Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

« Il n'y a pas de force intrinsèque de l'idée vraie »

Joseph Jurt

Texte intégral

1Pierre Bourdieu a souvent cité une phrase de Spinoza : « Il n’y a pas de force intrinsèque de l’idée vraie. » Il considérait cette phrase comme une des plus tristes de toute l’histoire de la pensée. Cela signifie que la vérité est très faible, sans force. « Nous qui travaillons à produire de la vérité, qui croyons tacitement qu’il est important de diffuser la vérité », a poursuivi le socio­logue lors d’une conférence à Freiburg, « ne devons-nous pas essayer de réfléchir sur les moyens de donner un peu de force sociale à la vérité ? »

2La polémique peut en effet être un moyen pour donner un peu de force sociale à la vérité. La vérité ne s’impose pas par elle-même. Parfois, il faut lutter pour la faire régner. Trois points me semblent être importants dans ce contexte.

31. Il importe dans ce contexte de revenir à l’acte fondateur du groupe des « intellectuels » dans le sens moderne, à savoir « J’accuse » de Zola. La famille Dreyfus était d’abord entré en contact avec le jeune écrivain Bernard Lazare qui avait publié un ouvrage sur l’antisémitisme, et qui publiera en 1896 une brochure intitulée Une erreur judiciaire. La vérité sur l’Affaire Dreyfus. Mais cette brochure n'eut que peu d'effet ; l’auteur était presque inconnu ; ce peu d’effet est une preuve du peu de force dont dispose la vérité.

4Dans le contexte d’une opinion publique totalement manipulée par la pas­sion collective de l’antisémitisme, Zola a recouru au moyen le plus fort : en créant un scandale, en défiant seul toutes les forces établies en commençant par le Président de la République, forçant de cette sorte le pouvoir établi à poursuivre un cas que toutes les autorités avaient voulu étouffer. Les organes de l’état étaient forcés soit de se taire et de reconnaître le bien-fondé des accusations, soit de poursuivre l’écrivain pour diffamation, ce qui permettait de rouvrir le procès.

5L’impact de Zola s’explique aussi par le fait que Zola avait agi en roman­cier qui connaissait bien le grand public et qui entendait s’adresser aussi à l’émotion et non seulement à la raison. Il a reconstruit l’Affaire Dreyfus à l’aide des documents à sa disposition, mais aussi par son imagination créatrice. Son évocation est aussi orientée par des critères esthétiques, par son sens des contrastes. « Il grossissait, caricaturait même », estime Colette Becker, pour frapper les masses et les réveiller.

6En se servant de ces procédés, Zola n’a-t-il pas produit, lui aussi, un écrit démagogique ? Je ne le pense pas, et ceci pour trois raisons :

  • Zola a fourni un véritable travail d’information à l’égard de l’opinion publique qui était excitée par des mots d’ordre émotionnels. Grâce à sa per­ception systématique, Zola a donné la première présentation cohérente des faits.

  • à l’opposé des antidreyfusards dont l’activité était guidée par des motifs de la raison d’état, Zola a agi au nom des principes moraux qui constituaient le fondement de la République.

  • L’analyse de Zola était vraie aussi parce qu’il ne s’en tenait pas aux symptômes, mais saisissait les véritables mobiles des responsables : l’antisémitisme et un faux patriotisme.

72. Les polémiques se situent toujours à l’intérieur de l’espace public (Öffentlichkeit) et en appellent à cet espace public. Pour cette raison elles se déroulent sur les plate-formes de cet espace public, à savoir les médias.

8Ce qui est important, c’est que Zola s’est servi du médium le plus impor­tant qui constituait l’opinion publique : à savoir la presse qui disposait à cette époque du monopole médiatique (on connaissait alors à Paris 41 quotidiens avec 6 millions de lecteurs !). La presse était devenue une plate-forme pour le combat des idées et l’affrontement passionné des principes qui scindaient la France en deux camps. L’Affaire Dreyfus, c’est donc l’apparition de la presse comme quatrième pouvoir de la démocratie.

9Dans les grandes polémiques en Allemagne, les médias ont toujours joué un rôle central. Le grand débat autour de la responsabilité de l’éclatement de la Première Guerre mondiale au début des années soixante (« Fischer-Kontroverse ») fut d’abord un débat scientifique et les médias servirent ensuite de caisse de résonance.

10Lors du débat autour du livre de Daniel Goldhagen, c’est la presse, avec Die Zeit, qui semble avoir lancé la polémique. Dans ce contexte, une certaine inquiétude se fait jour parce qu’on soupçonne les médias de lancer les polé­miques pour les polémiques afin de lancer un scoop et d’attirer l’attention du public.

11Ce qui frappe c’est que les grandes polémique dans l’Allemagne de l’après-guerre ont toujours le national-socialisme comme objet (Nolte, Goldhagen, Walser-Bubis, le mémorial dédié aux victimes de la Shoah).

12C’est un bon signe; selon l’historien américain James E. Young, le meilleur monument de commémoration de la Shoah est le débat qui continue et ne se clôt pas.

133. En ce qui concerne l’appréciation du genre de la polémique, il faut prendre en considération les théories de la vie intellectuelle respectives et qui diffèrent d’un pays à l’autre. Les conceptions de la vie intellectuelle en France sont plutôt agonistiques. C’est le cas chez Foucault qui perçoit dans les débats et les controverses toujours un phénomène de pouvoir. C’est également le cas chez Bourdieu. Les champs intellectuels sont pour lui des champs de lutte ; ils se caractérisent par la dynamique, par la confrontation permanente entre dominés et dominants. Dans un tel contexte la polémique apparaît comme un moment exacerbé d’une situation qui est par définition agonistique.

  • 1 Süddeutsche Zeitung, 18.6.1999.

14Le modèle de la vie intellectuelle en Allemagne est plutôt celui du consensus: Habermas croit à la force du meilleur argument ; il estime qu’un débat idéal est possible sans que des questions de pouvoir s’y immiscent (herrschaftsfreie Kommunikation). Pour Luhmann, la position « normale » du système c’est l’équilibre. Le conflit n’est pas la règle, c’est un accident du système. Pierre Bourdieu a pourtant consacré un article à l’occasion du 70e anniversaire à Habermas sous le titre « Vive le Streit ! »1 et non pas « vive le consensus », car pour lui, en entrant dans un débat rationnel avec ses collègues, Habermas s'est inséré lui aussi « dans la grande tradition acadé­mique allemande du Streit ».

15Il me semble qu’il n’y a pas d’équivalent au mot Streit en français. Le terme Streit implique la confrontation sérieuse, mais également un enjeu intellectuel alors que pour la querelle, l’enjeu ne semble pas avoir la même importance ; et paradoxalement, les Français désignent les querelles dont l’enjeu peut paraître dérisoire comme des « querelles d’Allemands » !

16Malgré la valorisation du consensus, il paraît y avoir cependant en Allemagne plus de polémiques et de controverses qu’en France où on a l’im­pression qu’y entre souvent une dimension ludique, le plaisir de participer à une joute rhétorique où la dimension esthétique, la brillance, l’art de lancer une pointe jouent un rôle non négligeable.

Notes

1 Süddeutsche Zeitung, 18.6.1999.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540