Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

Guerre symbolique et dogmatisme « monothéiste »

Gerald Stieg

Texte intégral

1On m’a demandé de tenir compte, au moins partiellement, des conférences des deux derniers jours. Je vous propose donc une sorte de jeu de variations sur deux fragments d’Héraclite d’Ephèse que l’on peut considérer comme la première ré­flexion sur la polémique. Des deux fragments on pourrait presque déduire que l’homme n’est pas seulement un zoon politikon mais tout autant un zoon polemikon. Héraclite (fragment LXXX) dit : « il faut savoir que la guerre [polemos] est inhérente à tout. Que dike [le droit] n’est rien d’autre que dispute [eris] ». La phrase la plus célèbre des fragments affirme : « Polemos panton men pater estin »: « la guerre [le conflit] est le père de toutes les choses. » Généralement on ne cite que le début de la phrase, mais Héraclite poursuit par : Polemos est « Basileus panton » (« le roi de toutes les choses »). « Il est celui qui indique la place à ceux qui sont des dieux et à ceux qui sont des hommes ; c’est lui qui fait les uns esclaves et les autres hommes libres. »

2Il est permis de lire cette phrase comme on le fait d’ailleurs presque par routine à un niveau premier, c’est-à-dire comme résultat de la guerre qui vise l’asservissement ou l’anéantissement de l’adversaire ou simple­ment de l’autre. Nous avons vu au cours de ce colloque un certain nombre de phénomènes de cet ordre. Ce ne sont pas forcément les plus intéres­sants, mais parfois les plus spectaculaires. C’est en général ce que M. Nautz a appelé le combat entre les Platzhirsche (les « mâles domi­nants ») : l’élève cherche à occuper la place du mandarin, le fils celle du père etc. Il y a toute une catégorie de polémiques qui obéissent à ce sché­ma, et cela peut aller très loin. Chez Karl Kraus, la guerre symbolique va jusqu’à l’anéantissement symbolique de l’ennemi. Il existe un très beau texte d’Elias Canetti sur le phénomène de la polémique publique comme condamnation à mort symbolique. C’est donc un aspect possible de la célèbre phrase d’Héraclite, mais ce n’est pas l’essentiel dans notre contexte.

3On peut lire la notion de polemos (« guerre ») à un tout autre niveau, les philosophes le font d’ailleurs depuis longtemps : polemos ne signifie peut-être rien d’autre que la « différence », voire la « distinction ». On a besoin de la dispute, on a besoin de la différence tout simplement pour connaître ce qui est le « droit » (dike). On est donc en droit de dire qu’il y a un niveau épistémologique de la polémique. Je me réfère par exemple à l’exposé de Florence Vatan : ce que Max Weber accepte comme polé­mique c’est la polémique scientifique noble, celle qui fait avancer le savoir par l’esprit « critique », c’est-à-dire celui qui sait distinguer. C’est également ce que Françoise Waquet a montré. Pour faire avancer le savoir, il faut respecter des règles de la lutte et on attend que cela se passe à un certain niveau de compétence comparable et contrô­lable. Ici, on touche le fond du statut de la polémique : son enjeu est presque toujours la vérité. Au niveau noble, c’est à dire épistémologique de la polémique et de la controverse scientifique cet enjeu est la vérité – falsifiable. C’est le propre de la science. Mais la plupart des polémiques ne se passent pas à ce niveau élevé, et pour cause.

4L’origine de la polémique entre intellectuels (clercs) est évidemment la dispute théologique. On en a vu quelques exemples éclairants et Hans Manfred Bock a montré que les polémiques modernes entre intellectuels ont un rapport essentiel avec la sécularisation. Mais le fond théologique et dogmatique n’est pas facile à escamoter, on l’a bien vu dans l’exposé de Jean-François Laplénie sur la construction d’un nouveau texte sacré à partir des écrits de Freud. La polémique religieuse tourne toujours nécessairement autour de la vérité absolue. La polémique sécula­risée est restée à sa façon « monothéiste » donc tributaire de la recherche de la vérité absolue. Le phénomène de la sécularisation a eu pour consé­quence que cette vérité globale et absolue a éclaté en plusieurs domaines. Les domaines fondamentaux de la polémique moderne sont ceux du poli­tique, de l’éthique et – non négligeable – de l’esthétique. On a traité le domaine esthétique dans la polémique entre Volker Braun et les jeunes poètes dissidents de la RDA. Son enjeu n’est pas seulement politique, il est également, même essentiellement esthétique. Et parmi les ersatz de religion, les religions esthétiques sont particulièrement guerrières. La sécularisation a produit des systèmes qui sont devenus partiels. Elle aurait donc dû entraîner un polythéisme de valeurs à l’intérieur de ces différents systèmes. Mais quand il s’agit de polémiques on a l’impression que chaque système partiel se transforme en système global. D’où une sorte de combat acharné entre monothéismes, ce qui explique parfois l’extrême violence de ce genre de polémiques. Car, en fin de compte, l’enjeu est curieusement la vérité absolue dans un domaine où elle ne devrait plus exister, car la sécularisation (Lessing) aurait dû mettre fin à toute pré­tention à la vérité absolue. C’est probablement l’accès au statut d’auto­nomie qui a engendré le retour de la posture dogmatique. Dans le vrai système absolu de la religion, l’esthétique comme la science, la politique ou même l’éthique sont dans une position auxiliaire (Philosophia ancilla theologiae). Paradoxalement, chaque système autonome libéré de la tutelle théologique a tendance à confondre autonomie avec vérité abso­lue. Cette situation qui est propre à la modernité favorise l’éclatement de polémiques qui correspondent aux deux visions du phénomène que l’on peut déduire des fragments d’Héraclite : la guerrière et la critériologique. Ce colloque en fournit un vaste panorama.

Auteur

Université Paris III - Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540