Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

L’intellectuel classique est en voie de disparition

Hansgerd Schulte

Texte intégral

1Puisqu’il s’agit de polémiques, soyons donc polémique en affirmant qu’il n’y aura bientôt plus de polémiques puisqu’il n’y aura plus ni intellectuels ni public. En effet, l’intellectuel classique de type Dreyfusard, celui qui, comme Zola, s’est engagé dans la cité pour défendre contre le pouvoir en place les valeurs universelles comme la vérité, la justice et la raison, est en voie de disparition. Les raisons de cette crise sont en partie comparables en France et en Allemagne, et en partie différentes à cause du contexte socio-historique dans les deux pays. Je me propose de les évoquer brièvement en mettant l’accent essentiellement sur l’espace germanophone dans le cadre de la thématique de ce colloque.

2La publication en 1974 de L’Archipel du Goulag de Soljenitsyne a eu le même impact sur le débat intellectuel en Allemagne qu’en France : c’est la fin des « grands récits », l’échec des deux totalitarismes qui ont dominé le 20e siècle : le fascisme et le communisme. Dans les années 1980, un débat d’idées s’installe autour du concept de post-modernité qui confirme la crise de l’intellectuel traditionnel auquel Jean-François Lyotard propose d’ériger « un tombeau ». L’historien François Furet, dans son livre Le passé d’une illusion (1995), confirme que tous ces intellectuels marxistes-léninistes, souvent si proches du parti communiste comme Furet lui-même, se sont douloureusement trompés.

3À ce constat d’échec s’ajoute une raison structurelle. Dans les deux pays, la crise des intellectuels s’explique par un changement de paradigme : l’écrit est supplanté par les mass-médias qui ont un impact bien plus grand sur le public que le livre. Il y a passage de l’écrit à l’image, l’intellectuel classique, Sartre, Aron, Habermas, Bourdieu, est remplacé par le talk-master, le présen­tateur de télévision. Il peut paraître légitime de rechercher de préférence cet instrument de communication si l’on veut convaincre et mobiliser le plus grand nombre possible. Ainsi l’émission Das literarische Quartett (Le quatuor littéraire) du pape de la critique allemande, Marcel Reich-Ranicki, a le même effet positif sur les chiffres de vente que les émissions de Bernard Pivot, Apostrophes ou Bouillon de culture. Il est vrai aussi que l’au­diovisuel oblige à des simplifications abusives et encourage le narcissisme de l’intellectuel médiatique et séducteur, qui aurait parfois tendance à se mettre en scène plutôt qu’à servir sa cause. On pourrait penser à Bernard-Henri Lévy en France et à Marcel Reich-Ranicki en Allemagne.

4La chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989, a largement contribué à discréditer les intellectuels en Allemagne. On dit souvent que, à l’Ouest comme à l’Est, ils n’ont pris aucune part active ni à la révolution pacifique, ni à l’unification, à laquelle ils se sont pour la plupart opposés, celle-ci étant l’œuvre des hommes politiques, en partie des églises, et surtout du peuple. Et effectivement, le fameux appel des intellectuels de la RDA « Für unser Land » (« Pour notre pays ») du 28 novembre 1989 en faveur d’un socialisme réformé et du maintien de deux états allemands n’a pas été écouté. Les citoyens de l’Allemagne de l’Est ne veulent plus de socialisme du tout et souhaitent l’unité. Le changement de slogans pendant les grandes manifestations est à cet égard significatif : on passe de « nous sommes le peuple » (par opposition à la nomenklatura du Parti et aux intellectuels du régime) à « nous sommes un peuple ». Le fossé se creuse de plus en plus entre l’opinion et l’intellectuel. Contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays de l’Est, comme la Pologne ou la Tchéco­slovaquie, il n’y a jamais eu en RDA une opposition notable au régime de la part des intellectuels, écrivains ou universitaires : on chercherait en vain un mouvement tel que Solidarnosc, des noms comme Geremek, Václav Havel ou Milan Kundera. Les intellectuels de l’Allemagne de l’Est sont ou bien partis de gré ou de force à l’Ouest, qui les a accueillis à bras ouverts comme par exemple Wolf Biermann, ou bien ils se sont adaptés à un système poli­tique qu’ils défendent avec plus ou moins d’ardeur, comme Christa Wolf. Leur discrédit dans la population s’accroît encore quand ils refusent de saisir la chance de l’unification, rejoignant sur ce point leurs homologues de l’Ouest dont la figure la plus représentative est Günter Grass.

5Enfin, il y aura toujours une exception allemande sur le thème du passé nazi de l’Allemagne et sur Auschwitz. La fameuse et incontournable Ver­gangenheitsbewältigung (le fait de se confronter à son passé) déclenchera toujours des polémiques violentes et irrationnelles. Il en sera largement ques­tion dans le cadre de ce colloque : la querelle des historiens ; la querelle autour du roman de Günter Grass Ein weites Feld (Toute une histoire) ou de celui de Walser Tod eines Kritikers (Mort d’un critique) ou de son discours à la Paulskirche à l’occasion de la remise du Prix de la Paix des libraires allemands ; dans les deux cas on l’accuse d’antisémitisme.

6On peut être, à juste titre, frappé et inquiet de l’extraordinaire violence des polémiques souvent réductrices, du dénigrement et de la dénonciation, comme si les débats se limitaient à un échange de calomnies et d’injures. Ils sont très souvent d’une affligeante médiocrité et reposent sur des affirma­tions volontairement faussées et malhonnêtes. La polémique cède ici la place à la calomnie et à la désinformation, les intellectuels devenant non plus les protagonistes mais les victimes de la polémique. Dans certains médias, dans la presse comme dans l'audiovisuel, on constate un plaisir sadique dans la mise au pilori des intellectuels, sans doute essentiellement motivée par la chasse au scoop et à l’audimat. L’anti-intellectualisme triomphant semble gagner en particulier certains milieux allemands. L’unification est fêtée comme une victoire de la droite sur la gauche ; des erreurs évidentes de certains intellectuels à l’égard des régimes totalitaires sont prises comme prétexte pour jeter l’anathème sur l’ensemble de la caste. Or, toute société libérale, toute démocratie pluraliste a besoin du contre-pouvoir de ses intellectuels, aujourd’hui plus que jamais, à un moment où notre monde est dangereuse­ment menacé par les fondamentalistes messianiques de tous bords, qu’ils soient islamistes ou américains.

Auteur

Université Paris III - Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540