Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Intellectuels et polémiques

 | 
Valérie Robert

Cinq siècles de polémiques

Limites d’une polémique : Volker Braun et les milieux littéraires parallèles des années 1980 en RDA

Carola Hähnel-Mesnard

Full text

1Dans son essai « Rimbaud. Un psaume de l’actualité » (1983), publié en 1985 dans la revue Sinn und Form, Volker Braun expose sa vision de la fonction de la poésie en s’appuyant sur la vie et l’œuvre de Rimbaud. Dans ce contexte, il s’interroge sur les possibilités d’écriture et le rôle de l’écrivain dans une société qui semble être définitivement vouée à la stagnation. À cette occasion, certains auteurs, qui publient depuis le début des années 1980 dans des revues auto-éditées et tentent de se soustraire à l’influence du pouvoir, deviennent la cible de ses attaques. Les destinataires concrets sont Sascha Anderson, en tant que représentant de ces jeunes auteurs, et Elke Erb, proche des milieux littéraires parallèles. Les propos polémiques de Braun surprennent par leur violence, d’autant plus que les auteurs auxquels il s’en prend sont quasiment inconnus du public.

Volker Braun polémiste : attaques contre la jeune génération

2Si Braun met en avant les textes de Rimbaud écrits pendant la période de la Commune de Paris, c’est pour souligner la dimension de critique sociale dans l’œuvre du poète. Dans la suite de sa propre conception de la littérature, Braun peut ainsi réaffirmer la nécessaire dimension révolutionnaire de la poésie qui se doit d’être socialement pertinente et portée par l’esprit des Lumières. Les propos polémiques contre les jeunes auteurs – trois passages relativement courts – apparaissent exactement dans les interstices de ce dis­cours sur la fonction sociale de la poésie. En prenant comme point de départ de son argumentation l’œuvre de Rimbaud, Braun réussit à ériger le « poète maudit » en figure de contraste de ces jeunes auteurs marginaux, évitant ainsi de se poser lui-même, auteur reconnu et établi, comme modèle existen­tiel et poétique.

  • 1 Cf. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La polémique et ses définitions », in : Centre de recherches li (...)
  • 2 « die monologe gehen fremd... »; « [...] den tunnel / nach amerika [...] ». Cf. Sascha Anderson, Je (...)
  • 3 Par exemple « die glückliche Erbin », « Erb-Sache » ou le sobriquet péjoratif « Flip-out-Elke ». Cf (...)

3L’objet de la polémique est d’ordre littéraire, et « l’intertexte » du « dis­cours réfuté »1, permettant au lecteur d’identifier les destinataires de la cri­tique, est également littéraire. Il apparaît sous la forme d’une citation tron­quée et décontextualisée d’un poème de Sascha Anderson (« les monologues vont voir ailleurs ») et d’une allusion à un vers d’un autre poème (« le tunnel / vers l’amérique ») du même auteur2. Braun agit de la même façon pour Elke Erb dont il cite des passages d’une conférence non publiée. Ces procé­dés de décontextualisation pourraient être légitimes dans la mesure où l’essai se présente comme un immense collage de citations. Mais contraire­ment aux autres auteurs que Braun convoque et dont il mentionne le nom au début du texte, Anderson ne figure qu’indirectement comme « un futur auteur », et le nom d’Elke Erb apparaît uniquement sous forme d’allusions et de jeux de mots3. Indépendamment de ces omissions volontaires, la démarche est problématique dans la mesure où les jeunes auteurs critiqués sont inconnus en RDA et que le public ne peut s’en faire une opinion qu’en lisant les confi­dentielles publications autoéditées ou les recueils parus en RFA.

4À travers les allusions aux poèmes de Anderson, Braun reproche à la nouvelle génération de fuir dans le privé et d’éviter d’affronter les problèmes de la société que la poésie a la tâche de mettre en lumière et de cristalliser :

  • 4 « Unsere jungen Dichter, Kinder der administrativen Beamten, suchen auch das Loch in der Mauer. Sie (...)

« Nos jeunes poètes, enfants des fonctionnaires de l’administration, cher­chent, eux aussi, le trou dans le mur. Ils dépensent toute leur imagination pour des tunnels et des ballons captifs, leurs “monologues” ont raison d’“aller voir ailleurs”. Des fuites, encore, mais sur des pattes de lièvre. “Une pièce, construite uniquement sur un cri, voilà qui serait honnête.” Ça, c’est un son animal. Le chant, leur inamical asile, n’est qu’un domaine privé. Alors que nous savons pertinemment que la liberté ne colle pas à nos vers. Nous devons, abominable raison, rester des provocateurs. »4

5Dans le deuxième passage consacré aux jeunes, Braun présente l’ap­proche expérimentale et ludique de leur poésie comme une transgression individuelle de normes et de règles, tout en leur signifiant sur un ton paternel et protecteur (« mes amis »), mais qui se veut aussi être un rappel à l’ordre, que cela ne suffit pas pour faire un poète. Pour cela, il faut être disposé à se confronter aux structures conflictuelles de la société jusqu’à l’abandon d’une partie de soi :

  • 5 « Es genügt nicht, daß beim Dichter, wie gewöhnlich, einige Sperren locker sind und er auf die Frei (...)

« Il ne suffit pas que le poète, comme à son habitude, débloque un peu et qu’il pisse sur le perron, mes amis. Il doit véritablement se transformer, en entrant dans l’obscurité du combat, dans la boue des structures, dans la saleté de l’inégalité. […] »5

6Le style familier de ce passage, censé renvoyer aux usages de la langue des jeunes, attribue à ces derniers une légèreté à la tonalité péjorative. Mais le reproche le plus lourd adressé à la nouvelle génération apparaît en dernier, à la suite de la critique et mise à distance que Braun formule par rapport aux avant-gardes historiques, lesquelles, selon lui, ont remplacé les procédés artistiques par des procédés artificiels :

  • 6 « Unsere vermeintlichen Neutöner, Hausbesetzer in den romantischen Quartieren (wo sie sich ordentli (...)

« Nos prétendus “novateurs”, squatters des quartiers romantiques (où ils se conduisent correctement), sont sans doute de bonnes grues qui crânent sans relâche. Des portefaix, mais pas des maçons. Pourtant, dans les gravats, on trouve des stimulations, des associations, des impulsions ; dans l’imposante poubelle des mots sont déposés des sentiments et des idées passés sous silence qui, bien entendu, ont plus à nous dire que l’art figé des jours de cérémonie. Techniquement, c’est la répétition du travail manuel sans esprit de l’avant-garde, le degré le plus bas du façonnage. […]. »6

7D’un côté, Braun admet que la poésie expérimentale des jeunes contient certains aspects qu’il faut prendre au sérieux, mais de l’autre côté, sa comparaison avec les avant-gardes historiques veut souligner le caractère épigonal, le manque d’innovation et l’absence de vocation sociale de cette poésie. Interrogé sur son jugement de l’époque et les conflits qui trans­paraissent dans l’essai, Volker Braun répond avec vingt ans de distance :

  • 7 « […] dass ich im Rimbaud-Essay auf die jüngere Lyrik zu sprechen kam, lag in der Natur der Sache. (...)

« […] que j’en vienne à parler de la poésie des jeunes dans l’essai sur Rimbaud était dans la nature des choses. Mon jugement sur les “novateurs” [Neutöner] était indulgent, presque chaleureux (comparez avec le ton impi­toyable d’Enzensberger face à la beat generation !) ; cependant les critères de qualité pour la force de la langue et l’économie poétique étaient élaborés, et il fallait les transmettre […] »7.

8Si Braun met l’accent a posteriori sur sa volonté de transmettre des exi­gences poétologiques, il ne faut pas oublier que l’objet de la polémique est un autre : il s’agit de la confrontation entre deux formes de littérature, entre une « littérature engagée » et une poésie expérimentale avant-gardiste. De plus, il faut prendre en considération que les critères de la critique ne sont pas simplement littéraires : des allusions aux déterminants socio-biographi­ques de la nouvelle génération et des jugements de valeur moraux contri­buent à esquisser un portrait négatif qui remet en question l’intégrité hu­maine et artistique des jeunes.

9En qualifiant les auteurs d’ « enfants des fonctionnaires de l’administra­tion » – une partie des protagonistes de la culture parallèle provenait en effet des milieux de la nomenclature – Braun les présente implicitement comme des privilégiés du système qui courent moins de risques en affirmant leur geste révolté. De même, la description ironique de leurs conditions de vie, « squatters des quartiers romantiques (où ils se conduisent correctement) », insinue qu’ils sont les purs produits disciplinés de leur époque. Or, le respect d’un certain nombre de règles de base fut l’expression d’un rapport réaliste aux lois répressives, et le statut protégé des enfants de fonctionnaires qu’insinue Braun est bien plutôt un argument à l’intérieur d’une stratégie de polémique qu’une réalité générale. Quant aux jugements moraux émis impli­citement, ils concernent le rapport distancié à la société, connoté par la lâcheté (« [...] Des fuites, encore, mais sur des pattes de lièvre [...] »), et leur apparition en tant qu’artistes, Braun suggérant qu’il s’agit de simulateurs (« Nos prétendus novateurs… »).

  • 8 Le possessif « unser » rappelle par ailleurs les « stratégies d’inclusion » du discours officiel. V (...)

10Malgré sa critique dépréciative, Volker Braun se montre finalement conciliant et il tente de maintenir la possibilité du dialogue. L’emploi répété du possessif (« nos jeunes poètes », « nos prétendus novateurs », « mes amis ») est l’expression d’une tentative d’inclusion, d’une volonté de réinté­grer les renégats à la communauté qu’ils voulaient fuir8. Braun semble espé­rer pouvoir reconvertir les jeunes auteurs, ce qui n’est pas le cas pour Elke Erb, une poétesse déjà confirmée et appartenant à la même génération que lui. À son sujet, le texte se limite à des critiques et à la dénonciation de sa posi­tion poétique, et il ne contient aucun geste médiateur.

Nouveaux enjeux dans le champ littéraire en RDA

  • 9 « Meine Generation hat die Hände im Schoß, was engagiertes (!) Handeln betrifft. Kein früher Braun (...)

11La réaction virulente de Braun apparaît d’abord comme l’expression d’un conflit de générations que les jeunes avaient pointé pour la première fois bien avant l’écriture de l’essai. Déjà en 1979, Uwe Kolbe affirme lors d’une table ronde : « Ma génération reste les bras croisés en ce qui concerne des actions engagées (!). Pas de jeune Braun aujourd’hui. »9 Interrogé sur ce point, Braun refuse de parler de conflit ou de rupture entre les générations :

  • 10 « Wir ein wenig Älteren waren ja mit den Jüngeren bekannt, befreundet und vertraut ; und noch jede (...)

« Nous qui étions un peu plus âgés connaissions les jeunes, nous étions amis et avions des rapports familiers avec eux ; et nous prenions dans nos bras quiconque était un tant soit peu réjouissant […]. Dans cette époque riche en conflits, l’intérêt loyal que nous leur portions allait de soi. […] »10.

  • 11 « Volker Braun ? Da kann ich nur sagen, der Junge quält sich. Dazu habe ich keine Beziehung mehr. » (...)
  • 12 Cf. Jens Bisky, « Die Demarkationslinie der Komik. Der Witz von Hinze und Kunze – Ein Besuch bei Bü (...)

12En effet, des écrivains comme Braun lui-même, Franz Fühmann, Heiner Müller, Christa et Gerhard Wolf assistaient à des lectures confidentielles dans des appartements privés, ils s’intéressaient aux textes littéraires et essayaient de les publier, ils soutenaient financièrement les jeunes auteurs. Lorsque le poète Fritz-Hendrik Melle répète en 1985 de façon provocatrice : « Volker Braun ? Tout ce que j’ai à dire c’est que ce garçon se donne bien du mal. Je n’ai plus aucun rapport avec cela »11, ces déclarations souvent citées se révèlent a posteriori comme faisant partie du travail de désintégration d’un indicateur de la Stasi. Selon Braun, il s’agissait de présenter la critique de la société comme déplaisante et de semer la discorde entre les généra­tions12.

13Mais le fait que les nouveaux auteurs, exclus des circuits littéraires offi­ciels, aient pu profiter de l’intérêt et de la médiation des plus âgés, ne signi­fie pas que cette communauté solidaire n’était pas traversée de tensions latentes. Ainsi, Gerhard Wolf, fidèle observateur de l’évolution littéraire des jeunes, parlait de

  • 13 « […] gegenseitigen Mißverstehen, ja Nicht-verstehen-Wollen zwischen den literarischen Bewegungen i (...)

« […] malentendus réciproques, voire d’un refus volontaire de comprendre, entre les divers mouvements littéraires en RDA. Une situation inextricable, car pendant que Volker Braun s’engage de manière solidaire en faveur des jeunes […], il se défend en même temps contre l’expérience de laquelle ils participent, bien sûr fondamentalement différente de la sienne, et contre le statut différent qu’ils prennent forcément comme point de départ »13.

14Même si les divergences n’apparaissaient pas ouvertement comme conflit, elles sont néanmoins présentes dans de nombreuses prises de position des jeunes auteurs, pour la plupart publiées dans les revues autoéditées.

  • 14 « […] Weg mit der Ersatz- und Sklavensprache / [...] / Verweigerung dem verlogenen Sinnschema […] » (...)
  • 15 « Kleist ist verstummt, Hölderlin erfand das Pallaksch und Christa Wolf schreibt immer noch. » Scha (...)
  • 16 On peut lire en fin de phrase : « […] und mancher schreibt weiter. » (« [...] et plus d’un continue (...)

15Lorsqu’en 1981, dans sa préface au cahier tapuscrit Der Kaiser ist nackt, Uwe Kolbe exige de façon programmatique l’abandon de la « langue-ersatz » et de la « langue d’esclaves » et qu’il demande de « […] refuser le schème de sens mensonger […] »14, cela signifie entre autres un rejet de la littérature critique de RDA, de son attachement à une utopie sociale et de sa fonction de substitut d’espace public. Lorsqu’en 1985, Egmont Hesse lance sa série d’entretiens avec les poètes de la revue Schaden en faisant allusion à la fameuse interrogation de Ingeborg Bachmann à la fin de son essai sur Ludwig Wittgenstein (« Notre langue – est-ce une partie perdue, parce qu’elle ne contient aucun mot qui compte ? »), il résume les possibles réponses de la façon suivante : « Kleist s’est tu, Hölderlin a inventé le pallaksch et Christa Wolf écrit toujours. »15 L’ironie face à une croyance inébranlable dans les possibilités d’une littérature pourvoyeuse de sens est à peine cachée, d’ailleurs, lors de la publication des entretiens en 1988 dans la maison d’édition Fischer, la référence à Christa Wolf disparaît16.

16Une affiche programmatique de la revue Schaden à l’occasion de l’exposition Wort+Werk (juin 1986) à la Samariterkirche de Berlin, formule les divergences entre les générations littéraires de façon tranchante, sans faire aucune concession :

  • 17 « [...] das wir, das die gesellschaft immer anempfiehlt um der illusion, der idealisierung und der (...)

« [...] le nous que la société ne cesse de recommander dans l’intérêt de l’illusion, de l’idéalisation et de la construction, a dû être remplacé par une analyse du moi dans la mesure où la société s’est révélée être fermée. l’emphase subjective, l’obscurité d’un art inspiré des lumières, les docilités de ceux qui refoulent et illustrent, par lesquelles l’avant-dernière génération a esthétiquement pratiqué son martyre de la guerre, et la dernière son auto-illusion, ont dû mener à l’overkill des signes par l’usure ou par les applaudissements : du fast-food littéraire ou du carton-pâte gravé dans des livres. […] »17

  • 18 « [...] der überwältigung durch die totalworte sich zu widersetzen. » Ibid.
  • 19 Volker Braun, « Rimbaud... », op. cit., p. 213.

17Ces exemples mettent en évidence que la « communauté solidaire » est loin d’être vécue comme telle par les jeunes qui défendent une conception entièrement différente de la littérature et observent leurs mentors d’un regard critique. Leur réponse à une littérature mise au service de la société, de l’engagement et de l’utopie est une poésie considérée comme « boîte à outils pour jeux de langue » (sprachspielkiste) qui fournit au lecteur les moyens de « […] résister à l’écrasement par les mots absolus […] »18. L’exigence que Braun avait formulée à partir de Rimbaud, que la poésie doit être un « contre-langage » (Gegensprache), mais qu’elle doit aussi être une langue qui se fait l’avocat d’une cause (Fürsprache)19, ne peut concerner la nouvelle génération d’auteurs. Braun pense dans des catégories qui ne sont plus les leurs.

  • 20 Pierre Bourdieu, « Quelques propriétés des champs », in : P.B., Questions de sociologie, Paris, 198 (...)

18Plus que l’expression d’un conflit générationnel, l’attitude de Braun correspond à une première réaction aux changements des rapports de force dans le champ littéraire de la RDA et à une tentative de se (re)positionner. Avec la création d’un circuit littéraire parallèle qui permet de publier des textes sans subir l’influence des institutions officielles, une nouvelle géné­ration d’auteurs rappelle, pour la première fois de façon massive et non pas isolée, le principe autonome du champ littéraire en RDA. Au moment où Volker Braun polémique contre les jeunes, un processus s’était mis en marche qui, d’une part, visait un détachement des institutions (le fait que les milieux parallèles fussent surveillés par la Stasi ne changeait rien à cette ambition), et d’autre part, a fait naître une littérature expérimentale qui se refusait à la production permanente de sens. Les attaques contre les avant-gardes historiques dans l’essai sur Rimbaud, suivies des reproches contre les jeunes, avaient comme objectif de délégitimer une forme de littérature extrêmement éloignée de celle conçue par Braun, une poésie qui n’était plus disposée à véhiculer des prétentions utopiques et qui, par sa simple émer­gence, mettait en danger la position relativement stable de Volker Braun et de sa génération. Les traits conservateurs de cette critique sont l’expression de « stratégies de conservation » dans le champ littéraire, bousculé par l’entrée de jeunes « hérétiques », comme le formule Bourdieu20.

Polémique et système de valeurs 

  • 21 Cf. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La polémique… », op. cit.
  • 22 Sascha Anderson, « Fixierung einer Metapher », in : Klaus Michael / Thomas Wohlfahrt (Hrsg.)Vogel (...)
  • 23 Leonhard Lorek, « die reaktion auf miserable tekste...  », Schaden 9/1986. Une partie de cette répo (...)
  • 24 Cf. Peter Böthig, Grammatik…, op. cit., p. 145.  

19L’essai sur Rimbaud contient tous les ingrédients qui auraient pu mener à un débat plus large. Les propos de Braun présentent les caractéristiques du discours polémique (disqualification et dépréciation, offense, implicite et allusif, détournement de la parole de l’autre, mais aussi rappel à l’ordre et volonté d’intégration21) et l’objet, la confrontation de deux formes de littérature, se prêtait à la querelle littéraire. L’attaque d’une figure repré­sentative des milieux littéraires parallèles, Sascha Anderson, et la déprécia­tion d’un style de vie et d’écriture, auraient pu inciter d’autres à intervenir dans ce débat. Or, l’essai de Braun a à peine provoqué des réactions (du moins écrites) dans les milieux en question. Sascha Anderson, directement concerné, a répondu par un texte relativement hermétique dans la revue Schaden. Il reproche à Braun d’inviter au dialogue des auteurs qui ne dis­posent pas des mêmes possibilités de publication que lui. Anderson explique l’attitude de Braun par le malaise de se situer « entre deux générations », celle des « suiveurs et celle des abstentionnistes (et non pas celle de ceux qui votent non) », de ne plus supporter de voir se déformer ses idéaux politiques et littéraires et de ne pas accepter qu’on puisse se passer des idées et des notions qui lui sont chères22. Un deuxième auteur, Leonhard Lorek, co-fondateur de Schaden, réagit avec un texte qui défend globalement l’essai de Braun comme un travail remarquable dans une époque qui n’y était pas propice. Il proteste contre la volonté de Anderson de vouloir représenter toute sa génération et il estime que sa réponse est démesurée23. Selon Peter Böthig, l’agressivité du ton de Lorek a contribué à bloquer dès le début un débat possible, au lieu de lui ouvrir la voie24. Mais cette querelle interne ne semble pas suffire pour expliquer l’absence de polémique. Quelles sont alors les causes possibles de ce silence ?

  • 25 « [...] die liebgewordenen Fronten wieder schön festzuschreiben, die Spielverderber in die Reihe zu (...)

20Il y a d’abord la possibilité que les autres auteurs ne se sentaient pas concernés car les cibles de Braun étaient principalement Sascha Anderson et Elke Erb. Or, les attaques ont bien été perçues comme telles par d’autres, même si, à l’époque, ceux-ci n’ont pas pris position. Ainsi, la poétesse Barbara Köhler compare la position de Braun à celle de Wolf Biermann lors de la querelle littéraire allemande en 1991. Selon elle, l’objectif des deux était de « […] bien rétablir les lignes de front auxquelles ils s’étaient atta­chés, de réintégrer les trouble-fête […] pour se retrouver eux-mêmes du bon côté de la barricade. »25 Köhler ne décrit rien d’autre que les « stratégies de conservation » dans le champ littéraire.

  • 26 Il faut néanmoins mentionner un article de Heinz Plavius qui regrette l’absence de polémique dans l (...)

21L’absence de polémique fait penser aussi, dans le cadre de la RDA, à l’absence d’espace public empêchant un débat critique26. Mais ce critère ne semble pas être approprié pour des auteurs qui, de toute façon et par défi­nition, n’avaient pas de tribune officielle à leur disposition (la situation de communication entre eux et Braun était a priori asymétrique). C’est juste­ment pour s’exprimer librement que les auteurs ont créé un réseau de revues autoéditées qui offraient un espace pour publier des textes littéraires, mais aussi des prises de position, des déclarations, des réponses. Malgré les diffi­cultés matérielles de ce type de publication, les auteurs auraient pu y recourir pour réagir.

  • 27 Cf. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La polémique… », op. cit., p. 9 sq.

22Notre hypothèse est que la véritable raison pour une absence de réaction de la part des jeunes auteurs est directement liée aux bases même de la polémique. Catherine Kerbrat-Orecchioni a fait remarquer que le discours polémique se définit toujours comme un « contre-discours », et que les discours qui se confrontent dans un échange polémique doivent « s’accorder sur certaines bases discursives générales » et faire preuve d’une « commu­nauté des systèmes de valeurs »27. Or c’est précisément un système de valeurs partagé qui fait défaut dans la confrontation entre Volker Braun et la nouvelle génération.

Utopie versus hétérotopie

  • 28 Michel Foucault, « Des espaces autres » (1967, publication autorisée en 1984), in : M.F., Dits et é (...)
  • 29  Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines (pré­face), Paris, (...)

23Lorsque Braun reste attaché à l’idée de l’accomplissement de la société socialiste, sa pensée contient une dimension utopique qui le lie aux struc­tures et aux catégories de pensée de la société existante et du discours domi­nant. En effet, on peut affirmer avec Foucault que l’utopie est une projec­tion idéalisée qui, tout en empruntant aux schèmes et aux structures de la société, console de son désenchantement. Selon lui, les utopies « […] entre­tiennent avec l’espace réel de la société un rapport général d’analogie directe ou inversée. C’est la société elle-même perfectionnée ou c’est l’envers de la société […] »28. L’utopie repose sur les mêmes fondements, le même sys­tème de valeurs que la société d’où elle émerge. Si Foucault parle d’utopies qui « consolent »29, il attribue à l’utopie, malgré l’imaginaire qui l’alimente et la mise en fiction dont elle relève, un potentiel illusoire qui peut avoir des conséquences conservatrices en jouant le jeu, à terme, de l’ordre existant.

  • 30 Cf. Uwe Kolbe, « Die Heimat der Dissidenten. Nachbemerkungen zum Phantom der DDR-Opposition », in : (...)

24Le refus de la nouvelle génération de s’engager dans la société dans laquelle elle vit ou de la prendre comme principal référent d’un travail littéraire, est lié à un positionnement tout autre. Elle décline aussi bien la confrontation directe au pouvoir que la tentative de « critiquer, discuter ou interpréter le socialisme réel » qui – selon Uwe Kolbe – donne une chance aux dominants de se définir eux-mêmes30. Les protagonistes de la culture parallèle voulaient échapper à cette situation en renonçant à des contre-projets et en se détachant autant que possible de la société. Leur alternative repose sur l’incontrôlable, le ludique, l’espièglerie et l’anarchie, comme le montre l’extrait d’un manifeste écrit en 1984 :

  • 31 « […] nichtsdestotrotz ist Politik weder mit Alternativ-, noch mit Anti-, noch mit sonst­welchen A- (...)

« […] néanmoins on ne peut venir à bout de la politique par des alternatives, des anti- ou autres apolytismes, on peut uniquement la maîtriser par l’in-contrôl-/abilité, par une sorte d’espièglerie […], des multitudes de bandes de bouffons espiègles subversifs démontrent que le complexe autoritaire & réformateur de la gauche est absurde. »31

25En évitant de produire un quelconque contre-discours, en remettant en cause, à travers des jeux de langue expérimentaux, la production de sens, en vou­lant briser l’ordre existant qui structure la société, cette nouvelle génération d’auteurs qui choisit l’autoédition occupe une place topologique et discur­sive que nous désignons – avec Foucault et en distinction de l’utopie – comme hétérotopique.

  • 32 Cette définition s’appuie sur la conférence de Michel Foucault déjà citée, « Des espaces autres » ( (...)
  • 33 Michel Foucault, Les mots et les choses…, op. cit., pp. 9, 11.

26En effet, en extrapolant les caractéristiques globales de l’hétérotopie telle que la conçoit Foucault, on peut la définir au sens topologique comme un lieu, un espace ou un microcosme qui permet à ce qui diverge des codes et des cadres normatifs d’exister, tout en le maintenant à l’intérieur de la société. Non seulement l’existence de ces lieux est tolérée par la société, mais elle peut lui être utile dans la mesure où l’ordre hétérotopique, parce qu’il lui est parallèle, ne la remet pas directement en cause32. C’est en ce sens que les milieux littéraires d’auto-édition en RDA ont pu fonctionner comme « soupape ». à un autre niveau, l’hétérotopie apparaît chez Foucault comme un lieu où l’ordre des choses tel qu’on a l’habitude de se l’imaginer est réorganisé, un lieu où l’absence des cadres interprétatifs communs se répercute sur le langage qui n’assure plus sa fonction de vecteur dominant du sens. Les hétérotopies remettent en question ce que Foucault appelle « [l]es codes fondamentaux d’une culture – ceux qui régissent son langage, ses schémas perceptifs, ses échanges, ses techniques, ses valeurs, la hiérarchie de ses pratiques […] »33. Dans ce sens, les milieux parallèles forment avec leur réseau de revues autoéditées une hétérotopie au sens topologique, et leurs pratiques poétiques et discursives, remettant en cause aussi bien les struc­tures convenues de la langue que la mise en ordre habituelle du monde, peuvent également être qualifiées d’hétérotopiques, provoquant ainsi la rup­ture avec l’utopie défendue par la génération de Braun.

  • 34 Par ailleurs, Catherine Kerbrat-Orecchioni (« La polémique… », op. cit., p. 9) illustre son propos (...)
  • 35 « […] ei[n] kunstraum, in dem die zeichen [...] bedeutungen probieren [...], die kulturellen codes (...)

27C’est en cela que Volker Braun et la nouvelle génération d’auteurs ne partagent pas le même système de valeurs, ce qui fait que la condition préa­lable du discours polémique n’est pas respectée34. En ce sens, l’absence de polémique ne s’explique pas, comme on pourrait le supposer, par la domi­nation répressive, censée opprimer toute forme de contradiction. Elle est bien au contraire l’expression du Eigen-Sinn que la nouvelle génération d’écrivains affirme aussi bien face à l’idéologie officielle que face à la pensée utopique de leurs aînés. Une des intentions de la revue Schaden était bien de libérer et de faire circuler les signes pour qu’ils « […] expérimentent des significations […], réinterrogent les codes culturels et occupent du sens propre, du quant-à-soi […] »35.

Notes

1 Cf. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La polémique et ses définitions », in : Centre de recherches linguistiques et sémiologiques de Lyon, Le discours polémique, Lyon, 1980, Presses Universitaires de Lyon, p. 10.

2 « die monologe gehen fremd... »; « [...] den tunnel / nach amerika [...] ». Cf. Sascha Anderson, Jeder Satellit hat einen Killersatelliten, Berlin (West), 1982, Rotbuch Verlag, pp. 49, 33.

3 Par exemple « die glückliche Erbin », « Erb-Sache » ou le sobriquet péjoratif « Flip-out-Elke ». Cf. Volker Braun, « Rimbaud. Ein Psalm der Aktualität », in : Arthur Rimbaud, Gedichte, hrsg. von Karlheinz Barck, Leipzig, 1989, Reclam, pp. 226 sq.

4 « Unsere jungen Dichter, Kinder der administrativen Beamten, suchen auch das Loch in der Mauer. Sie verbrauchen ihre Phantasie an Tunnels und Fesselballons, ihre “monologe gehen” rechtens “fremd”. Fluchten wieder, aber auf Hasenpfoten. “Ein Stück, nur aus einem Schrei gebaut, das wäre ehrlich”. Das ist tierischer Laut. Gesang, ihr unfreundlich Asyl, nur ein privates Eigentum. Dabei wissen wir doch, daß uns die Freiheit nicht auf den Versen folgt. Wir müssen, gräßliche Vernunft, Provokateure bleiben. » Ibid., p. 210.

5 « Es genügt nicht, daß beim Dichter, wie gewöhnlich, einige Sperren locker sind und er auf die Freitreppe pisst, meine Freunde. Er muß sich wirklich verwandeln, indem er ins Dunkle des Kampfes geht, in den Schmutz der Strukturen, in den Dreck der Ungleichheit. […] » Ibid., p. 214.

6 « Unsere vermeintlichen Neutöner, Hausbesetzer in den romantischen Quartieren (wo sie sich ordentlich führen), sind wohl gute Anschaffer, die fleißig auf den Putz hauen. Hucker, nicht Maurer. Aber auch in dem Schüttgut werden Reize, Assoziationen, Anstöße geliefert ; in dem bedeutenden Wortmüll sind verschwiegene Gefühle und Gedanken deponiert, die uns, selbstredend mehr zu sagen haben als die gestanzte Festtagskunst. Technisch die Wiederholung des geistlosen Handbetriebs der Avantgarde, niedrige Bearbeitungsstufe. […]. » Ibid., p. 219.

7 « […] dass ich im Rimbaud-Essay auf die jüngere Lyrik zu sprechen kam, lag in der Natur der Sache. Mein Urteil über die “Neutöner” war milde, geradezu herzlich (vergleichen Sie Enzensbergers harschen Ton gegenüber der beat generation !), freilich die Maßstäbe, was Sprachkraft und Ökonomie der Dichtung angeht, waren erarbeitet und weiter­zugeben. [...] ». Lettre de Volker Braun à Carola Hähnel-Mesnard, s.d. (janvier 2003).

8 Le possessif « unser » rappelle par ailleurs les « stratégies d’inclusion » du discours officiel. Voir à ce sujet Gunhild Samson, « Textes et genres textuels en RDA entre identification et distanciation », in : Michel Kauffmann / Gunhild Samson (Ed.), Effets et jeux de pouvoir dans le discours politique et médiatique, Asnières, 2002, PIA, p. 32.

9 « Meine Generation hat die Hände im Schoß, was engagiertes (!) Handeln betrifft. Kein früher Braun heute. » Cf. Ursula Heukenkamp, « Ohne den Leser geht es nicht. Im Gespräch mit Gert Adloff, Gabriele Eckart, Uwe Kolbe et Bernd Wagner », in : Weimarer Beiträge 7/1979, p. 46.

10 « Wir ein wenig Älteren waren ja mit den Jüngeren bekannt, befreundet und vertraut ; und noch jede erfreuliche Gestalt wurde umarmt [...]. In konfliktvoller Zeit war treues Interesse selbstverständlich ». Lettre de Volker Braun à Carola Hähnel-Mesnard.

11 « Volker Braun ? Da kann ich nur sagen, der Junge quält sich. Dazu habe ich keine Beziehung mehr. » Cf. Elke Erb / Sascha Anderson (Hrsg.), Berührung ist nur eine Randerscheinung, Köln, 1985, Kiepenheuer & Witsch, p. 151.

12 Cf. Jens Bisky, « Die Demarkationslinie der Komik. Der Witz von Hinze und Kunze – Ein Besuch bei Büchner-Preisträger Volker Braun », Berliner Zeitung, 27 octobre 2000.

13 « […] gegenseitigen Mißverstehen, ja Nicht-verstehen-Wollen zwischen den literarischen Bewegungen in der DDR. Vertrackte Situation : denn während sich Volker Braun solida­risch für die Jungen einsetzt […], wehrt er sich gleichzeitig gegen die ihm natürlich, von Grund auf andere Erfahrung, aus der sie kommen, gegen den anderen Status, von dem sie zwangsläufig ausgehen. » Gerhard Wolf, « Zu einigen Aspekten der jüngeren Lyrik » (3./4. Teil), Ariadnefabrik 4/1986, cité par Klaus Michael, « Papierboote », in : Gabriele Muschter / Rüdiger Thomas (dir.), Jenseits der Staatskultur. Traditionen autonomer Kunst in der DDR, München, 1992, Hanser, p. 67.

14 « […] Weg mit der Ersatz- und Sklavensprache / [...] / Verweigerung dem verlogenen Sinnschema […] », Uwe Kolbe, Der Kaiser ist nackt, mai 1981.

15 « Kleist ist verstummt, Hölderlin erfand das Pallaksch und Christa Wolf schreibt immer noch. » Schaden 6/1985.

16 On peut lire en fin de phrase : « […] und mancher schreibt weiter. » (« [...] et plus d’un continue à écrire. ») Cf. Sprache & Antwort. Stimmen und Texte einer anderen Literatur aus der DDR, hrsg. von Egmont Hesse, Frankfurt/Main, 1988, S. Fischer, p. 18.

17 « [...] das wir, das die gesellschaft immer anempfiehlt um der illusion, der idealisierung und der konstruktion willen, musste in dem maße durch eine analyse des ich ersetzt werden, in welchem sich die gesellschaft als eine geschlossene erwies. der subjektive schwulst, die dunkelheit der aufklärungskunst, die folgsamkeiten der verdränger und der illustrierer, mit denen die vorletzte generation ihr kriegsmartyrium und die letzte ihre selbstillusionierung ästhetisch betrieben, mussten zum overkill der zeichen durch abschliff oder beifall führen : literarisches fastfood oder pappmaché in bücher gestanzt. [...] ». « Schaden », affiche reproduite dans Peter Böthig, Grammatik einer Landschaft. Literatur aus der DDR in den 80er Jahren, Berlin, 1997, Lukas-Verlag, pp. 160 sq.

18 « [...] der überwältigung durch die totalworte sich zu widersetzen. » Ibid.

19 Volker Braun, « Rimbaud... », op. cit., p. 213.

20 Pierre Bourdieu, « Quelques propriétés des champs », in : P.B., Questions de sociologie, Paris, 1984, Minuit, p. 115.

21 Cf. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La polémique… », op. cit.

22 Sascha Anderson, « Fixierung einer Metapher », in : Klaus Michael / Thomas Wohlfahrt (Hrsg.)Vogel oder Käfig sein. Kunst und Literatur der unabhängigen Zeitschriften in der DDR 1979-1989, Berlin, 1992, Druckhaus Galrev, p. 292.

23 Leonhard Lorek, « die reaktion auf miserable tekste...  », Schaden 9/1986. Une partie de cette réponse est reproduite dans Vogel oder Käfig…, op. cit., p. 293.

24 Cf. Peter Böthig, Grammatik…, op. cit., p. 145.  

25 « [...] die liebgewordenen Fronten wieder schön festzuschreiben, die Spielverderber in die Reihe zu kriegen […] um selbst wieder auf der richtigen Seite der Barrikade zu stehen ». Cf. Anthonya Visser, « Gespräch mit Barbara Köhler », in : Deutsche Bücher, XXII/1992/2, Amsterdam, Rodopi, p. 89.

26 Il faut néanmoins mentionner un article de Heinz Plavius qui regrette l’absence de polémique dans le domaine des arts et de la littérature en RDA et qui montre, à partir de certains écrits de Marx et de Lénine, l’importance de la polémique pour accéder à de nouvelles idées et à la vérité, cf. Heinz Plavius, « Die Kunst der Polemik », in : Sinn und Form, 4/1981, pp. 734-740.

27 Cf. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « La polémique… », op. cit., p. 9 sq.

28 Michel Foucault, « Des espaces autres » (1967, publication autorisée en 1984), in : M.F., Dits et écrits II, 1976-1988, édition établie sous la direction de Daniel Defert et al., Paris, 2001, Gallimard/Quarto, p. 1574.

29  Michel Foucault, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines (pré­face), Paris, 1966, Gallimard, p. 9.

30 Cf. Uwe Kolbe, « Die Heimat der Dissidenten. Nachbemerkungen zum Phantom der DDR-Opposition », in : Karl Deiritz / Hannes Krauss (Hrsg.), Der deutsch-deutsche Literatur­streit oder « Freunde, es spricht sich schlecht mit gebundener Zunge », Hamburg, Zürich, 1991, Luchterhand Verlag, p. 38.

31 « […] nichtsdestotrotz ist Politik weder mit Alternativ-, noch mit Anti-, noch mit sonst­welchen A-Polytiken beizukommen ist ihr lediglich mit UN-KONTROLL-/Lierbarkeit, in etwa einem Schalxtum […], Unhorden umstürzlerischer Schalxnarren exponieren den Autoritär- & Reformkomplex linx ad absurdum. » Cf. Bert Papenfuß, Jan Faktor, Stefan Döring, « Zoro in Skorne », in : Vogel oder Käfig..., op. cit., p. 14.

32 Cette définition s’appuie sur la conférence de Michel Foucault déjà citée, « Des espaces autres » (1967).

33 Michel Foucault, Les mots et les choses…, op. cit., pp. 9, 11.

34 Par ailleurs, Catherine Kerbrat-Orecchioni (« La polémique… », op. cit., p. 9) illustre son propos du système de valeurs partagé (ou « d’un ensemble idéologique commun ») par une citation de Milan Kundera de 1979 : « […] c’est dans la mesure où il refuse absolument de se situer dans un tel commun ensemble que Milan Kundera donne à sa parole dissidente des formes et des contenus qui n’ont rien à voir avec ceux de la polémique : “Entre la victime et le bourreau, entre le révolutionnaire et le policier, entre la bureaucratie et le dissident, il y a une connivence de vocabulaire, des obsessions, des clichés mentaux […] ; pour m’approcher de la vérité, il faut que je brise le cercle étroit de la dispute…[…]” ».

35 « […] ei[n] kunstraum, in dem die zeichen [...] bedeutungen probieren [...], die kulturellen codes neu befragen und eigenen sinn, eigensinn, besetzen. [...] ». « Schaden », affiche, op. cit., p. 160.

Author

Université Paris III - Sorbonne Nouvelle

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540