Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

Une tempête intellectuelle dans un verre d’eau ?

La querelle de méthode entre l’école viennoise d’économie politique et l’école Historique allemande

Jürgen Nautz
Traduction de Isabelle Mity

Texte intégral

  • 1   Cf. Wilhelm Weber, « Wirtschaftswissenschaften und Wirtschaftspolitik 1848-1948 », in : Hundert J (...)
  • 2   Cf. Carl Menger, Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften und der poli­tischen Ök (...)

1Ce que l’on appelle la « querelle de méthode » (Methodenstreit) entre l’école viennoise d’économie politique et l’école Historique allemande, qui a probablement été l’une des plus fructueuses dans l’histoire de la science économique1, recouvre principalement une controverse scientifique virulente ayant opposé Carl Menger et Gustav von Schmoller sur la raison d’être et la nécessité de la recherche théorique. Schmoller, en tant que représentant de la Jeune école Historique, défendait l’induction, la méthode historique. Menger au contraire se faisait l’apôtre de la déduction, de la méthode théorique.2 L’expression « querelle de méthode » n’est peut-être pas tout à fait exacte : il ne s’agissait pas de trouver la meilleure méthode pour traiter de questions et de problèmes économiques. Au cœur de la confrontation figurait plutôt la question de savoir si, hormis l’histoire, une autre science quelle qu’elle soit était apte à traiter des activités humaines.

2L’école viennoise regroupait tout un groupe d’économistes de renom : Eugen von Böhm-Bawerk, Friedrich von Wieser, Eugen von Philippovich et Josef Alois Schumpeter ; pour la deuxième génération, on peut citer Robert Zuckerkandl, Emil Sax, Robert Meyer, Rudolf Auspitz, Richard Lieben et Richard Schüller ; leurs successeurs Ludwig von Mises, Haberler, Friedrich von Hayek et d’autres encore ouvrirent la voie à l’école autrichienne que l’on connaît sous le nom d’« Austrian Economics » aux états-Unis. Les grands représentants de la Nouvelle école Historique étaient, outre Gustav von Schmoller, Max Weber, Werner Sombart et Lujo Brentano.

  • 3   1871, réédition : Carl Menger, Gesammelte Werke, Bd. 1 : Grundsätze der Volkswirt­schaftslehre, T (...)
  • 4  Erich Streissler, Die Wurzeln der « Österreichischen Schule » der Nationalökonomie in der deutsche (...)
  • 5   Ibid.

3L’école viennoise d’économie politique s’est définie par opposition aux écoles classique et marxiste mais aussi et surtout contre l’école Historique d’économie politique. C’est Menger, avec son ouvrage Grundsätze der Volkswirtschaftslehre3 (Les fondements de la science économique), qui ouvrit la voie au remplacement de la théorie classique des coûts objectifs et de la théorie marxiste de la valeur-travail par la théorie de l’utilité subjective. La thèse centrale de Menger est que l’estimation de la valeur d’un bien écono­mique est définie par l’intensité du désir personnel du consommateur. À ce titre, l’utilité de la dernière unité d’un bien, ce que l’on appelle l’utilité marginale, diminue d’autant plus que les besoins sont satisfaits ou que le stock augmente. La théorie de l’utilité subjective réfutait la théorie des coûts objectifs développée par l’économie politique anglaise classique, qui mesu­rait la valeur d’un produit à l’aune des unités de travail nécessaires à sa fabrication, théorie qui devint par la suite la base de la doctrine marxiste de la valeur-travail. L’école viennoise employa beaucoup d’énergie à réfuter scientifiquement la théorie socialiste marxiste afin d’empêcher qu’elle n’ait trop d’influence.4 Pour Erich Streissler, cette approche, qui devait par la suite trouver un écho à l’échelle internationale sous l’appellation de théorie margi­naliste ou d’« Austrian Economics », révolutionna au sens kuhnien du terme le fondement théorique des mécanismes d’échange sur les marchés.5

  • 6   Cf. à ce sujet les contributions dans : Jürgen Nautz / Richard Vahrenkamp (Hrsg.), Die Wiener Jah (...)

4L’école viennoise se caractérise également par une approche psycholo­gique. Ceci vaut d’ailleurs pour la majeure partie des théories scientifiques qui firent leur apparition à la fin du siècle sous le nom d’école viennoise, comme par exemple la théorie de la connaissance de Mach ou l’école vien­noise de psychologie.6

  • 7   Cf. Gerhard Winterberger, « Generationen der österreischen Schule der Nationalökono­mie », in : S (...)

5Les représentants de l’école autrichienne plaidaient en toute logique pour l’économie de marché et le libre commerce international et défendaient im­plicitement un anti-étatisme. Lors des discussions menées dans les années 20 et 30 au sujet de la politique économique, d’importants représentants de cette école se firent remarquer par leur position anti-interventionniste intransi­geante. Ludwig von Mises n’était pas seulement réputé, il avait aussi une réputation sulfureuse. Le fait que l’un de ces économistes, Friedrich von Hayek, alors très âgé, ait servi de conseiller en politique économique à Margaret Thatcher, Premier Ministre britannique à la ligne libérale dure, est significatif.7

  • 8   Gustav von Schmoller, Artikel « Volkswirtschaft », in : Handwörterbuch der Staatswis­senschaften, (...)

6La Nouvelle école Historique a développé la thèse selon laquelle chaque économie nationale traverse différentes étapes dans son évolution, avec ses particularités propres ; cette thèse niait le caractère historique unique des phénomènes économiques. Pour cette école, il fallait dégager des lois écono­miques de façon empirique et inductive à partir d’une observation univer­selle globale du matériau fourni par l’histoire économique. Schmoller écri­vait en 1894 que l’économie politique classique partait du principe que les formes économiques typiques ainsi que les « institutions sociales » sont immuables. L’école Historique affirmait être la première à avoir élaboré l’« idée d’un développement historique des peuples et de l’humanité, ainsi que des institutions économiques ».8

  • 9   Richard Schüller, Die klassische Nationalökonomie und ihre Gegner. Zur Geschichte der Nationalöko (...)

7Ce que l’école Historique reprochait à l’approche classique, c’était que sa méthode devait nécessairement conduire à des abstractions en matière de théorie de la valeur, des prix, des salaires et de la rente. Pour ses repré­sentants, une méthode dont ils pensaient qu’elle avait abouti à des théories négligeant les conditions sociales était scientifiquement stérile. Le reproche d’une généralisation abusive s’appliquait aussi à la sphère de la politique économique. De son côté, Schüller reprochait aux représentants de l’école Historique le fait que leur interprétation de la politique économique de Smith constituait un soutien important à « la politique actuelle, dans laquelle on prend des décisions sur des critères de pure opportunité, sans les fonder sur des principes », laquelle selon lui conduisait « à la restriction du droit de coalition, à une politique agricole et industrielle rétrograde, à une multipli­cation des impôts indirects et à des réformes sociales insuffisantes ».9

Le déroulement de la polémique

  • 10  Cf. The Ludwig von Mises Institute, The Historical Setting of the Austrian School of Eco­nomics, 1 (...)

8Il est probable que Schmoller avait sous-estimé ou mal évalué l’impor­tance scientifique des Grundsätze der Volkswirtschaftslehre de Menger de 1871. Lorsque Schmoller et ses alliés dans le conflit employaient le terme « autrichien » pour qualifier l’école de Menger, c’était, dans le contexte de l’après-Sadova (ou Königgrätz pour les germanophones, une bataille qui avait vu en 1866 l’Autriche subir une défaite cuisante face à la Prusse), parfaitement péjoratif.10

  • 11  Gustav von Schmoller, « Zur Metholodogie der Staats- und Sozialwissenschaften », Jahrbuch für Gese (...)

9De son côté, Menger, dans ses études sur les méthodes des sciences sociales, reprochait en 1883 à Schmoller son historicisme athéorique. Dans sa réplique, celui-ci constatait chez Menger la présence d’« œillères causées par les critères du rendement scientifique » ainsi qu’« une naïveté d’érudit cloîtré et coupé de la réalité » dans ses « exercices de pensée scolastiques », ses « schémas abstraits » et sa « goutte intellectuelle ».11 Carl Menger réitéra sa critique en 1884 dans Die Irrthümer des Historismus in der deutschen Nationalökomie (Les erreurs de l’historicisme dans l’économie politique allemande), attaquant même personnellement Schmoller avec une violence extraordinaire – un exemple :

  • 12  Gustav von Schmoller, Die Irrthümer des Historismus in der deutschen Nationalökomie, Wien, 1884, H (...)

« à l’avenir, le méthodologue Schmoller aura beau faire le lion sur les bords sablonneux de la Spree, secouer sa crinière, brandir ses griffes, bailler épistémologiquement, il n’y aura désormais que les fous et les enfants pour prendre au sérieux ses postures méthodologiques ».12

10Schmoller refusa à nouveau de débattre sur le contenu des arguments de Menger. On peut ainsi lire dans un communiqué paru dans le Jahrbuch (Re­vue annuelle) annonçant la publication des Irrthümer… de Menger que le livre ne pouvait pas y faire l’objet d’un compte rendu de lecture, puisque Schmoller l’avait immédiatement renvoyé, accompagné du commentaire suivant :

  • 13 Gustav von Schmoller, « Menger, Dr. Karl : Die Irrthümer des Historismus in der theut­schen Nationa (...)

« Autant j’apprécie votre bonne volonté à vous occuper de moi et à me faire bénéficier de vos lumières, autant je crois devoir rester fidèle à mes principes sur les guerres littéraires de ce genre… je jette les attaques personnelles de ce type… dans le poêle ou à la corbeille sans les avoir lues. Je ne veux pas vous faire l’impolitesse de détruire un petit livre de votre plume, si joliment déco­ré ; je vous le renvoie donc... Au fait, je vous saurais éternellement gré pour d’autres attaques. Car : “qui a beaucoup d’ennemis a beaucoup d’hon­neur” ».13

  • 14  Richard Schüller, Die klassische Nationalökonomie …, op. cit. / Les économistes classiques et leur (...)
  • 15  Publiée sous le titre Die klassische Nationalökonomie, Leipzig, 1888.

11Curieusement, cette dramaturgie se répétera, sans attaque personnelle cette fois, lorsque l’élève préféré de Menger emboîtera le pas à son profes­seur. La leçon inaugurale de Brentano à Vienne, dans laquelle celui-ci traitait d’économie politique classique, poussa Richard Schüller à écrire son livre Die klassische Nationalökonomie und ihre Gegner (L’économie politique classique et ses adversaires), qui parut en 1895 chez Heymann à Berlin. Menger soutint Schüller lors de la rédaction de ce livre qui, grâce aux efforts de Bloch, fut publié en France dans une traduction de Castelot.14 Dans cet ouvrage dédié à Carl Menger, Schüller prend la défense de l’économie poli­tique classique contre la critique de l’école Historique et renvoie par là même explicitement à la leçon inaugurale de Lujo Brentano à Vienne.15

12Schüller tente de montrer que l’économie politique classique accorde certes une importance particulière à la formulation de lois, mais qu’elle ne fait nullement abstraction de toutes les différences culturelles, temporelles et locales. Selon lui, l’école Historique n’a en rien corrigé la prétendue « faute grave » qu’est l’inadmissible généralisation opérée par l’économie politique classique. En dernier lieu, Schüller évoque également le reproche émanant des rangs de l’école Historique, selon lequel l’économie politique classique ne s’appuierait pas sur la pratique, attendrait tout du libre jeu des forces et rien des interventions de l’état dans l’économie. Il essaie de montrer à partir de Smith, de Ricardo et de Malthus que ces derniers n’ont dans des situa­tions concrètes en rien renié les prérogatives de l’état. Mais pour lui, le trait principal de l’action de l’économie politique classique, c’est que

  • 16 Ibid., pp. 44 sq.

« la liberté personnelle s’épanouit dans la lutte contre les privilèges injustifiés de puissants groupes d’intérêts ».16

13De même, dans son examen critique de l’économie politique de l’école Historique, paru en 1899, Schüller reproche à ses représentants de n’avoir en rien contribué

  • 17  Richard Schüller, Die Wirthschaftspolitik der Historischen Schule, Berlin, 1899, Hey­mann, p. IV.

« à l’élucidation du problème méthodologique de l’économie politique, préoccupés qu’ils étaient d’affirmer uniquement l’importance de l’histoire, et d’avoir au contraire grandement contribué à l’obscurcir ».17

14Pour lui, ce n’est pas l’école Historique qui aurait pu être en mesure d’ébran­ler le système désuet de la politique économique ; le mérite en revient bien plus à des économistes tels que Rodbertus, Marx, Schäffle et Wagner, qui travaillaient avec les mêmes principes méthodologiques que l’économie politique classique.

  • 18  Ibid., p. VI.

« La conception erronée des devoirs et des méthodes de la politique écono­mique scientifique, que défend l’historicisme borné qui règne depuis des décennies dans l’économie politique allemande, apparente toute tentative systématique de traiter les problèmes à un jeu avec des phantasmes vides ou bien à un radicalisme menaçant l’autorité de l’état, mais fait en revanche pas­ser l’accumulation aléatoire de considérations spécifiques pour le signe d’une pensée d’homme d’état et d’une réflexion mûre, conforme à la science… Voilà qui non seulement conduit à une conception tout à fait biaisée de l’histoire de l’économie politique, mais qui soutient également considérable­ment la conception athéorique défendue par l’école Historique en matière de politique économique».18

  • 19 Cf. Unterhändler des Vertrauens, op. cit.
  • 20 Cf. Reginald Hansen, « Der Methodenstreit in den Sozialwissenschaften zwischen Gustav Schmoller und (...)

15En revendiquant une pratique guidée par la théorie, Schüller se place dans la droite lignée de son professeur Carl Menger et certainement aussi en grande partie dans la tradition de la réflexion théorique marxiste et de l’éco­nomie politique classique. Les expériences qu’il eut l’occasion de faire à partir de 1898 au sein de la section chargée de la politique douanière du Ministère du Commerce19 lui ont probablement fourni des connaissances sur les décisions prises en matière de douane, dictées la plupart du temps par des considérations de pouvoir et par là même irrationnelles à ses yeux, et ont pu avoir leur part dans son plaidoyer pour une politique « rationnelle » dérivée de la théorie. Mais, malgré tous ses espoirs, Schüller surestimait probable­ment les capacités de la science à fournir à la politique les structures adé­quates, au sens où Menger l’entendait.20

  • 21 Cf. Claus-Dieter Krohn, Die Emigration der österreichischen Schule der Nationalökono­mie in die USA(...)

16L’opposition entre l’école de Menger et celle de Schmoller s’explique finalement surtout par l’évolution socio-économique différente de l’Autriche et de l’Allemagne. En Prusse, en Saxe et dans d’autres territoires allemands, le décollage économique et industriel fut un processus de modernisation pla­nifié par l’état, engagé et mené « d’en haut » par la bureaucratie ; au con­traire, ce même processus se trouva dans la monarchie des Habsbourg plutôt entravé par les institutions de l’état. Des difficultés sans fin liées au maintien d’une cohésion dans un état multinational avaient fait enfler l’appareil mili­taire et le nombre des fonctionnaires. Il ne restait plus qu’une marge de manœuvre financière limitée pour encourager la croissance économique, de sorte que vers la fin du 19e siècle, l’Autriche ne pouvait être comptée que partiellement, et pour certaines régions seulement, parmi les nations indus­trielles modernes.21

  • 22 Cf. Claus-Dieter Krohn, Die Emigration…, op. cit.

17La couche sociale réduite que constituait la bourgeoisie, pilier du déve­loppement économique, se caractérisait par la manière dont elle avait adopté et s’accrochait à des valeurs et des habitudes de consommation quasiment féodales. Les principaux acteurs de l’école marginaliste, Menger, Böhm-Bawerk, von Wieser et Mises, étaient tous issus de vieilles familles de fonc­tionnaires ou d’officiers. Ils s’étaient familiarisés dès l’enfance avec l’anti-modernisme de l’administration. Cet arrière-plan biographique explique leur opposition à l’école Historique allemande. Partant de cela, on peut parfaite­ment voir dans l’individualisme méthodologique une perche tendue à la bourgeoisie autrichienne.22

  • 23 Cf. sur ce point ma publication : Jürgen Nautz, Ethnische Konfliktlagen und monetäre Integration, W (...)

18S’ajoutèrent à cela à partir de 1848 les mouvements d’émancipation nationale accélérés de ces peuples que l’on a longtemps qualifiés de « peu­ples sans histoire ». La deuxième moitié du 19e siècle vit se développer, aussi bien sur les marchés économiques que politiques, une concurrence entre les institutions dans la lutte pour le pouvoir politique et les ressources mobiles. À partir de la seconde moitié du 19e siècle, les nations de la monar­chie des Habsbourg dont on prétendait qu’elles n’avaient pas d’histoire, commencèrent justement à découvrir leur histoire propre. On vit se dévelop­per une concurrence entre groupes ethniques pour l’acquisition de ressources mobiles qui passait par la revendication d’institutions qui leur soient propres. Ceci se traduisit par une dénonciation de la discrimination politique et éco­nomique, réelle ou prétendue telle, par l’accent porté sur des valeurs comme le droit des peuples à l’autodétermination, la consolidation de l’identité et de la cohésion ethniques, culturelles et linguistiques etc. L’objectif principal de cette polémique était de briser la domination des Allemands et des Magyars dans la vie économique et aux postes clés de la politique économique. Paral­lèlement, l’Autriche était en concurrence avec la Hongrie dont le gouverne­ment pratiquait une politique intensive de soutien à l’économie et cherchait à réduire les coûts occasionnés par une politique sociale. Dans ce domaine, l’économiste Friedrich List faisait figure de superstar. En même temps, les élites hongroises et allemandes cherchaient toutes deux à protéger leur pou­voir ancestral et leur part dans le revenu national.23

  • 24 Cf. Unterhändler des Vertrauens, op. cit.

19Du fait de leurs positions libérales, les représentants de l’école viennoise, dont beaucoup occupaient des postes publics comme professeur d’université, fonctionnaires dans des ministères, ministre, représentant de groupe d’intérêt (Verband), se trouvaient pris dans des débats très vifs concernant l’avenir de la politique économique en Autriche-Hongrie (réforme monétaire, enquête sur les droits de douane sur le fer par exemple).24 Il est probable que le fait de qualifier leur propre stratégie politique de « conforme aux lois de l’écono­mie » leur ait servi à l’époque à la protéger face aux contre-projets conserva­teurs, socialistes et « séparatistes », qui misaient chacun sur les particula­rismes historiques spécifiques, les utilisant pour justifier leurs revendications en matière de politique économique et sociale.

  • 25 Erich Streissler, Die Wurzeln, op. cit., p. 185.

20En 1882, Gustav von Schmoller fut appelé à Berlin – il avait enseigné jusque là à la Reichsuniversität de Strasbourg. Il représentait une pensée éco­nomique qui mettait l’accent avant tout sur le caractère unique des perfor­mances économiques du peuple allemand. Cette forme de doctrine écono­mique trouva après 1871 une oreille favorable chez les nouveaux dirigeants de l’état. Les dirigeants politiques voyaient en elle une « nouvelle doctrine hautement profitable à l’idée de l’état allemand que l’on voulait propager ».25 Schmoller, grâce à ses rela­tions personnelles au sein du Ministère de l’éducation prussien, put durant une longue période exercer son influence sur à la nomination des professeurs aux chaires d’économie. Dans ce contexte, on comprend pourquoi, vers 1900, et surtout après 1918, les économistes autrichiens, tout comme les éco­nomistes anglais d’après la Première Guerre mondiale, qui s’étaient pourtant largement inspirés de l’économie allemande à la fin du 19e siècle, se mirent à avoir une tout autre opinion :

« Après 1900, pour les Autrichiens comme pour les Anglais, l’Allemagne était en effet largement associée à l’Allemagne wilhelminienne prussienne, avec Berlin comme centre aussi sur le plan intellectuel ».

  • 26 Ibid.

21Presque tous les membres de l’école viennoise étaient des adversaires acharnés du rattachement de l’Autriche au Reich allemand. C’est pourquoi il n’y avait aucune raison à leurs yeux d’« évoquer la manière dont l’école autrichienne d’économie politique, à l’époque déjà mondialement connue, plongeait ses racines dans la pensée allemande ». Pourtant, l’école viennoise n’était rien d’autre qu’une « transplantation réussie » d’une branche de la pensée allemande à Vienne : depuis le milieu du 19e siècle jusque dans les années 1870, l’Allemagne intellectuelle était encore très différente, du moins en matière d’économie politique, constate Erich Streissler. C’était en effet l’Allemagne des universités non prussiennes, comme Heidelberg, Munich ou Leipzig, où l’on défendait des positions scientifiques qui se distinguaient nettement de l’évolution qui allait se produire à Berlin.26

  • 27  George J. Stigler, « The Adoption of the Marginal Utility Theorie », in : History of Political Eco (...)
  • 28 Cf. Claus-Dieter Krohn, Die Emigration…, op. cit.

22George Stigler a expliqué le fait que cette tradition économique alle­mande n’a pas pu s’imposer au 20e siècle et que ce sont l’école marginaliste et l’école néo-classique qui prirent de l’importance et gagnèrent la bataille par un déplacement de l’économie politique vers le champ universitaire.27 Dans les années 20, presque rien n’avait changé dans les universités allemandes. Les représentants de l’école Historique continuaient à y exercer leur domination.28

Une tempête intellectuelle dans un verre d’eau ?

  • 29 Reginald Hansen, « Der Methodenstreit… », op. cit., pp. 137 sq.

23Ont peut dire qu’il n’y a jamais eu de discussion scientifique proprement dite entre Menger et Schmoller. Il eût fallu pour cela qu’elle puisse se fonder sur un socle constitué par des convictions partagées quant à l’objet et aux devoirs des sciences sociales, sur des concepts ou des fondements théoriques comparables. Les deux « coqs de combat » Schmoller et Menger en étaient bien conscients. Aucun des deux ne s’est penché de manière analytique sur leurs différends.29

  • 30 Unterhändler des Vertrauens, op. cit, p. 88.

24Au cours de la violente querelle de méthode qui les opposa dans les années 1880, querelle qui fut menée par le moyen d’attaques diffamatoires visant les personnes, Menger et Schmoller ne se firent pas de cadeaux. Et ce, alors que Schüller considérait son professeur comme un scientifique sérieux et libéral : « Carl respectait l’opinion de chacun, ne cherchait pas à l’in­fluencer », lit-on dans son journal.30 Et plus loin : 

  • 31 Ibid., p. 89.

« Menger exigeait de lui-même une vérité absolue. Je m’explique de cette façon le fait qu’il ait travaillé des années et des années sans atteindre beau­coup de résultats nouveaux. Il était incapable de contourner les abîmes».31

  • 32 Josef Alois Schumpeter, History of Economic Analysis, London, 1967, Allen and Unwin, p. 817.
  • 33 Josef Alois Schumpeter, « Epochen der Dogmen- und Methodengeschichte », in : Grund­riß der Sozialök (...)
  • 34 Reginald Hansen, « Der Methodenstreit… », op. cit., pp. 169 sq.
  • 35 Cf. Friedrich August von Hayek, Studies in Philosophy, Politics and Economics, London, 1967, Routle (...)

25La génération des élèves a en revanche réussi à opérer un rapprochement mutuel au moins partiel. Avec le temps, les protagonistes avaient tout de même fini par se rendre compte qu’on avait dépensé là beaucoup d’énergie inutilement et qu’il y avait suffisamment de place dans la recherche pour les deux écoles.32 Schumpeter, qui était de nature conciliante, considérait que la querelle de méthode était superflue dans la mesure où il s’agissait d’un com­bat « entre des personnes à l’habitus intellectuel différent, qui se dispu­taient pour obtenir de l’espace et du pouvoir » alors même qu’il n’existait pas vraiment entre eux de « différences essentielles et dignes d’êtres prises au sérieux ».33 Reginald Hansen est d’avis qu’après la « victoire » des Autri­chiens, ces derniers évitèrent également ce genre de disputes. Pour lui, ils ont à partir de 1890 minimisé ce genre de problématiques et ont plutôt œuvré pour un modus vivendi diplomatique et un pluralisme sur le plan des mé­thodes.34 Même Hayek n’arrivait pas à suivre Menger dans le caractère abso­lu que celui-ci accordait à l’élaboration de lois scientifiques dans les sciences sociales ainsi qu’aux différends méthodologiques avec l’école Historique.35

  • 36 Cf. J.M.Beyers, « Carl Menger, Gustav von Schmoller en die Methodenstreit », in : The South African (...)

26Pour J.M. Beyers, la querelle dans son ensemble n’a néanmoins pas été totalement absurde. Elle a, selon lui, eu pour conséquence le développement en Allemagne d’une nouvelle forme plus flexible d’économie politique, associée aux noms de Max Weber, Werner Sombart et Arthur Spiethoff. On a vu se mettre en place une plus grande réceptivité quant aux généralisations et au développement de théories. Et justement, les travaux théoriques de Max Weber peuvent être considérés comme un résultat de cette querelle.36 On pourrait parfaitement considérer la manière dont l’institutionnalisme, tel qu’il se présente par exemple dans la Nouvelle économie Institutionnelle, a continué à se développer, comme une « réconciliation » entre le vieil institu­tionnalisme allemand et le néoclassicisme.

27Pour faire le bilan de cette controverse : il est tout à fait certain qu’il s’est agi d’une tempête dans un verre d’eau, mais au cours de laquelle quelques gouttes ont éclaboussé les alentours, contribuant à susciter des réflexions qui ouvriront la voie à des branches intéressantes et importantes du discours théorique.

Notes

1   Cf. Wilhelm Weber, « Wirtschaftswissenschaften und Wirtschaftspolitik 1848-1948 », in : Hundert Jahre österreichischer Wirtschaftsentwicklung 1848-1948, hrsg. von Hans Mayer, Wien, 1949, Springer, pp. 634 sq. On qualifie aussi de « nouvelle querelle de méthode » la querelle sur les jugements de valeur (Werturteilsstreit) ayant opposé Max Weber et Werner Sombart d’un côté et Schmoller, Adolph Wagner et Eugen von Philippovich de l’autre. Il s’agissait d’une controverse portant sur la fiabilité des jugements de valeur. Pour de plus amples informations sur les implications théoriques et méthodiques de la contro­verse, voir la thèse de Thomas Düe : Fortschritt und Werturteilsfreiheit. Entwicklungs­theorien in der historischen Nationalökonomie des Kaiserreiches, Diss., Bielefeld, 2001.

2   Cf. Carl Menger, Untersuchungen über die Methode der Socialwissenschaften und der poli­tischen Ökonomie insbesondere, Leipzig, 1883, Dunker & Humblot.

3   1871, réédition : Carl Menger, Gesammelte Werke, Bd. 1 : Grundsätze der Volkswirt­schaftslehre, Tübingen, 1968, Mohr (Siebeck).

4  Erich Streissler, Die Wurzeln der « Österreichischen Schule » der Nationalökonomie in der deutschen Wirtschaftswissenschaft des 19. Jahrhunderts. Sonderdruck aus dem Anzei­ger der phil.-hist. Klasse der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 126. Jhg. (1989), Wien, 1990, Verlag der Akademie der Wissenschaften.

5   Ibid.

6   Cf. à ce sujet les contributions dans : Jürgen Nautz / Richard Vahrenkamp (Hrsg.), Die Wiener Jahrhundertwende. Einflüsse - Umwelt - Wirkung, 2. Auflage, Wien, 1996, Böhlau.

7   Cf. Gerhard Winterberger, « Generationen der österreischen Schule der Nationalökono­mie », in : Schweizer Monatshefte für Politik, Wirtschaft und Kultur, 64 (1984), pp. 1 sqq. Voir également Jürgen Nautz (Hrsg.), Unterhändler des Vertrauens. Aus den nach­gelassenen Schriften von Richard Schüller, Wien/München, 1990, Verlag für Geschichte und Politik/Oldenbourg.

8   Gustav von Schmoller, Artikel « Volkswirtschaft », in : Handwörterbuch der Staatswis­senschaften, Jena, 1894, G. Fischer, p. 546.

9   Richard Schüller, Die klassische Nationalökonomie und ihre Gegner. Zur Geschichte der Nationalökonomie und Sozialpolitik, Berlin, 1895, Heymann, p. 3.

10  Cf. The Ludwig von Mises Institute, The Historical Setting of the Austrian School of Eco­nomics, 1984, sur : www.mises.org.

11  Gustav von Schmoller, « Zur Metholodogie der Staats- und Sozialwissenschaften », Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im Deutschen Reich, 7, 1883.

12  Gustav von Schmoller, Die Irrthümer des Historismus in der deutschen Nationalökomie, Wien, 1884, Hölder, pp. 86 sq.

13 Gustav von Schmoller, « Menger, Dr. Karl : Die Irrthümer des Historismus in der theut­schen Nationalökonomie », Wien, 1884, in : Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im Deutschen Reich, 8 (1884), p. 333.

14  Richard Schüller, Die klassische Nationalökonomie …, op. cit. / Les économistes classiques et leurs adversaires. L’économie politique et la politique sociale depuis Adam Smith, Paris, 1896, Librairie Guillaumin. Cf. Unterhändler des Vertrauens, op. cit., p. 91.

15  Publiée sous le titre Die klassische Nationalökonomie, Leipzig, 1888.

16 Ibid., pp. 44 sq.

17  Richard Schüller, Die Wirthschaftspolitik der Historischen Schule, Berlin, 1899, Hey­mann, p. IV.

18  Ibid., p. VI.

19 Cf. Unterhändler des Vertrauens, op. cit.

20 Cf. Reginald Hansen, « Der Methodenstreit in den Sozialwissenschaften zwischen Gustav Schmoller und Menger. Seine wissenschaftshistorische und wissenschaftstheoretische Be­deutung », in : Alwin Diemer (Hrsg.), Beiträge zur Entwicklung der Wissenschaftstheorie im 19. Jahrhundert, Meisenheim am Glan, 1968, Hain, pp. 137-174, ici p. 169.

21 Cf. Claus-Dieter Krohn, Die Emigration der österreichischen Schule der Nationalökono­mie in die USA, MS Wien o. J.; Roman Sandgruber, Ökonomie und Politik : Österreichi­sche Wirtschaftsgeschichte vom Mittelalter bis zur Gegenwart, Wien, 1995, Ueberreuter.

22 Cf. Claus-Dieter Krohn, Die Emigration…, op. cit.

23 Cf. sur ce point ma publication : Jürgen Nautz, Ethnische Konfliktlagen und monetäre Integration, Wien, 1999, Passagen Verlag ; et aussi : Roman Sandgruber, Ökonomie und Politik, op. cit.

24 Cf. Unterhändler des Vertrauens, op. cit.

25 Erich Streissler, Die Wurzeln, op. cit., p. 185.

26 Ibid.

27  George J. Stigler, « The Adoption of the Marginal Utility Theorie », in : History of Political Economy, 4 (1972), pp. 57 sqq.

28 Cf. Claus-Dieter Krohn, Die Emigration…, op. cit.

29 Reginald Hansen, « Der Methodenstreit… », op. cit., pp. 137 sq.

30 Unterhändler des Vertrauens, op. cit, p. 88.

31 Ibid., p. 89.

32 Josef Alois Schumpeter, History of Economic Analysis, London, 1967, Allen and Unwin, p. 817.

33 Josef Alois Schumpeter, « Epochen der Dogmen- und Methodengeschichte », in : Grund­riß der Sozialökonomik. 1. Abteilung : Wirtschaft und Wirtschaftswissenschaft, Tübingen, 1914, p. 104.

34 Reginald Hansen, « Der Methodenstreit… », op. cit., pp. 169 sq.

35 Cf. Friedrich August von Hayek, Studies in Philosophy, Politics and Economics, London, 1967, Routledge & Kegan Paul, p. 42.

36 Cf. J.M.Beyers, « Carl Menger, Gustav von Schmoller en die Methodenstreit », in : The South African Journal of Economics, 63, 1 (1995), pp. 64-84, ici : pp. 82 sq.

Auteur

Universität Kassel / Universität Wien

Isabelle Mity (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540