.30 Selon Harden, c’était principalement la forte influence qu’exerçait Eulenburg sur Guillaume II qui représentait une menace pour les intérêts vitaux du Reich, Eulenburg étant de surcroît également adepte du spiritisme et des sciences occultes.

  • 31 Harry F. Young, Maximilian Harden – Censor Germaniae. Ein Publizist im Widerstreit 1892-1927, Münst (...)

13Ses invectives valurent à Harden plusieurs condamnations pour crime de lèse-majesté. À deux reprises, en 1902 et en 1906, Harden renonça, à la demande de son ami Alfred von Berger, à tirer politiquement parti de la connaissance intime qu’il avait de déviances sexuelles et morales de Moltke et de Eulenburg. 31

  • 32 En ce qui concerne les contacts et les relations politiques de Harden, voir Helmuth Rogge, Holstein (...)
  • 33 Voir Reinhard Merkel, Strafrecht und Satire im Werk von Karl Kraus, Frankfurt/Main, 1998, Suhrkamp, (...)

14L’attaque lancée par Harden contre Eulenburg en 1906 s’inscrit dans une série de scandales liés à l’homosexualité, touchant l’armée et l’administra­tion. Mais avec sa polémique contre Eulenburg, Harden réussit à faire jaser sur les cercles les plus influents de l’administration et dévoila le nom de l’une des figures de proue de la « camarilla ». Les informations confiden­tielles dont Harden avait besoin lui furent fournies par les adversaires de Eulenburg, Friedrich von Holstein et Bernhard von Bülow (ce dernier avait été jusque-là chancelier du Reich).32 Eulenburg récusa publiquement toutes les accusations de Harden et demanda dans le même temps à l’Empereur à être relevé de ses fonctions. Ce fut Moltke qui fut chargé de s’attaquer à Harden à la place de Eulenburg. Il s’ensuivit trois procès contre Harden, des plaintes privées de Moltke, Harden engagea une procédure officielle, fit appel, demanda des révisions en cassation, parcourant ainsi l’ensemble des instances juridiques, et en juillet 1908 une procédure pénale fut engagée contre Eulenburg pour parjure, ce dernier ayant sous serment nié son homo­sexualité.33 Au cours de cette procédure pénale, Eulenburg fut présenté par sa défense comme un homme brisé aux tendances suicidaires, une commis­sion de médecins attestant finalement son incapacité à être jugé. On suspen­dit la procédure, qui ne fut jamais reprise jusqu’à la mort de Eulenburg en 1921.

  • 34 Parmi les témoins les plus prestigieux se trouvait Magnus Hirschfeld, auquel Harden avait fait appe (...)

15Cette affaire ne fut jamais réglée sur le plan juridique. Après sa troisième condamnation – à une amende de 600 marks –, Harden avait fini par obtenir un arrangement avec Moltke : il renonçait à un nouveau pourvoi en cassa­tion, les deux hommes échangeant des « déclarations sur l’honneur », et Harden reçut 40 000 marks des caisses de l’état pour « couvrir ses frais ». Guillaume II et Moltke n’étaient pas parvenus à leurs fins, à savoir châtier juridiquement l’« insolent juif ». Mais Harden non plus n’était pas parvenu à faire valoir juridiquement son droit contre Eulenburg. Il avait cependant réussi, comme il l’espérait, à nuire politiquement au gouvernement, dans la mesure où le retentissement des procès dans le monde politique et dans la presse avait été énorme. Dans l’histoire du Reich, jamais des aristocrates, hommes politiques de premier rang, n’avaient subi un tel démontage public ; la chute de Guillaume II sembla même un temps ne pas être exclue, lorsque les accusations de spiritisme visant la « tablée de Liebenberg » alimentèrent à nouveau les rumeurs circulant depuis quelque temps déjà sur l’irresponsa­bilité clinique occasionnelle de l’Empereur. Au procès de Eulenburg compa­rurent plus de 200 témoins venant du monde politique et diplomatique, tant national qu’international, dont du côté de Harden pas moins de 165 per­sonnes, que celui-ci avait dénichées durant son enquête. 34

« Une victoire de l’information sur la culture » – Kraus contre Harden

  • 35 En ce qui concerne les relations entre Kraus et Harden, voir Werner Kraft, Karl Kraus. Beiträge zum (...)
  • 36 Edward Timms, Karl Kraus. Satiriker der Apokalypse. Leben und Werk 1874-1918, Wien, 1995, Deuticke, (...)
  • 37 F, 676, pp. 51-52.
  • 38 En ce qui concerne les rapports entre Kraus, Wedekind et Harden, cf. Ch. H. Salvesen, Ambivalent Al (...)

16Lorsque dans les années 90, le projet de Karl Kraus de fonder sa propre revue sur le modèle de Die Zukunft prit forme, Harden était depuis des années son allié et interlocuteur principal pour tout ce qui concernait les questions éthiques et morales liées au métier de journaliste.35 Le style de Harden fut pour Kraus une référence primordiale qui l’aida à trouver son ton de journaliste. L’alliance avec Harden tint aussi longtemps que Die Fackel suivit une ligne prônant des réformes sociales et politiques, luttant contre la décadence de la Vienne fin de siècle, en particulier contre la corruption de l’état, de la presse et de l’économie privée et contre le népotisme régnant dans les universités. Entre 1907 et 1913, le style de Kraus évolua vers une tactique plus strictement « littéraire » qui visait à démasquer par la satire les querelles essentiellement politico-culturelles ; pour cela, Kraus ne commen­tait plus les événements politiques qu’indirectement, en mettant le doigt sur le décalage entre les idéologies des personnes concernées et la réalité des événements. Ce faisant, la mission première de Kraus en tant que satiriste consistait à attaquer toutes les formes de pensée idéologique, et pas seule­ment celles qui lui déplaisaient pour des raisons personnelles.36 Les per­sonnes réelles de l’actualité quotidienne, chacune incarnant des types de défauts humains, devinrent pour lui les « personnages de roman de [s]on univers de commentaires [Glossen] »37, la Fackel devenant ainsi le « roman » de son époque. Cette orientation nouvelle conduisit à la rupture ouverte avec Harden et par la suite également, à cause du rôle joué par Harden dans l’affaire Eulenburg, avec ceux qui avaient été ses compagnons de route des années durant, Frank Wedekind et Alfred von Berger.38

  • 39 F 234-235, p. 5.
  • 40 Ibid., p. 36.
  • 41 Voir Helmut Arntzen, Karl Kraus und die Presse, München, 1975, Fink.
  • 42 Hans Weigel, Karl Kraus oder die Macht der Ohnmacht. Versuch eines Motivberichts zur Erhellung eine (...)

17Dans son article polémique « Maximilian Harden. Eine Erledigung » (« Maximilian Harden. Une liquidation ») du 31 octobre 1907, Kraus prend ses distances vis-à-vis de la fougue politique de Harden. « Je ne suis pas un écrivain politique et n’ai donc pas à me demander si l’ardeur sexuelle des hommes politiques est tournée vers les jupes ou vers les pantalons ».39 Selon Kraus, Harden, en continuant à combattre les vices de la Cour en bon bourgeois vertueux, mettrait en scène une leçon de donquichottisme qui ne serait plus adaptée à son temps. Harden, en sa qualité d’auteur exclusivement politique, serait plus journaliste qu’écrivain. Kraus poursuit en affirmant que « le procès Harden-Moltke est une victoire de l’information sur la culture. » Ce faisant, Kraus exclut du domaine de la littérature et de la culture le journaliste qui divulgue des informations à valeur politique. « Si elle veut survivre dans de telles batailles, l’humanité doit apprendre à s’informer sur le journalisme. »40 Pour Kraus, Harden n’était pas un esprit éclairé et désintéressé au service de la vérité, il était devenu dans l’affaire Eulenburg/ Moltke un homme de main de la politique, actionnant la machinerie du mass-média politique qu’était la presse, devenant même à son tour un rouage de cette machine.41 Puis, dans un deuxième essai, « Maximilian Harden. Ein Nachruf » (« Maximilian Harden. Une nécrologie »), paru dans le numéro 242-243 de la Fackel du 31 janvier 1908, Kraus se livra à une dissection de leur amitié première, soulignant les différences fondamentales quant à leur vision de la moralité, différences qui se traduisaient dans leurs modes de vie respectifs. Il accusait de nouveau Harden, ce journaliste qui argumentait au nom de la morale, de « magouiller » pour des motifs moralement douteux, et se plaçait lui-même, avec « un orgueil dont il avait pleinement con­science »42, au-dessus de son idole d’autrefois.

  • 43 Maximilian Harden, « Karlchen Mißnicks Haß und Liebe », op. cit. (cf. note 4).

18Dans l’interview du Wiener Montagsjournal déjà citée, Harden présenta Kraus comme un renégat ingrat et un épigone jaloux qui, par opportunisme journalistique et goût du scandale, ne reculait pas même devant une sorte de parricide intellectuel à l’encontre de son modèle Harden. Selon Harden, le « roman grotesque » que constituaient les relations entre Kraus et Annie Kalmar était la preuve du bien-fondé de ses propres réserves morales à l’égard de Kraus.43

  • 44 Karl Kraus, « Seine Antwort », F 257-258, pp. 15-48, ici p. 47.
  • 45 M. Harden, Z, 25.6.1908, p. 135.

19Dans la Fackel du 19 juin 1908, tout juste onze jours plus tard, Kraus répliqua : « M. Harden n’a jamais été chargé d’écrire une critique de mon roman »44. Dans « Seine Antwort » (« Sa réponse »), Kraus passa l’interview de Harden au crible d’une analyse implacable, dressant en même temps un bilan impitoyable de leur relation. Il y dévoilait la rhétorique contradictoire de Harden, qui permettait à celui-ci de se donner le beau rôle, et démontrait de son côté que ce dernier, en bon parvenu, était mû par la volonté de se mettre en avant, surestimant la place qu’il occupait dans les hautes sphères politiques. Harden répondit environ cinq semaines plus tard dans Die Zukunft, une fois de plus de manière implicite, qu’il n’avait « jamais dévoilé volontairement au grand jour la vie sexuelle de quiconque »45, et dans le but de dédramatiser la situation au vu des procès qui l’attendaient, il soulignait que c’était le contexte politique qui l’avait contraint à dénoncer publique­ment un comportement politique déplacé et de ce fait à mentionner les tares morales des personnes concernées.

  • 46 F 251-252, pp. 15-18. Bill Dodd a publié une étude critique à ce sujet : « Karl Kraus’s reputation (...)
  • 47 Maximilian Harden, « Roulette », op. cit. et « Nach 30 Jahren », Z, 30.9.1922, p. 258. Le terme de (...)

20Deux mois auparavant déjà, dans le numéro 251-252 de Die Fackel du 28 avril 1908, Kraus avait commencé, avec ses « Übersetzungen aus Harden » (« Traductions du Harden »), à mettre à nu la métaphorique poli­tique de Harden en la présentant sous la forme de tableaux détaillés.46 Kraus s’en prenait ici surtout à la grandiloquence du jargon auquel avait recours Harden et qui rendait les faits incompréhensibles à cause de combinaisons de tropes à ses yeux purement ornementaux et donc superflus, d’un entrelacs extrêmement codé de métaphores, de métonymies, de périphrases et de synecdoques, d’inversions et d’un maniement extrêmement personnel de la grammaire. Cette manière « étrange » et décorative de défigurer la langue est ce qui permet à Harden de s’adonner à un sophisme tout en allusions, qui remplace des affirmations par des allusions et échappe aussi à toute élucida­tion et concrétisation juridique. Harden tira ainsi parti dans l’affaire Eulen­burg de la funeste situation qui faisait que, même après 1900, on ne disposait pas d’un langage accepté pour parler de l’homosexualité, puisqu’il n’était toujours pas question de la reconnaître. C’est tout à fait dans le style de son temps que Harden parle d’« uranisme » et d’une « perversion » indéterminée « de la pulsion sexuelle » qu’il oppose à « nous qui sommes normaux ».47 Mais c’est seulement parce qu’il agrémente cette « perversion » de ragots croustillants sur la « tablée de Liebenberg » qu’il fait de l’homosexualité d’un conseiller de l’Empereur un scandale.

  • 48 Hans Mayer, Außenseiter, op. cit., pp. 180-181.
  • 49 N.D.T. : jeu de mots difficilement traduisible entre « Sitzfleisch » : le postérieur, et « kein Sit (...)
  • 50 Karl Kraus, « Tagebuch » , F 256, p. 27.

21Hans Mayer a porté sur cette affaire un jugement sans détour : Harden, se faisant l’avocat d’un espace public libéral, aurait selon lui joué un « rôle singulier et tout compte fait répugnant », dans la mesure où, en tant que « juif en marge de la politique et de la société », il se serait fait l’exécutant d’une double morale « victorienne », qui avait tout d’abord contraint les officiers homosexuels à mener une double vie, pour ensuite briser celle-ci. « Harden et Eulenburg : c’est encore une fois Shylock et Antonio, Heine et Platen » : voilà comment Mayer résume la constellation de ces conflits.48 Mayer voit dans le Marchand de Venise une représentation archétypale de la confrontation entre deux marginaux qui se disputent la reconnaissance sociale. Dans l’aphorisme suivant, Kraus établit lui aussi un parallèle historique avec Heine et Platen et voit également en Harden et Heine les perdants sur le plan moral : « Si Heine avait écrit au sujet du diplomate Eulenburg : “il manquait d’assise et de sérieux”, il aurait ajouté : “bien sûr, pas dans tous les sens du terme”49. Cela aurait été un mauvais jeu de mots, dans le style de certaines déclarations sur Platen, dont on ne comprend même pas qu’elles n’aient pas réduit à néant la réputation littéraire de leur auteur »50.

La polémique : la littérature en situation de conflit

22Même s’il s’agit au sens strict de querelles littéraires, véhiculées avant tout par les moyens de la littérature et du journalisme, leur efficacité vient pourtant de la façon dont des arguments esthétiques sont combinés avec des arguments ad hominem ou bien complètement transformés en démonstra­tions ad personam. La valeur de la production littéraire est remise en question en raison de l’origine ethnique ou bien de l’orientation sexuelle de son auteur.

  • 51 Sur la généalogie poético-polémique entre Lessing, Heine et Kraus, voir Peter von Matt, « Grandeur (...)
  • 52 Jürgen Habermas, « Heinrich Heine und die Rolle des Intellektuellen in Deutschland », in : J.H., Di (...)

23Chez Heine et Kraus, la référence à la haute autorité morale de l’« arbitre du goût »51, dans la tradition de Lessing, jouait un rôle central qui semblait légitimer, dans le cas de Heine ses invectives homophobes contre Platen, et dans le cas de Kraus ses attaques antisémites contre Harden. Intellectuel moderne52, au sens où on l’entend depuis l’Affaire Dreyfus, Harden tirait de ce rôle l’autorité morale justifiant la mise au ban de Eulenburg. De leur côté, les aristocrates Platen et Eulenburg croyaient pouvoir réduire au silence les auteurs libéraux issus de la bourgeoisie juive par les moyens de la dénoncia­tion antisémite et des démonstrations de force. Aucune des quatre personna­lités impliquées n’a quitté indemne le champ de bataille ; néanmoins, la querelle a révélé tout ce que leur écriture et leur trajectoire avaient d’émanci­pateur, d’innovateur, et même de radical.

  • 53 Jean-François Lyotard, Le différend, Paris, 1983, Minuit.

24Les deux disputes présentent de manière exemplaire des structures typiques des différends au sens de Lyotard. La mascarade de la rationalité éclairée sert à dissimuler la manière dont – sans que se mette en place un discours dialectique, un échange d’arguments dans lequel on pourrait tran­cher en vertu des critères de la faculté de juger – l’adversaire est marginalisé et réduit à ne plus pouvoir ni s’exprimer ni agir, tout cela par l’autorité de quelqu’un qui se pose comme le défenseur du public.53 Il n’est guère étonnant que, chez les auteurs juifs, la ligne de démarcation du conflit germano-juif représente une plaie béante localisée au centre même de leur identité propre.

  • 54 Sur la genèse et la réception dans la recherche en littérature de ce terme issu de l’icono­graphie (...)
  • 55 Voir Judith Butler, Excitable Speech. A Politics of the Performative, New York, 1997, Routledge, pp (...)

25Les « formules du pathétique »54 caractéristiques de la polémique antisémite et homophobe, la manière dont s’entrecroisent et s’articulent discours esthétique, social et politique, la technique qui consiste à créer un scandale excluent désormais – contrairement à ce qui caractérisait aupara­vant les écrits polémiques de la « République des Lettres » – toute réconci­liation par la formule magique des trois étapes dialectiques. Parallèlement à cela, on voit apparaître au sein de la polémique une sorte d’« échange d’écrits » moderne, une formation discursive dans laquelle les textes blessent comme des armes55 mais, paradoxalement, se réfèrent toujours d’abord à des textes et ce faisant visent l’instance de l’auteur, mais en fin de compte atteignent et manquent toujours aussi l’être humain réel – et, par le fait de l’avoir manqué, génèrent à leur tour de nouveaux textes, à l’origine de nouvelles blessures, jusqu’à ce qu’un des deux adversaires se taise.

  • 56 HSA 21, p. 43.
  • 57 Karl Kraus, « Sprüche und Widersprüche », F 275-276, pp. 47 et 28.

26« La littérature, c’est nous et nos ennemis » 56, écrit une nouvelle fois Heine à Immermann trois ans après le scandale provoqué par Die Bäder von Lucca, dans une phase de préparation de nouvelles diatribes. L’une des contra­dictions inhérentes à la polémique littéraire et à la culture du conflit (Streit­kultur) est que l’espace protégé dans lequel a lieu cet échange d’écrits, qui vise à anéantir sans pitié l’autre dans son existence sociale, s’étend exclusi­vement entre les belligérants qui se font face dans une antithèse irrécon­ciliable. Les tiers qui n’appartiennent à aucun des deux partis se voient refuser le droit de se réclamer de la « littérature », sont exclus de cet espace protégé. Mais cela signifie également que pour Heine, la « littérature » ne peut être pensée qu’en termes d’oppositions de ce genre. On trouve un écho de cette position dans les aphorismes de Kraus, pour qui une antithèse « n’est rien d’autre qu’un retournement mécanique. Mais quelles expé­riences, quelles souffrances, quelles prises de consciences » ne faut-il pas avoir derrière soi « pour avoir le droit de retourner un mot ». C’est peut-être pour cette raison que « la vraie fidélité […] préfère sacrifier un ami qu’un ennemi » 57.

Notes

1 Heinrich Heine, Reisebilder, in : H. H., Sämtliche Schriften [désormais cité B suivi du numéro du volume concerné], hrsg. von K. Briegleb, Band 2, München, 1969, Hanser, [= B 2], p. 242. Cf. Heinrich Henel, « Epigonenlyrik : Rückert und Platen », in : Euphorion 55 (1961), pp. 260-278.

2 August von Platen, Die verhängnißvolle Gabel. Der romantische Oedipus, Neudruck der Erstausgaben, mit Karl Immermanns « Der im Irrgarten der Metrik umhertaumelnde Cavalier », hrsg. v. I. u. H. Denkler, Stuttgart, 1979, Reclam, vers 1384-1393, 1570-1584.

3 Kar Kraus, « Maximilian Harden. Eine Erledigung », in : Die Fackel (désormais cité F) 234-235, pp. 1-36, et « Maximilian Harden. Ein Nachruf », F 242-243, pp. 4-52.

4 Maximilian Harden, « Karlchen Mißnicks Haß und Liebe. Ein Kapitel Päderastenmoral », Interview vom 7.06.1908, in : Wiener Montagsjournal, 8.06.1908, p. 8. Kraus cite ceci dans sa réplique « Seine Antwort », in : F 257/258, p. 16. Voir aussi Wie Genies sterben. Karl Kraus und Annie Kalmar, Briefe und Dokumente, hrsg. von F. Pfäfflin und E. Dambacher mit V. Kahmen, Göttingen, 2001, Wallstein, et Nike Wagner, Geist und Geschlecht, Karl Kraus und die Erotik der Wiener Moderne, Frankfurt/Main, 1987, Suhrkamp, pp. 95-105.

5 Cf. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La polémique et ses définitions », in : Centre de recherches linguistiques et sémiologiques de Lyon, Le discours polémique, Lyon, 1980, Presses Universitaires de Lyon, pp. 3-40 ; Friedrich Schleiermacher, Dialektik, hrsg. von R. Odebrecht, Darmstadt, 1976, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

6 Voir Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, 1925, Librairie Félix Alcan, et Pierre Nora, « Entre Mémoire et Histoire. La problématique des lieux », in : P.N. (Ed.), Les lieux de mémoire, I : La République, Paris, 1984, Gallimard, pp. XV-XLIL.

7 Heinrich Heine, Säkularausgabe. Werke, Briefwechsel, Lebenszeugnisse, [désormais cité HSA suivi du numéro du volume concerné], hrsg. von der Stiftung Weimarer Klassik und dem Centre National de la Recherche Scientifique, Paris, Bd. 20, Lettres 1815–1831, [HSA 20], bearb. von F. H. Eisner, Berlin/Paris, 1970, Akademie-Verlag/CNRS-Ed., pp. 226-227.

8 Ludwig Börne, « Mein Wanderbuch am Rhein », in : L. B., Sämtliche Schriften, Bd. 1, hrsg. von I. u. P. Rippmann, Düsseldorf, 1964, Melzer, pp. 1195-1196.

9 Voir Karl Emmerich, Heinrich Heines “Reisebilder”, diss. masch. Humboldt-Univ., Berlin, 1965, p. 4. Pour la recherche récente, voir Olaf Hildebrand, Emanzipation und Versöh­nung. Aspekte des Sensualismus im Werk Heinrich Heines unter besonderer Berücksichti­gung der “Reisebilder”, Tübingen, 2001, Niemeyer, et Bernd Kortländer, Heinrich Heine, Stuttgart, 2003, Reclam, pp. 145-188.

10 B 3, p. 421. La formulation concerne en premier lieu Tieck qui dans Romantische Schule déclare que Heine est un poète qui allie la virtuosité poétique et la rigueur de l’esprit des Lumières. Cf. Peter Uwe Hohendahl, « Geschichte und Modernität. Heines Kritik an der Romantik », in : Jahrbuch der deutschen Schillergesellschaft 17 (1974), pp. 318-361 ; Herbert Clasen, Heinrich Heines Romantikkritik, Hamburg, 1979, Hoffmann und Campe ; Ulrich Pongs, Heinrich Heine : Sein Bild der Aufklärung und dessen romantische Quellen, Frankfurt/Main/Bern/New York, 1985, Peter Lang.

11 Peter Stein, « Prototyp einer neuen Denk- und Schreibweise », in : Gerhard Höhn (Hrsg.), Heinrich Heine. Ästhetisch-politische Profile, Frankfurt/Main, 1991, Suhrkamp, pp. 50-65.

12 Voir Karl-Heinz Fingerhut, « Heine, der Satiriker », ibid., pp. 236-257, ici p. 237. Fingerhut utilise cependant l’expression de « satire impure », terme consacré dans l’esthé­tique traditionnelle, avec trop peu de finesse pour s’apercevoir que cette expression n’est pas très heureuse s’agissant de la problématique juive de la polémique.

13 Theodor W. Adorno, « Die Wunde Heine », in: T.W.A., Noten zur Literatur I, Frankfurt/ Main, 1958, Suhrkamp, p. 153.

14 Heine à H. Laube, HSA 21, p. 126. Leopold von Hohenhausen nota que Heine, dans ses Briefe aus Berlin (Lettres de Berlin), avait « fait sensation » surtout en « dévoilant des noms ». Cf. L.-d. [i.e. L. von Hohenhausen], in : Westphalen und Rheinland, (1822), Nr. 16, 20.04., p. 130. En ce qui concerne le rôle joué par la censure dans les textes de Heine, voir J. Nickel, « Die Grammatik der guten Sitten. Zensur als stilbildendes Element in Ludwig Börne. Eine Denkschrift von Heinrich Heine », in : Beate Müller (Hrsg.), Zensur im modernen deutschen Kulturraum, Tübingen, 2003, Niemeyer, pp. 47-65.

15 Cf. Klaus Briegleb, Bei den Wassern Babels. Heinrich Heine, jüdischer Schriftsteller in der Moderne, München, 1997, dtv ; Liliane Weissberg, « Erfahrungsseelenkunde als Ak­kulturation : Philosophie, Wissenschaft und Lebensgeschichte bei Salomon Maimon », in : Hans-Jürgen Schings (Hrsg.), Der ganze Mensch: Anthropologie und Literaturwissen­schaft im achtzehnten Jahrhundert, Stuttgart/Weimar, 1994, Metzler, pp. 298-328 et « Ein Medizinstudent führt Tagebuch », in : Ludwig Börne. Deutscher, Jude, Demokrat, hrsg. von F. Stern und M. Gierlinger, Berlin, à paraître prochainement.

16 Klaus Pabel, Heines “Reisebilder”. Ästhetisches Bedürfnis und politisches Interesse am Ende der Kunstperiode, München, 1977, Fink.

17 Lettre de Heine à M. Moser, HSA 20, p. 361.

18 Cf. Jean-Pierre Lefebvre, Der gute Trommler. Heines Beziehung zu Hegel, aus dem Fran­zösischen von Peter Schöttler, Hamburg, 1986, Hoffmann und Campe ; Klaus Briegleb, « Abgesang auf die Geschichte ? Heines jüdisch-poetische Hegelrezeption », in : Gerhard Höhn (Hrsg), Heinrich Heine. Ästhetisch-politische Profile, op. cit., pp. 17-37.

19 B 2, p. 463. Heine fait allusion à un groupe de personnalités munichoises, dont Görres, von Baader et Döllinger, lequel avait dans sa critique parue dans Eos jugé très négativement les Neue politische Annalen (Nouvelles annales politiques) de Heine et leur avait reproché leur « insolence et impertinence », tout en chantant par ailleurs les louanges des poèmes de Platen. De surcroît, Platen venait d’être nommé fonctionnaire rémunéré de l’Académie de Munich, alors que la candidature de Heine à une Chaire de Professeur d’histoire à Munich n’avait pas été retenue. Cf. Eos (1828), Nr. 135 sq, 23.8 et 25.8 et Eos (1828) Nr. 132, 18.8.

20 August von Platen, Der Briefwechsel, Bd. IV, hrsg. von L. v. Scheffler u. P. Bornstein, München/Leipzig, 1910-1931, G. Müller, pp. 393-394.

21 Ibid., p. 387. Dans son épigramme, Immermann présentait des « poètes orientalisants » qui, grisés par l’Orient, « vomissaient » des ghazals, cf. B 2, p. 242 - N.D.E. : Platen utilise le terme Vomitiv, qui désigne en principe moins le résultat de l’action que le moyen d’y parvenir, et qu’il semble confondre avec Vomitus. Il est possible que ce terme ait connu à l’époque un usage fluctuant ; quoi qu’il en soit, nous ne nous étendrons pas davantage sur ces appétissantes considérations philologiques.

22 August von Platen, Der romantische Oedipus, op. cit., vers 1384-1393, 1570-1584.

23 August von Platen, Briefwechsel, op. cit., p. 474.

24 Platen, Der romantische Oedipus, op. cit., vers 1580 sq.

25 Thomas Sparr, « Die Erfindung des Homosexuellen. Ein Motiv der Wissenschaft und Literatur im 19. Jahrhundert », in: Thomas Koebner (Hrsg.), Nachmärz: der Ursprung der ästhetischen Moderne in einer nachrevolutionären Konstellation, Opladen, 1996, West­deutscher Verlag, pp. 256-271.

26 Robert C. Holub, « Heine’s Sexual Assaults: Towards a Theory of the Total Polemic », in : Monatshefte 73 (1981) Nr. 4, pp. 415-428.

27 Hans Mayer, Außenseiter, Frankfurt/Main, 1981, Suhrkamp, p. 221 ; voir aussi Paul Derks, Die Schande der heiligen Päderastie. Homosexualität und Öffentlichkeit in der deutschen Literatur 1750-1850, Berlin, 1990, Verlag Rosa Winkel.

28 Voir notamment de Maximilian Harden : « Präludium », in : Die Zukunft (cité désor­mais Z), 17.11.1906, pp. 265 sq. ; « Dies Irae », Z, 24.11.1906, p. 291 ; « Symphonie », Z, 2.2.1907, pp. 167 sq. ; « Roulette », Z, 27.4.1907, p. 118.

29 Voir J. Haller, Aus dem Leben des Fürsten Philipp zu Eulenburg-Hertefeld, Berlin, 1924 ; Philipp zu Eulenburg und Hertefeld, Philipp Eulenburgs politische Korrespondenz, hrsg. von C.G. Röhl, Boppard, 1976-1983, Boldt ; Peter Jungblut, Famose Kerle. Eulenburg – Eine wilhelminische Affäre, Hamburg, 2003, Männerschwarm Skript-Verlag.

30 M. H. [i.e. Maximilian Harden], « Kamarilla », Z, 9.5.1896, p. 189. Ce terme (de l’espagnol « camarilla » : « petite chambre ») désigne à l’origine un cercle secret autour d’un favori à la Cour d’Espagne, par opposition au « cabinet » « officiel » ; après la révolution de mars 1848, ce terme fut utilisé également en Prusse. Ici, il désigne la clique des frères L. et E. L. von Gerlach de l’entourage du roi Frédéric Guillaume IV. En 1862, avec le début de la « nouvelle ère » bismarckienne, la camarilla perdit de son influence.

31 Harry F. Young, Maximilian Harden – Censor Germaniae. Ein Publizist im Widerstreit 1892-1927, Münster, 1971, Regensberg, pp. 103-107.

32 En ce qui concerne les contacts et les relations politiques de Harden, voir Helmuth Rogge, Holstein und Harden. Politisch-publizistisches Zusammenspiel zweier Außenseiter des Wilhelminischen Reichs, München, 1959, Beck ; Walter Rathenau / Maximilian Harden, Briefwechsel 1897-1920, hrsg. von H.-D. Hellige, München/Heidelberg, 1983, G. Müller.

33 Voir Reinhard Merkel, Strafrecht und Satire im Werk von Karl Kraus, Frankfurt/Main, 1998, Suhrkamp, pp. 401-407. On y trouve une analyse juridique lucide de cette avalanche de procès.

34 Parmi les témoins les plus prestigieux se trouvait Magnus Hirschfeld, auquel Harden avait fait appel, mais qui dans le même temps se déclara pour l’abrogation du § 175 du Code Pénal, un paragraphe qui avait permis à Harden de traîner Eulenburg devant un tribunal. Hirschfeld revint plus tard sur sa déclaration ; cf. Erwin J. Haeberle, « Justitias zweischneidiges Schwert – Magnus Hirschfeld als Gutachter in der Eulenburg-Affäre », in : Klaus M. Beier (Hrsg.), Sexualität zwischen Medizin und Recht, Stuttgart/Jena, 1991, G. Fischer, pp. 5-20.

35 En ce qui concerne les relations entre Kraus et Harden, voir Werner Kraft, Karl Kraus. Beiträge zum Verständnis seines Werkes, Salzburg, 1956, O. Müller, pp. 95 sq.

36 Edward Timms, Karl Kraus. Satiriker der Apokalypse. Leben und Werk 1874-1918, Wien, 1995, Deuticke, p. 66.

37 F, 676, pp. 51-52.

38 En ce qui concerne les rapports entre Kraus, Wedekind et Harden, cf. Ch. H. Salvesen, Ambivalent Alliance : Frank Wedekind in Karl Kraus’ Periodical Die Fackel, Diss. Cambridge Univ., 1981 ; Frank Wedekind / Thomas Mann / Heinrich Mann, Briefwechsel mit Maximilian Harden, hrsg. von Ariane Martin, Darmstadt, 1996, Häusser.

39 F 234-235, p. 5.

40 Ibid., p. 36.

41 Voir Helmut Arntzen, Karl Kraus und die Presse, München, 1975, Fink.

42 Hans Weigel, Karl Kraus oder die Macht der Ohnmacht. Versuch eines Motivberichts zur Erhellung eines vielfachen Lebenswerks, Wien/Frankfurt/Main/Zürich, 1968, Molden, p. 52.

43 Maximilian Harden, « Karlchen Mißnicks Haß und Liebe », op. cit. (cf. note 4).

44 Karl Kraus, « Seine Antwort », F 257-258, pp. 15-48, ici p. 47.

45 M. Harden, Z, 25.6.1908, p. 135.

46 F 251-252, pp. 15-18. Bill Dodd a publié une étude critique à ce sujet : « Karl Kraus’s reputation as a language critic in the light of “linguistically grounded language criticism” », in : Gilbert J. Carr / Edward Timms (Hrsg.), Karl Kraus und “Die Fackel”. Aufsätze zur Rezeptionsgeschichte / Reading Karl Kraus. Essays on the reception of Die Fackel, München, 2001, Iudicium, pp. 231-246.

47 Maximilian Harden, « Roulette », op. cit. et « Nach 30 Jahren », Z, 30.9.1922, p. 258. Le terme de « uranistes » (« Urninge ») avait été introduit par le juriste K.-H. Ulrichs en 1864. Sur Ulrichs voir notamment Hubert Kennedy, « Karl Heinrich Ulrichs », in : Rüdiger Lautmann (Hrsg.), Homosexualität. Handbuch der Theorie- und Forschungsgeschichte, Frankfurt/Main/New York, 1993, Campus, pp. 32-38.

48 Hans Mayer, Außenseiter, op. cit., pp. 180-181.

49 N.D.T. : jeu de mots difficilement traduisible entre « Sitzfleisch » : le postérieur, et « kein Sitzfleisch haben » : avoir la bougeotte.

50 Karl Kraus, « Tagebuch » , F 256, p. 27.

51 Sur la généalogie poético-polémique entre Lessing, Heine et Kraus, voir Peter von Matt, « Grandeur und Elend literarischer Gewalt. Die Regeln der Polemik », in : P.v.M., Das Schicksal der Phantasie. Studien zur deutschen Literatur. München, 1994, Hanser, pp. 35-42 ; Gert Mattenklott, « Der Streit als symbolische Form. Lessing, Heine, Nietzsche », in : Thomas Koebner (Hrsg.), Nachmärz, op. cit., pp. 81-87.

52 Jürgen Habermas, « Heinrich Heine und die Rolle des Intellektuellen in Deutschland », in : J.H., Die Moderne – ein unvollendetes Projekt. Philosophisch-politische Aufsätze 1977-1990, Leipzig, 1990, Reclam, pp. 130-158.

53 Jean-François Lyotard, Le différend, Paris, 1983, Minuit.

54 Sur la genèse et la réception dans la recherche en littérature de ce terme issu de l’icono­graphie de Warburg, cf. Ulrich Port, « “Katharsis des Leidens”. Aby Warburgs “Pathos­formeln” und ihre konzeptionellen Hintergründe in Rhetorik, Poetik und Tragödien­theorie », in : DVjs Sonderband (1999), pp. 3-42.

55 Voir Judith Butler, Excitable Speech. A Politics of the Performative, New York, 1997, Routledge, pp. 1-13.

56 HSA 21, p. 43.

57 Karl Kraus, « Sprüche und Widersprüche », F 275-276, pp. 47 et 28.

Auteur

University College Cork

Laetitia Devos (Traducteur)
Dominique Vogel (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540