Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

France-Allemagne. Les défis de l'euro. Des politiques économiques entre traditions nationales et intégration

 | 
Bernd Zielinski
, 
Michel Kauffmann

L’euro, « cheval de Troie » de la mondialisation ?

Remarques sur les vertus protectrices de l’euro faible

Hans Brodersen

Texte intégral

  • 1  Cette crainte a été exprimée entre autres par Christian Noyer, vice-président de la Banque central (...)

1Posée en ces termes, l’interrogation, autour de laquelle cet essai est construit, peut surprendre — surtout dans le contexte d’un affaiblissement persistant de la nouvelle monnaie européenne. Selon certains observateurs en effet, le recul sensible de l’euro face au dollar et au yen constituerait plutôt une protection contre les pressions qu’exerce la vague actuelle de la mon­dialisation sur les structures économiques et sociales du vieux continent. En renforçant la compétitivité des entreprises européennes, l’euro faible éloi­gnerait l’horizon des réformes profondes du modèle social européen, des réformes dont on attend qu’elles permettent une compétition à armes égales avec les concurrents anglo-saxons et asiatiques.1 Cette vertu « anti-réforma­trice » est évidemment la bête noire des néolibéraux d’Europe et d’ailleurs.

  • 2  Propos cités par Le Monde, du 7 septembre 2000, p. 36 et du 11 juillet 2000, p. 6.

2Deux interventions récentes de responsables politiques ont pu accréditer l’idée d’un euro « bouclier ». Le chancelier allemand, Gerhard Schröder, a laissé entendre que la faiblesse de la monnaie unique était pour lui « un motif de satisfaction et de joie » en raison des gains à l’exportation qu’elle procure. Peu avant, le ministre français de l’économie et des finances, Laurent Fabius, avait indiqué que l’euro serait « notre taxe Tobin à nous », les Européens, car il protégerait les monnaies nationales, désormais unifiées sous le toit de l’euro, des attaques spéculatives d’antan.2 Cependant, rien n’indique que ces deux gouvernements se satisfont des effets protecteurs de l’euro ou en profitent pour relâcher les efforts pour adapter l’économie européenne à la mondialisation.

3Car si la faiblesse de l’euro accroît effectivement la compétitivité euro­péenne dans un premier temps, le risque est grand qu’elle favorise le retour de l’inflation tout en incitant la Banque centrale européenne (BCE) à relever le coût du loyer de l’argent, ces deux facteurs annulant à terme les effets stimulants initiaux. Les gouvernements de la zone euro ont donc intérêt à prolonger l’effort des réformes. Et c’est ce qui se passe aussi bien en France qu’en Allemagne. Les critères du pacte de stabilité et de croissance sont respectés à la lettre, aucun relâchement budgétaire n’est en vue et les ré­formes — de la fiscalité, bientôt des retraites et ensuite du marché du tra­vail — se succèdent à un rythme soutenu. Tout indique que les gouverne­ments entendent assister au recul de la monnaie unique pour en récolter les bénéfices en termes de croissance, une croissance dont ils attendent qu’elle fasse passer plus facilement la pilule, parfois amère, des réformes.

4Il serait tout autant vain de se fier à l’effet « taxe Tobin » de la monnaie unique pour protéger la zone euro contre la mondialisation. S’il est vrai que la taille de cette zone peut décourager le déchaînement de la spéculation à court terme, le recul quasi quotidien de l’euro traduit une perte de confiance profonde que seule une phase de croissance soutenue et une adaptation structurelle suffisante aux yeux des investisseurs internationaux peut inver­ser à terme. Selon ces derniers, la croissance européenne ne pourra guère espérer rattraper celle du concurrent américain sans une restructuration rapide et massive du modèle social européen. C’est en tout cas l’avis des économistes allemands les plus écoutés, Horst Siebert et Rolf Peffekoven. En résumé, les espoirs placés dans l’aptitude de l’euro, même faible, à servir de bouclier solide contre la mondialisation ne peuvent que s’évanouir. Et pour redresser le cours de l’euro, ce que souhaitent l’ensemble des observa­teurs, une bonne dose de mondialisation (lire : plus de flexibilité, plus de marché) est le remède largement accepté. La discussion ne porte plus que sur le rythme et le degré de profondeur des réformes à venir.

5La question initiale mérite donc de rester posée. Car non seulement l’euro (faible) ne constitue pas une protection contre la mondialisation mais il peut, par sa construction même — une BCE indépendante face à un amas de gouvernements mus par des intérêts avant tout nationaux —, servir de marchepied à la mondialisation. Ce défaut (?) de construction, qui est le fruit du complexe arbitrage des intérêts nationaux qui présida à l’adoption de la monnaie unique en 1991/92, pourrait se révéler être le moyen par lequel la mondialisation s’impose aux Européens.

La guerre de Troie

6Le monde grec était en guerre contre une altérité. Il s’agissait de neu­traliser un concurrent qui prospérait sur l’autre rive de la mer égée et qui portait ombrage à la suprématie des cités grecques. Une fois sous les murs de Troie, l’immense armée grecque ne fut point en mesure de vaincre. Dix ans de siège sans fortune passèrent. Le découragement gagna les rangs. C’est alors qu’un stratagème psychologique inventé par Ulysse apporta la solution. Un beau matin, les Troyens découvrirent une immense statue en bois res­semblant à un cheval placée juste devant l’entrée de la ville. était-ce un don divin ou l’œuvre du malin ? L’armée grecque ayant disparu, les Troyens op­tèrent, émerveillés par la beauté de l’étrange construction, pour le (faux) divin et halèrent le trophée à l’intérieur de leurs remparts. Bien mal leur en prit car la nuit venant une petite troupe d’élite grecque sortit des entrailles du cheval semant la confusion, la terreur et la mort parmi les valeureux défen­seurs de la cité. L’armée grecque resurgit et acheva le travail dans un bain de sang. De Troie ne subsistèrent que souvenirs et poussières.

7Mais ce mythe dit-il tout des événements ainsi décrits ? N’est-il pas trop flatteur pour les vainqueurs, ceux qui ont écrit l’Histoire ? Des questions subsistent. Comment une petite troupe, même décidée, a-t-elle pu, sans com­plicités à l’intérieur de la ville de Troie, vaincre la méfiance d’une défense bien articulée ? Il est plus que vraisemblable que le cheval qui porte ce nom n’est pas seulement la métaphore de la supériorité d’une civilisation mais aussi celle d’une division à l’intérieure même de Troie, une division que les Grecs ont pu encourager de l’extérieur et exploiter savamment. Car comment admettre une si grande naïveté de la part d’une civilisation qui avait été une greffe particulièrement réussie du monde grec et qui fut héritière de sa culture ? Le mythe du cheval de Troie naît de l’esprit et de la volonté de supériorité des Grecs. Il est la métaphore clé de la guerre psychologique et de l’art d’exploiter les divisions de l’adversaire.

8Que vaut ce mythe pour éclairer le rôle que pourrait éventuellement jouer l’euro dans la guerre économique qui porte le nom de « mondialisation » ? Qui sont les Grecs, qui sont les Troyens d’aujourd’hui et sous quelle forme le mythe se réalise-t-il — éventuellement — dans l’Europe du xxie siècle naissant ? C’est à ces interrogations que cet essai tente de répondre

La mondialisation, un défi pour les Européens

9Par le terme « mondialisation », j’entends tout d’abord l’unification crois­sante des marchés de capitaux de ces dernières années. La mondialisation s’appuie principalement sur la liberté désormais très étendue des mouve­ments de capitaux entre les grandes zones d’activité économique du monde et sur la disponibilité de ces capitaux pour des placements à plus ou moins court terme. Selon les estimations, entre 1500 et 1800 milliards de dollars par jour passeraient entre les mains des agents de change. Les placements sont effectués pour l’essentiel par des investisseurs institutionnels collecteurs d’épargne : les banques, les compagnies d’assurance, les fonds de pension et autres fonds de placement spéculatifs. Ils sont en mesure de déplacer rapide­ment d’un pays à l’autre d’importants volumes de capitaux en fonction de l’appréciation des stratégies des entreprises et des États qu’ils financent. La volatilité des cours qu’ils entretiennent par la redéfinition de leurs place­ments leur offre une influence majeure sur les stratégies privées et publiques de développement. La liberté totale des mouvements de capitaux constitue le principal vecteur de transmission de l’idéologie connue sous le nom share­holder value, qui, vu la concurrence à laquelle sont soumis les gestionnaires de portefeuille eux-mêmes, privilégie le court terme par rapport au long terme.

  • 3  Chiffres Cnuced, cités par Christian Chavagneux, « La mondialisation est-elle irréversible ? », in (...)

10Bien entendu, la mondialisation tire sa force également de l’envolée des investissements directs à l’étranger depuis 20 ans. Ses stocks représentaient fin 1998 un peu plus de 13 % du PIB mondial, contre 5 % en 1980.3 L’internationalisation des firmes en est responsable. L’objectif des firmes multinationales est de prendre appui sur la croissance (la demande) dans les pays cibles afin d’accroître leur potentiel de production, de commerciali­sation, de recherche et de développement afin de bénéficier d’économies d’échelle qui les rendent plus compétitives sur le marché mondial. La majeure partie des investissements directs va vers les pays développés en fonction du potentiel de croissance de ces pays.

11Le troisième ressort de la mondialisation concerne la mise en concurrence d’une part accrue des productions nationales entre elles. Il s’exprime par la croissance du commerce international qui progresse à un rythme supérieur au PIB mondial. Cette croissance est financée par les investissements directs et les investisseurs institutionnels. La mondialisation des marchés et celle des moyens financiers se renforcent mutuellement. Cependant, sans la réduc­tion des barrières tarifaires et non-tarifaires dans le cadre des accords conclus sous l’égide de l’OMC et sans l’avalanche des privatisations qui ouvre des secteurs autrefois morcelés et protégés à la concurrence inter­nationale, comme par exemple les télécommunications ou la fourniture d’énergie, la mondialisation des marchés n’aurait pas acquis l’importance qui est la sienne actuellement. Ces trois éléments, la totale liberté des mouvements de capitaux, le recul du protectionnisme et la course aux priva­tisations fournissent à la mondialisation sa matière première et son énergie. Il s’agit d’une libéralisation qui s’étend progressivement à l’ensemble des activités humaines et des zones géographiques du globe.

12La rapidité avec laquelle les moyens financiers circulent et avec laquelle la concurrence pour les parts de marché s’accroît est également conditionnée par une couverture médiatique de plus en plus dense du globe. Elle sert de support technique aux transferts instantanés de moyens financiers et, par-dessus tout, elle assure aux acteurs internationaux une meilleure information/ communication à des coûts les plus faibles grâce, par exemple, au World Wide Web. Sans oublier la rapidité et le faible coût du transport des mar­chandises. Tous ces facteurs facilitent les échanges et convergent dans leurs effets vers une situation où le capital est en mesure de chercher sans entrave la meilleure profitabilité où qu’elle se trouve. La mondialisation est avant tout une nouvelle étape de la libéralisation des marchés des facteurs de production, celui des capitaux en tête.

13Ce qui change fondamentalement dans le cadre de la mondialisation par rapport au mouvement des investissements directs traditionnels (du temps du contrôle des changes, du protectionnisme et de l’étatisme), c’est la rapidité avec laquelle les détenteurs de capitaux les déplacent d’un pays à l’autre en fonction du seul critère de rentabilité à court ou moyen terme. Lorsque des firmes multinationales comme Siemens ou Coca-Cola investissaient à l’étranger, elles le faisaient dans le cadre d’une stratégie à long terme pour la conquête de nouvelles parts de marché. Certes, en apportant leurs capitaux aux pays hôtes, les multinationales contribuaient autant au développement économique de ces pays qu’à la modification de leurs cultures économiques et sociales respectives. Mais ce processus était relativement lent ce qui per­mettait aux structures économiques et sociales nationales de trouver des réponses adéquates afin de préserver une identité particulière. La crise de confiance qu’a subie la Corée du Sud en 1997 n’était pas tant due au retrait des investissements directs qu’au départ des capitaux dits « flottants » qui finançaient l’endettement de l’État sud-coréen et celui des conglomérats du pays. Ces capitaux ont été brutalement retirés lorsque leurs détenteurs ont décidé que l’identité économique de la Corée n’était plus compatible avec les attentes en matière de croissance et de profit. La résolution de la crise coréenne a nécessité une forte dose de libéralisation avec, par exemple, l’ouverture au capital étranger des conglomérats du pays, leur vente par compartiments, une flexibilité accrue du marché du travail et une réduction de l’endettement de l’État. Maintenant, après deux ans de récession, la Corée du Sud renoue avec ses forts taux de croissance d’antan, mais au prix d’une libéralisation accentuée. Il va sans dire que la prochaine crise apportera son lot supplémentaire de changements qui adapteront le pays encore un peu plus aux exigences des capitaux mondialisés.

14L’enseignement pour les Européens de l’exemple coréen est le suivant : tant que la croissance et donc la perspective de bénéfices restent soutenues, les investisseurs internationaux n’interviennent pas pour exiger tel ou tel changement structurel ; tant que les Européens sont en mesure de démontrer que leur modèle social produit des taux de croissances (donc d’opportunité pour les investisseurs internationaux) comparables à ceux des pays mondia­lisés, la pression de la mondialisation (sous forme d’une désaffection des investisseurs) restera faible. Actuellement, ces deux conditions ne sont pas remplies et la pression s’amplifie.

15Cette pression qui s’exprime par des fluctuations monétaires désordon­nées ou, comme dans le cas de l’euro, par un recul quasi permanent, peut être contenue par d’autres moyens. Lors de son bref passage au ministère des Finances, Oskar Lafontaine prônait la mise en place d’un cadre pour les fluc­tuations monétaires, un cadre étroitement surveillé par les gouvernements et les responsables monétaires des grandes zones économiques du globe. Ce cadre aurait pu s’inspirer des tentatives de coordination monétaire pratiquées non sans succès à l’issue des accords du Plaza et du Louvre en 1985. La coordination aurait pu trouver une traduction institutionnelle s’inspirant du mode de fonctionnement du Système Monétaire Européen (SME). Mais le feu nourri des néolibéraux américains et allemands, ainsi que la sourde opposition de la Bundesbank, ont mis fin à cette initiative qui s’est soldée par la démission d’Oskar Lafontaine en mars 1999.

16Une autre initiative permettrait de se passer éventuellement d’une coopération monétaire. C’est pour diriger les capitaux étrangers vers des placements à plus long terme ayant pour objet principal d’alimenter les investissements directs que le prix Nobel de l’économie, James Tobin, a proposé d’instaurer une taxe sur les transactions financières internationales à court terme. Cette taxe, de l’ordre de 0,1 % du montant des transactions, per­mettrait, en réduisant la volatilité des cours de change, de garantir une cer­taine protection des marchés et structures nationaux. On estime son produit potentiel à environ 13 milliards de dollars. Il pourrait servir au désendette­ment des pays les plus pauvres de la planète. Taxer la spéculation aurait grosso modo un effet (pour le financement des états) similaire à celui recherché par l’imposition des plus-values boursières (pour le financement des entreprises) : réduire la volatilité des taux de change (cours de bourse) et stabiliser le financement des états (entreprises cotées). Ici, il n’est pas sans intérêt pour notre sujet d’évoquer la décision du gouvernement allemand d’abolir complètement, en l’an 2001, l’impôt sur les plus-values des ventes de participations détenues par les grandes entreprises. Est-ce une mesure limitée dans le temps afin de faciliter la réorganisation des entreprises allemandes ou est-ce un premier pas en direction d’une détaxation totale des mouvements de capitaux (à l’intérieur comme à l’extérieur du pays) et vers la « société de casino » ?

  • 4  Bernard Maris, Keynes ou l’économiste citoyen, Presses de Sciences Po, Paris, 1999, p. 34.

17L’enseignement de Keynes risque de se perdre peu à peu. Keynes pensait qu’en encourageant l’instinct de spéculation de la foule des détenteurs de capitaux on renforcerait l’incertitude naturelle de l’évolution économique basée sur le marché et avec elle la cyclothymie du capitalisme.4 Actuelle­ment — mais pour combien de temps ? — les états et entreprises européens peuvent encore compter sur la préférence des investisseurs européens à privilégier le moyen et le long terme. Ses décideurs ne sont pas autant placés que les firmes anglo-saxonnes sous le contrôle d’investisseurs réagissant avec rapidité et agressivité. L’exemple allemand montre toutefois que cela pourrait changer rapidement et le court terme devenir l’horizon obligé en Europe aussi. Cette éventualité dépendra pour beaucoup du fonctionnement concret de l’Union économique et monétaire (UEM).

La réponse des Européens

18L’euro a été pensé à l’origine comme un moyen non pas d’opposition fondamentale à la mondialisation/libéralisation mais comme un instrument capable de placer l’Europe en meilleure position dans la compétition entre les grandes zones économique du monde tout en préservant bon nombre de particularités du « modèle social européen ». La fixation définitive des taux de change au début de l’année 1999 et la mise en circulation de l’euro en 2002 doivent permettre de tirer tous les avantages en termes de coûts et de compétitivité d’un grand espace économique unifié dès 1993. Ce grand marché européen unifié par une monnaie unique fournit aux entreprises européennes les ressources nécessaire à une meilleure productivité par l’opportunité qui leur est donnée d’accroître leur taille à l’aide de fusions et d’acquisitions et par l’agrandissement des marchés financiers, de service et de marchandises, de mieux en mieux intégrés. Un tel « saut » de compéti­tivité à travers la « continentalisation » pourrait aussi limiter, ou du moins retarder, la pression de la mondialisation sur les systèmes sociaux européens.

  • 5  Chiffres Standard and Poors, cités par Guillaume Duval, « Un capitalisme européen est-il en train (...)

19Les crises monétaires du début des années 90 avaient montré à quel point l’absence de stabilité des changes peut constituer un handicap pour l’inté­gration économique et pour la recherche de la taille optimale des entreprises européennes. Fin 1999, la capitalisation boursière des 324 entreprises de l’Union européenne recensées par l’indice Standard and Poors Global 1200, qui regroupe les 1200 plus importantes entreprises du monde, atteignait en moyenne 18,5 milliards d’euros contre 28,2 milliards d’euros pour les 492 entreprises américaines.5 Dans ces chiffres se lit le morcellement du capita­lisme européen, fruit d’une prépondérance de l’État-nation dans l’évolution économique européenne. De surcroît, les crises monétaires donnaient aux investisseurs institutionnels du monde un pouvoir d’arbitrage entre les bons et mauvais élèves de la classe européenne. La croissance européenne aurait été affectée par les mouvements incessants des taux de change. Leur vola­tilité risquait d’accentuer les différences de développement et de struc­ture encore notables entre les pays membres. Afin de favoriser la convergence et avec elle un pouvoir accru de l’Europe dans la compétition internationale, il était donc nécessaire d’effacer les barrières monétaires du marché intérieur. Cette nécessité n’est pas contestée ici.

Le difficile avènement de l’euro (1990 à 1998)

20Du 1er juillet 1990, date du début de la première étape du processus menant à l’euro avec la libéralisation totale des mouvements de capitaux, jusqu’au 1er janvier 1999 où le démarrage de la troisième étape fixe défini­tivement les taux de changes de 11 pays membres, le processus de conver­gence des économies européennes a duré 8 ans et demi. Peut-on affirmer que cette marche vers la monnaie unique a permis le renforcement des positions de l’Union dans le mouvement de la mondialisation ? Ou bien, au contraire, ce cheminement a-t-il renforcé la pression de la mondialisation sur les institutions économiques et sociales européennes ?

21Lorsque débute la première étape de l’Union économique et monétaire, l’Europe, euphorique, bénéficie du programme « hyper-keynésien » du chan­celier Helmut Kohl qui tente de relever le défi de l’unification avec l’ex-Allemagne de l’Est par un recours massif à l’endettement et par le transfert pur et simple des institutions ouest-allemandes vers les « nouveaux Länder » à l’Est. Au même moment, les États-Unis connaissent une légère récession rapidement effacée par les effets conjugués d’une politique monétaire accommodante et d’une politique budgétaire brièvement expansive et ensuite neutre. L’excellente coordination ultérieure entre ces deux politiques combinée avec l’essor des nouvelles technologies de communication assu­reront aux Américains une de leurs plus longues et plus fortes phases d’expansion économique. Ainsi, les États-Unis ont gardé plusieurs longueurs d’avance en matière de croissance par rapport à l’Union européenne et ils sont en même temps très bien préparés pour remédier aux conséquences d’une récession à venir. Grâce à ce policy mix judicieux, qui a permis l’éclosion de la « nouvelle économie », ils continuent d’attirer des capitaux européens et freinent ainsi la reprise sur le vieux continent.

22En Europe, le feux d’artifice d’expansion provoqué par la réunification allemande a rapidement pris fin lorsqu’il fut soumis aux coups de butoir de la politique monétaire allemande tout en subissant l’annonce d’une politique restrictive de stabilité budgétaire sur laquelle les États européens s’étaient mis d’accord en ratifiant le traité de Maastricht en 1993. Entre 1992 et 1993, le SME vole en éclats en raison de la spéculation financière internationale qui se déchaîne. Les marchés doutaient de la capacité de plusieurs États européens à suivre la politique très restrictive de la Bundesbank qui dirigeait à partir de Francfort la politique monétaire en Europe. La Grande Bretagne et l’Italie quittent le SME, l’Espagne et le Portugal procèdent à des dévalua­tions. La France paye sa volonté de préserver le taux de change entre franc et deutschemark par des taux d’intérêt exorbitants, allant jusqu’à 8 % en termes réels sur une longue période. Le dynamisme de l’économie européenne s’est alors brisé. Son taux de croissance annuel moyen de 1993 à 1999 représente à peine la moitié de celui de l’économie américaine. Le chômage explose. La méfiance du capital international s’accroît, les délocalisations prennent de l’ampleur, la balance des mouvements de capitaux — investissements directs et placements financiers — reste négative pour les onze futurs membres de l’Euroland.

23Peut-on attribuer cet échec à l’euro ? En partie, oui — du moins jusqu’en 1997, par manque de crédibilité du projet. Les marchés doutaient de la capacité des États membres à supporter une double politique restrictive, monétaire et budgétaire et ce d’autant plus qu’elle fut accompagnée par l’atonie de la consommation et de l’investissement. Au même moment, les pays membres se voyaient obligés d’entamer un processus de réformes structurelles, jugées indispensables par la majorité des observateurs pour rendre l’Union monétaire viable à terme. Cet accumulation de méfiance renforçait la tendance au départ des capitaux européens vers des cieux plus cléments.

24Depuis 1997, le reflux des taux d’intérêt aidant, ce qui facilita l’assai­nissement budgétaire, la perspective de l’avènement de l’euro a gagné en crédibilité. La baisse des déficits budgétaires, exigée par le traité de Maastricht et le pacte de stabilité incorporé au traité d’Amsterdam de juin 1997, a pu être menée sans excès de dogmatisme mais régulièrement, même si ce processus a été durement ressenti par les nombreux chômeurs euro­péens. Les crises de l’Asie du Sud-Est survenues en 1997 et les crises de l’Amérique latine et de Russie un an plus tard n’ont pas occasionné de perturbations monétaires, comme en 1992/93. L’euro (virtuel) et son cadre de stabilité ont alors indéniablement joué le rôle d’un bouclier face à la mondialisation/spéculation.

25On peut cependant se demander si une introduction (réelle) plus rapide de la monnaie unique, même avec l’application du programme « maastrich­tien » de convergence, n’aurait pas permis de « limiter les dégâts » par rap­port au retard de croissance accumulé face au concurrent américain. Car en définitive, la méfiance actuelle des investisseurs internationaux n’est pas tant motivée par la comparaison entre les taux de flexibilité des marchés du travail des deux côtés de l’Atlantique, comme cela est souvent avancé par les néo-libéraux, mais par l’accumulation des retards de croissance en Europe. La « pause de croissance » à partir de 1992 est surtout due à un policy-mix très défavorable à l’investissement européen. En revanche, les entrepreneurs américains ont bénéficié, pendant presque une décennie, du soutien de la politique monétaire et budgétaire de leur pays alors que leurs collègues européens souffraient de taux réels meurtriers et d’une politique budgétaire restrictive. Aux USA, la politique économique accommodante a permis de développer les marchés de la nouvelle économie, de maintenir la croissance à un haut niveau et de contribuer à la réduction des déficits publics. Un cercle vertueux s’y est enclenché. Le modèle social américain n’a quasiment pas évolué durant les années 90. Il est d’autant plus étonnant que les Européens pensent avant tout à la nécessité de modifier leur modèle social quand ils regardent le cours de l’euro. Ils feraient mieux de se préoccuper des facteurs qui déterminent leur position compétitive : le développement technologique et la formation des population active.

L’euro après son introduction et la mondialisation

26Même si la perspective de la naissance de l’euro (mais aussi l’élargisse­ment des bandes de fluctuation du SME en 1992) a pu décourager à partir de 1997 la spéculation financière à l’encontre des monnaies européennes, son avènement en 1999 n’a en revanche pas stoppé l’hémorragie lente mais régu­lière des capitaux européens en direction des USA, champion de la « nou­velle économie ». La baisse continuelle de l’euro par rapport au dollar lors de la première année de son existence, en passant de près de 1,18 $ le 4 janvier 1999 à moins de 0,9 $ en l’an 2000, est à la fois due au retard de croissance accumulé depuis neuf ans et à une balance en capital déficitaire, deux facteurs qui s’expliquent mutuellement.

  • 6  Cf. pour ces chiffres « L’hémorragie de capitaux à long terme fragilise l’euro », in : Le Monde, 9 (...)

27Durant l’année 1999, un total de 220 milliards de dollars a quitté la zone euro, 120 milliards sous forme d’investissements directs des entreprises européennes et 100 milliards vers des placements de portefeuille (actions et obligations), investis surtout aux USA et au Japon.6 Ces chiffres préoccu­pants, car ils sont seulement les derniers d’une série déjà longue, traduisent-ils une méfiance fondamentale et durable des investisseurs nationaux et internationaux à l’égard de l’Euroland et du profil particulier de son site de production ou sont-ils simplement la conséquence quasi naturelle du retard de croissance accumulé dont la « faute » incomberait principalement à la stratégie de mise en œuvre de la monnaie unique dans le cadre d’un programme restrictif ?

28La première explication, qui prend pour hypothèse une inadéquation structurelle de l’Euroland, commanderait, afin d’inverser les flux de capi­taux, la mise en œuvre d’un vaste programme de réformes, d’ailleurs réclamé depuis longtemps par les néo-libéraux qui y voient le seul moyen de redresser et même de préserver l’euro. Il s’agirait de combattre l’euro-pessimisme par des réformes fiscales d’envergure favorisant l’épanouisse­ment de l’initiative individuelle, par la flexibilité radicale des marchés du travail ainsi que par l’arrêt de l’assistance publique traditionnelle et son remplacement par un système fondé pour l’essentiel sur la responsabilité individuelle. La marge de manœuvre accrue des budgets publics devrait être consacrée pour partie à la réduction de l’endettement public, à la réduction de l’imposition et à une gestion plus efficace en termes de rentabilité écono­mique des autres politiques publiques : l’éducation, la recherche, etc. Cette approche favoriserait la thèse de l’euro version « cheval de Troie » de la mondialisation. Car aux yeux des observateurs qui adhèrent à cette thèse, de Michel Camdessus, l’ancien directeur général du Fonds monétaire inter­national, à Horst Siebert, chef de file des néo-libéraux allemands, le recul de l’euro est le signe d’un déclin profond, d’une inadaptation à la compétition internationale. L’euro, pour gagner la confiance et pour durer, supposerait dans cette perspective que l’on ouvre très grand les portes aux vents de la mondialisation/libéralisation.

29Les tenants de l’autre thèse, celle d’une coordination politique et écono­mique imparfaite dans la phase d’introduction de l’euro ayant provoqué un retard de croissance, à laquelle adhèrent de nombreux économistes français, tel Pierre-Alain Muet, Michel Aglietta, Christian de Boissieu ou Jean-Paul Fitoussi, ne déplorent guère le bas niveau actuel de la monnaie unique. Pour eux, la faiblesse relative de celle-ci n’est pas anormale compte tenu des divergences conjoncturelles entre la zone euro et les États-Unis. Elle se résorbera lorsque la croissance européenne, qui se renforce déjà, rattrapera les taux d’expansion américains. Il conviendrait de garder raison et d’appli­quer un policy mix fait de taux d’intérêt bas, d’une réduction plus mesurée des déficits publics, d’une politique salariale fondée sur l’évolution de la productivité et d’une politique de réformes équitables. Ils s’opposent à toute augmentation des taux d’intérêt par la BCE tant que la faiblesse de l’euro et l’augmentation, certes drastique, des cours du pétrole ne se traduisent pas par des revendications salariales inconsidérées pouvant mener à une inflation salariale. Ils craignent surtout que les mécanismes de gestion de l’euro ne laissent trop de place à l’égoïsme national, qui, sous la forme d’un dumping social ou d’une concurrence fiscale outrancière, pourrait aboutir, par manque de coordination efficace, à une harmonisation fondée sur le « moins-disant ». Bref, ils préconisent la réévaluation des capacités de coordination de « l’euro-XI », désormais nommé « l’euro-groupe ». Ce dernier s’attacherait à créer des liens de solidarité entre les pays de la zone euro et empêcherait toute tendance à la concurrence déloyale entre Européens (aboutissant à un abandon progressif du modèle social européen). Cette approche ferait de l’euro un instrument permettant de maîtriser les effets de la mondialisation en Europe.

L’Allemagne, avocate de la mondialisation ?

30Qu’est-ce qui pourra départager les deux fractions que nous venons de présenter en toute brièveté ? Il est évident que la position de l’Allemagne, première puissance économique de la zone euro avec 30 % de son PIB et cœur du système de l’euro qui a pris de surcroît le risque « d’européaniser » sa monnaie étendard, le deutschemark, pèsera particulièrement lourd dans ce débat. Je suggère de regarder d’un peu plus près les motifs qui ont pu pousser ce pays à sacrifier sa monnaie nationale. On y trouvera l’explication principale de son adhésion à la monnaie unique.

31L’idée de parachever le grand marché unique par une monnaie euro­péenne fut d’ailleurs lancée par... un Allemand lors des débats qui allaient aboutir à la signature de l’Acte unique européenne en 1987. C’est le ministre des Affaires étrangères de l’époque, Hans-Dietrich Genscher, qui proposa alors d’entamer quelques études à ce sujet, sans toutefois s’engager sur une réalisation rapide. Du reste, il avait le plus grand mal à convaincre les Britanniques de Mme Thatcher de l’utilité même de ces études. Celle-ci signa en 1988 l’accord instituant le Comité Delors contre la promesse alle­mande de réserver au projet de monnaie unique le destin des études gouvernementales sans lendemain.

  • 7   C’est Horst Köhler, secrétaire d’État aux finances au moment des difficiles négociations menant a (...)

32Avant 1989, l’Allemagne, présentait, malgré les apparences, quelques garanties contre une vision qui inquiétait énormément Mme Thatcher : l’expansion des idées fédérales en Europe. Elle pressentait que Helmut Kohl n’irait pas échanger l’emprise allemande sur la question monétaire euro­péenne contre quelque chose « comme la drachme grecque ».7 La doctrine dite du « couronnement » que la Bundesbank avait élaborée pour saborder déjà le plan Werner au début des années 70 allait, espérait Margaret Thatcher, figer pour toujours le projet dans son état embryonnaire. Cette doctrine, rappelons-le, propose de « couronner » un processus, nécessaire­ment très long, de convergence des structures et résultats économiques en Europe par une monnaie unique. Mais la Dame de fer n’a pas pu, en 1985/88, anticiper les effets sur la question européenne d’un des bouleverse­ments majeurs de ce siècle : la chute du mur de Berlin suivie de la réuni­fication allemande et de l’effondrement de l’empire soviétique. N’ayant pas été suivie dans son opposition farouche à la réunification allemande ni par l’Amérique de George Bush, ni finalement par la France de François Mitterrand, elle a démissionné en juillet 1990 pour ne pas endosser la responsabilité d’une subite accélération du projet de monnaie unique. Elle savait que la France, pour pouvoir approuver l’unité allemande, exigerait en contrepartie la mise en place définitive et rapide de l’euro.

33Pourquoi l’Allemagne a-t-elle dû abandonner l’idée d’un processus de convergence totale, processus qui aurait permis de renvoyer la réalisation de l’euro aux calendes grecques ? Pour quelle raison a-t-elle dû renoncer au deutschemark et avec lui à la suprématie monétaire en Europe ? Les histo­riens se pencheront encore longtemps sur les motivations qui poussèrent le chancelier Helmut Kohl à signer fin 1991 à Maastricht l’arrêt de mort d’un instrument grâce auquel l’Allemagne a pu devenir la première puissance économique en Europe tout en exerçant, justement par l’entremise de sa politique monétaire et de change, une tutelle grandissante sur les conceptions de politique économique de ses principaux partenaires européens.

34Déjà avec l’aide du SME, le pays s’était constitué un espace de sécurité monétaire et de convergence économique tout compte fait satisfaisant. A quoi pouvait bien servir l’abandon de cette souveraineté monétaire quasi supranationale à un moment où l’Allemagne recouvrait, avec la conclusion du traité « 2+4 » en septembre 1990, sa souveraineté politique ? La per­spective de l’exercice parallèle des deux souverainetés par une « grande » Allemagne aurait-elle menacé une fois de plus l’équilibre des forces sur le continent européen ?

  • 8  Helmut Kohl, « L’Allemagne et la France – un partenariat pour l’Europe », discours prononcé le 3 d (...)

35L’euro fut-il le prix à payer pour obtenir l’accord des partenaires pour la réunification allemande et la souveraineté politique qui s’ensuivit ? La monnaie unique serait alors le fruit de la méfiance des partenaires vis-à-vis de la solidité des liens entre une « grande » Allemagne et une construction européenne au futur incertain. En signant le traité de Maastricht, l’Alle­magne aurait gagné en crédibilité européenne tout en renforçant la confiance en une poursuite de la construction européenne. Il est en effet prévisible que l’euro, en favorisant l’approfondissement des liens économiques, renforcera à terme les liens politiques dans l’Union Européenne. Helmut Kohl utilisa, pour expliquer son choix, l’image de la médaille dont un coté représente l’unité allemande et l’autre l’unité européenne.8

36Une autre explication de l’attitude allemande doit être cherchée dans un phénomène que les économistes désignent par l’« asymétrie » du SME. En cas de menace pour la stabilité du change elle consiste à laisser la charge d’adaptation au pays dont la monnaie est confrontée à la méfiance des marchés internationaux. Ce pays doit alors faire ses Hausaufgaben (devoirs), expression omniprésente dans le débat allemand, doit procéder à des modifi­cations de ses structures économiques ou, à défaut, sera obligé de défendre sa monnaie avec des taux d’intérêt plus élevés. Cela constitue un handicap pour sa croissance économique. Ce cas s’était présenté en France après le tournant de la rigueur en 1983. Alors que sa politique économique s’était rapprochée de celle de l’Allemagne, les marchés jugèrent les efforts français trop récents pour offrir les mêmes conditions de financement que celles pra­tiquées en Allemagne. Lorsque cette asymétrie perdura, en se renforçant même, à la suite des frictions économiques nées de la réunification alle­mande, provoquant un chômage massif en France en raison de taux d’intérêt meurtriers, la myopie des marchés vis-à-vis de la politique française de stabilité devenait trop flagrante pour ne pas provoquer des réactions d’impa­tience du côté français. Paris exigea alors un partage de la responsabilité monétaire dans des délais raisonnables. En l’absence d’une telle perspective, la France menaçait de retrouver ses vieux démons : l’étatisme et le protec­tionnisme avec, à l’horizon, la menace d’un arrêt de l’intégration écono­mique et politique en Europe. L’abandon du deutschemark aurait dès lors eu l’avantage de préserver le  « couple franco-allemand » par le partage de la responsabilité monétaire et avec lui l’avenir de la construction européenne.

37La troisième explication a un caractère plus œcuménique car elle est acceptée jusque dans les rangs des adversaires de l’abandon du deutsche­mark ou de toute autre monnaie nationale. Il s’agit de l’ensemble des avan­tages économiques que les entreprises européennes ne cesseront de tirer d’un vaste marché intégré aussi grand que celui des États-Unis, dépourvu de risques de change (donc de coûts). Ce grand marché sera de surcroît de plus en plus liquide et de ce fait plus indépendant face aux marchés financiers extra-européens, à condition d’offrir aux détenteurs de capitaux toute la sécurité et la rentabilité comparativement les meilleures. Avec la perspective de taux d’intérêt réels relativement plus bas, sources d’investissements, d’innovations et de compétitivité internationale. La prospérité économique supplémentaire qui en résultera devrait faciliter l’assainissement des struc­tures économiques et sociales européennes — avec la réforme de l’État-providence — et soutenir à terme l’emploi dans la région. Ce succès conso­liderait la construction européenne.

38Mais un autre avantage s’y greffe : avec la construction très libérale de l’euro — pacte de stabilité et de croissance et impossibilité de mutualiser les risques budgétaires obligent — les réformes sociales seront inévitables car elles fourniront aux États nationaux les marges de manœuvre politiques et économiques dans le contexte européen, des marges qui leur permettront d’améliorer la compétitivité nationale en l’absence de l’instrument classique du maniement des taux de change. Cet aspect, primordial pour la compré­hension de l’attitude allemande, sera abordé ultérieurement. C’est la créa­tion — avec l’euro — d’une obligation pour les États d’améliorer constam­ment leur compétitivité économique qui ouvre les portes européennes à la mondialisation.

39Il est plus que probable que l’accord final d’une Allemagne réunie et souveraine en faveur de l’euro soit le résultat du faisceaux d’arguments développés précédemment, à savoir le contexte historique combiné aux avantages et contraintes économiques sans oublier la volonté de part et d’autre du Rhin de poursuivre le dialogue franco-allemand et avec lui la construction européenne dans un esprit d’équilibre des forces. L’image de la médaille utilisée par H. Kohl pointait le doigt sur le lien indéfectible entre la nouvelle force de l’Allemagne et la perspective rassurante d’une Europe plus unie. Elle exprime somme toute assez fidèlement l’enjeu qu’est l’euro.

  • 9  Wilhelm Hankel, Wilhelm Nölling (et al.), Die Euro-Klage. Warum die Wäh­rungsunion scheitern muß, (...)
  • 10  www.vwl.uni-mannheim.de/lehrst/vaubel/vaubel.htm. « Der Euro kommt zu früh » (l’Euro arrive trop t (...)

40Pourtant, elle a fait l’objet de nombreuses critiques en Allemagne. Les pamphlets contre le projet, souvent rédigés par d’éminents professeurs d’économie ou par des historiens, furent nombreux. Certains d’entre eux n’ont pas hésité à porter l’affaire — sans succès — devant le tribunal su­prême du pays, la Cour constitutionnelle de Karlsruhe.9 Le 9 février 1998, un site Internet fut proposé aux lecteurs de la Frankfurter Allgemeine Zeitung par 155 économistes universitaires afin de les rallier à un texte de protestation publié le même jour.10

41Si l’Allemagne a, malgré tout, tenu à adhérer au projet d’une monnaie unique — cela contre une opinion publique plus que sceptique, contre la Bundesbank qui n’a jamais vraiment caché son hostilité à une introduction rapide de l’euro auprès d’un large cercle de pays, contre des économistes faisant appel à la cour constitutionnelle de Karlsruhe, contre les « cinq sages » qui jugèrent encore en 1996 le projet prématuré, contre les tenants d’une nouvelle « indépendance nationale », et j’en oublie, c’est parce que les avantages de l’euro dépassaient progressivement les préoccupations qu’il véhicula également et qu’il véhicule toujours.

42Au départ, il est vrai, les risques politiques paraissaient élevés. En 1989, lors de l’acceptation du plan Delors, le chancelier Kohl était encore partisan de la théorie du couronnement, formulée par la Bundesbank. En donnant son accord, H. Kohl comptait certainement sur une longue phase de préparation des futurs traités européens guidée et contrôlée par l’Allemagne.

  • 11  Ibid., p. 258.

43La réunification, les pressions françaises et ensuite les difficultés écono­miques nées de l’ex-RDA changèrent l’attitude du chancelier. Certes, il continua de vanter les avantages d’une préparation longue et contrôlée. Mais il ne s’agissait plus de freiner le projet mais de lui donner un « visage allemand ». C’était chose faite à Maastricht, fin 1991. L’euro serait un avatar du deutschemark, bénéficiant des mêmes règles institutionnelles et néces­sitant l’adoption de la politique de stabilité par tous les candidats poten­tiels — et précisément par l’Allemagne elle-même. La future BCE s’instal­lerait à Francfort. Lorsque l’Allemagne plaide, à partir de 1995, pour l’adop­tion d’un pacte de stabilité qui bride fortement la liberté budgétaire et financière des États membres, il devient clair que « [...] Helmut Kohl ne cherche plus une échappatoire, mais veut l’euro coûte que coûte. »11 Aurait-il continué d’insister sur la nécessité d’une convergence acquise et d’une union politique préalable à l’euro, le déroulement des opérations eût été différent. Mais le contraire a lieu : en juin 1997, au sommet d’Amsterdam, H. Kohl ne plaide plus en faveur d’une Europe fédérale, politiquement unifiée. Il veut l’euro, rien que l’euro.

44Comment expliquer ce retournement ? Au dernier paragraphe de cet article, j’esquisserai l’hypothèse suivante : l’abandon du lien entre les projets monétaire et politique renforce en définitive la conception libérale de l’euro par l’éloignement de toute tentative visant à mettre sur pied une politique économique et financière commune ou une coordination politique digne de ce nom. Car cette distance préserve la fonction intrinsèque de l’euro d’être l’instrument d’un remodelage rapide et massif de l’État social en Allemagne et en Europe.

45De toutes manières, à partir d’Amsterdam, il était impossible de faire marche arrière sans provoquer une crise diplomatique qui aurait privé le chancelier allemand de l’aura du « digne successeur d’Adenauer ». La conception de l’Union monétaire était désormais si proche de la politique allemande de stabilité qu’un retrait allemand devait apparaître comme l’aveu d’une volonté d’en finir avec la construction européenne et de confirmer ainsi les soupçons d’un autre Sonderweg.

  • 12  Karl Lamers, « Non, Monsieur Seguin, il n’y a pas d’autre politique », Le Monde du 12 octobre 1996 (...)

46Mais au delà de ces considérations politiques, ce sont les priorités éco­nomiques allemandes qui expliquent finalement la mise en place d’une union monétaire dans un délai raisonnable. L’échec du projet de rétablir l’écono­mie de l’ex-RDA par un transfert institutionnel de l’ouest vers l’est, rapide et complet, financé par le recours à l’endettement, a fini par convaincre les responsables allemands d’entamer le douloureux chemin des réformes du cadre institutionnel initial. « [...] la raison profonde de l’union économique et monétaire : avant tout un programme de modernisation et d’assainissement de nos économies » écrivait en 1996 un des fidèles lieutenants du chancelier Kohl, Karl Lamers, dans Le Monde.12 Ce travail de modernisation avait com­mencé dès 1993, même s’il finit par être partiellement bloqué par l’opposi­tion tactique du leader de l’opposition social-démocrate, Oskar Lafontaine. Il devenait de plus en plus évident aussi que les chrétiens-démocrates, après seize années de pouvoir, n’étaient pas les mieux placés pour « vendre » à la population la nécessité de réformes profondes. Car en transférant le système ouest-allemand « inchangé » vers l’ex-RDA, ils avaient laissé entendre que ce système n’en avait point besoin. Autrement dit, H. Kohl fut historique­ment bien placé pour introduire l’euro, mais éprouva des difficultés pour expliquer et faire admettre les changements que la nouvelle monnaie ne manque pas de réclamer. Il a toutefois légué à son successeur la nécessité, née du cadre libéral de l’euro, de réformer en profondeur la Soziale Markt­wirtschaft. Et c’est cette nécessité qui nous fournit le motif principal de l’adhésion de l’Allemagne à l’euro.

47Avec les années de stagnation économique et politique, l’euro est donc devenu la raison majeure pour une politique de réformes en Allemagne, même si cela est rarement évoqué ouvertement face à une opinion bercée d’illusions sur un « modèle allemand » inamovible. Les nouvelles élites au pouvoir à Berlin — comme celles qui les précédèrent à Bonn — savent per­tinemment que l’amélioration de la compétitivité allemande passe par un assainissement des finances publiques conditionné par une réforme des structures sociales. Une autre politique alourdirait encore les contributions obligatoires futures qui pèsent déjà lourd sur les coûts allemands. La crois­sance seule ne suffira probablement pas à régler tous les problèmes. A la différence de la France, où le pouvoir estime que la croissance retrouvée finira par faciliter les réformes, l’Allemagne n’a pas bénéficié autant du reflux des taux d’intérêt dans l’Euroland. Son gouvernement actuel estime devoir réaliser des réformes préalablement, afin de restaurer les positions compétitives. C’est le message du nouveau chancelier Gerhard Schröder qui l’a repris de son prédécesseur. La difficulté pour le nouveau pouvoir réside dans la nécessité de démontrer de façon concrète et compréhensible le caractère social du programme de rigueur. Ce programme a été adopté pour satisfaire aux critères de l’euro, ou, autrement dit, à un cadre économique et monétaire que l’Allemagne a imposé aux partenaires... comme à elle-même et surtout à elle-même.

L’euro « cheval de Troie » !

48Ce cadre économique et monétaire, que l’Allemagne s’impose et impose, peut être également comparé à une cocotte-minute. Comme celle-ci, l’euro soumet les structures économiques et sociales européennes à une forte pres­sion. Sans possibilité de recours à la dé- ou la réévaluation intra-européenne, tout gouvernement en Europe ne peut obtenir de meilleures conditions d’in­vestissement, et donc d’emploi, qu’à travers une politique économique et financière qui favorise la productivité. Il est alors tentant de restructurer le budget de l’État de telle façon à ce qu’il devienne de plus en plus favorable aux capitaux qu’il s’agit de maintenir en place ou d’attirer. C’est cette vision de l’euro qui fait de lui un cheval de Troie de la mondialisation.

49La compétition entre États européens sous l’euro se pratique déjà et se pratiquera encore plus demain avec une réforme « pertinente » de l’imposi­tion, appliquant « le moins-disant fiscal » suivi du « moins-disant social » — lire : une politique de « responsabilisation » des « consommateurs » des systèmes sociaux. Elle commande également un soutien accru en faveur de la recherche et du développement privés, une politique des sciences et de l’éducation focalisée sur l’efficacité économique à court et moyen terme et une politique culturelle qui se limite à préserver l’attractivité des « sites de production » aux yeux des élites internationales. Toute « autre politique » plus « humaniste » en matière de sciences, de culture et d’éducation ou de redistribution sera condamnée à brève échéance par des forces du marché qui sont à la recherche de plus de rentabilité pour les shareholders.

  • 13 C’est d’ailleurs l’aboutissement logique de la mondialisation/ libéralisation selon le spécialiste (...)
  • 14  Henrik Müller, Thomas Straubhaar, « Das trojanische Pferd der Währungs­union », in : FAZ, 5 juin 1 (...)

50Afin d’assurer à l’euro-cocotte-minute une parfaite étanchéité, il convient de préserver la nouvelle monnaie de toute « politisation », de toute respon­sabilité politique collective et de toute mutualisation des risques. C’est le « chacun préoccupé par son propre salut »13. Pour avoir entrevu la possibilité d’un « danger » pour la conception libérale de l’euro que le chancelier alle­mand, à l’étonnement général, s’est éloigné du projet d’une Europe fédérale à Amsterdam. Toutefois, la politisation menacerait toujours, remarquent les spécialistes de la Frankfurter Allgemeine Zeitung.14 Quels sont les chemins d’esquive qui permettraient une gestion plus politique de l’euro ?

  • 15  Les développements qui suivent s’inspirent de l’article de MM. Müller et Straubhaar, FAZ, op. cit.

51La politique des changes pourrait, selon une opinion très répandue parmi les observateurs allemands, freiner les forces libérales.15 Les gouvernements européens utiliseraient dans ce cas-là l’article 109 du traité de Maastricht, qui leur octroie la compétence pour la politique de change extra-européenne, afin d’affaiblir la monnaie unique durablement : soit à travers l’intégration de l’euro dans un système monétaire tripartite avec le Yen et le Dollar à des taux fixes ou semi-fixes, ceux-ci étant négociés politiquement, soit de façon discrétionnaire. La première solution semble peu probable, car elle nécessite l’unanimité parmi les onze pays de l’Euroland. La seconde consisterait à demander à la BCE de respecter des objectifs assez précis pour les taux de change de l’euro à l’aide d’« orientations générales ». Elles peuvent être fixées avec une majorité des deux tiers seulement des pays ayant adopté la monnaie unique. Le but serait d’augmenter les parts de marché des Onze avec l’aide de taux de change agressifs. Une collision avec la politique de stabilité de la BCE serait ainsi inévitable, car cette dernière serait contrainte à une politique monétaire expansive afin d’atteindre les niveaux de taux de change souhaités par le pouvoir politique. L’objectif d’une telle pression sur la BCE serait de stimuler l’activité économique par l’exportation. Autrement dit, un euro artificiellement faible permettrait aux gouvernements européens, assis sur de bons résultats économiques, de se soustraire à la pression des marchés financiers et de renoncer aux réformes structurelles d’envergure. Rien n’indique cependant que les gouvernements emprunteront un jour ce chemin, qui de surcroît, nous l’avons montré au début de cet essai, ne peut pas garantir une protection durable contre la mondialisation.

52Au début de l’année 2000, alors que l’euro semble s’installer durablement sous la parité avec le dollar, le scénario d’un euro faible se confirme — mais sans que ni le conseil « euro-XI » ni l’Ecofin aient jugé nécessaire de faire pression sur la BCE. La faiblesse persistante de la monnaie unique, qui arrange évidemment les gouvernements, est auto-conditionnée : les prises de position nombreuses et parfois contradictoires des responsables de la BCE et des ministres des finances sur le potentiel d’appréciation de la monnaie européenne, la situation conjoncturelle contrastée au sein de la zone euro, la crise désormais larvée dans les Balkans, les dissensions politiques nées de l’affaire Haider en Autriche et, surtout, le décalage de croissance avec les USA inscrivent la monnaie européenne à la baisse.

  • 16  Pierre-Alain Muet, conseiller auprès du premier ministre français, explique le « déficit de croiss (...)
  • 17  Christian Burckhardt, « Aufbruch zur New Euro-Economy », in : Börsen-Zeitung, Francfort s.l.M., 13 (...)
  • 18  Hermann Remsperger, « The role of monetary policy in the macro policy mix », Auszüge aus Presseart (...)

53Le deuxième frein à la fonction de « cheval de Troie » de l’euro pourrait prendre la forme d’une politique économique et financière plus coordonnée en Europe. Ce projet est connu sous le nom de « gouvernement écono­mique » européen. Il est défendu surtout par la France. Ce gouvernement économique serait habilité à contrôler de près tout geste national susceptible de provoquer une course au moins-disant fiscal et social, et de l’empêcher, afin de préserver le « modèle social européen ». Il interviendrait également en faveur d’un état membre en difficulté lors d’une crise asymétrique et lancerait des programmes européens d’investissement public. A terme, il devrait disposer d’un budget d’intervention. Bref, il aurait la responsabilité d’une politique cordonnée de croissance européenne.16 A l’heure actuelle, le conseil des ministres compétent, l’Ecofin, se limite à échanger des informa­tions sur la compatibilité des politiques nationales avec les exigences du pacte de stabilité européen. En effet, les traités européens sont très précis lorsqu’il s’agit d’interdire certaines pratiques budgétaires. En revanche, ils ne fixent pas de procédures de coordination et érigent en maxime la règle du déficit minimum pour tous et en toute situation. Aucune politique active n’est menée en commun. Nombreux sont les observateurs allemands qui craignent qu’une orientation plus coordonnatrice du conseil des ministres ne se profile à l’horizon. « La compétition pour des conditions d’imposition et d’investissement favorables doit être acceptée et ne doit pas être bloquée par un surcroît d’harmonisation. »17 Cette remarque d’un journaliste de la presse boursière est cautionnée par l’économiste en chef de la Bundesbank, très critique à l’égard de la coordination explicite.18 Déjà, la transformation de « l’euro-XI » en « l’euro-group », proposée par la France dans l’espoir d’améliorer les conditions de la coordination, a une très mauvaise presse en Allemagne. On y accuse les responsables français de vouloir limiter la liberté d’action de la BCE. Et il est vrai qu’une coordination économique et budgétaire digne de ce nom fragiliserait les reins du « cheval de Troie » qu’est l’euro dans sa conception néo-libérale actuelle.

Notes

1  Cette crainte a été exprimée entre autres par Christian Noyer, vice-président de la Banque centrale européenne (BCE) dans ces termes : « Un euro durablement faible pourrait amener les entreprises à ralentir leurs efforts de productivité et les gouvernements à freiner les réformes structurelles. Son effet est pervers et artificiel, car il aboutit au bout du compte à affaiblir la compétitivité de la zone euro. », cité d’après Le Monde, 19 septembre 2000, p. 25. M. Noyer répète ici la doctrine allemande du temps du règne de la Bundesbank qui utilisait le deutsche mark fort à des fins pédagogiques : « votre compétitivité ne dépend que de vous (entreprise et État ) ; ne comptez pas sur nous pour vous soutenir par des moyens artificiels ».

2  Propos cités par Le Monde, du 7 septembre 2000, p. 36 et du 11 juillet 2000, p. 6.

3  Chiffres Cnuced, cités par Christian Chavagneux, « La mondialisation est-elle irréversible ? », in : Alternatives Economiques, hors-série n° 44, 2e trimestre 2000, p. 52.

4  Bernard Maris, Keynes ou l’économiste citoyen, Presses de Sciences Po, Paris, 1999, p. 34.

5  Chiffres Standard and Poors, cités par Guillaume Duval, « Un capitalisme européen est-il en train de naître ? », in : Alternatives Economiques, hors-série n° 44, 2e trimestre 2000, p. 68.

6  Cf. pour ces chiffres « L’hémorragie de capitaux à long terme fragilise l’euro », in : Le Monde, 9/10 avril 2000, p. 17., « The puzzle of euro weakness », in : Financial Times, Frankfurt/London, 29/30 janvier 2000, cités d’après : Deutsche Bundesbank, Auszüge aus Presseartikeln, Francfort sur le Main, n° 6, 3 février 2000, pp. 4-5.

7   C’est Horst Köhler, secrétaire d’État aux finances au moment des difficiles négociations menant au traité de Maastricht qui déclarait au printemps 1991 que son gouvernement ne souhaitait pas rendre « le deutschemark pour quelque chose comme le drachme grec ». Interview, Le Monde, 22 mars 1991, p. 2.

8  Helmut Kohl, « L’Allemagne et la France – un partenariat pour l’Europe », discours prononcé le 3 décembre 1991 à l’école des Hautes études Commerciales, Jouy-en-Josas, in : Helmut Kohl à HEC, Hans Brodersen, Joseph Lütke Entrup (éds.), brochure du Groupe HEC et de la Konrad-Adenauer-Stiftung, pp. 19-37.

9  Wilhelm Hankel, Wilhelm Nölling (et al.), Die Euro-Klage. Warum die Wäh­rungsunion scheitern muß, rororo-aktuell, Reinbek/Hambourg, 1998. Arnulf Baring, Scheitert Deutschland ? Abschied von unseren Wunschwelten (L’Alle­magne échoue-t-elle ? Dire adieu à nos rêves), DVA, 5e éd., Stuttgart, 1998.

10  www.vwl.uni-mannheim.de/lehrst/vaubel/vaubel.htm. « Der Euro kommt zu früh » (l’Euro arrive trop tôt), FAZ, 9 février 1998, p. 15.

11  Ibid., p. 258.

12  Karl Lamers, « Non, Monsieur Seguin, il n’y a pas d’autre politique », Le Monde du 12 octobre 1996, pp. 1-14.

13 C’est d’ailleurs l’aboutissement logique de la mondialisation/ libéralisation selon le spécialiste américain de l’histoire économique, David S. Landes. Il explique que (1) la mondialisation est un processus permanent depuis le xve siècle, (2) dans ce processus, qui s’accélère, mieux vaut-il être du côté des gagnants, (3) pour être performant, il est nécessaire d’être à la pointe du progrès technologique et de privilégier l’éducation, (4) chaque pays doit trouver son propre salut et ne pas se fier à une éventuelle aide au développement. Recettes prononcées lors de la conférence de D.S. Landes « Mondialisation, globalisation et nationalismes : les leçons historiques » donnée à HEC, 25 septembre 2000. Cf. du même auteur : Richesse et pauvreté des nations, éd. Albin Michel, Paris, 2000.

14  Henrik Müller, Thomas Straubhaar, « Das trojanische Pferd der Währungs­union », in : FAZ, 5 juin 1999.

15  Les développements qui suivent s’inspirent de l’article de MM. Müller et Straubhaar, FAZ, op. cit.

16  Pierre-Alain Muet, conseiller auprès du premier ministre français, explique le « déficit de croissance » de ces dernières années en Europe par l’absence d’une coordination économique suffisante entre la politique monétaire d’une part et la politique budgétaire de l’autre. Alors que la politique monétaire est centralisée, la politique budgétaire reste nationale et divisée face à une BCE omnipotente. « Déficit de croissance en Europe et défaut de coordination : une analyse rétro­spective », in : Coordination européenne des politiques économiques, Michel Aglietta, Christian de Boissieu (et al.), Conseil d’analyse économique, La docu­mentation française, Paris, 1998, pp. 13-34.

17  Christian Burckhardt, « Aufbruch zur New Euro-Economy », in : Börsen-Zeitung, Francfort s.l.M., 13 janvier 2000.

18  Hermann Remsperger, « The role of monetary policy in the macro policy mix », Auszüge aus Presseartikeln, Deutsche Bundesbank, n° 40, 14 juin 1999, pp. 1-7.

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540