Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

L’image, vecteur de la polémique dans Le Grand fol luthérien de Thomas Murner

Bernard Poloni

Texte intégral

1Moine franciscain, docteur des deux droits et docteur en théologie, couronné poeta laureatus par l’empereur Maximilien, Murner consacre ses premières œuvres en langue allemande à entretenir la foi chrétienne parmi le peuple des villes et des campagnes, dans la droite ligne de son activité de prédicateur populaire. Il le fait dans des écrits satiriques illustrés de xylo­graphies, destinés donc tant à l’usage de ceux qui savent lire que des illettrés.

2Le choses changent en 1520, c’est-à-dire l’année où Luther publie ses premiers grands traités réformateurs en langue allemande, le Sermon des bonnes œuvres (Sermon von den guten Werken) en juin, l’appel à la noblesse chrétienne de la nation allemande (An den christlichen Adel deutscher Nation) en août et le traité De la liberté du chrétien (Von der Freiheit eines Christenmenschen) en novembre – à quoi s’ajoute début octobre le traité en latin De captivitate Babylonica ecclesiae, traduit et publié anonymement en allemand par Murner au grand dam des luthériens.

3Murner prend alors la plume afin de répondre à Luther dans une série de cinq écrits en prose, initialement conçus comme le début d’une disputatio fraternelle de grande ampleur, dans laquelle il envisage de réagir aux libelles que, pense-t-il, Luther ne manquera pas de lui adresser. Le titre du premier de ces écrits est tout à fait révélateur du projet ainsi poursuivi : Exhortation chrétienne et fraternelle au très savant docteur Martin Luther de l’ordre des Augustins à Wittenberg (Eine christliche und briederliche ermanung zu dem hoch gelerten doctor Martino luter Augustiner orden zu Wittemburg). Dans ce texte comme dans les suivants, Murner s’efforce de convaincre Luther – et plus généralement ses partisans ainsi que la communauté des croyants – de ce que, en s’écartant du dogme chrétien comme il le fait dans ses écrits récents, il s’égare ; et de le ramener dans la juste voie. Dans la mesure où ces textes sont placés sous le signe du débat fraternel (entre un franciscain et un augustin) et portent sur l’essentiel, ils sont d’une écriture sérieuse, étayés de références explicites et implicites à la Sainte Ecriture et aux écrits et auteurs faisant autorité. Dans la mesure aussi où ils sont une réponse à des textes de Luther rédigés et publiés en allemand, Murner recourt dans ses propres écrits à la langue vernaculaire. Dans le mesure enfin où le public visé reste cepen­dant encore restreint et partiellement érudit, Murner n’accompagne pas ses textes de vignettes illustratives.

4Mais la disputatio escomptée n’a pas lieu. Si Murner prend personnelle­ment position non seulement sur les thèses mais aussi sur les actes du réformateur (ainsi, dans un texte de septembre 1521 intitulé Comment M. Luter, animé par de mauvaises raisons, a brûlé le droit canon – Wie doctor M. Luter vß falschen vrsachen bewegt Das geistlich recht verbrennet hat – Murner réagit au fait que Luther vient de brûler, outre la bulle papale, un exemplaire du droit canon), Luther ne lui répond pratiquement jamais directement. Les répliques viennent d’ailleurs, en particulier de Nicolaus Gerbel, et prennent bientôt la forme d’attaques personnelles. C’est le cas en 1520 avec le Karsthans et la Defensio Christianorum de Cruce ; puis l’année suivante avec le Murnerus Leviathan, Vulgo dictus Geltnar et le Auctio Lutheromastigum, deux écrits édités sous le pseudonyme de Raphael Musaeus et visant à discréditer Murner. Dans le premier, il est présenté sous la forme d’un monstre revêtu d’un habit monacal, avec une tête de chat et une queue de dragon, qui crache fiel et poison, répandant son venin au service des papistes sans pouvoir en rien nuire à Luther ; dans le second, il devient une pièce précieuse du cabinet des curiosités romaines vendues aux enchères. Les attaques vont même plus loin. À la suite de son engagement contre Luther, Murner constate en 1522, lors de son retour à Strasbourg à la suite d’un voyage, combien sa situation matérielle s’est détériorée : gagné par la Réforme, le conseil de la ville ferme en décembre le couvent des franciscains et frappe d’interdiction Murner et ses écrits ; ne pouvant plus se faire éditer, celui-ci décide d’ouvrir son propre atelier d’imprimerie, qui ne tarde pas à être saccagé durant l’une de ses absences. Murner quitte alors la ville et cherche refuge à Obernai, sa ville natale.

5C’est dans ce contexte qui le voit pris non pas dans une dispute éclairée, mais en butte aux attaques personnelles par écrit et dans les faits, que Murner publie en 1522 un texte au ton sérieux, voire pathétique, intitulé Nouveau chant sur la décadence de la foi chrétienne (Ein neu Lied von dem Untergang des Christlichen Glaubens), dans lequel il met en garde contre les thèses luthériennes, qui ne respectent pas même le culte marial si important pour lui ; il avertit qu’elles comportent un grand danger de désordre, de révolte, voire de guerre ; et il en appelle d’une part à l’empereur et au pou­voir temporel pour mettre un terme aux agissements du réformateur, de l’autre à Dieu pour qu’il rende à la chrétienté paix et concorde. La réplique des luthériens ne se fait pas attendre. C’est tout d’abord un texte anonyme, qui reprend les attaques contre la personne de Murner, alors même que celui-ci s’était délibérément abstenu de toute tonalité polémique ; c’est ensuite une réponse écrite par Michael Stifel, un augustin converti au luthéranisme. Là encore, les attaques personnelles s’accumulent, dans le texte comme sur les illustrations. Les caricatures sont toujours les mêmes, qui recourent à l’instrument du bestiaire : tantôt Murner apparaît sous les traits d’un dragon ; plus souvent sous ceux d’un moine à tête de chat nommé « Murnar » et donc rejeté par cette déformation de son nom dans le royaume des fols. Murner décide donc de répondre sur le même ton et publie en décembre son grand texte contre Luther et ses thèses, qu’il intitule Le grand fol luthérien (Von dem großen Lutherischen Narren).

6Les éléments d’un débat polémique sont ainsi réunis. Il y a opposition inconciliable sur le fond, entre un auteur qui se réclame par conviction intime d’une certaine tradition et ceux qui, par ailleurs, la remettent en ques­tion. Il y a opposition inconciliable entre Murner, qui s’adresse directement au réformateur, et Luther, qui ne répond pas lui-même mais laisse faire ses partisans. Il y a enfin opposition menée sur un ton qui change au fil du temps ; partant d’une volonté de débat sérieux et fraternel chez Murner, on passe aux attaques directes contre la personne de ce dernier, afin de le discréditer aux yeux du public, et à travers lui, les thèses qu’il défend.

7Il ne saurait être question ici d’analyser en détail toute l’évolution de ce processus ni tous les moyens mis en œuvre par Murner dans son grand écrit anti-luthérien. Aussi avons-nous choisi de nous attacher pour l’essentiel à l’un de ces procédés, dans la mesure où il est révélateur de l’ensemble de la démarche de l’auteur ainsi que d’une progression dans sa manière d’écrire liée à la portée même de la polémique dans laquelle il se trouve engagé au moment où il rédige son texte – à savoir l’usage que Murner fait des xylographies dans le Grand fol luthérien.

8Ce texte en langue allemande de Murner se distingue des précédents par une structure plus complexe, liée pour partie au fait qu’il a été composé sur plusieurs mois, au fil de ses démêlés avec les partisans de Luther. Des œuvres comme L’exorcisme des fols (Die Narrenbeschwörung), La Corpo­ration des larrons (Die Schelmenzunft) ou La Prairie aux coucous (Die Gäuchmatt), sont constituées d’une série de chapitres qui se suivent selon le principe de la revue, sans être reliés entre eux par un lien clairement appa­rent autre que thématique, et en tout état de cause pas par une action. Une amorce d’évolution vers une structure plus élaborée, mais qui reste encore bien rudimentaire, se dessine tout au plus avec Le Moulin de Schwindelsheim (Die Mühle von Schwindelsheim). Par contre, le Grand fol luthérien, long de 4796 vers, s’articule autour de trois arguments, dont chacun correspond à un niveau de réponse de Murner aux attaques dont il fait l’objet. Un premier argument reprend le thème traditionnel de la folie et de l’exorcisme ; le deuxième, que nous dirons familial, concerne le mariage fictif de la fille de Luther et de Murner ainsi que ses prolongements ; le troisième enfin est de tonalité guerrière. À chacun de ces arguments, qui sont partiellement imbri­qués au fil des 59 chapitres que comporte l’œuvre, correspond une série de xylographies réalisées spécialement à cette fin et dont on a toutes raisons de croire qu’elles sont de la main de Murner lui-même. Leur intérêt ne réside pas dans leur valeur artistique, qui reste modeste, mais dans leur interaction avec le texte écrit.

uterdum molare stultitiam prudentia summa

9Dans cette première série de cha­pitres et cette première action, qui ouvre l’ouvrage et est reprise au début de son dernier tiers, la verve polé­mique de Murner trouve donc déjà à s’exprimer, mais le ton demeure en règle générale assez conventionnel, y compris lorsqu’il gagne en verdeur, et ne déborde pas la pratique usuelle de la « littérature de la folie », la Narrenliteratur.

10La gravure du chapitre 51 mérite l’attention pour un autre détail, repris au chapitre 53 : on y voit en effet un bandeau sur lequel est inscrit Adélaïde au luth (Adelheit mit der luten) ; il pourrait s’agir là, à la croisée de la tradi­tion homérique et de la tradition courtoise, d’une simple redondance carac­térisante, la fille de Luther étant effectivement représentée un luth à la main; en fait, ce détail fait écho au texte du chapitre qui – comme on peut égale­ment le voir sur la xylographie – précise que le luth de la fille de Luther n’a qu’une corde, mais que cela ne doit pas l’empêcher, non plus que son pré­tendant, de faire belle musique – plus sonore même que s’il en avait vingt-six. De la sorte, Murner ajoute à son texte une dimension d’obscénité, con­firmée par le texte du poème saphique sur lequel se clôt le chapitre et qui va au delà de l’amorce de scatologie évoquée lors de la thématique précé­dente ; ce qui contribue à forcer le trait et le ton de la polémique. Entrant dans le jeu des attaques dont il fait lui-même l’objet sur fond de topos populaire du moine paillard d’une part, de représentation de sa personne sous forme de moine à tête de chat jouant du luth dans le Wolffgesang de Vadian de l’autre, il retourne celles-ci pour dénoncer avec virulence le luthéranisme.

Grand fol luthérienLes 15 confédérés Die 15 Bundsgnossenéébruder VeitFlugblätter impedimenta graisse le brodequinDen buntschuch schmieren

11Le résultat de ce combat, de cette résistance déjà désespérée fut mince. Il n’est guère connu qu’un écrit publié par le camp des réformateurs en réponse au Grand fol luthérien, intitulé Novella, La cruelle histoire d’un curé et d’un esprit, et de Murner qui se veut exorciser les fols (Novella, Ein grausame history von einem Pfaffen vnd einem geyst, vnd dem Murner, der sich nempt der Narrenbeschwerer), paru en 1523. À cela, plusieurs raisons. D’une part, comme nous l’avons vu, Murner se voit frapper d’interdiction à Strasbourg en cette fin d’année 1522, de sorte que son texte est confisqué et qu’il n’en circule que quelques exemplaires sous le manteau.

12Ensuite, la cause de la Réforme est déjà trop avancée, ses partisans déjà trop nombreux pour qu’un texte satirique et polémique qui défend la tradition puisse être entendu face à la multitude de ceux qui, au contraire, la battent en brèche. Il est bien plus facile, en termes de polémique, d’attaquer et de critiquer, que de défendre et d’appeler à la raison. Enfin, au moment où le texte de Murner est édité, les terres de Haute-Rhénanie sont déjà agitées par le débat suivant, entre luthé­ranisme et zwinglianisme.

13Il n’en reste pas moins vrai que ce que Murner a dénoncé et annoncé avec constance, à savoir un grand soulèvement armé tourné contre le pouvoir temporel, va intervenir en 1525 sous la forme de ce qu’il est convenu d’ap­peler la Guerre des paysans ; et qu’alors, c’est Luther qui se dressera avec une violence extrême contre ceux qui l’animent.

Auteur

Université Paris IV-Sorbonne

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540