Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

Günter Grass et Martin Walser : les faux jumeaux de la littérature allemande ?

Stuart Parkes
Traduction de Dominique Vogel

Texte intégral

1Lorsque Günter Grass publia en 1979 Das Treffen in Telgte (Une ren­contre en Westphalie), il apparut tout de suite qu’il avait écrit ce récit pour rendre hommage au rôle joué par le Groupe 47 (Gruppe 47) dans la littéra­ture allemande d’après-guerre. Dédié à Hans Werner Richter, fondateur et animateur du groupe, ce livre raconte une rencontre, imaginée par Grass, d’écrivains allemands en l’an 1647, peu avant la fin de la Guerre de Trente Ans, laquelle eut des conséquences catastrophiques pour une large partie de l’Allemagne. C’est exactement trois cents ans plus tard que le Groupe 47 s’était réuni pour la première fois, peu après des événements tout aussi terribles, dont le début avait été marqué par l’arrivée au pouvoir de Hitler quatorze années plus tôt. La lecture du roman avait de quoi réjouir tout parti­culièrement ceux qui connaissaient bien le Groupe 47, car Grass intègre à son récit des épisodes qui rappellent, en des termes plus ou moins tendres, des épisodes de l’histoire du Groupe. On peut compter parmi ces épisodes la dispute entre le jeune soldat Gelnhausen, chargé de s’occuper des écrivains durant la rencontre, et l’aubergiste Libuschka, inspirée du personnage brech­tien de Mère Courage. Peu avant de partir, Gelnhausen parle de ses ambi­tions littéraires, qu’il compte concrétiser une fois qu’il sera installé lui-même comme aubergiste. Face au scepticisme de son interlocutrice, il est pris de colère, ce qui se ressent dans les injures dont il l’accable :

  • 1 Günter Grass, Das Treffen in Telgte, München, 1994, dtv, p. 127 / Une rencontre en West­phalie, ave (...)

« Vieille carcasse ! Charogne ! Gaupe ! Gargouille à purin ! dit-il. Injurieu­sement il la traita de jeteuse de sorts et de rôtisseuse de balai, n’ayant jamais fait son prix qu’à la façon d’une pute. Depuis qu’elle était tombée aux mains des reîtres de Manfred dans la forêt de Bohême, la Courage tenait lit ouvert à tout le monde. Des régiments entiers y avaient défilé. On n’avait qu’à gratter son vernis welsche, le masque de putain ressortait. »1

  • 2 Hans Werner Richter, cité par Gerald A. Fetz, Martin Walser, Stuttgart/Weimar, 1997, Metzler, p. 6.

2Cet épisode du récit de Grass est sans doute lié à un incident fameux, lorsque Walser, qui était alors encore journaliste pour la radio et devait faire un reportage sur la réunion de 1951 du Groupe à la Laufenmühle, déclara à Hans Werner Richter qu’il était capable d’écrire aussi bien que les écrivains de métier présents dans la pièce. Richter a qualifié Walser, fils d’un auber­giste, d’« alémanique combatif, voire querelleur »2 ; on peut toutefois douter qu’il ait été aussi bagarreur que Gelnhausen, qui va jusqu’à frapper l’auber­giste d’un coup de poing, la touchant à l’œil.

3Grass n’est pas le seul à s’être amusé à pratiquer la satire aux dépens de ses collègues écrivains. Dans son roman Das Einhorn (La Licorne, 1966), Walser se livre lui aussi à cet exercice dans ses descriptions des fêtes orga­nisées par l’industriel et mécène Blomich. Dans certains cas, il est très facile de retrouver qui a servi de modèle aux personnages : à travers l’ex-citoyen de RDA Karsch, qui souffre de la division de l’Allemagne, c’est sans aucun doute Uwe Johnson qui est visé, d’autant plus qu’un personnage d’une des premières œuvres de Johnson porte ce nom. On peut également supposer qu’en créant le personnage particulièrement extraverti et avide de publicité qu’est NDB, c’est à Grass que Walser pensait, ce que le paragraphe qui suit devrait suffire à prouver :

  • 3 N.D.T. : il s’agit là d’une allusion aux deux premiers vers (« Edel sei der Mensch / hilfreich und (...)
  • 4 Martin Walser, Das Einhorn, Frankfurt/Main, 1966, Suhrkamp, p. 277.

« Dans la villa d’un ami au bord du lac de Constance, NDB reçut un émis­saire du Sénateur en charge de la Culture à Berlin. Celui-ci déclara que la place de NDB était depuis longtemps à Berlin. (...) NDB répondit gaiement: Il faut que l’homme soit noble, secourable et Berlinois3. C’est un beau métier que d’être Berlinois. Mais ce serait une erreur de croire que le métier de Berlinois ne peut s’exercer qu’à Berlin. »4

  • 5 Martin Walser, « Soll man diese Nieren essen ? Noch ein offener Brief (an Siegfried Lenz) », in : D (...)

4Ce passage est une allusion aux rapports étroits que Grass entretenait avec Berlin. Il s’était installé dans les années 1960 à Berlin-Ouest, où il fit la connaissance de Willy Brandt et se transforma en propagandiste du SPD. Même si l’on refuse de voir dans le personnage de NDB le portrait plus grand que nature de la personnalité de Grass, il existe d’autres preuves de l’intérêt que portait à l’époque Walser aux interventions publiques de Grass. Son article de 1962, « Soll man diese Nieren essen ? Noch ein offener Brief » (« Faut-il manger ces rognons ? Une lettre ouverte de plus ») prend pour cible l’habitude qu’avait selon lui Grass d’écrire des lettres ouvertes sur tous les sujets possibles et imaginables5. Il est donc certain que ces deux écrivains, nés tous deux en 1927 dans un milieu petit-bourgeois – l’un venant de l’Est de l’espace germanophone de l’époque, l’autre du Sud-Ouest – ont toujours gardé un œil l’un sur l’autre. Ils se sont aussi toujours intéressés aux mêmes thèmes : l’histoire allemande récente, la division de l’Allemagne et l’évolution de la jeune République fédérale. Tous deux furent lauréats du Prix du Groupe 47, tous deux furent durant des années classés dans la catégorie « écrivains engagés » par le public, même s’ils étaient rare­ment du même avis. C’est pourquoi il semble pertinent de parler de « faux jumeaux ».

  • 6 Non seulement l’article de Grass est court, mais il prend également peu position sur le plan politi (...)
  • 7 Les discours prononcés par Grass en 1965 dans le cadre de la campagne électorale figurent dans le r (...)
  • 8 Lors des législatives de 1972, Walser écrivit par exemple un article dans lequel il ne cachait pas (...)
  • 9 Günter Grass, Aus dem Tagebuch einer Schnecke, Reinbek, 1974, Rowohlt, p. 16.
  • 10 Ibid., p. 15 – N.D.T. : Roland Freisler fut à partir de 1942 le président redouté du Volks­gerichts (...)

5On connaît l’engagement de Grass lors des campagnes électorales. Mais c’est Walser qui le premier incita un certain nombre d’écrivains à prendre ouvertement position en faveur du SPD. Le recueil Die Alternative oder Brauchen wir eine neue Regierung ? (L’alternative, ou : Avons-nous besoin d’un nouveau gouvernement ?) parut à point nommé pour la campagne électorale de 1961. Y figurait également une courte contribution de Grass, même si celle-ci n’est pas à compter parmi les articles les plus importants du recueil.6 C’est seulement quatre ans plus tard que Grass se mit à sillonner le pays dans le cadre de la campagne électorale, choquant par exemple les fidèles électeurs de la CDU de la petite ville de Cloppenburg, en Basse-Saxe, en tenant des propos hérétiques, entre autres sur le caractère définitif de la frontière avec la Pologne le long de la ligne Oder-Neiße, ou en soutenant que Ludwig Erhard avait montré son inaptitude à remplir les fonctions de chancelier.7 Mais Walser n’était, pour sa part, plus disposé à soutenir le SPD qui avait à ses yeux dérivé trop à droite. Au début des années 1970, il sem­blait se sentir proche du Parti communiste allemand (DKP), même s’il n’en fut jamais membre.8 Il avait manifesté une certaine sympathie pour les mouvements étudiants. Grass en revanche n’avait guère d’affinités avec les étudiants rebelles. À ses yeux, ces fils et filles de bonne famille étaient des « enfants gâtés contrariés qui récitent leurs problèmes comme une litanie »9, et qui exposent leurs revendications d’une manière bien connue : avec « l’index de Freisler à la main de Lénine».10 Ces deux citations tirées de Aus dem Tagebuch einer Schnecke (Journal d’un escargot, 1972) reflètent tout à fait la thèse principale de cet ouvrage, selon laquelle on accède au progrès à la vitesse d’un escargot, par l’intermédiaire de la social-démocratie, mais en aucun cas par le biais de la révolution et du marxisme-léninisme.

  • 11 Dans un texte paru le 11 novembre 1989 dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, Walser écrit : « Pou (...)

6Jusqu’à aujourd’hui, Grass est globalement resté fidèle au SPD, même s’il a quitté le parti au début des années 1990 pour protester contre la poli­tique de Rudolf Scharping en matière de droit d’asile. Walser en revanche a commencé à la fin des années 1970 à se pencher sur la question de l’identité nationale allemande, avec pour conséquence que, au cours des années 80, alors qu’il était de plus en plus de notoriété publique qu’il n’acceptait pas la division de l’Allemagne, il se retrouva estampillé par certains de ses anciens compagnons de route comme un nationaliste de droite. Avec l’unification, en 1989/1990, nombreux furent ceux qui virent en Grass et Walser deux adver­saires aux vues totalement opposées, l’un se réjouissant de ce que l’histoire allemande connaisse pour une fois un épisode heureux, l’autre pestant contre le « sourd mot d’ordre de l’unification »11. Ce faisant, on oubliait qu’au début des années 1980, Grass, avec Kopfgeburten oder Die Deutschen sterben aus (Les Enfants par la tête, ou : Les Allemands sont en voie d’extinction), avait écrit un plaidoyer en faveur de l’unité allemande. Il s’agissait toutefois du maintien de l’unité culturelle face à la division politique qui, à l’époque, semblait insurmontable. Et il est apparu au cours des années 1990 que l’insatisfaction de Grass portait davantage sur le déroulement de l’unification que sur l’unité en soi.

  • 12 Les deux entretiens, diffusés par la radio NDR (Norddeutscher Rundfunk), furent édités sous forme d (...)
  • 13 Günter Grass, « Viel Gefühl, wenig Bewußtsein », in : G.G., Deutscher Lastenausgleich, op. cit., pp (...)

7Mais ce qui importe dans notre contexte, c’est le fait que, au cours de la décennie qui suivit l’unification, ont eu lieu deux discussions, en partie polé­miques, entre Grass et Walser, portant essentiellement sur le thème de l’unité allemande.12 Dès le 20 novembre 1989, Grass, lors d’une conversation avec son collègue, avait reproché à celui-ci d’avoir par rapport à la chute du Mur une attitude faisant « trop appel aux sentiments et pas assez à la con­science ».13 Lorsque cinq ans plus tard, en 1994, le premier entretien eut lieu, les deux interlocuteurs avaient eu le temps de mûrir leurs réflexions. Cela ne signifie pas pour autant qu’ils étaient sur la même longueur d’ondes dans de nombreux domaines. Alors que Walser était par exemple disposé à féliciter Helmut Kohl pour avoir su saisir la chance historique de réaliser l’unité, le chancelier de l’époque était aux yeux de Grass « l’incarnation de l’arro­gance ». Les divergences se révélaient donc pour des détails plutôt petits – si tant est que l’on puisse parler de « petit » dans le cas de Helmut Kohl – mais également sur des aspects majeurs. Dans l’ensemble, on peut dire que Walser conserve son enthousiasme premier face à l’unification, malgré les nombreux problèmes qui subsistent, tandis que pour Grass, on a laissé passer l’occasion de prendre un véritable nouveau départ après l’heu­reux épisode de novembre 1989. À ses yeux, l’unification est « un processus funeste ». Grass regrette particulièrement que l’on n’ait pas profité de l’unité pour donner à la République fédérale élargie une nouvelle constitution comme le suggérait le paragraphe 146 de la Loi fondamentale. Cette nouvelle consti­tution aurait donné aux Allemands de l’Est la possibilité d’influer sur cette situation nouvelle par leur vécu spécifique. Mais pour Grass, la façon dont les choses se sont déroulées relève plutôt d’une violation de la consti­tution, ce qui a creusé le fossé entre les deux parties du pays. Plus grave encore : l’échec du processus a selon lui conduit à la réapparition de vieilles habitudes trop connues de l’histoire allemande. Dans ce contexte, il évoque la procédure de reconduite à la frontière des demandeurs d’asile, que l’on tire souvent de leur lit au petit matin pour les emmener à l’aéroport. Il parle également des rapports qu’entretiennent les Allemands entre eux, et évoque les mauvais traitements qu’ont subis ses parents en Westphalie après la guerre. Pour Grass, les Allemands n’ont que rarement réussi à adopter des manières civilisées.

  • 14 Walser parle par exemple dans ce discours de l’« instrumentalisation de notre honte pour servir à d (...)
  • 15 N.D.T. : il s’agit de l’institution fiduciaire chargée de la privatisation des entreprises ayant ap (...)

8Il paraît presque naturel que Grass aborde la question d’Auschwitz. Il le fait au sujet d’un reproche terrible qu’on lui adresse, celui d’instrumentaliser Auschwitz à des fins politiques actuelles. C’est exactement ce reproche hau­tement controversé que Walser adressera quatre ans plus tard à des intellec­tuels de renom dans le discours qu’il tiendra après avoir reçu le Prix de la Paix des libraires allemandes à la Paulskirche de Francfort.14 Mais lors du premier entretien avec Grass, il n’aborde pas la question de l’instrumentali­sation, bien que le passé allemand joue un rôle important dans cette conver­sation. Tandis que pour Walser, on en a fini avec beaucoup d’aspects du passé, qui sont « réglés » (gelaufen), à commencer par l’esprit de l’Auf­klärung invoqué par Grass, pour ce dernier, la question d’Auschwitz n’est « pas réglée ». Il est donc souvent question de ce qui s’est passé en Alle­magne depuis 1945. Pour Walser, les choses ont bien avancé en matière de démocratie en Allemagne. Cela vaut également pour le développement éco­nomique. À ses yeux, il n’existait pas d’alternative à la politique de privati­sation menée dans l’Est de l’Allemagne et selon des schémas ouest-alle­mands par la Treuhand15, une politique que Grass qualifie pourtant de capita­lisme effréné et de centralisme rappelant la RDA. Walser reproche à Grass de penser selon des catégories qui sont celles des partis politiques, alors que pour lui, la question de l’unité est largement au-dessus de ce genre de brou­tilles typiques des partis. Ceci pourrait presque nous rappeler la phrase pro­noncée par le Kaiser en 1914 : « je ne connais plus de partis, je ne connais plus que des Allemands », mais peut-être est-ce un jugement trop dur. On peut en tout cas constater que lors de ce premier entretien, le social-démo­crate Grass, partisan du fédéralisme qui pleure les occasions manquées, se retrouve face à un grand défenseur de l’unité allemande, y compris de la façon dont elle se déroule concrètement.

  • 16 Le Président du Conseil central des juifs d’Allemagne de l’époque, Ignatz Bubis, avait pro­testé de (...)

9Le second entretien entre Grass et Walser eut lieu cinq ans plus tard, après le discours de Walser à la Paulskirche et, ironie du sort, le lendemain des obsèques d’Ignatz Bubis, décédé peu de temps auparavant.16 Il est d’ail­leurs question de ce tristement célèbre discours à la fin de l’entretien, mais ce sont d’abord d’autres thèmes qui sont abordés et qui sont en partie les mêmes que lors du premier entretien. Walser souligne encore une fois qu’il n’existait pas d’alternative à la politique de privatisation et que les pro­blèmes qui en ont découlé doivent être considérés comme « le prix à payer pour la liberté ». Il dit en avoir assez des « jérémiades qui n’en finissent plus ». Grass insiste toujours sur le fait que l’on est en droit de parler de « culpabilité » et que derrière l’expression « prix à payer pour la liberté », il y a des destins individuels tragiques. Il est ensuite question de la compétence de l’écrivain en matière de politique. Walser parle d’un manque d’expérience pratique et constate : « Je ne peux plus exprimer que ce que je pourrais mettre en pratique ». Grass en revanche, après avoir évoqué comme lors du premier entretien le destin des demandeurs d’asile, déclare que l’écrivain possède une compétence lorsqu’il s’agit de personnes « que l’Histoire n’a pas ménagées ». Il constate également qu’une nouvelle confiance en soi se fait jour à l’Est, qui s’exprime notamment dans la littérature.

10La discussion sur la compétence de l’écrivain mène à une autre dimen­sion, primordiale dès lors qu’on s’intéresse à ce qui oppose Grass et Walser. Pour cette question, il ne faut pas seulement considérer les points de vue qu’ils défendent. La question du « comment » est également très importante : il s’agit de savoir sur quels présupposés les deux hommes se fondent lorsqu’ils prennent position sur des problèmes tels que l’unité allemande. Comme nous l’avons mentionné précédemment, Grass joue depuis plus de 35 ans un rôle important dans l’espace public de la République fédérale et est considéré comme l’incarnation par excellence de « l’écrivain engagé », un rôle qu’il accepte plus ou moins. Ce faisant, il agit selon des principes qu’il a formulés dans les années 1960 et qui ont peu changé depuis. Le principe le plus important est sans doute le suivant : l’écrivain vit au milieu de la société, pas dans un espace poétique coupé du réel. Il en résulte des devoirs, surtout en Allemagne, où la tradition de l’écrivain ou de l’érudit apolitiques a eu des conséquences si funestes. Une phrase traitant de sa conception du métier d’écrivain, tirée du discours « Schreiben nach Auschwitz » (« écrire après Auschwitz », 1990) et reprise dans le discours qu’il a tenu en 1999 lors de la remise du prix Nobel, montre exactement ce qu’il veut dire :

  • 17 Günter Grass, Fortsetzung folgt, Göttingen, 1999, Steidl, p. 38.

« Un tel rapport à l’écriture, si on l’accepte, suppose que l’auteur ne se retire pas hors du réel et hors du temps, mais qu’il se considère comme un homme de son temps, plus encore, qu’il s’expose aux contingences du temps qui passe, se mêle de tout et prenne parti. »17

  • 18  Günter Grass, « Es steht zur Wahl », in : G.G., Über das Selbstverständliche, op. cit., pp. 10-20, (...)
  • 19 Günter Grass, Rede vom Verlust, Göttingen, 1992, Steidl, p. 20.

11La conséquence d’une telle attitude est que Grass n’a jamais reculé devant les affrontements polémiques et s’est montré, dans ces luttes, sans pitié sur le plan rhétorique. Dans son discours de campagne électorale de 1965, intitulé « Es steht zur Wahl » (« Nous avons le choix »), il dit par exemple que Ludwig Erhard n’a aucun complexe à « recourir à la langue d’un Joseph Goebbels » ; selon lui, le chancelier de l’époque, peu féru d’art, serait « un philistin».18 Un quart de siècle plus tard, au moment de l’unification de l’Allemagne, il traite Volker Rühe, homme politique de la CDU, de « skin­head en costume-cravate ».19

  • 20 Martin Walser, « Engagement als Pflichtfach für Schriftsteller », in : M.W., Heimatkunde, Frankfurt (...)
  • 21  Martin Walser, « Vormittag eines Schriftstellers », in : M.W., Vormittag eines Schrift­stellers, F (...)
  • 22  Martin Walser, « Ich vertraue. Querfeldein », in : M.W., Ich vertraue. Querfeldein, Frankfurt/Main (...)

12Mais qu’en est-il de Martin Walser ? J’ai mentionné plus haut que dès 1962, il se montrait très sceptique face à l’habitude qu’avait Grass d’écrire des lettres ouvertes. Il a effectivement sans cesse manifesté ses doutes quant au rôle de l’écrivain dans la sphère publique. Un discours prononcé en 1967 s’intitule « Engagement als Pflichtfach für Schriftsteller » (« L’engagement comme matière obligatoire pour les écrivains »), le terme de « matière obli­gatoire » visant sans aucun doute à réveiller chez ses auditeurs le souvenir des contraintes scolaires.20 Ces derniers temps tout particulièrement, il a exprimé ses doutes quant au rôle de l’écrivain dans le système médiatique, en employant sans cesse le mot « opinion » dans un sens négatif. Un article de 1990, « Vormittag eines Schriftstellers » (« Matinée d’un écrivain ») établit par exemple un contraste entre la prédominance d’un « maelström des opinions » (Meinungsgestöber) et l’œuvre poétique de Peter Handke et de Botho Strauß.21 Comme le montre le titre, son discours du Prix de la Paix devait remettre en question le genre du « discours du dimanche » (Sonntags­rede). L’idéal qu’il a en tête s’exprime dans l’article « Ich vertraue. Quer­feldein » (« J’ai confiance. À travers champs », 1998) : c’est le dialogue avec soi-même (Selbstgespräch), qui doit être « dépourvu d’esprit mission­naire, libéré, conscient de sa liberté, sensible à tout, voire capable d’amour»22 et par là même le contraire du processus de fabrication de l’opinion qu’il critique si souvent. On retrouve les mêmes arguments dans le second entretien avec Grass : il y déclare s’être à la Paulskirche accordé le droit de donner une dimension personnelle à son discours.

  • 23 Martin  Walser, « Wovon zeugt die Schande, wenn nicht von Verbrechen. Das Gewissen ist die innere E (...)

13Comment réconcilier les positions de Grass et Walser ? On peut bien sûr se demander si Walser s’en tient toujours à ses principes. En réalité, il ne fait aucun doute que Walser, malgré ses réticences, ne fait pas mystère de ses opinions et se réjouit même, comme il l’a dit à propos de la manière dont son discours du Prix de la Paix a été reçu, de ce que la grande majorité des lettres qui lui étaient adressées « [aient] approuv[é] ce discours ».23 D’un autre côté, on peut déplorer dans la rhétorique parfois scandaleuse de Grass l’absence de remise en question ou de réflexion.

  • 24  William Shakespeare, William Shakespeare. The Complete Works, edited by Peter Alexander, London/ G (...)
  • 25 Cf. à ce sujet la contribution de Ariane Steiner dans ce volume.

14Bien sûr, lorsque l’on compare Grass et Walser, il paraît naturel d’insister sur ce qui les oppose. Cependant, comparer ne signifie pas toujours insister sur les différences, mais aussi signaler les points communs. Lorsque le « je » lyrique du célèbre dix-huitième sonnet de Shakespeare demande à sa bien-aimée « Shall I compare thee to a summer’s day ? »24, il se propose de réflé­chir à d’éventuelles ressemblances. Si Grass et Walser n’entretiennent bien évidemment pas ce type de relations, il existe cependant bien de nombreux points communs. Cela se remarque particulièrement dans le second entretien sur l’Allemagne. Bien qu’ils ne soient pas du même avis quant à la question de la « normalité » de l’Allemagne, ils rejettent tous deux la ritualisation de la Vergangenheitsbewältigung (la manière d’assumer son passé) telle qu’elle est pratiquée depuis les années 1950, et qui se traduit aujourd’hui par la con­struction du mémorial de l’Holocauste à Berlin. Pour Grass, il s’agit d’une nouvelle « forme de sélection», puisque seul le souvenir des souffrances infligées aux juifs est évoqué25. Lors du premier entretien, Grass et Walser étaient d’accord sur le fait que la gauche, en négligeant la question de l’identité nationale, laissait la voie libre à l’extrême droite. Il faut également signaler le respect mutuel perceptible dans les deux entretiens.

  • 26  Günter Grass, Im Krebsgang, Göttingen, 2002, Steidl ; Martin Walser, Tod eines Kritikers, Frankfur (...)
  • 27 Sur la prise de position de Grass, cf. Die Welt, 8.07.200 (sur le site internet du journal : www.we (...)

15En 2002, tant Walser que Grass ont publié chacun un livre traitant soi-disant de la mort d’un juif.26 Walser s’est trouvé accusé d’antisémitisme, bien que son « juif », si c’en est un, ne meure pas. Malgré tout ce qui les oppose habituellement, Grass prit la défense de son collègue sur ce sujet hautement sensible.27 On peut donc constater qu’il existe, comme nous l’avons montré, certaines différences entre ces deux écrivains nés la même année, mais éga­lement des points communs et une disposition à s’engager pour l’autre. Savoir si c’est effectivement ainsi que se comportent de faux jumeaux au sens propre du terme, c’est « toute une histoire », pour reprendre les termes employés par le père d’Effi Briest ; pourtant, si on la prend au sens figuré, une telle dénomination semble être relativement juste.

Notes

1 Günter Grass, Das Treffen in Telgte, München, 1994, dtv, p. 127 / Une rencontre en West­phalie, avertissement, notes et traduction de Jean Amsler, Paris, 1981, Seuil, p. 141.

2 Hans Werner Richter, cité par Gerald A. Fetz, Martin Walser, Stuttgart/Weimar, 1997, Metzler, p. 6.

3 N.D.T. : il s’agit là d’une allusion aux deux premiers vers (« Edel sei der Mensch / hilfreich und gut. ») de Das Göttliche, célèbre poème de Goethe.

4 Martin Walser, Das Einhorn, Frankfurt/Main, 1966, Suhrkamp, p. 277.

5 Martin Walser, « Soll man diese Nieren essen ? Noch ein offener Brief (an Siegfried Lenz) », in : Die Zeit, 9/2. 03.1962.

6 Non seulement l’article de Grass est court, mais il prend également peu position sur le plan politique, comme il le reconnaît lui-même : « Je pourrais me pencher sur les programmes des partis […]. Les autres auteurs de cet ouvrage le feront sans doute de manière sa­vante […] », Günter Grass, « Wer wird dieses Bändchen kaufen ? », in : Martin Walser (Hrsg.), Die Alternative oder Brauchen wir eine neue Regierung ?, Reinbek, 1961, Rowohlt, pp. 76-80, ici p. 79.

7 Les discours prononcés par Grass en 1965 dans le cadre de la campagne électorale figurent dans le recueil Über das Selbstverständliche, München, 1969, dtv, pp. 10-67, sous les titres suivants : « Es steht zur Wahl », « Loblied auf Willy », « Was ist des Deutschen Vater­land ? », « Des Kaisers neue Kleider » et « Ich klage an ».

8 Lors des législatives de 1972, Walser écrivit par exemple un article dans lequel il ne cachait pas sa sympathie pour le DKP : Martin Walser, « Wahlgedanken », in : M.W., Wie und wovon handelt Literatur, Frankfurt/Main, 1973, Suhrkamp, pp. 100-118.

9 Günter Grass, Aus dem Tagebuch einer Schnecke, Reinbek, 1974, Rowohlt, p. 16.

10 Ibid., p. 15 – N.D.T. : Roland Freisler fut à partir de 1942 le président redouté du Volks­gerichtshof (Tribunal Populaire) ; il y instruisit plus de 1200 procès contre les opposants au nazisme, dont la plupart se soldèrent par des condamnations à mort.

11 Dans un texte paru le 11 novembre 1989 dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, Walser écrit : « Pour la première fois au cours de ce siècle, l’histoire allemande se déroule bien ». Ce texte figure sous le titre « 11. November 1989 » dans Martin Walser, Über Deutsch­land reden, Frankfurt/Main, 1989, Suhrkamp, p. 115.

Le livre que Grass consacre à la question allemande (Günter Grass, Deutscher Lasten­ausgleich, Frankfurt/Main, 1990, Luchterhand) porte le sous-titre « Wider das dumpfe Einheitsgebot ».

12 Les deux entretiens, diffusés par la radio NDR (Norddeutscher Rundfunk), furent édités sous forme de cassettes par Edition Isele (Eggingen) en 1995 et 1999.

13 Günter Grass, « Viel Gefühl, wenig Bewußtsein », in : G.G., Deutscher Lastenausgleich, op. cit., pp. 13-26, en particulier p. 22.

14 Walser parle par exemple dans ce discours de l’« instrumentalisation de notre honte pour servir à des fins actuelles » et du fait que la division de l’Allemagne fut « justifiée par des intellectuels influents comme une conséquence d’Auschwitz », Martin Walser, « Erfah­rungen beim Verfassen einer Sonntagsrede », in : Frank Schirrmacher (Hrsg.), Die Walser-Bubis-Debatte, Frankfurt/Main, 1999, Suhrkamp, pp. 7-17, ici p. 12.

Dans sa contribution au débat sur l’unité allemande, « Kurze Rede eines vaterlandslosen Gesellen », Grass écrit : « Celui qui aujourd’hui réfléchit à l’Allemagne […] doit intégrer Auschwitz dans sa réflexion. Ce lieu d’épouvante […] exclut à l’avenir l’existence d’un état allemand unifié. » In : G.G., Ein Schnäppchen namens DDR, Frankfurt/Main, 1990, Luchterhand, pp. 7-14, ici p. 13.

15 N.D.T. : il s’agit de l’institution fiduciaire chargée de la privatisation des entreprises ayant appartenu directement ou indirectement à l’état en RDA.

16 Le Président du Conseil central des juifs d’Allemagne de l’époque, Ignatz Bubis, avait pro­testé de façon très véhémente contre le discours prononcé par Walser lors de la remise du Prix de la Paix. Cette controverse est connue sous le nom de Walser-Bubis-Debatte (cf note 14 ; cf. également la contribution de Nicole Fernandez Bravo dans ce volume).

17 Günter Grass, Fortsetzung folgt, Göttingen, 1999, Steidl, p. 38.

18  Günter Grass, « Es steht zur Wahl », in : G.G., Über das Selbstverständliche, op. cit., pp. 10-20, ici p. 18.

19 Günter Grass, Rede vom Verlust, Göttingen, 1992, Steidl, p. 20.

20 Martin Walser, « Engagement als Pflichtfach für Schriftsteller », in : M.W., Heimatkunde, Frankfurt/Main, 1968, Suhrkamp, pp. 103-126.

21  Martin Walser, « Vormittag eines Schriftstellers », in : M.W., Vormittag eines Schrift­stellers, Frankfurt/Main, 1994, Suhrkamp, pp. 9-26, ici p. 12. Dans cet article, Walser parle également de « brigands de l’opinion » (« Meinungswegelagerer », p. 12), de « pose de l’opinion» (« Meinungsgestus », p. 21), de « prose de l’opinion » (« Meinungsprosa », p. 22) et de « style de l’opinion » (« Meinungsstil », p. 22). Le titre de l’article rappelle – et c’est sans doute voulu – le texte de Peter Handke, Nachmittag eines Schriftstellers [Après-midi d’un écrivain], Salzburg, 1987, Residenz Verlag.

22  Martin Walser, « Ich vertraue. Querfeldein », in : M.W., Ich vertraue. Querfeldein, Frankfurt/Main, 2000, Suhrkamp, pp. 7-21, ici p. 20.

23 Martin  Walser, « Wovon zeugt die Schande, wenn nicht von Verbrechen. Das Gewissen ist die innere Einsamkeit mit sich : Ein Zwischenruf », in : Frank Schirrmacher (Hrsg.), Die Walser-Bubis-Debatte, op. cit., pp. 252-260, ici p. 259. Selon ses dires, Walser aurait reçu des milliers de lettres.

24  William Shakespeare, William Shakespeare. The Complete Works, edited by Peter Alexander, London/ Glasgow, 1987, Collins, p. 1311.

25 Cf. à ce sujet la contribution de Ariane Steiner dans ce volume.

26  Günter Grass, Im Krebsgang, Göttingen, 2002, Steidl ; Martin Walser, Tod eines Kritikers, Frankfurt/Main, 2002, Suhrkamp.

27 Sur la prise de position de Grass, cf. Die Welt, 8.07.200 (sur le site internet du journal : www.welt.de/daten/2002/07/08/0708kli343020.htx).

Auteur

University of Sunderland

Dominique Vogel (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540