Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

Espace public et exclusion

Deux polémiques littéraires dans l’Allemagne de l’après-guerre

Leonore Krenzlin
Traduction de Leïla Pellissier

Texte intégral

1Lorsque des querelles entre écrivains attirent l’attention du public, s’agit-il encore de littérature ? Bien sûr qu’il s’agit encore de littérature – mais celle-ci peut s’avérer être un produit de contrebande, et le monde littéraire joue souvent dans la société le rôle d’une pochette surprise dans laquelle on peut caser beaucoup de choses. Lorsque des groupes plus étendus prennent effectivement part à ce genre de querelles, alors il est probable que l’enjeu dépasse toujours les simples différends d’ordre esthétique ou les rivalités personnelles entre artistes. Les débats littéraires qui font grand bruit naissent et se déroulent habituellement avec pour arrière-plan des situations sociales conflictuelles ou une atmosphère de crise politique et idéologique généra­lisée, et ce n’est que par ce contexte qu’ils acquièrent leur signification et leur actualité.

  • 1 Hans Habe, Im Jahre Null. Ein Beitrag zur Geschichte der deutschen Presse, München, 1996, Verlag Ku (...)

2Bien sûr, les acteurs que l’on trouve au premier plan de ces querelles – les écrivains comme le public qui observe le conflit avec intérêt – sont loin d’en être toujours entièrement conscients ; ils tiennent leur rôle jusqu’au bout et la plupart du temps expriment ce qu’ils ressentent, ce qu’ils pensent, leur opi­nion. Pourtant, au moment où le débat s’anime, d’autres forces encore s’engagent avec un instinct sûr dans cette querelle littéraire qui, sans leur partici­pation, ferait beaucoup moins de bruit : la guerre entre écrivains se prête à être transformée jusqu’à toucher au domaine du pré-politique ou du semi-politique. Elle donne l’occasion d’éveiller chez des individus isolés des sentiments d’appartenance à la communauté ; de faire prendre de l’ampleur à des tendances diffuses jusqu’à les transformer en une opinion de groupe ; de présenter toutes sortes de revendications qui ne s’étaient pas encore expri­mées jusqu’alors; de faire prendre conscience à des individus dispersés du fait qu’ils ont des intérêts communs – et de stigmatiser des adversaires indésirables, bref : d’annoncer ou de tester de futurs combats collectifs motivés par des raisons extra-littéraires, et d’y prendre déjà position en demeurant soi-même soigneusement dissimulé ou à moitié masqué. L’écrivain Hans Habe – qui fut en 1945 associé, puisqu’il en fut l’un des deux initiateurs, à une querelle littéraire aux conséquences nombreuses – a formulé tout cela, après coup, dans une formule qui sonne comme un euphémisme : « la culture est assurément le sismographe qui, en Allemagne, annonce toutes les tem­pêtes »1. Ce qui est certainement vrai, même s’il a oublié de préciser que des mains extérieures secouent en outre souvent avec violence ce sismographe.

  • 2 Les contemporains n’ont jamais utilisé l’expression Große Kontroverse pour désigner cette querelle (...)
  • 3 Grosser ayant indiqué par erreur le 13.8.1945 comme date de publication, cette date erronée se retr (...)
  • 4 Cf. Hans Habe, op. cit., pp. 53 sq. – la véracité factuelle des descriptions de Habe est confirmée (...)

3Tel fut le cas lors de la Große Kontroverse (« Grande Controverse »). Sous ce nom quelque peu grandiloquent attribué par la suite à l’événement2 est entrée dans l’histoire de la littérature une dispute provoquée en été 1945 par une lettre ouverte de l’écrivain Walter von Molo. La lettre était adressée à Thomas Mann, elle parut d’abord le 3 août dans la Stuttgarter Stimme et les jours suivants dans la Münchner Zeitung, la Hessische Post et l’All­gemeine Zeitung de Berlin3. Il s’agissait dans les trois cas de journaux locaux édités par Hans Habe pour le compte du commandement de l’armée améri­caine et destinés à la population civile allemande4. Il n’existait pas encore, dans ce pays qui venait tout juste d’être vaincu, d’organes de presse parais­sant sous responsabilité allemande. Dans sa lettre, Walter von Molo invitait Thomas Mann à rentrer le plus vite possible en Allemagne. Cette initiative de Molo, si l’on en croit la légende perpétuée par les ouvrages à ce sujet, partait des meilleures intentions : Molo voulait ainsi souhaiter la bienvenue dans sa patrie, après sa longue absence, à cet écrivain mondialement célèbre et s’assurer de son aide pour la transformation démocratique de l’Allemagne. Or Thomas Mann se serait – voilà comment on interprète l’incident – mal­heureusement mépris sur la lettre et senti provoqué : un signe montrant à quel point les émigrés et ceux qui étaient restés en Allemagne étaient en douze ans devenus étrangers les uns aux autres.

  • 5 J.F.G. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 19.

4Certes, le texte de Molo recèle de nombreuses provocations. Si l’on y regarde de plus près, cette lettre contient tout de même davantage qu’une simple invitation au retour et un appel à l’aide. Les formulations devraient déjà mettre la puce à l’oreille : Molo demande expressément à Thomas Mann de regarder de ses propres yeux « la souffrance indicible » qui règne en Allemagne. Or il n’entend pas par là les prisonniers libérés des camps de concentration mais ceux « qui n’ont pas participé à la glorification de notre part d’ombre »5. Molo considère donc que ceux qui se sont contentés de se taire sont maintenant ceux qui souffrent le plus. Qu’il emploie pour caracté­riser le national-socialisme la périphrase « notre part d’ombre » minimise de manière incroyable ce qui s’était passé en Allemagne, et du fait de l’Alle­magne, durant douze ans. Et que les « méfaits et les crimes » des coupables actifs soient décrits comme les « effroyables égarements de malades » fait passer un problème de société dans le domaine du pathologique. S’ajoute également à cela, dissimulée sous des craintes abondamment exposées, ce qui constitue au minimum l’esquisse de revendications : on ne devrait pas infliger au peuple allemand, qui depuis 1914 a traversé tant de malheurs, de nouvelles « humiliations et déceptions », dit Molo en faisant discrètement allusion au traité de Versailles et à ses conséquences, et l’extirpation de « la haine, de la brutalité et du crime » ne devrait pas se faire par la biais d’une « nouvelle haine qui, aveuglée par la passion, opérerait des généralisations ». Ces phrases visent les contrariétés subies par les Allemands du fait des mesures de dénazification, et on charge ainsi Thomas Mann d’exercer son influence pour modérer la politique d’occupation américaine.

  • 6 Sur la position politique de Walter von Molo, cf. Leonore Krenzlin, « Erziehung hinter Stacheldraht (...)
  • 7 Cf. Leonore Krenzlin, « Große Kontroverse oder kleiner Dialog ? Gesprächsversuche und Kontaktbruchs (...)
  • 8 Lettre de Walter von Molo à Thomas Mann, 6.6.1945, in : Thomas Mann : Briefwechsel mit Autoren, hrs (...)

5Ceci correspondait-il globalement à l’opinion de Walter von Molo et à son analyse de la situation6 ? Certainement. Et jugeait-il lui-même opportun de l’exprimer ainsi publiquement ? Non. Dès que l’on examine les dessous de l’affaire, il s’avère que Molo n’a pas agi de son propre chef, mais qu’il y a été incité7. Son intention première apparaît dans une lettre écrite huit semaines auparavant8, à l’occasion du soixante-dixième anniversaire de Thomas Mann : Molo ne se contente pas de le congratuler, il sonde aussi la situation. Il n’invite aucunement Thomas Mann à revenir, il lui propose au contraire une discussion, par le biais d’intermédiaires, afin de clarifier la situation. Durant la République de Weimar, Molo, en tant que Président de la section Dichtkunst (« littérature ») de l’Académie prussienne des Arts, s’était suffisamment exercé dans l’art de parvenir à ses fins par des voies diplomatiques. Compte tenu de la défaite allemande, il ne cherchait pas la confrontation avec Thomas Mann, mais voulait faire avancer les choses par le biais de la négociation. En effet, après la capitulation avait commencé à se dessiner un net conflit d’intérêts parmi les auteurs d’Allemagne : auquel des deux camps d’écrivains, les émigrés ou ceux restés en Allemagne, revien­drait la place dominante quant à la formation de l’opinion dans l’Allemagne occupée ?

6Le retour des émigrés était imminent et il était clair qu’ils chercheraient à renouer avec leur ancien public allemand. Cela signifiait aussi qu’ils tente­raient de faire leur place dans le futur marché du livre en Allemagne. C’était bien sûr une question d’argent ; les écrivains ne percevant pas de salaire, ils ne peuvent compter que sur ce que leur rapporte la vente de leurs livres. Cependant, l’enjeu était bien plus que de l’argent : car après tout, les exilés avaient été chassés d’Allemagne avant tout à cause de leurs convictions poli­tiques. Ils voulaient dorénavant que les nombreux livres écrits en exil et qu’ils avaient en réserve puissent enfin exercer leur influence antifasciste dans la patrie allemande. Les perspectives en ce sens étaient bonnes : il était indéniable que l’on comptait parmi les exilés les auteurs germanophones les plus importants, et le monde entier les avait entre temps reconnus comme les véritables représentants de la culture allemande et de la littérature allemande contemporaine. Le signe le plus évident en était que le PEN-Club internatio­nal avait exclu depuis longtemps le groupe de l’Allemagne national-socia­liste pour le remplacer par un groupe allemand d’écrivains en exil. À cela s’ajoutait le fait que l’opinion politique mondiale était du côté de ces der­niers. Leur principal représentant, Thomas Mann, avait même pendant la guerre, par ses discours radiophoniques pour la BBC, participé à la propa­gande alliée qui visait à façonner l’opinion publique. Ce statut, les écrivains émigrés ne voulaient naturellement pas y renoncer, même après leur retour.

7De leur côté, les écrivains restés en Allemagne, pour autant qu’ils n’étaient pas pour le moment totalement disqualifiés parce qu’ils avaient été ostensiblement liés au système national-socialiste, avaient intérêt à briser leur image de valets d’Hitler pour s’en fabriquer une autre. Ils étaient conscients d’être sans nul doute dans une position défavorable sur le plan politique et moral, mais de posséder aussi un avantage sur un point : en Allemagne, on ne connaissait presque plus les écrivains de l’exil et leurs livres. Dans la pratique, c’étaient ceux qui se nommaient désormais les « émigrés de l’intérieur » qui régnaient sur l’opinion publique en matière de culture et, pour l’instant, le marché du livre leur appartenait encore. Ils ne voulaient pas se laisser chasser de ce rôle, ni par les puissances occupantes qui commençaient à mettre en place un système de mesures de censure et de délivrance de licences, ni par les écrivains de l’exil dont il fallait escompter le retour.

8Voilà comment étaient répartis les intérêts au sein du monde littéraire après la capitulation de juin 1945, et l’on peut dire que s’il était prévisible que cette configuration conduirait à de sérieuses bagarres, elle ne renfermait cependant, en soi, guère d’éléments susceptibles de mener à des événements sensationnels. C’est dans ce contexte que Molo écrivit sa première lettre à Thomas Mann, une lettre non destinée à la publication, et l’on peut supposer qu’il aurait reçu une réponse poliment dilatoire de celui-ci. En effet, le temps des décisions et d’une véritable aggravation des choses au sein du monde littéraire n’était pas encore venu.

  • 9 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., pp.1-17. – La lettre de Molo à Grosser du 2.2.1955 confirme la versi (...)
  • 10 Sur mes recherches concernant la biographie de Grosser, cf. Leonore Krenzlin, « Große Kontroverse o (...)
  • 11 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., pp. 10-12.

9Une certaine agitation commence cependant à se fait sentir au moment où des protagonistes animés par des buts politiques et qui disposent d’un accès aux médias – alors strictement censurés par les autorités militaires – trans­forment cette situation interne au milieu littéraire en un conflit destiné à l’espace public : Johann Franz Gottlieb Grosser, qui inventa plus tard l’ex­pression Große Kontroverse, incite Walter von Molo, qui n’y tient nulle­ment, à écrire une deuxième lettre, la lettre ouverte citée plus haut9. Officier de presse haut placé de la Wehrmacht10, ayant curieusement échappé à l’internement militaire américain11, Grosser avait en 1945 des visées poli­tiques plus vastes que celles de Molo. Il voulait défendre les intérêts natio­naux de l’Allemagne contre les prétentions à la domination des forces d’oc­cupation, et c’est sous son influence que cette problématique, ainsi qu’un ton offensif, font leur apparition dans la lettre ouverte de Molo. Il était clair pour Grosser que la personne de Thomas Mann ne permettrait pas seulement de faire bénéficier quelques écrivains qui étaient encore en position d’outsiders, ainsi que leurs livres, de la reconnaissance publique : si Thomas Mann reve­nait en Allemagne, il lui faudrait, sous la pression des circonstances, se muer rapidement en porte-parole des intérêts allemands contre les mesures prises par les forces d’occupation ; s’il restait à l’étranger, il laisserait échapper sa chance auprès du public allemand ainsi que la possibilité de régner sur l’opi­nion, et le camp des « rééducateurs » antifascistes en serait affaibli d’autant.

  • 12 Sur la position et l’intention de Hans Habe, cf. Habe, op. cit., p. 55. Au sujet des contradictions (...)
  • 13 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 17.

10Le rôle de Hans Habe est plus difficile à cerner, il est changeant et ne pourra être élucidé, si tant est qu’il le soit un jour, que grâce aux dossiers militaires ou à ceux des services secrets américains. Il est certain qu’il a activement apporté son aide aux forces qui, aux états-Unis, cherchaient déjà à ce moment-là à provoquer un tournant dans la politique américaine concernant l’Allemagne et visaient à mettre en place, au lieu de mesures de rééducation anti-nazies, une alliance germano-américaine pour faire front contre l’Union Soviétique12. La lettre ouverte de Molo tombait à point nommé pour cela. Il est difficile de savoir si Habe savait qui était le personnage douteux qui lui remit la lettre – Grosser prétend avoir apporté personnellement la lettre à la rédaction de la Münchner Zeitung13. Habe lui-même ne s’est jamais exprimé à ce sujet. En tout cas, il a publié ce texte dans plusieurs journaux des forces d’occupation américaine, et il n’a pas agi sur l’ordre, mais contre la volonté de ses supérieurs militaires.

  • 14 Les documents laissés par Frank Thieß et susceptibles d’éclairer sur ce point sont entre les mains (...)
  • 15 Frank Thieß, « Innere Emigration », in : Münchner Zeitung, 18.8.1945 / in : Grosser (Hrsg.), op. ci (...)
  • 16 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 12.

11C’est à cause de ces activités en coulisses que démarra ce que l’on appellera plus tard Große Kontroverse. Avec cette lettre, Molo avait parlé droit au cœur d’un grand nombre d’Allemands et reçut bientôt du soutien : deux semaines après déjà, Frank Thieß prend la parole. Il est impossible d’établir s’il a agi de sa propre initiative ou si Grosser ou Habe avaient pris contact avec lui14. Son article « Die innere Emigration » (« L’émigration intérieure ») parut également dans la Münchner Zeitung15 de Hans Habe. Thieß rejoint le point de vue de Molo mais va plus loin. Il élargit le cercle visé, appelant à revenir en Allemagne tous les écrivains émigrés qui « se sentent aujourd’hui encore allemands »16. Cela signifie qu’il décrète que c’est le prompt retour des émigrés qui servira de critère quant à leur appar­tenance à l’Allemagne, ce qui lui permet par la même occasion de mettre celle-ci en doute. Et il leur oppose « l’émigration intérieure », c’est-à-dire le front de ceux qui se sont tus, qui n’ont pas laissé tomber leur patrie et qu’il présente par là comme les héros véritables.

  • 17 Cf. Thoman Mann, Tagebücher 1944-1.4.1946, hrsg. v. Inge Jens, Frankfurt/Main, 1986, S. Fischer Ver (...)
  • 18 Ibid., p. 244. – la lettre d’anniversaire de Molo datée du 6 juin, au ton mesuré, n’arriva chez Tho (...)

12La controverse est désormais ouverte et ne touche plus seulement les per­sonnes initialement concernées, Walter von Molo et Thomas Mann, elle s’est étendue pour devenir un conflit opposant deux fronts, les exilés d’un côté et l’émigration intérieure de l’autre. Pourtant l’adversaire n’en sait encore rien et ne réagit donc pas. Dans sa lointaine Californie, Thomas Mann, alors même que le texte de Thieß était déjà paru en Allemagne et que le décor se plantait, n’avait même pas encore entendu parler de la lettre de Molo. Le monde ne vivait pas encore à l’époque d’Internet, l’acheminement du cour­rier par bateau nécessitait des semaines. De plus, l’Allemagne était un pays occupé et les nouvelles n’arrivaient aux USA que filtrées. Certes, Thomas Mann avait accès de manière privilégiée aux nouvelles – le 10 août, l’Office of War Information l’informe oralement17 –, mais c’est seulement le 22 août qu’il a en main le texte de Molo et qu’il peut le lire : il le trouve « plat et mauvais »18. Il n’est pas encore en mesure de percevoir que, sous couvert d’une invitation pleine de déférence adressée au porte-parole de l’émigra­tion, se met en branle une attaque contre les émigrés.

  • 19 Ibid., p. 248.
  • 20 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 31.

13Au ton de ce qu’il écrit dans son journal intime, il ressort que Thomas Mann a longtemps sous-estimé la violence et la détermination de l’attaque. Il surestimait en outre le confort de sa propre situation. Haussant les épaules, il commence, « puisqu’une déclaration s’impose », à écrire à Molo, encore indécis quant à savoir si sa réponse doit être « publique ou privée »19. Cependant les attaques se multiplient, des lettres au contenu similaire arrivent chez lui, et c’est ainsi qu’il relève enfin le gant. Un mécontentement croissant le pousse à exposer minutieusement sa position qui, après force corrections, paraît le 28 septembre 1945 sous le titre « Warum ich nicht nach Deutschland zurückkehre » (« Pourquoi je ne rentre pas en Allemagne ») dans le journal Aufbau, qui paraît à New York. Ce texte est ensuite diffusé dans les journaux allemands, parfois tronqué de manière tendancieuse. Thomas Mann s’y laisse entraîner à écrire une phrase souvent citée, affirmant que « les livres qui, entre 1933 et 1945, ont pu ne serait-ce qu’être imprimés en Allemagne, valent moins que rien » et devraient « être mis au pilon »20. Visiblement, il avait oublié que les premiers volumes de la trilogie de Joseph und seine Brüder (Joseph et ses frères) étaient parus en Alle­magne nazie et qu’il avait lui-même espéré jusqu’en 1936 pouvoir garder la possibilité d’y être publié.

14À la suite de ce texte, les médias, faisant preuve d’un acharnement impressionnant, poussèrent Thomas Mann à durcir sa position. Les réactions de la presse allemande, compilées par Grosser, donnent une impression assez complète de la manière dont s’exacerbèrent par la suite les reproches contre l’écrivain Thomas Mann, représentant par excellence de l’émigration. Il n’était plus depuis longtemps question de son retour, le conflit des écrivains fournissant l’occasion d’une querelle sur le degré de la culpabilité allemande et sur la part des élites dans celle-ci. Lorsque, à la fin de 1945, la BBC pria Thomas Mann de tenir à nouveau un discours radiophonique aux Allemands pour expliquer pourquoi il se détournait de l’Allemagne, celui-ci avait enfin compris quel rôle on avait voulu lui attribuer en Allemagne :

« Dois-je […] protester contre les souffrances de l’Allemagne, blâmer les forces d’occupation pour leurs erreurs dans la manière de traiter ou d’administrer le pays ? »

demande-t-il, et il assure :

  • 21 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 79.

« Non, cela justement, je ne le peux pas, […] précisément en tant qu’Allemand je ne puis me permettre d’exercer une critique quant à la politique des vainqueurs, une critique qui serait toujours interprétée comme l’expression d’un patriotisme égocentrique […]. »21

  • 22 Thomas Mann / Frank Thieß / Walter von Molo, Ein Streitgespräch über die äußere und die innere Emig (...)

15On avait veillé dès le début à ce qu’il n’ait pas le dernier mot avec cette déclaration : juste après l’émission, Frank Thieß a l’occasion de prononcer sur les ondes du Nordwestdeutscher Rundfunk une réponse détaillée. Sa réac­tion était paraît-il spontanée, et il affirme n’avoir disposé que de soixante-sept minutes pour préparer sa réponse22. Ceci n’est pas crédible. Frank Thieß se réfère avec une telle précision au texte du discours de Thomas Mann que l’on peut soupçonner qu’il a, par un moyen quelconque, été en possession du manuscrit avant l’émission.

  • 23 Un sondage d’opinion effectué par les autorités d’occupation américaines en été 1947 confirme la co (...)
  • 24 Cela ressort par exemple du résumé ironique des événements que fait Erich Kästner, « Betrachtungen (...)

16Le résultat de cette querelle entre écrivains est évident : elle n’a rien rapporté aux deux principaux adversaires, Walter von Molo et Thomas Mann. La réputation de Thomas Mann en Allemagne en souffrit considéra­blement23, mais Walter von Molo n’y gagna rien non plus : son appel pathé­tique ne rencontra aucun succès. Au contraire, l’ensemble de l’entreprise, en ce qu’elle avait affecté la réputation de Thomas Mann, prit après coup un tour un peu ridicule24. Par contre, ceux des protagonistes qui avaient agi pour des motifs politiques pouvaient être satisfaits. La querelle contribua à rendre publiquement recevable un processus de relativisation de la question de la culpabilité, à conforter en pratique la position des Allemands vis-à-vis des forces d’occupation et à marginaliser, en même temps que les émigrés, leurs ambitions antifascistes, elles-mêmes souvent liées à des idées de gauche. Les perspectives réduites auxquelles se trouvèrent confrontés les émigrés qui rentrèrent dans les zones d’occupation occidentales puis en RFA s’ex­pliquent en partie par cette querelle.

17La manipulation eut une grande part dans cette controverse, et pourtant on peut dire que la forme d’un débat public fut malgré tout respectée. Les représentants des deux parties prirent plusieurs fois la parole, échangèrent leurs points de vue sur la conduite à tenir, fondant ceux-ci sur des arguments. Cela correspondait manifestement à l’équilibre des forces de 1945, dans lequel les deux côtés étaient à peu près de même poids. Un an après, cet équilibre s’était déjà déplacé, ce qui fournit la structure de la polémique littéraire suivante : la discussion autour de la place dans la vie publique et de l’importance littéraire de Ernst Wiechert, qui débuta au printemps 1946 et culmina en mai 1947 lors du soixantième anniversaire de Wiechert.

  • 25 Cf. Leonore Krenzlin, « Erziehung hinter Stacheldraht », op. cit., pp. 149-161.

18L’événement semble à première vue paradoxal, dans la mesure où Ernst Wiechert était sans aucun doute le représentant le plus respectable de l’émi­gration intérieure, et où on venait de mobiliser l’opinion publique justement pour faire reconnaître l’existence de celle-ci. Initialement de conviction ultra-conservatrice avec une forte sympathie pour les milieux d’extrême droite, cet auteur, à l’époque très aimé et dont les livres connaissaient de forts tirages, avait pris au cours de l’année 1934 ses distances avec le régime nazi et avait été condamné en 1938 à une peine de plusieurs mois en camp de concentration pour ses activités d’opposant25.

  • 26  Cf. Leonore Krenzlin, « Zwischen allen Stühlen. Ernst Wiechert in der politischen Öffentlichkeit 1 (...)
  • 27  Ernst Wiechert, Rede an die deutsche Jugend, in: E.W., Sämtliche Werke, Bd. 10, München, 1957, Ver (...)

19Cette expérience radicale l’avait conduit à corriger ses convictions poli­tiques, une démarche inhabituelle pour un conservateur mais lourde de conséquences : sa vision de la patrie vola en éclats lorsqu’il comprit que les Allemands internés dans les camps de concentration n’étaient pas torturés par des ennemis de la nation mais par d’autres Allemands, donc par leurs propres compatriotes26. Sans abandonner son conservatisme, il se mit à critiquer désormais le nationalisme allemand et la guerre d’agression, et salua au printemps 1945 les troupes alliées comme des libératrices. Dans Rede an die deutsche Jugend (Discours à la jeunesse allemande)27 et dans plusieurs textes littéraires, il exigeait de ses compatriotes l’aveu d’une culpabilité allemande, réclamant également que l’on rende hommage aux hauts faits de la résistance allemande, y compris celle des communistes.

  • 28 On trouvera les textes parus dans les journaux chez Guido Reiner, Ernst-Wiechert-Bibliographie, Tei (...)

20Cela lui valut dans l’Allemagne occupée une approbation massive de la part des acteurs de la résistance intérieure au national-socialisme ou de ceux qui étaient prêts après coup à une autocritique. Wiechert était considéré comme le représentant littéraire et le porte-parole de la résistance allemande. Cependant, les nationalistes incorrigibles – et il y en avait beaucoup – l’ac­cusèrent en secret de dénonciation et de trahison de la patrie ; mais il était impossible d’articuler ouvertement de tels reproches, qui ne cadraient pas avec le paysage politique. Ce fut la toile de fond d’une campagne de presse qui ne poursuivait qu’un seul but : saper le respect dont bénéficiait cet écri­vain inattaquable, qui jouait le rôle de conscience politique. Dans de nombreux journaux et magazines parurent des articles ou des lettres de lecteurs qui d’une manière ou d’une autre dénigraient Wiechert28. On ironisa sur Rede an die deutsche Jugend avec son injonction à l’autocritique natio­nale, ses romans furent estampillés comme larmoyants, interminables ou bien tout simplement non-modernes – et ce souvent en usant d’un ton gros­sièrement moqueur. Cette disqualification sur le plan esthétique ne s’ex­plique pas par une évolution des goûts littéraires, elle était juste un prétexte ; d’autres écrivains, auxquels on aurait pu faire les mêmes reproches, demeu­rèrent en effet épargnés : Werner Bergengruen par exemple ne subit aucune attaque de ce genre. Wiechert essaya plusieurs fois de se faire respecter en écrivant aux rédactions des journaux. Mais il était dans une situation diffi­cile : comment peut-on se défendre lorsqu’on a affaire non pas à des argu­ments mais à des calomnies et à des moqueries ?

  • 29 Cf. l’appréciation de Carl Zuckmayer, in : C.Z., Geheimreport. Hrsg. v. Gunther Nickel und Johanna (...)
  • 30 Ernst Wiechert, « Der reiche Mann und der arme Lazarus », in : E.W., Sämtliche Werke, op. cit., pp. (...)

21Au départ, Ernst Wiechert avait été considéré par les forces d’occupation américaines comme l’un de leurs principaux interlocuteurs en Allemagne29, ce qui lui avait assuré leur soutien et l’avait protégé des attaques. Mais Wiechert s’était justement rendu impopulaire auprès des forces d’occupation en osant ce que Thomas Mann s’était expressément interdit : il avait dans un mémorandum clairement critiqué les abus et les injustices que les pratiques d’occupation infligeaient aux Allemands30. S’ajoutait à cela le fait que l’on regardait Wiechert de plus en plus de travers en raison de son attitude insuffisamment anticommuniste. Ce n’était donc probablement pas un hasard si l’attaque la plus violente vint précisément de ce côté-là : dans Der Ruf, un magazine paraissant sous licence américaine, parut pour le soixantième anni­versaire de Wiechert une parodie qui attaquait de manière satirique son discours de 1945. Le titre en était « Erste und letzte Rede der deutschen Ju­gend an ihren Autor » (« Premier et dernier discours de la jeunesse alle­mande à son auteur »), et le texte ridiculisait la prétention de Wiechert à se présenter dans l’espace public comme le conseiller de la jeunesse en matière politique. Sous le pseudonyme d’Alexander Parlach, qui signait le texte, se cachait Erich Kuby. Le dessin qui accompagnait ce texte montre qu’il ne s’agissait pas là d’une plaisanterie inoffensive : la caricature montrait Wiechert en martyre, dans l’attitude du Christ sur la croix, une auréole sur sa tête baissée. Cela visait clairement le fait qu’Ernst Wiechert était le seul parmi ceux que l’on appelait désormais « les émigrés de l’intérieur » à avoir mis en danger son corps et sa vie, puisque ses convictions l’avaient conduit en camp de concentration ; la caricature livrait précisément ce parcours poli­tique et moral à la moquerie. La position de martyre lui fut du reste injuste­ment attribuée, car à aucun moment Ernst Wiechert ne se vanta après la guerre de son arrestation, il ne l’évoqua pas une seule fois publiquement et mit toujours en avant la souffrance des autres. Il s’agissait là d’une attaque que la victime n’avait guère de chances de parer : un auteur qui se plaint d’une parodie se ridiculise. Wiechert se résigna et finit par quitter l’Alle­magne en 1948. Avec son départ pour la Suisse, sa voix, celle de quelqu’un qui rappelait à l’ordre de manière implacable, avait bel et bien été éliminée de l’espace public allemand.

Notes

1 Hans Habe, Im Jahre Null. Ein Beitrag zur Geschichte der deutschen Presse, München, 1996, Verlag Kurt Desch, p. 91.

2 Les contemporains n’ont jamais utilisé l’expression Große Kontroverse pour désigner cette querelle entre écrivains. L’appellation vient de Johannes Franz Gottlieb Grosser, l’éditeur de la brochure : Die Große Kontroverse. Ein Briefwechsel um Deutschland. Hamburg/ Genf/Paris, 1963, Nagel Verlag – les textes publiés de manière éparse par les protagonistes sont cités ici d’après cette documentation.

3 Grosser ayant indiqué par erreur le 13.8.1945 comme date de publication, cette date erronée se retrouve dans toute la littérature à ce sujet.

4 Cf. Hans Habe, op. cit., pp. 53 sq. – la véracité factuelle des descriptions de Habe est confirmée par Harold Hurwitz, Die Stunde Null der deutschen Presse. Die amerikanische Pressepolitik in Deutschland 1945-1949, Köln, 1972, Verlag Wissenschaft und Politik.

5 J.F.G. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 19.

6 Sur la position politique de Walter von Molo, cf. Leonore Krenzlin, « Erziehung hinter Stacheldraht. Wert und Dilemna von Ernst Wiecherts konservativer Opposition », in : Lothar Ehrlich / Jürgen John / Justus H. Ulbricht (Hrsg.), Das Dritte Weimar. Klassik und Kultur im Nationalsozialismus, Köln/Weimar/Wien, Böhlau, 1999, pp. 149-161.

7 Cf. Leonore Krenzlin, « Große Kontroverse oder kleiner Dialog ? Gesprächsversuche und Kontaktbruchstellen zwischen äußeren und inneren literarischen Emigranten », in : Galerie. Revue culturelle et pédagogique, Luxembourg, 15 (1997) 1, pp. 7-25 – les documents sur lesquels je m’appuie pour ces thèses sont présentés de manière détaillée dans cet article.

8 Lettre de Walter von Molo à Thomas Mann, 6.6.1945, in : Thomas Mann : Briefwechsel mit Autoren, hrsg. v. Hans Wysling, Frankfurt/Main, 1988, S. Fischer Verlag, p. 363. On trouve dans les notes des différentes éditions des œuvres de Thomas Mann l’information erronée selon laquelle cette lettre n’aurait pas été conservée.

9 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., pp.1-17. – La lettre de Molo à Grosser du 2.2.1955 confirme la version de Grosser (Stiftung Archiv der Akademie der Künste, Berlin, Molo-Nachlass, Korrespondenz Grosser, 43/73/812).

10 Sur mes recherches concernant la biographie de Grosser, cf. Leonore Krenzlin, « Große Kontroverse oder kleiner Dialog ? », op. cit., pp. 12-14.

11 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., pp. 10-12.

12 Sur la position et l’intention de Hans Habe, cf. Habe, op. cit., p. 55. Au sujet des contradictions de la politique américaine concernant l’Allemagne, cf. Wolfgang Schivelbusch, Vor dem Vorhang. Das geistige Berlin 1945-1948, Frankfurt/Main, 1995, Fischer Taschenbuch Verlag, pp. 54-55.

13 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 17.

14 Les documents laissés par Frank Thieß et susceptibles d’éclairer sur ce point sont entre les mains de particuliers et interdits d’accès aux chercheurs.

15 Frank Thieß, « Innere Emigration », in : Münchner Zeitung, 18.8.1945 / in : Grosser (Hrsg.), op. cit., pp. 22-27.

16 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 12.

17 Cf. Thoman Mann, Tagebücher 1944-1.4.1946, hrsg. v. Inge Jens, Frankfurt/Main, 1986, S. Fischer Verlag, p. 239.

18 Ibid., p. 244. – la lettre d’anniversaire de Molo datée du 6 juin, au ton mesuré, n’arriva chez Thomas Mann que le 30 août, cf. ibid., p. 247.

19 Ibid., p. 248.

20 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 31.

21 Cf. Grosser (Hrsg.), op. cit., p. 79.

22 Thomas Mann / Frank Thieß / Walter von Molo, Ein Streitgespräch über die äußere und die innere Emigration, Dortmund, o.J. (1946), Druckschriftenvertrieb Dortmund.

23 Un sondage d’opinion effectué par les autorités d’occupation américaines en été 1947 confirme la considérable perte de prestige de Thomas Mann, cf. Jost Hermand / Wigand Lange, « Wollt ihr Thomas Mann wiederhaben? » Deutschland und die Emigranten, Hamburg, 1999, Europäische Verlagsanstalt.

24 Cela ressort par exemple du résumé ironique des événements que fait Erich Kästner, « Betrachtungen eines Unpolitischen », in : Die Neue Zeitung, 14.1.1946, Beilage.

25 Cf. Leonore Krenzlin, « Erziehung hinter Stacheldraht », op. cit., pp. 149-161.

26  Cf. Leonore Krenzlin, « Zwischen allen Stühlen. Ernst Wiechert in der politischen Öffentlichkeit 1933-1947 », in : Spurensuche. Deutsch-polnisch-tschechische Begegnungen mit einer vergessenen Klassik der Moderne. Hamburg, 2000, Verlag Dr. Kovac, pp. 21-36.

27  Ernst Wiechert, Rede an die deutsche Jugend, in: E.W., Sämtliche Werke, Bd. 10, München, 1957, Verlag Kurt Desch, pp. 381-411.

28 On trouvera les textes parus dans les journaux chez Guido Reiner, Ernst-Wiechert-Bibliographie, Teil 3, Paris, 1976, (Selbstverlag), cf. pp. 55-61.

29 Cf. l’appréciation de Carl Zuckmayer, in : C.Z., Geheimreport. Hrsg. v. Gunther Nickel und Johanna Schrön, Göttingen, 2002, Wallstein Verlag, pp. 22 et 454.

30 Ernst Wiechert, « Der reiche Mann und der arme Lazarus », in : E.W., Sämtliche Werke, op. cit., pp. 631-655.

Auteur

Leïla Pellissier (Traducteur)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540