Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Du "contemporain" à l'université

 | 
Marie-Odile André
, 
Mathilde Barraband

Avant-propos

Marie-Odile André e Mathilde Barraband

Testo integrale

  • 1 Voir Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », Revue d’histoire littéraire (...)
  • 2 Roger Chartier, 2010, dans Pierre Bourdieu et Roger Chartier, 2010 [1988, Ina pour les émissions «  (...)
  • 3 Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, (...)
  • 4 Mathilde Barraband (dir.), 2013, Tangence nº 102 :L’Histoire littéraire du contemporain, Université (...)

1Depuis que les études littéraires françaises se sont refondées à la fin du xixe siècle, dans une université en pleine restructuration, les mêmes questionnements sourdent, avec une étonnante régularité, quant aux moyens et à la possibilité même d’une analyse « à chaud1 » des corpus littéraires. Il semble que le « contemporain » constitue pour les études littéraires l’occasion de réévaluer leurs outils, de s’interroger sur leur vocation, leur identité, parce qu’il les confronte notamment à la subjectivité qui les travaille. En somme, le chercheur en littérature contemporaine, s’il veut bien s’interroger sur les règles du jeu, se trouve dans une situation analogue à l’« expérimentation épistémologique » qu’évoque Roger Chartier à propos de l’enquête de Pierre Bourdieu sur son Béarn natal : « À un moment donné, parce qu’il y a une situation limite, qui n’est pas de l’ordinaire de la recherche et qui implique directement l’individu dans une société qui est aussi la sienne, un déclic se produit2 ». Le présent volume, qui voudrait se placer sous le signe de cette expérimentation épistémologique, constitue l’un des volets d’une réflexion plus vaste autour de la réception du corpus contemporain dans les études littéraires. Il s’inscrit en particulier dans le prolongement de deux enquêtes, consacrées, pour la première, aux sujets de doctorats déposés en France depuis le début des années 19903 et, pour la seconde, à la pratique paradoxale de l’histoire littéraire du contemporain depuis la fin du xixe siècle, en France mais aussi au Québec4.

2Ces deux recherches avaient permis d’aboutir à plusieurs constats. L’enquête sur la recherche doctorale a été l’occasion de vérifier ce que bien des enseignants et directeurs de recherche pressentaient, c’est-à-dire un engouement, accéléré après 2000, des jeunes chercheurs pour le contemporain : les sujets consacrés aux auteurs actifs à partir de 1980 ou encore actifs après cette date représentent 23 % des sujets de thèses en littérature française déposés entre 1993 et 2008 et 47 % des sujets sur la littérature française des xxe et xxie siècles. Cette recherche a également permis d’observer les rouages de la légitimation d’un corpus récent : comme le montre le palmarès des auteurs contemporains les plus étudiés, les doctorants élisent de préférence des auteurs dont la première publication est relativement ancienne, dont l’œuvre est déjà étoffée voire achevée, et qui sont associés à des mouvements, des écoles ou encore des communautés socio-culturelles clairement circonscrits. Les doctorants ne manquent cependant pas d’introduire, dans la nomenclature des études littéraires, de nouveaux noms, plus jeunes, moins légitimes, avec un sens pratique marqué, puisqu’ils s’adossent pour ce faire à des catégories déjà instituées. À cet égard, les sujets transversaux sont tout à fait révélateurs : ils réunissent plusieurs auteurs, parfois ignorés par l’institution, autour d’un nom déjà consacré ou sous une même bannière déjà légitimée (qu’elles soient générique, genrée, temporelle, géographique, etc.)

3L’enquête consacrée à l’histoire littéraire du contemporain a été l’occasion de replonger dans l’histoire des études littéraires et d’y observer, sur le long cours, le sort réservé au corpus contemporain. Le dossier, qui met en regard l’historiographie littéraire française et canadienne-française puis québécoise de la fin du xixe siècle à nos jours, rend compte des objections et propositions quant à l’étude du contemporain émanant de professeurs et d’historiens de la littérature (de Brunetière à Viart, en passant par Belleau et Ricard), d’écrivains (Chateaubriand, Balzac, Larbaud, Aquin, Nepveu…) ou de la presse périodique (La Nouvelle Revue française, La Nación, Liberté, Spirale, Contre-jour…), tout en rappelant les enseignements des historiens du temps présent (Soulet, Bédarida…) L’ensemble des articles met ainsi en évidence la concurrence structurelle qui s’établit entre la critique des universitaires et celles des journalistes et des écrivains. En confrontant deux traditions nationales, il permet également de réfléchir aux enjeux d’une histoire littéraire du contemporain dans deux contextes fort différents bien qu’en dialogue. Les historiographes français et québécois du xxe ont certes en commun leur langue et souvent leurs méthodes voire leurs références, mais bien des choses les opposent, à commencer le fait que la question nationale est un acquis pour les premiers et tout l’enjeu pour les seconds : si les uns ne doutent jamais de l’existence de leur objet, il en va différemment des autres qui doivent inventer leur corpus, présent et passé. Pour autant, ce qui frappe, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique, hier comme aujourd’hui, c’est la persistance de semblables interrogations dès que le discours aborde la littérature contemporaine : comment travailler sans le recul du temps, sur des œuvres inachevées et dont on ignore la postérité ? Comment l’historien du temps présent peut-il échapper aux affinités électives et aux effets de modes ? Le retour des mêmes questions laissées sans réponse en témoigne : si la pratique d’une histoire littéraire du contemporain est une constante depuis un siècle en France comme au Québec, elle peine à se constituer en tradition, avec ses outils et son arsenal conceptuel propres. La plupart des essais français et québécois d’histoire de la littérature contemporaine s’élaborent d’ailleurs en affirmant leur propre impossibilité, dans un mouvement qui tient de la prétérition. Ainsi, l’histoire littéraire du contemporain ne s’est jamais constituée comme une discipline ou une spécialisation en tant que telles, à la différence d’une histoire immédiate ou d’une histoire du temps présent désormais institutionnalisées et auxquelles enseignements universitaires et centres de recherche sont dédiés.

  • 5 Le volume reprend et complète les actes du colloque international « Classicisation et vieillissemen (...)
  • 6 Sur la circulation des travaux de recherche entre la France et le Québec depuis trente ans, voir : (...)

4Prolongeant ces deux enquêtes, le présent ouvrage a pour ambition d’interroger ce qui se joue depuis quelques décennies dans la rencontre entre la littérature au présent et l’institution universitaire, et de penser en particulier les processus de « classicisation » et de « vieillissement » littéraires5. Comme l’article sur les sujets de doctorats en littérature française, ce volume s’intéresse donc à la période des années 1990 à aujourd’hui, qui a vu la multiplication des initiatives pour faire entrer – non sans débats et polémiques –, la littérature au présent dans l’enseignement et la recherche universitaires. Et, comme le dossier sur l’histoire littéraire du contemporain, il propose de placer le cas québécois en contrepoint du cas français, afin de comparer des contextes universitaires divergents mais au sein desquels travaux et chercheurs circulent très régulièrement et depuis fort longtemps6. Les contributeurs de ce volume ont ainsi été invités à réfléchir tout à la fois aux modalités concrètes de la rencontre entre la littérature et l’université aujourd’hui (lieux et cadres institutionnels, acteurs et pratiques) et à ses effets tant sur la littérature (reconnaissance et consécration ; production différenciée de la valeur littéraire ; classicisation par le discours critique ; vieillissement des œuvres) que sur l’institution universitaire (conditions de production et de recevabilité du discours universitaire ; transformations des modalités d’enseignement et de transmission des savoirs ; sortie de l’université hors de ses murs, etc.)

  • 7 C'est aussi le cas aux États-Unis que Sabine Loucif a étudiés dans une perspective similaire à la n (...)

5La première partie de l’ouvrage, « Usages du contemporain », permet de dresser un premier état des lieux de la place du « contemporain » dans les études littéraires en France et au Québec. En guise d’introduction, dans « Configuration(s) du “contemporain” », Marie-Odile André propose une mise en perspective terminologique et notionnelle. Elle déplie les différentes configurations qui se superposent dans l’élaboration, au cours des dernières décennies, de la notion de « littérature contemporaine » et dans son usage par l’université : si la production la plus récente a désormais largement droit de cité dans les études littéraires, la question de ce que veut dire « littérature contemporaine » peut légitimement faire débat, comme en témoigne en particulier la concurrence des vocables servant à la désigner. Tout en rappelant les problèmes que posent la périodisation du contemporain pour l’histoire littéraire et les mécanismes de sélection et de valorisation différenciée des œuvres et des auteurs dans l’enseignement et la recherche, l’article insiste sur la nécessité de réfléchir au fait que la réception de la littérature à l’université est aussi une question de pratiques. Si ce premier article revient sur les usages du mot « contemporain », les deux entretiens qui l’accompagnent tentent d’évaluer la place du corpus contemporain dans les études universitaires en France et au Québec. Ces entretiens, réalisés par Mathilde Barraband avec des universitaires français et québécois, s’intéressent plus particulièrement aux dernières décennies mais plongent aussi dans l’histoire longue des études littéraires, afin de décrire comment se sont construits des rapports distincts au contemporain en France et au Québec. Le premier entretien donne la parole à trois professeurs de l’Université Paris 3-Sorbonne nouvelle, Bruno Blanckeman, Marc Dambre et Alain Viala, pour qu’ils retracent l’histoire de cette institution et, plus largement, qu’ils évoquent le contexte français. Le second entretien donne à lire les interventions croisées de Michel Biron, François Dumont, Martine-Emmanuelle Lapointe et Élisabeth Nardout-Lafarge, professeurs dans différentes universités québécoises et auteurs de l’Histoire de la littérature québécoise (Boréal, 2007). À travers un retour réflexif sur leur propre itinéraire de formation et de recherche, ils rendent compte de la place progressivement acquise par le contemporain dans les études littéraires et des conditions de son intégration. Les sept interlocuteurs reviennent successivement sur les programmes d’enseignements, la formation des professeurs, mais aussi l’incidence des organismes qui subventionnent la recherche, tout en insistant à chaque fois sur les questions politiques engagées. Ils interrogent non seulement le rôle des théories et des méthodes (études culturelles ou cultural studies, histoire et sociologie de la littérature, narratologie, etc.), mais aussi l’avenir et la vocation des études littéraires, réfléchissant en particulier aux enjeux de l’intégration de la création aux études littéraires et aux conditions de possibilité d’une histoire littéraire du contemporain. Les deux entretiens décrivent ce faisant deux processus distincts de légitimation du corpus contemporain dans les études littéraires : si, en France, cette légitimation a connu des hauts (les tournants des xixe et xxe siècles) et des bas (le mitan du xxe siècle), au Québec, elle n’a cessé de croître depuis que les études littéraires québécoises se sont solidement instituées, à l’occasion de la Révolution tranquille, dans les années 1960. Il faut par ailleurs insister sur le fait que, de manière générale, au Québec, le canon était, et est toujours, moins contraignant qu’en France7. C’est pourquoi, l’intégration du contemporain aux objets des études littéraires a été moins problématique au Québec. Elle a même pu s’appuyer sur le développement d’une conscience nationale québécoise et l’essor concomitant d’une culture (au double sens de production et de connaissance de cette production), qui a fait bouger la définition de classique : d’ancien et français, le classique a pu devenir récent et québécois. En dépit de ces processus de légitimation distincts, les situations sont aujourd’hui comparables sur les deux continents : depuis quelques années, c’est un même phénomène de concentration des études littéraires autour du corpus contemporain qui se dessine de part et d’autre.

6Dans la seconde section, « Processus de classicisation », trois coups de sonde, respectivement dans les catalogues des bibliothèques universitaires, le fichier des thèses déposées et les index d’histoires de la littérature récentes, permettent de mieux comprendre les processus de classicisation du corpus contemporain et les valeurs sur lesquelles ils se fondent. Dans « La bibliothèque universitaire et la valeur littéraire du contemporain », Cécile Rabot s’intéresse au rôle joué par les bibliothèques universitaires françaises dans la réception des œuvres contemporaines. À partir du catalogue du Système universitaire de documentation (Sudoc), elle examine ce qu’il en est du traitement de la production contemporaine au regard des différentes missions des bibliothèques universitaires : classiciser (à travers la place faite aux auteurs vivants déjà présents dans les études doctorales) ; faire lire (à travers la présence des lauréats des principaux prix littéraires et des lauréats des meilleurs albums du festival d’Angoulême) ; légitimer (en évaluant la place faite dans les catalogues de la bande dessinée d’avant-garde et de la poésie contemporaine). Il apparaît que, si les bibliothèques universitaires remplissent assez largement les deux premières missions en accompagnant les processus de classicisation déjà amorcés ou en s’efforçant d’encourager la lecture des étudiants, elles semblent plus réticentes à exercer une fonction critique pourtant nécessaire à la construction des hiérarchies de valeur. Aline Marchand s’intéresse quant à elle à la recherche doctorale et plus particulièrement au sort qu’elle réserve aux poètes contemporains. Dans « Les paradoxes de la reconnaissance au présent. Les poètes contemporains de langue française à l’Université », elle passe au crible les sujets de thèses déposés en France entre 1993 et 2008 et propose, grâce à une double approche quantitative et qualitative, une photographie précise de ce qu’est la poésie contemporaine pour la recherche doctorale actuelle. Se donne ainsi à voir une logique duelle de l’institution universitaire qui propose « un espace interstitiel entre prescription et consécration » et construit la poésie contemporaine comme « un genre incarné mais pluriel, personnel mais collectif » en jouant sur la double fonction du nom d’auteur. Enfin, Audrey Lasserre se penche sur les histoires de la littérature française récentes, s’adressant à un public élargi mais signées par des universitaires, afin d’évaluer la place qu’y occupent les écrivaines contemporaines. Rappelant la prégnance du motif de « l’écrivaine future » et la façon dont tend à être reconduit le discours dominant de minoration de la production féminine, elle analyse la place concédée aux femmes dans six ouvrages parus entre 2001 et 2013. Même si des nuances apparaissent selon les titres et même si le rapport de contemporanéité entre le scripteur et son objet semble offrir – mais de façon très provisoire – une porte d’entrée un peu moins étroite aux écrivaines, il n’en demeure pas moins que cette place reste très limitée, de sorte que se trouve reconduite pour l’essentiel la sous-représentation déjà constatée dans les ouvrages d’histoire littéraire de la seconde moitié du xxe siècle.

7La troisième section, « Médiations éditoriales et critiques », analyse la manière dont l’université, tant française que québécoise, entre en dialogue voire en interaction avec d’autres institutions exerçant des fonctions de sélection et de légitimation de la littérature : les maisons d’édition, les revues et les encyclopédies. Dans « Réception éditoriale et réception universitaire. Les cas Verdier et Verticales », Maÿlis Ciarletti traite de la façon dont s’articulent réception éditoriale et réception universitaire à travers le sort réservé par l’université aux écrivains publiés par deux maisons d’édition de création relativement récente : les éditions Verdier (qui ont vu le jour en 1979) et les éditions Verticales (en 1997). Après avoir confronté les modes de consécration à l’œuvre dans ces deux instances et rappelé les logiques qui y président (temporalités différentes, formes discursives ou non-discursives des jugements engagés, etc.), l’article examine la réception de leurs catalogues respectifs par l’université. Si l’ancienneté plus grande de Verdier constitue sans nul doute un avantage, la réception dont bénéficie cet éditeur peut s’expliquer aussi par les critères de valeur privilégiés par l’institution universitaire : comme le souligne la forte classicisation dont a bénéficié l’œuvre de Pierre Michon, c’est aussi une certaine idée de la belle langue qui prévaut, à laquelle l’université, soucieuse de son objectif de transmission, semble se montrer plus particulièrement sensible. Les deux articles qui suivent constituent non seulement des réflexions sur les rôles des différentes critiques (universitaire, encyclopédique et revuiste), mais aussi des exercices autoréflexifs. Avec « La valse de l’entre-deux. Les temporalités anachroniques de la revue Liberté », Julien Lefort-Favreau prend pour objet d’étude la revue québécoise Liberté, fondée en 1959, dont il dirige depuis 2012 le cahier critique, tout en étant enseignant et chercheur à l’université. Il en reconstitue l’historique, la vocation à travers les époques et les réseaux au sein de la création comme de l’université québécoises, afin de mieux cerner les modalités de sa réception de la littérature contemporaine. Tout en s’efforçant de caractériser au plus près le type de saisie critique que la revue pratique, il défend la temporalité spécifique de la critique revuiste et son rôle à la fois marginal et fécond dans le champ littéraire. En évoquant « Le nécrologue dans le champ littéraire », Michel P. Schmitt, lui aussi enseignant-chercheur, revient sur sa propre pratique de rédacteur pour l’Encyclopædia Universalis. Il donne à voir en situation ce qui se joue dans ce type d’écrits en matière de « classification/classicisation du “contemporain” ». Analysant les différentes données qui fixent explicitement ou implicitement le cadre dans lequel s’exerce l’activité d’écriture en fonction tant du commanditaire que du public visé, ainsi que « l’effet de circularité » propre à ce type d’entreprises encyclopédiques, il insiste sur le processus par lequel se construisent, à travers la forme même de la notice, des figures d’écrivain. Il met ainsi l’accent sur la démarche et les partis pris d’un scripteur soucieux de résister tant à l’éphémère des modes médiatiques qu’aux catégorisations trop rigides qui figent et font vieillir le « contemporain ».

8La dernière section de l’ouvrage, « Perspectives critiques et propositions littéraires », réunit trois interventions à dimension davantage programmatique qui permettent de réfléchir à la vocation, aux outils et aux méthodes des études littéraires lorsqu’elles se penchent sur la littérature contemporaine. Dans « (Ré)générations. Rythmer le contemporain », Laurent Demanze examine les questions inhérentes à une périodisation interne du « contemporain », alors que la séquence ouverte depuis les années 1980, et que désigne ce terme depuis les années 1990, s’inscrit désormais dans la durée de quelque trente ans. Il interroge dans cette perspective l’usage qui est fait de cet outil de l’histoire littéraire qu’est la génération. Pointant une « gêne technique » à l’égard de la notion chez les critiques mêmes qui l’utilisent, il souligne l’ambivalence de ses usages dans le champ du contemporain. Il met ainsi l’accent sur ce que les réticences à son égard nous disent de la fragilité d’un contemporain toujours « en train de passer », mais aussi sur les risques qu’il peut y avoir à en négliger les apports pour saisir les inflexions internes d’un « contemporain » menacé dans ce cas de fossilisation. Avec « Les deux contemporanéismes. Réflexion sur les études littéraires du contemporain », Lionel Ruffel décrit deux approches contrastées de la littérature contemporaine à l’Université. D’un côté un contemporanéisme patrimonialisant qui, dans la logique de l’histoire longue de l’institution universitaire, reconduit pour la production littéraire actuelle sa tâche d’élaboration d’un canon commun et d’un récit national. De l’autre, un contemporanéisme non patrimonialisant que l’auteur propose de fonder sur quatre principes : défétichisation (par l’adoption d’une perspective comparatiste et l’analyse critique des processus de canonisation) ; dépériodisation (afin de considérer le contemporain autrement qu’en fonction du cadre institutionnellement et conceptuellement dominant fourni par la notion de période) ; approche médiaculturelle (pour envisager la littérature en tant que médiaculture et dans ses rapports avec les autres médiacultures) ; pédagogie de la création littéraire (permettant d’aborder la littérature en tant que pratique, elle-même intégrée dans son environnement culturel, social et technologique). Dans l’entretien qui clôt le volume, Marie-Odile André donne la parole à deux écrivains : Vincent Message, également maître de conférences à l’Université Paris 8, et Pierre Senges. Revenant sur la signification des mots « contemporain » et « littérature contemporaine », comme sur le sens que peut avoir la notion de « contemporanéité » dans l’expérience et la pratique de l’écriture, ils soulignent la nécessité de pluraliser la notion même de contemporanéité et de la penser comme une série de configurations mouvantes et instables dont il appartient à la recherche universitaire de restituer la complexité. Ils évoquent aussi, au fil de leurs échanges, la relation qu’ils entretiennent avec l’institution en tant qu’auteurs, tout en réfléchissant plus largement aux rôles qui peuvent ou doivent être ceux de l’université dans le contexte contemporain, en lien avec la crise de la critique journalistique et le développement de filières de création littéraire.

9Au travers de l’ensemble de ces entretiens et articles se dessinent deux objets, l’université et le contemporain, en pleine redéfinition. Le développement des programmes de création, la professionnalisation et la rentabilisation des études montrent que les études littéraires et l’institution universitaire elle-même se cherchent de nouvelles missions. L’influence croissante des organismes subventionnaires ou l’internationalisation de la recherche imposent par ailleurs de nouveaux critères et modes de recherche. L’un et l’autre encouragent la création de formations, de postes, qui modifient graduellement le paysage universitaire. La place faite à la « littérature contemporaine » et sa légitimation progressive comme objet d’analyse sont bien souvent apparues comme d’excellents révélateurs de ces mutations. L’usage du « contemporain » à l’université a pour effet concret de modifier les pratiques d’enseignement et de recherche et il incite les différents acteurs (enseignants-chercheurs, bibliothécaires ou étudiants) à une prise de conscience des transformations en cours au sein de leur institution et, partant, à une interrogation à titre individuel mais surtout collectif sur les orientations qu’ils souhaitent défendre et privilégier. On trouvera d’ailleurs dans ce volume de nombreux échos à ces débats et une diversité de points de vue.

10La place faite au « contemporain » au sein de l’université a aussi pour effet d’infléchir les rapports entre cette dernière et les différents acteurs culturels impliqués dans la production littéraire actuelle (écrivains bien sûr mais aussi éditeurs et, plus largement, acteurs de la chaîne du livre). Dans son rapport au contemporain, l’université apparaît ainsi comme un carrefour : non seulement elle accueille en ses murs professeurs, étudiants et acteurs culturels, mais elle diffuse aussi des connaissances hors les murs, à un public élargi et divers. Si bien, d’ailleurs, que l’idée même de la concurrence des trois critiques (celle des professeurs, des journalistes et des écrivains) semble mériter d’être réinterrogée : force est de constater que ce sont bien souvent les mêmes personnes qui assument ces différentes fonctions. Les contributeurs de ce volume, en acceptant de se soumettre à l’expérimentation épistémologique sous laquelle nous placions notre entreprise et en interrogeant leur(s) propre(s) rôle(s), en font la preuve : nombre d’entre eux sont à la fois professeur et chercheur, professeur et écrivain, chercheur et critique littéraire, ou encore chercheur et vulgarisateur scientifique.

11Quant au « contemporain », l’enjeu de ce collectif était, comme l’indiquent les guillemets du titre, de le mettre en question et de sonder ses emplois. L’article liminaire montre la pluralité de ses sens et usages et les interventions qui suivent en sont la preuve en acte : le « contemporain » peut tour à tour désigner la dernière génération littéraire, la période de 1980 à nos jours, la totalité du siècle dernier ou encore l’ensemble des œuvres et auteurs, du passé comme du présent, qui occupent une place centrale dans la conscience et la mémoire d’aujourd’hui. On peut dès lors, selon la formule utilisée par Vincent Message dans l’entretien qui clôt l’ouvrage, « mettre du temps à devenir son propre contemporain ». Aussi, tout en soulignant son indéniable succès, nous garderons-nous de trancher sur la définition qu’il faudrait apporter à ce terme. Ce livre a plutôt pour vocation de rendre compte de ses ambiguïtés, des difficultés voire des dangers inhérents à son emploi comme aux processus de réception et de formation de la valeur qui lui sont liés, tout en proposant une des photographies possibles des études littéraires françaises et québécoises des dernières décennies, à travers une question qui, de diverses manières, les force à s’interroger sur leur actualité.

Note

1 Voir Bruno Blanckeman, 2013, « Pour une histoire littéraire à chaud », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 113, nº 3 : L’Histoire littéraire face à la création contemporaine, Paris, Presses universitaires de France, juillet-septembre, p. 559-568.

2 Roger Chartier, 2010, dans Pierre Bourdieu et Roger Chartier, 2010 [1988, Ina pour les émissions « À voix nue » de France culture dont sont tirés les entretiens], Le Sociologue et l’historien, préface de Roger Chartier, Marseille, Agone & Raisons d’agir, « Banc d’essais », p. 63.

3 Marie-Odile André, Mathilde Barraband, Sabrinelle Bédrane, Audrey Lasserre et Aline Marchand, 2011, « La littérature française contemporaine à l'épreuve du Fichier central des thèses », Revue d’histoire littéraire de la France vol. 111, nº 3, Paris, Presses universitaires de France, juillet-septembre, p. 709-716. L’article proposait de prolonger le travail engagé lors du colloque de la Société d’étude de la littérature française du xxe siècle (SELF xxe) de 2002, dont les actes ont été publiés en 2004 (Voir Didier Alexandre, Michel Collot, Jeanyves Guérin et Michel Murat (dir.), 2004, La Traversée des thèses, Paris, Presses Sorbonne nouvelle). Il entrait aussi en dialogue avec les travaux de Sabine Loucif consacrés à la réception de la littérature française actuelle aux États-Unis (voir notamment : 2002, « L’université américaine et le roman français d’aujourd’hui : des esthétiques de l’identitaire », Les Cahiers du CERACC [En ligne] nº 1 : Vers une cartographie du roman français contemporain, consulté le 10 mars 2015, URL : http://www.cahiers-ceracc.fr/loucif.html et 2004, « Réception du roman français d’aujourd’hui aux États-Unis », in Bruno Blanckeman, Aline Mura-Brunel et Marc Dambre (dir.), Le Roman français au tournant du xxie siècle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, p. 449-457.)

4 Mathilde Barraband (dir.), 2013, Tangence nº 102 : L’Histoire littéraire du contemporain, Université du Québec à Rimouski/Université du Québec à Trois-Rivières. Le volume a été constitué à partir des actes du colloque « L’histoire littéraire du contemporain », organisé par Mathilde Barraband et Élisabeth Nardout-Lafarge, le 26 octobre 2012, à l’Université de Montréal. Il réunit les contributions suivantes : « L’histoire littéraire du contemporain : l’éternel retour » par Alain Vaillant ; « Un projet contrarié. L’histoire de la littérature contemporaine française au tournant du xxe siècle » par Mathilde Barraband et Julien Bougie ; « Les revues et la littérature in flagrante : de Valery Larbaud à la littérature québécoise contemporaine » par Michel Lacroix ; « Construction et déconstruction d’une borne temporelle. L’année 1980 dans Spirale et Liberté » par Martine-Emmanuelle Lapointe ; « L’historiographie française et le temps présent. Processus de légitimation et remise en question de l’historien » par Francis Walsh et « Histoire littéraire et littérature contemporaine » par Dominique Viart.

5 Le volume reprend et complète les actes du colloque international « Classicisation et vieillissement du contemporain : la littérature contemporaine à l’épreuve de sa réception universitaire », organisé le 7 mars 2014 à l’Université Paris 3-Sorbonne nouvelle, par Marie-Odile André, Mathilde Barraband et Bruno Blanckeman.

6 Sur la circulation des travaux de recherche entre la France et le Québec depuis trente ans, voir : Mathilde Barraband, Hervé Guay, Claude La Charité et Roxanne Roy (dir.), 2012, Tangence nº 100 : Bilan de l’apport de la recherche québécoise aux études littéraires des dernières décennies, Université du Québec à Rimouski/Université de Québec à Trois-Rivières. Sur l’apport de la recherche internationale à la connaissance de littérature française contemporaine, on trouvera aussi plusieurs études dans l’ouvrage dirigé par Dominique Viart, La Littérature française du xxe siècle lue de l’étranger (2012, Lille, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Perspectives »).

7 C'est aussi le cas aux États-Unis que Sabine Loucif a étudiés dans une perspective similaire à la nôtre. Voir Sabine Loucif, 2004, « Réception du roman français d’aujourd’hui aux États-Unis », art. cit.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2015

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540